Navigation – Plan du site
II. Les Grecs en Grande Grèce et en Sicile

Limites et occupation de l’espace dans les colonies grecques du Sud de l’Italie

Limits and rural-space occupation in southern Italy Greek colonies
Airton Pollini
p. 123-142

Résumés

En prenant appui sur quelque quarante ans d’études sur le territoire des colonies grecques d’Italie du Sud, la présente contribution se concentre sur la définition et l’évolution des limites de l’occupation de l’espace rural par les colons grecs. Les enjeux des frontières sont différents en fonction de qui se trouve en face, si la cité analysée s’oppose à une autre cité grecque coloniale ou à une population italique, autochtone ou venue d’une autre région de la péninsule. Sans sous-estimer l’importance des rapports entre Grecs et non-Grecs, seront privilégiées l’opposition entre deux cités grecques et la tendance à la constitution d’une zone d’influence hégémonique, plus large que le territoire civique d’une colonie. L’étude suit un parcours à la fois thématique, chronologique et topographique : elle part de l’idée de l’« empire » de Sybaris, en analysant les territoires les mieux connus du monde grec qui sont ceux de Métaponte et de Poseidonia, pour aller vers Tarente avec un autre type d’organisation territoriale et finir par les fortifications de Vélia et par l’exemple de la frontière entre Locres et Rhégion.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pollini, 2013.
  • 2 Voir l’article d’Arianna Esposito dans ce même volume.

1Dans le cadre d’un colloque lié à la question aux concours de l’enseignement secondaire, cette contribution tente un équilibre entre, d’une part, une perspective historiographique de tout ce que l’on connaît sur les thèmes de l’appropriation de l’espace dans le domaine colonial occidental et, d’autre part, les résultats encore majoritairement inédits de mes propres recherches1. Il va sans dire qu’une telle entreprise est nécessairement incomplète et trop schématique. De plus, il s’agit de traiter deux aspects du problème, tous les deux très complexes : l’appropriation de l’espace rural et les limites du territoire civique des colonies grecques de Grande Grèce. À ce titre, seront considérées les cités coloniales comprises entre Tarente et Poseidonia jusqu’aux extrémités de la péninsule ; les cités de la région de Naples montrent une situation spécifique et méritent un traitement à part2.

  • 3 Casevitz, 1998, p. 417-435.

2Tout d’abord, les deux éléments de la question, territoire et frontière, sont indissociables : de même que l’urbanisme d’une cité comporte également son enceinte, la frontière, en tant que limite d’un territoire, est par sa propre définition attachée à l’organisation de ce territoire. Dans le cas des cités grecques coloniales, le territoire représente les terres que les citoyens perçoivent comme faisant partie de leur cité, qu’il soit bien délimité ou non, ce qui correspond bien au terme grec chora, qui désigne l’espace géographique appartenant à une cité3. L’important est ainsi de comprendre les limites de cet espace que la cité et l’ensemble de ses citoyens se sont approprié. Pour ce qui relève de la frontière, dans la majorité des cas présentés dans cette étude, au lieu de frontière, nous devrions parler plutôt de « front », soit la ligne de contact entre une armée et une armée adverse. Il délimite donc un territoire, mais un territoire en mouvement ; il diffère de cette manière de la frontière par son caractère instable et dynamique. C’est justement le point souligné dans cette étude.

1. Bilan des recherches

  • 4 Atti Taranto 1967. Voir en particulier les articles de G. Vallet, E. Lepore, ainsi que l’interventi (...)
  • 5 Brunet, 2000, p. 27-45.
  • 6 Voir en particulier : Pollini, 2006, p. 37-56.

3Très brièvement, il faut se rappeler que l’étude de la terre dans le monde grec est un domaine relativement récent par rapport aux principales préoccupations des historiens et archéologues de l’Antiquité grecque. Néanmoins, ces études ont débuté dès les années 1940 à Chersonnèse en Crimée (Blavatskij, 1941 ; Belov, 1957). La première impulsion pour le développement des études en Italie a été donnée par l’utilisation des photos aériennes issues de l’armée dans l’immédiat après-guerre et cela notamment à Métaponte (Schmiedt, 1955 ; Chevalier, 1969). Ensuite, les premières recherches systématiques, avec fouilles stratigraphiques, ont été entreprises par D. Adamesteanu d’abord à Géla dans les années 1950, puis dans les années 1960 à Métaponte. C’est là qu’il a pu associer les données de la photo-interprétation aux fouilles archéologiques systématiques dans le territoire. Les très importantes découvertes de D. Adamesteanu sont sans doute à l’origine de l’impulsion donnée à ces études en Grande Grèce, comme en atteste le fait qu’un des colloques de Tarente ait été entièrement consacré à la question des rapports entre la ville et son territoire4 ; les principales questions qui ont dirigé les recherches dans les territoires coloniaux pendant plusieurs années y furent alors posées. Il faut également mentionner les recherches de M. Napoli à Poseidonia et ses fouilles systématiques dans les années 1960 et 1970, qui ont mené à la découverte d’un nombre très important de nécropoles dans le territoire de la cité. Le développement des études du territoire en Grèce égéenne est tardif et coïncide avec l’introduction d’une nouvelle méthode, celle des prospections, ou survey en anglais, à partir des années 19805. Plus récemment, un dernier développement méthodologique important s’est traduit par la prise en compte de l’archéologie du paysage, mise en œuvre par des équipes multidisciplinaires qui constituent des SIG (Systèmes d’information géographique) pour la localisation et l’analyse des repères antiques sur un territoire élargi6.

  • 7 Les expressions utilisées par les Anciens sont : érémos chora, oudeneia ton anthropon ou même oliga (...)
  • 8 Pour la question de la frontière dans le contexte colonial de la Grande Grèce, voir : Atti Taranto (...)
  • 9 Orser Jr, 2000 (1992) ; Funari, 1999.
  • 10 Funari, 1999, p. 57 ; Funari et al. (éd.), 2005 ; Meskell, 2001, p. 187-213 ; Lawrence, Shepherd, 2 (...)

4Pour traiter le problème de la frontière, perçue dans ses aspects géographiques mais aussi ethniques ou identitaires, la recherche s’est tournée vers le concept de frontier history, entendu comme l’histoire d’une conquête progressive, les territoires conquis étant considérés comme disponibles7. En effet, E. Lepore fut le premier à établir que traiter de la frontière signifie analyser l’ensemble du territoire d’une cité et que les rapports entre deux cités grecques sont fondamentalement différents de ceux qu’une cité grecque entretient avec les populations indigènes8. Contrairement aux cités grecques égéennes, les cités coloniales d’Occident organisent leurs limites d’après deux logiques différentes dans le cas où elles sont opposées à d’autres cités grecques ou à des populations indigènes. Sans délaisser complètement la question des rapports entre Grecs et non-Grecs, l’étude se concentre davantage sur les relations territoriales entre cités grecques. Pour cela, il faut faire appel aux apports de l’archéologie historique9 qui invite l’archéologue à confronter vestiges archéologiques et textes, sans hiérarchiser les deux types de données10 ; cette approche souligne également l’importance des relations de pouvoir entre groupes sociaux et individus, l’importance des mécanismes de domination et de résistance, et cela aussi bien à l’intérieur des sociétés grecques, dans l’opposition entre élites et couches inférieures, que dans les rapports entre populations grecques, non-grecques et mixtes.

  • 11 Guzzo, 1987, p. 373-379, en particulier p. 378.

5Enfin, les études portant sur les « sanctuaires de frontière » sont également essentielles pour travailler sur les limites du territoire des cités de Grande Grèce. Parmi les différentes définitions, la plus adaptée au contexte des colonies occidentales est celle de P. G. Guzzo, selon laquelle « il santuario di frontiera è pertanto quella struttura a prevalente funzione cultuale che segna la tangenza fra due sfere opposte, allo scopo di normalizzare, con il fine di un generale vantaggio economico, attività produttive svolte da corpi sociali, politici o tecnici diversi fra loro »11. Cela implique de voir tous les types de rapports possibles, qu’ils soient politiques, militaires, économiques ou culturels, dans un même lieu, qui plus est placé sous la protection divine ce qui induit une forme de sacralisation de ces contacts.

6Cette étude suit un parcours à la fois thématique, chronologique et topographique avec un certain nombre d’allers-retours inévitables. On commencera par l’« empire » de Sybaris, en analysant les territoires les mieux connus du monde grec – ceux de Métaponte et de Poseidonia ‑, pour poursuivre vers Tarente qui présente un autre type d’organisation territoriale et pour finir par les fortifications de Vélia et par l’exemple de la frontière qui séparait Locres de Rhégion.

2. Sybaris

  • 12 Greco, 1992b, p. 465. Le territoire de Sybaris est le thème de recherche de la thèse de doctorat de (...)
  • 13 Strabon, Géographie, F. Lasserre (trad.), 2003 (1967). Dans le même sens, nous avons aussi l’inform (...)

