Navigation – Plan du site
III. Culture lettrée, éducation et circulation des savoirs et techniques en Grèce et à Rome

Les recueils de Questions
et la tradition « antiquaire » dans le corpus de Plutarque.

Essai de synthèse*
“The collections of Questions and the ‘antiquarian’tradition in Plutarch’s corpus. An essay in synthesis”
Pascal Payen
p. 217-233

Résumés

Récemment, les recherches consacrées à Plutarque ont eu tendance à postuler l’unité du corpus pris dans son entier, par delà la césure entre les Vies et les Œuvres morales qui ne doit rien à leur auteur. Les Vies ont été analysées beaucoup moins comme des biographies isolées que comme le témoin, à travers toute l’histoire de la Grèce et de Rome, d’un nouvel hellénisme, incarnant l’unité présente d’une culture reposant sur deux héritages, grec et romain. On s’est ensuite interrogé sur la signification du savoir et de l’érudition de Plutarque à partir d’une étude de la construction des recueils de Questions, en particulier des Questions romaines et des Questions grecques, ainsi que des probables Questions barbares. Ce sont non seulement les habitudes de travail de Plutarque qui ont été mises au jour et expliquées, mais plus encore le sens qu’il faut leur donner : que signifie l’accumulation d’un savoir de nature “antiquaire” ; quelle valeur donner à cette pratique de l’érudition en parallèle ? Enfin, l’étude de la réception de Plutarque, depuis l’Antiquité, a connu un grand développement, aussi bien pour les Vies qu’au sujet des Moralia. Sur ce point encore, l’analyse n’a pas été circonscrite à telle étude de cas prise pour elle-même ; elle a porté aussi, et plus qu’auparavant, sur les corpus dans leur ensemble, leur sens en fonction des périodes et des contextes, et sur la genèse et la lente formation des Œuvres morales.
L’immense savoir de Plutarque et sa curiosité passionnée pour toutes les choses du passé font-ils de lui un amateur d’« antiquités », un « antiquaires » à la manière de Varron et de Pausanias, ou des savants de la Renaissance qui redécouvrent cet héritage, tels Biondo, Scaliger ou Juste Lipse ?

Haut de page

Notes de l’auteur

Une première version de cette synthèse, plus resserrée et sans le détail de l’appareil critique, doit paraître en anglais dans A Companion to Plutarch (Cambridge, Blackwell, 2013). C’est Jean-Marie Pailler qui a attiré le premier mon attention, il y a quinze ans, sur l’intérêt et la nécessité qu’il y aurait à traduire et à faire mieux connaître l’étrange littérature des Questions romaines et des Questions grecques. De là sont issus notamment deux livres à plusieurs mains et bien des séances de travail en commun… Ô tempora !

Texte intégral

  • 1 Les Vies parallèles doivent ce titre et leur unité à Plutarque : cf. Thésée, I, 2 ; Cimon, II, 2 ; (...)
  • 2 Swain, 1996, p. 65-68, 137-145 ; Sirinelli, 2000, p. 273-280 ; Preston, 2001, p. 107-113.
  • 3 Payen 1998 ; Nouilhan, Pailler, Payen 1999.
  • 4 Schmidt, 2008.
  • 5 Van der Stockt, 1999 ; Dorandi, 2000, p. 27-28, et d’autres références dans Schmidt, 2008, p. 171, (...)
  • 6 Nouilhan, Pailler, Payen, 1999 ; Preston, 2001.
  • 7 L’étude de la réception des Œuvres morales, depuis l’Antiquité jusqu’au xixe siècle est l’objet de (...)

1Les recherches des vingt dernières années consacrées à Plutarque ont eu tendance à postuler et à démontrer l’unité du corpus pris dans son entier, par delà la césure entre les Vies et les Œuvres morales qui, on le sait, ne doit rien à leur auteur1. Ces travaux ont conduit à un renouvellement dans trois directions. Les Vies ont été analysées beaucoup moins comme des biographies isolées que comme le témoin, à travers toute l’histoire de la Grèce et de Rome, d’un nouvel hellénisme, incarnant l’unité présente d’une culture reposant sur deux héritages, grec et romain2. Ensuite, on s’est interrogé sur la signification du savoir et de l’érudition de Plutarque à partir d’une étude de la construction des recueils de Questions, en particulier des Questions romaines et des Questions grecques3, ainsi que des probables Questions barbares4. Ce sont non seulement les habitudes de travail de Plutarque qui ont été mises au jour et expliquées, avec l’existence de recueils d’extraits ou de notes thématiques portant sur des mots-clés (ὑπομνήματα)5, mais plus encore le sens qu’il faut leur donner : que signifie l’accumulation d’un savoir de nature « antiquaire » ; quelle valeur donner à cette pratique de l’érudition en parallèle6 ? Enfin, l’étude de la réception de Plutarque, depuis l’Antiquité, a connu un grand développement, aussi bien pour les Vies qu’au sujet des Moralia. Sur ce point encore, l’analyse n’a pas été circonscrite à telle étude de cas prise pour elle-même ; elle a porté aussi, et plus qu’auparavant, sur les corpus dans leur ensemble, leur sens en fonction des périodes et des contextes, et sur la genèse et la lente formation des Œuvres morales7.

  • 8 Momigliano, 1983.
  • 9 Di Donato, 2007 ; Herklotz, 2007.

2L’immense savoir de Plutarque et sa curiosité passionnée pour toutes les choses du passé font-ils de lui un amateur d’« antiquités », un « antiquaire » à la manière de Varron et de Pausanias, ou des savants de la Renaissance qui redécouvrent cet héritage, tels Biondo, Scaliger ou Juste Lipse ? Dans les études qu’Arnaldo Momigliano a consacrées à la tradition antiquaire8, Plutarque est étrangement absent. Est-ce parce que l’ensemble des Vies et de nombreux traités des Œuvres morales ne peuvent être considérés comme des travaux d’antiquaire ? Il semble plutôt qu’il faille considérer que la recherche antiquaire fait partie des manières de pensée et des modes d’écriture qui parcourent, de façon originale, toute l’œuvre de Plutarque. Par conséquent, pour analyser quelle est l’originalité de Plutarque antiquaire, il est nécessaire de prendre en compte non seulement les recueils de Questions, mais aussi tous ses écrits, ainsi que la façon dont les Modernes ont construit cette notion9 en s’appropriant l’héritage des Anciens.

1. Qu’est-ce qu’un antiquaire ?

3Tentons de suivre cette tradition, des Anciens aux Modernes. Le mot antiquarius est employé dès le xvie siècle pour désigner celui qui réunit, étudie et publie tous les témoignages qui concernent les origines, les usages, les rites du monde ancien.

  • 10 Momigliano, 1983, p. 252, 286-287.
  • 11 Waquet et Bots, 1997.
  • 12 Kriegel, 1988, p. 221-264.

4Flavio Biondo (1392-1463) est l’un des premiers, après Pétrarque, à illustrer cette activité intellectuelle qui se développe largement aux xve et xvie siècles. Amateur d’architecture, de topographie, d’archéologie, d’épigraphie, il rassemble les antiquitates de Rome, en compilateur méticuleux et ordonné10. L’activité de ses successeurs se confond avec le grand courant européen de l’humanisme érudit, illustré en particulier par les travaux de Josèphe-Juste Scaliger (1540-1609) sur les chronologies anciennes, de Juste Lipse (1547-1606) sur la numismatique, d’Isaac Casaubon (1559-1614), éditeur et commentateur de Strabon et de Polybe. Mais leur but n’est pas de proposer une nouvelle narration historique des temps anciens, puisque les Anciens eux-mêmes ont atteint la perfection en ce domaine ; il suffit de lire et de relire Tite-Live, Tacite, Suétone, l’Histoire Auguste. L’immense correspondance de Claude Peiresc (1580-1637) et le récit du voyage de Jacob Spon (1647-1685) en Italie, en Dalmatie, en Grèce, à Constantinople, au Levant, qu’il publie, à Lyon, en 1678, témoignent de l’état et de la faveur de l’érudition en leur temps, au sein d’une sociabilité savante ouverte, qu’unifie la « République des lettres », d’Amsterdam à Venise, de Zurich à Londres, de Paris et Lyon à Genève, depuis le temps d’Érasme jusqu’au siècle de Voltaire11. À partir du milieu du xviie siècle, les antiquaires semblent traverser les temps avec le même esprit de collectionneurs, toujours préoccupés du passé, mais comme indifférents à l’histoire, tout en apportant des contributions essentielles à la méthode historique elle-même, notamment à la critique des sources : chartes, textes littéraires, inscriptions, monnaies. Les recherches de Jean Mabillon (1632-1707) définissent des critères sûrs pour fixer l’authenticité d’un document (De Re diplomatica, 1681). Bernard de Montfaucon (1655-1741) applique ces résultats à l’écriture grecque (Paleographia graeca, 1708) et réunit pour la première fois une somme de toute l’Antiquité grecque et romaine dans les quinze volumes in-folio de son Antiquité expliquée et représentée en figures (1719-1724)12.

