Navigation – Plan du site
II. La Gaule : langue et histoire

Un cadre de miroir en plomb à décor dionysiaque découvert à Auch

“A lead mirror frame decorated with dionysiac heads found at Auch”
Daniel Schaad
p. 185-198

Résumés

La découverte en 1985 d’un cadre de miroir en plomb portant un décor dionysiaque à Auch, l’antique Augusta chef-lieu de la cité des Auscii, a été l’occasion de dresser un premier inventaire de ce type d’objets du quotidien. Les lieux de découvertes de cadres de miroir identiques ou semblables à celui d’Auch permettent de situer leur atelier de fabrication dans l’environnement du camp légionnaire de Carnuntum en Pannonie supérieure. Le cadre d’Auch est un souvenir rapporté par un soldat de la cité ayant accompli son service militaire sur les bords du Danube.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lapart, 1985, p. 207-214.

1En 1985 paraissait dans la revue Aquitania un article sur un sarcophage en plomb découvert à Auch (France, département du Gers)1. Le sarcophage avait été mis au jour fortuitement en 1983 à l’occasion du creusement d’un regard d’égout lié aux travaux d’aménagement de la nouvelle zone industrielle de Lamothe, à proximité de la voie ferrée et de l’aérodrome d’Auch (fig. 1). Le sarcophage et la tombe maçonnée qui l’abritait avaient été rapidement explorés. Un plan et une coupe en avaient été dressés.

  • 2 Nous avons été aidé par André Dieulafait, ami et compagnon de fouille à qui nous devons la découver (...)

2En 1987, alerté par une personne, nous nous sommes rendus sur place pour constater que le lieu de la découverte n’avait pas été rebouché et que le sarcophage de plomb était encore à sa place. Nous avons donc fait procéder à sa dépose en profitant de l’occasion pour compléter la fouille du caveau dont une bonne partie des terres de remplissage était encore en place2. Cette recherche complémentaire a permis de récupérer une partie des objets d’un dépôt funéraire et d’analyser finement le dispositif de la tombe. Parmi les objets se trouvait un cadre de miroir en plomb décoré de représentations du cortège de Dionysos. A partir de là, nous avons poussé l’enquête plus avant en réunissant, année après année, des éléments de comparaison. Il aura fallu attendre les mélanges offerts à Jean-Marie Pailler pour nous inciter à clore le dossier que d’autres reprendront et complèteront. En attendant, nous dédions cette modeste contribution à la « diffusion » de l’iconographie dionysiaque à notre collègue et ami dont les connaissances pour le dieu du vin et les pratiques qui accompagnaient son culte n’ont plus de mystère.

1. Le tombeau

3Il est situé à la sortie nord d’Auch, en bordure de la voie qui reliait le chef-lieu des Auscii à la ville de Lactora-Lectoure. La partie dégagée se présentait sous la forme d’un caveau maçonné bâti à l’intérieur d’une fosse en forme de parallélogramme taillée dans l’argile jaune en place (fig. 2). L’épaisseur des murs n’est pas constante et varie de 0,23 à 0,36 m. Cette différence s’explique par la technique de construction en murs adossés aux parois de la fosse et par la volonté du maçon d’obtenir pour l’intérieur de la tombe un plan rectangulaire normé de 2,08 x 0,73 m de côté
(7 x 2 pieds ½).

  • 3 Dimensions : 46 cm de long, 41 cm de large, 3 cm d’épaisseur et 6 cm de hauteur avec le rebord.
  • 4 Un onzième clou est mentionné par Lapart, 1985, p. 209.
  • 5 Cochet et Hansen, 1986, p. 208-209.
  • 6 Lapart, 1985, p. 208, fig. 2.
  • 7 L’occupant de la proche maison du garde-barrière que nous avons questionné a bien enterré un berger (...)
  • 8 Le squelette n’a pas été étudié. Il est précisé qu’il était presque complètement écrasé par l’affai (...)