7Une étude de Sybaris et de son territoire s’appuie sur les sources littéraires disponibles12, difficiles à interpréter, et est en quelque sorte conditionnée par elles. Les vestiges archéologiques les plus anciens permettent de dater l’entreprise coloniale du dernier quart du viiie siècle (730-720 av. J.-C.). D’après les sources écrites, notamment Strabon (VI, 1, 13) et Diodore (XII, 9, 1-6), la richesse de la cité était proverbiale et Sybaris jouissait d’un territoire très étendu et fertile : Strabon écrit que Sybaris jouit autrefois d’une fortune si exceptionnelle qu’elle put commander à quatre nations voisines, avoir pour sujettes vingt-cinq cités et remplir de ses habitants sur le seul Crathis une enceinte circulaire de 50 stades13.

  • 14 Greco, 1992b, p. 459-485. Outre l’article d’E. Greco, notre bref commentaire sur les sites archéolo (...)
  • 15 Atti Taranto 1971 ; Atti Taranto 1982.

8La recherche archéologique n’est évidemment pas capable de localiser avec précision les quatre nations et les vingt-cinq cités du texte de Strabon. En revanche, à partir de la combinaison de la tradition littéraire et des vestiges matériels, notamment ceux provenant des sites de Francavilla Marittima et d’Amendolara, certains chercheurs utilisent l’expression « empire de Sybaris » pour parler de sa campagne et de ses relations avec les peuples indigènes de l’arrière-pays14. Les données archéologiques montrent que les populations installées dans plusieurs localités du territoire de la cité étaient déjà en contact avec l’élément grec avant la fondation de la cité de Sybaris15.

  • 16 Sur le site de Francavilla Marittima, voir en particulier : Osanna, 1992, p. 159-161, n° 19 ; Genov (...)
  • 17 Osanna, 1997, p. 281.

9Dans le cas spécifique de Francavilla Marittima16, la domination grecque est représentée par l’établissement d’un sanctuaire au sommet de la colline, à la place du site indigène préexistant. La céramique la plus ancienne est contemporaine des premières attestations du centre urbain de Sybaris, soit du dernier quart du viiie siècle. Le sanctuaire serait plutôt un lieu qui marque la mainmise du territoire par les Grecs, en même temps qu’il était aussi fréquenté par les populations locales comme l’indiquent des offrandes de type indigène17. Par conséquent et d’après les données archéologiques du sanctuaire, il semble que les rapports entre Grecs et indigènes aient été beaucoup plus complexes qu’on ne l’imaginait en postulant une simple conquête suivie de l’extermination des hommes et l’assujettissement des femmes. Dans le domaine du sacré, les relations entre les différentes populations en contact étaient donc plus subtiles. Néanmoins, l’analyse des données archéologiques du territoire de Sybaris montre que l’occupation grecque n’est plus présente au-delà du site de Francavilla, en direction de l’intérieur des terres et des montagnes du nord-ouest. Toutefois, il faut bien faire la distinction entre les limites perceptibles de l’occupation grecque et la définition d’une frontière.

  • 18 Greco, 1992a, p. 34.

10Les données archéologiques provenant d’Amendolara montrent des transformations importantes dans le courant du viie siècle. On observe en effet une participation plus grande d’éléments grecs à l’intérieur de la communauté indigène : les maisons sont construites à la façon des Grecs ; le mobilier des tombes comporte presque exclusivement des vases grecs. L’analyse attentive de ces données a mené à l’hypothèse que le groupe indigène établi à Amendolara avait été directement intégré au territoire placé sous contrôle sybarite. E. Greco a même identifié le cap Spulico comme la frontière nord de Sybaris18. En l’absence d’autres données, il est impossible de le vérifier ; néanmoins, le nombre plus élevé de ces éléments grecs indique clairement que la domination sybarite était en phase d’expansion, soit sous la forme d’une intégration des centres indigènes au territoire civique soit sous la forme d’alliances entre la cité grecque et ces sites indigènes. La mention dans Diodore (XII, 9, 2) que Sybaris octroyait généreusement le droit de cité est certainement un point fort à l’appui de cette hypothèse.

  • 19 Strabon, VI, 1, 13 : Après Crotone, à 290 stades, on rencontre le cours du Traeis, puis, à 200 stad (...)
  • 20 La localisation de la bataille sur le Traente peut être une construction postérieure en rapport ave (...)
  • 21 L’hypothèse de Punta Alice mérite un commentaire un peu plus approfondi. Un récit mythologique chez (...)
  • 22 C’est l’hypothèse que soutient E. M. De Juliis : de Juliis, 1996, p. 178-180.

11Vers le sud, aucun signe matériel ne permet une localisation précise de la frontière entre Sybaris et Crotone. En revanche, la tradition littéraire suggère plusieurs solutions. Nous avons d’abord le début d’un passage de Strabon19, dont une interprétation possible serait d’identifier le cours du Traies comme la limite entre les deux territoires. Cette possibilité est renforcée par un passage de Jamblique (De Vita Pith., 260) qui localise la bataille entre les deux cités achéennes aux marges du Traente (ou Traeis)20. D’autres emplacements que le Traente sont néanmoins possibles pour la frontière Sybarite : soit la Punta Alice21 soit le cours du Neto22.

3. L’« Empire » de Sybaris

12La notion d’« empire » recouvre non seulement la campagne qui était placée sous l’autorité directe de la cité, mais aussi des régions indépendantes qui maintenaient des rapports étroits d’alliance avec celle-ci. En ce sens, la fondation de Métaponte vers 630 av. J.-C. fut peut-être le premier mouvement important de la part de Sybaris en vue de s’assurer une emprise sur un territoire plus étendu que les limites de sa campagne civique.

  • 23 Ibid, p. 153.

13Un second mouvement, également en direction du nord, s’est traduit par la destruction de Siris. Selon un court passage de Justin (XX, 2, 3-9), la destruction de Siris fut une entreprise conjointe de Métaponte, Sybaris et Crotone et précéda la bataille de la Sagra, qui opposa Crotone à Locres. La chronologie de ces opérations n’est pas bien établie, mais on peut les placer dans le second quart du vie siècle, date qui semble être confirmée par les données archéologiques relatives à Siris23. Le second mouvement de Sybaris vers le nord, au-delà de ses frontières civiques et même au-delà du site indigène allié d’Amendolara, est contemporain d’un mouvement de son alliée Métaponte qui se porta vers le sud. La conquête d’une partie de l’ancien territoire de Siris par Métaponte est confirmée par les sources archéologiques et l’on peut raisonnablement supposer que Sybaris fit de même. En tout cas, le développement de l’emprise de Sybaris sur un territoire très étendu vers le nord est bien attesté.

  • 24 Bérard, 1957 (1941), p. 146-147 ; Greco, 1992a, p. 91-92.
  • 25 Greco, Gasparri, 1995, p. 24-25, n° 18 et p. 73.

14Dans les autres directions aussi Sybaris eut des visées expansionnistes. Plusieurs sites indigènes de l’arrière-pays montagneux, à l’ouest de la plaine de Sybaris, montrent tout d’abord des signes importants de contacts intenses avec les colons grecs, en particulier dans le courant du vie siècle. Au-delà des centres indigènes de l’intérieur des terres, les intérêts sybarites incluaient également la côte tyrrhénienne, comme en atteste la fondation de la sous-colonie de Poseidonia vers 600 av. J.-C., opération la plus importante et la plus éloignée géographiquement de Sybaris. En ce qui concerne la fondation de Laos, la chronologie est en revanche encore discutée, mais un passage d’Hérodote (VI, 21) et les données archéologiques laissent entendre qu’elle est postérieure à la défaite de Sybaris face à Crotone, en 511-510 av. J.-C24. En effet, des recherches relativement récentes ont montré que le site de Petrosa di Scalea était occupé par une population indigène présentant les mêmes traits culturels que les habitants de Palinuro et de la vallée du Noce. Cet établissement indigène montre des signes d’abandon à la fin du vie siècle25, ce qui doit s’expliquer par la fondation de Laos par les Sybarites vaincus. La mention de l’établissement de Skidros dans le même passage d’Hérodote est également un élément important à prendre en compte dans les tentatives de reconstruction historique du développement de Sybaris et de son « empire ».

  • 26 Plusieurs monnaies portent le taureau sybarite avec des inscriptions qui renvoient à d’autres établ (...)
  • 27 Greco, 1990, p. 39-57.
  • 28 Greco, 1992b, p. 476-481 et Greco, 2000a, p. 202.

15Un complément important à ce dossier est fourni par les données de la numismatique26. Quelle que soit l’identité des sites mentionnés sur les monnaies, celles-ci corroborent l’hypothèse que la sphère d’influence de Sybaris était assez étendue, et qu’elle englobait plusieurs établissements qui entretenaient des contacts importants avec la cité achéenne. C’est aussi ce que montre une inscription trouvée dans le sanctuaire d’Olympie et conservant un accord conclu sous la garantie de Poseidonia entre Sybaris et les Serdaioi27. Enfin, si l’on suit E. Greco, il semble que les Sybarites aient participé de manière active par l’intermédiaire des Poseidoniates au choix du lieu d’implantation de Vélia (Hérodote, I, 167)28.

  • 29 Bérard, 1957 (1941), p. 147-148 et 307. Le passage chez Strabon (VI, 1, 5) mentionne une fondation (...)
  • 30 D’après A. Rouveret, le tableau représente « une scène mythologique relevant d’une lecture allégori (...)

