Navigation – Plan du site
III. Les Grecs de l’Extrême Occident

Les Phocéens, Marseille et la Gaule (viie-iiie s. av. J.-C.)

The Phoceans, Marseilles and the Gaul (vii - iii c. B.C.)
Michel Bats
p. 145-156

Résumés

Dernière des expéditions de la colonisation grecque archaïque, la colonisation phocéenne en Méditerranée occidentale prend une dimension particulière du fait d’une vraie convergence entre la force de l’activité maritime de la métropole, le contexte des échanges méditerranéens entre prexis et emporia et l’ouverture de nouveaux champs d’exploration en extrême occident. Dans le prolongement de cette installation en Gaule, vers 600 av. J.-C., Marseille connaît une période d’exploitation des possibilités (vie-ve s. av. J.-C.), en suivant les côtes gauloises, vers l’Espagne (Tartessos et les mines d’argent de la Sierra Nevada) avec les fondations d’Emporion et de Mainakê et, à l’intérieur, vers les principautés celtiques du Nord-Est, puis comme interlocuteur principal en Gaule méridionale. Avec la fondation d’une série de colonies entre l’Ibérie et la Ligurie, à l’image des coloniae maritimae civium romanorum contemporaines, la période hellénistique est marquée par l’affirmation de la cité dans son territoire face aux populations indigènes et, sur mer, aux côtés de Rome face aux Carthaginois. Malgré leur longue durée, il n’est pas toujours facile de mesurer l’impact des rapports d’acculturation dans la création d’espaces et d’identités en Gaule méridionale.

Haut de page

Texte intégral

1. Vie et mort d’un réseau colonial phocéen en Méditerranée occidentale
(vie-ve s. av. J.-C.)

1. 1. L’emporía phocéenne et la création d’un réseau à deux têtes

1Avant Marseille, les prémices sont minces au cours du viie s. : des objets de facture grecque, isolés, rares, parviennent en Gaule méridionale où on les retrouve exposés dans quelques tombes, à Mailhac (nécropole du Grand Bassin I) et à Agde (nécropoles du Peyrou et du Bousquet), en tout 5 coupes à boire et une œnochoé, tous de style proto-corinthien sub-géométrique. Dans le même contexte chronologique et régional, il faut noter, dans la nécropole de Mailhac, d’autres objets « méditerranéens » (une paire de broches à rôtir de type argien, 7 simpula de bronze, 2 vases zoomorphes d’imitation « orientale »). À Mailhac, la nécropole du Grand Bassin I a livré plus de 220 tombes, et la nécropole du Peyrou, à Agde, 171 tombes et plus de mille poteries régionales. Il est alors permis de se demander par quel canal ces objets exotiques ont rejoint leur destination finale et le simple échange de main à main est peut-être le plus vraisemblable, sans mettre obligatoirement en action des opérateurs professionnels explorateurs des mers occidentales, au-delà de leurs parcours habituels, qu’ils soient Phéniciens, Grecs ou Étrusques.

  • 1 Cristofani, 1997.

2Un changement d’échelle intervient à la fin du viie siècle. Comme il est caractérisé, sur deux sites languedociens, par l’arrivée de produits étrusques, amphores et bucchero nero, on a voulu y voir l’empreinte originelle d’un « commerce étrusque » précédent l’installation phocéenne à Marseille, datée par les textes vers 600, date largement confirmée par l’archéologie. Contre une vision par trop moderniste de courants commerciaux parallèles, j’ai défendu depuis le début des années quatre-vingt-dix celle d’échanges multiples et croisés dans le cadre d’un commerce emporique ouvert où tous les acteurs peuvent échanger tous les produits négociables dans tous les sites ouverts sur tous les rivages. L’épave du Giglio, vers 590/580, est emblématique de ces cargaisons mixtes de la première moitié du vie siècle : amphores grecques orientales et phéniciennes à côté d’une majorité d’amphores étrusques, céramique grecque (corinthienne, laconienne, ionienne) et étrusque1.

3Or les Phocéens sont, par définition, des gens de l’emporía. Aristote (ap. Ath. XIII 576a), parlant de la fondation de Marseille, définit précisément les Phocéens comme des Ioniens qui pratiquaient l’emporía et Plutarque (Sol. 2) caractérise Protis, le fondateur de Marseille comme un aristocrate pratiquant l’emporía au temps où celle-ci était honorée et fondant Marseille après s’être lié d’amitié avec les Celtes rhodaniens. Hérodote signale les Phocéens parmi les fondateurs de l’emporion de Naucratis en Égypte (Hér. II, 178) et le même auteur nous dit que ce sont eux les premiers des Grecs qui aient accompli des makrai nautiliai, navigations lointaines qui leur permirent de découvrir le golfe Adriatique, la Tyrrhénie, l’Ibérie et Tartessos (Hér. I, 163) ; ce que Trogue Pompée confirme en quelque sorte en écrivant qu’avant de fonder Marseille les Phocéens étaient parvenus jusqu’à l’Océan, et qu’illustrent bien la fondation par les Phocéens de Marseille d’un établissement au nom transparent, Emporion, en Ibérie, et peut-être celle de Mainaké en bordure du royaume de Tartessos, où en tout cas, d’après Hérodote, ils développent d’étroites relations avec le roi Arganthonios. Si l’on ajoute, vers 565, la fondation d’Alalia, en Corse, face à la côte étrusque, on appréciera encore mieux la proposition de M. Torelli d’attribuer à ces mêmes Phocéens la responsabilité de l’ouverture de l’emporion de Gravisca par la cité étrusque de Tarquinia. L’importance de l’emporía phocéenne est telle dans cette première moitié du vie s. que lorsque, à l’occasion de la prise de Phocée par les Perses, Hérodote rapporte l’hostilité des Chiotes à un éventuel établissement des Phocéens dans les îles Oinoussai, la raison en est la peur de les voir y installer un emporion qui viendrait les concurrencer directement. Il est donc clair que l’emporía est réellement l’alternative développée par les Phocéens en réponse à la pauvreté de leur territoire.