4Les murs, formés d’assises de tuiles et de moellons calcaires liés au mortier rose pour les trois premières assises et ocre jaune pour les assises inférieures, ne sont pas chainés entre eux, les longs murs nord et sud ayant été construits en premier. Le fond de la tombe, à 0,83 m du sommet des murs, est formé par un sol en béton de tuileau épais de 8 cm qui vient enrober deux blocs de pierre calcaire disposés aux deux extrémités et partiellement enfoncés dans le sol naturel. Une tegula3 reposait sur le sol de béton entre les deux blocs. Quant au sarcophage de plomb, il était calé sur les blocs de pierre par des morceaux de tuiles. Le bloc ouest étant plus haut, le sarcophage ne reposait pas horizontalement et était incliné. Dix clous en fer de 11 cm de long ont été retrouvés dans les terres de remplissage4. Leur disposition autour du sarcophage pourrait suggérer un assemblage de planches de bois en relation avec un cercueil. Cette pratique de placer un sarcophage de plomb dans un cercueil de bois est connue par ailleurs5. La tombe était enfin fermée par de grandes dalles de terre cuite carrées (59 x 59 x 5 cm). Au moment de la découverte, trois de ces dalles étaient posées verticalement contre le mur nord6, laissant supposer que la tombe avait été visitée anciennement, suite à un démontage minutieux de sa couverture. Il n’est en revanche pas possible de dater cette intrusion qui pourrait remonter à l’Antiquité ou à une période plus récente7. Elle a eu pour effet une dispersion partielle des clous en fer et le bris d’un vase dont seulement une partie des morceaux a été retrouvée. Ce vase, situé au contact de la tuile placée sur le sol de la tombe, est une petite urne à paroi mince et pâte fine orangée portant sur le col les restes d’un graffito (fig. 5). Il devait faire partie du dépôt funéraire dont l’importance nous échappe. On peut associer au dépôt le cadre de miroir en plomb, bien que sa position dans la tombe, au sommet des terres de remplissage et entre l’extrémité du sarcophage et le mur est du caveau, laisse plutôt penser qu’il était à l’origine posé sur le cercueil en bois ou le sarcophage en plomb. Lors de sa fouille en 1983, le soulèvement du couvercle à la verticale l’aura fait glisser, ce qui reviendrait à le replacer au niveau de la tête du défunt puisque le corps était positionné la tête à l’ouest8.

5L’exiguïté et les circonstances de la fouille n’ont pas permis de réaliser des observations sur l’environnement du tombeau. On ne peut dire s’il était signalé en surface par une pierre tombale, un monument plus imposant ou s’il faisait partie d’une nécropole. En 2011, un diagnostic réalisé par Frédéric Veyssière de l’Inrap sur la parcelle où a été trouvée la tombe a permis de repérer dans plusieurs sondages les fondations d’un mur antique formant un vaste enclos de plus de 1 634 m2 (fig. 1). Seul l’angle sud-ouest a été reconnu et les extensions de l’enclos à l’est et au nord n’ont pu être précisées. Il paraît cependant déjà bien grand pour faire partie d’un quelconque aménagement en liaison avec la tombe qui se trouve à une cinquantaine de mètres du mur ouest et à plus d’une trentaine de mètres du mur sud de l’enclos, à moins d’en faire le cadre d’un jardin funéraire.

  • 9 Le laps de temps qui s’est écoulé entre la découverte du sarcophage et sa récupération n’a pas favo (...)

6Le sarcophage est confectionné dans une feuille de plomb découpée de manière à permettre un assemblage par simple rabat de languettes soudées sur la tranche (fig. 4)9. Il n’est pas complet et mesure encore 1,59 m de long, de 0,20 à 0,26 m de haut pour les côtés. Le fond et la base d’un des côtés sont percés de 7 petits trous sans doute d’évacuation des liquides de putréfaction. L’empreinte d’un anneau de fer de 6 cm de diamètre est également visible sur le fond. Le couvercle, conservé sur 1,19 m de long, est large de 0,32 m et possède des rabats de 3 à 5 cm. Jean-Pierre Bernadou, professeur à l’ENSAE de Toulouse, a réalisé une micro-analyse X par sélection d’énergie d’un échantillon au microscope à balayage. Elle a révélé des teneurs en plomb de 91,4 % et en cuivre de 8,6 %.

2. Le cadre de miroir

  • 10 Nous avions transmis ces informations et une photographie du cadre d’Auch à Guy Barruol qui les a r (...)