16Les rapports que Sybaris entretint avec Témésa sont également à prendre en compte dans toute réflexion sur l’« empire » de Sybaris, même si l’histoire de Témésa est mal connue et entourée de légendes29. Celle qui évoque le combat contre le démon de Témésa peut être considérée comme une sorte d’allégorie d’un événement de l’histoire réelle de Témésa30 : placée dans un premier temps sous l’influence de Sybaris (représentée par le jeune homme, personnification du fleuve du même nom), Témésa passa ensuite sous l’hégémonie de Locres, cité d’où était originaire Euthymos. Ces témoignages littéraires font probablement référence à un centre indigène qui était sous l’influence de Sybaris et qui, ensuite, devint une cité grecque à part entière.

4. Métaponte

  • 31 Notre principale source est Antiochos apud Strabon, VI, 1, 15 : Suivant Antiochos, le site abandonn (...)
  • 32 Greco, 1992a, p. 44 ; de Juliis, 2001, p. 43.

17Métaponte fut fondée par des colons achéens entre les embouchures du Bradano et du Basento. Si l’on en croit un passage d’Antiochos31, la fondation de cette nouvelle colonie, datée de 630 av. J.-C.32, se comprend dans le contexte d’une démarcation de frontière. La haine (misos) que les Achéens éprouvaient à l’encontre des Tarentins expliquerait la volonté des premiers de contrer l’expansion territoriale des seconds. Bien qu’il soit nécessaire de faire preuve d’un maximum de prudence dans l’analyse de ce passage, qui paraît refléter une construction idéologique postérieure aux événements, il montre de façon évidente que, même dans un contexte colonial, les anciens Grecs se préoccupaient de définir une limite entre deux cités.

  • 33 De Siena, 2000, p. 759.

18Ce sont les sanctuaires extra-urbains et leur localisation qui permettent d’appréhender les modalités d’occupation du territoire de Métaponte. Deux phases bien distinctes de définition des limites de l’occupation grecque de ce territoire peuvent être décrites. À la fin du viie siècle, au moment de la fondation de la colonie, deux limites sont établies et signalées par deux sanctuaires : la rivière du Bradano, avec l’Héraion des Tables Palatines, et celle du Basento, avec l’Artémision de San Biagio. Ensuite, vers le milieu du vie siècle, après la destruction de Siris, Métaponte étend sa domination dans trois directions différentes, dans un mouvement expansionniste très fort : vers le sud, par la traversée du Basento et l’occupation des terres situées entre ce fleuve et le Cavone et qui appartenaient précédemment à Siris ; vers l’ouest, où les traces de divisions régulières de la campagne et les sites de Cugno del Pero et de Lago del Lupo attestent une mainmise plus élargie de la plaine comprise entre le Basento et le Bradano ; enfin, vers le nord, où l’implantation d’une fortification à Cozzo Presepe semble montrer indubitablement une occupation plus avancée vers l’arrière-pays. La seule limite qui reste inchangée est celle qui était située entre Métaponte et Tarente, matérialisée par la rivière du Bradano et renforcée par la monumentalisation de l’Héraion des Tables Palatines. En revanche, les données archéologiques semblent indiquer que l’action de la cité fut plus complexe à proximité de la rive gauche du Bradano – en particulier d’après les données en provenance du territoire de l’actuelle Ginosa : elles présentent des caractéristiques très proches de celles qui proviennent des sites contemporains situés dans le territoire même de Métaponte33. Les techniques de construction de l’habitat comme le mobilier des tombes témoignent d’une influence plus forte de Métaponte que de Tarente. Il faut donc rester prudent dans l’attribution au Bradano et à l’Héraion du rôle de « marqueurs de frontière ». L’appartenance à une cité grecque plutôt qu’à une autre nous semble d’ailleurs très difficile à déterminer à partir du mobilier de quelques tombes. Il est évident que les influences culturelles et commerciales ne s’arrêtaient pas nécessairement aux frontières, indiquées ou non par des rivières et/ou des sanctuaires. La frontière se caractérisait d’ailleurs justement par sa porosité ; elle mettait en contact des groupes distincts en promouvant les échanges culturels et commerciaux. Les vestiges provenant de ces sites touchés par des influences différentes nous obligent en tout cas à mener des analyses fines et à faire preuve d’une prudence redoublée. Quel que soit le contexte historique, la mixité est probablement l’aspect le plus distinctif des sites que l’on peut qualifier de « frontaliers ».

  • 34 Carter, 1994, p. 169.

19L’Artémision de San Biagio34 se situe à environ six kilomètres du centre urbain de Métaponte, sur la rive gauche du Basento, dans la zone marginale de la plaine où commencent les reliefs collinaires. Plusieurs fonctions sont possibles dans le cas de ce sanctuaire. L’hypothèse la plus prudente est certainement d’y voir un simple sanctuaire champêtre, où était célébré un culte à la fertilité lié à la source. Mais le fait qu’il ait été établi dans une zone distante du centre urbain, aux bords d’une rivière importante, et à une époque contemporaine de l’arrivée des colons peut indiquer des fonctions plus étendues : il a pu servir à marquer la possession du territoire lors des débuts de la colonie. Au vie siècle, après l’expansion de Métaponte sur les terres de l’ancienne Siris, l’Artémision devint un sanctuaire des confins, qui du fait de sa position à l’endroit où l’on passait de la zone des plaines à celle des montagnes garda son importance symbolique, mais qui perdit l’importance politique qui était la sienne au moment de la fondation de la colonie.

  • 35 Osanna, 1992, p. 82, n° 11.
  • 36 Carter, 1994, p. 177.

20Des rapports de toute autre nature sont envisageables à l’extrémité opposée du territoire, dans la vallée du Bradano, au nord du centre urbain de Métaponte. Dans cette région, Cozzo Presepe35 a été identifié comme une fortification construite par-dessus un ancien centre indigène, fréquenté durant tout le viie siècle. À la fin du viie, l’habitat indigène disparaît brusquement et le site est repris par les Métapontins ; au tout début du vie siècle, les colons édifient une fortification à la place du site indigène, en utilisant pour sa construction des pierres irrégulières. Elle est ensuite remplacée par un petit lieu de culte au ve siècle : un petit autel et un dépôt votif ont été trouvés à l’emplacement de l’ancienne fortification36. En direction du nord et en suivant le cours du Bradano, ce site apparaît comme le plus lointain de ceux qui étaient sous la domination directe des Métapontins. Il est situé au sommet d’un plateau, sur une terrasse, d’où une grande partie de la vallée du Bradano était visible. C’est une position clé pour le contrôle et la défense de la plaine ; en outre, la rivière constituait une voie de communication privilégiée entre la côte et l’arrière-pays. Ce site de Cozzo Presepe, par ses caractéristiques militaires et sa localisation géographique, est typique d’un site frontalier. Mais la présence militaire a aussi garanti l’exploitation agricole régulière de la campagne située en deçà, comme l’attestent les fermes de Cugno del Pero et de Lago del Lupo.

  • 37 Ibid, p. 180.
  • 38 Sur le sanctuaire de Pantanello, voir une brève description dans : Carter, 1991, p. 245-249 ; sur l (...)

21Intéressons-nous brièvement à la structure du territoire situé à l’intérieur de cet espace relativement bien délimité, en commençant par d’autres petits lieux de culte qui ont été repérés dans la campagne métapontine. Au total et jusqu’à présent, quatorze sanctuaires appartiennent au territoire de Métaponte. J. Carter37 a remarqué une impressionnante régularité dans la distribution spatiale de ces lieux de culte. Les écarts entre les sites semblent suivre un schéma à deux échelles : ils sont de 3 ou 6 km. Entre le centre urbain et l’Héraion des Tables Palatines on compte 3 km ; entre ce dernier et le sanctuaire de Saldone, encore 3 km ; finalement, Cozzo Presepe se situe à 6 km de Saldone. La même régularité semble se vérifier le long du Basento : entre le centre urbain et Pantanello38, on a 3 km ; entre ce dernier et San Biagio, à nouveau 3 km ; Sant’Angelo Grieco est également distant de 3 km de San Biagio. Dans cette vallée, il faut ajouter également les sanctuaires de Sant’Angelo Vecchio et d’Avinella, respectivement à 2 et 1 km de San Biagio. Puisque ces lieux sont presque tous datés du milieu du vie siècle, il faut voir là une implantation pratiquement contemporaine. Par conséquent, J. Carter a suggéré qu’il s’agissait de petits lieux de culte fréquentés par les communautés rurales et dont la position était déterminée par la division régulière du territoire, elle aussi mise en place au vie siècle.

  • 39 Schmiedt, Chevallier, 1960, p. 1-31 ; Schmiedt, Chevallier, 1959, p. 2-5 ; Adamesteanu, 1967, p. 3- (...)
  • 40 Carter, 1994, p. 182 ; Carter, 2000, p. 775-776.
  • 41 Selon les calculs de J. Carter qui se base sur l’emplacement des fermes et des lignes de division d (...)