5Toutefois, les recherches érudites des antiquaires entretiennent, entre le xve et le xviiie siècle, des relations de plus en plus conflictuelles avec l’histoire et la philosophie, selon des modalités que nous retrouverons avec Plutarque.

  • 13 Grell, 1993, p. 20, 29-38 ; 1995, p. 123-125.
  • 14 Histoire du siècle d’Alexandre, 1769, cité par Grell, 1993, p. 19.

6Il est reproché aux érudits, d’une part, d’adopter un plan systématique, par matières, indifférent à la chronologie et aux changements dans le temps, et, d’autre part, de rassembler toutes les données se rapportant à un sujet, quelle que soit leur importance, qu’elles contribuent ou non à résoudre un problème. D’Alembert, dans le « Discours préliminaire » de l’Encyclopédie (1751), condamne l’érudition et les disciplines qui s’y rattachent - droit, philologie, antiquariat - car elles relèvent, selon lui, seulement de la mémoire, non de la raison et des progrès que celle-ci permet13. Linguet (1736-1794), polygraphe exilé à Londres à partir de 1777, résume l’opinion générale en écrivant qu’« Après les théologiens, il n’y a point d’écrivains plus féconds que les compilateurs et les antiquaires […] L’Antiquité devient pour eux un champ fertile où ils vont moissonner laborieusement quelques vérités et beaucoup de mensonges14 ». Le débat entre antiquaires et philosophes apparaît surtout au siècle des Lumières. D’un côté les philosophes, à l’image de Voltaire, de Condorcet, font valoir l’usage de la raison, appuyé sur le constat de l’expérience, dans le but d’améliorer la condition humaine. Mais, de l’autre, ils n’hésitent pas à recourir, souvent sans l’avouer, aux travaux des érudits.

7Doit-on néanmoins ranger Plutarque comme un représentant majeur de la tradition « philologico-antiquaire » ? Certains des genres discursifs auxquels recourt Plutarque - apophthegmata, problèmata, aitia, sumposiaka -, le choix de ses sources et son rapprochement avec une longue tradition d’un amour pour le savoir érudit, qui traverse toute la littérature grecque et latine, créent une indéniable analogie avec les pratiques du savoir antiquaire. Il est nécessaire d’en rappeler les principales étapes, pour mieux apprécier ensuite l’originalité de Plutarque en tant qu’antiquaire.

  • 15 Hécatée, FGrHist 1 F 37-357.
  • 16 Platon, Hippias Majeur, 285d.
  • 17 Cf. l’édition de G. Vanotti : Aristotele, Racconti meravigliosi, introduction, texte grec, traducti (...)
  • 18 Thucydide, I, 97, 2.
  • 19 Les Anciens ont développé des formes d’érudition portant sur les traditions historiques locales ou (...)
  • 20 Cf. V. Rose, Aristotelis qui ferebantur librorum Fragmenta, Leipzig, 1886.
  • 21 Moatti, 1997, p. 97-155.
  • 22 Tacite, Dialogue des orateurs, 37, 2.

8Les listes de peuples et de coutumes sont déjà présentes chez les premiers enquêteurs et géographes ioniens du vie siècle avant J.-C., ainsi que l’attestent les fragments de la Périègèse d’Hécatée15, selon un procédé que reprend Hérodote dans les années 445-425, lorsqu’il compose l’essentiel de son œuvre, dans la colonie panhellénique de Thourioi, au sud de l’Italie. À la fin du ve siècle, le sophiste Hippias répond à Socrate que son enseignement porte sur les généalogies héroïques et divines, les récits de fondation de cités et « d’une manière générale sur tout ce qui se rapporte à l’Antiquité (πασῆς τῆς ἀρχαιολογίας) »16. Le recueil attribué à Aristote De Mirabilibus auscultationibus (Περὶ θαυμασίων ἀκουσμάτων) réunit 178 faits et légendes étranges ou merveilleux, témoignant du même type d’érudition encyclopédique17. L’Histoire de l’Attique que Thucydide attribue à Hellanikos18 montre que, très tôt, les historiens et érudits locaux ont écrit des recueils portant sur les institutions, la langue, les légendes et les usages des cités19, sans se préoccuper d’une logique chronologique ou d’une idée directrice, comme en contient l’œuvre d’historiens tels que Thucydide ou Polybe. Leur production est très abondante à l’époque hellénistique, et c’est souvent auprès de ces historiens « antiquaires » que les disciples d’Aristote ont recueilli la matière des 158 politeiai qui ont servi d’assise à la rédaction de la Politique20. Les uns et les autres constituent les principales sources de Plutarque pour les Vies de cette période et pour les Questions grecques. À Rome, à partir du iie siècle avant J.-C., apparaissent de nombreux experts en « choses anciennes21 », dont la figure principale, bien connue de Plutarque et principale source des Questions romaines, est Varron (116-27 avant J.-C.). Plutarque le qualifie de « savant » (φιλόσοφος) et le considère comme « le plus érudit (βυβλιακώτατον) des historiens romains » (Romulus, 12, 3). Entre 56 et 46 avant J.-C., il publie quarante-trois livres d’Antiquités divines et humaines ; ce titre est peut-être à l’origine du nom nouveau donné à cette science de la collecte et de l’étude des documents écrits et des sources matérielles. En effet, Caton l’Ancien, Valérius Messala, Verrius Flaccus, compilateurs des traditions civiques, des pratiques religieuses, grammairiens et juristes, sont considérés, au temps de Plutarque et de son contemporain Tacite, comme des « antiquaires ». Dans le Dialogue des orateurs22, Messalla parle d’« anciens écrits restés jusqu’ici dans les bibliothèques des antiquarii », essentiellement des discours politiques et des lettres réunis en de copieuses anthologies dont il donne un exemple. La Périègèse de Pausanias (ca 140-175) et le Banquet des sophistes d’Athénée (ca 195-235) obéissent à des conventions différentes en ce que les deux auteurs mettent en scène une seule catégorie de documents : les monuments pour le premier, la littérature, dramatique et historique avant tout, pour le second.

2. L’érudition antiquaire de Plutarque

  • 23 Swain, 1996, p. 65-100, 109-113.
  • 24 Plutarque, Préceptes politiques, 813D-E, 814C-D, 815C-D. Cf. Preston, 2003 dans son ensemble.

9Plutarque appartient à la tradition antiquaire qui vient d’être présentée. Pour une part, il se montre préoccupé, sans qu’il y ait de différence entre les Vies et les Œuvres morales, de recueillir et de préserver un patrimoine constitué de traditions politiques, religieuses et morales, d’usages sociaux, de comportements à la guerre. Or ce patrimoine est à la fois celui des Grecs et des Romains, et en cela il prend sens autrement pour Plutarque. Dans le contexte de l’Empire, le citoyen de Chéronée, de Delphes, d’Athènes et de Rome contribue, par ses écrits, à créer une mémoire commune, en rassemblant tout ce qu’il lui est possible du passé de la Grèce et de Rome23. Plutarque en antiquaire n’est pas un collectionneur, un curieux désintéressé, un dilettante, car c’est par rapport au présent de l’Empire que tout le passé des Grecs et des Romains prend sens, comme lorsque, dans les Préceptes politiques, il donne au jeune Ménémachos des conseils de bon gouvernement, puisés dans la tradition grecque, et de prudence vis-à-vis des maîtres romains24.

  • 25 Helmbold and O’Neil, 1959.
  • 26 Plutarque, Apophtegmes des rois et généraux, 172C.
  • 27 Ibid., 172D.
  • 28 Plutarque, Thémistocle, 18, 1 ; Caton l’Ancien, 8, 4-5.
  • 29 Tacite, Dialogue des orateurs, XXXVII, 2. Retiré de la vie politique entre 72 (année de son troisiè (...)
  • 30 Plutarque, Alexandre, 1, 2.