7La pièce qui retient toute notre attention est sans conteste le cadre de miroir en plomb. Malgré son extrême fragilité due au métal utilisé, il nous est parvenu dans un bon état de conservation (fig. 7).Le cadre se présente sous la forme d’une plaquette presque carrée de 56 x 57 mm de côté et d’1 mm d’épaisseur. Il pèse 12,64 g et possède une ouverture centrale circulaire de 44 mm de diamètre cernée sur sa face antérieure par une moulure décorée d’un rinceau et encadrée par un grènetis. Les écoinçons sont ornés par les têtes de profil et les attributs en léger relief de Dionysos, de Silène, d’un satyre et de Pan10.

8Le buste de Dionysos (en haut à gauche) est reconnaissable à ses traits juvéniles et à la coiffure bouclée terminée par un chignon d’où s’échappe une longue mèche. Le dieu est précédé d’un thyrse noué d’un ruban. Sur sa tête repose le van mystique matérialisé par un trait horizontal d’où part un phallus encadré par une ponctuation symbolisant sans doute un fruit. Dans le culte dionysiaque le van servait de plateau pour faire des offrandes au dieu et s’employait également dans les scènes initiatiques. De nombreuses représentations du van sous la forme du plateau à fruit ou à gâteaux sacramentels d’où émerge un phallus ou du panier recouvert du voile mystique sont connues, notamment dans l’iconographie sculptée des sarcophages.

9La tête de Silène (en haut à droite), au front chauve, à l’oreille d’équidé et à la longue moustache retombant sur une barbe abondante, est précédée d’un aspergillum.

Le buste de Satyre (en bas à gauche) est imberbe avec une chevelure bouclée soulignée de courtes mèches tirées en arrière ; devant lui un pedum.

La tête de Pan porte une barbe hirsute et une chevelure bouclée et abondante d’où dépassent des cornes de bouc. Il tient devant lui un syrinx.

  • 11 De Montégut, planches I-IV et Feugère, 1988.

Cette iconographie est des plus courantes et se retrouve notamment sur la vaisselle en argent dont elle a pu s’inspirer. Par exemple, les plats en argent du trésor de Thil en Haute-Garonne découvert en 1785 étaient décorés sur le rebord de têtes dionysiaques associées à des attributs (fig. 8)11.

10En raison de la faible épaisseur du cadre et de l’absence de crochet à l’arrière on peut supposer qu’il était monté sur une armature en bois qui n’a pas laissé de trace. En revanche, pour être fonctionnel, il fallait une partie réfléchissante qui fait défaut ici. Celle-ci pouvait être en métal argenté ou encore en verre. A-t-elle existé et a-t-elle été perdue ou récupérée au moment du pillage de la tombe ? Nous n’avons rien trouvé au moment de la fouille.

3. Les éléments de comparaison

  • 12 Pichlerová, 1981, planche CLII ; Pichlerová, 1982, p. 243.
  • 13 Je remercie M. Igor Bazovsky du musée archéologique national de Bratislava qui s’est chargé de l’op (...)
  • 14 Mon collègue Michel Barrère avait remarqué le cadre lors de son passage en 1993 au musée de Bratisl (...)

11Un cadre de miroir en plomb identique à celui d’Auch a été trouvé au cours de fouilles menées par Magda Pichlerová dans la nécropole du camp militaire d’auxiliaires de Gerulata-Rusovce (village proche de Bratislava, Slovaquie). Il provient d’une tombe à incinération du iie s. après J.-C12. L’objet est exposé au musée archéologique national de Bratislava. En 1994, son conservateur, Mme Beata Egyházy-Jurovská nous a mis en relation avec Mme Pichlerová qui nous a aimablement communiqué son poids (11,69 g)13 et une photo (fig. 8)14. Il n’y a aucun doute sur l’origine commune des cadres d’Auch et de Gerulata. De dimension et de décor identiques, ils sont issus d’un même moule. En effet, les attributs sont tous au même endroit et sur les deux exemplaires le thyrse empiète sur l’avant du buste de Bacchus. Le cadre de Gerulata, comme celui d’Auch, n’avait pas conservé de partie centrale réfléchissante.