1. 1. 1. Premier temps : la fondation de Marseille

4Aujourd’hui plus personne ne doute de la date de fondation de Marseille vers 600 av. J.-C., qui fait d’elle la plus ancienne colonie des Phocéens en Occident. L’archéologie est venue largement confirmer Timée et les chronographes tardifs qui plaçaient cette fondation entre les années 600 et 596. En outre, Tite-Live et Justin la situaient sous le règne de Tarquin l’Ancien, soit, dans l’annalistique romaine, entre 616 et 578.

5La ville fut fondée à la suite d’un oracle sous la conduite d’un ou deux œcistes, après avoir récupéré auprès du sanctuaire d’Artémis d’Éphèse une statue de culte portée par une noble dame d’Éphèse qui sera la première prêtresse d’Artémis à Marseille, en un lieu offert aux Phocéens par le roi indigène Nannos, dont la fille, Gyptis, épousa l’œciste Protis.

6Le faciès des trouvailles de mobilier à Marseille entre 600 et 540 av. J.-C. est révélateur de sa place en Méditerranée ocidentale :

  • productions locales : céramique à pâte claire et céramique grise monochrome qui constituent très vite plus du tiers de la vaisselle fine ;

  • importations de Grèce : 30 à 40 % de la vaisselle fine (grecque orientale, corinthienne, puis attique, laconienne) ; + 10% des amphores (Chios, Clazomènes, Lesbos, Milet, Samos ; quelques-unes d’Athènes, de Corinthe, d’Italie du Sud) ;

  • importations étrusques : 80 à 90 % des amphores (types Py 1/2, 3A, 3B réparties en 3 catégories principales dont 2 reliées à Vulci et Caeré et une troisième production non identifiée) ; 10 à 25 % de la vaisselle fine (bucchero, étrusco-corinthienne) et commune (ollae, écuelles).

  • importations d’amphores de tradition phénico-punique de la zone du Détroit de Gibraltar et d’Ibérie.

7On peut distinguer un triple lien :

  • avec la Méditerranée orientale de sa métropole, de l’Ionie à la Grèce propre ;

  • avec l’Étrurie, où les Phocéens sont depuis des décennies parmi les fournisseurs des produits orientaux dont raffolent les élites étrusques et où les Phocéens installés à Marseille trouvent une marchandise de consommation et d’échange essentielle, le vin qu’ils récupèrent dans les emporia de Tarquinia à Gravisca, de Caeré à Pyrgi ou de Vulci à Regisvilla ;

  • avec l’Espagne du Levant et d’Andalousie, terre du royaume de Tartessos (le roi Arganthonios, au nom transparent sur le métal recherché par les Phocéens), où les trouvailles de la zone de Huelva montrent que les importations de céramiques grecques (et quelques étrusques) s’échelonnent majoritairement du début du vie s. jusque vers 540/530 avec une prédominance des produits grecs orientaux (jusqu’à 80 % des trouvailles de céramique fine et d’amphores) sur les autres céramiques (attique, corinthienne, laconienne).

8Or, dans ce prolongement des navigations vers l’Espagne, les Phocéens de Marseille ont ajouté, vers 580, une nouvelle escale en Catalogne, Emporion, bien connue archéologiquement (cf. la communication de Rosa Plana, dans ce volume) et, sans doute, en Andalousie, Mainaké, non encore repérée archéologiquement.

9En revanche, en dehors de quelques habitats indigènes à proximité de Marseille, Saint-Blaise, L’Arquet, Tamaris, dès le premier quart du siècle, le Baou de Saint-Marcel ou Saint-Pierre-les-Martigues après 575, on trouve de rares témoignages d’importations de céramiques étrusques (amphores de type Py 1/2 et 3A et B, bucchero de transition avec canthares de type Gras 1 et surtout 2 et 3) et grecques (notamment des bols rhodiens et des coupes ioniennes B1) dans une poignée de gisements sur la côte ou le long des fleuves, points d’aboutissement de ressources métalliques recherchées par les divers navigateurs méditerranéens ; au-delà, des objets « exotiques » (céramique, bassins et armes de bronze), en habitat et en nécropole, témoignent encore d’une distribution « élitiste » endogène de main à main.

10Il apparaît clairement que la fondation de Marseille, sur un site réputé pour sa pauvreté agricole, est liée d’abord à son rôle d’escale vers l’Espagne, et non à sa localisation gauloise et encore moins à la vision prémonitoire de l’intérêt de l’axe Rhône-Saône, qui ne sera ouvert que dans le dernier quart du vie s.