10Comment Plutarque construit-il cette mémoire à travers son érudition ? Il est impossible d’en donner ici une idée précise, si l’on songe que son œuvre contient plus de dix mille citations25. La lettre dédicatoire à Trajan, qui ouvre le recueil des Apophtegmes des rois et généraux montre bien que la préoccupation de Plutarque est de sauver de l’oubli, à travers les paroles prononcées, les vies « des chefs, des législateurs et des monarques de la Grèce et de Rome26 ». Les paroles, en effet, ont un caractère plus durable que les actions et « permettent d’observer à l’état pur, comme dans des miroirs, les dispositions mentales de chacun d’eux27 ». Pour composer les Apophtegmes des rois et généraux et les Apophtegmes laconiens, Plutarque puise donc dans ses propres écrits, et notamment dans les Vies. Il est fort probable qu’il ait aussi consulté des collections de « dits » d’hommes célèbres tels qu’il semble en avoir existé pour Thémistocle ou Caton l’Ancien28. Cette pratique de la liste antiquaire, comme celle que compose Mucien (C. Licinius Mucianus), mentionnée par Messalla, dans le Dialogue des orateurs, au sujet de discours célèbres29, rejoint une idée, chère à Plutarque, selon laquelle ce sont davantage les petits faits vrais, les mots qui expriment le mieux les caractères des hommes30. L’érudition antiquaire de Plutarque n’est donc pas propre à quelques traités des Œuvres morales, tels que les Apophtegmes, les Questions romaines et Questions grecques, les Parallèles grecs et romains, les Vertus des femmes, ou les nombreux problèmes évoqués par les convives réunis autour de Sossius Sénécion dans les neuf livres des Propos de table dont il est le dédicataire. Ce savoir est présent aussi dans les Vies, dédiées au même illustre consulaire, et parfois même ce sont les Vies qui sont la source ou l’origine de cette érudition. Faut-il rappeler que le corpus des Œuvres morales ne doit pas son unité à Plutarque, ainsi que le montre le « Catalogue de Lamprias », liste de ses traités issue d’une bibliothèque du iiie ou ive siècle, mais que les soixante-dix-huit traités proviennent de regroupements partiels et du travail de classement et de copie de Planude, entre la fin du xiiie et le début du xive siècle.

  • 31 Consacrées à Thémistocle, Aristide, Cimon, Périclès, Nicias, Alcibiade

11L’érudition antiquaire de Plutarque est avant tout de nature historique. Il a tout lu de l’historiographie classique et d’époque hellénistique, ainsi que le montrent et les Vies du ve siècle31 et les Questions grecques. Le classement et les regroupements des Apophtegmes des rois et généraux témoignent d’une passion non seulement pour la chronologie mais pour le souci de paraître exhaustif : on y rencontre tout d’abord les rois perses, de Cyrus à Artaxerxès Mnémon, y compris les reines Sémiramis et Parysatis, puis les souverains égyptiens, thraces et scythes, les tyrans de Syracuse, de Gélon à Agathoclès (et Dion), les rois macédoniens et hellénistiques, les stratèges athéniens (avec l’adjonction de Pisistrate et Démétrios de Phalère), les Spartiates, les Thébains Épaminondas et Pélopidas, puis un groupe constitué par vingt Romains, de Manius Curius à Auguste.

  • 32 Démosthène, 2, 2.
  • 33 « Dictateur » : Marcellus, 24, 11-12 ; « comices » : Romulus, 19, 10 ; « Quirites » : Numa, 3, 6.
  • 34 « Flamines » : Numa, 7, 10 ; « anciles » : Numa, 13, 9-10.
  • 35 L’affranchissement « par vindicte » : Publicola, 7 ; le mariage : Romulus, 15, Pompée, 4.
  • 36 Numa, 19, 3-5.
  • 37 Romulus, 15, 4.
  • 38 Sertorius, 10, 10.
  • 39 QR, 31, 51, 62, 67, 78 ; QR, 5, 8, 9, 15, 39, 43.
  • 40 Académiques, 1, 3, 9.

12Le deuxième registre où se déploie avec prédilection l’érudition de Plutarque est sa passion pour les origines et l’archaïsme, qu’il s’agisse de la Grèce ou de Rome. Varron est ainsi sa principale source d’information pour la période la plus ancienne de Rome. Il lui transmet, par son traité Sur la langue Latine, de nombreuses étymologies qui témoignent de l’attirance d’un Grec pour une langue qu’il connaît imparfaitement32 et qu’il souhaite faire mieux entendre à ses lecteurs hellénophones. Ces plongées dans l’archaïsme linguistique et historique concernent, pour s’en tenir à quelques exemples, les institutions politiques33, la religion de Rome34, les pratiques sociales35, les dénominations calendaires36. Les raisonnements de Plutarque, animé de la conviction que le latin dérive du grec37, empruntent non seulement à Varron, mais aussi au lexicographe Verrius Flaccus, à Denys d’Halicarnasse, au roi lettré et historien Juba II de Maurétanie, lui-même lecteur de Varron38. On comprend pourquoi Plutarque accorde tant d’attention aux rapprochements et dérivations onomastiques39. La langue - « l’une et l’autre langue » (utraque lingua) - constitue la source d’une érudition en apparence désordonnée et pointilliste, mais qui assure la continuité entre la Grèce et Rome, entre les savoirs de Plutarque, de sorte qu’il serait possible d’affirmer de lui ce que Cicéron écrivait de Varron « Nous errions dans notre ville comme des voyageurs et des étrangers ; tes livres nous ont conduits comme par la main à nos demeures. Nous reconnaissons enfin qui et où nous sommes40 ».

  • 41 Romulus, 3-4.
  • 42 Thésée, 1, 5.

13La mythologie, parce qu’elle met en scène un temps des origines, fait aussi partie du savoir antiquaire de Plutarque, mais ce savoir n’est pas sans rapport avec l’histoire. Le lien entre mythe et histoire constitue même peut-être un des principaux fils conducteurs de toute son œuvre. Ainsi dans les premiers chapitres de la Vie de Romulus s’attache-t-il, au fil des nombreuses variantes de la légende qu’il expose, à doter Rome d’une origine gréco-troyenne. Le mythe fait de l’hellénisme l’origine de la civilisation de son temps (par différence avec la version « italique » de Tite-Live). Dans le même sens, les très nombreuses versions de la naissance des deux jumeaux Rémus et Romulus41, introduites par des incises, illustrent à la fois l’immense savoir « mythographique » de Plutarque, sa capacité à le tenir à distance critique, et une manière d’historiciser la légende. Les propos qui introduisent la Vie de Thésée auraient pu figurer aussi en tête des recueils de Questions : « Je souhaite que la légende (τὸ μυθῶδες), épurée par la raison (λόγος), se soumette à elle et prenne l’aspect de l’histoire. Mais si parfois, dans son orgueil, elle ne se soucie guère d’être crédible et refuse de s’accorder avec la vraisemblance, je solliciterai l’indulgence des lecteurs, et les prierai d’accueillir de bonne grâce ces vieux récits42 ». Dans les deux cas, la Vie et les Questions, Plutarque collecte les versions, tente la conciliation entre elles, mais au total c’est l’histoire qui doit s’effacer devant le mythe et ses variantes et, elle aussi, « accueillir de bonne grâce ces vieux récits », car ils font partie, quel que soit leur statut épistémologique, d’un patrimoine à conserver. Dans la tradition antiquaire, ancienne ou moderne, mythe et histoire se côtoient, car l’essentiel demeure qu’ils constituent un savoir sur le passé, un passé en tant que savoir.

  • 43 Boulogne, 2002, p. 27-29.
  • 44 Plutarque, Vertus de femmes, 243C.

14Le traité intitulé Vertus de femmes (Mulierum virtutes), dont la rédaction, contemporaine de celle des Vies, date des environs de 11043, rassemble vingt-sept récits sur des légendes, des comportements et des faits historiques qui célèbrent des femmes d’« excellence », dotées de l’aretè au même titre que les hommes. L’espace (toute la Méditerranée) et le temps couvert (de la légende au iie siècle avant J.-C.) apparentent une fois encore cette collection aux réponses qui figurent dans les Questions grecques. De même les thématiques principales portent, comme pour les Questions, sur les fondations de cités (Vertus de femmes, 3, 7, 8, 18), les fêtes et les cultes (n° 2, 4, 13, 18), les mœurs et les usages (n° 1, 4, 5, 6, 8, 9, 12), les problèmes politiques et militaires (n° 2-5, 15, 19, 25, 26). Or, dans la lettre dédicatoire à Cléa, Plutarque précise, pour justifier son entreprise, dont les antécédents remontent au catalogue des Éhées hésiodiques, qu’« il n’est pas de meilleur moyen d’apprendre en quoi se ressemblent et se distinguent le mérite féminin et le mérite masculin que de mettre des vies (βίοι) en face de vies, et des actions en face d’actions44 ». On voit là une preuve supplémentaire que « biographies » et « antiquités » ne s’excluent pas dans le corpus plutarchien.

  • 45 Nicias, 1, 5.
  • 46 Aristide, 26, 4.
  • 47 Cimon, 13, 3 et 5.
  • 48 Périclès, 8, 7.
  • 49 Périclès, 10, 4.
  • 50 Périclès, 17, 1.
  • 51 Périclès, 30, 1-3.
  • 52 Alcibiade, 22, 4.
  • 53 Hérodote, IX, 70.
  • 54 Plutarque, Aristide, 19, 7 ; 20, 4 ; De la malignité d’Hérodote, 872 D-E.
  • 55 Périclès, 13, 14.
  • 56 Périclès, 21, 3.
  • 57 Thésée, 1, 4 ; Romulus, 3, 2-3 ; Lycurgue, 1, 2-6.
  • 58 Solon, 28, 1.
  • 59 Thémistocle, 27, 1-2.
  • 60 Numa, 1, 1-6.