22Dès le début des recherches sur le territoire de Métaponte, l’intérêt majeur s’est surtout tourné vers les traces de division régulière de l’espace rural. Ces traces ont d’abord été repérées grâce à l’interprétation des photographies aériennes39, ensuite complétée par des fouilles stratigraphiques et, plus récemment, par des prospections. Les recherches de J. Carter40 ont permis de dater l’une de ces « lignes » de précisément 580 av. J.-C. : il s’agit d’une route bordée de canaux de drainage, qui passe à travers la nécropole de Pantanello. Ces lignes, en majorité des canaux de drainage, respectent un écart de 209 m dans la zone entre le Bradano et le Basento et de 244 m entre ce dernier et le Cavone. Les données de fouilles ont daté de la fin du vie siècle l’ensemble de ce système de division régulière. De plus, les données des prospections ont établi une évolution relativement claire pour l’occupation du territoire de Métaponte, matérialisée par des fermes, et qui atteint son développement maximal dans la première moitié du ve siècle41.

  • 42 Pour un résumé de nos connaissances sur les fermes de Métaponte, voir : Carter, 1991, p. 242-243 ; (...)

23Après une phase de déclin entre la fin du ve et le milieu du siècle suivant, les données venant de la zone rurale de Métaponte montrent une impressionnante reprise dans la seconde moitié du ive42 : on retrouve la même densité d’occupation qu’au milieu du ve siècle. Une grande quantité des constructions du ive siècle reprennent l’emplacement d’un habitat précédent, mais sont de dimensions beaucoup plus grandes, avec des superficies variant entre 200 et 400 m2.

24Si l’on ne connaît pas les raisons exactes de cette fluctuation dans l’occupation et l’exploitation de la campagne métapontine, il faut tout de même remarquer que la chronologie des mouvements ascendants et descendants est similaire dans d’autres cités de Grande Grèce. Les deux colonies les mieux connues, Métaponte et Poseidonia, sont mises en parallèle à plusieurs titres, y compris pour l’évolution de l’occupation du territoire.

5. Tables d’Héraclée

  • 43 Uguzzoni, Ghinatti, 1968.

25Le seul témoignage épigraphique de la Grande Grèce qui touche aux problèmes de l’occupation des terres est constitué par les inscriptions des Tables d’Héraclée (IG, XIV, 645, 1 et 2)43. La cité d’Héraclée fut fondée par des Tarentins vers 433 av. J.-C. et ce témoignage qui, selon l’hypothèse la plus vraisemblable, est à placer dans le dernier tiers du ive siècle av. J.-C., après l’expédition d’Alexandre le Molosse, vient en appui de l’identification des divisions régulières de Métaponte. Le texte concerne les terrains sacrés des sanctuaires de Dionysos et d’Athéna, qui sont distribués à des particuliers pour être exploités. Le texte décrit le chemin vicinal utilisé pour marquer les limites des sanctuaires de Dionysos (table I) et d’Athéna (table II), ou les lots de terres. La forme de division de l’espace décrite dans ces Tables est donc la preuve que l’on peut adopter dans le contexte colonial de la Grande Grèce les notions de démarcation linéaire qui sont attestées en Grèce métropolitaine.

6. Poseidonia

  • 44 Voir notamment la publication des travaux récents : de La Genière, Greco, 2010.
  • 45 Fiammenghi, 1985. Des analyses récentes sur le matériel découvert dans le sanctuaire archaïque à Ag (...)
  • 46 Outre le congrès de Tarente sur cette cité, Atti Taranto 1987, il faut remarquer la publication des (...)

26Le cas de Poseidonia offre une situation particulièrement propice pour l’analyse puisque, outre des sanctuaires jalonnant son territoire, dont notamment l’Héraion à l’embouchure du Sele44 ou le sanctuaire d’Agropoli45, il offre l’exemple le mieux connu d’un ensemble très important de nécropoles extra-urbaines46. Au nord, le sanctuaire d’Héra était situé non seulement à la frontière de la cité, mais également à la limite entre les terres conquises par les Grecs et les territoires soumis au contrôle des populations italiques, présentant ici un fort caractère étrusque. Trois ensembles culturels disparates étaient en contact – grec, étrusque et indigène ‑, et présentaient eux-mêmes des diversités internes. Le sanctuaire semble avoir indiqué les limites de l’occupation grecque, sans qu’il y ait eu de modification de ces limites au cours du temps, et nous n’avons aucun témoignage d’une occupation grecque au-delà du fleuve Sele.

  • 47 Greco, 1982, p. 51-62. La même thèse a été reprise dans un article plus récent qui traite d’autres (...)
  • 48 Greco, Theodorescu, 1996, p. 192 ; Greco, 1987, p. 403.
  • 49 Cela est néanmoins désormais nuancé grâce à l’apport des prospections réalisées en Grèce. Voir en p (...)

27Pour ce qui relève de l’occupation des terres, on observe que le territoire de Poseidonia ne comporte que très peu d’établissements pendant la première période d’occupation de la ville, à l’exception des sanctuaires extra urbains. On estime le plus souvent actuellement que le citoyen habitait le centre urbain et se faisait enterrer dans les nécropoles urbaines, c’est-à-dire celles qui jouxtaient les remparts47. Après cette première phase, qui se caractérise par le faible nombre des établissements de la campagne, un changement important s’opère dans le courant du ive siècle av. J.-C. À Poseidonia, le changement n’intervient pas immédiatement après la conquête de la cité par les Lucaniens, à la fin du ve siècle av. J.-C., mais il est nettement perceptible à partir du milieu du ive siècle. Quelques nécropoles extra urbaines datent du début du siècle, mais c’est à compter d’environ 360 av. J.-C.48 que le territoire de Poseidonia présente un nombre beaucoup plus important d’installations. Aucune de ces habitations n’a été fouillée et toutes nos connaissances proviennent des nécropoles qui se situaient probablement à proximité des habitats. Le cas le plus courant est représenté par une petite nécropole, qui appartenait probablement à une seule famille et qui était utilisée pendant une ou deux générations. À la différence du cas relativement complexe de Métaponte, où comme nous l’avons vu ont été repérées deux phases d’occupation intensive de la campagne, datées du début du ve siècle et du milieu du ive, seule la phase d’intensification du ive siècle est attestée à Poseidonia, malgré de nombreux indices d’un développement considérable qui se place vers la fin du vie siècle. La comparaison avec Métaponte vient évidemment à l’esprit, mais elle n’est pas la seule cité à présenter cette transformation : en nous limitant au contexte colonial, on peut également citer Géla, Agrigente, Istros, Olbia et Chersonèse. Il est notoire qu’au moins jusqu’à la fin du ve siècle, le mode d’occupation des terres dans le monde grec se caractérisait surtout par un habitat groupé sous la forme de villages (komai) ; les fermes isolées étaient plus rares49.

7. Tarente

  • 50 Greco, 2000b ; Osanna, 2000.
  • 51 Maruggi, 2001.

28Tarente est un cas à part en Grande Grèce puisqu’elle présente le seul exemple actuellement connu d’une campagne organisée en villages ou komai50, et non occupée par un ensemble de fermes dispersées dans le territoire, comme c’était le cas à Métaponte ou à Poseidonia. Quelques rares nécropoles étaient relativement éloignée du centre urbain de la cité, près duquel se trouvait en revanche un ensemble plus important de tombes. La confirmation de cet autre type d’organisation est venue de la découverte d’un petit habitat au lieu-dit de L’Amastuola51. Les édifices avaient été bâtis selon des modes de construction de type grec et sont datés du début du viie siècle av. J.-C. : c’est donc un établissement pratiquement contemporain de l’installation de la colonie. Cet habitat colonial se superposait à un ancien site indigène. La nécropole des colons grecs, dont un total de 154 tombes ont été fouillées jusqu’à présent, se situait à 700 m de l’habitat. Elle resta en fonction au moins entre le deuxième quart du viie et le milieu du vie siècle. Le matériel du ve siècle est en revanche très rare et ne comprend que quelques fragments de céramiques, trouvés dans une seule tombe (n° 14).

8. Vélia

  • 52 On considérait autrefois que c’était le cas de Vélia ou de Rhégion (Reggio Calabria) ; en ce qui co (...)
  • 53 Greco, 1975, p. 81-109.
  • 54 Greco, Schnapp, 1983, p. 381-415.
  • 55 Bats et al., 2010, p. 171-185.