1. 1. 2. Deuxième temps : la fondation d’Alalia

11Selon Hérodote (I, 167), Alalia (aujourd’hui Aléria) fut fondée sur l’injonction de l’oracle de Delphes, qui, mal interprété, conduisit à son anéantissement. La fondation peut être datée, selon Hérodote, de 565 av. J.-C. Contrairement à Marseille, sa localisation en bordure d’une plaine fertile en fait une fondation coloniale d’un type plus classique, destinée à mettre en valeur son environnement agricole comme base de l’accroissement de sa démographie et de sa richesse. On est dans une vision complémentaire de celle de la fondation de Marseille, comme si l’on voulait mettre en place préventivement un lieu de refuge envisagé devant les événements en cours en Asie Mineure. Cet éventuel rôle est suggéré par les circonstances successives : en 545, lorsque Phocée est assiégée par les armées perses, ses habitants, après avoir songé à s’installer dans les îles Oinoussai, se divisent en deux parties qui rejoignent respectivement Marseille et Alalia. Mais, selon Hérodote, ceux qui assurent le transfert des objets sacrés et des cultes de la métropole sont ceux qui débarquent à Alalia où ils dressent de nouveaux sanctuaires.

12Or, la position d’Alalia ne semble pas innocente : Alalia fait face à l’Étrurie et sur la route de l’Ibérie soit directe par les bouches de Bonifacio, soit indirecte via Marseille. Est-elle complémentaire ou concurrente par rapport à Marseille ? La question est légitime.

  • 2 Lepore, 1970.

13Lepore, reprenant la prise en compte chez Charon de Lampsaque d’une tradition phocéenne des idia pragmata des familles aristocratiques comme base dynamique de la colonisation phocéenne, avait insisté « sull’aspetto individuale e « semiprivato », se così si può dire, dell’attività coloniale e dell’emporía focea ancora non chiaramente legate alla comunità cittadina che a lungo del resto conservò strutture oligarchiche ristrettissime e organizzazioni genetiche, senza evidenti opposizioni di un demos »2.

14Il s’agit de la période où les Phocéens de Phocée et de Marseille pratiquent une forme d’échanges selon le modèle aristocratique de la prexis, commerce-piraterie-hospitalité (makrai nautiliai avec des pentécontères, c’est-à-dire des navires de guerre et non des navires marchands ; piraterie signalée par Trogue Pompée et Hérodote ; pratique de l’hospitalité avec les rois barbares de Tarquin l’Ancien à Nannos et à Arganthonios) et qui correspond, à Marseille, au premier état de sa constitution politique, très fermée, décrite par Aristote (Pol. V, 6, 2-3). Mais c’est aussi l’époque où ces liens personnels débouchent en Méditerranée occidentale sur la mise en œuvre d’un commerce emporique organisé et sur la création d’établissements de rencontres où les mêmes Phocéens jouent un rôle majeur, de Gravisca à Emporion.

1. 2. La bataille d’Alalia et la redistribution des cartes

15La période 540/530 marque une remise en cause de l’organisation de l’emporía phocéenne et un double tournant pour l’organisation commerciale et pour les fonctions de Marseille.

16L’emporía phocéenne est frappée dans ses composantes principales par trois évènements majeurs :

  • la prise de Phocée, en 545, vidée de la moitié de ses habitants, et la conquête perse de l’Ionie, dont l’impact est évident sur l’emporía grecque ;

    • 3 Bats, 1994.

    la bataille d’Alalia, vers 540, opposant Étrusques et Carthaginois aux Phocéens d’Occident3 ;

  • la crise du royaume de Tartessos où la chute des importations grecques semble commencer dès les années 550.

17Le siège de Phocée par les Perses paraît être l’occasion où se révèlent plusieurs groupes sociaux. En effet, après avoir décidé un exil total, plus de la moitié des citoyens retournent à Phocée bien que la ville ait été occupée par les Perses ; sans doute des propriétaires terriens, car ils le font, dit Hérodote, en songeant « à leur ville et à leurs maisons en campagne » tandis que marins et marchands prennent le large sur leurs pentécontères. Mais eux aussi se divisent en deux groupes qui rejoignent respectivement Marseillle et Alalia.

  • 4 Mele, 1988.

18Apparemment les nouveaux venus à Alalia n’ont pas compris l’équilibre sur lequel reposaient les relations commerciales en Méditerranée occidentale et sont bientôt accusés de piraterie, provoquant contre eux une alliance des Étrusques et des Carthaginois, vainqueurs lors d’une gigantesque bataille navale, la bataille de la mer sarde ou d’Alalia. Selon le récit qu’en fait Hérodote, les Massaliètes n’y apparaissent pas. Leur absence est vraisemblable (mais pas certaine) dans la mesure où le système emporique fonctionnait en bonne entente entre les Phocéens de Marseille et les cités étrusques. A. Mele4 a avancé que l’alliance entre Étrusques et Carthaginois contre les Phocéens à Alalia serait destinée à imposer à ces derniers une nouvelle définition du commerce avec la distinction/subordination de ce dernier par rapport au politique : comme le dit clairement Aristote, Étrusques et Carthaginois ont établi entre eux des conventions (sunthékai) et des accords (symbola) destinés à assurer leurs échanges mutuels dans le respect du droit et des traités écrits (graphai) d’alliance contre les ennemis communs (cf. comme modèle de ces conventions les sunthékai de 509 entre Rome et Carthage). Le commerce emporique passe maintenant partout par la mise en place d’espaces bien déterminés dans leur extension géographique et politique avec des règles d’accès précises et précisément la bataille d’Alalia pourrait traduire simplement les tensions pour la définition de ces espaces.

