Navigation – Plan du site
IV. Les Grecs du Pont Euxin et de la ‎Propontide

Le rôle des époikoi dans la colonisation grecque en mer Noire : quelques études de cas

The role of the époikoi in the Greek colonization in the Black Sea : a few case studies
Alexandru Avram
p. 197-215

Résumés

Conformément aux définitions données par Michel Casevitz, l’époikos est « l’habitant venu après ou en plus : habitant d’appoint d’une cité accueillant une colonie supplémentaire d’habitants pour la renforcer, habitant de remplacement dans une cite dépeuplée ». Mon intervention se propose de faire le point sur les colons additionnels dans les apoikiai fondées dans le Pont-Euxin.
Les époikoi ne sont explicitement mentionnés qu’à Apollonia du Pont (Aristote, Pol. 1303 a 36-38). Les circonstances de leur arrivée peuvent être déduites à la suite d’une étude croisée des sources apparemment contradictoires concernant la fondation de cette colonie.
Sans pour autant être littéralement désignés comme époikoi, des colons additionnels ont sûrement joué un rôle important dans la recolonisation de Mésambria.
L’arrivée de vagues massives de colons supplémentaires peut être envisagée aussi ailleurs dans le Pont à partir de données des plus diverses : changements cruciaux dans la configuration du panthéon local ; étude de l’onomastique locale (pénétration des noms d’origine micrasiatique dans le royaume du Bosphore) ; données archéologiques (étude des lotissements des nécropoles : cas d’Istros) ou épigraphiques (repeuplement de Niconion).
Il est question d’analyser à chaque fois le contexte historique et les causes immédiates de l’arrivée de ces époikoi.

Haut de page

Texte intégral

1Comme si elle avait suivi sur ce point les Anciens, la littérature moderne consacrée à la colonisation grecque a toujours privilégié les aspects tenant du moment de la fondation d’une apoikia : date, circonstances, origine des colons, rôle de l’oikiste et relations initiales avec les indigènes. Le rôle des colons additionnels semble avoir été occulté, et à tort.

  • 1 Graham, 1982, p. 158 ; Tsetskhladze, 2006, p. xxx.
  • 2 Voir, avec des points de vue parfois divergents, Rougé, 1970 ; Asheri, 1977 ; Graham, 1981-1982 = G (...)

2On s’accorde aujourd’hui sur le fait que le groupe des colons initiaux – communément désignés par les sources comme ἄποικοι – était bien restreint. Les Anciens ne nous ont légué à ce propos que peu de données chiffrées. Il y aurait eu, selon Étienne de Byzance, qui ne cite pas sa source, 200 Corinthiens à avoir fondé Apollonia d’Illyrie (α 361,20-22 Billerbeck) et peut-être tout autant de Théréens à s’être installés à Cyrène, si l’on juge d’après la capacité maximale des deux pentécontores mentionnées dans son célèbre récit par Hérodote (IV 153). D’autre part, le Ps.-Scylax (24) fait état de 1000 Corinthiens débarqués à Leucade, en Adriatique1. Pour le reste, je ne trouve rien qui puisse nourrir nos réflexions sur l’ordre de grandeur des contingents initiaux. Ajoutons que les récits de fondation ne parlent presque jamais de femmes comme participantes à l’expédition. Ce dernier problème a, lui, été débattu à plusieurs reprises2, néanmoins, il n’est pas question que l’on s’y attarde dans cet exposé. Quelles qu’en soient les réponses – mixité ethnique dès le départ, avec une large contribution des femmes indigènes, selon toute vraisemblance –, il n’en reste pas moins que, si le rôle attribué aux femmes offre des réponses à la question de la reproduction du groupe originaire, il peut tout au plus expliquer commodément la persistance, mais non la croissance démographique d’un groupe de colons aussi restreint du point de vue numérique.

3Il est admis qu’au-delà de la reproduction naturelle, la force démographique d’une apoikia doit beaucoup aux vagues supplémentaires de colons. Selon Hérodote (IV 159), à Cyrène, « du vivant de Battos, fondateur de la colonie et son roi pendant quarante ans, et de son fils Arcésilas qui régna seize ans, la population de Cyrène ne dépassa pas le nombre des premiers colons » (traduction A. Barguet, Gallimard, Paris, 1964). Ce n’est qu’après l’arrivée de nouveaux colons que la cité commença à connaître la prospérité. Il convient, d’autre part, d’ajouter les données de l’archéologie. Le moment initial de la fondation ne laisse dans la plupart des cas que des traces disparates : une poignée de tessons, parfois dépourvus de contexte, quelques fosses ou autres aménagements provisoires. Ce n’est que dans un deuxième temps – une, deux, voire trois générations après – que l’on est à même de signaler la construction des remparts, des édifices cultuels en pierre, l’aménagement des nécropoles et, le cas échéant, l’apparition des premiers sites ruraux dans la chôra. Tout cela suppose sans nul doute des arrivées supplémentaires de colons. Ce phénomène se reflète mal dans les sources, car, dans la tradition des Ktiseis, celles-ci se concentrent sur le moment même de la fondation : c’est, pourrait-on dire, l’attrait de « en un lieu, en un jour, un seul fait accompli ». Quant au genre conventionnellement appelé Lokalgeschichte, même si l’Antiquité ne nous a fourni que peu d’exemples concluants, on nous accordera peut-être le droit de supposer que ces histoires aussi passaient brusquement du moment de la fondation, reconstitué tant bien que mal d’après les traditions orales – à moins qu’un tel épisode ne fût volontairement inventé de toutes pièces –, à une période décidément plus récente, à partir de laquelle le passé devenait plus contrôlable grâce à des sources jugées dignes de foi. Si les Modernes ont tant déploré leur ignorance quant au moment du débarquement des premiers colons, je dirais, pour ma part, que la situation devient encore plus désespérée s’il s’agit d’essayer de se prononcer sur la vie d’une apoikia pendant les premières générations après sa fondation.

  • 3 Casevitz, 1985, p. 157.

4Pour désigner les nouveaux colons, les sources parlent dans la plupart des cas d’ἔποικοι. Selon la définition avancée par M. Casevitz3, ce mot désigne « les nouveaux colons sans distinguer ceux qu’une métropole a envoyés sur demande de la cité qui les accueille, de ceux que l’exil a fait s’établir dans une cité, ou des mercenaires (μισθοφόροι) admis au droit de cité. On le voit, les ἔποικοι sont de nouveaux habitants, venus à titre individuel ou en communauté ; le sens peut être péjoratif, si un nouvel habitant ne jouit pas de la même considération ni des mêmes droits que les citoyens ». Au demeurant, le même mot peut avoir une signification particulière, non retenue, d’après ce que je vois, par les dictionnaires. Il s’agit d’un sens en fait dérivé de celui d’habitants « remplaçant la population d’une cité dépeuplée » et utilisé – avec des connotations juridiques, selon toute vraisemblance – pour désigner les clérouques athéniens au ve siècle. Dans ses Sommaires de Démosthène, Libanios prête à Démosthène les propos suivants (Sur les affaires de Chersonèse, 8, 2) : « C’était une vieille coutume athénienne que les pauvres, ceux d’entre eux qui n’avaient pas de terre en Attique fussent envoyés comme ἔποικοι dans les villes qu’ils possédaient au dehors. À leur départ, ils recevaient aux frais du trésor, des armes et quelque argent ». Il est intéressant de noter que les clérouques athéniens de Potidée sont appelés dans une inscription attique (IG I3 62, l. 8) « époikoi de Potidée » (ἔποικοι οἱ ἐν Ποτειδαίᾳ). Après tout, le clérouque installé par la force des armes dans un territoire conquis par Athènes, est lui aussi un habitant « remplaçant la population d’une cité dépeuplée ».

  • 4 Toutes les dates sont désormais à comprendre comme « av. J.-C. ».

5À moins que je ne m’abuse, il n’existe pas encore, hormis les enquêtes lexicales déjà citées, une étude exhaustive à caractère historique sur le rôle des époikoi dans la constitution des diasporas grecques d’outre-mer, bien qu’une telle question fasse, à mon avis, l’objet d’un projet de recherche des plus prometteurs. Il va de soi que l’espace qui m’est accordé m’empêche de me consacrer dans ce qui suit à ce phénomène dans son ensemble. Je n’en retiendrai que quelques études de cas recueillis dans l’espace pontique4.

1. Du milieu du viie siècle au deuxième quart du vie siècle

  • 5 Dupont, 2007, p. 31.

6La vie des premières générations de colons milésiens dans les apoikiai fondées en mer Noire à partir du milieu du viie siècle ne se laisse percevoir que grâce à quelques faibles indices fournis par l’archéologie. Il s’agit, pour être plus précis, d’une série assez pauvre de tessons dont l’importance à titre de repère chronologique ne saura être mise en doute, mais qui ne peut rendre compte que d’une présence encore assez timide des Grecs dans ces parages. Pire encore, les habitats de Bérézan, dans un premier temps, ensuite d’Olbia, ainsi que ceux d’Istros sont encore largement dominés par de piètres cabanes enterrées ou semi-enterrées. Tout cela « devrait d’une part faire bannir l’emploi des termes aussi forts que celui de “vague colonisatrice” pour désigner les premières traces d’implantation grecque permanente au nord de la mer Noire à partir du milieu du viie s., d’autre part faire écarter des motivations d’ordre commercial »5.

7Ce n’est qu’à partir du deuxième quart du vie siècle que le tableau change d’une manière édifiante. Du point de vue archéologique, les faits sont les suivants :

    • 6 Dans la chôra d’Olbia, la mieux connue grâce à l’énergie des archéologues russes et ukrainiens, l’o (...)

    Début d’une expansion vers l’intérieur mise en évidence par l’apparition des premiers sites ruraux dans ce que l’on pourrait désormais appeler les chôrai d’Olbia et d’Istros, les cités les mieux connues de la région, car soumises depuis longtemps à des fouilles complexes. Les premiers sites peuvent être datés peut-être même du début du vie siècle, mais cette activité semble devenir plus soutenue une génération après6.

    • 7 Alexandrescu, 1999, p. 64.

    Aménagement des nécropoles. Il est entre autres intéressant de constater que dans la nécropole tumulaire d’Istros, dont les débuts remontent au milieu du vie siècle, il y a des espaces volontairement laissés non occupés, réservés, selon une hypothèse des plus alléchantes, aux futurs époikoi7.

    • 8 Zone sacrée d’Istros : Alexandrescu et al., 2005. Zones sacrées d’Olbia (Iètrôon et téménos d’Apoll (...)