15Les Vies parallèles, parce qu’elles explorent tous les aspects du passé, y compris les domaines où la légende recouvre l’histoire, tels que les récits de fondation, les mythes étiologiques, les pratiques religieuses, notamment avec les figures de Thésée, Romulus, Lycurgue, Numa et Publicola, renferment elles aussi un important savoir de type antiquaire. Cela n’est pas dû au hasard et correspond au plus haut degré de maturation de la pensée de Plutarque. La composition des Vies date du temps de la vieillesse, vers 100 (ou peu avant) jusqu’à 120, et, au cours de cette longue période d’écriture et d’analyse du passé grec et romain, les vies romaines et grecques « archaïques » (Thésée-Romulus, Lycurgue-Numa, Solon-Publicola) occupent une place importante. Il arrive même que Plutarque avoue accorder plus de valeur à ce savoir d’abréviateur qu’aux grands monuments de l’histoire. Ainsi affirme-t-il, dans la préface à la Vie de Nicias, que « les actions rapportées par Thucydide et Philistos », deux grands historiens de la guerre du Péloponnèse et en particulier de l’expédition conduite par les Athéniens en Sicile (415-413 avant J.-C.), seront mentionnés « rapidement », tandis que tout l’effort de recherche portera sur « des événements ignorés du plus grand nombre, évoqués sporadiquement par d’autres écrivains, ou découverts sur des offrandes ou des décrets anciens45 ». De fait, ce que l’on peut appeler, par analogie avec les connaissances des Scaliger, Montfaucon et Fréret, l’érudition antiquaire de Plutarque est d’abord visible dans les citations de nombreux décrets, traités et documents officiels de l’époque classique, qu’il consulte dans le Recueil des décrets (Psèphismatôn Synagôgè) du Macédonien Cratère (ca 321-279 avant J.-C.), constitué au début du iiie siècle avant J.-C.46 Y figure, à titre d’exemple, « une copie du traité comme ayant été réellement conclu » entre Perses et Athéniens, après la victoire de Cimon à l’Eurymédon, qui, « ayant remporté deux batailles en un seul jour » surpassait vainqueurs de Salamine et de Platées47. De même pour les décrets de Périclès, la seule œuvre écrite qu’il ait laissée48 : le « décret » autographe rappelant Cimon de son ostracisme, en 45749, le « décret » invitant, en 448/7, les Grecs d’Europe et d’Asie à un congrès panhellénique à Athènes50, le « décret mégarien » à l’origine de la guerre du Péloponnèse, selon certaines interprétations51. Le recueil de Cratère cite encore en entier l’acte d’accusation contre Alcibiade, pour avoir révélé et parodié les Mystères d’Éleusis52. Plutarque s’intéresse aussi aux documents épigraphiques des cités. Il mentionne, à Platées, un autel comportant une épitaphe en forme d’épigramme composée par le poète Simonide de Céos en l’honneur des morts à la bataille de Platées, afin de réfuter une affirmation d’Hérodote53 et de polémiquer avec lui, selon son habitude54. À Athènes il consulte sur la pierre les originaux des comptes relatifs à la statue d’Athéna Parthénos55. À Delphes, il a certainement vérifié lui-même le contenu des actes de promantie accordés par les Delphiens à Sparte, puis à Athènes56. Les questions de chronologie l’intéressent à propos de Thésée, de Romulus, de Lycurgue57, ou encore au sujet de la rencontre supposée entre Crésus et Solon58. Il consulte aussi des « tables chronologiques » pour savoir si Thémistocle se réfugia auprès de Xerxès ou de son fils Artaxerxès59. Il s’appuie sur les Études critiques de chronologie d’un certain Clodius pour cerner la difficile question des origines et de la date du roi Numa, successeur de Romulus60. Enfin, les traces de nature archéologique et les monuments retiennent son attention à Delphes, à Platées, régions qu’il a sillonnées depuis son enfance, à Délos, à Athènes et à Rome, parce que ces données « témoignent » elles aussi du passé.

  • 61 Agésilas, 19, 10-11.
  • 62 Lycurgue, 18, 2.

16Nous touchons là un point important. Son immense savoir antiquaire est la marque tangible que le monde qu’il évoque n’est pas enfoui, figé, mort. À propos d’Agésilas, il se vante de s’être mieux documenté que Xénophon et Dicéarque : « Mais moi j’ai découvert dans des inscriptions lacédémoniennes que la femme d’Agésilas s’appelait Cléora et ses filles Eupolia et Proauga. On peut aussi voir un javelot lui ayant appartenu qui se trouve de nos jours encore à Lacédémone61 ». C’est donc par rapport au présent que les « antiquités » accumulées par Plutarque, disséminées dans les Vies, réunies dans des anthologies et des recueils que la tradition tardive, entre le temps de Lamprias et celui de Planude, placera dans le corpus des Moralia, acquièrent toute leur signification. Et il arrive même que l’ancien perdure jusqu’au présent qui rejoint alors le temps des antiquaires et de ses curiosités : à Sparte, « de nos jours encore, nous l’avons vu, de nombreux éphèbes se laissent battre à mort devant l’autel d’Artémis Orthia62 ». L’antiquariat ne serait-il pas une des composantes les plus valorisées de la culture des Grecs et des Romains de ce temps, du moins des cercles cultivés que fréquente Plutarque et qu’il réunit, sur les plans littéraire et historique, dans ses Propos de table ? Loin d’être un acquis qui permettrait à une élite cultivée de briller en société, l’érudition que déploie Plutarque constitue un trésor commun destiné à construire le parallèle entre Grecs et Romains, par delà la distinction entre les Vies et les Moralia, qui crée un Janus bifrons rassurant parce qu’il distingue, classe, sépare ce que Plutarque a pensé différemment, dans une unité.

3. Naissance d’un classicisme gréco-romain

  • 63 Nicias, 1, 5.
  • 64 Pailler, 1998.
  • 65 QG 16, 29, 40, 57.
  • 66 Aristide, 20, 3 ; Nicias, 28, 6 ; Agésilas, 19, 11.
  • 67 Périclès, 13, 5.
  • 68 Swain, 1996, p. 67-85.

17Chez Plutarque la passion du savoir antiquaire n’est jamais cultivée pour elle-même ou pour « accumuler des documents inutiles » à la compréhension de l’histoire63. Ce savoir ne prend sens qu’à l’intérieur du parallèle entre la Grèce et Rome, explicite dans les Vies et dans les traités les plus antiquaires de toute son œuvre conservée : les Questions romaines et les Questions grecques. Or ces deux parallèles ont été pensés conjointement, après 96 (la QR 50 mentionne le règne de Domitien, assassiné en 96). On a montré que les plus anciennes Vies romaines (Romulus, Numa, Publicola, Coriolan, Camille) comportaient, intégrées dans le fil de la narration, de nombreuses « Questions64 », par lesquelles Plutarque insérait sa méditation sur les monuments, les sites, les coutumes, à l’intérieur des phénomènes de fondation dont la problématique historique est commune aux Romains et aux Grecs. L’analyse vaut aussi pour les Vies de Thésée et de Lycurgue. Les recherches érudites de Plutarque ne sont donc pas les brouillons des Vies. Le témoignage antiquaire est une trace de la mémoire, dont il est avant tout essentiel qu’on puisse le voir « encore de nos jours », « de notre temps », « chez nous » : la formule est récurrente aussi bien dans les Questions65 que dans les Vies66. Ces témoignages sont la preuve non seulement de la continuité historique entre le passé et le présent, mais aussi de l’unité de culture entre Romains et Grecs. Ce n’est pas, ou de moins en moins en admirateur du temps passé que Plutarque regarde les monuments de l’Acropole d’Athènes construits par Périclès, mais parce que « la beauté de chacun d’entre eux leur conféra, dès cette époque, une allure antique (ἀρχαῖον), tandis que leur vigueur leur assure une fraîcheur et une jeunesse qui dure encore de nos jours (μεχρὶ νῦν)67 » : l’ancien est toujours présent, parce que le présent d’alors avait déjà les traits de l’ancien. C’est la définition même de ce qu’on appelle le classicisme68. Plutarque, avec l’aristocratie lettrée de son temps et de la Seconde Sophistique, a contribué à faire surgir de l’ensemble du passé de Rome et de la Grèce une civilisation qui soit un « acquis pour toujours », une civilisation classique. Pour cela, ni les Romains ni les Grecs n’avaient les moyens d’y parvenir seul. Qu’il soit face à l’Acropole ou qu’il décrive le moindre rite de la religion de Rome, le regard de Plutarque réactive sans cesse le présent du passé. Son érudition antiquaire n’a rien de statique. Elle doit bien plutôt être replacée dans le contexte où vivent les hommes de culture du Haut-Empire, en un temps où la spécialisation des savoirs n’était pas un dogme. Le savoir sur le passé contribue à construire une civilisation commune, envisagée pour durer, sans que chacun doive renoncer à l’apport qui lui est propre.

  • 69 Renan, 1883.

