Navigation – Plan du site
III. Les Grecs de l’Extrême Occident

La présence grecque et ses effets dans le Nord-Est de la péninsule Ibérique (viie – début du ive siècle av. n. è.)

“Greek presence and its effects in the north-east part of the Iberian peninsula (vii - beginning of iv c. B.C.)”
Rosa Plana-Mallart
p. 157-178

Résumés

Après avoir évoqué la fréquentation et l’implantation des Phéniciens dans le sud de la péninsule Ibérique, ainsi que la première présence commerciale grecque à la fin du viie s., il s’agira d’analyser l’installation des Phocéens dans la partie nord-est du littoral à partir de l’étude des établissements d’Emporion et de Rhodé, seuls sites grecs aujourd’hui connus. Il s’agira aussi d’analyser les contacts noués par les Grecs avec les sociétés ibériques du proche arrière-pays des colonies, mais aussi de l’ensemble du littoral méditerranéen péninsulaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Présentation générale de ces sites dans : Sanmartí Grego, Marcet, 1989 ; Martín, Puig, 2006.
  • 2 On peut citer notamment : Pseudo-Scylax, 2-3 ; Pseudo-Scymnos, vv. 203 ss. ; Strabon, III, 4, 8 ; T (...)
  • 3 Respectivement : Pseudo-Scymnos (vv. 201-206) et Strabon (III, 4, 8).

1L’objectif de cette contribution est de proposer un état de la question sur la présence grecque en péninsule Ibérique et, en particulier, dans la partie nord-est du littoral méditerranéen, seul secteur où l’on connaît des établissements grecs. En effet, les sites d’Emporion et de Rhodé, placés à faible distance l’un de l’autre, correspondent aux seules implantations grecques attestées à ce jour, objet de fouille depuis le début du xxe siècle1. Si la fondation d’Emporion est rattachée à Massalia par la grande majorité des auteurs anciens2, Rhodé apparaît, soit comme fondation massaliète, soit comme polichnion emporiton3. L’installation des Grecs à Emporion a été datée du début du vie s., tandis que l’implantation à Rhodé serait plus tardive, de la fin du ve ou du début du ive s. av. n. è.

  • 4 Respectivement : Pseudo-Scymnos (vv. 425-431) et Strabon (III, 4, 2).
  • 5 Strabon, III, 4, 6 ; 4, 10.
  • 6 Voir Rouillard, 1991.
  • 7 Une synthèse récente de l’art ibérique dans : Abad, Soler, 2007.
  • 8 État de la question dans de Hoz 2010.

2Pourtant, les auteurs anciens font référence également à d’autres établissements grecs, qu’ils situent dans le sud-est et le levant péninsulaire. C’est le cas de Mainaké, placée sur le littoral de Malaga, dans l’espace de la colonisation phénicienne, et qualifiée de polis grecque, d’origine massaliète ou phocéenne selon les différents auteurs4. Strabon fait référence également à trois polichnia massalioton situées entre le Sucro et Carthago Nova5, donc dans le sud-est, parmi lesquelles Héméroskopéion, citée comme ville phocéenne par Étienne de Byzance, ou Alonis, polis massalias pour ce même auteur. D’autres sites grecs sont encore mentionnés, parmi d’autres Abdera ou Akra Leuke. Toutes ces implantations n’ont pas été découvertes, malgré les efforts de la recherche actuelle, ce qui conduit à les considérer comme des sortes de « colonies fantômes », pouvant s’agir en réalité de comptoirs littoraux indigènes ouverts et fréquentés par les Grecs6. Il n’en demeure pas moins que le sud-est péninsulaire constitue un cas tout à fait particulier, au contact du monde phénicien et punique méridional, mais ouvert également au réseau de commerce grec. Les contacts sont bien attestés, tout comme l’imbrication d’éléments culturels méditerranéens divers, de filiation aussi bien phénicienne que grecque. L’ampleur des influences qui pénètrent en milieu indigène souligne la réceptivité de ces communautés, en même temps qu’elle suggère une présence prolongée de marchands méditerranéens. C’est la région où se développe la sculpture ibérique, qui présente des influences orientales évidentes7, mais aussi l’écriture gréco-ibérique, une variante locale qui constitue une adaptation de l’alphabet ionien8. L’absence d’établissements grecs permanents laisse donc supposer ici des contacts commerciaux et culturels d’une grande intensité à partir d’enclaves portuaires.

3Dans l’objectif de mieux cerner les particularités de cette présence grecque, il s’agira tout d’abord de fixer les temps et les formes des premières fréquentations de l’extrême Occident. L’étude sera centrée par la suite sur la région nord-est, en raison de la présence d’Emporion, qui correspond au site grec le plus important et le mieux connu de la péninsule Ibérique. L’analyse de l’évolution de l’occupation permettra de saisir toute la complexité de cette installation, impliquant étroitement l’élément indigène. Cette spécificité oblige à traiter ensuite la question des contacts entre les Grecs et les sociétés ibériques dans l’arrière-pays de la colonie, à partir de l’organisation du territoire rural et de l’acculturation des populations indigènes. Le cas du sud-est péninsulaire, ébauché précédemment, ne sera pas développé ici, en raison de l’extension attribuée à cet article. La période chronologique qui sera privilégiée va du viie s. à la fin du ve et le début du ive s. av. n. è., soit la première étape de cette présence grecque en Occident.

1. Fréquentations et échanges en péninsule Ibérique (du viiie au début du vie siècle av. n. è.)

4Dans l’extrême Occident, et en particulier dans la péninsule Ibérique, les contacts avec les marchands de la Méditerranée Orientale, Phéniciens et Grecs pour l’essentiel, ont été de nature et d’intensité variées. Tandis que les Phéniciens s’installent très tôt, depuis la fin du ixe et le début du viiie s., dans les régions méridionales, les Grecs se sont implantés uniquement à partir du début du vie s. sur le littoral nord-est (figure 1). Il existe donc un décalage de presque deux siècles entre la présence phénicienne et phocéenne, c’est pourquoi il faut nuancer la dichotomie entre un sud qui serait phénicien et un nord sui serait grec, d’autant plus que les études récentes soulignent, d’une part, l’ampleur du commerce phénicien, puis punique, dans l’ensemble du littoral ibérique et, d’autre part, le poids des influences helléniques aussi bien dans les régions septentrionales que dans le sud-est, sous ambiance phénicienne.

Figure 1. Colonies phéniciennes et grecques de la péninsule Ibérique

Figure 1. Colonies phéniciennes et grecques de la péninsule Ibérique

(Fond de carte : Hervé Bohbot, UMR 5140)

  • 9 Voir à ce sujet l’ouvrage de synthèse sur la colonisation phénicienne dans l’extrême Occident de Au (...)

5Les Phéniciens s’installent donc dans la partie méridionale de la péninsule Ibérique, attirés par les métaux de Tartessos. En l’espace d’un siècle, ils ont réussi à bâtir un réseau très dense de sites de petite taille qui, séparés de quelques kilomètres, jalonnent le littoral de l’Andalousie actuelle9. Il s’agit de sites portuaires, ouverts au commerce, mais qui ont également développé une activité artisanale importante. Ces sites, progressivement, se sont ouverts vers l’arrière-pays et des contacts à caractère économique sont noués avec les populations locales, car il fallait accéder aux ressources, en particulier minières. Ces contacts entraînent l’enrichissement et le renforcement des élites indigènes, qui deviennent vite consommatrices des produits d’importation de luxe et qui font ostentation de leur pouvoir par leur mode de vie, dans le cadre de la maison et du site où ils habitent, mais aussi au moment de la mort, ce qui explique l’apparition de sépultures monumentales. La pénétration en milieu indigène d’objets d’importation s’accompagne de la diffusion d’influences et de nouvelles technologies, qui accélèrent le processus de développement des sociétés tartessiennes d’un point de vue social, politique, économique et culturel.

  • 10 Hérodote, IV, 152 ; I, 163.
  • 11 Rouillard, 1991, p. 87-90 ; Cabrera, 2003.