  • 15 Nowotny, 1910, p. 121, fig. 47.
  • 16 Sur la question des collections et du site de Carnuntum voir Jobst, 1988.

12Un cadre de même type est signalé par Eduard Nowotny dans un article sur les miroirs convexes de verre15. Il provient de la collection archéologique du comte Traun à Petronell-Carnuntum (Autriche). La photographie est malheureusement de mauvaise qualité et sans doute mal orientée par rapport aux motifs figurant dans les écoinçons (fig. 9), mais d’après ce que l’on peut juger du décor qui orne l’ouverture centrale, il est très probable que ce cadre soit semblable, voire identique, aux deux précédents. La collection du comte Traun est constituée d’objets découverts au xixe s. lors des fouilles réalisées dans le camp légionnaire et l’agglomération civile de Carnuntum (communes de Bad Deutsch-Altenburg et Petronell-Carnuntum). Situé rive droite du Danube, le camp de Carnuntum était le siège de la XIVe légion Gemina et capitale de Pannonie supérieure. Le professeur Werner Jobst, directeur du musée de Carnuntinum à Bad Deutsch-Altenburg, a fort aimablement recherché pour nous le cadre de miroir. Celui-ci ne figurait malheureusement pas dans la partie de la collection Traun qui fut achetée par le musée en 198716. L’objet aura suivi un autre circuit de vente et se trouve peut-être en mains privées.

  • 17 Nowotny, 1910, p. 120-121.
  • 18 Nowotny indique dans son article de 1910 que les dimensions des miroirs quadrangulaires étaient de (...)

13Nowotny mentionne également plusieurs cadres de miroirs en plomb circulaires (12 ex.) et rectangulaires (3 ex.) trouvés à Aquilée (Italie)17. Il compare un de ces cadres à celui de la collection Traun en le qualifiant de « vollkommen gleich » (« parfaitement identique »). En 1996, Marie-Brigitte Carré (Centre Camille Jullian à Aix-en-Provence) s’est aimablement rendue au musée d’Aquilée où elle a pu voir les miroirs pouvant correspondre à ceux cités par Nowotny. Un seul des trois miroirs rectangulaires est conservé au musée ; il mesure 80 mm de côté et ses angles sont ornés d’une fleur stylisée18.

  • 19 Barruol, 1985, p. 366, complété par Liou et Sciallano, 2003.
  • 20 Nous remercions Xavier Delestre et David Ollivier qui nous ont facilité l’accès à l’objet en 2000.

14Notre enquête s’est achevée ou plutôt avait commencé en 1988 avec l’examen d’un cadre de miroir en plomb d’Olbia (Hyères, Var). Il avait été mentionné par Guy Barruol dans un article consacré à une série de miroirs votifs en plomb découverts en Provence et dédiés à Sélènè et Aphroditè19. Le décor n’avait pas été interprété mais l’illustration nous a laissé penser qu’il s’agissait d’un type semblable, voire identique à la monture d’Auch. Le cadre, très abîmé, avait été confié pour restauration à Michèle Giffault (Centre d’études nucléaires de Grenoble) qui nous en a communiqué de premières photographies tout en confirmant l’identité des décors. Lorsque le cadre a réintégré les réserves du site d’Olbia, nous en avons fait un examen approfondi (fig. 10)20. Il mesure 57 x 58 mm de côté, 1 mm d’épaisseur et 44 mm de diamètre pour le trou central. Son poids est de 12,02 g. Le revers est plat et dépourvu d’élément de fixation. Autour de l’ouverture centrale une moulure porte un décor de rinceau encadré d’un grènetis. Les écoinçons sont ornés des mêmes têtes dionysiaques que les cadres d’Auch et de Gerulata, avec cependant une disposition différente des têtes et des attributs.

15Le buste de Dionysos (en haut à gauche) est surmonté du van et le thyrse est placé en avant sans toucher le buste comme sur les exemplaires d’Auch et de Gerulata. En haut à droite, Pan est reconnaissable aux deux cornes de bouc, son attribut n’est cependant pas identifiable. En bas à gauche, le buste de Silène est différent de celui d’Auch et de Gerulata ; devant lui figure un pedum. En bas à droite, un satyre est associé à un pedum ( ?). La dimension des quatre personnages et le détail de leur représentation ne sont pas en tous points identiques à ceux des exemplaires d’Auch et de Gerulata. La disposition et le choix des attributs diffèrent également. Le style très proche des figurations laisse cependant entrevoir un même atelier disposant de plusieurs poinçons pour un même sujet.