18Plutarque ne compose pas une « prière sur l’Acropole », à la manière de Renan69 qui, face à la révélation du « miracle grec », considérait que « les Romains ne furent que de grossiers soldats ; la majesté du plus beau Romain, d’un Auguste, d’un Trajan, ne me sembla que pose auprès de l’aisance, de la noblesse simple de ces citoyens fiers et tranquilles ». De la conquête romaine et des auteurs qui, comme Polybe, ont réfléchi sur ce phénomène, Plutarque a appris que les vainqueurs acceptaient d’intégrer l’héritage des vaincus, à condition que ces derniers admettent qu’ils n’avaient pas face à eux des « Barbares ». La conquête romaine, depuis la fin du iiie siècle avant J.-C., a bouleversé l’écriture ethnographique et historique grecque. Polybe, exégète et admirateur de la supériorité militaire romaine, ne contemple pas à distance la religion, les rituels, la constitution surtout et les usages politiques et sociaux de Rome, comme il y réussit pour les Gaulois, les Carthaginois ou les Ibères. Les conséquences de la conquête romaine imposent de repenser à la fois le contenu de chacun des termes de « Grec » et de « Barbare », et plus encore la nature de leur rapport, puisque la diffusion de l’hellénisme est désormais le fait et le choix de Rome. C’est donc aussi l’ensemble du savoir issu de la Grèce et de Rome, jusque dans ses composantes les plus infimes (Alexandre, 1, 2), qui mérite d’être réexaminé et confronté.

19La mise en œuvre la plus aboutie de l’effort intellectuel de Plutarque pour rapprocher Grecs et Romains, après la grande entreprise des Vies, en complément avec elle et au même moment qu’elle, réside dans les deux traités en parallèle des Questions romaines et des Questions grecques, dont nous avons déjà parlé et sur lesquels nous nous proposons de revenir de façon plus détaillée. Comment le savoir antiquaire qui y est accumulé s’articule-t-il avec la préoccupation d’analyser, en miroir, les usages romains par rapport aux singularités grecques ?

4. Un passé antiquaire pour le temps présent

  • 70 Boulogne, 1992, préfère recourir à Étiologies romaines et Étiologies grecques, davantage fondé pour (...)
  • 71 Schmidt, 2008, p. 166, attribue par une erreur involontaire le numéro 166 à deux recueils différent (...)
  • 72 La similitude des titres des n° 138 et 139, construits avec l’adjectif de l’ethnique, ainsi que leu (...)

20Les deux traités intitulés le plus souvent Questions romaines et Questions grecques par les Modernes70 sont pourvus des numéros 138 et 16671 dans le catalogue de Lamprias et sont donc séparés. Ils portent les titres Αἰτίαι Ῥωμαϊκαί et Αἰτίαι Ἑλλήνων. Les Αἰτίαι Βαρβαρικαί, avec la référence 139, paraissent constituer un diptyque avec les Questions romaines72. Le catalogue de Lamprias mentionne par ailleurs cinq autres recueils d’Aitiai aux numéros 119, 149, 160, 161, 167, qui ne sont pas de Plutarque. Mais, par la suite, dans la tradition manuscrite, les deux recueils d’Aitiai Rhômaïkai et Aitiai Hellènôn sont systématiquement réunis et, dans ce cas, soit ils portent un titre qui les englobe : Κεφαλαίων Καταγραφή, « Index des chapitres », « Liste de brèves notices », ou Προβλήματα Πλουτάρχου, soit une appellation est réservée uniquement au second recueil (Ἑλληνικά, Προβλήματα ἑλληνικά ou encore le titre de Lamprias).

21Aucun manuscrit ne mentionne par conséquent de titre pour le premier recueil, auquel il n’est, de surcroît, jamais fait allusion dans les textes conservés de l’Antiquité. Seul Plutarque lui-même y fait référence à deux reprises. Dans la Vie de Camille (19, 12), à propos d’une question de calendrier, il indique que « ce point est étudié plus soigneusement ἐν τοῖς Περὶ Αἰτίων […] Ῥωμαϊκῶν » (QR 25), et dans la Vie de Romulus (15, 7), au sujet d’un rite de mariage, il précise : « J’en ai parlé plus longuement en tois Aitiois » (QR 87). Il semble donc que Plutarque ait intitulé son traité Aitia Rhômaïka et que le titre du catalogue de Lamprias, avec le terme aitiai, dont la traduction latine en quaestiones a donné l’appellation par Questions, ait fourni une forme erronée.

22Dans le manuscrit E, de tradition planudéenne, le plus complet des œuvres de Plutarque, puisqu’il contient à la fois les Vies et les Moralia, ouvrage de plusieurs copistes qui ont travaillé certainement entre 1350 et 1380, les deux recueils (n° 62) sont pourvus d’un titre commun qui, pour la première fois, insiste sur l’idée du parallèle : Les parallèles grecs et romains (Περὶ παραλλήλων ἑλληνικῶν καὶ ῥωμαϊκῶν). Les deux ensembles forment également un tout dans la première édition du texte grec des Moralia, l’édition Aldine de 1509, sous le numéro 61. Lorsque Jacques Amyot (1513-1593) travaille à sa traduction en français du corpus complet des Œuvres morales et meslées, qui paraît en 1572, il utilise, outre l’édition grecque de Froben (Bâle, 1542), qu’il a annotée et améliorée, l’édition latine de Vascosan : Plutarchi Chaeronei Ethica seu Moralia Opuscula… (Paris, 1544, in-f°). Or c’est à elle que remonte le dédoublement des Questions en Demandes des choses Romaines et Demandes des choses Grecques - titres de la traduction d’Amyot -. Alors que l’édition latine d’Ysingrinus (Bâle, 1541 ; celle-ci ne comporte que 42 traités), sur laquelle se fonde Vascosan, n’indique aucune césure après la cent treizième et dernière question romaine, l’édition de 1544 précise qu’il s’agit, à partir de ce point, d’un nouveau recueil : non seulement Amyot reproduit cette division, mais il l’accentue par une nouvelle numérotation des questions (Aulotte (1965) 193), d’autant plus visible qu’elle figure dans les marges de sa traduction. Enfin, signalons que les deux traités occupent le rang 18 dans la grande édition grecque avec traduction latine d’Henri Estienne (1572), selon l’ordre traditionnel des traités qui s’est imposé depuis l’édition latine de Xylander (1570).

23L’idée directrice qui ressort de ce bref parcourt dans la tradition et dans l’histoire du texte est que depuis Plutarque les deux recueils sont perçus comme complémentaires dans leur différences et comme formant une unité. À cet égard, nous pouvons dire que les copistes, les philologues et les traducteurs se sont efforcés de reconstituer les intentions mêmes de Plutarque telles qu’elles apparaissent dans la nature et l’organisation du savoir antiquaire qu’il a rassemblé.

  • 73 Boulogne, 1992, p. 4683-4687.

24Plutarque a réuni et mis en ordre, pour une part difficile à apprécier pleinement, mais visible en plus d’un endroit de chaque recueil, cent treize questions suivies de leurs réponses, concernant les coutumes et les institutions de Rome, et, sous la même forme, cinquante-neuf notices sur les cités, la langue, les cultes du monde grec. Le terme αἴτιον (pluriel αἴτια), « cause », « origine » – ainsi que le mot proche αἰτία (pluriel αἰτίαι), « motif », « raison » (QR 105 et 112 : διὰ τίνα αἰτίαν – et la présentation sous forme de questions et de réponses rattachent ces traités à la tradition littéraire et scientifique des Aitia et des Problèmata73, familière du public cultivé auquel ils sont destinés. Bien que cette tradition remonte au moins au vie siècle avant notre ère, avec l’explication de cultes et de légendes insérée dans les récits mythologiques, l’œuvre la plus célèbre est constituée par les Aitia du poète alexandrin Callimaque (c. 310-240 av. J.-C.), recueil de récits mythologiques sur des cultes et des coutumes. Caton l’Ancien (234-149 av. J.-C.) composa, en prose latine, des Origines en sept livres. Les questions suivies de leurs réponses renvoient davantage au genre des Problèmata, très pratiqué dans les écoles de philosophie. Tel est le titre d’un des plus longs traités attribués à Aristote, composé de trente-huit sections, chacune comportant sur un thème précis (« L’usage du vin et de l’ivresse », « Les conditions climatiques »…) un nombre variable de questions. Théophraste, le successeur d’Aristote, a laissé plusieurs recueils de Problèmes politiques, moraux, physiques, érotiques. Un corpus de Problèmata physiques et médicaux est intitulé Problèmes hippocratiques. Au Moyen Âge et à la Renaissance, cette forme de constitution du savoir reste vivante : on recopie ou l’on crée des recueils de Problèmes. En témoigne par exemple le fait que le manuscrit W (Vindobonensis phil. gr. 129), du xiie siècle, désigne les deux ensembles sous l’appellation Problèmes de Plutarque (Προβλήματα Πλουτάρχου). Mais le recueil le plus célèbre de l’Antiquité ramène à Plutarque lui-même, dont les Problèmes de banquet (Συμποσιακὰ προβλήματα) plus connus sous le titre de Propos de table, en neuf livres, écrits entre 110 et 120 de notre ère, mettent en scène des convives de la haute société grecque et romaine, réunis autour d’un banquet à la mode grecque (sumposion), pour faire circuler le vin et les questions, et pour goûter un savoir partagé.