6C’est dans ce contexte que des marchands grecs, comme le dit Hérodote à propos du voyage de Kolaios de Samos et des navigations phocéennes vers Tartessos10, commencent à fréquenter le sud de la péninsule Ibérique à la fin du viie s. Si des céramiques grecques ont été découvertes sur le site de Huelva, emporion tartessien, dans un contexte du viiie s., tout comme dans différents sites phéniciens du littoral, ce mobilier aurait été porté par des marchands phéniciens11. C’est uniquement vers la fin du viie s. que le volume et le profil du mobilier grec, essentiellement des céramiques de la Grèce de l’est, permettent de proposer la présence sur place de marchands grecs.

  • 12 Étude réalisée par l’équipe dirigée par Joan Sanmartí (Université de Barcelone) : Asensio, Sanmartí (...)
  • 13 Sanmartí, 2010, p. 94-96.

7Les comptages de mobilier réalisés sur un échantillon représentatif de sites fournissent des données très précises qui permettent de suivre l’évolution du commerce sur le littoral nord-est, des Pyrénées à l’Èbre12. Ces études montrent que, pour la période 650-550, le commerce phénicien est dominant et qu’il a une incidence particulière dans la basse vallée de l’Èbre, en moindre mesure dans la région septentrionale. C’est un commerce centré sur la vente d’amphores, probablement vinaires, car la vaisselle est très minoritaire ; le mobilier d’importation est ainsi constitué de 62 % d’amphores et de 14 % de vaisselle. En parallèle à cette activité commerciale, on constate l’apparition, dans cette région de la basse vallée de l’Èbre, de sites de dimensions réduites, bâtis en dur et bien fortifiés, qui présentent des signes clairs d’accumulation de richesses et où le mobilier phénicien est très abondant (22 % du total du mobilier). Ces sites ont été rattachés à l’émergence d’une élite qui contrôle les ressources du territoire et les échanges avec les Phéniciens13. Cette activité commerciale phénicienne touche également la région septentrionale, bien que les échanges soient ici beaucoup plus réduits. Des fragments d’amphores phéniciennes ont été ainsi découverts dans le secteur d’Empúries et dans son proche arrière-pays.

  • 14 Sanmartí et al., 2002, p. 74.

8La situation change, sur le littoral nord-est de la péninsule Ibérique, à partir de la première moitié / milieu du vie s., car le mobilier phénicien disparaît, remplacé par les productions grecques et étrusques, un peu plus tard massaliètes14. Les pourcentages de mobilier d’importation sont plus réduits que lors de la période précédente, car la période 550-450 est celle où le volume des importations est le plus faible (4 %). La perte d’importance du commerce phénicien explique, par ailleurs, le déclin, voire l’abandon, d’un grand nombre de sites de la basse vallée de l’Èbre, qui cesse d’être une région dynamique d’un point de vue commercial. Ce changement du réseau commercial s’accompagne d’une modification du profil des objets importés, car la vaisselle est désormais de plus en plus abondante, notamment les vases à boire, au détriment des amphores. Dans ce contexte, des imitations des céramiques d’importation commencent également à apparaître en milieu indigène, liées à l’adoption du tour céramique et à l’introduction de pratiques où la boisson joue un rôle important.

  • 15 Pour un aperçu général de la culture dite ibérique, voir le catalogue de l’exposition Les Ibères du (...)

9Le milieu du vie s. signale un changement culturel majeur, car c’est l’apparition de la culture des Ibères, étroitement liée à l’évolution des sociétés indigènes au contact des partenaires méditerranéens15. Cette culture est plurielle, car elle concerne des peuples différents du littoral méditerranéen péninsulaire pendant la période qui s’étend du vie s. à la conquête romaine. Des Pyrénées à l’Andalousie, il est possible de distinguer plusieurs aires culturelles, qui coïncident souvent avec les peuples évoqués dans les sources écrites. Le foyer de la culture ibérique est aujourd’hui placé dans le sud-est péninsulaire, qui a été influencé par la culture tartessienne de la période précédente, tandis que les peuples septentrionaux ont un substrat culturel différent, d’origine transpyrénéenne.

2. Le renforcement de la présence grecque : d’emporion à Emporion

2. 1. Un pôle de peuplement du Premier âge du Fer

  • 16 Aquilué et al., 1999.
  • 17 Aquilué et al., 2002, p. 307-309 ; 2010, p. 67.

10Les fouilles réalisées dans les années 1990 à Sant Martí d’Empúries, une presqu’île pendant l’Antiquité, bordée au nord par l’embouchure ancienne du Fluvià et au sud par une petite anse naturelle qui sera utilisée comme port, ont fourni une séquence stratigraphique qui, après une occupation ponctuelle du Bronze Final (phase I), atteste une occupation continue de l’endroit à partir du milieu du viie siècle16. Il s’agit d’un petit établissement du Premier âge du Fer (phase II), composé d’un ensemble de cabanes bâties en matériaux périssables, de plan grossièrement rectangulaire, qui se juxtaposent en formant des blocs séparés probablement par des axes de communication17.

  • 18 Pons, 1984, p. 37, 90-92.
  • 19 Aquilué et al., 2008.
  • 20 Casas, Soler, 2004 ; Martín, Plana, 2012.

11D’autres sites de la même période sont connus au voisinage et à faible distance de Sant Martí d’Empúries, ainsi l’habitat et la nécropole de Parralli18, ou la nécropole de Vilanera, où il pouvait y avoir aussi un secteur d’habitation19. Ces témoignages soulignent la densité de l’occupation dans ce secteur d’Empúries, où le village littoral de Sant Martí semble être le site le plus important (figure 2). D’autres installations de même chronologie et de profil semblable ont été découvertes plus au sud, ainsi à Mas Gusó et à Ullastret20. À la différence de Sant Martí d’Empúries, ces sites s’installent en retrait du littoral, protégés par des étangs, bien que bénéficiant de la proximité de voies fluviales qui assuraient une communication directe avec le littoral. Ces établissements prennent place également à proximité d’un axe de communication terrestre, appelé traditionnellement cami d’Empúries, qui semble avoir joué un rôle de première importance dans l’organisation du territoire.

Figure 2. Sites indigènes de la fin du viie et du début du vie s. av. n. è. dans le secteur d’Empúries et dans le proche arrière-pays

Figure 2. Sites indigènes de la fin du viie et du début du vie s. av. n. è. dans le secteur d’Empúries et dans le proche arrière-pays
  • 21 Aquilué et al., 2008.
  • 22 Aquilué et al., 2000, p. 293-294.

12C’est dans ces sites qu’apparaissent les premières importations méditerranéennes, qui attestent des échanges maritimes à partir de la fin du viie s. Ce mobilier est, dans un premier temps, phénicien. Dans la nécropole de Vilanera, un certain nombre de tombes contenait des vases phéniciens et on observe que les sépultures d’incinération en fosse sont regroupées autour de deux grands tumuli qui, malheureusement, n’ont pas été fouillés, car il s’agit de toute évidence de sépultures monumentales21. Entre 625 et 580, le mobilier phénicien est suivi de près par les importations étrusques et grecques, notamment de céramique corinthienne et de céramique de la Grèce de l’est, ce qui permet de cerner la fréquentation désormais de cette partie du littoral par des Grecs. Néanmoins, les échanges seraient encore réduits, car dans le site de Sant Martí d’Empúries les céramiques d’importation représentent à cette période moins de 10 % du total du mobilier22.

2. 2. Un emporion

  • 23 Aquilué et al., 1999, 2000, 2002, 2010.

13Dans ce contexte intervient l’installation des Grecs à Sant Martí d’Empúries, datée par les fouilleurs vers 580 av. n. è. (phase III). Les fouilles récentes ont permis d’approcher les mutations opérées à ce moment, bien qu’il n’y ait pas de rupture significative par rapport au village indigène précédent. Les éléments avancés pour signaler l’installation des Grecs sont les suivants23 :

  • Changement du faciès céramique, en raison de la diminution conséquente du mobilier céramique indigène, qui passe à 43 / 57 % du total du mobilier entre 580 et 560 et à 15 / 32 % de 560 à 540, et de l’augmentation des pourcentages du mobilier grec et, en moindre mesure, étrusque. Parmi les productions grecques, il faut noter la présence d’une proportion significative de céramique à pâte claire peinte massaliète, tandis que les céramiques ioniennes, corinthiennes, attiques et magnogrecques sont moins abondantes.

