Navigation – Plan du site
II. Les Grecs en Grande Grèce et en Sicile

La question des implantations grecques et des contacts précoloniaux en Italie du Sud : entre emporia et apoikiai

The question of the Greek settlements and of the precolonial contacts in southern Italy : between emporia and apoikiai
Arianna Esposito
p. 97-121

Résumés

Cette intervention insiste sur l’analyse des structures de contact et d’échange afin de reposer la question de la colonisation grecque de manière originale, en relation avec une étude sur la nature des premières présences grecques en Italie méridionale et sur l’organisation des territoires de la part des autochtones. C’est dans ce contexte qu’on peut intégrer l’expérience pithécusaine ou essayer de comprendre les quelques exemples évoqués ici, parmi d’autres, tels que les établissements de Francavilla Marittima ou de l’Incoronata.
Si les deux termes conventionnellement utilisés, pré- et proto-colonisation, ne sont pas les plus adéquats – par leur perspective téléologique – il faut insister sur l’importance historique de ce moment précis de la présence grecque en Occident. Il est évident que ce schéma explicatif doit être nuancé et revu, notamment à la lumière de la diversité des réactions indigènes et de la durée variée des processus d’appropriation territoriale de la part des Grecs.
Malgré toutes les lacunes et la multiplicité d’interprétations et de discussions, c’est dans une perspective historique que nous essayons, dans le cadre de cette contribution, de préciser la chronologie, d’évaluer l’importance de ces premiers contacts et, au-delà, de comprendre, au moins partiellement, l’impact historique d’un phénomène qui apparaît, depuis sa genèse, particulièrement complexe et varié.
La distinction entre une phase précoloniale et une phase coloniale demeure pertinente. Cette dernière situation entraîne en effet une configuration particulière. Car il ne fait plus aucun doute que la fondation des colonies agraires amène une rupture radicale avec la situation précoloniale : l’équilibre précédent la colonisation, lié à l’existence de réseaux d’échange et à la cohabitation éventuelle entre Grecs et indigènes, est rompu par la fondation des nouvelles apoikiai. L’apoikia crée alors une nouvelle organisation territoriale, qui ne prévoit pas la gestion commune des territoires : les fondations proprement coloniales mobilisent d’autres groupes de Grecs dont la motivation première est désormais la terre.

Haut de page

Notes de l’auteur

Alors que j’écrivais cet article, j’ai appris le décès soudain de David Ridgway à Athènes. Ces pages sont dédiées à sa mémoire. Elles ne sont qu’un modeste hommage au Chercheur et au Professeur dont les qualités pédagogiques et l’esprit ont enrichi le patrimoine intellectuel de plusieurs générations d’historiens et d’archéologues travaillant sur l’histoire de l’Italie archaïque et de Pithécusses.

Texte intégral

Questions préliminaires

  • 1 Cf. Osborne, 1998 ; Yntema, 2000 ; Owen, 2005.
  • 2 Greco, 2009 ; Ridgway, 2004.

1Dans une perspective résolument postcoloniale, le travail d’un certain nombre de chercheurs1 présente désormais le phénomène de la colonisation grecque comme une opération essentiellement pacifique, fondée sur une diversité de formes de connivence voire de cohabitation multiethnique. Les critiques adressées à cette vision du phénomène colonial sont disparates. En Italie en particulier, les réactions à cette nouvelle vulgate ont été vives et fermes2. Notons d’emblée que la « tendance » historiographique dominante, à l’heure actuelle, se concentre sur le poids et la nature des expériences précoloniales. Or, évidemment ce changement de perspective sur les contacts précoloniaux entraine aussi une nouvelle façon de concevoir la colonisation qui modifie du tout au tout les conditions de son interprétation. C’est ce changement d’optique et ses conséquences que nous souhaiterions mettre en évidence ici.

  • 3 Lepore, 1969, p. 179-180.

2La manière dont les archéologues et les historiens abordent la précolonisation a en effet une incidence sur la façon même d’appréhender la colonisation grecque en Occident. Dans un article fondamental, paru en 1969, E. Lepore signalait déjà cette tendance, assez largement répandue dans l’archéologie contemporaine, à rattacher la précolonisation à la colonisation d’époque historique : « vediamo sempre più che in fondo il problema della cosiddetta ‘precolonizzazione’ s’identifica con quello delle cause della colonizzazione »3.

  • 4 Sauf indication contraire, les dates auxquelles on fait référence sont avant notre ère.

3Aujourd’hui, le chercheur travaillant sur la colonisation grecque doit faire face à de nouveaux enjeux, mais aussi à de nouvelles difficultés. Même si le débat évoqué par E. Lepore en 1969 est désormais dépassé, les hypothèses et controverses actuelles s’inscrivent néanmoins dans le sillage tracé par ces travaux fondateurs. En effet, les lectures radicales que certains chercheurs du courant postcolonial proposent tendent aujourd’hui à généraliser, voire à uniformiser, le phénomène colonial archaïque. On pense notamment à l’article célèbre de Robin Osborne : il émet non seulement de fortes réserves sur la possibilité de reconstruire la colonisation d’époque archaïque (aux viiie et viie s.)4 à partir de sources littéraires beaucoup plus tardives, mais propose même de remplacer le modèle basé sur le rapport metropolis-apoikia, par un modèle fondé sur les initiatives privées d’individus et de groupes d’individus. Ces derniers s’établissent dans des régions présentant des conditions favorables à l’installation et y cohabitent, au moins dans un premier temps, avec les populations locales.

  • 5 Dans la littérature récente, surtout anglophone, le recours à la notion de « colonial encounters » (...)

4La question de la « sémantique coloniale » est bien entendu au cœur de cette démarche. Cette question a suscité un nombre pléthorique de colloques et de publications dans les deux décennies écoulées. À la suite de ces recherches, de nombreux auteurs ont insisté sur le caractère dialectique de la « rencontre coloniale », montrant, si besoin en était, que celle-ci n’avait laissé indemne aucun des acteurs en présence5. Reste à voir comment ces recherches permettent, à présent, de poser de nouvelles questions, voire d’y apporter des débuts de réponses. Le trait original de cette production historiographique réside ailleurs à mon sens.

5Le débat enclenché par cette littérature a eu en effet, malgré tout, le mérite de reposer, à partir des découvertes archéologiques les plus récentes, des problèmes centraux pour la compréhension de l’expérience coloniale grecque archaïque. Il nous invite à examiner certains concepts, particulièrement importants dans l’historiographie traditionnelle, mais dont le contenu et l’emploi demandent à être précisés, à la suite des nouvelles interprétations. En premier lieu, évidemment, celui de la transition entre la phase précoloniale et le moment colonial proprement dit, correspondant à la fondation des cités ; en second lieu, celui de la définition même du terme de « fondation ». De fait, selon que l’on accepte ou pas l’hypothèse des « deux temps de la colonisation », on se forgera des images distinctes.

6Par conséquent, ce débat a également permis de renouveler l’attention des chercheurs sur la terminologie utilisée pour définir l’installation ; de questionner, à partir des données récentes, la pertinence des concepts d’emporion et d’apoikia ou, encore, la vexata quaestio de la naissance et de la définition du concept même de cité.

  • 6 Pour la dialectique entre les sources anciennes et les données archéologiques, cf. Zurbach, 2008a.

7Enfin, il soulève naturellement la question des relations entre données archéologiques et interprétations historiques, et sa controverse, désormais bien connue, portant en particulier sur la valeur heuristique des données céramiques6.

  • 7 Greco, 1999, p. 264.

8La multiplication des découvertes archéologiques et des recherches récentes exige de nouvelles remises en question, des nuances ou parfois des révisions radicales. Cette masse de documentation doit être prise en compte, malgré le fait qu’elle reste encore souvent dispersée et parcellaire. Dans la recherche et la littérature récentes sur la Grande Grèce, deux approches ont à mon sens modifié le débat archéologique : d’une part, les études de plus en plus abondantes sur la Grèce de la fin de l’époque géométrique ont permis de questionner, de façon toujours plus précise, les contextes d’origine des « colons »7. D’autre part, on a appris à mieux appréhender la diversité des contextes de colonisation par une connaissance plus rigoureuse des autochtones. Par ce biais, l’histoire de la colonisation d’époque archaïque en Méditerranée centrale ne se limite désormais plus à celle des deux grandes civilisations méditerranéennes, grecque ou phénicienne, mais inclut celle, parfois assez méconnue, des peuples « non-grecs » avec lesquels ces dernières se sont confrontées.

9Cela amène à aborder les sociétés autochtones non plus comme des récepteurs passifs, ne possédant pas un niveau de technicité assez élevé et dont la seule fonction était d’être hellénisés, mais en tant que groupes structurés, avec des systèmes économiques, technologiques et sociaux propres, en somme des interlocuteurs actifs. Le travail des protohistoriens de l’Italie s’avère à cet égard capital, et le dialogue entre protohistoriens et hellénistes est quant à lui fondamental.

10Je vais donc essayer dans le cadre de cet article de considérer ces trois aspects : tout d’abord, le débat autour de la notion de précolonisation et du commerce archaïque (I). Après avoir passé en revue les principales lignes de force de cette historiographie, j’aborderai l’exemple de Pithécusses à la lumière des nouvelles hypothèses et découvertes (2). Enfin, je considèrerai l’exemple de l’arc ionien en éclairant la variété des réactions indigènes à partir des données archéologiques (3). On ne trouvera pas ici un exposé démonstratif sur les sites pris en compte, mais plutôt une série de sujets de réflexion, avec une orientation bibliographique récente. On s’efforcera de voir ainsi si ces questions sont soumises aux sources propres à chaque période ou région, à la perspective de chaque auteur, ou à des facteurs plus généraux. Dès lors, il s’agira dans les pages qui suivent d’explorer un certain nombre de pistes mettant en avant la diversité du phénomène colonial en Italie méridionale, en tenant compte des acquis les plus récents de l’archéologie où sont mis à contribution les habitats, les nécropoles, la culture matérielle et, en particulier, les mobiliers céramiques.

1. Autour de la précolonisation et des trafics archaïques

  • 8 Pour l’historiographie de cette notion en France et en Italie, cf. Roure, Casal, 2006 ; pour les pé (...)

11Du point de vue de la littérature moderne8, le concept de précolonisation naît avec les trois études d’Alan Blakeway dans les années trente et avec les recherches presque contemporaines de Sir Leonard Woolley sur la présence grecque à Al Mina. Mais au fur et à mesure de l’accumulation des découvertes archéologiques, le concept de précolonisation a acquis une nouvelle dimension à la fois spatiale, culturelle et chronologique, jusqu’à désigner et recouvrir des phénomènes historiques très disparates, voire très éloignés. Nous pouvons dès lors distinguer plusieurs niveaux de signification, qui correspondent à autant d’évolutions théoriques et qui touchent aux contacts à la fois culturels et économiques. C’est à ces aspects que je vais donc m’attacher en premier lieu.