4. L’atelier de production

16Le style très classique des décors, sans doute inspirés de la toreutique, n’est d’aucun secours pour situer l’atelier de production. En revanche, la localisation des découvertes est ici une donnée exploitable.

  • 21 Nous remercions Mme Ingrid Burger, conservatrice du musée de Kelheim en Allemagne, pour la photogra (...)

17Le groupe d’Auch (Auch, Gerulata, Carnuntum, Aquilée et Hyères) s’apparente par sa forme, sa fragilité et son contexte à différentes séries de montures de miroir en plomb. Un atelier produisant des miroirs en plomb portant une dédicace en grec à Sélènè ou à Aphroditè se trouvait à Arles. D’autres montures, provenant en partie des régions du Limes, offrent des maximes ou souhaits en latin (fig. 11)21. Ils ont pour la plupart une feuillure sur la face postérieure qui était destinée à recevoir une plaque de verre-miroir. Sur le côté opposé, ils comportaient des agrafes qui servaient peut-être à les maintenir, comme couvercle, sur des boîtes ou tout autre support.

  • 22 Pichlerova, 1991, p. 150-156.
  • 23 Un camp militaire de recrutement du temps de Septime Sévère se trouvait à Lugdunum-Saint-Bertrand-d (...)
  • 24 Vorbeck, 1980, p. 21 et 42.

18Le groupe d’Auch est dépourvu de feuillure et d’agrafe et présente une qualité d’exécution du décor bien meilleure. Dans trois cas – Gerulata, Carnuntum, Hyères – le lieu de découverte est lié à la présence de militaires. Le camp légionnaire de Carnuntum et celui abritant l’unité équestre de Gerulata22 sont à peine distants de 25 km. Ils sont implantés sur la grande voie stratégique de communication longeant le Danube et reliant Carnuntum à Aquilée sur l’Adriatique. De cette ville proviendrait un cadre de miroir du même groupe à en croire Nowotny. Des fouilles réalisées dans l’agglomération civile liée au camp légionnaire de Carnuntum sont issus de nombreux petits objets votifs en plomb réalisés en série dans un atelier local (fig. 12). Il se peut que les cadres de miroirs du groupe d’Auch, dont l’usage domestique est très peu probable en raison de leur extrême fragilité mais dont la fonction prophylactique et apotropaïque ne peut nous échapper, proviennent d’un des ateliers artisanaux se développant autour du camp. Carnuntum a été un lieu hautement stratégique sur un plan militaire et économique (fig. 13). Trajan en fit la capitale de la province de Pannonie supérieure. Marc Aurèle y tint son quartier général pendant 3 ans et y écrivit une partie de ses mémoires. En 193, Septime Sévère y fut proclamé empereur par ses troupes. Les soldats et les marchands allaient et venaient vers l’Italie en passant par Aquilée et vers la Gaule par Gênes, les Alpes ou la côte méditerranéenne. Le cadre de miroir trouvé dans le camp militaire d’Olbia à Hyères a sans doute emprunté cet itinéraire et pourrait s’expliquer par la venue d’un marchand ou de soldats auparavant cantonnés sur les bords du Danube. Celui d’Auch est plus excentré géographiquement, et ne traduit sans doute pas la venue chez les Auscii d’un détachement de la XIVe légion Gemina. Aucun camp militaire du iie s. après J.-C. n’a d’ailleurs été signalé par l’archéologie et les textes23. Il nous paraît plus judicieux de considérer cet objet comme ayant fait partie des effets personnels d’un militaire originaire de la cité d’Auch. L’armée offrait aux « provinciaux » de nombreux avantages, dont l’accès à la citoyenneté romaine en fin de carrière. Plusieurs soldats originaires de villes de Provence (Alba, Aix, Apt, Avignon, Digne, Fréjus, Riez) sont décédés à Carnuntum. Un soldat de la cité de Tolosa et un de la cité d’Elusa, toutes deux voisines de celle de la cité d’Auch, sont également enterrés dans une des nécropoles de Carnuntum24.