    • 24 Moret, 2000-2001, 2002.
    • 25 Martín et al., 2010.

    Changement dans l’habitat, marqué par l’utilisation de nouvelles techniques de construction en dur (murs bâtis sur un soubassement de pierre et élévation en briques crues) et par la régularisation du plan de la maison. Les pièces d’habitation de la première phase (580-560) sont rectangulaires, très allongées, et ouvrant au sud sur un axe de communication. Les structures sont très simples et la question a été soulevée par Pierre Moret24 de savoir si elles sont vraiment grecques ou plutôt indigènes, d’autant plus que les techniques de construction en dur sont déjà attestées, en milieu indigène, au Premier âge du Fer dans la basse vallée de l’Èbre. Cependant, il faut noter que, dans ce secteur de la côte septentrionale catalane, les nouvelles techniques de construction sont attestées dans les sites indigènes uniquement à partir du milieu du vie s., c’est-à-dire quelques 25 / 30 ans après l’installation des Grecs25. Le débat reste ouvert et il concerne également la restructuration de l’habitat dans la seconde moitié du vie s. (vers 540), lors de la construction de maisons alignées en îlots séparés par des rues de 3 m de largeur. Cet ensemble d’habitations a continué à fonctionner jusqu’au début du ive s.

  • Changement dans la production céramique, car parmi les structures découvertes de la première phase (580-560) il y a des fours céramiques liés à une production locale de céramique grise monochrome de tradition coloniale, semblable à celle de Massalia, aussi bien en ce qui concerne les techniques de fabrication que le répertoire de formes. Cette production a été associée à une demande locale de vaisselle de type grec.

14Cet établissement côtier, occupé par la population locale, semble donc connaître l’implantation aussi de Grecs à partir du second quart du vie s., ce qui est en mesure d’expliquer l’évolution du faciès céramique, la place importante des productions massaliètes, la fabrication locale de céramique grise monochrome, mais aussi la permanence du mobilier indigène. Si le transfert du site, des indigènes aux Grecs, a été envisagé par les fouilleurs, les données archéologiques, on l’a vu, ne sont pas concluantes. De surcroît, un emporion est par nature ouvert, avec une population mélangée qui participe aux activités commerciales. La présence, tout au long de son histoire, de populations indigènes aux côtés des Grecs, rend en effet difficile l’hypothèse d’un abandon du site par la communauté locale.

  • 26 Aquilué et al., 1999, p. 23-28 ; Santos, Sourisseau, 2011, p. 241-242.
  • 27 III, 4, 8 ; IV, 1, 4-5.

15Une autre caractéristique de l’emporion est la présence de sanctuaires. Il faut probablement interpréter en ce sens les éléments architecturaux découverts au début du xxe s. au nord de l’église de Sant Martí d’Empúries26 : un fragment de relief qui représente deux sphinx opposés, de nombreux blocs de taille, des fragments de colonne, un chapiteau ionique et des blocs moulurés de corniche. Il s’agit sans doute des vestiges d’un bâtiment monumental à caractère sacré, dont on ignore la chronologie, mais une datation haute a été parfois proposée pour le relief. Si Strabon27 mentionne un culte à l’Artémis éphésienne, les informations disponibles sont trop réduites pour proposer une telle identification.

  • 28 Lepore, 1970.
  • 29 Antonelli, 1998, p. 186.

16La première activité des Grecs en péninsule Ibérique est donc de caractère emporique, centrée sur un commerce qui fait intervenir des marchandises en provenance de différentes régions méditerranéennes et qui est destiné à asseoir l’échange avec les communautés locales. Les acteurs de ce commerce, comme il est envisagé depuis E. Lepore28, seraient notamment des marchands privés, c’est-à-dire agissant en dehors d’un cadre institutionnel. Ces marchands semblent provenir de Massalia, comme le suggère le faciès du mobilier découvert. Aviénus, sans citer Emporion, fait référence aussi à la présence d’un marché actif près des Pyrénées, où venaient les Massaliètes, ce qui a permis une identification avec ce site29.

2. 3. La création de la « Néapolis » : vers la ville d’Emporion

Figure 3. Vue aérienne du site d’Empúries

Figure 3. Vue aérienne du site d’Empúries

(cliché : François Didierjean)

17À cette première implantation, de caractère gréco-indigène, s’ajoute la création d’un nouvel établissement sur la terre ferme, sous l’initiative sans doute des Grecs (figure 3). Cette fondation matérialise une nouvelle phase de la présence grecque dans cette partie du littoral, qui intervient à partir du troisième quart du vie s., dans un contexte historique marqué par des changements majeurs :

  • Chute de Phocée et transfert d’une partie de la population vers l’Occident ;

  • Bataille d’Alalia et redistribution des marchés : renforcement de la puissance de Marseille en Méditerranée nord-occidentale et de Carthage en Méditerranée méridionale et centrale ;

  • Crise tartessienne qui comporte l’arrêt brusque des importations de mobilier grec dans le sud de la péninsule Ibérique.

  • 30 Verger, 2008.
  • 31 Sanmartí Grego, 1992.
  • 32 Morel, 1997 ; Bats, 2008.
  • 33 De Hoz, 2010.

18La période 540-530 correspond donc à la mise en place d’un nouvel équilibre méditerranéen30. C’est dans ce contexte que l’essor de Massalia peut expliquer la volonté de renforcer l’installation des Grecs sur le littoral nord-est péninsulaire. Le mobilier massaliète est toujours abondant dans les contextes de la seconde moitié du vie et du début du ve s., ce qui souligne le lien entre Massalia et Emporion31. Ce « réseau phocéen »32, élargi à partir notamment du ive s. avec la création de colonies massaliètes sur le littoral gaulois, présente une série de traits communs, comme le culte à l’Artémis éphésienne, comme le dit Strabon, qui souligne par ailleurs la mise en avant d’une filiation ionienne, et surtout la pratique de l’emporía, dont certains usages sont perçus dans les lettres commerciales connues à ce jour33.

  • 34 Aquilué et al., 2002, p. 316-322 ; 2010, p. 74.

19La construction de la Néapolis, dénomination utilisée par Strabon par opposition à la Palaia Polis, correspondant à l’établissement de Sant Martí d’Empúries, commence par le nord, près de l’anse portuaire, comme l’attestent les vestiges les plus anciens mis au jour (figure 4). Toutefois, il faut signaler que l’établissement grec est très partiellement connu, car la majorité des vestiges aujourd’hui visibles datent du iie s. av. n. è., donc de l’époque romaine. Les éléments archaïques découverts dans certains endroits au nord et au centre de l’établissement correspondent à des parties de maisons et de rues, mais ces vestiges ont été dégagés sur des espaces très réduits34. Les tronçons de rues mis au jour dans le cadre des fouilles récentes conduites dans le secteur de la stoa hellénistique signalent la mise en place d’une structure urbaine régulière, orientée nord-sud / est-ouest, vers la fin du vie ou le début du ve s., qui perdure dans ses grandes lignes jusqu’à la conquête romaine.

Figure 4. Néapolis d’Emporion

Figure 4. Néapolis d’Emporion
  • 35 Sanmartí Grego 1992 ; Sanmartí Grego et al., 1986, 1992.
  • 36 III, 4, 8.
  • 37 Santiago, Gardenes, 2002, p. 12.

20Dans la partie méridionale de la Néapolis, les fouilles réalisées ont permis de connaître l’évolution des fortifications du ve au iie s. av. n. è., qui matérialise l’agrandissement progressif de l’établissement vers le sud35. Au ve s., au sud-ouest et extra muros, une vaste plateforme était surmontée d’un espace sacré, dont on ignore la divinité à laquelle il était consacré. Au pied du sanctuaire, la découverte d’habitations extra muros a encouragé l’hypothèse de la présence ici, depuis la fin du ve s., d’un quartier indigène installé aux portes de la ville grecque, ce qui permet de mieux comprendre la fonction du sanctuaire périurbain. Cependant, la construction d’une nouvelle fortification au début du ive s. suppose l’intégration de ce quartier à l’intérieur de l’enceinte, ce qui a été mis en rapport avec l’information fournie par Strabon36 à propos du synoecisme entre les populations grecque et indigène. Il faut noter que Strabon fait référence à une communauté politique (politeuma) et à un mélange de lois grecques et indigènes (nomímon), ce qui suppose la constitution d’une véritable polis mixte37.