  • 5 Gras, 2000 propose de voir dans le nom même d’Antipolis la marque de la limite du domaine emporique (...)

19En tout cas, les cartes sont redistribuées (avec même l’accord de Delphes, témoin l’accueil du trésor de Caeré, seul trésor non-grec) : la Corse et la côte tyrrhénienne nord incluant la Ligurie italienne reviennent aux Étrusques (qui s’installent à Alalia), la Sardaigne aux Carthaginois, les Phocéens d’Alalia fugitifs, réimplantés à Vélia, sont réintégrés dans l’horizon achéo-chalcidien de Grande-Grèce, tandis que les Phocéens de Marseille voient leur espace reconnu délimité en Méditerranée nord-occidentale entre Ligurie et Ibérie. À la suite d’Alalia, ces limites font encore l’objet de luttes : tandis que vers le sud, en 524, la bataille de Cumes, marque un coup d’arrêt à l’expansion des Étrusques vers la mer Tyrrhénienne méridionale, leur zone d’intervention se prolonge vers le Nord, la plaine du Pô et le long des côtes ligures jusqu’au domaine massaliète dont la limite serait signalée par la fondation d’Antipolis5. Après 480, la radicalisation des oppositions s’opère en mer Tyrrhénienne méridionale sous l’impulsion de Syracuse ; plus que la bataille d’Himère, qui ne change rien aux positions des adversaires en Méditerranée occidentale, c’est la deuxième bataille de Cumes en 474, remportée par Hiéron de Syracuse, qui marque la fin de la dernière poussée étrusque vers le sud.

1. 3. La place de la Gaule dans l’emporía phocéo-massaliète

  • 6 Garcia, 2004.

20C’est donc en quelque sorte sous la contrainte de la redistribution des cartes en mer Tyrrhénienne (à laquelle on ajoutera les difficultés provoquées par la conquête perse de l’Ionie) que les Marseillais sont amenés à assumer pleinement leur destin gaulois. Il est évident que les contacts de la première période expliquent la rapidité avec laquelle se développe un nouveau marché dans un contexte social en rapide mutation qui connaît un ample mouvement de regroupement, sédentarisation et organisation communautaire6.

1. 3. 1. À Marseille

  • 7 Sourisseau, 2011.

21À partir du dernier tiers du vie s., les productions locales de vaisselle (céramique à pâte claire) et d’amphores (c’est-à-dire de vin) deviennent largement prédominantes. Rapidement, entre 530 et le début du ve s., la part des amphores étrusques chute à 20 puis à moins de 10 %, tandis que les amphores grecques importées (type corinthien B ancien = type 1a de Sourisseau7 et type ionio-massaliète = type 2 de Sourisseau) grimpent jusqu’à 40 % avant de retomber autour de 15 % à la fin du premier quart du ve s. : mais ces amphores grecques proviennent presque toutes de Grande-Grèce (Calabre), à côté de quelques amphores de Grèce de l’Est (Clazomènes, Milet).

22En ce qui concerne les céramiques fines importées, avec les coupes ioniennes B2 issues d’ateliers orientaux, puis occidentaux, ce sont les céramiques attiques qui progressent le plus : coupes des Petits Maîtres, coupes de Droop et de Cassel, coupes à yeux et coupes de type C à vernis noir. Pour cette période, l’épave de Lequin 1A (vers 515) est typique du faciès massaliète.

23Durant la période 475-400 av. J.-C., la part des céramiques attiques (figures rouges et surtout vernis noir) atteint jusqu’à 20 % de la vaisselle fine, essentiellement des vases à boire (coupes à tige et sans tige, Bolsal, coupes-skyphoi et skyphoi) avant de décroître pour se limiter à seulement un peu plus de 4 % à partir du milieu du ive s.

1. 3. 2. Sur le littoral et dans l’arrière-pays

24En Gaule, on peut mesurer le nouvel impact de Marseille à travers deux phénomènes :

    • 8 Bats, 1992.
    • 9 Lejeune et al., 1988 ; Bats, 2010.
    • 10 Malkin, 2011.

    en Gaule méridionale, une explosion d’habitats nouveaux, principalement d’habitats fortifiés, perchés ou non, qui accueillent des quantités de plus en plus importantes des productions massaliètes d’amphores et de céramique fine accompagnées des mêmes importations qu’à Marseille même ; certains établissements côtiers, tels Lattes ou Pech Maho, jouent alors le rôle de relais de redistribution (gateway communities8) par l’intermédiaire de courtiers grecs qui y sont installés : cf. les lettres sur plomb de ces deux sites9 ; on qualifierait aujourd’hui ces espaces de rencontres de « middle ground »10.

  • en Gaule interne, entre 525 et 475, des contacts privilégiés avec les sites princiers du Nord-Est, de la Bourgogne au Wurtemberg (cf. Vix et l’oppidum du Mont-Lassois), et ensuite avec un déplacement vers l’ouest (Champagne, Bourges).