1. 1. Le débat autour du mot précolonisation

12La dispute, au sens rhétorique du terme, autour de la notion de précolonisation – et de ses usages – n’est pas seulement une mise en concurrence d’interprétations contradictoires. Elle est le fruit de la juxtaposition de registres distincts et mutuellement exclusifs de la compréhension du fait colonial.

13Stricto sensu, le terme « précolonisation » renvoie à la période chronologique qui précède immédiatement la colonisation historique de l’Occident. Son emploi révèle que le phénomène colonial grec a été étudié au prisme de l’expansion coloniale européenne : les représentations propres au phénomène colonial méditerranéen antique ont été employées pour justifier les entreprises coloniales des xixe et xxe siècles de notre ère. Ce parallèle anachronique n’est pas dépourvu de conséquences.

  • 9 Ridgway, 1988 et 2000.

14La première relève du sens implicite que l’on confère à ce mot, puisqu’on lui attribue une portée téléologique ; on y voit en somme une phase « préparatoire » à l’arrivée des véritables colons. Mais la colonisation grecque est elle-même un processus complexe que nous ne saisissons par ailleurs que de façon très fragmentaire voire inégale, et qui a eu lieu dans le temps, avec des rythmes différents, au point que certaines régions ne furent touchées que tardivement. La précolonisation elle-même est donc une donnée discontinue, qui n’est pas nécessaire et qui n’aboutit pas forcément non plus à la fondation d’une colonie – un contexte précolonial n’étant pas systématiquement destiné à préparer l’installation d’une colonie9.

15L’arc chronologique compris par cette notion est par ailleurs très vaste, dilaté même. Il varie, selon les auteurs et les régions : il concerne aussi bien les ixe et viiie s., lorsque les contextes relèvent de l’Italie ou de la Sicile, que le viie s., lorsqu’il est question de la Gaule méditerranéenne, où la colonie de Marseille est fondée vers 600 av. J.-C. par les Phocéens (Roure, Casal, 2006, p. 609). Par extension, le mot a fini par désigner à la fois la nature des contacts entre les Grecs et les populations locales de l’Occident avant l’implantation des premières colonies, ainsi que le lien possible entre ces premiers échanges et la colonisation elle-même.

  • 10 Moscati, 1983.
  • 11 L’hypothèse principale est qu’il s’agit d’artisans itinérants, de provenance et de formation égéenn (...)

16Le fait de nier la portée téléologique du terme a ensuite permis de repousser le début de cette période dans le temps : à la suite de Sabatino Moscati et d’autres, on a alors parlé de précolonisation pour désigner les échanges entre l’Occident et le monde mycénien10, à une période chronologique (le xiiie s.) bien antérieure à celle définie au départ, ou aussi pour indiquer les différents mouvements phéniciens en Méditerranée, mouvements qui par ailleurs ont eu lieu, il est vrai, bien avant la colonisation grecque mais également en parallèle de celle-ci. Dans la littérature archéologique on retrouve en outre la notion de période intercoloniale chez certains spécialistes qui ont cru pouvoir reconnaître dans la période Mycénienne le statut d’une phase véritablement coloniale. Mais le développement des études sur les présences mycéniennes en Italie a démontré qu’il serait fallacieux de parler de « colonisation mycénienne » et, notamment, que les communautés qui ont accueilli artisans et produits mycéniens11 sont restées des communautés « indigènes ». Cette expression a donc vite été écartée.

  • 12 Roure, Casal, 2006, p. 164.

17C’est plutôt le débat relatif à la nature de l’établissement de Pithécusses qui a permis de pointer l’ambiguïté implicite de la notion de précolonisation. Le recours au concept de « protocolonial » apparaît alors dans la littérature archéologique et historique pour bien différencier la période chronologique caractérisant Pithécusses et Cumes de la période immédiatement antérieure. John Boardman introduit la notion de commerce « paracolonial », à savoir un commerce autour et au-delà de la colonisation et qui ne figure pas en tout cas sa condition première. Ce commerce est la survivance des anciens prêts, échanges de cadeau et réseaux de relation aristocratiques12.

1. 2. Trafics, échanges et commerces archaïques

  • 13 Cf. Gras, 1985 ; Gras, 1995 qui résume les travaux d’E. Lepore, A. Mele, B. Bravo, C. Ampolo et M. (...)

18II est utile de rappeler à cette étape de notre exposé quelques aspects de l’analyse des échanges dans le monde grec archaïque : la question de la précolonisation est en effet strictement liée à celle des « trafics archaïques », pour reprendre l’expression de M. Gras13. C’est à partir du viiie s. que le commerce grec archaïque connaît une longue évolution permettant le passage de la prexis aristocratique, avec ses deux aspects annexes, la piraterie et l’hospitalité, à l’emporiè réglementée, activité spécialisée exercée par des marchands professionnels, pratique qui s’imposera ensuite à l’époque classique.

  • 14 Lepore, 2000, p. 41-42.

19Cette évolution peut être appréhendée à travers les œuvres littéraires (Hésiode, Solon Théognis, Thucydide). L’archéologie permet à son tour d’individualiser ces pratiques dès le viiie siècle, d’abord chez les Eubéens, et, ultérieurement, chez les Phocéens, Samiens, Milésiens ou Éginètes. Cette conception implique en amont une vision qui distingue deux modèles spécifiques et fonctionnels de colonies, à savoir un type « agraire » de colonie et un type « commercial »14. Or, cette distinction – sans doute trop mécanique – ne rend pas assez compte ni de l’indépendance politique des nouvelles cités, les colonies, par rapport à leur métropole, ni de la place que tiennent les sociétés indigènes dans ces dynamiques.

1. 3. Quelle place pour les sociétés indigènes dans le débat ?

  • 15 D’Agostino, 1994.

20Bruno d’Agostino a envisagé un cadre plus articulé des raisons économiques qui sont en amont de ces mouvements pré- et proto-coloniaux. Il a supposé que leur but principal était la recherche d’avantages liés aux échanges, et qu’elle était rendue possible par la fragmentation du monde indigène et par l’absence corrélée d’un système commercial organisé15. Un modèle d’emporiè, donc, émancipé du cadre qui connote le commerce acquisitif et aristocratique de la prexis, dans la mesure où il serait en contradiction avec le système socio-économique du haut archaïsme. L’enjeu est majeur. Si l’on s’en tient à cette nouvelle lecture, la distinction établie à l’origine par Alfonso Mele et fondée sur les seules sources littéraires s’avère insuffisante pour rendre compte de tous les cas, comme les trafics tyrrhéniens, par exemple, étudiés par Michel Gras. Et à ce titre, ce dernier soulignait justement, dans les conclusions de son livre (1985), que l’opposition commerce/trafic ne correspond pas à la dualité prexis-emporiè et que cette dernière ne suffit pas, comme ne suffisait pas non plus l’opposition de Georges Vallet entre commerce colonial/commerce international, ni celle, plus récente, proposée par Jean-Paul Morel entre commerce à court rayon d’action/commerce au long cours.

  • 16 Schnapp, 2000.

21La distance est un aspect important, mais elle n’est pas une donnée suffisante : entre les trafics et le commerce il y a le rôle de la communauté16. C’est par ce biais que le commerce précolonial glisse vers le problème de l’étude de la structure des sociétés indigènes et de l’évolution de leur système social.

22Il importe, pour éviter des perspectives partielles et ne pas se priver d’une possibilité évidente de lecture dynamique des preuves archéologiques, d’étudier ce phénomène du point de vue du développement des sociétés indigènes (point de vue interne) comme de celui de « l’impact de la colonisation » (point de vue externe). Le cas le mieux connu demeure sans doute Pithécusses.

  • 17 Nous n’aborderons ici que la présence eubéenne, mais il est désormais acquis que ce site s’inscrit (...)

23Le site mixte, sur l’île d’Ischia, en face de la baie de Naples (fig. 1), est bien entendu l’une des clefs pour la compréhension de cet horizon historique très ample et complexe, incluant par ailleurs aussi bien les mouvements phéniciens que grecs17.

Fig. 1. Carte de la Campanie.

Fig. 1. Carte de la Campanie.

© CNRS Centre Jean-Bérard

2. Pithécusses : « entre » emporion et apoikia

24L’établissement de Pithécusses occupe une place particulière dans l’archéologie méditerranéenne en raison de sa condition quasi-archétypale par rapport à la colonisation grecque, mais également en raison de l’état de conservation exceptionnel de sa nécropole. Dans le cadre de cette étude, débuter notre analyse par ce site devient dès lors presque obligatoire.

  • 18 Ridgway, 1984, p. 107-108 et 121-124.

25Au milieu des années quatre-vingt, David Ridgway exprima les difficultés que l’on éprouve à qualifier et à classer historiquement le site de Pithécusses dans l’une des deux catégories, emporion ou apoikia18. L’établissement pourrait en effet être qualifié d’emporion d’après certaines de ses caractéristiques (communauté mixte, présence d’Orientaux, absence de sépultures aristocratiques – même si la nécropole n’avait été que partiellement fouillée – absence d’œcistes et d’autosuffisance alimentaire, etc.). Toutefois, son organisation urbaine, malgré son dispositif archaïque, et son origine tendraient plutôt à en faire une apoikia. Dès lors, D. Ridgway en souligne l’exceptionnalité.

  • 19 Cf. en particulier d’Agostino, 1994.
  • 20 Greco, 1994 et d’Agostino, 1994.

26Depuis, le débat sur la nature et la fonction de cet établissement est long et controversé : certains soutiennent que si Cumes est la plus ancienne colonie, alors Pithécusses n’est pas une apoikia au plein sens du terme19, mais plus vraisemblablement un comptoir commercial ou un nid de pirates. Cependant, de bons arguments ont aussi été avancés dans le sens contraire. Ils incitent à voir en Pithécusses une cité grecque du viiie siècle, en la comparant non pas aux cités coloniales ultérieures, mais bien aux cités contemporaines de l’Egée20.

2. 1. Acquis et nouvelles données

27À cet égard, un virage important a été imposé par les découvertes de Punta Chiarito qui montrent que le territoire a été exploité à des fins agricoles (olives et vin, sans doute, peut-être des céréales aussi, quoique l’hypothèse soit moins probante) à un moment correspondant aux phases les plus anciennes de l’établissement. Quid novi ?

  • 21 Sourisseau, 2011 ; Olcese, 2010.
  • 22 Le phénomène apparaît assez clairement dans la partie nord du secteur, notamment dans le Latium et (...)

28La donnée a permis de considérer le témoignage de l’eukarpia strabonienne sous un nouvel éclairage, même s’il faudra attendre les résultats des études futures pour parvenir à mieux cerner, en termes de quantité et de qualité, la production pithécussaine. Les données récentes, issues de l’analyse de la distribution des amphores menée par J.-Ch. Sourisseau (fig. 2) ou encore de l’étude des fours sous Santa Restituta menée par Gloria Olcese et son équipe21, permettent néanmoins de mieux appréhender la place de cet établissement dans les trafics archaïques. La reconstruction de la situation des trafics vers le milieu du viiie s. permet à présent de mettre en perspective, au moins partiellement, le caractère précoce de la production et de la diffusion d’un vin local dans des conteneurs issus de la tradition phénicienne d’Occident22.