29Il semble actuellement acquis que toutes les colonies grecques d’Occident possédaient un territoire pour assurer une partie de leur subsistance ; il est totalement hors de propos d’imaginer des colonies « sans territoire »52. À Vélia, aucun vestige ne permet néanmoins de saisir l’organisation du territoire ni le tracé de la frontière avant le ive siècle. C’est alors qu’un système de fortifications extra-urbaines semble se former autour du territoire53. Ces fortifications sont situées sur un ensemble de collines et de montagnes dont le Monte Stella (1301 m), situé au nord, et le Monte Gelbison, au sud-est, étaient les points culminants. La ceinture se referme par les collines de la chaîne qui traversait la vallée du Lambro au sud. Le territoire de Vélia devait s’inscrire à l’intérieur de cette chaîne de collines. Selon cette hypothèse, les fortifications de Vélia reprenaient plusieurs des points culminants de la chaîne de montagnes, surtout pour définir la position de la frontière nord et nord-est. Pour établir des postes fortifiés, il paraît logique d’utiliser ces points en hauteur qui offraient une bonne visibilité et la possibilité de contrôler des voies de communication, notamment en partant du nord-ouest : Punta della Carpinina, Torricelli, Moio della Civitella et Castelluccio. C’est surtout à Moio que la recherche a livré le plus d’informations54. Malgré la rareté des signes matériels d’une occupation grecque à cet endroit, il apparaît que le site était fréquenté dès les premières générations de la colonie de Vélia, à la fin du vie siècle av. J.-C. ; mais aucune structure n’est associée au matériel céramique retrouvé. À la fin du ive siècle, le site présente, outre une fortification, un habitat qui se caractérise par une division de l’espace en îlots séparés par des ruelles et qui comporte une sorte de place centrale. Entre la fin du ive et pendant tout le iiie siècle, une telle structuration de l’espace laisse penser que l’endroit était plus un « avant-poste urbanisé », qu’une simple fortification. Mais il est difficile de préciser si le site était un centre indigène ou un poste fortifié de la cité grecque. Les recherches récentes en effet55, qui ont porté tant sur les techniques de construction que sur le faciès de la céramique, tendent à rapprocher Moio des sites lucaniens de l’intérieur des terres (Serra di Vaglio, Roccaglioriosa, Torre di Satriano, Cività di Tricarico) plutôt que de la cité de Vélia. Dès lors, que penser de ces propositions récentes dans la mesure où Vélia était le seul exemple de cité où l’on pouvait jusque-là mettre en évidence la constitution d’une sorte de ligne frontière, matérialisée par ces fortifications ? Si on les accepte, comment interpréter la présence de fortifications indigènes à une courte distance de la cité grecque ? La question est d’autant plus compliquée que la cité voisine de Poseidonia passe sous hégémonie lucanienne au ive siècle et devient une colonie romaine de droit latin en 273 av. J.-C.

9. Les cigales de l’Halex et la frontière entre Locres et Rhégion

  • 56 Pollini, Funari, 2005 ; Amerio, 1991.
  • 57 Aristote. Rhétorique, M. Dufour (trad.), 1991 (1931).
  • 58 « Comme autre facteur de grandeur, on peut citer l’allégorie ; c’est surtout vrai dans les menaces (...)
  • 59 Démétrios, Du style, P. Chiron (trad.), 2002 (1993).

30Le dernier cas d’étude est celui de la frontière qui séparait Locres et Rhégion, et où passait la rivière Halex. Un court passage de Timée, conservé chez Strabon (VI, 1, 9), nous raconte l’histoire de cigales muettes qui vivaient sur ses rives : Le cours de l’Alex, qui marque la limite entre le territoire de Rhégion et la Locride, suit un profond ravin. Celui-ci se trouve être la cause d’un phénomène singulier dans le comportement des cigales : celles de la rive locrienne chantent, tandis que celles de l’autre rive sont muettes. Ce témoignage, certes allégorique, n’en comporte pas moins des informations à caractère historique56. Il suffira ici de rappeler deux extraits, l’un de Stésichore (apud. Aristote, Rhétorique, II, 21, 1394b-1395a) et l’autre de Démétrios (Du style, 99-100 et 243). Si l’on en croit le premier, Stésichore aurait prononcé la phrase suivante à l’assemblée des Locriens : « on ne doit pas être insolent, si l’on ne veut pas que ses cigales chantent à terre »57. Si le premier passage de Démétrios (Du style, 99-100) fait explicitement référence à Locres58, le deuxième extrait (Du style, 243) en éclaire le sens. En parlant des formules symboliques et de la véhémence, il dit que la phrase : « « les cigales chanteront pour vous de par terre » est plus véhémente sous cette forme allégorique que si l’on avait dit simplement « vos arbres seront abattus » »59. Les cigales muettes, voire absentes, indiqueraient ainsi que les arbres du côté de Rhégion étaient abattus, comme dans le cas d’une invasion militaire.

  • 60 En ce qui concerne les représentations de la thématique de la frontière en contexte colonial, voir (...)

31Cette métaphore par le biais des cigales muettes nous permet d’affirmer que les Grecs d’Occident avaient conscience des limites qui séparaient deux colonies. Malgré l’absence en Grande Grèce de bornes et autres marques frontalières inscrites, on peut considérer comme certaine l’existence de frontières précisément définies entre deux cités. La perception de la frontière, dans le cas de l’Halex, se renforce encore de tous les aspects symboliques qui y sont présents à travers les références aux cigales muettes. Par conséquent, on peut proposer que les Grecs d’Occident avaient non seulement la conscience de l’idée de démarcations fixes et définies, mais qu’ils investissaient aussi cette notion de représentations symboliques très fortes60. En revanche, cette vision est particulièrement hellénocentrique. La perception grecque de la frontière reste donc sujette au point de vue strictement grec, où seules les cités grecques sont considérées. Le contraste entre, d’un côté, la précision géographique, la charge symbolique dans leur imaginaire et les récits historiques qui se rapportent aux frontières entre cités grecques et, de l’autre côté, le « désert » (l’érémos des anciens Grecs) par rapport aux indigènes d’Italie est symptomatique d’une différence de réalité et de sa perception.

10. Conclusion

32On observe donc que l’appropriation de l’espace colonial en Grande Grèce s’est faite selon des modalités diverses et les frontières des cités grecques ont pris des formes multiples. Essayons de tirer quelques conclusions supplémentaires, à partir de quatre aspects.

33Si l’on compare les différents cas d’étude présentés et leur chronologie, on voit se dégager un système par villages à Tarente dès les premiers temps de la colonie. Le cas de Sybaris est plus complexe et malheureusement mal connu ; on peut également faire l’hypothèse d’une organisation par villages, mais ces derniers étaient soit des villages indigènes sous influence sybarite, soit des villages mixtes.

34Métaponte montre le cas unique d’un système de division régulière de l’espace rural créé dès les premiers temps de la colonie, au vie siècle av. J.-C. De plus, cette cité ainsi que Poseidonia tendent vers une organisation capillaire du territoire, sur la base de fermes mono-familiales accompagnées de petites nécropoles associées. La campagne est en outre jalonnée par un réseau de grands et petits sanctuaires qui, dans le cas de Métaponte, suivent un intervalle régulier. Ce système capillaire atteint son paroxysme au milieu du ive siècle av. J.-C.

35Les colonies de Grande Grèce affichent une volonté d’expansion continue de leur territoire, aussi bien de leurs terres civiques que de leur zone d’influence. L’« empire » de Sybaris en est l’exemple le plus ancien et le plus marquant : il est le produit d’un impérialisme, sinon antérieur, au moins contemporain des premiers cas du monde grec métropolitain, dont par exemple Sparte. Ensuite, Sybaris, Crotone, Locres, Tarente et peut-être Rhégion montrèrent à leur tour des velléités impérialistes certaines.

36Enfin, si la frontière des cités coloniales ressemblait davantage à un front mouvant, cela n’empêchait pas l’existence de lignes de frontière bien définies entre deux cités. Ce fut peut-être le cas pour le réseau de fortifications de Vélia et c’est certainement valable pour l’utilisation métaphorique des cigales muettes de la frontière qui passait entre Locres et Rhégion.

37Tous ces éléments tendent à montrer que les colonies occidentales avaient, malgré les discours sur un territoire vide (érémos chora), une conception consciente de l’appropriation de l’espace.

Fig. 1. Carte de la Grande Grèce (A. Pollini)

Fig. 1. Carte de la Grande Grèce (A. Pollini)

Fig. 2. Carte du territoire de Sybaris (A. Pollini)

Fig. 2. Carte du territoire de Sybaris (A. Pollini)

Fig. 3 : Carte du territoire de Métaponte (A. Pollini)

Fig. 3 : Carte du territoire de Métaponte (A. Pollini)
Haut de page

Bibliographie

Sources anciennes

Aristote. Rhétorique, tome 2, livre 2, M. Dufour (trad.), Collection des Universités de France (Guillaume Budé), Paris, Les Belles Lettres, 1991 (1931).

Démétrios, Du style. P. Chiron (trad.), Collection des Universités de France (Guillaume Budé), Paris, Les Belles Lettres, 2002 (1993).

Diodore de Sicile. Bibliothèque Historique, Livre 12, M. Casevitz (trad.), Collection des Universités de France (Guillaume Budé), Paris, Les Belles Lettres, 1972.

Strabon, Géographie, Tome 3, Livres 5 et 6, F. Lasserre (trad.), Collection des Universités de France (Guillaume Budé), 2e tirage, Paris, Les Belles Lettres, 2003 (1967).

Bibliographie

Atti Taranto 1967 = La città e il suo territorio, Atti del convegno di studi sulla Magna Grecia, Tarente, VII, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 1968.

Atti Taranto 1971 = Le genti non greche della Magna Grecia, Atti del Convegno di studi sulla Magna Grecia, Tarente, XI, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia.

Atti Taranto 1982 = Magna Grecia e il mondo miceneo, Atti del Convegno di studi sulla Magna Grecia, Tarente, XXII, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia.

Atti Taranto 1987 = Poseidonia-Paestum, Atti del Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Tarente-Paestum, XXVII, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 1992.

Atti Taranto 1997 = Confini e frontiera nella grecità d’Occidente, Atti del Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Tarente, XXXVII, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 1999.

Épéios et Philoctète 1987 = Épéios et Philoctète en Italie. Données archéologiques et tradition légendaire, Actes du colloque international, Lille, Centre Jean Bérard, 1991.

Paestum Città e territorio 1987 = E. Greco, A. Stazio et G. Vallet (éd.), Paestum, Tarente, Città e territorio nelle colonie greche d’Occidente, 1, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia.