  • 11 Dietler 2002 ; 2010.

25Si l’on s’en tient aux vases céramiques importés dans les habitats, il apparaît, très clairement, que dans tout le monde gaulois du Midi la céramique grecque se résume en vases destinés à boire ou à verser. De quelle boisson s’agit-il ? D’abord, vraisemblablement du vin distribué en même temps en amphores. Mais on aurait sans doute tort d’imaginer que l’on n’y buvait pas éventuellement aussi les boissons locales (bière !). Il est difficile d’apprécier la fréquence de l’usage d’après le nombre et la dispersion des vases à l’intérieur d’un habitat ou d’après les dépôts funéraires. Mais, s’il faut parler de captation par les élites, il semble qu’il faudra penser à une hiérarchie diffuse, au niveau des aînés de lignage ou de famille, plutôt qu’à celui des chefs de tribu. M. Dietler 11, partant de l’analyse du rôle social de l’alcool dans les sociétés tribales, a montré comment la consommation de vin pouvait s’insérer (en remplaçant parfois les boissons indigènes) dans le cadre des relations d’hospitalité pour acquérir ou conserver le pouvoir et le prestige et dans le cadre de l’institution du travail-fête : à l’appel d’un hôte bien placé dans la hiérarchie villageoise, les gens de la communauté se rassemblent un jour afin de travailler sur un projet spécifique et à la fin ils sont conviés à une fête à boire et/ou à manger qui représente leur rémunération. Chez les Gaulois du Midi, où les sociétés apparaissent peu stratifiées ou centralisées, l’introduction du vin étranger rend possible à des personnes ou des groupes nouveaux, placés en bonne position sur l’acheminement du vin ou des matières recherchées par les étrangers, d’accéder à leur tour à des moyens de compétition vis à vis des élites traditionnelles, entrainant par là une augmentation des activités servant à résoudre ces luttes, c’est-à-dire de nouvelles fêtes à boire et à manger.

2. Un réseau colonial massaliète, entre Italie et Espagne (ive-iiie s. av. J.-C.)

2. 1. La fondation des epiteikhismata de Marseille

26La suite des entreprises coloniales massaliotes se développe dans un environnement qui est en train de changer rapidement avec l’expansion romaine, d’abord en Italie, puis en Méditerranée occidentale en confrontation avec Carthage : Marseille, coupée du monde grec oriental, se situe décidément en Méditerranée occidentale et se retrouve impliquée dans le camp romain dont elle épouse les vicissitudes et les succès.

27C’est aux fondations de cette période que fait vraisemblablement allusion Strabon (IV, 1, 5) : « Plus tard, les Massaliotes acquirent la force et le courage pour conquérir quelques-unes des plaines alentour, déployant la même puissance qu’ils avaient mise pour fonder aussi les villes (poleis), bastions avancés (epiteikhismata), les unes du côté de l’Ibérie face aux Ibères, auprès desquels ils introduisirent le culte de leur patrie à Artémis d’Éphèse, au point d’être célébré en grec, Rhoè Agathè face aux barbares qui habitent autour du Rhône, Tauroention (Tauroeis), Olbia, Antipolis et Nikaia face au peuple des Salyens et aux Ligyens qui tiennent les Alpes ». A Rhoè Agathè (sic, d’après les manuscrits), il faudrait sans doute ajouter Rhodanousia, citée à côté des précédentes par le Pseudo-Scymnos (v. 208-209), mais définie comme polis en Massalía par Stéphane de Byzance.

28Pour cette période, les fondations les mieux attestées sont en Gaule, mais le modèle a peut-être déjà été expérimenté en Ibérie avec les polichnia de la région du Cap de la Nao, attribués par Strabon (III, 4, 6) aux Massaliotes et parmi lesquels il cite nommément Hèméroscopéion (non identifié par l’archéologie), bastions avancés face au domaine punique plutôt que face aux Ibères, près de la frontière de Mastia Tarseiôn, fixée par le traité romano-carthaginois de 348.

29Rhodè (ou Rhodos, selon Strabon) – fondée par Marseille (selon le Pseudo-Scymnos, v. 204), mais polikhnion des Emporitains, selon Strabon III, 4, 8, et possession des Massaliotes selon le même en XIV, 2, 10, en position d’appui par rapport à Emporion, à laquelle elle fait face géographiquement – appartient sans doute aussi à la définition strabonienne de ces colonies (IV, 1, 9 : destinées à « maintenir libre la mer quitte à laisser aux indigènes la maîtrise du pays »).

30Côté gaulois, la chronologie des fondations massaliotes semble aller du début du ive s. (Agathè) au milieu du iiie s. (Nikaia). Mais seules Agathè et Olbia sont archéologiquement visibles. La première est très sommairement connue par des éléments de son rempart et quelques vestiges de son habitat.

31Les fouilles récentes que j’ai menées à Olbia fournissent en revanche une information originale. La fouille en extension d’un îlot d’habitation (îlot VI) de cette colonie à l’urbanisme géométrique nous informe sur la réalité d’un cléros-oikopédon dévolu à chaque famille de colons. L’îlot apparaît, en effet, au moment de la fondation, divisé en 3 modules/lots égaux, définissant pour chaque famille une maison de 126 m2, organisée selon un plan-type qui semble en partie modulable selon l’activité du colon, en particulier s’il est artisan.