  • 38 Dupré 2005 ; Santos, Sourisseau, 2011.
  • 39 Santos, Sourisseau, 2011, p. 247-248.

21La partie sud-ouest de l’établissement grec est appelée traditionnellement « acropole », en raison de sa position en hauteur et de la découverte ici de toute une série de temples qui restent malheureusement mal connus38. Les vestiges architecturaux mis au jour par les fouilles anciennes signalent la monumentalité des bâtiments, qui sont associés à des autels et à des structures liés probablement aux pratiques rituelles. Pourtant, on ignore les divinités qui étaient honorées, à l’exception probablement d’Asklépios pour une étape plus récente. Cette partie sud-ouest correspond donc, à toutes les époques, à la partie sacrée de la ville, placée près de l’entrée méridionale. Un autre sanctuaire a été fouillé ces dernières années dans l’extrémité nord-ouest39, prenant place entre la fortification et une rampe qui descend vers le secteur portuaire, daté de la fin du vie ou du début du ve s. Par conséquent, les vestiges cultuels connus dessinent une localisation préférentielle au contact de la fortification occidentale. Quant à l’agora primitive, son emplacement est inconnu ; on peut néanmoins penser qu’elle pouvait être située à proximité de l’agora du iie s. av. n. è.

22L’organisation de la ville et la délimitation des parties sacrée, publique et résidentielle signalent l’émergence d’une petite ville, de 4 à 5 hectares de superficie (6 ha si on ajoute Sant Martí d’Empúries). Cependant, des murs isolés montrent que la ville s’étendait encore plus à l’est, en direction de la mer. Par ailleurs, on ignore s’il y avait une occupation de cette période sur le plateau supérieur, où sera bâtie la ville romaine. Les fouilles ont été centrées dans ce secteur sur la partie méridionale, mais on ignore tout sur la partie nord, qui domine précisément l’îlot de Sant Martí d’Empúries et l’embouchure d’un fleuve qui, d’après Strabon, était utilisée comme port. Les nécropoles quant à elles se localisent en particulier du côté méridional, près du littoral.

  • 40 Sanmartí Grego, Santiago, 1988.
  • 41 Plana, 2001.
  • 42 De Hoz, 1995.
  • 43 Un bilan de la question dans Lombardo, 2002.

23Le ve s. représente l’affermissement de cette implantation à tous les niveaux. Si une lettre sur plomb datée de la fin du vie s. fait référence aux Emporitaisin40, terme qui correspond à l’ethnique dérivé du toponyme Emporion, c’est au ve s. que sont frappées les premières monnaies au nom de la cité (EM/EMP), ce qui atteste une volonté d’affirmation politique41. L’épigraphie de la colonie, bien que réduite, apporte des témoignages concernant les domaines religieux, institutionnel et économique42, ce qui renforce le caractère urbain du site. Les études récentes ont bien montré que le mot emporion fait notamment référence à la fonction du site, et non à sa catégorie juridique43.

  • 44 Sanmartí Grego, 1992.

24Le mobilier massaliète présente des pourcentages élevés jusqu’à la première moitié du ve s., mais on constate par la suite une diminution significative, qui a été interprétée comme un éloignement, voire un détachement, d’Emporion vis-à-vis de Massalia44. Parallèlement, à Emporion et dans les sites de l’arrière-pays, les amphores ibériques et puniques ébusitaines sont majoritaires, ce qui traduit un changement des réseaux de commerce, centrés désormais sur Ibiza et le sud de la péninsule Ibérique. L’activité commerciale d’Emporion est donc axée à partir du ve s. sur les échanges avec le monde ibérique et punique de la péninsule Ibérique, et non plus liée à Marseille. Cette nouvelle dynamique explique la prospérité de l’établissement grec, qui se prolonge jusqu’à la conquête romaine.

3. Les contacts des Grecs avec les populations ibériques : le cas du nord-est péninsulaire

3. 1. La question du territoire rural d’Emporion

  • 45 Sanmartí Grego, Santiago 1988 ; Lejeune et al., 1988.
  • 46 Plana, 1994, 2001, 2004.

25Les indigènes ont toujours été présents à Emporion et ils ont participé aux activités commerciales aux côtés des Grecs, à preuve les lettres commerciales découvertes dans la colonie et à Pech Maho, qui mentionnent des indigènes comme témoins des transactions commerciales45. Ce rapport entre Grecs et population locale oblige à replacer Emporion dans le cadre du territoire environnant, d’autant plus que l’un des facteurs, parmi d’autres, qui explique la réussite de l’établissement grec d’Emporion est la présence d’un arrière-pays fertile voué à l’exploitation céréalière, comme l’attestent les études carpologiques et la découverte d’un grand nombre de batteries de silos46.

  • 47 Sanmartí et al. 2002, p. 78.
  • 48 Martín 1998 ; Martin et al., 2010.
  • 49 Martín, Plana, 2012.

26Les sites qui, à l’image de Sant Martí d’Empúries, avaient reçu les premières importations, continuent à les recevoir après l’installation des Grecs, bien que le volume des échanges soit encore réduit47. On peut citer les sites de Mas Gusó, d’Ullastret et de Pontós, situés à une distance de 5 à 20 km de la colonie (figure 5). À Ullastret, l’augmentation des importations de mobilier grec est à situer à partir du milieu du vie s., moment qui correspond aussi à l’adoption de techniques de construction en dur48. Ce site sera fortifié vers la fin du vie s., ce qui en fait la première grande agglomération fortifiée du littoral nord-est de la péninsule Ibérique. La proximité d’Ullastret par rapport à Emporion explique sans doute la précocité de son développement et son extension rapide. On peut penser que cet établissement a joué très tôt un rôle d’interface entre le monde grec et le monde indigène49.

Figure 5. Occupation rurale dans le proche arrière-pays d’Emporion, vie et ve s. av. n. è.

Figure 5. Occupation rurale dans le proche arrière-pays d’Emporion, vie et ve s. av. n. è.

(Fond de carte : Hervé Bohbot, UMR 5140)

  • 50 Casas, Soler, 2004 ; Casas et al., 2010 ; Casas, 2010.

27Dans le proche arrière-pays d’Emporion, les vie et ve s. sont marqués par l’apparition de sites liés à l’exploitation agricole. Il s’agit de petites unités formées de silos et, dans les cas les mieux connus, de structures qui dessinent des habitations sommaires. Ce sont les témoignages d’un habitat dispersé à caractère rural. Trois sites fouillés ces dernières années méritent d’être cités50 :

  • Mas Gusó (Bellcaire), occupé déjà au Premier âge du Fer et qui continue à fonctionner au vie s. Les pourcentages de mobilier grec sont très élevés, ce qui atteste des contacts étroits avec Emporion.

  • Camp de l’Ylla (Viladamat), dont la fouille a découvert deux silos et les vestiges d’une cabane et d’un enclos. Le comblement des silos, daté de la fin du ve s., comprend plus de 30 % de mobilier grec.

  • Saus, à 12 km d’Emporion, où les fouilles ont mis au jour une quarantaine de silos. Le site est occupé à la fin du vie s. et abandonné un siècle après, vers la fin du ve ou le début du ive s. Le mobilier récupéré comprend des matériaux de construction, ce qui suggère la présence d’un espace d’habitation à proximité, des meules, en rapport avec le traitement des céréales, et quatre bases de pressoir qui, pour la première fois, attestent l’introduction précoce de l’oléiculture dans ce territoire. Le mobilier céramique, comme dans les sites précédents, comprend un pourcentage élevé de céramiques grecques.

  • 51 Gonzalo et al., 1999.

28Ce phénomène de densification de l’occupation rurale est encore perceptible plus à l’ouest, à 15/20 km de distance et notamment autour du site de Pontós, qui correspond au ve s. à un petit établissement fortifié associé à un certain nombre de silos. Les études réalisées ont constaté que la taille des silos augmente au ve s., avec des capacités qui oscillent de 3000 à 5000 litres, ce qui matérialise l’accroissement progressif du volume de stockage51. Autour de Pontós commencent également à apparaître dès cette époque des petits sites dispersés où les silos sont toujours présents.