    Apparition, à la fois à Istros et à Olbia, des premiers édifices sacrés érigés en pierre8. Si les téménè étaient, certes, dans les deux cas, tout aussi anciens que les cités mêmes, il n’empêche que le moment de l’épanouissement ne date que du milieu du vie siècle.

    • 9 Dupont, 2007, p. 33.

    « Ce n’est qu’à partir du milieu du vie s. que les productions à décor peint de Milet reviennent sur le devant de la scène en mer Noire avec de gros arrivages du style de Fikellura, alors que les styles nord-ioniens à figures noires peinent à s’imposer devant l’afflux sans cesse croissant des vases attiques à figures noires »9.

    • 10 Fondamental à cet égard demeure Dupont, 1983.

    Apparition des premières officines locales produisant non seulement des céramiques communes mais aussi des céramiques peintes dès le deuxième quart du vie siècle, un phénomène bien mis en évidence par des analyses de laboratoire consacrées à des échantillonnages recueillis à Istros10.

  • 11 Voir, pour la date de l’enceinte d’Istros, Dupont, 1999.

8D’autres phénomènes que l’on verrait théoriquement obligatoires pour la configuration d’une polis sont encore plus tardifs : il en est ainsi des enceintes fortifiées, dont l’érection ne semble pas remonter à une époque plus haute que celle de l’expédition de Darius contre les Scythes, soit à la fin du vie siècle11.

  • 12 Avram, 2007, p. 492 et n. 25. Je reste aujourd’hui tout aussi prudent devant une telle possibilité. (...)
  • 13 Le point sur cette question dans Avram et al., 2004, p. 936-940 (spécialement p. 937), n° 690.

9En ce qui concerne Milet, la métropole de ces apoikiai – car il n’y a pas encore de colonisation mégarienne en mer Noire, Héraclée du Pont n’étant fondée par les Mégariens et par les Béotiens que vers 560 –, elle eut à subir peu après 600 les rigueurs de la politique agressive des rois lydiens. Bien que nous soyons mal renseignés, il conviendra toutefois de retenir que la chôra de Milet fut mise à sac par l’armée d’Alyatte (Hérodote I 17-19) et qu’à Milet s’ensuivit une période marquée par des luttes de factions. Ces deux aspects pourraient constituer à eux seuls le point de départ – certes, avec toute la prudence de rigueur – pour que l’ont tente le pari de suggérer quelques nouveaux mouvements milésiens vers les apoikiai déjà existantes en mer Noire12. Rappelons que c’est vers 600 (selon les plus optimistes) ou vers 580-570 (selon les plus prudents) que les colons initialement installés sur le promontoire de Bérézan – actuellement un îlot détaché du continent à la suite de quelques transformations géomorphologiques ultérieures – s’installèrent définitivement dans ce qui sera désormais Olbia13.

10Ce serait tout ce que l’on peut dire de la vie des pionniers du Pont : il y a donc, au vu de l’archéologie, une nette différence entre les noyaux initiaux et les poleis (avec leurs chôrai) que l’on voit s’épanouir au courant du deuxième quart du vie siècle. Si l’apport démographique des indigènes est indubitable dans les chôrai et si, de surcroît, la reproduction naturelle reste un facteur dont il est recommandable de tenir toujours compte, il n’empêche que la possibilité qu’il y ait également eu des suppléments démographiques en provenance d’une métropole en proie à l’incertitude est elle aussi digne d’être envisagée.

2. Une « migration de la peur » vers le milieu du vie siècle ?

11Apollonia du Pont offre le seul exemple de toute la mer Noire où les époikoi sont explicitement mentionnés dans une source littéraire, et cela grâce à Aristote (Pol. 1303 a 36-38) : ’Ἀπολλωνιᾶται οἱ ἐν τῷ Εὐξείνῳ πόντῳ ἐποίκους ἐπαγαγόμενοι ἐστασίασαν, « les Apolloniates du Pont connurent des staseis après avoir introduit des époikoi chez eux. »

  • 14 Voir, en général, Danov, 1976, p. 210 ; Gehrke, 1985, p. 24 et n. 1 (cf. p. 255) ; Avram, 1996, p.  (...)

12Commençons par noter qu’au vu du contexte, ces séditions datent sûrement de l’époque archaïque et qu’elles sont à distinguer nettement d’autres conflits sociaux mentionnés, toujours à Apollonia, à un autre endroit des Politiques (1306 a 6-9). Ces derniers dateraient du début du ive siècle plutôt que de l’époque archaïque et pourraient être éventuellement rapprochés d’un épisode brièvement évoqué par Énée le Tacticien (XX 49), lorsque celui-ci parle de quelques mesures exceptionnelles de sécurité prises par les Apolloniates14.

13Continuons par faire remarquer que pour autant qu’un tel épisode ait retenu l’attention du Stagirite comme exemple édifiant pour la typologie des conflits qu’il était en train de dresser, la stasis d’Apollonia du Pont aura été un événement crucial dans l’histoire de cette apoikia milésienne : il aura laissé des traces sur le plan local et assuré même des échos internationaux. C’est dire, par conséquent, que le nombre des époikoi impliqués était considérable. Y aurait-il une possibilité de deviner le moment et les circonstances de leur arrivée ?

  • 15 Nedev, Panayotova, 2003, p. 99 et fig. II.1 ; Oppermann, 2004, p. 9, 29 et 43-44 (avec bibliographi (...)

14Pour essayer de répondre à cette question, il faut revoir la tradition concernant la fondation d’Apollonia. Grâce au Ps.-Scymnos (vv. 730-733 Marcotte), on apprend que « aux confins de celle-ci [la pointe de Thynia précédemment mentionnée], on trouve la ville d’Apollonia, dont la fondation, quelque cinquante années avant l’avènement de Cyrus, est prêtée à des Milésiens venus dans ces parages » (ταύτην δὲ πρότεροντεσι πεντήκοντά που κτίζουσι τῆς Κύρου βασιλείας τὴν πόλιν εἰς τοὺς τόπουςλθόντες οἱ Μιλήσιοι ; traduction D. Marcotte, CUF, 2000). Puisque l’événement utilisé comme repère était fixé en 560/59 (Eusèbe-Jérôme, Chron., p. 102a Helm), il résulterait pour Apollonia une fondation en 610/09 : ce qui est d’ailleurs conforté par les plus anciens documents archéologiques recueillis sur place15.

15Une telle date est apparemment contredite par deux autres informations, semble-t-il, indépendantes l’une de l’autre. Selon Élien (Histoire variée, III 17), qui donne des exemples de philosophes qui s’étaient consacrés entre autres à des affaires politiques, ’Ἀναξίμανδρος δὲγήσατο τῆς εἰς ’Ἀπολλωνίανκ Μιλήτουποικίας, « Anaximandre dirigea l’entreprise de colonisation de Milet à Apollonia » (traduction A. Lukinovich et A.-F. Morand, Les Belles Lettres, Paris, 1991). Sauf que, selon les informations tirées par Diogène Laërce (II 2) des Chroniques d’Apollodore d’Athènes (FGrHist 244), Anaximandre était âgé de 64 ans en 547/6 : « (Anaximandre) a publié un sommaire de ses doctrines, que le hasard fit tomber entre les mains d’Apollodore d’Athènes, lequel dit aussi dans ses Chroniques que, la deuxième année de la cinquante-huitième Olympiade [= 547/6], Anaximandre avait soixante-quatre ans et qu’il mourut peu après » (traduction M. Narcy, dans M.-O. Goulet-Cazé [dir.], Le livre de poche, Paris, 1999). Autant dire qu’à se fier à cette chronologie, le philosophe était né en 611/10 ou 610/09, soit au même moment où, selon Élien, il aurait dirigé les colons milésiens vers Apollonia.

  • 16 Marcotte, 2000, p. 82-83. La même solution avait été déjà envisagée par Jacoby, 1902, p. 192 : « no (...)
  • 17 Du bout de la plume, tout d’abord, Huxley, 1966, p. 101 : « possibly he led out a later body of col (...)

16Les savants ont essayé de résoudre cette contradiction de plusieurs manières. Pour d’aucuns, Anaximandre aurait été le « dirigeant » d’Apollonia à un certain moment, sans doute une sorte de législateur. D’autres ont estimé qu’Élien avait hérité d’un synchronisme transmis par des sources plus anciennes entre la naissance d’Anaximandre et la fondation d’Apollonia, qu’il aurait pourtant mal compris : « il aura vu dans le synchronisme Anaximandre-Apollonie la preuve suffisante que le philosophe avait participé personnellement au mouvement colonial »16. Mais il y a eu aussi des propositions de compromis : Anaximandre n’aurait dirigé qu’un groupe secondaire de colons arrivé dans une apoikia déjà existante17.

  • 18 Voir, pour ce sens, Casevitz, 1985, p. 129 : « apoikia désigne soit une expédition de colons, soit (...)

17En ce qui concerne l’expression utilisée par Élien, ambiguë, il est vrai, il me semble exclu d’emblée que l’on puisse traduire ἡγήσατο τῆςποικίας par « il a dirigé la colonie ». La construction (ἡγέομαι avec le génitif) est largement attestée en grec classique. C’est par contre l’ajout εἰς ’Ἀπολλωνίανκ Μιλήτου qui fait décisivement obstacle à une telle interprétation. Il faut donc à mon avis prendre ici ἀποικία non comme « colonie » (sinon l’expression adéquate aurait été ἡγήσατο τῆςποικίαςν ’Ἀπολλωνίᾳ, ou peut-être d’une manière encore plus proche des formules que l’on rencontre usuellement chez les Anciens, ἡγήσατο τῆςποικίας τῶν ’Ἀπολλωνιατῶν), mais comme « colonisation », « action d’implanter des colons »18. Le parallèle le plus proche me semble être un fragment d’Aristote (fr. 66 Rose2 1486 b 40 = Ross, p. 71) : Νηλεὺςγεῖτο τῆς ᾽Ἰωνικῆςποικίας, « Nélée dirigeait l’entreprise coloniale des Ioniens ». La traduction que j’ai empruntée demeure donc la seule possible.

  • 19 Casevitz, 1985, p. 158, cite IG IX 12 3, 718 (ἐν Ναύπακτον hαπιFοικία [ἡ ἐπιFοικία], « colonie supp (...)
  • 20 Casevitz, 1985, p. 129 : « au moins pour la colonisation ancienne, antérieure au ve s., une ἀποικία (...)