32Quel est le statut de ces établissements ? Chez Stéphane de Byzance, Tauroeis est qualifiée, d’après Artémidore, de Massaliètôn apoikos et Nikaia de Massaliôtôn apoikos (sans référence, mais la forme Massaliètôn/Massaliôtôn traduit une différence chronologique des sources). Il n’est sans doute pas raisonnable pour cette époque de donner au terme d’apoikos un sens trop précis. Cela peut cependant nous inciter à penser que les parallèles ne se trouvent pas dans les clérouquies athéniennes du ve s. (qui sont des établissements temporaires de garnisaires), mais plutôt dans celles du ive s. (mal connues) et surtout dans les coloniae maritimae civium romanorum des ive et iiie s., aussi bien du point de vue urbanistique qu’institutionnel (Bats, 2004). Il s’agit de fondations civiques, pensées et réalisées dans le cadre de la cité, comme prolongements et bastions avancés (epiteikhismata) du territoire « politique » et liées entre elles par le culte d’Artémis d’Éphèse, comme Strabon se plaît à le souligner. Les habitants sont des citoyens massaliotes, dans une position géographique, mais aussi politique, particulière, s’il convient de les inclure, aux côtés des poleis Massalias, dans les hypèkooi cités par Strabon (IV, 1, 5) pour la période succédant à la prise de la ville par les troupes de César. L’idée de subordination contenue dans ce terme se retrouve en IV, 1, 9, lorsque Strabon précise que de son temps Nikaia « reste sous le contrôle des Massaliotes » (hypo tois Massaliôtais) tandis qu’Antipolis « a été séparée des Massaliotes et libérée de leurs ordres ». La cité-mère est représentée, à Nikaia, par l’envoi d’un magistrat, un episcopos, selon le terme d’une inscription du iiie s. de n.è. (CIL, V, 7914 : duumvir Massiliae, episcopus Nicaeensium).

33A l’origine, le rôle de ces colonies est donc triple : 

  • social (lotissement, comprenant oikopedon et kleros, pour des citoyens-soldats vraisemblablement pris dans les classes pauvres du demos de la métropole),

  • militaire (epiteikhismata, bastions avancés pour le contrôle d’une route et d’un domaine maritimes),

  • commercial (limité cependant, comme le montre bien leur faible impact sur l’environnement indigène).

34Notons qu’à partir de la fin du iiie s. av. J.-C., les différentes restructurations internes de l’îlot VI fouillé à Olbia montrent l’effacement progressif de la répartition égalitaire du lotissement original.

2. 2. Les prémices d’un monde nouveau : Marseille, Rome et la Gaule

35On peut voir dans l’implantation de ces colonies le signe d’une nouvelle politique commerciale massaliète. Marseille installe, entre l’Hérault et l’Italie, une armature politico-militaire doublant et contrôlant les établissements littoraux indigènes, qui restent les relais obligés des communications vers l’intérieur. Échelonnées dans l’espace et dans le temps, ces colonies assurent à Marseille la maîtrise du littoral et des routes maritimes vers l’Espagne et vers l’Italie. À Gênes, les amphores massaliètes deviennent majoritaires dans le courant du ive s. et au iiie s. accompagnées aussi de céramiques à pâte claire. Dans le Sud-Est de la péninsule ibérique, où les Carthaginois affirment leur présence scellée par le traité de 348 avec Rome, qui réglemente l’accès des autres navigateurs vers l’Andalousie, et par les conquêtes des Barcides, les Marseillais pourraient avoir conservé, selon Strabon, des positions dans la région du Cap de la Nao (Hèméroscopéion) pour l’accés aux métaux et surtout à l’argent et leur intervention aux côtés des Romains dans ce secteur au cours de la deuxième guerre punique n’est certainement pas seulement de fidélité à une alliance.

36À Marseille, la production de vaisselle tournée à pâte claire couvre la majorité des besoins (entre 75 et 60 % des céramiques de table). Pour le reste, les importations de céramique attique, où dominent largement les vases à vernis noir, se tassent, puis disparaissent vers le début du iiie s. Le relais est pris à partir du dernier quart du ive s. et jusque vers le milieu du iiie s. par les productions à vernis noir d’Etrurie méridionale et du Latium (essentiellement issues de l’atelier des petites estampilles, à côté de quelques vases à décor surpeint et de plats de Genucilia à figures rouges). Les premières pièces de céramique campanienne A archaïque sont présentes avant le milieu du iiie s. et, dans le dernier quart du siècle, la campanienne A ancienne représente déjà plus de 20 % de la vaisselle céramique. Si les amphores massaliètes se taillent la part du lion, on voit apparaître les amphores gréco-italiques dès le début du iiie s. et elles atteignent près de 40 % des amphores retrouvées en fouille dans le premier quart du iie s. Un petit nombre d’amphores grecques, surtout rhodiennes, et des amphores puniques complètent le faciès.