  • 52 Buxó, 2001, p. 72-76.
  • 53 López et al., 2011, p. 73-77.
  • 54 Colominas et al., 2011, p. 63-64.
  • 55 Asensio et al., 2002 ; Plana, 2004.

29Les analyses carpologiques réalisées dans les différents sites du territoire attestent l’expansion des cultures céréalières et la domination de l’orge à toutes les époques, suivi du blé et du millet52. Elles attestent également, à partir du vie s., l’importance croissante des céréales d’hiver, à cycle long, mais aussi, ce qui constitue une particularité de ce territoire, des céréales de printemps, à cycle court, et des légumineuses53. Ce profil agricole traduit l’intensification de la production et le passage à un système agraire fondé sur la rotation de cultures, qui assure une exploitation maximale des terres agricoles. Cette évolution explique l’adoption de l’araire dental en fer, attesté dans le site de Pontós déjà dans un contexte du vie s. et qui matérialise un changement technologique majeur54. L’évolution du système agraire témoigne du développement économique qui caractérise l’arrière-pays d’Emporion à partir de la fin du vie s., en liaison avec l’agriculture céréalière. Le système de stockage des céréales dans des silos caractérise la partie littorale du nord-est de la péninsule Ibérique, de l’Èbre aux Pyrénées, mais la densité des silos répartis dans les environs de la colonie grecque est tout à fait exceptionnelle55.

  • 56 Boissinot, 2010.

30Développement de l’agriculture, multiplication des silos et des habitations dispersées, volume important de mobilier grec dans ces sites, autant d’éléments qui conduisent forcement à envisager une intervention précoce d’Emporion sur les terres du proche arrière-pays. On ignore sous quelle forme, mais le rôle de la colonie dans la mise en exploitation des espaces agraires semble évident. Ce sont certainement des sites indigènes, bien qu’en étroit rapport avec les Grecs, comme le montre leur localisation à peu de distance de la colonie ainsi que le faciès du mobilier céramique. Cette situation n’est pas, en réalité, très différente de celle perçue dans l’arrière-pays de Massalia, qui connaît très tôt une expansion de la viticulture, comme en témoignent la fabrication d’amphores vinaires peu après le milieu du vie s. et les vestiges agraires fouillés56. Cette ouverture vers le territoire rural n’est pas incompatible avec la fonction commerciale de ces établissements, au contraire, ces activités sont complémentaires et l’essor de l’agriculture dans l’espace environnant a fourni des surplus destinés au commerce.

3. 2. L’évolution du peuplement et l’acculturation des sociétés indigènes

  • 57 Martín, Plana, 2012.
  • 58 Casas et al., 2005.
  • 59 Martín et al., 2010.

31La fin du ve s. et le début du ive s. marque un tournant dans l’évolution du territoire, qu’il s’agira d’ébaucher en utilisant également des éléments relevant de l’acculturation des populations indigènes (figure 6). Tout d’abord, l’oppidum d’Ullastret, au sud et à 15 km de distance de la colonie grecque, connaît une nouvelle phase de développement dans la seconde moitié du ve s., liée à la prospérité économique du site57. Le nombre de silos augmente, placés en particulier en position extra muros et bordant la voie qui mène à Emporion, de même que le volume de céramiques d’importation, notamment la céramique attique. Cette évolution répond donc à la fois à l’essor de l’agriculture et à l’intensification des échanges avec les Grecs. À la différence de l’arrière-pays d’Emporion, on ne connaît pas ici, à cette époque, des vestiges d’habitat rural dispersé, ce qui suggère que les paysans habitaient dans l’agglomération fortifiée. Le développement du site s’accompagne d’une meilleure organisation de la structure urbaine et si on connaît encore mal les habitations de cette période, les fouilles ont mis au jour une vaste maison dont l’une des pièces renfermait un lot important de céramiques attiques à figures noires et à figures rouges, ce qui a encouragé son interprétation comme une demeure aristocratique. Dans différents secteurs de l’oppidum, la découverte en réemploi de blocs décorés et d’éléments de colonnes atteste l’existence d’une architecturale monumentale au ve siècle. Les influences grecques sont évidentes, comme le montre, par exemple, une base de colonne de tradition classique découverte en remploi dans un bâtiment qui a été interprété comme un possible temple de la fin du ve s. (figure 7)58 On connaît aussi des imitations de céramiques grecques, ainsi que la fabrication locale de céramique à pâte claire peinte59.

Figure 6. Occupation rurale dans le proche arrière-pays d’Emporion, ive s. av. n. è.

Figure 6. Occupation rurale dans le proche arrière-pays d’Emporion, ive s. av. n. è.

(Fond de carte : Hervé Bohbot, UMR 5140)

Figure 7. Base de colonne de tradition classique découverte en réemploi dans l’oppidum d’Ullastret

Figure 7. Base de colonne de tradition classique découverte en réemploi dans l’oppidum d’Ullastret

(cliché : Museu d’Arqueologia de Catalunya-Ullastret)

32L’oppidum d’Ullastret s’est développé et renforcé progressivement, jusqu’à aboutir, dans la première moitié du ive siècle, à la constitution d’une grande ville indigène qui dépasse l’étendue de l’établissement grec. Les influences helléniques sont encore perceptibles au iiie s. av. n. è., comme en témoignent le plan et l’architecture des temples bâtis au sommet de la colline. Le développement de ce pôle de peuplement et sa capacité à structurer l’espace environnant signale son rôle majeur dans l’organisation du territoire indigène et son affirmation comme partenaire privilégié d’Emporion. Par conséquent, un centre de pouvoir indigène, fortement hellénisé en raison des contacts étroits avec les Grecs, s’est développé au sud de la colonie.

  • 60 Pons et al., 2010.

33L’évolution du peuplement indigène est différente à l’ouest d’Emporion (figure 6). D’une part, les sites à silos se multiplient tout au long des ive et iiie s., ce qui rend compte de l’exploitation intensive du territoire rural. D’autre part, le site de Pontós, à une vingtaine de kilomètres de distance, connaît une évolution particulière, car la fortification a été démontée vers 400. Cette action accompagne un changement dans la fonction de l’établissement, le stockage de céréales dans des silos devenant l’activité prioritaire du site60. Vers la fin du ive s. sont déjà attestées de vastes maisons à cour, dont le plan est proche des maisons à pastas, habitées par une élite indigène hellénisée. Le mobilier d’importation est présent dans des pourcentages très élevés et, parmi les objets découverts, il faut signaler un possible autel en marbre du Pentélique qui a la forme d’un chapiteau ionique et des fragments d’une corniche décorée d’une frise d’oves et de volutes en stuc (figure 8). Ce mobilier atteste les liens étroits que le site entretenait avec les Grecs du littoral.

Figure 8. Fragments de corniche décorée en stuc découverts dans le site de Pontós

Figure 8. Fragments de corniche décorée en stuc découverts dans le site de Pontós

(cliché : Museu d’Arqueologia de Catalunya-Girona)

  • 61 Martín, Puig, 2006.

34L’évolution du site de Pontós à partir de la fin du ve et du début du ive s., marquée par la destruction de la fortification et la transformation en centre spécialisé dans la conservation et la gestion des céréales, se rencontre uniquement plus tard, vers la fin du ive s., dans le site de Peralada, qui connaît également le démantèlement de la fortification et la multiplication des silos (figure 6). Il faut noter la proximité de Pontós par rapport à Emporion et celle de Peralada par rapport à Rhodè, le nouvel établissement grec qui sera créé vers la fin du ve ou le début du ive s. à peu de distance au nord d’Emporion61. La position de ces sites indigènes, au contact de vallées fluviales et dans le proche arrière-pays des établissements grecs, suggère bien que cette transformation est liée à l’action des colonies dans le territoire environnant.

35L’évolution du système de peuplement permet d’approcher les équilibres instaurés entre Grecs et sociétés locales et l’interdépendance des espaces concernés. S’il est difficile de proposer l’existence d’une chôra au sens classique du terme, c’est-à-dire un territoire qui appartient en pleine propriété aux Grecs, il est néanmoins possible d’envisager une situation intermédiaire, où la chôra correspondrait à une réalité gréco-indigène. Par ailleurs, ce profil caractérise également la ville d’Emporion, où la composante indigène est présente à toutes les époques. Ce caractère mixte, voire hybride, se rencontre dans nombre de territoires de la Méditerranée et de la mer Noire, ce qui montre que la « colonisation » a généré des modalités plurielles d’implantation et de contact avec les populations locales, aussi des expériences diverses de territorialisation des communautés grecques, qu’il convient d’analyser au-delà du prisme réducteur d’une vision figée du processus colonial.