18Toujours est-il qu’il n’en résulte pas forcément une erreur de la part d’Élien ou de sa source. N’oublions surtout pas que si la famille d’ἐποικίζω/ἔποικοι est attestée d’une manière plutôt satisfaisante, le substantif ἐποικία est extrêmement rare19 : on aurait donc tort de s’attendre à ce qu’Élien eût écrit quelque chose comme ἡγήσατο τῆς εἰς ’Ἀπολλωνίανκ Μιλήτουποικίας. Mieux encore, ἀποικία au sens de « colonisation », « entreprise coloniale », peut se rapporter, dans la plupart des cas, il est vrai, à une expédition qui suppose une κτίσις, mais aussi à une expédition de renfort, une « recolonisation » d’un site déjà existant20.

  • 21 Selon Marcotte, 2000, p. 16, l’Anonyme du Circuit aurait publié son ouvrage à l’époque du roi bithy (...)
  • 22 Ou bien, en admettant l’hypothèse de D. Marcotte (note précédente), Apollodore = Ps.-Scymnos (leque (...)

19Il faut rappeler, d’autre part, que l’Anonyme de la Περίοδος conventionnellement désignée comme le Ps.-Scymnos était largement tributaire des Chroniques d’Apollodore21, lequel s’était emparé, à en croire Diogène Laërce, de l’héritage scientifique d’Anaximandre. L’on est, par conséquent, en droit de supposer qu’Apollodore passait pour un bon connaisseur de la biographie du philosophe milésien. Tout bien considéré, si Apollodore avait affirmé quelque part dans ses ouvrages qu’Anaximandre avait été l’oikiste d’Apollonia, le Ps.-Scymnos l’aurait fort probablement suivi. Le fait que l’Anonyme lui préfère, comme il l’avoue lui-même (vv. 718-720 Marcotte), non seulement pour Apollonia, mais pour l’ensemble du circuit du Pont Gauche, l’autorité de Démétrios de Callatis, suggère de manière indirecte, mais à mes yeux décisive, qu’Apollodore ne s’était pas prononcé – du moins dans les ouvrages déjà accessibles à l’auteur du Circuit – sur la date de fondation d’Apollonia, pas plus que sur celles des autres apoikiai de la même région22.

20Tout va donc vers la reconstruction suivante : Apollonia aurait été fondée vers 610 (date suggérée par Démétrios de Callatis, lui aussi sûrement tributaire des synchronismes établis par ses prédécesseurs, suivi par le Ps.-Scymnos, et bénéficiant, de surcroît, de la faveur des témoignages archéologiques), alors qu’Anaximandre n’aurait dirigé qu’une entreprise secondaire, en s’installant à la tête d’un groupe d’époikoi débarqués dans une cité déjà existante.

  • 23 Voir, pour la biographie d’Anaximandre, Classen, 1970 ; Goulet, 1994.

21Il y a deux autres éléments qui pourraient encourager une telle manière de voir les choses. L’information transmise par Apollodore, cité par Diogène Laërce, n’est guère dépourvue d’intérêt. Tout d’abord, pourquoi mentionner l’âge d’Anaximandre justement dans la deuxième année de la cinquante-huitième Olympiade, et non par exemple l’année de sa naissance ou de sa mort ? C’est peut-être parce que cette année coïncidait avec un exploit notable dans la vie d’Anaximandre : serait-ce trop forcer les sources si l’on suggère qu’il s’agissait justement de l’expédition que le philosophe a dirigée à Apollonia ? Cela ferait d’Anaximandre un vieillard qui aura décidé de passer les dernières années de sa vie ailleurs. Si, à en juger d’après l’ensemble des traditions, l’oikiste est plutôt un jeune homme, il n’en va plus forcément de même pour les époikoi : ceux-ci semblent avoir été beaucoup plus mûrs au moment de leur installation ailleurs, ne fût-ce qu’à penser entre autres à la retraite d’Hérodote à Thourioi et aux autres ἄνδρεςγαθοί, « hommes de valeur » (Diodore XII 10, 35, 3) qui avaient participé à cette même entreprise censée faire renaître l’ancienne Sybaris. Ajoutons dans la foulée que du peu que l’on connaît de la biographie d’Anaximandre, il ressort que le philosophe milésien avait accompli plusieurs voyages et qu’il avait entre autres prédit un tremblement de terre à Sparte. Son acmé est située par Eusèbe/Jérôme dans la deuxième année de la cinquante-deuxième Olympiade, soit en 57123. Comment Anaximandre aurait-il été connu en 571 et surtout comment aurait-il pu entreprendre ses voyages s’il s’était déjà installé à un âge moins avancé dans la lointaine Apollonia ? Tout porte à croire que c’est vers la fin de sa vie – à 64 ans, à en croire Apollodore – qu’Anaximandre dirigea le groupe d’époikoi milésiens vers Apollonia.

  • 24 Qu’il me soit permis de renoncer à donner des références sur l’épisode phocéen, commenté plus d’une (...)
  • 25 Voir, en dernier lieu, Tsetskhladze, 1994, p. 125 ; Tsetskhladze, 2006, p. xxx.

22Deuxièmement, l’année où Anaximandre avait 64 ans (Apollodore) et pendant laquelle il peut être crédité, comme j’ai essayé de le démontrer, d’avoir dirigé des colons vers Apollonia (Élien), c’est-à-dire 547/6, coïncide d’une manière qui ne saurait être du tout accidentelle avec un événement de plus large portée : la chute du royaume de Lydie sous les coups de Cyrus, elle-même suivie de près par une invasion perse de l’Ionie (ca. 545-540). On en connaît les conséquences non seulement pour l’histoire politique de l’Asie Mineure, mais aussi pour l’avenir des diasporas grecques d’outre-mer. Craignant des représailles, les Phocéens quittèrent définitivement leurs foyers pour s’installer dans les apoikiai qu’ils avaient naguère fondées en Méditerranée occidentale (Hérodote I 165, 1-166, 4). Des groupes massifs de Téiens firent de même : c’est ainsi que furent fondées Abdère en Thrace et Phanagoria au nord de la mer Noire24. Et c’est à partir de ces modèles que l’on a postulé une migration massive des Milésiens vers leurs apoikiai du Pont-Euxin25.

23Tout bien considéré, Apollonia du Pont fournit un atout majeur à cette théorie. Bien que de manière indirecte, les sources que j’ai essayé de concilier semblent suggérer un tel mouvement plus qu’elles ne le font dans d’autres cas. Au demeurant, nul doute que le départ dirigé par Anaximandre avait été soigneusement planifié par la métropole même : l’expression utilisée par Élien en dit long. Après tout, un départ organisé par Milet et dont la direction aurait été confiée à l’un de ses citoyens de choix rendrait parfaitement compte d’un comportement propre aux ἀειναῦται milésiens (Plutarque, Mor. 298 c) dont, à défaut de connaître les détails, on peut pour le moins retenir les caractères généraux. Pour conclure sur ce point, Apollodore aurait pu être à l’origine de l’information selon laquelle la tâche de déplacer un groupe de Milésiens à Apollonia après l’invasion de l’Asie Mineure par les Perses avait été confiée à Anaximandre, Diogène Laërce n’en aurait extrait qu’un simple point d’ancrage chronologique capable de donner à ses lecteurs une idée sur la période de vie du philosophe, alors qu’Élien, plutôt soucieux de trouver des exemples de philosophes impliqués dans les affaires publiques, n’en aurait retenu que le fait en soi, sans pour autant insister sur le contexte et les causes. Pour sa part, le Ps.-Scymnos n’en fait aucune mention, puisque cela n’avait rien à voir avec la fondation proprement dite d’Apollonia, la seule en mesure de susciter l’intérêt de l’auteur du Circuit.

  • 26 Récemment, A. Baralis et A. Hermary, dans Hermary, 2010, p. 15 (avec n. 26), n’excluent pas la poss (...)

24Quelques bons siècles avant eux, Aristote aurait pu connaître les choses en détail. En fait, il est peu probable que « le hasard fît tomber entre les mains d’Apollodore d’Athènes » le sommaire des ouvrages d’Anaximandre, comme le veut Diogène Laërce, et qu’avant lui l’on eût tout ignoré de la biographie du philosophe milésien. Seulement voilà, Aristote dresse tout simplement des typologies sur les staseis provoquées par les époikoi : il en constate les effets, alors que peu lui importe le contexte dans lequel ces fauteurs de troubles étaient arrivés. À retenir quand même le fait en soi : un groupe organisé envoyé par la métropole n’était pas forcément bien accueilli par les « anciens » de l’apoikia. Le problème récurrent de la redistribution des terres est déjà un lieu commun dans les sources ayant trait aux diasporas d’outre-mer. Et le même problème se pose dans des termes d’autant plus durs qu’il s’agit d’une arrivée massive et inattendue. Il est donc séduisant de voir dans l’entreprise dirigée par Anaximandre l’origine des époikoi dont parle Aristote26.

  • 27 Thonemann, 2006 (cf. L. Dubois, Bull. ép. 2007, 125). Voir surtout p. 24 : «  Ἀναξίμανδρος, Μανδρῶν (...)
  • 28 Dimitrov, 2004, 97 (photo), sans doute ve siècle, avec ma lecture (Bull. ép. 2008, 366) ; cf. SEG L (...)
  • 29 IGBulg I2 428 (ve/ive siècles). Attestation unique.
  • 30 IGBulg I2 417 (ve/ive siècles).
  • 31 SEG LII 678 (ive siècle). Attestation unique.
  • 32 Avram, 2010, p. 375.

25Les anthroponymes en Μανδρο-, -μανδρος, parfaitement ioniens, car tirés du nom du fleuve Méandre27, et attestés surtout aux époques archaïque et classique, figurent dans une quantité plutôt surprenante à Apollonia. Outre notre Anaximandre, on y recense ’Ἀριστόμανδρος28, Διονυσόμαν[δρος]29, Διόμανδρος30, Μανδρόσ[τ]ρατος31. Toutes ces attestations, dont quelques-unes uniques, remontent à une époque bien haute (ve/ive siècles). Il est, certes, impossible de faire la distinction entre les descendants des apoikoi initiaux et ceux des époikoi venus après. Il n’empêche de constater, comme il m’est arrivé de l’écrire récemment, que « contrairement aux cités de Crimée, où l’on assiste, semble-t-il, à en juger d’après certains noms, dès le début du ve siècle, à une recolonisation massive en provenance entre autres du nord de l’Asie Mineure (Bithynie, Phrygie, Paphlagonie, Cappadoce), Apollonia du Pont n’aura pas été touchée par cette vague, pour autant que son onomastique conserve jalousement son caractère milésien. Qu’ils soient ou non directement liés au génos d’Anaximandre, les anthroponymes en Μανδρο-, -μανδρος en constituent un bel exemple »32.