Adamesteanu, D., 1965, Metaponto. Appunti fotointerpretativi, Atti della Accademia nazionale dei Lincei. Notizie degli scavi di antichità, XIX, suppl., p. 179-184.

Adamesteanu, D., 1967, Problèmes de la zone archéologique de Métaponte, Revue Archéologique, 1, p. 3-38.

Alcock, S. E. et Cherry, J. F. (éd.), 2004, Side-by-side survey : comparative regional studies in the Mediterranean World, Oxford, Oxbow Books.

Amerio, M. L., 1991, Una leggenda locrese in Timeo di Tauromenio, Sileno, Rivista di studi classici e cristiani, XVII, 1-2, p. 101-109.

Barra Bagnasco, M., 1999, Sistemi insediativi nella Basilicata dal Sinni al Bradano, tra il ive il iii sec. a.C., dans M. Barra Bagnasco, E. De Muro et A. Pinzone (éd.), Magna Grecia e Sicilia. Stato degli studi e prospettive di ricerca, Messine, p. 39-57.

Bats, M., Cavassa, L., et al., 2010, Moio della Civitella, dans H. Tréziny (éd.), Grecs et indigènes de la Catalogne à la Mer Noire, Paris, p. 171-185.

Bérard, J., 1957 (1941), La colonisation grecque de l’Italie méridionale et de la Sicile dans l’Antiquité, 2e éd., Paris, PUF.

Brunet, M., 2000, Le ricerche sulle chorai della Grecia insulare : un bilancio critico, Problemi della chora coloniale dall’Occidente al Mar Nero, Atti del Convegno di Studi sulla Magna Grecia, XL, Tarente, Naples, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 2001, p. 27-45.

Brunet, M., 2007, Économie et société en Grèce aux époques classique et hellénistique : le monde rural, dans P. Brun (éd.), Économies et sociétés en Grèce classique et hellénistique, Pallas. Revue d’études antiques, 74, Bordeaux, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, p. 31-41.

Carter, J. C., 1985, Metapontum – land, wealth, and population, dans J.-P. Descœudres (éd.), Greek colonists and native populations, Proceedings of the first Australian congress of Classical Archaeology, Sydney, Oxford, Clarendon Press, p. 405-441.

Carter, J. C., 1991, Vent’anni di ricerca nel territorio di Metaponto, Siritide e Metapontino. Storie di due territori coloniali, Cahiers du Centre Jean Bérard, XX, Policoro, Naples-Paestum, Centre Jean Bérard, p. 237-259.

Carter, J. C., 1998, The chora of Metaponto : the necropoleis, Austin, TX

Carter, J. C., 2000, La Chora di Metaponto. Risultati degli ultimi 25 anni di ricerca archeologica, Problemi della chora coloniale dall’Occidente al mar Nero, Atti del Convegno di studi sulla Magna Grecia, XL, Tarente, Naples, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 2001, p. 771-792.

Carter, J. C., 1994, Sanctuaries in the chora of Metaponto, in S. E. Alcock et R. Osborne (éd.), Placing the gods. Sanctuaries and sacred space in Ancient Greece, Oxford, p. 161-198.

Casevitz, M., 1998, Remarques sur l’histoire de quelques mots exprimant l’espace en grec, Revue des études anciennes, 100, p. 417-435.

Currie, B., 2002, Euthymos of Locri : a case study in heroization in the classical period, The Journal of Hellenic studies, 122, p. 24-44.

De Juliis, E. M., 1996, Magna Grecia. L’Italia meridionale dalle origini leggendarie alla conquista romana, Temi e luoghi del mondo antico, 2, Bari, Edipuglia.

De Juliis, E. M., 2001, Metaponto, Città della Magna Grecia, 12, Bari, Edipuglia.

De la Genière, J., 1993, L’Area di Crimisa, Crotone e la sua storia tra ive III secolo a.C., Naples, Università degli studi di Napoli Federico II, p. 81-91.

De la Genière, J. et Greco, G., 2010, Il santuario di Hera alla foce del Sele. Indagini e studi 1987-2006, Rome, Società Magna Grecia.

De Siena, A. 2000, Il Territorio di Metaponto, Problemi della chora coloniale dall’Occidente al mar Nero, Atti del Convegno di studi sulla Magna Grecia, XL, Tarente, Naples, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 2001, p. 757-769.

Fiammenghi, C. A., 1985, Agropoli : primi saggi di scavo nell’area del Castello, Annali dell’Istituto Universitario Orientale di Napoli, Sezioni di Archeologia e storia antica, 7, p. 53-68.

Funari, P. P. A., 1999, Historical archaeology from a world perspective, in P. P. A. Funari, M. Hall et S. Jones (éd.), Historical Archaeology : back from the edge, Londres, Routledge, p. 37-66.

Funari, P. P. A., Zarankin, A. et Stovel, E. (éd.), 2005, Global archaeological theory : contextual voices and contemporary thoughts, New York, Kluwer academic/Plenum publishers.

Genovese, G., 1999, I Santuari rurali nella Calabria greca, Studia archeologica, 102, Rome, L’Erma di Bretschneider.

Greco, E., 1975, Velia e Palinuro. Problemi di topografia antica, Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 87, 1, p. 81-109.

Greco, E., 1982, Non morire in città : annotazioni sulla necropoli del « Tuffatore » di Poseidonia, Annali dell’Istituto Universitario Orientale di Napoli, Sezioni di Archeologia e storia antica, p. 51-62.

Greco, E., 1987, La città e il territorio : problemi di storia topografica, Poseidonia-Paestum, Atti del Convegno di Studi sulla Magna Grecia, XXVII, Tarente-Paestum, Naples, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 1992, p. 471-499.

Greco, E., 1990, Serdaioi, Annali dell’Istituto Universitario Orientale di Napoli, Sezioni di Archeologia e storia antica, p. 39-57.

Greco, E., 1992a, Archeologia della Magna Grecia, Rome-Bari, Laterza.

Greco, E., 1992b, L’impero di Sibari : bilancio archeologico-topografico, Sibari e la Sibaritide, Atti del convegno di studi sulla Magna Grecia, XXXII, Tarente, Naples, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 1993, p. 459-485.

Greco, E., 2000a, A Rhegion : il poseidoniate, i Focei e la fondazione di Velia, dans M. Gras, E. Greco et P. G. Guzzo (éd.), Nel cuore del Mediterraneo antico. Reggio, Messina e le colonie calcidesi dell’area dello Stretto, Corigliano Calabro (CS), Meridiana Libri, p. 199-206.

Greco, E., 2000b, Abitare in campagna, Problemi della chora coloniale dall’Occidente al mar Nero, Atti del Convegno di studi sulla Magna Grecia, XL, Tarente, Naples, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 2001, p. 171-201.

Greco, E. et Gasparri, D. (éd.), 1995, Laos, Città e territorio nelle colonie greche d’Occidente, 2, Tarente, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia.

Greco, E. et Schnapp, A., 1982, Fortification et emprise du territoire : le cas de Vélia, dans P. Leriche et H. Tréziny (éd.), La Fortification dans l’histoire du monde grec, Valbonne, Paris, Éditions du CNRS, 1986, p. 209-212.

Greco, E. et Schnapp, A., 1983, Moio della civitella et le territoire de Vélia, Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 95, n° 1, p. 381-415.

Greco, E. et Theodorescu, D., 1996, Città e territorio nel IV secolo, dans M. Cipriani et F. Longo (éd.), I Greci in Occidente : Poseidonia e i Lucani, I Greci in Occidente, Naples, p. 184-200.

Guzzo, P. G., 1987, Schema per la categoria interpretativa dei santuari di frontiera, Scienze dell’Antichità. Storia Archeologia Antropologia, 1, p. 373-379.

Lawrence, S. et Shepherd, N., 2006, Historical archaeology and colonialism, in D. Hicks et M. C. Beaudry (éd.), The Cambridge companion to historical archaeology, Cambridge, Cambridge University Press, p. 69-86.

Lepore, E., 2000 (1982), La Grande Grèce : aspects et problèmes d’une colonisation ancienne, Quatre conférences au Collège de France (Paris, 1982), Naples, Centre Jean Bérard.

Lepore, E. et Mele, A., 1983, Pratiche rituali e culti eroici in Magna Grecia, Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes, Cortone, Pise-Rome, Scuola Normale Superiore-École Française de Rome, 1981, p. 847-896.

Lombardo, M., 2001, Achei, Enotri, Italìa, dans E. Greco (éd.), Gli Achei e l’identità etnica degli Achei d’Occidente, Atti del Convegno Internazionale di Studi, Paestum, Paestum, Pandemos, 2002, p. 257-270.

Lombardo, M., 2002, La Norma e l’eccesso : la guerra tra Sibari e Crotone e alcuni aspetti della ‘Greek way of war’in età arcaica, dans M. Sordi (éd.), Guerra e diritto nel mondo greco e romano, Contributi dell’Istituto di storia antica, 28, Milan, Vita e Pensiero, p. 43-67.

Maruggi, G. A., 2001, Il territorio a nord di Taranto, Taranto e il Mediterraneo. Nuovi documenti dai territori tarantini, Atti del Convegno di studi sulla Magna Grecia, XLI, Tarente, Istituto per la storia e l’archeologia della Magna Grecia, p. 43-63.