Conclusions

  • 62 Domínguez Monedero 2002 ; Rouillard 2009.

36La présence phénicienne et grecque en péninsule Ibérique a été qualifiée de « diaspora de marge », en raison de l’existence d’implantations de petite taille tournées essentiellement vers le commerce et en étroit rapport avec les sociétés locales62. Cette modalité d’installation est considérée comme un prolongement d’un système initial fondé sur un réseau de relais côtiers où les marchands phéniciens et grecs auraient côtoyé les populations locales. Cette situation résume certainement les premiers contacts noués par les marchands méditerranéens avec les sociétés du littoral méditerranéen péninsulaire, dont l’exemple de l’emporion emporitain serait un cas emblématique. La pénétration rapide d’objets et d’influences dans l’arrière-pays indigène atteste aussi, un peu partout sur le littoral, l’ampleur des contacts, qui ont contribué à accélérer l’évolution sociale, économique et culturelle des populations locales.

  • 63 Voir l’article de M. Bats dans ce même volume.

37Peu après le milieu du vie s., vers 540-530, la redéfinition des espaces commerciaux en Méditerranée Occidentale a favorisé l’affermissement des Phocéens dans la zone nord-occidentale, action qui asseoit la position hiérarchique de Massalia dans le réseau grec63. Dans ce contexte se place la création de la Néapolis emporitaine, qui représente, on l’a vu, une nouvelle étape dans l’implantation des Grecs, d’autant plus que, dès cette époque, l’arrière-pays indigène présente des signes d’une mise en valeur accrue des espaces agraires, dans l’objectif vraisemblablement de développer une production excédentaire de céréales destinée au commerce. L’essor des échanges est largement attesté par le volume des importations et le profil du mobilier souligne bien le lien entre Emporion et Massalia. Cette évolution aboutit, dans la première moitié du ve s., à un changement majeur, en raison de l’éloignement d’Emporion de l’orbite massaliète et de l’ouverture vers les réseaux ibériques et puniques péninsulaires. C’est le moment de l’affirmation de la colonie et de la constitution d’une cité qui, malgré sa taille réduite, a joué un rôle économique de première importance dans le commerce maritime et dans l’essor de la céréaliculture dans l’arrière-pays.

  • 64 Rouillard, 2009.

38C’est notamment à partir du ve s. que le commerce grec est très présent dans le levant et le sud-est péninsulaire, une région où les contacts ont été d’une grande intensité. On constate, en effet, le renouvellement des techniques artisanales et artistiques, mais aussi la pénétration d’influences culturelles et cultuelles en milieu indigène. Ce processus est difficilement compréhensible sans envisager une mobilité secondaire qui concerne des petits groupes de Grecs ayant pu séjourner temporairement dans les comptoirs littoraux ou même dans les établissements de l’arrière-pays indigène, ainsi des marchands ou des artisans itinérants64.

  • 65 Les études recensées dans l’ouvrage Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire attestent bie (...)

39À Emporion, la composante locale a toujours été présente à côté des Grecs, et ce depuis l’installation des premiers marchands grecs à Sant Martí d’Empúries. Les nécropoles emporitaines attestent bien cette cohabitation, dont rendent compte également les textes de Strabon et de Tite-Live ainsi que les lettres commerciales sur plomb citées précédemment. Cette présence de population indigène contribue à brouiller le dossier emporitain, car il s’éloigne de la description canonique donnée de la « colonie grecque ». Pourtant, des exemples de plus en plus nombreux montrent qu’il existe une grande diversité d’expériences coloniales grecques, qui peinent à rentrer dans un modèle unique, établi traditionnellement à partir de certaines colonies du sud de l’Italie et de Sicile65. Cette variété serait la conséquence à la fois de la diversité des Grecs eux-mêmes, mais aussi des particularités du milieu d’accueil et de l’évolution des rapports entre Grecs et indigènes.

40Les sociétés ibériques du littoral ont été des partenaires actifs dans le commerce méditerranéen, elles ont été également extrêmement réceptives aux apports culturels, technologiques et artistiques. L’ampleur des contacts culturels, aussi bien dans le nord-est que dans le levant et le sud-est, est à souligner, car on assiste à l’émergence de « cultures de contact » d’une grande originalité.

Haut de page

Bibliographie

Abad, L. et Soler, J. A. (éd.), 2007, Arte ibérico en la España mediterránea, Alicante.

Antonelli, L., 1998, Il periplo nascosto. Lettura stratigrafica e commento storico-archeologico dell’Ora Maritima di Avieno, Padoue.

Aquilué, X., Santos, M., Buxó, R. et Tremoleda, J., 1999, Intervencions arqueològiques a Sant Martí d’Empúries (1994-1996). De l’assentament colonial a l’Empúries actual, « Monografies Emporitanes » 9, Barcelone.

Aquilué, X., Castanyer, P., Santos, M. et Tremoleda, J., 2000, Les céramiques grègues arcaiques de la Palaiapolis d’Empúries, dans P. Cabrera et M. Santos (dir.), Ceràmiques jònies d’época arcaica. Centres de producció i comercialització al Mediterrani Occidental, « Monografies Emporitanes » 11, Barcelone, p. 285-346.

Aquilué, X., Castanyer, P., Santos, M. et Tremoleda, J., 2002, Nuevos datos acerca del hábitat arcaico de la Palaia Polis d’Emporion, Pallas, 58, Toulouse, p. 301-327.

Aquilué, X., Castanyer, P., Santos, M. et Tremoleda, J., 2008, Noves evidències del comerç fenici amb les comunitats indigènes de l’entorn d’Empúries, dans D. Garcia, I. Moreno et F. Gràcia (éd.), Contactes. Indígenes i fenicis a la Mediterrània Occidental entre els segles VIII i VI a. n. e., Simposi d’Arqueologia d’Alcanar, 2006, Barcelone, p. 171-190.

Aquilué, X., Castanyer, P., Santos, M. et Tremoleda, J., 2010, Grecs et indigènes aux origines de l’enclave phocéenne d’Emporion, dans H. Tréziny (éd.), Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire, « Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine » 3, Aix-en-Provence / Paris, p. 65-78.

Aranegui, C., Mohen, J.-P. et Rouillard, P. (dir.), 1997, Les Ibères, Catalogue de l’exposition du Grand Palais, Barcelone.

Asensio, D., 2001-2002, Àmfores importades, comerç i economía entre els pobles ibèrics de la costa catalana (segles VI-II aC) : un exercici de quantificació aplicada, Revista d’Arqueologia de Ponent, 11-12, p. 67-86.

Asensio, D., Francès, J. et Pons, E., 2002, Les implicacions econòmiques i comercials de la concentració de reserves de cereals a la Catalunya costanera en època ibèrica, Cypsela, 14, p. 125-140.

Asensio, D. et Sanmartí, J., 1998, Consideracions metodològiques en relació a l’estudi de les activitats comercials en època protohistòrica, dans Comerç i vies de comunicació (1000 aC-700 dC), XI Col. loqui internacional d’Arqueologia de Puigcerdà, Puigcerdà, p. 17-32.

Aubet, M. E., 1994, Tiro y las colonias fenicias de Occidente, Barcelone.

Bats, M., 2008, Massalia et les formes d’organisation inter-poleis et supra-poleis en extrême-Occident, dans M. Lombardo (éd.), Forme sovrapoleiche e interpoleiche di organizzazione nel mondo greco antico, Lecce, p. 492-504.

Boissinot, Ph., 2010, Des vignobles de Saint-Jean du Désert aux cadastres antiques de Marseille, dans H. Tréziny (éd.), Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire, « Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine » 3, Aix-en-Provence / Paris, p. 147-154.

Buxó, R., 2001, L’origen i l’expansió de l’agricultura a l’Empordà, del Neolític a la Romanització, Gérone.