Fig. 2. Amphores produites à Pithécusses

Fig. 2. Amphores produites à Pithécusses

(d’après SOURISSSEAU, 2011, fig. 1)

  • 23 Sourisseau, 2011.
  • 24 De Caro, Gialanella, 1998.

29Le vin de Pithécusses apparaît donc comme l’un des produits prestigieux de l’échange avec les communautés non grecques du secteur tyrrhénien et de la Méditerranée centrale. Sa diffusion s’accompagne de la transmission de modèles culturels et techniques et indique probablement l’implication d’Eubéens dans ces trafics. Par conséquent, l’idée qui se dégage23 est que l’on peut caractériser une production de vin excédentaire à Pithécusses. Elle demeure cependant très restreinte, en tout cas probablement bien inférieure aux volumes mis à disposition par d’autres communautés occidentales au même moment. L’absence d’attestations en Campanie renforce cette hypothèse et pourrait également témoigner de l’existence d’une viticulture indigène auto-suffisante. À partir de la seconde moitié du viiie s., la nature et la structure des trafics en Méditerranée occidentale vont progressivement se transformer à la suite de la colonisation grecque. Les communautés grecques qui s’installent en Grande Grèce et en Sicile ne semblent pas développer de productions excédentaires de vin : on ne leur connaît pas d’amphores pendant toute la durée du viie s. Le phénomène de continuité de la production d’amphores à Pithécusses apparaît donc comme hautement significatif : il s’agit d’un phénomène qui s’inscrit dans le prolongement de la situation précédente et qui trouve une illustration archéologique dans la continuité de l’occupation et de la structuration de l’établissement agricole de Punta Chiarito24.

30Le cas de Pithécusses est dès lors instructif : plutôt que d’assimiler tous les établissements du haut archaïsme à un modèle figé, sous l’étiquette de « précolonial », on peut percevoir dès cette époque la pertinence d’une distinction entre établissements à vocation agricole et colonies sans territoire. La présence d’une « chôra » à Pithécusses pointe en fait la nature complexe de l’établissement, complexité que le terme précolonial, du moins dans son acception conventionnelle, ne suffit pas à exprimer : dans la mesure où l’on a affaire à un territoire de capacité agricole limitée, c’est bien d’une « colonie sans territoire » dont il s’agit, à condition bien entendu de désigner par cette expression une cité pour laquelle le territoire revêt une importance moindre.

  • 25 Cf. Giangiulio, 1996.

31En définitive, l’opinion la plus communément admise aujourd’hui consiste à définir Pithécusses comme un établissement original, divergent par rapport aux expériences coloniales suivantes, plus « canoniques ». Comme le suggèrent Bruno d’Agostino et Maurizio Giangiulio, elle représente l’accomplissement et en même temps le dépassement de la phase précoloniale sans cependant s’« élever » ou atteindre le degré d’apoikia, « l’ultimo episodio » en somme « del periodo che precede la colonizzazione ». C’est pourquoi on recourt volontiers à l’expression d’établissement « protocolonial » pour la qualifier25.

  • 26 Coldstream, 1994.

32De surcroît, cette nature protocoloniale est également affirmée par la variété des céramiques retrouvées sur l’île (les importations plus anciennes sont corinthiennes, mais à côté d’elles on constate une quantité importante de céramique produite localement et imitant soit la céramique archaïque euboico-cycladique soit la céramique corinthienne) et par la présence d’éléments allogènes dans l’installation, levantins mais aussi indigènes26.

  • 27 Cf. en dernier lieu Malkin, 2011, p. 154 et suivantes pour l’analyse critique de ces questions à la (...)

33En recollant les morceaux du puzzle, on peut alors essayer de proposer un schéma interprétatif, même si l’historien ou l’archéologue doit rester vigilant à l’égard de l’utilisation des concepts d’emporion ou d’apoikia. La question ne peut d’ailleurs faire abstraction du débat récent sur la notion même de colonisation, qui a opposé des chercheurs comme Mogens Herman Hansen, Robin Osborne et Irad Malkin27. Hansen rattache par exemple au terme emporion une signification « fonctionnelle ». De ce point de vue, il peut être pertinemment utilisé pour désigner des établissements ayant des statuts divergents, y compris une polis. Il est de fait plausible que Pithécusses soit une véritable polis caractérisée par une fonction prioritairement emporique.

  • 28 Pour les différentes hypothèses, cf. le vol. APOIKIA.
  • 29 D’Agostino, 2008.
  • 30 Mele, 2003, p. 22 ; d’Agostino, 2008, p. 10.

34Dès lors, entre la lecture d’Irad Malkin, Emanuele Greco, Alfonso Mele et Anthony Snodgrass ou celle de Bruno d’Agostino et de Maurizio Giangiulio les clivages sont, à mon sens, moins importants qu’on ne le suppose28. B. d’Agostino lui-même est par ailleurs très récemment revenu sur sa position initiale en la nuançant davantage29. Les deux analyses ne sont de facto pas incompatibles. Pithécusses présente en effet, comme le dit A. Mele, les caractères d’une véritable polis, puisqu’il s’agit d’une « comunità organizzata per assicurarsi e difendere i propri mezzi di vita »30 ; en somme, d’une communauté qui s’organise pour sa propre survie, mais selon les schémas propres du « modèle emporique ». Il s’agit plus particulièrement d’une configuration qui s’explique à la lumière de l’organisation de la communauté eubéenne de l’île : elle complète l’activité agricole avec l’artisanat et le commerce, et admet un certain degré d’intégration de l’élément indigène (qui apparaît de toute façon en minorité).

  • 31 Morel, 1998 ; Lombardo, 2002.

35Il paraît évident que ce n’est qu’avec l’adoption d’un modèle plus souple, davantage centré sur l’idée d’un développement varié et progressif que sur celle d’une structure univoque et standardisée, que nous pourrons aborder et tenter de comprendre l’établissement de Pithécusses. Ce site se développe donc dans une perspective emporique, et la catégorie de l’emporiè occupe en général une place centrale au sein de l’expérience coloniale eubéenne. On songe ici bien entendu au modèle de réseau colonial phocéen et eubéen décrit par J.-P. Morel et plus récemment repris par M. Lombardo31.

  • 32 Mercuri, 2004.

36La pratique de l’emporiè, installation de type emporique exclusivement limitée à l’échange avec les populations locales, est d’autre part attestée ailleurs en contexte eubéen : on la connaît au viiie siècle en Calabre, par exemple, dans la plaine de Locres. Dans cette région, Laurence Mercuri32 a, en effet, mis en évidence comment les mobiliers retrouvés dans les nécropoles de l’installation indigène de Canale Janchina située à 4 km seulement au nord de Locres (comprenant de la céramique de type grec, en particulier eubéenne, produite localement par les indigènes et datable de la seconde moitié du viiie siècle), révèlent des rapports privilégiés et continus avec des Eubéens. L’assimilation de modèles eubéens de la part des autochtones la pousse à supposer la présence d’artisans eubéens et le contact direct entre Eubéens et indigènes dans le cadre d’un « emporion ». Si, en définitive, Canale Janchina n’évolue pas en une polis eubéenne c’est probablement parce que la fondation de Locres interrompt le processus au début du viie s. C’est autrement dit le renforcement de la présence grecque qui détermine un changement des rapports de force en faveur des Grecs, et favorise le développement de certaines installations – plutôt que d’autres – en termes de polis.

37À une configuration initiale, marquée par des rapports positifs avec les élites locales (conformément aux pratiques du commerce aristocratique) fait donc suite une rupture, une situation inédite, où ce sont désormais les Grecs qui prévalent. Si l’on suit cette hypothèse, il devient donc primordial pour nous de considérer Pithécusses dans ses relations avec l’autre grand établissement grec campanien, Cumes. Le caractère et la fonction des deux sites ont très vite donné lieu à débat. Par ailleurs la définition de leur nature ne peut pas éluder un autre aspect, qui leur est strictement lié : la chronologie.

2. 2. Pithécusses et Cumes : vers une nouvelle chronologie ?

38Dans ce domaine aussi, les découvertes récentes contribuent à remettre à plat les acquis traditionnels. Il semble en effet nécessaire aujourd’hui de revoir le consensus qui prévaut sur le décalage chronologique entre les dates d’origine de ces deux établissements.

  • 33 D’Agostino, 2008.

39Sur ce point, les données archéologiques qui placent l’origine de Pithécusses à la fin du Géométrique moyen (770 ca.) et celle de Cumes au Géométrique récent II (730 ca.) semblaient contredire la tradition ancienne qui présente Cumes comme la première colonie grecque d’Italie. Or, les découvertes récentes faites par l’équipe de Bruno d’Agostino montrent de manière de plus en plus patente que la présence grecque apparaît à Cumes bien avant la date généralement retenue. Les résultats obtenus semblent réduire drastiquement le décalage chronologique et révèlent au contraire la nature synergique des deux établissements, au point que, d’après d’Agostino, ils doivent être compris comme deux phénomènes complémentaires, peu éloignés d’un point de vue chronologique mais pourtant fonctionnellement distincts33.

  • 34 Munzi, 2007.
  • 35 Nizzo, 2007, passim.

40En parallèle, les études céramologiques menées par Priscilla Munzi et le Centre Jean Bérard sur la céramique coloniale de la première phase d’installation34 montrent, pour le contexte cumain, un faciès éclectique, très semblable voire identique à celui de Pithécusses. Ces éléments doivent enfin être mis en relation avec les données issues des nécropoles et analysées par Valentino Nizzo : en concomitance avec la chronologie retenue pour Cumes, on constate à Pithécusses une nette diminution des crémations et la disparition soudaine de certains noyaux familiaux présents depuis les phases les plus anciennes de la nécropole. V. Nizzo a ainsi proposé d’expliquer ce phénomène par l’installation de ces familles à Cumes35.

  • 36 D’Agostino, 2008.

41Les sources rappellent la participation de Pithécusses à la fondation de Cumes et la rupture que cet événement imposa dans le rapport avec les communautés opiques locales : à la différence de Pithécusses, Cumes a été fondée après un acte de violence. Comme l’explique A. Mele, cette tradition permet de cerner deux perspectives : « nella realtà eretriese e calcidese dell’area. Una legata all’emporia e alla xenie, che si esprimeva a Pithecusa, l’altra connessa alla bia verso gli indigeni e alla loro exelasis, che si esprime a Cuma e nelle fondazioni siceliote iniziate con Nasso »36. Cette distinction permettrait aussi de mieux saisir le rapprochement entre Pithécusses et la première Zancle, que Thucydide (VI, 4,5), faute d’une définition appropriée, qualifie de nid de pirates.