26D’autres migrations de Milésiens vers leurs apoikiai pontiques après la chute du royaume de Lydie peuvent être mises en évidence par des données cette fois épigraphiques et archéologiques à Olbia.

  • 33 Ehrhardt, 1983, p. 145-146 (mais voir aussi les nuances apportées dans Ehrhardt, 1989, p. 118 et 12 (...)
  • 34 Luria, 1928 ; Luria, 1963 ; Graf, 1974 ; Graf, 1979 ; Ehrhardt, 1983, p. 142 ; Graf, 1985, p. 56-57
  • 35 Voir, pour l’ensemble de la discussion sur la topographie des sanctuaires, Kryžickij, Rusjaeva, 200 (...)

27Il est acquis de longue date que la colonisation milésienne dans le Pont avait eu lieu sous le signe d’Apollon Iètros, originaire du sanctuaire de Didymes33. Dans la plupart des apoikiai milésiennes en mer Noire, son prêtre joue d’ailleurs le rôle de l’éponyme. À Olbia, par contre, c’est Apollon Delphinios qui est à l’honneur34, alors que Iètros tombe assez vite en désuétude. Tout cela est mis en évidence d’une manière extrêmement spectaculaire par la topographie de l’espace sacré. Le plus ancien sanctuaire d’Olbia, celui dit « de l’ouest », aménagé au moment même de l’installation des colons, est consacré à Apollon Iètros. Il porte d’ailleurs le nom d’Iètrôon, comme en témoigne un graffite inscrit sur une tuile datée du dernier quart du vie siècle (IGDOP 59). Ce n’est que dans la deuxième moitié du vie siècle que commence à être aménagé, en toute proximité, juste au-delà de la rue principale qui traverse la ville, un autre sanctuaire, dit « central » ou « de l’est », consacré cette fois, comme en témoignent les nombreuses découvertes archéologiques et épigraphiques, à Apollon Delphinios, dont le culte était assuré, comme à Milet, par les Molpes35.

  • 36 Vinogradov, 1989, p. 78-80 ; Vinogradov, 1997, p. 17 ; Rusjaeva, Vinogradov 2000, p. 233-234. Vinog (...)

28Tout cela donne tout à fait raison à la théorie soutenue à plusieurs reprises notamment par Ju.G. Vinogradov, selon laquelle il s’agit des conséquences d’une immigration massive en provenance de Milet à la suite des événements dramatiques de 547/6. Si les colons initiaux avaient naguère été guidés par Apollon Iètros, dont ils continuaient à entretenir pieusement le culte, les époikoi arrivés après 547/6 ont apporté avec eux de la métropole le culte d’Apollon Delphinios. Ce dernier finira par s’imposer : son prêtre deviendra l’éponyme de la cité et les premières frappes monétaires d’Olbia représenteront justement des dauphins36.

  • 37 Traduction Müller, 2010, p. 391-399.

29J’ajouterais à tout cela un détail qui semble avoir échappé aux spécialistes du Pont-Euxin. Dans le célèbre décret pris dans la deuxième moitié du iiie siècle en l’honneur de Protogénès (IOSPE I2 32 = SIG3 495), on lit aux lignes B.1-4 : « la plus grande partie de la ville, du côté du fleuve, n’était pas encore fortifiée, ainsi que toute la partie longeant le port et celle longeant l’ancien marché aux poissons jusqu’au héros Sôsias » (ἕως οὗ ὁ ἥρωςΣωσίας)37. L’expression « jusqu’au héros Sôsias » ne peut être comprise qu’au sens de hérôon consacré à un certain Sôsias, pris ici comme point de repère topographique. Ce monument est, de surcroît, situé, à regarder le contexte dans lequel il est évoqué, sûrement dans la ville, et non dans l’espace des morts, ce qui conforte son statut à part. Qui donc pourrait être héroïsé dans une cité issue d’une entreprise coloniale, sinon l’oikiste même ? Serait-ce donc franchir un pas de trop si l’on suggère, à partir de cette unique information, que Sôsias avait été l’oikiste d’Olbia ? Et à continuer sur la voie des hypothèses, je constate qu’en dépit de la relative banalité du nom – attesté d’ailleurs sur la côte nord du Pont dans le royaume du Bosphore (LGPN IV, s. v.) –, je ne trouve aucun autre Sôsias à Olbia et que, juste au contraire, dans les familles nobles que les recoupements prosopographiques olbiens permettent de reconstituer à partir du ive siècle, il existe d’autres noms, à coloration parfois décidément milésienne et hérités de manière assez conservatrice de père en fils. J’y verrais une suggestion, et non des moindres, pour avancer l’idée d’un certain déclin du clan de l’oikiste, remplacé au fur et à mesure, comme l’aurait fait Apollon Delphinios aux dépens d’Apollon Iètros, par des familles issues des époikoi arrivés peu après 547/6.

  • 38 Hermonassa : CIRB 1038 (ive siècle). Odessos : Minchev, 2003, p. 243, 254 et 275, fig. 4 (inscripti (...)

30Le même scénario pourrait être imaginé à Hermonassa, dans le royaume du Bosphore, et à Odessos, dans le Pont Gauche, où des inscriptions attestent le culte métropolitain d’Apollon Delphinios38. Outre Olbia, Hermonassa et Odessos, le dieu milésien n’est pas attesté en mer Noire, et cela justement parce que les colons avaient été guidés naguère par Apollon Iètros. Dès lors, la résurrection du dieu de la métropole dans les cités mentionnées pourrait s’expliquer par l’arrivée de nouvelles vagues de colons.

31Une immigration que l’on peut supposer remarquable en termes d’effectifs se laisse, par conséquent, percevoir grâce à ce faisceau de sources sur lesquelles j’ai essayé d’attirer l’attention.

3. La chute de Milet (494) a-t-elle entraîné de nouvelles vagues de colons en mer Noire ?

32Il convient de s’interroger, afin de continuer sur la même voie : si une menace, après tout, potentielle, comme la conquête de l’Asie Mineure par les Achéménides, a entraîné, à faire confiance à l’interprétation que je propose, tant de mouvements, que s’est-il passé au moment où la révolte ionienne finit par être anéantie et que la ville de Milet fut rasée par les Perses en 494 ? Il est, certes, à supposer que les rescapés ont pris, pour la plupart, la voie de l’exil et que, hormis Athènes, dont on connaît bien le rôle joué dans l’accueil des Ioniens, l’une des directions possibles pouvait être la diaspora milésienne pontique même. Cependant, il est cette fois interdit de franchir les limites de l’hypothétique, car nous n’en sommes nullement renseignés. On peut, en revanche, mieux comprendre les conséquences de cet événement dans le monde pontique mégarien, car Mésambria en fournit un cas d’école.

  • 39 Rappelons que la date de cet événement crucial n’est pas assurée : les propositions des savants von (...)
  • 40 D’aucuns ont supposé que dans son premier passage, Hérodote mentionnait Mésambria, qui n’existait p (...)
  • 41 Voir, pour l’ensemble de la discussion, Avram, 1996, p. 290-292 ; Marcotte, 2000, p. 237-238 ; Oppe (...)

33Hérodote évoque Mésambria à deux reprises : une fois au moment où il décrit la campagne menée contre les Scythes par Darius Ier en 514/339 (IV 93), ensuite lorsqu’il se réfère à des événements datés de 493 (VI 33). Devant la menace de la flotte phénicienne au service des Perses, plusieurs Byzantins et Chalcédoniens se seraient réfugiés en mer Noire, à Mésambria, καὶνθαῦτα πόλιν οἴκησαν : ce qui a été souvent compris comme un vrai acte de fondation. L’on a essayé, par conséquent, toutes sortes d’explications pour cette supposée contradiction entre les deux passages40. Il n’en reste rien, car à relire attentivement le texte, on s’aperçoit qu’Hérodote utilise le verbe οἰκέω (aoriste οἴκησαν), et non οἰκίζω (dont l’aoriste aurait été, comme dans les manuscrits du Ps.-Scymnos, ᾤκισαν)41. C’est donc à juste titre que Ph.-E. Legrand traduit (Les Belles Lettres, 1948, p. 24) : « ils partirent, abandonnant leur patrie, et pénétrèrent dans le Pont-Euxin où ils s’établirent dans la ville de Mésambria ».

34Le Ps.-Scymnos (vv. 741-742 Marcotte) date d’ailleurs la fondation de Mésambria de l’époque de l’expédition de Darius : Καλχηδόνιοι ταύτην δὲ Μεγαρεῖς τ᾿κισαν, ὅτ᾿πὶ Σκύθας Δαρεῖοςστρατεύετο, « des Chalcédoniens et des Mégariens l’ont colonisée au temps où Darius guerroyait contre les Scythes » (traduction D. Marcotte).

35Il s’agit donc d’un cas qui a toutes les chances d’être considéré comme typique, où une apoikia accueille moins d’une génération après sa fondation des époikoi venus des mêmes métropoles qui avaient collaboré à son implantation.

4. Colons additionnels dans le royaume du Bosphore à l’époque classique

  • 42 Müller, 2010, p. 23-48.

36On a déjà brièvement évoqué les circonstances de la fondation de Phanagoria. Empressons-nous d’ajouter que, dans le même contexte, des vagues d’époikoi sont à supposer également à Panticapée ou ailleurs dans la même région : ce qui expliquerait les effectifs dont disposait par exemple, plus tard, Panticapée pour implanter ce que l’on pourrait appeler des apoikiai « de deuxième degré », ou bien, la colonisation secondaire dans le cadre du royaume du Bosphore, constitué vers 48042.

  • 43 IOSPE II 296 (SGDI 5567) = CIRB 180.
  • 44 Vinogradov, 1997, p. 124, n. 160. Voir aussi Launey 1949-1950, p. 483-484 et 1227.

37Eu égard à l’existence d’une royauté, cette région présente en plus une particularité dont la portée n’a peut-être pas toujours attiré l’attention qu’elle mériterait. Il est connu que les rois du Bosphore recrutaient des mercenaires. On en connaît au moins un nommément : Δροσανις Λεύκωνο[ς] (v. 1 ; ou Δρυσανις Λεόκωνος, vv. 2-3), un Paphlagonien (Παφλαγών) qui, selon l’épigramme funéraire qui le mentionne, serait tombé en guerroyant contre les Méotes43. Il va de soi qu’il ne s’agit pas d’un fils d’un certain Leucon, mais bel et bien d’un mercenaire au service du roi Leucon Ier (389 – 349)44.