19Il est donc possible que le propriétaire du cadre de miroir d’Auch ait été un habitant de la cité des Auscii ayant accompli son service militaire à Carnuntum ou dans un de ses proches camps d’auxiliaires. Après de bons et loyaux services, de retour au pays il aura conservé par devers lui cet objet chargé de souvenirs. Le cadre aura été déposé sur son cercueil le jour de son inhumation, ou peut-être aura-t-il servi de dépôt funéraire pour un membre de sa famille. Sur ce point, il serait intéressant de déterminer le sexe et l’âge du squelette contenu dans le sarcophage, si celui-ci a été conservé.

Fig 12.

Haut de page

Bibliographie

Barruol, G., 1985, Miroirs votifs découverts en Provence et dédiés à Sélènè et à Aphroditè, RAN, 18, p. 343-373.

Barruol, G., 1987, Miroirs dédiés à Sélènè et à Aphroditè : observations et découvertes nouvelles, RAN, 20, p. 415-418.

Cochet, A. et Hansen, J., 1986, Conduites et objets de plomb gallo-romains de Vienne (Isère), 46e supplément à Gallia.

De Montégut, 1788, Observations sur les vases antiques d’argent, trouvés à Caubiac au mois de mai 1785, Mémoires de l’Académie royale des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse, 3, p. 1-19, planches I-IV.

Feugère, M., Le trésor d’argenterie gallo-romaine de Thil (Haute-Garonne) dit « trésor de Caubiac », dans Fr. Baratte (éd.), Argenterie romaine et byzantine, Actes de la table ronde, Paris 11-13 octobre 1983, De Boccard, Paris, p. 63-84.

Groller, M. von, 1905, Der Römische Limes in Österreich, VI.

Jobst, W., 1988, Archäologie und Denkmalpflege in Carnuntum, Carnuntum Jahrbuch,
p. 63-91.

Lapart, J., 1985, Sarcophage en plomb non décoré découvert à Auch (Gers), Aquitania, 3, p. 207-214.

Liou, B. et Sciallano, M., 2003, Trois nouvelles montures en plomb de miroirs issus de l’atelier arlésien de Quintos Likinios Touteinos, dans Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol, RAN (suppl. 35), p. 437-440.

Nowotny, E., 1910, Gläserne Konvexspiegel, Jahrhefte des österreichischen archäologischen Institutes in Wien, XIII, p. 107-128.

Pichlerová, M., 1981, Gerulata-Rusovce. Rimske pohrebisko, II. Römisches Gräberfeld II. Fontes AÚ SNM 5, Bratislava.

Pichlerová, M., 1982, Antike kunsthandwerkliche Gegenstände aus Gerulata, Concilium Eirene, XVI, 2, p. 239-244.

Pichlerová, M., 1991, Rimska stanica Gerulata na uzemi Bratislavy, Vlastivednt Casopis, XXXX, p. 150-156.

Schaad, D. et Soukiassian, G., 1990, Encraoustos : un camp militaire romain à Lugdunum civitas Convenarum (Saint-Bertrand-de-Comminges), Aquitania, 8, p. 99-120.

Vorbeck, Ed., 1980, Militärinschriften aus Carnuntum, Vienne.

Haut de page

Annexe

Fig. 1.

Fig. 1.

Plan de situation de la tombe découverte en 1983 et des restes d’un mur d’enclos repérés en 2011 au cours d’un diagnostic archéologique réalisé par l’Inrap à l’emplacement de la parcelle 35, section DV du cadastre d’Auch.

Fig. 2.

Fig. 2.

Plan et coupe A-B du tombeau d’Auch. Relevé A. Dieulafait et D. Schaad, 1987.

La tombe d’Auch après l’intervention de 1987. Sur la vue de gauche, le sarcophage de plomb avant sa dépose ; ses parois sont effondrées. Sur la vue de droite, le fond du tombeau après la dépose du sarcophage. Clichés D. Schaad.

Fig. 4.

Fig. 4.

Plan d’assemblage du sarcophage de plomb d’Auch. Dessin A. Dieulafait.

Fig. 5.