Cabrera, P., 2003, Cerámicas griegas y comercio fenicio en el Mediterráneo occidental, dans J. H. Fernandez et B. Costa (éd.), Contactos en el extremo de la oikouméne : los Griegos en Occidente y sus relaciones con los Fenicios, « Treballs del Museu Arqueològic d’Eivissa i Formentera » 51, Ibiza, p. 61-86.

Casas, J., 2010, Prensas para la elaboración de aceite en el establecimiento rural ibérico de Saus (Gerona). Notas sobre la explotación del campo en el territorio de Emporion, Archivo Español de Arqueología 83, p. 67-84.

Casas, J., Nolla, J. M. et Soler, V., 2010, Les sitges ibériques del Camp de l’Ylla (Viladamat, Alt Empordà), Cypsela, 18, p. 223-242.

Casas, J. et Soler, V., 2004, Intervenciones arqueológicas en Mas Gusó (Gerona). Del asentamiento precolonial a la villa romana, « BAR International Series » 1215, Oxford.

Casas, S., Codina, F., Margall, J., Martín, A., Prado, G. de et Patiño, C., 2005, Els temples de l’oppidum d’Ullastret. Aportacions al seu coneixement, Món ibèric als Països Catalans, XIII col. loqui internacional d’Arqueologia de Puigcerdà, Puigcerdà, vol. II, p. 989-1001.

Colominas, L., Pons, E. et Saña, M., 2011, Implicacions socioeconòmiques de l’activitat ramadera al nord-est de Catalunya en època ibèrica, dans S. Valenzuela, N. Padrós, M C. Belarte et J. Sanmartí (éd.), Economia agropecuària i canvi social a partir de les restes bioarqueològiques. El primer mil. lenni aC a la Mediterrània occidental, « Arqueo Mediterrània » 12, Calafell, p. 61-70.

Domínguez Monedero, A. J., 2002, Greeks in Iberia. Colonialism without Colonization, dans C. L. Lyons et J. K. Papadopoulos (éd.), The Archaeology of Colonialism, Fourth World Archaeological Congress 1999, Los Angeles, p. 65-95.

Dupré, X., 2005, Terracotas arquitectónicas prerromanas en Emporion, Empúries, 54, Barcelone, p. 103-123.

Gonzalo, C., López, A., Pons, E. et Vargas, A., 1999, Producción y almacenamiento de cereal en la zona emporitana : Mas Castellar de Pontós (Girona), dans R. Buxó et E. Pons (éd.), Els productes alimentaris d’origen vegetal a l’edat del Ferro de l’Europa Occidental : de la producció al consum, « Sèrie monogràfica de Girona » 18, GGérone, p. 311-323.

Hoz, J. de, 1995, Ensayo sobre la epigrafía griega de la Península Ibérica, Veleia, 12, Vitoria, p. 151-179.

Hoz, J. de, 2010, L’écriture gréco-ibérique et l’influence hellène sur les usages de l’écriture en Hispanie et dans le sud de la France, dans H. Tréziny (éd.), Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire, « Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine » 3, Aix-en-Provence / Paris, p. 637-657.

Lejeune, M., Pouilloux, J. et Solier, Y., 1988, Étrusque et ionien archaïques sur un plomb de Pech-Maho (Aude), Revue Archéologique de Narbonnaise, 21, Montpellier, p. 19-59.

Lepore, E., 1970, Strutture della colonizzazione focea in Occidente, Parola del Passato, XXV, p. 19-54.

Lombardo, M., 2002, Émporoi, Emporion, Emporitai : forme e dinamiche della presenza greca nella Penisola Iberica, Hispania, terris omnibus felicior. Premese ed esiti di un processo di integrazione, Atti del convegno internazionale, Fondazione Canussio, Pise, p. 73-86.

López, D., Valenzuela, S. et Sanmartí, J., 2011, Economia i canvi socio-cultural a Catalunya durant l’edat del Ferro, dans S. Valenzuela, N. Padrós, M.C. Belarte et J. Sanmarti (éd.), Economia agropecuària i canvi social a partir de les restes bioarqueològiques. El primer mil. lenni aC a la Mediterrània occidental, « Arqueo Mediterrània » 12, Calafell, p. 71-92.

Martín, A., Codina, F., Plana, R. et de Prado, G., 2010, Le site ibérique d’Ullastret (Baix Empordà, Catalogne) et son rapport avec le monde colonial méditerrannéen, dans H. Tréziny (éd.), Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire, « Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine » 3, Aix-en-Provence / Paris, p. 89-104.

Martín, A. et Plana, R., 2012, Émergence et premier développement du pôle de peuplement ibérique d’Ullastret dans l’extrême nord-est de la Péninsule Ibérique : l’habitat aggloméré et son emprise précoce sur l’espace périphérique, dans V. Ropiot, C. Puig et F. Mazière (dir.), Les plaines littorales en Méditerranée nord-occidentale. Regards croisés d’histoire, d’archéologie et de géographie de la Protohistoire au Moyen Âge, « Archéologie du paysage » 1, Montagnac, p 63-75.

Martín, A. et Puig, A. M., 2006, La colònia grega de Rhode (Roses, Alt Empordà), « Sèrie monogràfica de Girona » 23, Gérone.

Morel, J.-P., 1997, Problématiques de la colonisation grecque en Méditerranée Occidentale : l’exemple des réseaux, dans C. Antonetti (éd.), Il dinamismo della colonizzazione greca, Naples, p. 59-70.

Moret, P., 2000-2001, Emporion et les mutations de l’architecture ibérique au premier âge du Fer, Zephyrus, 53-54, Salamanque, p. 379-391.

Moret, P., 2002, Maisons phéniciennes, grecques et indigènes : dynamiques croisées en Méditerranée Occidentale (de l’Hérault au Segura), dans J.-M. Luce (éd.), Habitat et urbanisme dans le monde grec de la fin des palais mycéniens à la prise de Milet, Pallas 58, Toulouse, p. 329-356.

Plana-Mallart, R., 1994, La chôra d’Emporion. Paysages et structures agraires dans le Nord-Est catalan à la période préromaine, « Annales Littéraires de l’Université de Besançon » 544, Paris.

Plana-Mallart, R., 2001, D’emporion à Emporion : la colonie et son territoire, dans Problemi della « chora » coloniale dall’Occidente al mar Nero, Atti del XL convegno di studi Sulla Magna Grecia, Taranto, p. 545-566.

Plana-Mallart, R., 2004, Grecs et peuples indigènes dans l’extrême nord-est de la Péninsule Ibérique : communautés agraires et économie rurale, dans C. Chandezon et C. Hamdoune (éd.), Les Hommes et la Terre dans la Méditerranée gréco-romaine, Pallas, 64, Toulouse, p. 243-265.

Pons Brun, E., 1984, L’Empordà de l’edat del Bronze a l’edat del Ferro, « Sèrie monogràfica de Girona » 4, Gérone.

Pons, E., Asensio, D., Fuertes, M. et Bouso, M., 2010, El yacimiento del Mas Castellar de Pontós (Alt Empordà, Girona) : un núcleo indígena en la órbita de la colonia focea de Emporion, dans H. Tréziny (éd.), Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire, « Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine » 3, Aix-en-Provence / Paris, p. 105-118.

Rouillard, P., 1991, Les Grecs et la Péninsule Ibérique du viiie au ive siècle avant J.-C., Paris.

Rouillard, P., 2009, The Greeks and the Iberian Peninsula : Forms of Exchanges and Settlements, dans M. Dietler et C. López-Ruiz (éd.), Colonial Encounters in Ancient Iberia : Phoenicians, Greeks and Indigenous Relations, Chicago, p. 131-151.

Sanmartí, J., 2010, Demografía y cambio socio-cultural : el caso de Iberia septentrional, F. Burillo (éd.), Arqueología de la población, «  Arqueología Espacial » 28, Teruel, p. 91-108.

Sanmartí, J., Asensio, D., Belarte, M. C. et Noguera, J., 2009, Comerç colonial, comensalitat i canvi social a la protohistòria de Catalunya, dans J. Diloli et S. Sardà (éd.), Ideologia, pràctiques rituals i banquet al nord-est de la península Ibèrica durant la Protohistòria, Citerior, 5, p. 219-238.