  • 45 Tokhtas’ev, 2006 ; Tokhtas’ev, 2007.
  • 46 Κρόνιος Π{ι}οσειδεωνίō Κρωμνίτης (IOSPE II 291 = CIRB 199, inscription funéraire). Il s’agit donc d (...)
  • 47 Πύρρος Εὀρυνόμō Ἡρακλειώτας (SGDI 3083 = IOSPE II 288 = CIRB 923, inscription funéraire) et une inc (...)
  • 48 [.]ητ[ -]ος Σ[ινωπ]εύς (CIRB 208, inscription funéraire). Les éditeurs restituent [Μ]ητ[ρότιμ?]ος, (...)
  • 49 Ἀγίας Σ[ -] (CIRB 973, inscription funéraire). Les éditeurs avaient restitué Ἀγίας Σ[ατύρου?] Ἡρακλ (...)
  • 50 Ἡρακλείδας Ἡρακλεώτας (Finogenova, 2003, p. 1020-1021 et 1044, fig. 10) ; Finogenova, Tokhtas’ev, 2 (...)
  • 51 Μίκκη Γόκωνος Ἡρακλεῶτις (IOSPE IV 444 = CIRB 1193, inscription funéraire : Τόκωνος, lecture corrig (...)

38Les études consacrées par S.R. Tokhtas’ev à l’onomastique du royaume du Bosphore ont mis en évidence, à partir du ve siècle une présence assez significative de noms typiques des régions du nord et du centre de l’Asie Mineure (Bithynie, Phrygie, Paphlagonie, Cappadoce)45. Le savant russe a donné d’ailleurs de bons arguments pour une migration qu’il estime importante en provenance de cette région vers le royaume du Bosphore. Tout cela est suggéré, ajouterais-je, par quelques éléments tirés de la prosopographie des étrangers à Panticapée et dans les autres cités du royaume. Si pour le ve siècle, les données semblent manquer à ce propos, je recense au ive siècle un Amastrien46, deux Héracléotes du Pont47 et un Sinopéen48 à Panticapée et trois autres Héracléotes à Phanagoria49, Hermonassa50 et Gorgippia51 respectivement.

  • 52 Pour les « réseaux et les échanges internationaux » dans lesquels était impliqué le Pont Nord, voir (...)
  • 53 Voir, à ce propos, Maximova, 1959 ; Arnaud, 1992, p. 64. Cette voie semble avoir été ouverte très p (...)

39Tous ces ressortissants de Bithynie et de Paphlagonie, ou bien, leurs ancêtres, ne sont sûrement pas venus comme mercenaires. La piste commerciale peut tout aussi bien être envisagée, sinon vivement privilégiée52. Toujours est-il que la portée de cette migration a l’air d’être significative, d’autant plus qu’elle aurait dû se produire en empruntant la voie hauturière – du cap Carambis (près de Sinope) vers la pointe sud de la Crimée –, en évitant donc le détour par le Pont Gauche ou par la Colchide53. Il convient d’ajouter que d’autres étrangers en provenance des mêmes régions seront attestés par les inscriptions du royaume du Bosphore aux époques hellénistique et impériale.

  • 54 Avram, 1991, p. 104 ; cf. Avram, 2001, p. 615-616.

40Mieux encore, les colonisations d’étrangers peuvent avoir lieu de manière organisée, sur l’initiative des rois du Bosphore, dont le comportement n’a rien à envier aux rois hellénistiques. L’événement le plus connu est celui de l’installation de 1000 réfugiés qui avaient fui Callatis après la conquête de leur ville par Lysimaque, semble-t-il, peu après 310/09. Selon Diodore XX 25, 1, le roi Eumélos πόλινδωκε κατοικεῖν, ἐπὶ δὲ τούτοις τὴννομαζομένην Ψόαν καὶ τὴν χώραν κατεκληρούχησεν, « leur donna à habiter la ville nommée Psoa et leur en distribua le territoire ». Il est d’ailleurs recommandable d’attacher une importance particulière aux termes utilisés par Diodore dans ce passage (κατοικεῖν, κατεκληρούχησεν), ce qui, comme je l’avais proposé à une autre occasion, suggérerait une κατοικία de type hellénistique en bonne et due forme54.

41Au sommet de sa gloire, au ive siècle, le royaume du Bosphore me semble, par conséquent, avoir attiré des étrangers, venus peut-être majoritairement du nord de l’Asie Mineure, plus que ne le dévoilent les sources actuellement à notre disposition.

5. Un exemple de recolonisation à la haute époque hellénistique : Niconion

  • 55 Vinogradov, 1999 (SEG XLIX 1051).
  • 56 Voir Avram et al., 2004, p. 935-936, n° 688. Ce site a été localisé à Roksolany, à l’embouchure du (...)
  • 57 C’est l’interprétation de Ju.G. Vinogradov, éditeur de l’inscription.
  • 58 Ruscu, 2004, spécialement p. 38-40 (cf. A. Avram, Bull. ép. 2006, 291).
  • 59 Selon d’aucuns, dont Vinogradov, cela se serait produit plus exactement en 331, à l’occasion de l’e (...)
  • 60 Ju.G. Vinogradov plaide pour Tyras comme métropole de Niconion. Il faudrait quand même tenir compte (...)

42Une décret pris par Tyras à une date à chercher durant le premier quart du iiie siècle en l’honneur d’un certain Autoklès, fils d’Oini[adès ?]55, offre un exemple extrêmement intéressant de recolonisation. Afin d’aider les « habitants de Niconion, lesquels avaient abandonné le lieu » (κατοικοῦντες τὸ Νικώνεονγλιπόντες τὸν τόπον), la cité de Tyras avait envoyé Autoklès comme ambassadeur à Istros dans l’optique de la refondation du site (ὑπὲρναστάσεως καὶνοι[κήσεως]). L’état fragmentaire de l’inscription ne permet que peu de restitutions. Il convient quand même de retenir que Nikonéon (c’est la forme du toponyme révélée par l’inscription, alors que les sources littéraires préfèrent Nikonion)56 n’était qu’un τόπος et que ses habitants étaient des κατοικοῦντες, et non des πολῖται. Il s’ensuit soit que Niconion était à cette époque un site dépendant de Tyras, englobé peut-être dans la chôra de cette dernière57, soit que les réfugiés étaient désignés de cette manière justement parce que leur cité n’existait plus58. En effet, les fouilles archéologiques indiquent une première destruction vers le milieu du ive siècle59 et une seconde vers le milieu du iiie siècle. Or, à en juger d’après les traits paléographiques, notre décret honorifique tombe juste entre les deux : il s’agirait donc d’un essai de « refondation » de la ville détruite quelques décennies avant. D’autre part, la demande d’intervention est adressée à Istros, ce qui est hautement significatif : car Istros a toutes les chances d’avoir été naguère la métropole de cette apoikia « de deuxième degré » située à l’embouchure du Dniestr60.

43Quoi qu’il en soit, l’on a, avec ce document, un bel exemple d’une sorte de μετοικισμός.

44Au terme de cette enquête, parsemée, il est vrai, d’un éventail d’hypothèses et qui pose assurément des problèmes plus qu’elle n’en résout, il ne reste qu’une conclusion à tirer : en dépit de la faiblesse du dossier documentaire, le phénomène des colonisations supplémentaires, provoquées par des faits des plus divers – appât du gain, stratégies spécifiques des métropoles, refuge devant une menace extérieure, réseaux commerciaux, mercenariat, etc. – et déployées pendant des siècles constitue un problème auquel il conviendrait d’attacher tout autant d’importance qu’aux débats éternels autour des moments de fondation des apoikiai de la région du Pont-Euxin.

Haut de page

Bibliographie

Alexandrescu, P., 1999, L’aigle et le dauphin. Études d’archéologie pontique, Bucarest-Paris.

Alexandrescu, P., avec le concours de l’architecte Sion, A. et de Avram, A. et la collaboration de Alexandrescu Vianu, M., Baltreş, A., Bîrzescu, I., Conovici, N., Dupont, P., Georgescu, C., Măcărescu, M. et Zimmermann, K., 2005, Histria VII. La Zone Sacrée d’époque grecque, Bucarest-Paris.

Ameling, W., 1994, Prosopographia Heracleotica, dans Ll. Jonnes, The Inscriptions of Heraclea Pontica, IK, 47, Bonn, p. 115-168.

Arnaud, P., 1992, Les routes maritimes dans le Pont-Euxin d’après les données numériques des géographes anciens, REA, 94.1-2, p. 57-77.

Asheri, D., 1967, Il ‘rincalzo misto’ a Naupatto (ante 456 a.C.), PP, 22, p. 343-358.

Asheri, D., 1971, Supplementi coloniari e condizione giuridica della terra nel mondo greco, RSA, 1, p. 77-91.

Asheri, D., 1977, Tyrannie et mariage forcé. Essai d’histoire sociale grecque, Annales ESC (1), p. 21-48.

Avram, A., 1991, Untersuchungen zur Geschichte des Territoriums von Kallatis in griechischer Zeit, Dacia N.S., 35, p. 103-137.

Avram, A., 1996, Les cités grecques de la côte Ouest du Pont-Euxin, dans M.H. Hansen (éd.), Introduction to an Inventory of Poleis, Acts of the Copenhagen Polis Centre, 3, Copenhague, p. 288-316.

Avram, A., 2001, Les territoires d’Istros et de Callatis, dans A. Stazio (éd.), Problemi della chora coloniale dall’Occidente al Mar Nero, Atti del quarantesimo convegno di Studi sulla Magna Greci, Taranto, 29 settembre-3 ottobre 2000, Tarente, p. 593-632.

Avram, A., 2007, Das Territorium von Istros in archaischer Zeit, dans J. Cobet, V. von Graeve, W.-D. Niemeier et K. Zimmermann (éd.), Frühes Ionien. Eine Bestandsaufnahme, Panionion-Symposium Güzelçamlı 26. September-1. Oktober 1999, Milesische Forschungen, 5, Mayence, p. 487-497.

Avram, A., 2010, Sur quelques noms d’Apollonia du Pont, dans R.W.V. Catling et F. Marchand (éd.), Onomatologos. Studies in Greek Personal Names presented to Elaine Matthews, Oxford, p. 368-380.