  • 74 Payen, 1999, p. 35-37.

25La formule interrogative διὰ τί, « pour quelle raison ? », présente dans cent onze des cent treize Questions romaines, et les réponses sous forme d’hypothèses montrent que Plutarque se soucie de trouver les causes ou l’origine des « problèmes » qu’il pose74. Les quatre thèmes principaux qui donnent au recueil son unité touchent au rituel, à la parenté, aux institutions et au calendrier. Les questions concernant les rituels occupent soixante-dix étiologies et constituent le principal centre d’intérêt de celui qui fut prêtre de Delphes et qui cherche à mesurer tantôt le degré d’analogie, tantôt les différences entre la Grèce et Rome. Arrivent ensuite, avec vingt-six étiologies, les structures et les usages de la parenté, autour du mariage, de l’éducation, des rites funéraires, des formes de sociabilité. Les institutions politiques et militaires, les jeux adoptés par les Romains occupent dix-huit problèmes, et les manières romaines de découper le temps quatre Questions. Constamment Plutarque est soucieux de rechercher l’origine et le sens de l’état présent des coutumes dans l’« archaïsme » de Rome. C’est l’ancienneté des dieux, des rites, des usages sociaux, tels que les funérailles, qui constitue le fond toujours vivant de la romanité, que Plutarque veut donner à comprendre à ses compatriotes grecs. Ils constituent le public auquel il s’adresse, soit en traduisant, soit en glosant (QR 2, 13, 34, 54, 62, 63, 67, 69, 72, 74, 99, 107…), ou par un « nous » collectif (QR 19, 40, 57).

  • 75 Payen, 1999, p. 37-39.

26À l’homogénéité des formules interrogatives – διὰ τί « pour quelle raison ? » (QR, 1-104, 106-110, 113) ; διὰ τίνα αἰτίαν « pour quel motif ? » (QR, 105, 112) -, dont la première est propre aux Problèmes aristotéliciens, correspond un procédé presque unique dans les réponses, présentées sous la forme d’une ou plusieurs hypothèses (jusqu’à six75). Il en va ainsi dès la première « question » :

271. Pour quelle raison ordonnent-ils à la mariée de toucher le feu et l’eau ?

[263e] Est-ce que le feu et l’eau, considérés comme des éléments et des principes, sont, l’un masculin, et l’autre féminin, et que le feu imprime le principe du mouvement et l’eau la puissance du substrat matériel ?

Ou est-ce parce que le feu purifie et que l’eau nettoie, que la femme mariée doit rester pure et sans tache ?

Ou est-ce parce que, comme le feu sans humidité n’a pas le pouvoir nourrissant et reste sec, et que l’eau sans chaleur est improductive et stérile, de la même façon le mâle et la femelle l’un sans l’autre ne peuvent rien, alors que la réunion des deux assure pour les mariés l’intimité d’une vie commune ?

Ou bien ne doivent-ils pas se quitter, mais partager tout coup du sort, [263f] même s’ils ne doivent partager rien d’autre que le feu et l’eau ?

  • 76 Boulogne, 2002, p. 104-105.

28Le recours privilégié aux hypothèses multiples, propre aux Questions romaines, est une marque de l’étonnement très construit de Plutarque, dans la tradition de l’enquête ethnographique grecque, depuis Hécatée et Hérodote. Face aux Romains, Plutarque dresse la liste des « choses étonnantes » (θαύματα) qui troublent les Grecs désireux de mieux connaître ces Autres si particuliers avec lesquels il faut composer. Par le jeu de l’analogie et de la différence, c’est peu à peu un parallèle qui s’instaure dans la pensée de Plutarque, en un temps – très certainement vers 110 – où il rédige conjointement, les Questions et les Vies76. En effet, si les réponses, dans les Questions grecques, empruntent le plus souvent le procédé et la forme plus assurée du récit, il arrive, dans les Questions romaines, qu’une hypothèse se transforme en un récit ou en un long commentaire historique (QR, 16, 39, 72, 74, 98, 109, 111). Le détail des rubriques montre ainsi que le lecteur est invité à circuler entre les Romains et les Grecs.

  • 77 Nouilhan, Pailler, Payen, 1999, p. 25-28.

29La documentation de Plutarque semble être d’origine livresque77. Plutarque, de son propre aveu, n’avait pas une maîtrise parfaite du latin (Démosthène, 2, 2). C’est pourquoi, sur les premiers temps de Rome, il consulte les historiens grecs de l’Urbs, Denys d’Halicarnasse, le roi Juba II de Maurétanie, contemporain d’Auguste. Varron est l’auteur latin le plus utilisé et fournit, directement ou par l’entremise de Juba, la matière de cinquante-trois questions. Une autre source d’importance, dans quarante-cinq passages, est le grammairien et antiquaire Verrius Flaccus (ier siècle après J.-C.). Chez tous ces auteurs Plutarque puise une méthode ou une forme de pensée qui consiste à remonter aux origines de l’histoire et de la langue pour rendre le temps présent plus compréhensible.

30Bien qu’il soit impossible de préciser, en l’absence de toute attestation, quel a été le titre original des Questions grecques, ce recueil, étant donné qu’il forme un tout avec les Questions romaines dans la tradition manuscrite et dans les premières éditions, doit être rattaché au même genre que les Questions romaines, pour deux raisons principales. Tout d’abord, les cinquante-neuf rubriques relatives au monde grec sont construites, comme les cent treize qui explorent les coutumes romaines, sous la forme de questions - elles revêtent toutefois des constructions bien plus variées -, auxquelles sont apportées une ou plusieurs réponses, élaborées comme une série d’hypothèses ou comme un récit. Ensuite, les deux recueils constituent un diptyque, tout comme les parallèles des Vies.

31L’indéniable unité de genre ne saurait toutefois masquer les divergences que relève tout lecteur, lorsqu’il passe des Questions romaines aux Questions grecques. Elles portent sur les thèmes ainsi que sur la structure rhétorique des questions et des réponses, les deux aspects étant étroitement liés.

32Par delà le décousu apparent de notations accumulées sans intention directrice, un point de vue plus synthétique conduit à remarquer que Plutarque a mis au jour, sur le plan thématique, deux grands facteurs d’unité du monde grec, depuis l’archaïsme jusqu’à son temps. Le premier réside dans la pratique d’une « même langue » (Hérodote, VIII, 144), par delà les diversités dialectales (QG 8, 9). Tout au long des questions qui, par leur formulaire en « Qui est… ? » (Τίς), « Qu’est-ce que… ? » (Τί), présent seulement dans le second recueil, exigent identification, définition, précision, Plutarque en vient à dresser une sorte de « Trésor de la langue grecque », accumulant et préservant des mots rares, dont certains ne nous sont parvenus que par lui (QG 4, 10, 16, 21, 23, 38). Le second facteur d’unité que met en valeur Plutarque est le mode de vie en cité (polis). Il se caractérise par un ensemble d’institutions et de pratiques collectives : assemblées, tribunaux, magistratures, participation des citoyens, cultes poliades. Les Questions retracent l’histoire et esquissent une typologie de ces éléments inscrits dans le temps long, que ni les aléas des migrations ni les incertitudes des conflits n’ont fait disparaître. Ces deux structures permanentes - la langue, la cité - sont vécues par les Grecs, dans la diachronie, au travers de trois expériences : la diversité des entreprises de fondation, les institutions politiques, les pratiques religieuses, dont les sanctuaires consacrés à des divinités illustrent au mieux la vigueur d’un polythéisme ouvert.

  • 78 Payen, 1999, p. 35-39.

33D’un recueil à l’autre, un changement important touche également la forme rhétorique des questions et des réponses78. Par différence avec les interrogations romaines, les cinquante-neuf questions grecques, après l’unité qui prévaut dans les vingt-cinq premières, présentent neuf formes interrogatives : c’est dire que les modes d’enquête concernant les Grecs englobent ceux qui s’appliquent à Rome. Des différences tout aussi importantes prévalent pour les réponses. Dans les Questions romaines, elles prennent la forme d’une série d’hypothèses, pouvant aller jusqu’à six. Dans les Questions grecques, la narration domine. Le recours aux hypothèses multiples traduit l’étonnement très concerté de Plutarque qui, face aux Romains, adopte un mode d’enquête de nature ethnographique. En milieu grec, l’assurance de l’observateur est rendue par un récit unique, dont voici un exemple :

  • 79 Petit territoire entre la Thrace et la Macédoine, où Xerxès fait camper ses troupes en 480 (Hérodot (...)