Sanmartí, J., Asensio, D. et Martin, A., 2002, Les relacions comercials amb el món mediterràni dels pobles indigènes de la Catalunya sudpirinenca durant el període tardoarcaic (ca. 575-450 aC), Cypsela, 14, p. 69-106.

Sanmartí Grego, E., 1992, Massalia et Emporion : une origine commune, deux destins différents, Marseille grecque et la Gaule, « Études Massaliètes » 3, Aix-en-Provence, p. 27-41.

Sanmartí Grego, E., Castanyer, P. et Tremoleda, J., 1992, Nuevos datos sobre la historia y la topografia de las murallas de Emporion, Madrider Mitteilungen, 33, p. 102-112.

Sanmartí Grego, E., Castanyer, P., Tremoleda, J. et Barbera, J., 1986, Las estructuras griegas de los siglos V y IV a. de JC halladas en el sector sur de la Neápolis de Ampurias (Campaña de excavaciones del año 1986), Cuadernos de Prehistoria y Arqueologia Castellonenses, 12, Castellón, p. 141-184.

Sanmartí Grego, E. et Marcet, R., 1989, Empúries, Barcelone.

Sanmartí Grego, E. et Santiago, R. A., 1988, La lettre grecque d’Emporion et son contexte archéologique, Revue Archéologique de Narbonnaise, 21, Montpellier, p. 3-17.

Santiago, R. A. et Gardenes, M., 2002, Interacción de poblaciones en la Antigua Grecia : algunos ejemplos de especial interés para el Derecho internacional privado, Faventia, 24/1, p. 7-36.

Santos, M. et Sourisseau, J.-C., 2011, Cultes et pratiques rituelles dans les communautés grecques de Gaule méditerranéenne et de Catalogne, dans R. Roure et L. Pernet (dir.), Des rites et des Hommes, « Collection Archéologie de Montpellier Agglomération » 2, Paris, p. 223-255.

Tréziny, H., (éd.), Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire, « Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine » 3, Aix-en-Provence / Paris.

Verger, S., 2008, Quelques synchronismes dans les relations entre l’Europe hallstattienne et les cultures de la Méditerranée Occidentale, dans A. Lehöerff (dir.), Construire le temps. Histoire et méthodes des chronologies et calendriers des derniers millénaires av. n. è. en Europe Occidentale, Bibracte, 16, p. 251-274.

Haut de page

Notes

1 Présentation générale de ces sites dans : Sanmartí Grego, Marcet, 1989 ; Martín, Puig, 2006.

2 On peut citer notamment : Pseudo-Scylax, 2-3 ; Pseudo-Scymnos, vv. 203 ss. ; Strabon, III, 4, 8 ; Tite-Live, XXXIV, 9.

3 Respectivement : Pseudo-Scymnos (vv. 201-206) et Strabon (III, 4, 8).

4 Respectivement : Pseudo-Scymnos (vv. 425-431) et Strabon (III, 4, 2).

5 Strabon, III, 4, 6 ; 4, 10.

6 Voir Rouillard, 1991.

7 Une synthèse récente de l’art ibérique dans : Abad, Soler, 2007.

8 État de la question dans de Hoz 2010.

9 Voir à ce sujet l’ouvrage de synthèse sur la colonisation phénicienne dans l’extrême Occident de Aubet, 1994.

10 Hérodote, IV, 152 ; I, 163.

11 Rouillard, 1991, p. 87-90 ; Cabrera, 2003.

12 Étude réalisée par l’équipe dirigée par Joan Sanmartí (Université de Barcelone) : Asensio, Sanmartí, 1998 ; Asensio, 2001-2002 ; Sanmartí et al., 2009 ; Sanmartí, 2010.

13 Sanmartí, 2010, p. 94-96.

14 Sanmartí et al., 2002, p. 74.

15 Pour un aperçu général de la culture dite ibérique, voir le catalogue de l’exposition Les Ibères du Grand Palais (Paris, 1997), sous la direction de C Aranegui, J.-P. Mohen et P. Rouillard.

16 Aquilué et al., 1999.

17 Aquilué et al., 2002, p. 307-309 ; 2010, p. 67.

18 Pons, 1984, p. 37, 90-92.

19 Aquilué et al., 2008.

20 Casas, Soler, 2004 ; Martín, Plana, 2012.

21 Aquilué et al., 2008.

22 Aquilué et al., 2000, p. 293-294.

23 Aquilué et al., 1999, 2000, 2002, 2010.

24 Moret, 2000-2001, 2002.

25 Martín et al., 2010.

26 Aquilué et al., 1999, p. 23-28 ; Santos, Sourisseau, 2011, p. 241-242.

27 III, 4, 8 ; IV, 1, 4-5.

28 Lepore, 1970.

29 Antonelli, 1998, p. 186.

30 Verger, 2008.

31 Sanmartí Grego, 1992.

32 Morel, 1997 ; Bats, 2008.

33 De Hoz, 2010.

34 Aquilué et al., 2002, p. 316-322 ; 2010, p. 74.

35 Sanmartí Grego 1992 ; Sanmartí Grego et al., 1986, 1992.

36 III, 4, 8.

37 Santiago, Gardenes, 2002, p. 12.

38 Dupré 2005 ; Santos, Sourisseau, 2011.

39 Santos, Sourisseau, 2011, p. 247-248.

40 Sanmartí Grego, Santiago, 1988.

41 Plana, 2001.

42 De Hoz, 1995.

43 Un bilan de la question dans Lombardo, 2002.

44 Sanmartí Grego, 1992.

45 Sanmartí Grego, Santiago 1988 ; Lejeune et al., 1988.

46 Plana, 1994, 2001, 2004.

47 Sanmartí et al. 2002, p. 78.

48 Martín 1998 ; Martin et al., 2010.

49 Martín, Plana, 2012.

50 Casas, Soler, 2004 ; Casas et al., 2010 ; Casas, 2010.

51 Gonzalo et al., 1999.

52 Buxó, 2001, p. 72-76.

53 López et al., 2011, p. 73-77.

54 Colominas et al., 2011, p. 63-64.

55 Asensio et al., 2002 ; Plana, 2004.

56 Boissinot, 2010.

57 Martín, Plana, 2012.

58 Casas et al., 2005.

59 Martín et al., 2010.

60 Pons et al., 2010.

61 Martín, Puig, 2006.

62 Domínguez Monedero 2002 ; Rouillard 2009.

63 Voir l’article de M. Bats dans ce même volume.

64 Rouillard, 2009.

65 Les études recensées dans l’ouvrage Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire attestent bien cette diversité de situations (Tréziny éd., 2010).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Colonies phéniciennes et grecques de la péninsule Ibérique
Crédits (Fond de carte : Hervé Bohbot, UMR 5140)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 2. Sites indigènes de la fin du viie et du début du vie s. av. n. è. dans le secteur d’Empúries et dans le proche arrière-pays
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 3. Vue aérienne du site d’Empúries
Crédits (cliché : François Didierjean)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 4. Néapolis d’Emporion
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 5. Occupation rurale dans le proche arrière-pays d’Emporion, vie et ve s. av. n. è.
Crédits (Fond de carte : Hervé Bohbot, UMR 5140)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/802/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 6. Occupation rurale dans le proche arrière-pays d’Emporion, ive s. av. n. è.
Crédits (Fond de carte : Hervé Bohbot, UMR 5140)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/802/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 7. Base de colonne de tradition classique découverte en réemploi dans l’oppidum d’Ullastret
Crédits (cliché : Museu d’Arqueologia de Catalunya-Ullastret)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/802/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 8. Fragments de corniche décorée en stuc découverts dans le site de Pontós
Crédits (cliché : Museu d’Arqueologia de Catalunya-Girona)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/802/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rosa Plana-Mallart, « La présence grecque et ses effets dans le Nord-Est de la péninsule Ibérique (viie – début du ive siècle av. n. è.) », Pallas, 89 | 2012, 157-178.

Référence électronique

Rosa Plana-Mallart, « La présence grecque et ses effets dans le Nord-Est de la péninsule Ibérique (viie – début du ive siècle av. n. è.) », Pallas [En ligne], 89 | 2012, mis en ligne le 10 mars 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://pallas.revues.org/802 ; DOI : 10.4000/pallas.802

Haut de page

Auteur

Rosa Plana-Mallart

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org