Mercuri, L., 1998, Les Eubéens et la colonne de Rhègion, Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 110, 2, p. 551-569.

Mercuri, L., 2004, Eubéens en Calabre à l’époque archaïque : formes de contacts et d’implantation, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 321, Rome, École Française de Rome.

Meskell, L., 2001, Archaeologies of identity, dans I. Hodder (éd.), Archaeological theory today, Cambridge, Polity, p. 187-213.

Ober, J., 1995, Greek Horoi : artifactual texts and the contingency of meaning, in D. B. Small (éd.), Methods in the Mediterranean : historical and archaeological views on texts and archaeology, Leiden, Brill, p. 91-123.

Orser Jr, C. E., 2000 (1992), Introducción a la arqueología histórica, A. Zarankin (trad.), Buenos Aires, Asociación amigos del Instituto nacional de antropología.

Osanna, M., 1992, Chorai coloniali da Taranto a Locri : documentazione archeologica e ricostruzione storica, Rome, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato.

Osanna, M., 1997, Territorio coloniale e frontiera : la documentazione archeologica, Confini e frontiera nella grecità d’Occidente, Atti del Convegno di Studi sulla Magna Grecia, XXXVII, Tarente, Naples, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 1999, p. 273-292.

Osanna, M., 2000, Fattorie e villaggi in Magna Grecia, Problemi della chora coloniale dall’Occidente al mar Nero, Atti del Convegno di studi sulla Magna Grecia, XL, Tarente, Naples, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 2001, p. 203-220.

Pollini, A., 2006, Bibliographical note on the study of the territory in Magna Graecia, Workshop di Archeologia Classica. Paesaggi, costruzioni, reperti, n° 3, p. 37-56.

Pollini, A., 2013, Frontières et territoires en Grande Grèce. Archéologie et histoire des représentations, Naples, Centre Jean Bérard (à paraître).

Pollini, A. et Funari, P. P. A., 2005, Greek perceptions of frontier in Magna Graecia : literature and archaeology in dialogue, Studia Historica, HA Antigua, 23, p. 331-344.

Prioux, É., 2008, On the Oddities and Wonders of Italy. When Poets Look Westward, dans A. Harder, R. Regtuit et G. Wakker (éd.), Nature and Science in Hellenistic Poetry, Hellenistica Groningana, Louvain, Peeters.

Prontera, F., 1981, Temesa e Terina : note di geografia storica del basso Tirreno, dans G. Maddoli (éd.), Temesa e il suo territorio, Magna Grecia, 2, Pérouse, Tarente, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 1982, p. 41-48.

Rousset, D., 2004, La cité et son territoire dans la province d’Achaïe et la notion de ‘Grèce romaine’, Annales Economies, Sociétés, Civilisations, 59, n° 2, p. 363-383.

Rouveret, A., 1993, Deux sources antiques sur Sybaris et les arts de Grande Grèce, dans R. Olmos Romera et J. A. Santos Velasco (éd.), Iconografía ibérica, iconografía itálica : propuestas de interpretación y lectura, Serie Varia, 3, Rome, Madrid, Universidad Autonoma de Madrid, 1996, p. 73-89.

Rouveret, A., 1997, Arts et langages de la frontière en Grande Grèce (vie-ive siècle av. J.-C.), Confini e frontiera nella grecità d’Occidente, Atti del Convegno di Studi sulla Magna Grecia, XXXVII, Tarente, Naples, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 1999, p. 581-607.

Schmiedt, G. et Chevallier, R., 1959, Caulonia e Metaponto. Applicazione della fotografia aerea in ricerche di topografia antica nella Magna Grecia, L’Universo, 2-5.

Schmiedt, G. et Chevallier, R., 1960, Photographie aérienne et urbanisme antique en Grande-Grèce : Caulonia, Métaponte, Revue Archéologique, 1, p. 1-31.

Small, D. B., 1995, Monuments, laws, and analysis : combining archaeology and text in Ancient Athens, dans D. B. Small (éd.), Methods in the Mediterranean : historical and archaeological views on texts and archaeology, Leiden, Brill, p. 143-174.

Uguzzoni, A. et Ghinatti, F., 1968, Le Tavole greche di Eraclea, Pubblicazioni dell’Istituto di storia antica, Università degli studi di Padova, 7, Rome, L’Erma di Bretschneider.

Haut de page

Notes

1 Pollini, 2013.

2 Voir l’article d’Arianna Esposito dans ce même volume.

3 Casevitz, 1998, p. 417-435.

4 Atti Taranto 1967. Voir en particulier les articles de G. Vallet, E. Lepore, ainsi que l’intervention de M. Finley lors des discussions.

5 Brunet, 2000, p. 27-45.

6 Voir en particulier : Pollini, 2006, p. 37-56.

7 Les expressions utilisées par les Anciens sont : érémos chora, oudeneia ton anthropon ou même oliganthropia, Lepore, 2000 (1982), p. 55. Le territoire où s’installent les colons grecs n’a jamais été « désert » (érémos), mais il était dépourvu de populations grecques et des formes grecques de société, telles que les divisions en lots.

8 Pour la question de la frontière dans le contexte colonial de la Grande Grèce, voir : Atti Taranto 1997.

9 Orser Jr, 2000 (1992) ; Funari, 1999.

10 Funari, 1999, p. 57 ; Funari et al. (éd.), 2005 ; Meskell, 2001, p. 187-213 ; Lawrence, Shepherd, 2006, p. 71. Pour l’archéologie du monde grec classique, voir des exemples concrets : Ober, 1995, p. 91-123 ; Small, 1995, p. 143-174.

11 Guzzo, 1987, p. 373-379, en particulier p. 378.

12 Greco, 1992b, p. 465. Le territoire de Sybaris est le thème de recherche de la thèse de doctorat de Giovanna Leo, « Le territoire de la cité grecque de Sybaris », sous la direction de Michel Gras, Université de Paris I – Panthéon Sorbonne. Pour ce qui relève de l’histoire de Sybaris, on sait qu’avec l’aide d’un certain nombre de sybarites exilés, sa voisine Crotone détruisit totalement la cité en 511-510 av. J.-C. : voir commentaire récent sur cette bataille dans Lombardo, 2002, p. 43-67. Pour l’histoire des colonies grecques d’Italie du Sud, voir en particulier Musti, 2005. Le manuel de M. Torelli intègre les données archéologiques les plus récentes (Torelli, 2011).

13 Strabon, Géographie, F. Lasserre (trad.), 2003 (1967). Dans le même sens, nous avons aussi l’information donnée par Diodore de Sicile (XII, 9, 2) à propos de l’octroi de la citoyenneté sybarite : accordant généreusement le droit de cité, ils firent tant de progrès qu’ils passèrent pour bien plus puissants que les autres habitants de l’Italie, et leur abondante population leur assura une telle supériorité numérique que la cité comprit trois cent mille citoyens, Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique, M. Casevitz (trad.), 1972.

14 Greco, 1992b, p. 459-485. Outre l’article d’E. Greco, notre bref commentaire sur les sites archéologiques de Sybaris s’inspire de Osanna, 1992, p. 115-153.

15 Atti Taranto 1971 ; Atti Taranto 1982.

16 Sur le site de Francavilla Marittima, voir en particulier : Osanna, 1992, p. 159-161, n° 19 ; Genovese, 1999, p. 31-42.

17 Osanna, 1997, p. 281.

18 Greco, 1992a, p. 34.

19 Strabon, VI, 1, 13 : Après Crotone, à 290 stades, on rencontre le cours du Traeis, puis, à 200 stades de là, Sybaris, Strabon, Géographie, F. Lasserre (trad.), 2003 (1967). Voir aussi le passage chez Diodore, XII, 22, 1 : Cette année-là, les Sybarites qui avaient réussi à échapper à la guerre civile s’établirent sur les bords du fleuve Traeis ; ils y demeurèrent un certain temps, puis les Brettiens les en chassèrent et les massacrèrent, Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique, M. Casevitz (trad.), 1972 ; Bérard, 1957 (1941), p. 146.

20 La localisation de la bataille sur le Traente peut être une construction postérieure en rapport avec un comportement « excessif » des Crotoniates, qui deviennent les agresseurs et non plus les victimes du tyran sybarite : Lombardo, 2002, p. 56. Cette lecture du passage de Jamblique se fonde sur l’hypothèse que le Traente faisait partie du territoire de Sybaris et que la frontière entre les deux cités se situait plus au sud.

21 L’hypothèse de Punta Alice mérite un commentaire un peu plus approfondi. Un récit mythologique chez Strabon (VI, 1, 3) rapporte la fondation des centres de Crimisa et de Chôné par Philoctète (Épéios et Philoctète 1987). Le premier établissement est placé dans le territoire de Crotone, tandis que le second se situe plus loin vers l’intérieur des terres. La tradition littéraire s’enrichit de quelques passages chez Lycophron et chez le Pseudo-Aristote (Lycophron, Alex., 911-913 et 919-929 ; Ps.-Aristote, De mir. ausc., Bérard, 1957 (1941), p. 344-345). Selon ce dernier, Philoctète consacra les flèches d’Héraclès dans le sanctuaire d’Apollon Alaios et les Sybarites rendaient un culte au héros, probablement à l’emplacement supposé de sa tombe, à Macalla. Dans un second temps, les flèches furent prises par les Crotoniates, qui annexèrent la légende ainsi que le territoire où se trouvait le sanctuaire. Évidemment l’identification des lieux rapportés par les légendes est hypothétique, seul le sanctuaire d’Apollon à Crimisa a été situé à Punta Alice. Chôné peut correspondre à Cirò et Pétélia à Strongoli : Bérard, 1957 (1941), p. 345-347. Pour Macalla, citée par Lycophron, J. de la Genière propose de la localiser sur la montagne des Murge : de La Genière, 1993, p. 90-91.