3435 Pourquoi donc les jeunes filles de Bottie79 avaient-elles coutume de dire, lorsqu’elles dansaient : « Allons à Athènes » ?

On raconte que les Crétois, à la suite d’un vœu, firent partir des hommes comme prémices d’offrande à Delphes. Mais, lorsque ceux qu’on avait envoyés [299a] se rendirent compte qu’il n’y avait en ce lieu aucune ressource, ils le quittèrent pour fonder une colonie. Ils s’établirent d’abord en Iapygie, puis occupèrent cette région de Thrace. Des Athéniens s’étaient mêlés à eux. Selon toute vraisemblance, en effet, Minos ne tuait pas les jeunes gens que lui envoyaient en tribut les Athéniens, mais les gardait pour lui comme serviteurs. Certains de leurs descendants, considérés comme Crétois, furent envoyés en même temps à Delphes. De là vient que les filles des Bottiéens, en souvenir de leur origine, chantaient dans les fêtes : « Allons à Athènes. »

  • 80 Preston, 2003, p. 88-93, 97-103.

35Mais dans tous les cas, le détail des rubriques montre qu’entre Romains et Grecs la frontière est perméable, au point de tracer les limites d’une identité commune80. L’érudition que déploie Plutarque dans ce traité permet de reconstituer, à travers ses sources, ce qu’était sa bibliothèque. Deux grands ensembles se dégagent. Parmi les œuvres qu’il mentionne, la plupart vont d’Homère, « le poète » (QG 36), à Théophraste, successeur d’Aristote à la tête du Lycée (QG 7, 42). Plutarque est aussi un grand lecteur des historiens des iiie et iie siècles avant notre ère, dont nous ne possédons plus que des fragments : Istros, élève de Callimaque (QG 43), Anaxandride (QG 9), Socrate d’Argos (QG 23, 24, 36, 50, 51). Le public auquel il s’adresse ne lui impose pas, toutefois, d’indiquer ses sources, car sont connus de tous non seulement l’Iliade et l’Odyssée (QG 14, 26, 31, 34, 41, 43, 44, 48, 58), mais aussi le recueil des cent cinquante-huit Constitutions (Politeiai) collectées à l’initiative d’Aristote et fondement de la Politique (QG 1, 2, 3, 6, 8, 9, 11,13, 14…), les grands historiens, d’Hérodote à Diodore, et ceux qui, nombreux, ont écrit des monographies de cités concernant Chypre (QG 2), la Crète (QG 21), Rhodes (QG 27), Samos (QG 20, 54-57), les cités de l’Eubée (QG 22, 31), Mégare (QG 16), Égine (QG 44), et les régions du Péloponnèse : Arcadie (QG 39), Élide (QG 47), Argolide (QG 51). La Grèce de Plutarque correspond à l’univers des cités archaïques et classiques qui ont assuré, avant Rome, l’unité culturelle et politique de la Méditerranée.

36Plutarque, en ce sens, n’est pas seulement un antiquaire ; il est aussi un passeur entre les cultures. Comme tous les intellectuels de la Seconde Sophistique, dont il est le précurseur, il sait que l’héritage grec ne perdure que parce qu’il est adopté par Rome, dans une acceptation mutuelle de l’un et de l’autre. Marrou le disait à sa manière : nous sommes tous des Gréco-romains !

Haut de page

Bibliographie

Aulotte, R., 1965, Amyot et Plutarque. La tradition des Moralia au xvie siècle, Genève. Boulogne, J., 1992, Les Questions romaines de Plutarque, Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt II, 33, 6, p. 4682-4708.

Boulogne, J., 2002, Plutarque. Œuvres morales, t. IV : Conduites méritoires de femmes - Étiologies romaines – Étiologies grecques, texte établi et traduit par Jacques Boulogne, C.U.F., Paris.

Desideri, P., 1992, I documenti di Plutarco, Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt II, 33, 6, p. 4536-4567.

Di Donato, R., 2007, Arnaldo Momigliano from Antiquarianism to Cultural Sciences, dans P. N. Miller (éd.), 2010, p. 66-96.

Dorandi, T., 2000, Le stylet et la tablette. Dans le secret des auteurs antiques, Paris.

Frazier, F., 1996, Histoire et morale dans les Vies parallèles de Plutarque, Paris.

Frazier, F., 2005, Le corpus des Œuvres Morales, de Byzance à Amyot. Essai de synthèse, Pallas, 67, p. 77-95.

Fuhrmann, F., 1988, Plutarque, Œuvres morales, t. III, Apophtegmes de rois et de généraux – Apophtegmes laconiens, texte établi et traduit par François Fuhrmann, C.U.F., Paris.

Granjean, Th., 2008, Le recours à l’étiologie chez Dion de Pruse et Plutarque de Chéronée, dans M. Chassignet (éd.), L’Étiologie dans la pensée antique, Turnhout (« Recherches sur les rhétoriques religieuses », n° 9), p. 147-164.

Grell, Ch., 1993, L’histoire entre érudition et philosophie. Étude sur la connaissance historique à l’âge des Lumières, Paris.

Grell, Ch., 1995, Le Dix-huitième siècle et l’antiquité en France, 1680-1789, Oxford, p. 123-143.

Guerrier, O. et Payen, P. (éd.), 2004, La tradition des Œuvres morales de Plutarque, de l’Antiquité au début de la Renaissance, Actes de la journée d’étude du 30 janvier 2004, Université de Toulouse 2, Pallas, 67, p. 71-210.

Guerrier, O. (textes réunis et présentés par), 2008, Moralia et Œuvres morales à la Renaissance, Actes du colloque international de Toulouse (Université de Toulouse 2), 19-21 mai 2005, Paris.

Guerrier, O. (textes réunis par), Plutarque de l’Âge classique au xixe siècle. Présences, interférences et dynamique, Actes du colloque international de Toulouse (Université de Toulouse 2), 13-15 mai 2009, Grenoble.

Helmbold, W.C. et E.N. O’Neil, 1959, Plutarch’s Quotations, Baltimore.

Herklotz, I., 2007, Arnaldo Momigliano’s’Ancient History and the Antiquariani, dans P.E. Miller (éd.), p. 127-153.

Jacoby, F., 1949, Atthis. The local Chronicles of Ancient Athens, Oxford.

Jones, C.P., 1971, Plutarch and Rome, Oxford.

Kriegel, B., 1988, Les historiens et la monarchie. 3. Les Académies de l’histoire, Paris ; rééd. (1996), L’histoire à l’Âge classique. 3. Les Académies de l’histoire, « Quadrige », Paris.

Miller, P.N. (éd.), 2007, Momigliano and Antiquarianism. Foundations of the Modern Cultural Sciences, Toronto-London.

Moatti, C., 1997, La raison de Rome. Naissance de l’esprit critique à la fin de la République, Paris.

Momigliano, A., 1983, Ancient History and the Antiquarian, reproduit dans Contributo alla storia degli studi Classici, Rome, 1955, 1979², p. 67-106 ; trad. fr. (1983) L’histoire ancienne et l’antiquaire, dans Problèmes d’historiographie ancienne et moderne, Paris, p. 244-293.

Nouilhan, M., Pailler, J.-M. et Payen, P., 1999, Plutarque. Grecs et Romains en parallèle. Questions romaines – Questions grecques, introduction, traduction et commentaires, Paris.

Ozanam, A.-M., 2001, traduction de Plutarque, Vies parallèles, édition publiée sous la direction de Fr. Hartog, Paris.

Pailler, J.-M., 1998, Les Questions dans les plus anciennes Vies romaines, dans P. Payen (éd.), Grecs et Romains en Questions. Entretiens d’Archéologie et d’Histoire, Saint-Bertrand-de-Comminges, Musée archéologique (EAHSBC, 4), p. 77-94.

Payen, P., 1998, Rhétorique et géographie dans les Questions romaines et Questions grecques de Plutarque, dans P. Payen (éd.), 1998, Grecs et Romains en Questions. Entretiens d’Archéologie et d’Histoire, Saint-Bertrand-de-Comminges, Musée archéologique (EAHSBC, 4), p. 39-73.

Payen, P., 1999 : cf. Nouilhan, Pailler, Payen (1999).

Payen, P. (dir.), 2001, Dictionnaire-Plutarque, dans Plutarque, Vies parallèles, édition publiée sous la direction de Fr. Hartog, Paris.

Preston, R., 2001, Roman questions, Greek answers : Plutarch and the construction of identity, dans S. Goldhill (éd.), Being Greek under Rome, Cambridge, p. 86-119.

Rawson, E., 1972, Cicero the Historian and Cicero the Antiquarian, JRS, 62, p. 33-45.

Schmidt, Th., 2008, Les Questions barbares de Plutarque : un essai de reconstitution, dans M. Chassignet (éd.), L’Étiologie dans la pensée antique, Turnhout (« Recherches sur les rhétoriques religieuses », n° 9), p. 165-183.

Sirinelli, J., 2000, Plutarque. Un philosophe dans le siècle, Paris.