37La diffusion des productions massaliètes sur tous les sites de Gaule méridionale témoigne d’un véritable monopole de redistribution par les marchands de la cité phocénne. Le renforcement du rôle des relais littoraux indigènes (Arles, Espeyran, Lattes, Pech Maho), comme gateway communities et lieux de consommation privilégiés, se traduit par une baisse des importations d’amphores vers l’intérieur, alors que la diffusion sur la côte se maintient et ne fléchira qu’à partir de la fin du iiie s. À une encablure de Pech Maho, sur le site de l’oppidum du Moulin, à Peyriac-de-Mer, détruit par un incendie vers 300, les amphores massaliètes sont à peine moins nombreuses que les amphores ibériques. Sur le site de La Courtine à Ollioules, on assiste à partir du ive s. à une baisse sensible du nombre des amphores ; or c’est aussi le moment où la découverte de plusieurs trésors de drachmes et d’oboles massaliètes manifeste l’existence d’une importante thésaurisation et vraisemblablement les prémices du passage du troc à une économie monétaire.

38Pour conclure, je voudrais parcourir rapidement deux pistes.

39La première est celle des relations entre « mères » et « sœurs » au sein du réseau phocéen. Quelles relations entre Phocée et ses deux colonies directes, Massalia et Alalia ? Entre Massalia et Alalia ? Il y eut certes l’accueil des réfugiés phocéens à Marseille et Alalia : simple compassion maternelle ou signe de subordination ? Mais avant cet exode vers l’occident, aux dires d’Hérodote, les Phocéens avaient tenté de créer une nouvelle ville aux îles Oinoussai et, si l’on en croit toujours Hérodote, c’est à Alalia que fut installée la nouvelle Phocée avec le transfert de ses cultes civiques ; est-ce à dire qu’Alalia avait des liens plus étroits ou une dépendance plus forte que Massalia ? Ou simplement que la richesse de son territoire la rendait plus attrayante ? Après la catastrophe de la bataille d’Alalia, que savons-nous des liens entre Vélia et Marseille en dehors de la définition de Vélia comme ville des Massaliotes et des Phocéens par le Periodos du Pseudo-Scymnos (v. 250) et du fait que Massalia adopte, deux siècles après Velia, le lion passant comme symbole du revers de ses drachmes ? Au-delà du iiie s., nous voyons cependant renaître en deux occasions le mythe d’une revendication d’une filiation ethnique commune. En 197 av. J.-C., Lampsaque, sa sœur phocéenne sur l’Hellespont, sollicite Marseille, amie et alliée du peuple romain, pour accompagner ses ambassadeurs auprès du sénat romain afin d’en obtenir un soutien contre les prétentions du roi de Syrie, Antiochos III. En 130 av. J.-C., Marseille intervient à nouveau auprès du sénat en faveur de Phocée elle-même, qui avait pris parti pour le roi attalide Aristonikos contre l’intervention romaine, afin de lui éviter la destruction résolue par le sénat romain : cette intervention est sans doute à l’origine du culte que les Phocéens rendirent à la déesse Massalia.

  • 12 Bats, 2007.

40La deuxième piste concerne les relations des Phocéens de Marseille avec les peuples indigènes de leur environnement gaulois. D’après les auteurs antiques, désireux de montrer la résistance des Massaliètes face à la barbarie qui les cernait, ces relations furent souvent hostiles, en dépit de la bonne entente initiale, du fait de la duplicité des Gaulois. En réalité, l’archéologie montre plutôt des relations suivies et pacifiques d’échanges marchands et culturels. Et d’ailleurs, en 197, le conseil des Six-Cents, qui constitue l’assemblée dirigeant la cité massaliète, avait aussi remis aux ambassadeurs de Lampsaque, en raison de leur bonnes relations avec leurs frères gaulois, une lettre de recommandation pour les Galates Tolostoages voisins du royaume attalide. Mais dès la fin du vie s., nous avons des signes manifestes des processus d’acculturation au sein des espaces de « middle ground ». J’emploie volontairement ces termes conjointement, car il est clair qu’il y a complémentarité : « middle ground » définit un espace où se déroule un processus que l’on peut toujours appeler « acculturation », si l’on prend la peine de compléter sa définition culturelle de l’école américaine (Herskovits) par son enrichissement social de l’école française (Bastide). Comme exemple de ce processus complexe, j’ai déjà présenté12 celui d’une production céramique indigène des ve et ive s., la céramique peinte à pâte claire dont l’apparition se situe vers la fin du vie s. dans une zone à cheval sur le bas Rhône, avec un groupe particulier autour de l’étang de Berre, puis au ve s. dans le Var et enfin, au ive s. dans le Languedoc central entre Vidourle et Aude. Le modèle se trouve dans la céramique ionienne à bandes, relayée dès le premier quart du vie s. par des productions massaliètes : la décoration y reste toujours sobre et comprend essentiellement, outre des bandes parallèles, plus ou moins larges, des lignes ondulées et des motifs en forme de pétales. Le résultat en milieu indigène est un amalgame hybride, complexe, de techniques de production importées (le tour et le four à atmosphère contrôlée), de concepts décoratifs et de formes importés (coupes à tige, œnochoés, cratères), combinés à des formes (urnes, jattes) et des motifs décoratifs indigènes (chevrons, triangles hachurés, cercles pointés, demi-cercles pendants, etc).