2. 3. La dialectique Pithécusses-Cumes et les nouvelles formes de l’implantation grecque

42Toute tentative de réponse à l’ensemble de ces questions ne peut se passer d’une analyse globale des données acquises lors des trente dernières années sur l’ensemble de cette région et pour les deux siècles qui nous préoccupent : les viiie et viie s. Il nous faut alors, en dernière instance, considérer les relations entre Pithécusses, Cumes et les communautés indigènes de Campanie afin d’appréhender les relations entre ces deux établissements sur la longue durée.

  • 37 Greco, Mermati, 2006.
  • 38 D’Agostino, 1994, p. 19-20.

43Dans la deuxième moitié du viiie s. ces relations sont excellentes, étayées par des échanges intenses. Par la suite, la situation stagne, mais présente une certaine stabilité dans les rapports. En milieu indigène, certains établissements se démarquent : les recherches de B. d’Agostino dans la vallée du Sarno ont mis en évidence un enrichissement et un accroissement des populations locales précisément à la suite de l’installation des Eubéens à Pithécusses37. Le rôle propulseur de Pithécusses et de Cumes semble alors diminuer, et ce n’est qu’au virage du viie s. que l’on constate une nette reprise qui amène à la mise en place d’un établissement beaucoup plus organisé que le précédent38.

  • 39 D’Agostino, 2008.

44D’après B. d’Agostino, la perte de vitesse qui obscurcit ces deux centres au viie s. est une conséquence des transformations profondes imposées par l’essor d’un nouveau monde, celui des apoikiai, des cité coloniales. De ce point de vue, il rapproche la situation campanienne de la fréquentation euboico-chalcidienne des côtes tunisiennes décrite par A. Mele : ici le renforcement de Carthage arrête l’expérience39. Dans cette nouvelle configuration, dans ce « nouveau monde », c’est bien Cumes qui s’affiche désormais comme pôle central, en raison de sa nature de polis « canonique », tandis que la fonction de Pithécusses devient moindre, s’affaiblit, puisque l’établissement, sorte de projection précoce de Cumes, est encore lié au style de rapports et d’échanges propres aux fréquentations précoloniales.

45Entre déplacements individuels ou collectifs d’un côté, temporaires ou définitifs de l’autre, les enjeux actuels de la recherche mettent ainsi en avant les causes de ces migrations ainsi que leur traduction dans le registre archéologique.

3. L’arc ionien : de l’archéologie à l’histoire

46À cette étape de notre raisonnement, il est profitable, sur le plan heuristique, d’avancer quelques observations concernant les rapports entre archéologie et histoire.

  • 40 Boardman, 1996.

47En premier lieu, on voit bien à travers les exemples précédents combien il faut être prudent lorsque l’on manipule des données céramiques pour construire un discours sur la colonisation ancienne. Le théorème qui voudrait que la plus ancienne céramique d’importation dans un établissement colonial révèle la provenance des colons est contredit par l’exemple même de Pithécusses40, où la céramique est corinthienne. Cette donnée doit être plutôt appréhendée comme l’une des tesselles de la mosaïque qui permet de cerner la complexité ainsi que la nature fluide et dynamique de la colonisation grecque en Occident.

  • 41 Osborne, 1998 ; Malkin, 2002.

48Le débat qui oppose Irad Malkin et Robin Osborne à propos de la façon de lire et de prendre en compte des données archéologiques permet de mieux préciser ce point. Les deux chercheurs parviennent à des conclusions opposées à partir du même constat : le caractère éclectique de la céramique grecque importée, constaté à Pithécusses certes mais également dans d’autres établissements41, Mégare Hyblaea, Siris, Métaponte, Incoronata. La question de la céramique est strictement liée à l’objectif principal des travaux de chacun de ces deux auteurs : la nécessité de clarifier la notion de « fondation » en tant qu’action ponctuelle qui peut être identifiée, entre autres, à partir des vestiges archéologiques.

  • 42 Greco, 2006, p. 176 s.

49À vrai dire – en suivant en cela Irad Malkin, François de Polignac et Emanuele Greco – l’analyse des vestiges archéologiques et, en particulier, des données céramiques, révèle surtout le besoin d’interpréter les premières phases de vie d’un établissement colonial d’une manière plus souple, et qui tienne compte aussi de la gradualité des relations nouées avec les autochtones42. C’est le fait de vouloir à tout prix expliquer la fondation de manière standardisée et figée, en une succession ordonnée, séquentielle – organisation de l’entreprise coloniale de la part de la métropole, arrivée des colons, élimination des indigènes, création de l’établissement – qui freine, en la sclérosant, l’interprétation historique.

50Bien entendu, les données céramiques ne doivent pas être interprétées de manière mécanique non plus, mais elles doivent au contraire être insérées dans un cadre plus large de témoignages afin de saisir la spécificité des différentes expériences de contacts et atteindre ainsi une vision bien plus nuancée, dans la tentative de proposer, in fine, les lectures et interprétations possibles. Nous allons nous mêmes vérifier cela en nous appuyant sur une région de mieux en mieux connue grâce aux travaux des protohistoriens italiens, élèves de Renato Peroni, et aux recherches des différentes équipes internationales travaillant dans le territoire : la Sybaritide et, in extenso, l’arc ionien au premier âge du Fer. Les Eubéens encore une fois pourraient ne pas être très loin…

3. 1. Des Eubéens en Sybaritide ?

  • 43 Zancani Montuoro, 1970-1971.
  • 44 La Genière, 1988.
  • 45 Buchner, Boardman, 1966.
  • 46 Ridgway, 1984.

51Pour la fin du viiie s., plusieurs indices céramiques semblent désormais suggérer une présence eubéenne en Sybaritide. Certes, l’hypothèse avait déjà été avancée : les relations entre cette région et l’établissement de Pithécusses ont été soulignées par Paola Zancani Montuoro43 ou, plus tard, à la fin des années quatre-vingt, par Juliette de La Genière44 qui qualifie alors le site de Francavilla Marittima d’étape sur la route maritime pour Ischia. La présence d’un scarabée du type Lyre-Player Group et les témoignages, sporadiques, de céramique géométrique en Sybaritide45, permettaient d’étayer cette affirmation. David Ridgway ajoute, quelques années plus tard, une nouvelle pierre à l’édifice par l’étude de la vaisselle en bronze. Le site indigène de Francavilla (fig. 3, n° 11) est alors présenté comme un intermédiaire important dans les relations entre le milieu égéen et Pithécusses46.

52En fait, les analyses récentes l’ont montré : les mobiliers de Francavilla Marittima sont en tout point semblables aux mobiliers grecs ou de type grec des tombes des phases IIA et IIB de Pontecagnano, en Campanie, et des tombes du géométrique final de Pithécusses. Le style est eubéen et il est possible que l’on ait aussi des importations de l’Eubée.

  • 47 Kleibrink, Barresi, 2008.

53L’étude concomitante sur la céramique indigène « matt-painted » à bandes ondulées renforce cette lecture, puisque M. Kleibrink et L. Barresi attribuent désormais à un atelier « eubéisant » un lot de céramiques de l’acropole de Francavilla47.

  • 48 Jacobsen et al., 2008.

54Le récent travail de thèse de Jacobsen ainsi que les recherches menées par l’équipe italo-hollandaise48 vont dans le même sens et localisent un atelier de céramique « œnotrio-eubéenne » au Timpone della Motta de Francavilla. Seulement, bien que convaincantes, ces analogies ne tiennent, en l’état actuel de la recherche, qu’à l’analyse autoptique des mobiliers. Bien entendu, pour aller plus avant dans les problèmes de fabrication, d’identification d’ateliers, de provenance et de diffusion, des analyses physico-chimiques et pétrographiques demeurent prioritaires.

  • 49 Luppino et al., 2004.

55Les fouilles récentes menées près du site de Broglio di Trebisacce49 ont également permis de découvrir de la céramique de type eubéen.

  • 50 Buchner, 1982 ; Canciani, 2000 ; Coldstream, 2006 : voir Jacobsen et al., 2008 pour l’historiograph (...)

56L’hypothèse de la présence de potiers eubéens à Timpone della Motta s’inscrit ainsi aujourd’hui dans la continuité des observations avancées auparavant par d’autres chercheurs, pour d’autres régions d’Italie centrale et méridionale notamment : cette hypothèse a en effet déjà été évoquée par G. Buchner pour Pithécusses, par F. Canciani pour l’Étrurie, par L. Mercuri (2004), comme nous le disions, pour Canale Janchina. Par ailleurs, J. N. Coldstream a avancé cette supposition de manière plus générale pour le Levant et la Méditerranée Occidentale50. De ce point de vue, les données issues des fouilles apportent un témoignage qui n’est pas dénué d’intérêt.

3. 2. Un avant et un après Sybaris ?

  • 51 Vanzetti, 2008.
  • 52 Ferranti, Quondam, 2006.

57Toujours en Sybaritide, Alessandro Vanzetti51 distingue deux types de contextes « pré-coloniaux » : l’un caractérisé par la diffusion des coupes grecques du type Aetos 666, notamment à Broglio di Trebisacce, Amendolara Rione vecchio, Torre del Mordillo et Roggiano Gravina ; l’autre plus directement lié aux nouvelles fondations, avec la persistance de la céramique bichrome et monochrome indigène à Sybaris, à Amendolara, à Paladino-Uomo morto et à Mangosa. Cette analyse peut être croisée avec l’étude menée par Francesca Ferranti et Francesco Quondam sur la céramique géométrique52. Il apparaît en effet qu’au Géométrique Final, l’aire de circulation du style local « à tenda » est beaucoup plus circonscrite qu’à la période précédente. À la veille de la fondation des colonies grecques dans le Golfe, cette production indigène ne relève désormais que des établissements de la Vallée du Basento. L’opposition entre l’aire de diffusion de la traditionnelle production « à tenda » reléguée dans l’arrière-pays, et une nouvelle koinè côtière reliant la plaine de Sybaris à l’embouchure du Basento est dès lors nette. Ce clivage renvoie à une séparation géographique et culturelle entre la région littorale et la mésogaia.

58Les fondations semblent alors être l’aboutissement normal du processus historique plus ancien de hiérarchisation des sociétés indigènes – avec le développement des élites. L’exemple de Francavilla Marittima permet encore une fois de mieux préciser cette analyse.

  • 53 Quondam, 2008.

59L’examen stylistique de la céramique géométrique « oenotrienne », de la céramique grecque ou de tradition grecque en contexte et l’évolution chrono-typologique des fibules ont permis à Francesco Quondam53 de confirmer que la majorité des sépultures de la nécropole Macchiabate date de la phase 2B du premier âge du Fer, c’est-à-dire du Géométrique récent I de Pithécusses (vers 750-725). Cette approche globale lui a de surcroît permis de mettre en évidence une rupture au moment de l’implantation de Sybaris vers 720, rupture notamment perceptible dans le réaménagement du territoire, où de nouveaux sites se développent dans les lieux stratégiques.

  • 54 Attema, Delvigne et al., 1997-1999 ; Maaskant Kleibrink, 2003, p. 54-56.
  • 55 Cf. Greco, 1993, p. 470.
  • 56 Sur la place des femmes dans ce contexte, cf. Esposito, Zurbach, 2010.