Avram, A., Hind, J. et Tsetskhladze, G., 2004, The Black Sea Area, dans M.H. Hansen et Th. H. Nielsen (éd.), An Inventory of Archaic and Classical Poleis. An Investigation Conducted by the Copenhagen Polis Centre for the Danish Research Foundation, Oxford, p. 924-973.

Boltunova, A.J., 1982, Novye epigrafičeskie materialy iz Gorgippii, VDI (3), p. 61-66.

Boshnakov, K., 2004, Pseudo-Skymnos (Semos von Delos ?). Τὰ ἀριστερὰ τοῦ Πόντου. Zeugnisse griechischer Schriftsteller über den westlichen Pontosraum, Palingenesia, 82, Stuttgart.

Bujskikh, S.B., 2006, Die Chora des pontischen Olbia : Die Hauptetappen der räumlich-strukturellen Entwicklung, dans Guldager Bilde, Stolba, 2006, p. 115-139.

Burkert, W., 1990, Apollon Didim i Ol’vija, VDI (2), p. 155-160.

Casevitz, M., 1985, Le vocabulaire de la colonisation en grec ancien. Étude lexicologique : les familles de κτίζω et de οἰκέω-οἰκίζω, Études et commentaires, 97, Paris.

Chiekova, D., 2008, Cultes et vie religieuse dans les cités grecques du Pont Gauche (viie-ier siècles avant J.-C.), Berne-Berlin-Bruxelles-Francfort-New York-Oxford-Vienne.

Classen, C.J., 1970, Anaximandros 1, dans RE 12e Suppl., col. 30-69.

Coldstream, N.J., 1993, Mixed Marriages at the Frontiers of the Early Greek World, OJA, 12, p. 89-107.

Cusumano, N., 1994, Una terra splendide e facile da possedere. I Greci e la Sicilia, Rome.

Danov, Chr., 1962, Pontos Euxeinos, dans RE 11e Suppl., col. 866-1175.

Danov, Chr., 1976, Altthrakien, Berlin-New York.

Dimitrov, B., 2004, Apolonija Pontika. Edin grăcki polis na brega na Černo more, 611-72 g. pr. Khr., Sofia.

Dupont, P., 1983, Classification et détermination de provenance des céramiques grecques orientales archaïques d’Istros, Dacia N.S., 27, p. 19-43.

Dupont, P., 1999, Les enceintes grecques d’Histria : vers une nouvelle approche ?, dans O. Lordkipanidzé et P. Lévêque (éd.), Religions du Pont-Euxin, Actes du viiie Symposium de Vani, 1996, Besançon.

Dupont, P., 2007, Le Pont-Euxin archaïque : lac milésien ou lac nord-ionien ? Un point de vue de céramologue, dans A. Bresson, A. Ivantchik et J.-L. Ferrary (éd.), Une koinè pontique. Cités grecques, sociétés indigènes et empires mondiaux sur le littoral nord de la mer Noire (viie s. a.C.-IIIe s. p.C.), Actes du colloque de Bordeaux, 14-16 novembre 2002, Ausonius, Mémoires, 18, Bordeaux, p. 29-36.

Ehrhardt, N., 1983, Milet und seine Kolonien. Vergleichende Untersuchung der kultischen und politischen Einrichtungen, Francfort-Berne-New York-Paris, (2ème éd. 1988).

Ehrhardt, N., 1987, Die politischen Beziehungen zwischen den griechischen Schwarzmeergründungen und ihren Mutterstädten. Ein Beitrag zur Bedeutung von Kolonialverhältnissen in Griechenland, dans Acta Centri Historiae Terra Antiqua Balcanica, 2, (ixe Congrès international d’épigraphie grecque et latine), p. 78-117.

Ehrhardt, N., 1989, Apollon Ietros. Ein verschollener Gott Ioniens ?, IstMitt, 39, p. 115-122.

Finogenova, S.I., 2003, Hermonassa, dans Grammenos, Petropoulos, 2003, vol. II, p. 1007-1045.

Finogenova, S.I. et Tokhtas’ev, S.R., 2003, Novye dannye o kul’te Afrodity v Germonasse, Hyperboreus, 9.1, p. 83-88.

Fonseca, A., 1974, A proposito della data di fondazione di Apollonia Pontica, ŽAnt, 24, p. 263-265.

Gallo, L., 1983, Colonizzazione, demografia e strutture di parentela, dans Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes, Pise-Rome, p. 703-728.

Gehrke, H.-J., 1985, Stasis. Untersuchungen zu den inneren Kriegen in den griechischen Staaten des 5. und 4. Jahrhunderts v. Chr., Munich.

Goulet, R., 1994, Anaximandre de Milet, dans R. Goulet (éd.), Dictionnaire des philosophes antiques, vol. I, Paris, p. 192-193, n° 165.

Graf, F., 1974, Das Kollegium der Molpoi von Olbia, MH, 31, p. 209-215.

Graf, F., 1979, Apollon Delphinios, MH, 36, p. 2-22.

Graf, F., 1985, Nordionische Kulte. Religionsgeschichtliche und epigraphische Untersuchungen zu den Kulten von Chios, Erythrai, Klazomenai und Phokaia, Rome.

Graham, A.J., 1981-1982, Religion, Women and Greek Colonization, dans Religione e città nel mondo antico, Atti, Centro di ricerche e documentazione sull’antichità classica, 11, p. 293-314 (= Graham, A.J., 2001, p. 327-348).

Graham, A.J., 1982, The Colonial Expansion of Greeks, dans J. Boardman et N.G.L. Hammond (dir.), The Cambridge Ancient History, 2ème éd., vol. III, 3e partie. The Expansion of the Greek World, Eighth to Sixth Centuries B.C., Cambridge, p. 83-162.

Graham, A.J., 1992, Abdera and Teos, JHS, 112, p. 44-73 (= Graham, A.J., 2001, p. 269-314).

Graham, A.J., 2001, Collected Papers on Greek Colonization, Leyde-Boston-Cologne.

Grammenos, D. V. et Petropoulos, E. K. (éd.), 2003, Ancient Greek Colonies in the Black Sea, vol. I-II, Thessalonique.

Guldager Bilde, P. et Stolba, V.F. (éd.), 2006, Surveying the Greek Chora. Black Sea Region in a Comparative Perspective, Black Sea Studies, 4, Aarhus.

Hanell, K., 1934, Megarische Studien, Lund.

Hermary, A. (dir.), 2010, Apollonia du Pont (Sozopol). La nécropole de Kalfata (ve-iiie s. av. J.-C.). Fouilles franco-bulgares (2002-2004), Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine, 5, Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence.

Huxley, G.L., 1966, The Early Ionians, Londres.

Isaac, B., 1986, The Greek Settlement in Thrace until the Macedonian Conquest, Leyde.

Jacoby, F., 1902, Apollodors Chronik. Eine Sammlung der Fragmente, Philologische Untersuchungen, 16, Berlin.

Kryžickij, S.D., 2006, The Rural Environs of Olbia : Some Problems of Current Importance, dans Guldager Bilde, Stolba, 2006, p. 99-114.

Kryžickij, S.D., Rusjaeva, A.S. et al., 2006, Drevnejšij temenos Ol’vii Pontijskoj, Materialy po arkheologii, istorii i etnografii Tavrii, Suppl., 2, Simféropol.

Launey, M., 1949-1950, Recherches sur les armées hellénistiques, vol. I-II, BEFAR, 169, Paris.

Luria, S., 1928, Ein milesischer Männerbund im Lichte ethnologischer Parallelen, Philologus, 83, p. 113-136.

Luria, S., 1963, Kureten, Molpen, Aisymneten, AAntASH, 11, p. 31-36.

Marcotte, D., 2000, Géographes grecs, tome i. Introduction générale. Ps.-Scymnos : Circuit de la Terre, Les Belles Lettres, Paris.

Maximova, M., 1959, Der kurze Seeweg über das Schwarze Meer im Altertum, Klio, 37, p. 101-118.

Meister, Kl., 1895, Das Kolonialrecht von Naupaktos, Bericht der sächsischen Gesellschaft der Wissenschaften zu Leipzig, 47, p. 272-334.

Minchev, A., 2003, Odessos (6th century B.C. to early 1st century A.D.), dans Grammenos, Petropoulos, 2003, vol. I, p. 209-278.

Müller, Chr., 2010, D’Olbia à Tanaïs. Territoires et réseaux d’échanges dans la mer Noire septentrionale aux époques classique et hellénistique, Ausonius, Scripta Antiqua, 28, Paris-Bordeaux.

Nedev, D. et Panayotova, Kr., 2003, Apollonia Pontica (end of the 7th-1st centuries B.C.), dans Grammenos, Petropoulos (éd.), 2003, vol. I, p. 95-155.

Onyshkevych, L., 2002, Interpreting the Berezan bone graffito, dans V.B. Gorman et E.W. Robinson (éd.), Oikistes. Studies in Constitutions, Colonies and Military Power in the Ancient World offered in Honor of A.J. Graham, Leyde-Boston-Cologne, p. 161-179.

Oppermann, M., 2004, Die westpontischen Poleis und ihr indigenes Umfeld in vorrömischer Zeit, Schriften des Zentrums für Archäologie und Kulturgeschichte des Schwarzmeerraumes, 2, Langenweißbach.

Rougé, J., 1970, La colonisation grecque et les femmes, Cahiers d’histoire, 15, p. 307-317.

Ruscu, L., 2004, On the Decree of Autokles and the Status of Nikoneon, dans Gy. Németh et I. Piso (éd.), Epigraphica II. Mensa rotunda epigraphiae Dacicae Pannonicaeque, Hungarian Polis Studies, 11, Debrecen, p. 33-41.

Rusjaeva, A.S., 1986, Milet-Didimy-Borisfen-Ol’vija. Problemy kolonizacii Nižnego Pobuž’ja, VDI (2), p. 25-64.

Rusjaeva, A.S., 1992, Religija i kul’ty antičnoj Ol’vii, Kiev.

Rusjaeva, A.S. et Vinogradov, Ju.G., 2000, Apollon Ietros, Herrscher von Istros, in Olbia, dans A. Avram et M. Babeş (éd.), Civilisation grecque et cultures antiques périphériques. Hommage à Petre Alexandrescu à son 70e anniversaire, Bucarest, p. 229-234.

Sekerskaja, N.M., 1989, Antičnyj Nikonij i ego okruga v VI-IV vv. do n.e., Kiev.