Fig. 5.

Urne à paroi mince de pâte fine orangée. Sur le col, graffito --- [.]E---.

Fig. 6.

Fig. 6.

Plat en argent du trésor de Thil (Haute-Garonne), dit de Caubiac, décoré de têtes dionysiaques. British Museum. Cliché Christophe Gauci.

Fig. 7.

Fig. 7.

Cadre de miroir en plomb d’Auch. Cliché Jean-François Peiré, DRAC Midi-Pyrénées.

Fig. 8.

Fig. 8.

Cadre de miroir en plomb de Gerulata-Rusovce (Slovaquie). Cliché Musée archéologique national de Bratislava (Slovaquie).

Fig. 9.

Fig. 9.

Cadre de miroir en plomb de la collection du Comte Traun de Petronell-Carnuntum (Autriche). Cliché de J.-M. Kistler, Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg, d’après Nowotny, 1910, p. 121, fig. 47.

Fig. 10.

Fig. 10.

Cadre de miroir en plomb d’Olbia

(Hyères, Var). Cliché D. Schaad

Fig. 11.

Fig. 11.

Cadre de miroir en plomb portant l’inscription « Vteretu dignae Silo » (« Utilise-moi dignement, oh Silo »). Provenance Kelheim-Affecking, vers 200 après J.-C. Cliché Archäologishes Museum der Stadt Kelheim, 1987.

Objets votifs en plomb provenant des fouilles de l’agglomération civile du camp légionnaire de Carnuntum. D’après von Groller 1905, p. 128, fig. 81.

Fig. 13.

Fig. 13.

L’Empire romain d’Occident au iie s. après J.-C.et l’itinéraire de Carnuntum à Auch et Olbia.

Haut de page

Notes

1 Lapart, 1985, p. 207-214.

2 Nous avons été aidé par André Dieulafait, ami et compagnon de fouille à qui nous devons la découverte du fameux trésor d’Eauze.

3 Dimensions : 46 cm de long, 41 cm de large, 3 cm d’épaisseur et 6 cm de hauteur avec le rebord.

4 Un onzième clou est mentionné par Lapart, 1985, p. 209.

5 Cochet et Hansen, 1986, p. 208-209.

6 Lapart, 1985, p. 208, fig. 2.

7 L’occupant de la proche maison du garde-barrière que nous avons questionné a bien enterré un berger allemand à l’emplacement de la tombe, mais il n’avait pas remarqué sa présence. Le chien a fait l’objet d’une étude ostéologique (Fr. Juillard, dans Lapart, 1985, p. 213-214).

8 Le squelette n’a pas été étudié. Il est précisé qu’il était presque complètement écrasé par l’affaissement du couvercle et qu’il était en décubitus dorsal, les pieds à l’est (Lapart, 1985, p. 209).

9 Le laps de temps qui s’est écoulé entre la découverte du sarcophage et sa récupération n’a pas favorisé sa conservation. Très altéré, il n’a pas été possible de le reconstituer.

10 Nous avions transmis ces informations et une photographie du cadre d’Auch à Guy Barruol qui les a reprises dans un article complémentaire à une étude de miroirs en plomb inscrits sortis d’un atelier arlésien ; Barruol, 1987, p. 418.

11 De Montégut, planches I-IV et Feugère, 1988.

12 Pichlerová, 1981, planche CLII ; Pichlerová, 1982, p. 243.

13 Je remercie M. Igor Bazovsky du musée archéologique national de Bratislava qui s’est chargé de l’opération de pesée.

14 Mon collègue Michel Barrère avait remarqué le cadre lors de son passage en 1993 au musée de Bratislava.

15 Nowotny, 1910, p. 121, fig. 47.

16 Sur la question des collections et du site de Carnuntum voir Jobst, 1988.

17 Nowotny, 1910, p. 120-121.

18 Nowotny indique dans son article de 1910 que les dimensions des miroirs quadrangulaires étaient de 56 à 74 mm de côtés et de 47 à 63 mm pour le diamètre du trou central.

19 Barruol, 1985, p. 366, complété par Liou et Sciallano, 2003.

20 Nous remercions Xavier Delestre et David Ollivier qui nous ont facilité l’accès à l’objet en 2000.

21 Nous remercions Mme Ingrid Burger, conservatrice du musée de Kelheim en Allemagne, pour la photographie de la monture en plomb de la fig. 11.