60À Francavilla Marittima, en particulier, l’occupation de l’acropole se renforce, alors que les quartiers situés en contrebas déclinent, jusqu’au vie s. Sur le Timpone Motta, à partir du troisième quart du viie s., on observe des rangées de maisons54 : les résultats préliminaires des prospections confirment une occupation dense et la présence d’espaces d’habitation et de zones de stockage. Au vie s., le lieu de culte est en lien avec le village, désormais établi à la même époque sur les plateaux de la colline. Le cas de Francavilla suggère ainsi que, lorsque un nouvel établissement est érigé sur un établissement plus ancien, ce n’est pas forcément la preuve d’une occupation nouvelle d’un point de vue ethnique mais le signe éventuel d’un phénomène de réaménagement de l’installation – et, donc, de l’exploitation agricole du territoire ‑, à laquelle les indigènes peuvent avoir, pleinement participé ou en partie seulement. Nous avons ici affaire à une réorganisation qui peut être mise en parallèle avec la fondation de Sybaris55. D’après E. Greco, Francavilla Marittima présente justement les caractéristiques du lieu où les Grecs de Sybaris ont pu établir un réseau de relations familiales et de clientèle56.

61La documentation archéologique provenant des sites de la Sybaritide occupés à l’époque protohistorique est éclairante pour cerner le faciès économique de ces communautés.

  • 57 À ce propos, cf. les travaux réunis dans les deux volumes Enotri e Micenei nella Sibaritide.
  • 58 Pour une étude d’ensemble sur les dolia et les magasins en Italie méridionale entre Bronze Final et (...)

62Selon Renato Peroni57, les contacts commerciaux avec les marins Mycéniens de l’âge du Bronze récent auraient fait partie d’un système de redistribution : par ce biais, les marchandises acquises pouvaient parvenir aux communautés locales via la médiation des membres de l’élite. Au Bronze final, ce système de redistribution semble s’être transformé en un système d’échanges régional, probablement basé sur des objets ayant une valeur intrinsèque, telles les haches et d’autres objets en métal. Les prospections réalisées par l’équipe hollandaise (Raganello Archaeological Project – RAP) ont désormais permis d’individualiser une série de petits emplacements ruraux à Contrada Damale, à proximité du Timpone della Motta. Sur ces sites, des tessons de pithoi de l’âge du Bronze final sont largement attestés. Cela indique qu’à l’âge du Bronze final, le stockage n’était guère limité aux familles de l’élite résidant dans les principaux centres (Attema, 2008), mais qu’il était également pratiqué par des familles vivant en milieu rural. L’hypothèse est intéressante, même si, à vrai dire, nous ignorons si ces établissements ruraux ont pu être contrôlés par les élites. Des dolia à cordons comparables ont été aussi découverts dans une cabane du viiie siècle sur le Timpone Motta et sur les sites de Torre Mordillo et Broglio di Trebisacce58.

  • 59 Peroni, 1994, p. 855-856.
  • 60 D’Angelo, Orazie-Vallino, 1994, p. 797.

63Ce dernier site est particulièrement riche en informations. Les analyses des résidus sur les parois internes de ces récipients montrent qu’ils étaient utilisés pour le stockage d’une huile végétale, qui doit être de l’huile d’olive59, étant donné la découverte de noyaux d’olives in situ. Les archéologues ont par ailleurs reconnu les traces d’un travail de bonification des sols d’époque archaïque qui fournit des éléments supplémentaires pour comprendre la fonction agricole de l’établissement60. L’ensemble de ces données permet ainsi de nuancer la place qu’on accorde aux Grecs dans le développement local de l’oléiculture et indique en revanche l’importance du développement agricole atteint par les centres œnôtres avant l’arrivée des Grecs.

  • 61 Peroni et al., 2004, p. 175 ; Castagna, 2004.

64Afin de mieux cerner l’organisation interne de ces communautés, il est intéressant de rappeler que des restes de mobiliers céramiques, articulés autour de tasses aux dimensions disparates (au moins trois calibres) et originellement placées sur des étagères, ont été interprétés comme les vestiges de formes communautaires de convivialité à caractère « symposiaque » dans la « casa centrale » du secteur D di Broglio di Trebisacce. Ces mobiliers documenteraient ainsi l’existence de ce genre de pratiques en milieu indigène au moins à partir de la fin de l’âge du Bronze61.

65La région de Sybaris n’est pas un cas isolé. Les travaux récents permettent de dresser un nouveau tableau pour l’ensemble de l’arc ionien au premier âge du Fer, qui tient compte des facteurs internes et des interactions avec les Grecs.

3. 3. De l’Incoronata à l’Amastuola : variété des contacts, diversité des situations

66Les acquis de la recherche actuelle soulignent la complexité des sociétés protohistoriques, leur hiérarchisation et la place qu’elles occupent au cœur de ces réseaux d’échanges. D’ailleurs, la question de véritables phénomènes de cohabitation, dont la nature et les modes de développement sont encore l’objet de vifs débats au sein de la communauté scientifique, a été ici envisagée.

3. 3. 1. L’Incoronata

67Pour l’étude de la Basilicate, le site de l’Incoronata de Métaponte, sur la basse vallée du Basento à environ sept kilomètres de la côte, est incontournable depuis sa découverte en 1970 (fig. 3, n° 1). Les chercheurs distinguent deux établissements : un établissement indigène, Incoronata indigena-San Teodoro (habitat et nécropole), et un établissement grec, Incoronata greca.

Fig. 3. Carte de différents sites de l’Age du fer en Italie du Sud

Fig. 3. Carte de différents sites de l’Age du fer en Italie du Sud

(© C. Bellamy, source http://www.sites.univ-rennes2.fr/​lahm/​)

  • 62 Incoronata 1992, p. 21.
  • 63 Stea, 1999.

68Pour l’équipe archéologique de l’Université de Milan, qui a précédemment assuré les fouilles dans les années quatre-vingt et 90, on avait affaire à un établissement grec – un site d’habitat et de commerce grec – qui se serait développé après la désertion du village indigène ; un établissement de type emporique62. D’après G. Stea, l’Incoronata greca n’est pas un emporion, mais une véritable apoikia, une colonie, en pleine formation63.

  • 64 Denti, 2009.

69Les nouvelles fouilles entreprises par l’Université de Rennes 2, sous la responsabilité de M. Denti, permettent aujourd’hui d’affiner la stratigraphie et d’avancer une nouvelle lecture64. La colline a été occupée tout au long du viiie s. par les communautés œnôtres. À la première moitié du viiie s., correspond un sol construit en gros galets. Un autre pavement en galets très fins a été mis en place pendant la seconde moitié du même siècle. Il a pu appartenir à un bâtiment éminent, où l’on célébrait des cérémonies réservées à l’élite œnôtre. Au début du viie s., on constate l’arrivée de produits grecs, mais la phase indigène ne s’achève pas au moment de l’apparition de la céramique grecque ; elle se prolonge durant la première moitié du siècle. Cette première phase est en revanche oblitérée par une nouvelle phase d’occupation – dont le caractère grec est plus marqué – datée du troisième quart du siècle. Ce sera la dernière phase d’occupation du site. Elle est marquée par une phase d’abandon « ritualisée », interprétation qui suscite cependant des réserves et qui nécessite d’être confirmée.

  • 65 Outre le site de l’Incoronata, une présence grecque est également attestée en Siritide sur la colli (...)

70Dans le même secteur, juste aux pieds des plateaux de l’Incoronata, la vallée du Basento, a livré les restes de deux maisons grecques65. À l’intérieur du futur espace urbain de Métaponte (loc. Andrisani) des cabanes ont été mises à jour (à caractère mixte, gréco-indigène ?) tandis que des témoignages sacrés (statuettes dédaliques) proviennent de Métaponte, de la zone d’Incoronata-San Teodoro et du sanctuaire de San Biagio.

71L’identification de la présence grecque à l’Incoronata découle essentiellement de la présence sur place d’un atelier de céramique dont la production est sans doute l’une des plus riches et des plus créatives de la période orientalisante. Son étude a permis de mettre en évidence la créativité des artisans grecs travaillant au contact des populations locales (le site se trouve dans une région dépourvue de polis, Métaponte n’étant fondée qu’en 630 ca.).

  • 66 Croissant, 2003 ; Denti, 2002.

72Les artisans recouraient ici à une multiplicité de modèles. Le caractère hétéroclite des importations a sans doute dès le début conditionné ces productions, mais les artisans cherchaient aussi à développer une production originale. Par conséquent, la production de cet atelier occidental reflète grosso modo tous les grands styles du monde grec orientalisant : corinthien bien sûr, mais aussi argien, cycladique voire attique66. Tout se passe comme si l’absence même de cité de référence autorisait une liberté exceptionnelle : les artisans n’étaient pas contraints par les traditions de leurs cités d’origine.

  • 67 Denti, 2008.

73Jusqu’à présent, l’existence de ces ateliers avait été suggérée de façon indirecte, en se basant presque exclusivement sur les céramiques. Lors des dernières campagnes, les fouilleurs de l’Université de Rennes 2 ont dégagé un lieu de production de céramique œnôtre67, caractérisé par des bassins utilisés pour la décantation et le stockage de l’argile et par des débris de fours mélangés à des rebuts de cuisson, et associés à de la céramique indigène et grecque (produite localement et d’importation). Pour des raisons stratigraphiques et sur la base de la typologie de la céramique, la chronologie se situe au viie siècle. Le faciès culturel de ce contexte de production se révèle être principalement œnôtre, sans être pour autant étranger à des éléments grecs. Les fouilleurs n’excluent donc pas une association de potiers grecs et indigènes travaillant côte à côte.

74Le passage du viiie s. au viie s. ne s’est pas fait de manière pacifique : une large partie du village précédent a été abandonnée. Les cabanes dites loc. Andrisani semblent ainsi fonctionner avec l’Incoronata greca : leur existence est interrompue de manière brutale. La fondation de la colonie agraire de Métaponte provoque donc une rupture radicale par rapport à la situation précédente de cohabitation.

  • 68 Cossalter, De Faveri, 2008.
  • 69 Lombardo, 1996, p. 15-25.

75À l’Incoronata, l’évolution stylistique de la céramique locale reflète les transformations culturelles régionales68. La distribution des découvertes de céramiques dites « coloniales » réputées avoir été produites sur le site de l’Incoronata greca se développe le long de la côte, et montre ainsi des relations avec Tarente, Métaponte, Siris ou encore Crotone, au viie siècle.69

3. 3. 2. La région tarentine

76Dans la région tarentine, malgré les réserves exprimées par D. Yntema (2000), les vestiges archéologiques prouvent l’impact violent de l’arrivée des colons. Par exemple le site de Capo Saturo, ainsi que le site côtier de Torre Castelluccia, présentent des traces significatives de la destruction violente des installations iapyges préexistantes. D’autres indices attestent en outre que les colons ont mené une expansion territoriale dont on repère quelques lignes directrices au moins. Il paraît dès lors évident que l’extension du territoire sous contrôle tarentin s’est développée assez tôt, contrairement à l’image que l’on se fait traditionnellement de Tarente, et qu’elle a touché une aire remarquablement vaste, même si elle n’englobe pas l’intégralité de ce qui devint ensuite la chôra tarentine. Tarente est généralement considérée comme une cité vouée à la mer en raison de son port et du caractère restreint – ou présumé tel – de sa chôra agricole (si on la compare, par exemple, à Métaponte), mais cette impression doit désormais être révisée. Les fouilles les plus récentes nous invitent à la nuance.