Sekerskaya, N.M., 2001, Nikonion, dans G.R. Tsetskhladze (éd.), North Pontic Archaeology. Recent Discoveries and Studies, Colloquia Pontica, 6, Leyde-Boston-Cologne, p. 67-90.

Shepherd, G., 1999, Fibulae and Females : Intermarriage in the Western Greek Colonies and the Evidence from the Cemeteries, dans G.R. Tsetskhladze (éd.), Ancient Greeks West & East, Leyde-Boston-Cologne, p. 267-300.

Thonemann, P., 2006, Neilomandros. A Contribution to the History of Greek Personal Names, Chiron, 36, p. 11-43.

Tokhtas’ev, S.R., 2006, Nadgrobnaja stela synovej Attesa iz Mirmekia, VDI (1), p. 72-78.

Tokhtas’ev, S.R., 2007, Iz onomastiki Severnogo Pričernomor’ja XIX. Maloazijskie imena na Bospore (V-IV vv. do n.e.), VDI (1), p. 170-208.

Trippé, N., 2010, La divinité et ses épiclèses dans l’entreprise coloniale : l’exemple de Milet et de ses colonies sur la rive Nord-Ouest du Pont, ARG, 12, p. 23-39.

Tsetskhladze, G.R., 1994, Greek Penetration of the Black Sea, dans G.R. Tsetskhladze et F. De Angelis (éd.), The Archaeology of Greek Colonisation. Essays dedicated to Sir John Boardman, Oxford, p. 111-135.

Tsetskhladze, G.R., 2006, Introduction : Revisiting Ancient Greek Colonisation, dans G.R. Tsetskhladze (éd.), Greek Colonisation. An Account of Greek Colonies and Other Settlements Overseas, vol. I, Leyde-Boston, p. XXIII-LXXXIII.

Van Compernolle, R., 1983, Femmes indigènes et colonisateurs, dans Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes, Pise-Rome, p. 1033-1049.

Velkov, V., 1969 (dir.), Nessèbre, vol. I, Sofia.

Vinogradov, Ju.G., 1989, Političeskaja istorija ol’vijskogo polisa VII-I vv. do n.e., Moscou.

Vinogradov, Ju.G., 1997, Pontische Studien. Kleine Schriften zur Geschichte und Epigraphik des Schwarzmeerraumes, Mayence.

Vinogradov, Ju.G., 1999, Istria, Tira i Nikonij, pokinutyj i vozroždennyj, Numizmatika i epigrafika, 16, p. 50-71.

Vischer, W., 1871, Lokrische Inschrift von Naupaktos, RhM, 26, p. 39-96 (= Vischer, W., 1878, p. 172-235).

Vischer, W., 1878, Kleine Schriften, vol. II, Leipzig.

Haut de page

Notes

1 Graham, 1982, p. 158 ; Tsetskhladze, 2006, p. xxx.

2 Voir, avec des points de vue parfois divergents, Rougé, 1970 ; Asheri, 1977 ; Graham, 1981-1982 = Graham, 2001, p. 327-348 ; Gallo, 1983 ; Van Compernolle, 1983 ; Coldstream, 1993 ; Cusumano, 1994, p. 95-104 ; Shepherd, 1999.

3 Casevitz, 1985, p. 157.

4 Toutes les dates sont désormais à comprendre comme « av. J.-C. ».

5 Dupont, 2007, p. 31.

6 Dans la chôra d’Olbia, la mieux connue grâce à l’énergie des archéologues russes et ukrainiens, l’on est à même de recenser plus de 100 sites ruraux, dont plusieurs remontent au début du deuxième quart du vie siècle. Voir, en dernier lieu, Kryžickij, 2006, et Bujskikh, 2006, à chaque fois avec la riche bibliographie russe du sujet qu’il est inutile de reproduire ici. Pour la chôra d’Istros, voir Avram, 2007.

7 Alexandrescu, 1999, p. 64.

8 Zone sacrée d’Istros : Alexandrescu et al., 2005. Zones sacrées d’Olbia (Iètrôon et téménos d’Apollon Delphinios, voir plus bas) : Kryžickij, Rusjaeva, 2006.

9 Dupont, 2007, p. 33.

10 Fondamental à cet égard demeure Dupont, 1983.

11 Voir, pour la date de l’enceinte d’Istros, Dupont, 1999.

12 Avram, 2007, p. 492 et n. 25. Je reste aujourd’hui tout aussi prudent devant une telle possibilité. Pour un point de vue exposé d’une manière plus tranchante, voir Tsetskhladze, 1994, p. 125 : la pression lydienne « led to an internal crisis and one of the methods used to resolve it was emigration. New waves of emigrants set off for the shores of Pontus. This is the second stage of the Greek colonization of the Black Sea ». Sauf que ce dernier auteur semble lui aussi avoir nuancé ses vues, car sauf erreur de ma part, dans ses nombreuses contributions ultérieures je ne retrouve plus une telle affirmation.

13 Le point sur cette question dans Avram et al., 2004, p. 936-940 (spécialement p. 937), n° 690.

14 Voir, en général, Danov, 1976, p. 210 ; Gehrke, 1985, p. 24 et n. 1 (cf. p. 255) ; Avram, 1996, p. 299.

15 Nedev, Panayotova, 2003, p. 99 et fig. II.1 ; Oppermann, 2004, p. 9, 29 et 43-44 (avec bibliographie aux notes 390 et 392).

16 Marcotte, 2000, p. 82-83. La même solution avait été déjà envisagée par Jacoby, 1902, p. 192 : « noch wahrscheinlicher ist mir aber nach zahlreichen Analogien, dass auch das Gründungsdatum von Apollonia erst nach Anaximander bestimmt ist ; nur hat der Geograph das Geburtsjahr mit der ἀκμ verwechselt ». Voir aussi Boshnakov, 2004, p. 47 et 125-128. Boshnakov croit même pouvoir aller plus loin (p. 127) : « es liegt meines Erachtens mit Hilfe der antiken chronographischen Exaktheit schon auf der Hand, dass in einer freien Nacherzählung derselben Nachricht ἡγήσατο („hat geführt“) mit ἐγεννήθη („ist geboren“) verwechselt worden ist ».

17 Du bout de la plume, tout d’abord, Huxley, 1966, p. 101 : « possibly he led out a later body of colonists ». Il estime pourtant qu’il pourrait aussi s’agir d’un homonyme du célèbre philosophe : « another Anaximander may have been responsible : the name is found in archaic Milesian inscriptions, none of which needs refer to the philosopher ». Une telle possibilité semble pourtant être contredite, comme le remarque entre autres Boshnakov (2004, p. 127), par le contexte même dans lequel Élien laisse glisser cette information : il cherche des exemples de philosophes impliqués dans les affaires publiques, or nous ne connaissons pour l’instant aucun homonyme d’Anaximandre qui soit lui aussi philosophe. – À son tour, Fonseca, 1974 s’engage à peu près sur la même voie (il est enclin à dater l’expédition d’Anaximandre des environs de 580), sauf qu’il fait une différence (qui ne tient plus aujourd’hui) entre un supposé emporion originaire (fondé vers 610) et la polis proprement dite constituée, nous dit-on, plus tard grâce aux colons dont Anaximandre aurait été le chef et le législateur. Les quelques données que l’on peut retenir de la biographie d’Anaximandre s’opposent pourtant à une date aussi haute (voir plus bas).

18 Voir, pour ce sens, Casevitz, 1985, p. 129 : « apoikia désigne soit une expédition de colons, soit l’ensemble des expéditions, la “colonisation” manifestée par l’envoi de plusieurs apoikiai ».

19 Casevitz, 1985, p. 158, cite IG IX 12 3, 718 (ἐν Ναύπακτον hαπιFοικία [ἡ ἐπιFοικία], « colonie supplémentaire envoyée à Naupacte ») et estime que « aucune autre attestation n’est assurée ». Voir, sur ce document insigne : Vischer, 1871 = Vischer, 1878, p. 172-235 ; Meister, 1895 ; Asheri, 1967 ; Asheri, 1971, p. 80-81. Il convient quand même d’ajouter aux occurrences du mot Strabon IV 6, 2 : τὰς ἐποικίας.

20 Casevitz, 1985, p. 129 : « au moins pour la colonisation ancienne, antérieure au ve s., une ἀποικία comprend une κτίσις, – l’inverse n’étant pas nécessaire à l’origine ».

21 Selon Marcotte, 2000, p. 16, l’Anonyme du Circuit aurait publié son ouvrage à l’époque du roi bithynien Nicomède II (avant 127/6) ou III (127/6-94), ce qui « doit, de toute manière, avoir précédé la parution du ive livre des Chroniques d’Apollodore ». Il estime, d’autre part (p. 31), que l’Anonyme ne connaissait que les trois premiers livres des Chroniques d’Apollodore, mais pas l’ouvrage Περὶ γῆς, qui n’avait pas encore été publié, pour finir par suggérer prudemment la possibilité qu’après tout, les deux auteurs n’eussent fait qu’une seule et même personne (p. 43-44) : « il faut conclure qu’Apollodore, après avoir été, avec les livres I-III de ses Chroniques, le modèle métrique et méthodologique du ps.-Scymnos, a emprunté à la Περίοδος de ce dernier certaines idées, certaines formules pour son Περὶ γῆς et le IVe livre de ses Chroniques. On serait donc en présence de deux auteurs interdépendants, d’un jeu complexe de dettes mutuelles auquel Apollodore a pu difficilement se prêter et qu’on devrait peut-être résoudre en faisant de l’Athénien et du ps.-Scymnos un seul et même auteur ». Ce qui, à mon avis, à défaut de pouvoir être prouvé sans conteste, est de toute manière manifestement plus crédible que l’hypothèse étayée par Boshnakov, 2004, selon laquelle l’auteur du Circuit aurait pu être un certain Sémos de Délos.

22 Ou bien, en admettant l’hypothèse de D. Marcotte (note précédente), Apollodore = Ps.-Scymnos (lequel savait qu’Anaximandre n’avait rien à voir avec l’acte de fondation) devait faire appel à Démétrios de Callatis pour se renseigner sur les origines des apoikiai du Pont Gauche. Quelle que soit la voie que l’on emprunte, il est avéré qu’Apollodore n’avait pas désigné Anaximandre comme fondateur d’Apollonia. Si, par contre, il l’avait désigné comme chef d’un groupe de colons supplémentaires, Apollodore aurait pu être la source d’Élien. Sinon, l’auteur de l’Histoire variée aurait tiré son information d’un écrit que nous ignorons.