22 Pichlerova, 1991, p. 150-156.

23 Un camp militaire de recrutement du temps de Septime Sévère se trouvait à Lugdunum-Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne) ; Schaad et Soukiassian, 1990.

24 Vorbeck, 1980, p. 21 et 42.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1.
Légende Plan de situation de la tombe découverte en 1983 et des restes d’un mur d’enclos repérés en 2011 au cours d’un diagnostic archéologique réalisé par l’Inrap à l’emplacement de la parcelle 35, section DV du cadastre d’Auch.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/691/img-1.png
Fichier image/png, 17k
Titre Fig. 2.
Légende Plan et coupe A-B du tombeau d’Auch. Relevé A. Dieulafait et D. Schaad, 1987.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/691/img-2.png
Fichier image/png, 24k
Titre Fig. 3.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/691/img-3.png
Fichier image/png, 487k
Légende La tombe d’Auch après l’intervention de 1987. Sur la vue de gauche, le sarcophage de plomb avant sa dépose ; ses parois sont effondrées. Sur la vue de droite, le fond du tombeau après la dépose du sarcophage. Clichés D. Schaad.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/691/img-4.png
Fichier image/png, 477k
Titre Fig. 4.
Légende Plan d’assemblage du sarcophage de plomb d’Auch. Dessin A. Dieulafait.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/691/img-5.png
Fichier image/png, 21k
Titre Fig. 5.
Légende Urne à paroi mince de pâte fine orangée. Sur le col, graffito --- [.]E---.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/691/img-6.png
Fichier image/png, 4,2k
Titre Fig. 6.
Légende Plat en argent du trésor de Thil (Haute-Garonne), dit de Caubiac, décoré de têtes dionysiaques. British Museum. Cliché Christophe Gauci.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/691/img-7.png
Fichier image/png, 277k
Titre Fig. 7.
Légende Cadre de miroir en plomb d’Auch. Cliché Jean-François Peiré, DRAC Midi-Pyrénées.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/691/img-8.png
Fichier image/png, 27k
Titre Fig. 8.
Légende Cadre de miroir en plomb de Gerulata-Rusovce (Slovaquie). Cliché Musée archéologique national de Bratislava (Slovaquie).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/691/img-9.png
Fichier image/png, 26k
Titre Fig. 9.
Légende Cadre de miroir en plomb de la collection du Comte Traun de Petronell-Carnuntum (Autriche). Cliché de J.-M. Kistler, Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg, d’après Nowotny, 1910, p. 121, fig. 47.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/691/img-10.png
Fichier image/png, 32k
Titre Fig. 10.
Légende Cadre de miroir en plomb d’Olbia
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/691/img-11.png
Fichier image/png, 31k
Titre Fig. 11.
Légende Cadre de miroir en plomb portant l’inscription « Vteretu dignae Silo » (« Utilise-moi dignement, oh Silo »). Provenance Kelheim-Affecking, vers 200 après J.-C. Cliché Archäologishes Museum der Stadt Kelheim, 1987.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/691/img-12.png
Fichier image/png, 33k
Légende Objets votifs en plomb provenant des fouilles de l’agglomération civile du camp légionnaire de Carnuntum. D’après von Groller 1905, p. 128, fig. 81.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/691/img-13.png
Fichier image/png, 131k
Titre Fig. 13.
Légende L’Empire romain d’Occident au iie s. après J.-C.et l’itinéraire de Carnuntum à Auch et Olbia.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/691/img-14.png
Fichier image/png, 144k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Schaad, « Un cadre de miroir en plomb à décor dionysiaque découvert à Auch », Pallas, 90 | 2013, 185-198.

Référence électronique

Daniel Schaad, « Un cadre de miroir en plomb à décor dionysiaque découvert à Auch », Pallas [En ligne], 90 | 2013, mis en ligne le 11 mars 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/691 ; DOI : 10.4000/pallas.691

Haut de page

Auteur

Daniel Schaad

Ingénieur de Recherche
SRA Midi-Pyrénées
d.schaad@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org