  • 70 Maruggi, 2001.

77En effet, dans le Salento, à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de la ville moderne de Tarente, dans l’arrière-pays, les fouilles effectuées dans la Murgia tarentine tendent aujourd’hui à contredire l’interprétation habituelle. En 1988, Grazia Angela Maruggi annonça la découverte d’une nécropole au sud de la colline de L’Amastuola70 : trente tombes en tout point semblables à celles de Tarente, non seulement pour ce qui concerne l’architecture mais aussi les rites funéraires (inhumation sur le dos) ainsi que les offrandes. Cet ensemble fut alors daté de 675 ca.

78Dès sa découverte, la nécropole a suscité beaucoup d’intérêt. Elle signale que, suite à l’expansion territoriale de Tarente, une communauté grecque s’est installée dans le secteur. En 1991, G. Maruggi entama la fouille d’un établissement situé à 800 m environ au nord de la nécropole. À partir de 2003, cette fouille fut associée à la campagne régulière de prospection menée par l’équipe hollandaise.

  • 71 Burgers, Crielaard 2007 et 2008.

79À la suite de ces recherches, les archéologues ont d’emblée inféré, en s’appuyant sur la présence de cabanes d’un type répandu en milieu indigène, que l’établissement avait débuté dans la seconde moitié du viiie s. Ces cabanes auraient été abandonnées de manière brutale entre 680 et 660 pour laisser place à de nouvelles habitations semblables aux maisons grecques connues en milieu égéen à la même époque. Cette nouvelle phase aurait donc été concomitante de la nécropole : les deux attestations – l’habitat et la nécropole – témoigneraient ainsi de l’anéantissement de la communauté locale. Les recherches postérieures ont cependant montré que la situation est plus complexe. À partir du troisième quart du viie s., l’habitat et la nécropole semblent être tous deux caractérisés par une culture matérielle mixte, avec des aspects typiquement grecs – les rites funéraires, le plan des maisons – et d’autres typiquement autochtones. La poursuite de la production de céramique « matt-painted » jusqu’en plein viie s. rend désormais plausible l’hypothèse d’une cohabitation des indigènes et des Grecs. Dans le territoire, les villages grossissent et l’exploitation agricole s’étend, dans la continuité de ce qui a été observé au viiie s.71.

80Ces exemples soulignent avec force la grande diversité des réactions indigènes, à l’échelle de cette macro-région, mais également au sein d’une même communauté. Ils témoignent en outre de la variation des rythmes et des degrés du processus d’appropriation territoriale de la part des Grecs.

Conclusions

81Indépendamment des réserves que l’on peut formuler sur l’emploi des mots « précolonial » et « protocolonial », nos principales difficultés viennent de ce que l’on a considéré la colonisation grecque comme quelque chose de monolithique. Il est évident que ce schéma doit être nuancé et revu.

82Les données récentes apportées par les archéologues permettent de remettre en perspective, voire même de contredire la vision parfois stéréotypée que l’on a d’un mouvement qui s’avère être de facto multiforme. Bien que l’on puisse appréhender certains exemples d’une interaction pacifique entre Grecs et non-Grecs par l’archéologie, il ne faut pas en faire un modèle général. On adopterait une lecture biaisée en remplaçant le modèle précédent – l’invasion – par un autre – la cohabitation. À chaque fois, ces installations répondent à un ensemble de choix et de contraintes, économiques, sociales et géographiques. En effet, obnubilées qu’elles sont par la déconstruction des représentations et des discours coloniaux, les études postcoloniales en viennent le plus souvent à s’éloigner des réalités concrètes et nécessairement complexes du phénomène colonial lui même, dont elles négligent en premier lieu le caractère multiple.

83Grâce au travail des archéologues, on ne peut aujourd’hui que constater la diversité et la richesse des situations, des rythmes et des évolutions.

84Il est en outre fondamental pour les chercheurs de prendre conscience de l’importance des nouveaux repères chronologiques, ou au moins de s’interroger sur la pertinence des dates dites traditionnelles, et de recourir davantage à des modèles comparatifs afin d’éviter les généralisations abusives. Les situations coloniales se sont déclinées sur des modes très différents, que confondent les postcolonial studies. C’est justement la prise en compte de la phase dite précoloniale, de ses durées et de ses connotations locales – les sociétés indigènes – qui peuvent nous aider à mieux cerner ces spécificités.

  • 72 Dominguez Monedero, 2008.

85Revenons à présent à notre point de départ et indiquons encore une fois, pour conclure, que l’emploi du terme de « précolonisation » pousse à supposer de manière implicite, mais erronée, un processus en deux phases. Or celles-ci ne se produisent pas de manière systématique : certaines cités nouvelles apparurent sans phase « précoloniale » flagrante ; des situations que l’on définit par convention de « précoloniales », impliquant la présence simultanée de Grecs et d’indigènes sur les mêmes sites ont parfois perduré après des fondations. L’erreur méthodologique, qui dérive de l’emploi d’un même terme pour décrire des situations variées, a été de considérer les deux phénomènes – la fréquentation commerciale non hégémonique (la « précolonisation ») et l’établissement de fondations urbaines (la « colonisation ») – comme s’ils étaient contigus voire continus, comme s’ils faisaient systématiquement partie d’un même processus72.

86D’un point de vue historique, la distinction demeure pertinente. Lors des contacts précoloniaux, les groupes d’individus grecs furent principalement intéressés par une interaction avec les éléments indigènes pour des raisons économiques. La fondation des cités coloniales entraîna en revanche une configuration particulière.

  • 73 Zurbach, 2008b.

87Si nous ne pouvons en tirer aucune conclusion événementielle en l’état, nous pouvons par contre nous interroger sur les phénomènes de continuité et de discontinuité : la fondation des apoikiai provoqua un changement important qu’il faut mettre en rapport avec les dynamiques sociales. En tout état de cause, le passage du phénomène précolonial au phénomène colonial n’est pas une question de phase chronologique mais plutôt de changement de situation. Si l’hypothèse d’une alliance avec les autochtones demeure possible lors de l’installation, il s’agit la plupart du temps d’une installation qui précède l’appropriation du territoire. C’est bien l’évolution du rapport à la terre de certains groupes coloniaux qui est au cœur de ces nouvelles relations. Les raisons internes de cette mutation sont encore difficiles à percevoir, mais la très belle thèse de Julien Zurbach73 nous en rappelle tous les enjeux actuels.

  • 74 Gras, 1985, p. 705.

88Dès lors, la question de la précolonisation, comme j’espère l’avoir montré, est avant tout de nature épistémologique. Michel Gras soulignait autrefois la nature idéologique et réductrice de la démarche qui consiste à aborder l’Occident exclusivement en fonction de la colonisation grecque : pourquoi ne pas qualifier dans ce cas l’histoire du monde occidental de l’époque classique d’histoire post-coloniale ?74

Haut de page

Bibliographie

Ampolo, C., 1994, Tra empòria ed emporìa : note sul commercio greco in età arcaica e classica, dans APOIKIA, p. 29 -35.

Attema, P. A. J., 2008, Conflict or Coexistence ? Remarks on Indigenous Settlement and Greek Colonization in the Foothills and Hinterland of the Sibaritide (Northern Calabria, Italy), dans P. Guldager Bilde et J. Hjarl Petersen (éd.), Meetings of Cultures, between Conflicts and Coexistence, p. 67-99.

Attema, P. A. J., Delvigne, J. et al., 1997-1999, Habitation on plateau I of the hill Timpone della Motta (Francavilla Marittima, Italy). A preliminary report based on surveys, test pits and test trenches, dans Palaeohistoria, Acta et Communicationes Instituti Archeologici Universitatis Groninganae, 39/40, p. 375-411.

Bettelli, M., 2002, Italia meridionale e mondo miceneo. Ricerche su dinamiche di acculturazione e aspetti archeologici, Grandi contesti e problemi della Protostoria Italiana 5, Florence.

Boardman, J., 1996, Euboeans overseas : a question of identity, dans D. Evely, I. Lemos, S. Sherratt (éd.), Minotaur and Centaur. Studies in the archaeology of Crete and Euboea presented to M. Popham, Oxford, p. 155-160.

Buchner, G., 1982, Die Beziehungen zwischen der euböischen Kolonie Pithekoussai auf der Insel Ischia und dem nordwestsemitischen Mittelmeerraum in der zweiten Hälfte des 8. Jhs. V. Chr., dans Phöinizier im Westen, Madrider Beiträge 8, Mainz am Rhein, p. 273-306.

Buchner, G. et Boardman, J., 1966, Seals from Ischia and the Lyre-player Group, JdI, 81, p. 1-62.

Burgers, G. et Criellard, J. P., 2007, Greek colonists and indigenous populations at l’Amastuola, southern Italy, BABESCH 82, p. 77-114.

Burgers, G. et Criellard, J. P., 2008, Paesaggi del contatto. Indigeni e Greci nella Murgia tarantina, dans Prima delle colonie. Organizzazione territoriale e produzioni ceramiche specializzate in Basilicata e in Calabria settentrionale ionica nella prima età del ferro. Atti delle giornate di Studio Matera, 20-21 novembre 2007, Venosa, p. 365-382.

Canciani, F., 2000, La ceramica geometrica, dans M. Martelli (éd.), La Ceramica degli Etruschi. La pittura vascolare, Novare, p. 9-15.

Castagna, M. A., 2004, I servizi da simposio in ceramica di impasto e depurata dalla “casa centrale” di Broglio di Trebisacce, dans D. Cocchi Genick (dir.), L’età del Bronzo Recente in Italia (Atti del Congresso Internazionale, Lido di Camaiore 26-29 ottobre 2000, Viareggio, p. 263-267.

Celestino, S., Rafel, N. et Armada, X.-L. (éd.), 2008, Contacto cultural entre el Mediterraneo y el Atlantico (siglos XII-VIII ane) : la precolonizacion a debate (Escuela Espanola de Historia y Arqueologia en Roma Serie Arqueologica 11), Madrid.

Coldstream, J. N., 1994, Prospectors and Pioneers : Pithekoussai, Kyme and Central Italy, dans R. Tsetskhladze et F. De Angelis (éd.), The Archeology of Greek colonization. Essay dedicated to Sir John Boardman, Oxford, p. 47-59.

Coldstream, J. N., 1998, Drinking and eating in Euboean Pithekoussai, dans EUBOICA, p. 303-310.