41Il faut invoquer la richesse et la diversité des créations coloniales multi-grecques en milieu étrange/étranger, expéditions et créations civiques, diasporas individuelles et/ou sociales, qui appellent vocabulaire, définitions et concepts aussi élastiques que possible.

Fig. 1. Carte de localisation des fondations coloniales phocéennes et massaliètes en Occident d’époque archaïque et massaliètes d’époque hellénistique dans le contexte méditerranéen

Fig. 1. Carte de localisation des fondations coloniales phocéennes et massaliètes en Occident d’époque archaïque et massaliètes d’époque hellénistique dans le contexte méditerranéen

Fig. 2. Carte de localisation des principaux sites indigènes de Gaule méridionale (vie-iie s. av. J.-C.)

Fig. 2. Carte de localisation des principaux sites indigènes de Gaule méridionale (vie-iie s. av. J.-C.)
Haut de page

Bibliographie

Bats, M., 1992, Marseille, ses colonies et les relais indigènes du commerce massaliète en Gaule méridionale, dans Marseille grecque et la Gaule. Actes des colloques de Marseille (1990). Lattes-Aix-en-Provence, (EtMass 3), p. 263-278.

Bats, M., 1994, Les silences d’Hérodote, ou Marseille, Alalia et les Phocéens en Occident jusqu’à la fondation d’Alalia, dans Apoikia. Scritti in onore di G. Buchner. Annali di Archeol. e Storia Antica, n.s. 1, p. 133-148.

Bats, M., 2004, Les colonies massaliètes de Gaule méridionale : sources et modèles d’un urbanisme militaire hellénistique, dans Des Ibères aux Vénètes. Phénomènes proto-urbains et urbains de l’Espagne à l’Italie du Nord (ive-iie s. av. J.-C.), Actes du colloque intern. de Rome 1999 (coll. EFR 328), Rome, p. 51-64.

Bats, M., 2007, Entre Grecs et Celtes en Gaule méridionale protohistorique : de la culture matérielle à l’identité éthnique, dans J.-M. Luce (éd.), Les identités ethniques dans le monde grec. Actes du Colloque international de Toulouse (9-11 mars 2006), Pallas, 73, p. 191-198 et pl. 21-25.

Bats, M., 2010, Une lettre sur plomb à Lattes (Hérault), dans Premières données sur le ve s. av. n.è. dans la ville de Lattara, t. 2. Lattes, p. 749-756 (Lattara 21).

Dietler, M., 2002, L’archéologie du colonialisme. Consommation, emmêlement culturel et rencontres coloniales en Méditerranée, dans L. Turgeon (dir.), Regards croisés sur le métissage, Saint-Nicholas (Québec), p. 135-184.

Dietler, M., 2010, Archaeologies of Colonialism. Consumption, Entanglement and Violence in Ancient Mediterranean France, Berkeley-Los Angeles-London.

Garcia, D., 2004, La Celtique méditerranéenne. Habitats et sociétés en Languedoc et en Provence du viiie au iie s. av. J.-C., Paris.

Gras, M., 2000, La battaglia del mare sardonio, dans P. Bernardini et al. (dir.), MAXH, La battaglia del mare sardonio. Studi e ricerche, Cagliari-Oristano, p. 37-46.

Lejeune, M., Pouilloux, J. et Solier, Y., 1988, Étrusque et ionien archaïques sur un plomb de Pech Maho (Aude), RANarb, 22, p. 19-59.

Lepore, E., 1970, Strutture della colonizzazione focea in Occidente, PdP, 25, p. 19-54.

Malkin, I., 2011, A Small Greek World. Networks in the Ancient Mediterranean, Oxford.

Sourisseau, J.-Chr., 2011, La diffusion des vins grecs d’Occident du viiie au ive s. av. J.-C., sources écrites et documents archéologiques, dans La vigna di Dioniso. Vite, vino e culti in Magna Grecia, Atti 49 Convegno di Studi Sulla Magna grecia (Taranto 2009), Taranto.

Haut de page

Notes

1 Cristofani, 1997.

2 Lepore, 1970.

3 Bats, 1994.

4 Mele, 1988.

5 Gras, 2000 propose de voir dans le nom même d’Antipolis la marque de la limite du domaine emporique massaliète « en face » du commerce emporique contrôlé par les Étrusques.

6 Garcia, 2004.

7 Sourisseau, 2011.

8 Bats, 1992.

9 Lejeune et al., 1988 ; Bats, 2010.

10 Malkin, 2011.

11 Dietler 2002 ; 2010.

12 Bats, 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte de localisation des fondations coloniales phocéennes et massaliètes en Occident d’époque archaïque et massaliètes d’époque hellénistique dans le contexte méditerranéen
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/792/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 2. Carte de localisation des principaux sites indigènes de Gaule méridionale (vie-iie s. av. J.-C.)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/792/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bats, « Les Phocéens, Marseille et la Gaule (viie-iiie s. av. J.-C.) », Pallas, 89 | 2012, 145-156.

Référence électronique

Michel Bats, « Les Phocéens, Marseille et la Gaule (viie-iiie s. av. J.-C.) », Pallas [En ligne], 89 | 2012, mis en ligne le 10 mars 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://pallas.revues.org/792 ; DOI : 10.4000/pallas.792

Haut de page

Auteur

Michel Bats

CNRS – Lattes, UMR 5140

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org