23 Voir, pour la biographie d’Anaximandre, Classen, 1970 ; Goulet, 1994.

24 Qu’il me soit permis de renoncer à donner des références sur l’épisode phocéen, commenté plus d’une fois par les spécialistes de la question. Pour Téos et Abdère, voir surtout Graham 1992 = Graham 2001, p. 269-314. Pour Phanagoria, la retraite devant la menace perse est explicitement indiquée par Arrien, Bith., fr. 55 Roos = FGrHist 156 F 71 : Φαναγόρεια, ἣν ἔκτισε Φαναγόρας ὁ Τήιος, φεύγων τὴν τῶν Περσῶν ὕβριν, « Phanagoria, que fonda Phanagoras le Téien, fuyant la démesure des Perses ».

25 Voir, en dernier lieu, Tsetskhladze, 1994, p. 125 ; Tsetskhladze, 2006, p. xxx.

26 Récemment, A. Baralis et A. Hermary, dans Hermary, 2010, p. 15 (avec n. 26), n’excluent pas la possibilité que les époikoi mentionnés par Aristote soient arrivés dans les circonstances de l’invasion de l’Ionie par les Perses – sans pour autant parler d’Anaximandre, qu’ils mentionnent dans un autre contexte et sans s’y attarder (p. 11) – mais ils finissent par privilégier d’autres hypothèses. Tout d’abord, « il serait tentant de lier cet accroissement de la population à la soudaine extension de la superficie des nécropoles à partir de la deuxième moitié du ve s. » (ce qui n’est pas a priori exclu, même si, comme je l’ai montré plus haut, le passage d’Aristote évoque un contexte plutôt archaïque). Deuxièmement, ils estiment que « le passage d’Aristote indique cependant clairement que ces troubles civils sont provoqués par l’arrivée d’étrangers, qui pourraient être éventuellement les Rhodiens donnés par Étienne de Byzance comme les co-fondateurs de la colonie ». Si, pour ma part, l’information transmise par Étienne de Byzance (α 361 Billerbeck : <ἀποικία> Μιλησίων καὶ Ῥοδίων) demeure suspecte, ce n’est sûrement pas dans le passage d’Aristote que l’on en trouvera quelque appui, car le Stagirite ne mentionne pas des « étrangers », mais tout simplement, comme nous l’avons vu, des époikoi, « des nouveau venus ».

27 Thonemann, 2006 (cf. L. Dubois, Bull. ép. 2007, 125). Voir surtout p. 24 : «  Ἀναξίμανδρος, Μανδρῶναξ and Μανδρωνακτίδης remain almost entirely Ionian ».

28 Dimitrov, 2004, 97 (photo), sans doute ve siècle, avec ma lecture (Bull. ép. 2008, 366) ; cf. SEG LV 732 ; LVI 818.

29 IGBulg I2 428 (ve/ive siècles). Attestation unique.

30 IGBulg I2 417 (ve/ive siècles).

31 SEG LII 678 (ive siècle). Attestation unique.

32 Avram, 2010, p. 375.

33 Ehrhardt, 1983, p. 145-146 (mais voir aussi les nuances apportées dans Ehrhardt, 1989, p. 118 et 121-122) ; Vinogradov, 1997, p. 80 et 97. Pour les différentes interprétations d’une tablette en os d’Olbia révélant une réponse venue sans doute de Didymes (Rusjaeva, 1986 [SEG XXXVI 694] = IGDOP 93 ), voir : Ehrhardt, 1987, p. 116-117 ; Ju.G. Vinogradov, Bull. ép. 1990, 549 ; Burkert, 1990 ; Rusjaeva, 1992, p. 29-41 ; Onyshkevych, 2002.

34 Luria, 1928 ; Luria, 1963 ; Graf, 1974 ; Graf, 1979 ; Ehrhardt, 1983, p. 142 ; Graf, 1985, p. 56-57.

35 Voir, pour l’ensemble de la discussion sur la topographie des sanctuaires, Kryžickij, Rusjaeva, 2006 (cf. A. Avram, Bull. ép. 2008, 404). Pour les épiclèses d’Apollon, Trippé, 2010.

36 Vinogradov, 1989, p. 78-80 ; Vinogradov, 1997, p. 17 ; Rusjaeva, Vinogradov 2000, p. 233-234. Vinogradov suppose de surcroît des confrontations violentes entre les nouveaux venus et les « anciens » d’Olbia, mais cette hypothèse me semble fragile.

37 Traduction Müller, 2010, p. 391-399.

38 Hermonassa : CIRB 1038 (ive siècle). Odessos : Minchev, 2003, p. 243, 254 et 275, fig. 4 (inscription datée du ve siècle, mais qui me semble, d’après la photo, plutôt du iiie siècle) ; Chiekova, 2008, p. 38.

39 Rappelons que la date de cet événement crucial n’est pas assurée : les propositions des savants vont de 519 à 512. Je m’en tiens à la date, disons, « traditionnelle ».

40 D’aucuns ont supposé que dans son premier passage, Hérodote mentionnait Mésambria, qui n’existait pas encore comme apoikia grecque, mais uniquement comme centre de pouvoir d’un quelconque dynaste thrace, tout simplement pour offrir à ses lecteurs un repère géographique pour l’itinéraire suivi par l’armée perse : par exemple, Hanell, 1934, p. 128. D’autres y ont vu une colonisation en deux temps : Danov, 1962, col. 1071 ; Velkov, 1969, p. 16. Enfin, Isaac, 1986, p. 250-251, proclame que « there is no reason to question the authority of Herodotus who says that it was founded in 493 by Chalkedonians and Byzantians who fled before the arrival of the Phoenician fleet ».

41 Voir, pour l’ensemble de la discussion, Avram, 1996, p. 290-292 ; Marcotte, 2000, p. 237-238 ; Oppermann, 2004, p. 15-16.

42 Müller, 2010, p. 23-48.

43 IOSPE II 296 (SGDI 5567) = CIRB 180.

44 Vinogradov, 1997, p. 124, n. 160. Voir aussi Launey 1949-1950, p. 483-484 et 1227.

45 Tokhtas’ev, 2006 ; Tokhtas’ev, 2007.

46 Κρόνιος Π{ι}οσειδεωνίō Κρωμνίτης (IOSPE II 291 = CIRB 199, inscription funéraire). Il s’agit donc d’un ethnique tiré de l’ancien nom d’Amastris.

47 Πύρρος Εὀρυνόμō Ἡρακλειώτας (SGDI 3083 = IOSPE II 288 = CIRB 923, inscription funéraire) et une inconnue Ἡρακλειῶτις (IOSPE IV 399 = CIRB 925, inscription funéraire).

48 [.]ητ[ -]ος Σ[ινωπ]εύς (CIRB 208, inscription funéraire). Les éditeurs restituent [Μ]ητ[ρότιμ?]ος, mais j’estime qu’il pourrait plutôt s’agir d’un [Μ]ητ[ρόδωρ?]ος.

49 Ἀγίας Σ[ -] (CIRB 973, inscription funéraire). Les éditeurs avaient restitué Ἀγίας Σ[ατύρου?] Ἡρακλε[ῖ], en comprenant une dédicace à Héraclès, mais voir Ameling, 1994, p. 122 (Ἡρακλε[(ι)ώτης]).

50 Ἡρακλείδας Ἡρακλεώτας (Finogenova, 2003, p. 1020-1021 et 1044, fig. 10) ; Finogenova, Tokhtas’ev, 2003 (SEG LIII 773 : dédicace à Aphrodite).

51 Μίκκη Γόκωνος Ἡρακλεῶτις (IOSPE IV 444 = CIRB 1193, inscription funéraire : Τόκωνος, lecture corrigée dans Boltunova, 1982, p. 66, n° 5 [SEG XXXII 791]).

52 Pour les « réseaux et les échanges internationaux » dans lesquels était impliqué le Pont Nord, voir un excellent traitement dans Müller, 2010, p. 219-264.

53 Voir, à ce propos, Maximova, 1959 ; Arnaud, 1992, p. 64. Cette voie semble avoir été ouverte très probablement « dans la première moitié du ive s. » (Müller, 2010, p. 220).

54 Avram, 1991, p. 104 ; cf. Avram, 2001, p. 615-616.

55 Vinogradov, 1999 (SEG XLIX 1051).

56 Voir Avram et al., 2004, p. 935-936, n° 688. Ce site a été localisé à Roksolany, à l’embouchure du Dniestr, et a fait l’objet de fouilles systématiques : voir Sekerskaja, 1989 ; Sekerskaya, 2001.

57 C’est l’interprétation de Ju.G. Vinogradov, éditeur de l’inscription.

58 Ruscu, 2004, spécialement p. 38-40 (cf. A. Avram, Bull. ép. 2006, 291).

59 Selon d’aucuns, dont Vinogradov, cela se serait produit plus exactement en 331, à l’occasion de l’expédition, d’ailleurs avortée, menée par le stratège Zopyrion contre Olbia. Rappelons toutefois que l’abandon d’un site (voir l’expression ἐγλιπόντες τὸν τόπον) ne doit pas forcément être mis en relation avec un événement militaire. Attendons plutôt que l’archéologie se prononce d’une manière plus précise sur la date de la première destruction.

60 Ju.G. Vinogradov plaide pour Tyras comme métropole de Niconion. Il faudrait quand même tenir compte de trois aspects : 1) la présence massive des monnaies frappées par Istros à Niconion ; 2) la preuve d’une colonisation en provenance d’Istros dans cette même région (car il y a un énigmatique Ἰστριανῶν λιμήν, sans doute un comptoir à chercher quelque part entre Tyras et Olbia : Arrien, Peripl. M. Eux. 31 ; Anonym., Peripl. M. Eux. 61) ; 3) le fait même que l’ambassade de Tyras dont il est question dans le décret est envoyée à Istros, comme si cette dernière était appelée à prendre ses responsabilités. La question demeure donc ouverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandru Avram, « Le rôle des époikoi dans la colonisation grecque en mer Noire : quelques études de cas », Pallas, 89 | 2012, 197-215.

Référence électronique

Alexandru Avram, « Le rôle des époikoi dans la colonisation grecque en mer Noire : quelques études de cas », Pallas [En ligne], 89 | 2012, mis en ligne le 10 mars 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://pallas.revues.org/854 ; DOI : 10.4000/pallas.854

Haut de page

Auteur

Alexandru Avram

Université du Maine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org