Coldstream, J. N., 2006, Other peoples’pots. Ceramic borrowing between the early Greeks and Levantines, in various Mediterranean contexts, dans E. Herring et al. (éd.), Across Frontiers. Etruscans, Greeks, Phoenicians and Cypriots. Studies in honour of David Ridgway and Francesca Romana Serra Ridgway (Accordia Specialist Studies on the Mediterranean 6), Londres, p. 49-55.

Cossalter, L. et De Faveri, C., 2008, Incoronata di Metaponto : nuovi dati per la conoscenza della cultura materiale nella I eta del Ferro, dans Prima delle colonie. Organizzazione territoriale e produzioni ceramiche specializzate in Basilicata e in Calabria settentrionale ionica nella prima età del ferro. Atti delle giornate di Studio Matera, 20-21 novembre 2007, p. 75-109.

Croissant, F., 2003, Sur la diffusion de quelques modèles stylistiques corinthiens dans le monde colonial de la deuxième moitié du viie siècle, RA, 2003/2, p. 227-254.

d’Agostino, B., 1994, Pitecusa – una apoikia di tipo particolare, dans APOIKIA, p. 20-27.

d’Agostino, B., 1999, Euboean colonisation in the gulf of Naples, in G.R. Tsetskhladze (ed.), Ancient Greeks West and East, Leiden-Boston, p. 207-220.

d’Agostino, B., 2008, Pithecusae e Cuma nell’alba della colonizzazione dans Cuma – Atti XLVIII Convegno di. Studi sulla Magna Grecia, Naples, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, p. 1-13.

d’Angelo, S. et Orazie-Vallino, F., 1994, La Sibaritide. Lineamenti Geografico-Ambientali ed Insediamento Umano, dans Enotri e Micenei nella Sibaritide, vol. 2, p. 785-829.

De Caro, S., 1994, Appunti per la topografia della chora di Pithekoussai nella prima età coloniale, dans APOIKIA, p. 37-45.

De Caro, S. et Gialanella, C., 1998, Novità pitecusane. L’insediamento di Punta Chiarito a Forio d’Ischia, dans EUBOICA, p. 337-353.

Denti, M., 2002, Linguaggio figurativo e identità culturale nelle più antiche comunità greche della Siritide e del Metapontino, dans L. Moscati Castelnuovo (dir.), Identità e prassi storica nel Mediterraneo greco, Milan, p. 33-62.

Denti, M., 2008, Un contesto produttivo enotrio della prima metà del VII secolo a.C. all’Incoronata dans Prima delle colonie. Organizzazione territoriale e produzioni ceramiche specializzate in Basilicata e in Calabria settentrionale ionica nella prima età del ferro. Atti delle giornate di Studio Matera, 20-21 novembre 2007, Venosa, p. 111-138.

Denti, M., 2009, Des Grecs très indigènes et des indigènes très grecs. Grecs et Œnôtres au viie siècle avant J.-C., dans P. Rouillard (dir.), Portraits de migrants, portraits de colons I, Actes du Colloque international, Paris, Maison René – Ginouvès, juin 2008, Paris, p. 77-89.

Domínguez Monedero, A., 2008, Los contactos ‘precoloniales’de griegos y fenicios en Sicilia, dans S. Celestino, N. Rafel et X. L. Armada (éd.), Contacto cultural entre el Mediterráneo y el Atlántico (siglos XII-VIII ane). La precolonización a debate, Madrid. CSIC, p. 149-159.

Esposito, A. et Zurbach, J., 2010, Femmes indigènes et colons grecs : quelques observations, dans P. Rouillard (dir.), Portaits de migrants, portraits de colons. 2° colloque de la Maison René-Ginouvès, Paris, p. 51-70.

Ferranti, F. et Quondam, F., 2006, Circolazione di una classe specializzata : la ceramica geometrica dell’età del ferro dell’Italia meridionale, dans Atti della XXXIX Riunione Scientifica dell’Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, Firenze 25-27 nov. 2004, Florence, p. 1185-1198.

Giangiulio, M., 1996, Avventurieri, mercanti, coloni, mercenari. Mobilità umana e circolazione di risorse nel Mediterraneo arcaico, dans I Greci. Storia cultura arte società II (Una storia greca), 1 (Formazione), Turin, p. 497-525.

Greco, E., 1993, L’impero di Sibari : bilancio archeologico-topografico, Sibari e la Sibaritide, Atti del convegno di studi sulla Magna Grecia, XXXII, Tarente, Naples, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, p. 459-485.

Greco, E., 1994, Pithekoussai : emporion o apoikia ?, dans APOIKIA, p. 11-18.

Greco, E., 1999, Problemi della frontiera nel mondo coloniale, dans Confini e frontiera nella grecità d’Occidente, Atti del XXXVII Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Tarente, 1997, vol. 1, p. 261-272.

Greco, E., 2006, Greek colonisation in southern Italy : a metodological essay, Greek Colonisation : An Account of Greek Colonies and Other Settlements Overseas, Mnemosyne, Supplementum, 1 (193,1), Leiden, p. 169-200.

Greco, E., 2009, Le esperienze coloniali greche : modelli e revisioni : introduzione ai lavori, dans M. Lombardo et F. Frisone (éd.), Colonie di colonie : le fondazioni sub-coloniali greche tra colonizzazione e colonialismo : Atti del Convegno Lecce 22-24 giugno 2006, Lecce, 2009, p. 9-16.

Greco, G. et Mermati, F., 2006, Pithecusa, Cuma e la valle del Sarno. Intorno ad un corredo funerario dalla necropoli di San Marzano sul Sarno, dans Across frontiers. Etruscans, Greeks, Phoenicians and Cypriots. Studies in honour of David Ridgway and Francesca Romana Serra Ridgway, Londres, p. 179-214.

Kinberg Jacobsen, J. et al., 2008, Oinotrian-Euboean pottery in the Sibaritide. A preliminary report, dans Prima delle colonie. Organizzazione territoriale e produzioni ceramiche specializzate in Basilicata e in Calabria settentrionale ionica nella prima età del ferro. Atti delle giornate di Studio Matera, 20-21 novembre 2007, Venosa, p. 203-222.

Kleibrink, M., Barresi, L., 2008, On the “Undulating Band” Style in Oinotrian Geometric Matt-Painted Pottery from the “Weaving House” on the acropolis of the Timpone della Motta, Francavilla Marittima, dans Prima delle colonie. Organizzazione territoriale e produzioni ceramiche specializzate in Basilicata e in Calabria settentrionale ionica nella prima età del ferro. Atti delle giornate di Studio Matera, 20-21 novembre 2007, Venosa, p. 223-237.

La Genière J. (de), 1988, Francavilla Marittima, una rotta marittima per Ischia, dans T. Hackens (éd.), Flotte e commercio greco, cartaginese ed etrusco nel Mar Tirreno, Strasbourg, p. 153-160.

Lepore, E. 1969, Osservazioni sul rapporto tra fatti economici e fatti di colonizzazione in Occidente, DArch 3, p. 175-188.

Lepore, E., 2000 (1982), La Grande Grèce : aspects et problèmes d’une colonisation ancienne, Quatre conférences au Collège de France (Paris, 1982), Naples, Centre Jean Bérard.

Levi, S. T. et al., 1999. Produzione e circolazione della ceramica nella Sibaritide protostorica. I : Impasto e dolii, Florence.

Lombardo, M., 1996, Greci, Enotri e Lucani nella Basilicata meridionale (VIII-III sec. a.C.) : problemi storici, dans I Greci in Occidente. Catalogo della Mostra di Policoro, Naples, p. 9-27.

Lombardo, M., 2002, Émporoi, Emporion, Emporitai : forme e dinamiche della presenza greca nella Penisola Iberica, dans G. Urso (dir.), Hispania terris omnibus felicior, Premesse ed esiti di un processo di integrazione (Atti del Convegno internazionale, Cividale del Friuli, 27-29 settembre 2001), Milan, p. 73-86.

Luppino, S., Peroni, R. et Vanzetti, A. 2004, Broglio di Trebisacce, campagna 2003, dans Alessandro il Molosso e i “condottieri” in Magna GreciaAtti del XLIII Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, Naples, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, p. 1029-1033.

Maaskant Kleibrink, M., 2003, Dalla lana all’acqua, culto e identità nel santuario di Atena a Lagaria, Francavilla Marittima (zona di Sibari, Calabria), Rossano.

Malkin, I., 2002, Exploring the validity of the concept of foundation : a visit to Megara Hyblaia, dans V. B. Gorman et E. W. Robinson (éd.), Oikistes. Studies in constitutions, colonies and military power in the ancient worldoffered in honour of A. J. Graham, Leiden-Boston, p. 195-225.

Malkin, I., 2011, A small Greek world : Networks in the ancient Mediterranean, Oxford.

Maruggi, G. A., 2001, Il territorio a nord di Taranto, dans Taranto e il Mediterraneo. Nuovi documenti dai territori tarantini, Atti del Convegno di studi sulla Magna GreciaConvegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, Naples, Istituto per la storia e l’archeologia della Magna Grecia, p. 43-63.

Mele, A., 2003, Le anomalie di Pithecusa. Documentazioni archeologiche e tradizioni letterarie, dans Incidenza dell’antico. Dialoghi di storia greca 1, p. 13-39.

Mercuri, L., 2004, Eubéens en Calabre à l’époque archaïque : formes de contacts et d’implantation, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 321, Rome, École Française de Rome.

Morel, J.-P., 1998, Eubéens, Phocéens, même combat ?, dans Euboica, p. 31-44.

Moscati, S., 1983, Precolonizzazione greca e precolonizzazione fenicia, RStFen, 11, p. 1-7.

Munzi, Pr., 2007, Un contesto arcaico da Cuma : le ceramiche decorate, non figurate, di produzione coloniale, dans D. Frère (dir.), Ceramiche fini a decoro subgeometrico del VI secolo a.C. in Etruria meridionale e in Campania, Collection de l’École française de Rome 389, Rome, p. 109-130.

Nizzo, V., 2007, Ritorno ad Ischia. Dalla stratigrafia della necropoli di Pithekoussai alla tipologia dei materiali, Collection du Centre Jean Bérard 26, Naples.

Olcese, G., 2010, Le anfore greco italiche : archeologia e archeometria, Artigianato ed economia nel Golfo di Napoli, Rome.

Osborne, R., 1998, Early Greek Colonization ? The Nature of Greek Settlement in the West, dans N. Fisher et H. van Wees (éd.), Archaic Greece : New Approaches and New Evidence, Duckworth with The Classical Press of Wales, Londres-Swansea, p. 251-269.

Owen, S., 2005, Analogy, Archaeology and Archaic Greek Colonization, dans H. Hurst et S. Owen (éd.), Ancient Colonizations, Londres, Duckworth, p. 5-22.

Peroni, R., 1994, Le comunità enotrie della Sibaritide ed i loro rapporti con i navigatori egei, dans Enotri e Micenei nella Sibaritide vol. II, Tarente, p. 831-879.