Swain, S., 1996, Hellenism and Empire. Language, Classicism, and Power in the Greek World ad 50-250, Oxford.

Van der Stockt, L., 1999, A Plutarchan Hypomnema on Self-love, AJPh, 120, p. 575-599.

Waquet, F. et Bots, H., 1997, La République des Lettres, Paris.

Ziegler, K., 1949, Ploutarchos, RE, XX1, col. 636-962.

Haut de page

Notes

1 Les Vies parallèles doivent ce titre et leur unité à Plutarque : cf. Thésée, I, 2 ; Cimon, II, 2 ; Pélopidas, II, 12. On leur adjoint le plus souvent les Vies isolées d’Artaxerxès et d’Aratos, et celles de Galba et d’Othon qui appartenaient très certainement à une série de Vies des empereurs. La constitution d’un corpus unifié à partir des autres traités, appartenant à des genres et à des sujets différents, est due pour l’essentiel au moine érudit Maxime Planude dont le travail (ca 1296-1305) est à la source des grandes éditions du xvie siècle, d’Alde Manuce (1509), Froben (1542), Henri Estienne (1572), et de la traduction d’Amyot (1572). L’histoire de la constitution du corpus des Moralia et de sa tradition manuscrite est reconstituée dans la synthèse de Frazier, 2005 (voir en particulier p. 88, pour l’histoire du titre).

2 Swain, 1996, p. 65-68, 137-145 ; Sirinelli, 2000, p. 273-280 ; Preston, 2001, p. 107-113.

3 Payen 1998 ; Nouilhan, Pailler, Payen 1999.

4 Schmidt, 2008.

5 Van der Stockt, 1999 ; Dorandi, 2000, p. 27-28, et d’autres références dans Schmidt, 2008, p. 171, n. 22.

6 Nouilhan, Pailler, Payen, 1999 ; Preston, 2001.

7 L’étude de la réception des Œuvres morales, depuis l’Antiquité jusqu’au xixe siècle est l’objet de trois publications dues à l’équipe E.R.A.S.M.E. de l’université de Toulouse 2 : Guerrier et Payen, 2004 ; Guerrier 2008 ; Guerrier 2012.

8 Momigliano, 1983.

9 Di Donato, 2007 ; Herklotz, 2007.

10 Momigliano, 1983, p. 252, 286-287.

11 Waquet et Bots, 1997.

12 Kriegel, 1988, p. 221-264.

13 Grell, 1993, p. 20, 29-38 ; 1995, p. 123-125.

14 Histoire du siècle d’Alexandre, 1769, cité par Grell, 1993, p. 19.

15 Hécatée, FGrHist 1 F 37-357.

16 Platon, Hippias Majeur, 285d.

17 Cf. l’édition de G. Vanotti : Aristotele, Racconti meravigliosi, introduction, texte grec, traduction, notes, Milan, 2007, p. 20-32, sur les genres paradoxographiques. L’éditrice (p. 53) classe cette œuvre parmi les recueils de mythographie, d’ethnographie, d’historiographie et d’antiquariat.

18 Thucydide, I, 97, 2.

19 Les Anciens ont développé des formes d’érudition portant sur les traditions historiques locales ou nationales. Pour les cités grecques, cf. Jacoby, 1949 ; pour Rome, cf. Rawson, 1972.

20 Cf. V. Rose, Aristotelis qui ferebantur librorum Fragmenta, Leipzig, 1886.

21 Moatti, 1997, p. 97-155.

22 Tacite, Dialogue des orateurs, 37, 2.

23 Swain, 1996, p. 65-100, 109-113.

24 Plutarque, Préceptes politiques, 813D-E, 814C-D, 815C-D. Cf. Preston, 2003 dans son ensemble.

25 Helmbold and O’Neil, 1959.

26 Plutarque, Apophtegmes des rois et généraux, 172C.

27 Ibid., 172D.

28 Plutarque, Thémistocle, 18, 1 ; Caton l’Ancien, 8, 4-5.

29 Tacite, Dialogue des orateurs, XXXVII, 2. Retiré de la vie politique entre 72 (année de son troisième consulat) et 77 (date de sa mort), il se consacre à des travaux d’érudition (Pline, Histoire naturelle, V, 9, 36).

30 Plutarque, Alexandre, 1, 2.

31 Consacrées à Thémistocle, Aristide, Cimon, Périclès, Nicias, Alcibiade

32 Démosthène, 2, 2.

33 « Dictateur » : Marcellus, 24, 11-12 ; « comices » : Romulus, 19, 10 ; « Quirites » : Numa, 3, 6.

34 « Flamines » : Numa, 7, 10 ; « anciles » : Numa, 13, 9-10.

35 L’affranchissement « par vindicte » : Publicola, 7 ; le mariage : Romulus, 15, Pompée, 4.

36 Numa, 19, 3-5.

37 Romulus, 15, 4.

38 Sertorius, 10, 10.

39 QR, 31, 51, 62, 67, 78 ; QR, 5, 8, 9, 15, 39, 43.

40 Académiques, 1, 3, 9.

41 Romulus, 3-4.

42 Thésée, 1, 5.

43 Boulogne, 2002, p. 27-29.

44 Plutarque, Vertus de femmes, 243C.

45 Nicias, 1, 5.

46 Aristide, 26, 4.

47 Cimon, 13, 3 et 5.

48 Périclès, 8, 7.

49 Périclès, 10, 4.

50 Périclès, 17, 1.

51 Périclès, 30, 1-3.

52 Alcibiade, 22, 4.

53 Hérodote, IX, 70.

54 Plutarque, Aristide, 19, 7 ; 20, 4 ; De la malignité d’Hérodote, 872 D-E.

55 Périclès, 13, 14.

56 Périclès, 21, 3.

57 Thésée, 1, 4 ; Romulus, 3, 2-3 ; Lycurgue, 1, 2-6.

58 Solon, 28, 1.

59 Thémistocle, 27, 1-2.

60 Numa, 1, 1-6.

61 Agésilas, 19, 10-11.

62 Lycurgue, 18, 2.

63 Nicias, 1, 5.

64 Pailler, 1998.

65 QG 16, 29, 40, 57.

66 Aristide, 20, 3 ; Nicias, 28, 6 ; Agésilas, 19, 11.

67 Périclès, 13, 5.

68 Swain, 1996, p. 67-85.

69 Renan, 1883.

70 Boulogne, 1992, préfère recourir à Étiologies romaines et Étiologies grecques, davantage fondé pour le sens (p. 91-93, et son étude « Les Questions romaines de Plutarque », Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, 2.33.6, 1992, p. 4683-4687), mais à l’encontre d’une tradition qui permet d’identifier plus aisément ces recueils de Questions. Sur la tradition de l’étiologie revue par Plutarque, cf. Grandjean, 2008, p. 149-157.

71 Schmidt, 2008, p. 166, attribue par une erreur involontaire le numéro 166 à deux recueils différents (les Questions de femmes portent le n° 167 dans Lamprias).

72 La similitude des titres des n° 138 et 139, construits avec l’adjectif de l’ethnique, ainsi que leur contiguïté dans la liste semblent montrer, dans un premier temps, que ces deux recueils et eux seuls formaient un parallèle (le titre du n° 166 repose sur une construction différente, avec le nom suivi du complément de nom au génitif). Schmidt, 2008, p. 166, considère, de son côté, que le recueil des Questions barbares « devait manifestement constituer le pendant des Questions grecques (n° 166) ». Toutefois, il faut souligner, avec le même auteur, p. 167-168, 171, que les Questions barbares ne sont mentionnées nulle part, ni chez Plutarque ni ailleurs. Si le recueil a existé, le modèle romain a dû servir de référence, mais aucune certitude ne permet d’en reconstituer de près le contenu. Autre chose est l’identification, dans le reste du corpus de Plutarque, de « questions barbares » (Schmidt, 2008, p. 172 sq).

73 Boulogne, 1992, p. 4683-4687.

74 Payen, 1999, p. 35-37.

75 Payen, 1999, p. 37-39.

76 Boulogne, 2002, p. 104-105.

77 Nouilhan, Pailler, Payen, 1999, p. 25-28.

78 Payen, 1999, p. 35-39.

79 Petit territoire entre la Thrace et la Macédoine, où Xerxès fait camper ses troupes en 480 (Hérodote, VII, 27).

80 Preston, 2003, p. 88-93, 97-103.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Payen, « Les recueils de Questions
et la tradition « antiquaire » dans le corpus de Plutarque.
 », Pallas, 90 | 2013, 217-233.

Référence électronique

Pascal Payen, « Les recueils de Questions
et la tradition « antiquaire » dans le corpus de Plutarque.
 », Pallas [En ligne], 90 | 2013, mis en ligne le 12 mars 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://pallas.revues.org/812 ; DOI : 10.4000/pallas.812

Haut de page

Auteur

Pascal Payen

Professeur d’Histoire grecque
Université de Toulouse II-Le Mirail
PLH-Erasme
payen@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org