22 C’est l’hypothèse que soutient E. M. De Juliis : de Juliis, 1996, p. 178-180.

23 Ibid, p. 153.

24 Bérard, 1957 (1941), p. 146-147 ; Greco, 1992a, p. 91-92.

25 Greco, Gasparri, 1995, p. 24-25, n° 18 et p. 73.

26 Plusieurs monnaies portent le taureau sybarite avec des inscriptions qui renvoient à d’autres établissements que Sybaris : Sirinos et Pyxoes ; Ami ou Asi ; Lainos ; So… ; et Pal-Mol. Bien que l’interprétation soit difficile, on a tenté de les identifier : il faudrait y voir Siris, Pyxunte, Aminaia (Francavilla Marittima ?), Laos, Sontini (cité par Pline l’Ancien, N.H., III, 11, 98), Palinuro et Molpa. Ibid, p. 73-74 ; Greco, 1992a, p. 89-93 ; de Juliis, 1996, p. 180.

27 Greco, 1990, p. 39-57.

28 Greco, 1992b, p. 476-481 et Greco, 2000a, p. 202.

29 Bérard, 1957 (1941), p. 147-148 et 307. Le passage chez Strabon (VI, 1, 5) mentionne une fondation par les Ausones et l’existence d’un sanctuaire édifié en l’honneur de Politès, l’un des compagnons d’Ulysse (Odyssée, X, 224). La légende dit que les barbares habitant l’endroit tuèrent le héros par traîtrise et que, une fois mort, son esprit les obligea à lui payer un tribut. Ensuite, le célèbre athlète Euthymos de Locres, descendant du fleuve Cécinos, qui marquait la frontière entre Locres et Rhégion, combattit le héros et l’obligea à libérer les habitants du tribut. Une version complémentaire est donnée par Pausanias, qui cite un tableau qu’il aurait vu et qui représentait le « démon de Témésa ». Pour l’opposition entre les deux textes voir Prontera, 1981, p. 42. Sur la légende d’Euthymos, voir : Lepore, Mele, 1983, p. 847-896 ; Currie, 2002, p. 24-44 ; Prioux, 2008. En ce qui nous concerne, il est important de noter que le texte renvoie très probablement à une situation réelle. Euthymos de Locres, qui fut trois fois vainqueur à Olympie en 484, 476 et 472 av. J.-C., est d’ailleurs un personnage historique.

30 D’après A. Rouveret, le tableau représente « une scène mythologique relevant d’une lecture allégorique » (Rouveret, 1993, p. 86).

31 Notre principale source est Antiochos apud Strabon, VI, 1, 15 : Suivant Antiochos, le site abandonné aurait été colonisé ensuite par des Achéens obéissant à un appel de leurs compatriotes de Sybaris. En effet, mus par leur haine atavique des Tarentins, dont les ancêtres avaient chassé les leurs de Laconie, ceux-ci leur auraient demandé d’y venir pour empêcher leurs voisins de Tarente d’y prendre aussitôt pied. Comme les nouveaux venus avaient le choix entre deux emplacements, soit Métaponte, à bonne distance de Tarente, soit la Siritide, plus proche de cette ville, ils se décidèrent pour Métaponte sur le conseil des Sybarites, qui les persuadèrent que la possession de ce territoire leur assurait par-dessus le marché, à bref délai, celle de la Siritide, tandis que s’ils optaient pour la Siritide, ils feraient en somme cadeau de Métaponte à Tarente, puisque ces deux villes étaient situées côte à côte, Strabon. Géographie, F. Lasserre (trad.), 2003 (1967). Pour un commentaire sur l’ensemble des sources concernant Métaponte, voir : Lombardo, 2001, p. 265-266 ; Bérard, 1957 (1941), p. 175-185.

32 Greco, 1992a, p. 44 ; de Juliis, 2001, p. 43.

33 De Siena, 2000, p. 759.

34 Carter, 1994, p. 169.

35 Osanna, 1992, p. 82, n° 11.

36 Carter, 1994, p. 177.

37 Ibid, p. 180.

38 Sur le sanctuaire de Pantanello, voir une brève description dans : Carter, 1991, p. 245-249 ; sur la nécropole, voir la publication complète des fouilles : Carter, 1998.

39 Schmiedt, Chevallier, 1960, p. 1-31 ; Schmiedt, Chevallier, 1959, p. 2-5 ; Adamesteanu, 1967, p. 3-38 ; Adamesteanu, 1965, p. 179-184.

40 Carter, 1994, p. 182 ; Carter, 2000, p. 775-776.

41 Selon les calculs de J. Carter qui se base sur l’emplacement des fermes et des lignes de division des terres, le lot moyen devait avoir 16 hectares : Carter, 2000, p. 784.

42 Pour un résumé de nos connaissances sur les fermes de Métaponte, voir : Carter, 1991, p. 242-243 ; Carter, 2000, p. 784-786. Voir les commentaires sur l’occupation du territoire entre le ive et le iiie siècles dans : Barra Bagnasco, 1999, p. 39-57. Une analyse plus approfondie de la densité d’occupation des terres entre le vie et l’époque romaine impériale, avec des estimations du nombre des habitants, est possible grâce aux résultats des prospections de l’Université du Texas : Carter, 1985, p. 405-441.

43 Uguzzoni, Ghinatti, 1968.

44 Voir notamment la publication des travaux récents : de La Genière, Greco, 2010.

45 Fiammenghi, 1985. Des analyses récentes sur le matériel découvert dans le sanctuaire archaïque à Agropoli, encore inédites, sont en cours de publication par l’équipe de l’Université de Salerne sous la direction d’A. Pontrandolfo.

46 Outre le congrès de Tarente sur cette cité, Atti Taranto 1987, il faut remarquer la publication des données concernant le territoire de la cité : Paestum Città e territorio 1987.

47 Greco, 1982, p. 51-62. La même thèse a été reprise dans un article plus récent qui traite d’autres colonies de Grande Grèce : Greco, 2000b, p. 171-201.

48 Greco, Theodorescu, 1996, p. 192 ; Greco, 1987, p. 403.

49 Cela est néanmoins désormais nuancé grâce à l’apport des prospections réalisées en Grèce. Voir en particulier : Alcock, Cherry, 2004 ; Rousset, 2004, p. 363-383 ; Brunet, 2007, p. 31-41.

50 Greco, 2000b ; Osanna, 2000.

51 Maruggi, 2001.

52 On considérait autrefois que c’était le cas de Vélia ou de Rhégion (Reggio Calabria) ; en ce qui concerne Vélia, voir l’objection dans Greco, Schnapp, 1982, p. 209. Pour Rhégion, la localisation d’un sanctuaire consacré à Poséidon au nord de la cité pourrait constituer le signe de la prise en main du territoire par ses citoyens ; sur le sanctuaire, voir en particulier Mercuri, 1998, p. 551-569 ; Mercuri, 2004.

53 Greco, 1975, p. 81-109.

54 Greco, Schnapp, 1983, p. 381-415.

55 Bats et al., 2010, p. 171-185.

56 Pollini, Funari, 2005 ; Amerio, 1991.

57 Aristote. Rhétorique, M. Dufour (trad.), 1991 (1931).

58 « Comme autre facteur de grandeur, on peut citer l’allégorie ; c’est surtout vrai dans les menaces comme lorsque Deny dit : les cigales chanteront pour eux de par terre. S’il avait dit simplement qu’il raserait la Locride, il aurait paru à la fois plus colérique et plus trivial. En réalité, il utilise l’allégorie pour masquer son propos : car tout ce qui est sous-entendu effraie davantage et chacun l’interprète à sa façon ; au contraire, ce qui est clair et sans détour attire facilement le mépris, comme les gens tout nus »Démétrios, Du style, P. Chiron (trad.), 2002 (1993).

59 Démétrios, Du style, P. Chiron (trad.), 2002 (1993).

60 En ce qui concerne les représentations de la thématique de la frontière en contexte colonial, voir en particulier : Rouveret, 1997, p. 581-607.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte de la Grande Grèce (A. Pollini)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/779/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 2. Carte du territoire de Sybaris (A. Pollini)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/779/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 3 : Carte du territoire de Métaponte (A. Pollini)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/779/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Airton Pollini, « Limites et occupation de l’espace dans les colonies grecques du Sud de l’Italie », Pallas, 89 | 2012, 123-142.

Référence électronique

Airton Pollini, « Limites et occupation de l’espace dans les colonies grecques du Sud de l’Italie », Pallas [En ligne], 89 | 2012, mis en ligne le 10 mars 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://pallas.revues.org/779 ; DOI : 10.4000/pallas.779

Haut de page

Auteur

Airton Pollini

Université de Haute Alsace

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org