Peroni R. et al., 2004, Broglio di Trebisacce (Cosenza), dans D. Cocchi Genick (éd.), L’età del Bronzo Recente in Italia, Atti del Congresso Internazionale, Lido di Camaiore 26-29 ottobre 2000, Viareggio, p. 167-176.

Quondam, F., 2008, Notazioni sulla fine dell’eta del Ferro precoloniale nella Piana di Sibari, dans Prima delle colonie. Organizzazione territoriale e produzioni ceramiche specializzate in Basilicata e in Calabria settentrionale ionica nella prima età del ferro. Atti delle giornate di Studio Matera, 20-21 novembre 2007, Venosa, p. 179-202.

Ridgway, D., 1984, L’alba della Magna Grecia, Milan.

Ridgway, D., 1988, La precolonizzazione, dans Un secolo di ricerche in Magna Grecia – Atti del XXVIII Convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto, 7-12 ottobre 1988, Naples, p. 111-126.

Ridgway, D., 2000, Riflessioni sull’orizzonte ‘precoloniale’(IX-VIII sec. a. C.), dans Magna Grecia e Oriente mediterraneo prima dell’età ellenistica – Atti del XXXIX Convegno di studi sulla Magna Grecia (Taranto, 1-5 ottobre 1999), Naples, p. 91-112.

Ridgway, D., 2004, The Italian Early Iron Age and Greece : from Hellenization to Interaction, dans L., Beaumont, C. Barker et E. Bollen (éd.), Festschrift in Honour of J. Richard Green, Meditarch, 17, p. 7-14.

Roure, R. et Casal-Lourdin, K., 2006, Historiographie du terme précolonisation en Italie et en France, European Review of History-Revue européenne d’Histoire, vol. 13, n° 4, p. 607-620.

Schiappelli, A., 2006, Dolii e magazzini tra tardo bronzo e primo ferro : una panoramica tra Italia meridionale e mondo egeo-mediterraneo, dans Studi di Protostoria in onore di Renato Peroni, Florence, p. 393-398.

Schnapp, A., 2000, Le vie del commercio greco in Occidente, dans M. Gras, E. Greco et P. G. Guzzo, (éd.), Nel cuore del Mediterraneo antico, Rome, p. 43-48.

Sourisseau, J.-Chr., 2011, La diffusion des vins grecs d’Occident du viiie au ive s. av. J.-C. : sources écrites et documents archéologiques, dans La vigna di Dioniso, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, Tarente, p. 143-252.

Stea, G., 1999, Forme della presenza greca sull’arco ionico della Basilicata : tra emporia e apoikiai, dans M. Castoldi (éd.), Koinà, Miscellanea di studi archeologici in onore di Piero Orlandini, Milan, p. 49-71.

Stein, G. J. (éd.), 2005, The Archaeology of Colonial Encounters, Santa Fe.

Vanzetti, A., 2008, Notazioni sulla fine dell’età del Ferro precoloniale nella Piana di Sibari, dans Prima delle colonie. Organizzazione territoriale e produzioni ceramiche specializzate in Basilicata e in Calabria settentrionale ionica nella prima età del ferro. Atti delle giornate di Studio Matera, 20-21 novembre 2007, Venosa, p. 179-202.

Yntema, D., 2000, Mental landscapes of colonization : The ancient written sources and the archaeology of early colonial-Greek southeastern Italy, BABesch, 75, p. 1-49.

Zancani Montuoro, P., 1970-71, Francavilla Marittima, AttiMemSocMagnaGrecia, n. s. 11-12, p. 9-33.

Zurbach, J., 2008a, Question foncière et départs coloniaux. À propos des apoikiai archaïques, ASAtene LXXXVI, s. III, 8, p. 87-103.

Zurbach, J., 2008b, Problèmes de la terre en Grèce, de l’époque mycénienne à la fin de la période archaïque, Thèse de Doctorat, Université de Paris X, Paris.

Haut de page

Annexe

Abréviations

APOIKIA : d’Agostino, B., Ridgway, D. (éd.), Apoikia : i più antichi insediamenti greci in Occidente : funzioni e modi dell’organizzazione politica e sociale. Scritti in onore di G. Buchner, A.I.O.N. ArchStAnt 1 (N.S.), 1994, Naples 1994.

Euboica : Bats, M., d’Agostino, B. (éd.), Euboica. L’Eubea e la presenza euboica in Calcidica e in Occidente (Atti del Convegno Internazionale di Napoli, 1996), Coll. CJB 16/AION (archeol) Quaderno 12, Naples, 1998.

Enotri e Micenei nella Sibaritide, Vol. I & II : Peroni, R., Trucco, F., Tarente, Istituto per la Storia e l’archeologia della Magna Grecia, 1994.

Incoronata 1992 : Castoldi, M., Orlandini, P. (dir.), Dal villaggio indigeno all’emporio Greco. Le strutture e i materiali del saggio T (Ricerche archeologiche all’Incoronata di Metaponto, 2), Milan, 1992.

Haut de page

Notes

1 Cf. Osborne, 1998 ; Yntema, 2000 ; Owen, 2005.

2 Greco, 2009 ; Ridgway, 2004.

3 Lepore, 1969, p. 179-180.

4 Sauf indication contraire, les dates auxquelles on fait référence sont avant notre ère.

5 Dans la littérature récente, surtout anglophone, le recours à la notion de « colonial encounters » se veut plus neutre et insiste sur les échanges, les apports mutuels, le métissage, les cultures mixtes :
cf. Stein, 2005.

6 Pour la dialectique entre les sources anciennes et les données archéologiques, cf. Zurbach, 2008a.

7 Greco, 1999, p. 264.

8 Pour l’historiographie de cette notion en France et en Italie, cf. Roure, Casal, 2006 ; pour les péninsules ibérique et italienne, cf. le volume récent de Celestino et al., 2008.

9 Ridgway, 1988 et 2000.

10 Moscati, 1983.

11 L’hypothèse principale est qu’il s’agit d’artisans itinérants, de provenance et de formation égéenne, sur le modèle des artisans métallurgistes : Bettelli, 2002.

12 Roure, Casal, 2006, p. 164.

13 Cf. Gras, 1985 ; Gras, 1995 qui résume les travaux d’E. Lepore, A. Mele, B. Bravo, C. Ampolo et M. Torelli.

14 Lepore, 2000, p. 41-42.

15 D’Agostino, 1994.

16 Schnapp, 2000.

17 Nous n’aborderons ici que la présence eubéenne, mais il est désormais acquis que ce site s’inscrit dans un réseau de relations complexes impliquant aussi bien des Orientaux que des autochtones.

18 Ridgway, 1984, p. 107-108 et 121-124.

19 Cf. en particulier d’Agostino, 1994.

20 Greco, 1994 et d’Agostino, 1994.

21 Sourisseau, 2011 ; Olcese, 2010.

22 Le phénomène apparaît assez clairement dans la partie nord du secteur, notamment dans le Latium et en Étrurie villanovienne.

23 Sourisseau, 2011.

24 De Caro, Gialanella, 1998.

25 Cf. Giangiulio, 1996.

26 Coldstream, 1994.

27 Cf. en dernier lieu Malkin, 2011, p. 154 et suivantes pour l’analyse critique de ces questions à la suite d’Horden et Purcell.

28 Pour les différentes hypothèses, cf. le vol. APOIKIA.

29 D’Agostino, 2008.

30 Mele, 2003, p. 22 ; d’Agostino, 2008, p. 10.

31 Morel, 1998 ; Lombardo, 2002.

32 Mercuri, 2004.

33 D’Agostino, 2008.

34 Munzi, 2007.

35 Nizzo, 2007, passim.

36 D’Agostino, 2008.

37 Greco, Mermati, 2006.

38 D’Agostino, 1994, p. 19-20.

39 D’Agostino, 2008.

40 Boardman, 1996.

41 Osborne, 1998 ; Malkin, 2002.

42 Greco, 2006, p. 176 s.

43 Zancani Montuoro, 1970-1971.

44 La Genière, 1988.

45 Buchner, Boardman, 1966.

46 Ridgway, 1984.

47 Kleibrink, Barresi, 2008.

48 Jacobsen et al., 2008.

49 Luppino et al., 2004.

50 Buchner, 1982 ; Canciani, 2000 ; Coldstream, 2006 : voir Jacobsen et al., 2008 pour l’historiographie.

51 Vanzetti, 2008.

52 Ferranti, Quondam, 2006.

53 Quondam, 2008.

54 Attema, Delvigne et al., 1997-1999 ; Maaskant Kleibrink, 2003, p. 54-56.

55 Cf. Greco, 1993, p. 470.

56 Sur la place des femmes dans ce contexte, cf. Esposito, Zurbach, 2010.

57 À ce propos, cf. les travaux réunis dans les deux volumes Enotri e Micenei nella Sibaritide.

58 Pour une étude d’ensemble sur les dolia et les magasins en Italie méridionale entre Bronze Final et Premier Âge du Fer : Levi, 1999 ; Schiappelli, 2006.

59 Peroni, 1994, p. 855-856.

60 D’Angelo, Orazie-Vallino, 1994, p. 797.

61 Peroni et al., 2004, p. 175 ; Castagna, 2004.

62 Incoronata 1992, p. 21.

63 Stea, 1999.

64 Denti, 2009.

65 Outre le site de l’Incoronata, une présence grecque est également attestée en Siritide sur la colline de Policoro que certains identifient comme le site de Siris-Polieion, colonie fondée vers le milieu du siècle par des Grecs provenant de Colophon et fuyant la domination lydienne (Timée et Aristote apud Athénée, XII 523c ; Strabon, VI, 1, 14).

66 Croissant, 2003 ; Denti, 2002.

67 Denti, 2008.

68 Cossalter, De Faveri, 2008.

69 Lombardo, 1996, p. 15-25.

70 Maruggi, 2001.

71 Burgers, Crielaard 2007 et 2008.

72 Dominguez Monedero, 2008.

73 Zurbach, 2008b.

74 Gras, 1985, p. 705.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte de la Campanie.
Crédits © CNRS Centre Jean-Bérard
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/767/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 2. Amphores produites à Pithécusses
Crédits (d’après SOURISSSEAU, 2011, fig. 1)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/767/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 3. Carte de différents sites de l’Age du fer en Italie du Sud
Crédits (© C. Bellamy, source http://www.sites.univ-rennes2.fr/​lahm/​)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/767/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arianna Esposito, « La question des implantations grecques et des contacts précoloniaux en Italie du Sud : entre emporia et apoikiai », Pallas, 89 | 2012, 97-121.

Référence électronique

Arianna Esposito, « La question des implantations grecques et des contacts précoloniaux en Italie du Sud : entre emporia et apoikiai », Pallas [En ligne], 89 | 2012, mis en ligne le 10 mars 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://pallas.revues.org/767 ; DOI : 10.4000/pallas.767

Haut de page

Auteur

Arianna Esposito

Université de Bourgogne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org