Navigation – Plan du site
V. Les Grecs des Balkans

La présence grecque en Thrace intérieure : l’exemple de « Pistiros »

The Greek presence in the Thracian Plain: the case of ‘Pistiros’
Andrzej Chankowski et Véronique Chankowski
p. 275-290

Résumés

La découverte du site appelé Pistiros, au Nord du massif du Rhodope, pose la question du statut de la présence grecque, non plus le long des côtes de la Mer Noire où elle est bien connue mais à l’intérieur de la Thrace. S’agit-il d’une colonisation, ou au contraire de simples relations commerciales développées ponctuellement ? L’exploration archéologique du site et l’étude de l’inscription découverte à proximité permettent de proposer une réponse à ces questions et éclaire en même temps le fonctionnement d’un emporion comme mode d’organisation original de la présence grecque en terre indigène.

Haut de page

Texte intégral

1La découverte du site dit de Pistiros, au nord du massif du Rhodope dans l’actuelle Bulgarie, pose la question du statut de la présence grecque, non plus le long des côtes de la Mer Noire où elle est bien connue mais à l’intérieur de la Thrace. S’agit-il d’une colonisation, ou au contraire de simples relations commerciales développées ponctuellement ? S’agit-il d’une implantation grecque sur un site indigène ou au contraire d’une création par les Grecs d’un établissement répondant à leurs besoins ? L’exploration archéologique du site, au cœur de la plaine thrace, et l’étude de l’inscription découverte à proximité, permettent de proposer une réponse à ces questions et éclairent en même temps le fonctionnement d’un emporion comme mode d’organisation original de la présence grecque en terre indigène.

1. Localisation et objectifs de l’étude archéologique

  • 1 On trouve également dans les publications la localisation d’« Asar dere » pour le site.

2Le site se trouve sur une terrasse en bordure de la Maritza (nommée par les Grecs Hebros), au lieu dit Adjijska Vodenitza (« le moulin à eau de Hadji »), situé entre la ville de Septemvri et le village de Vetren, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de la ville de Plovdiv, l’antique Philippopolis fondée par Philippe II de Macédoine1. C’est l’endroit où les Rhodopes et les contreforts de la Stara Planina (appelés en bulgare « moyenne montagne », Sredna Gora) ferment la plaine, la seule ouverture restant celle de l’Est, vers la mer. En effet, à l’ouest, les gorges de Belovo et le défilé de Momina Klisura constituent un verrou d’accès pour la route qui mène vers Sofia/Serdica (fig. 1 et 2).

Fig. 1. La côte nord-égéenne et les accès vers les emporia de Thrace intérieure.

Fig. 1. La côte nord-égéenne et les accès vers les emporia de Thrace intérieure.

© École française d’Athènes, M. Wurch-Kozelj, 2010 d’après Guide de Thasos, 2000, p. 14.

Fig. 2. Localisation des sites archéologiques autour de l’emporion.

Fig. 2. Localisation des sites archéologiques autour de l’emporion.

© École française d’Athènes, Lionel Fadin, BCH, 128-129, 2004-2005, p. 1227.

  • 2 L’ouvrage de Zofia Archibald constitue une synthèse commode sur les informations archéologiques dis (...)

3Avant la découverte du site en question, cette région située à l’extrême ouest de la plaine thrace et considérée à ce titre comme marginale, n’avait guère attiré l’attention des archéologues bulgares. Très naturellement, les recherches se concentraient, d’une part, sur les cités grecques de la côte pontique et, d’autre part, sur les sites dynastiques thraces comme Sevthopolis. Toutefois, l’importance de la région pour l’histoire de la Thrace n’est pas passée inaperçue, étant donné la présence dans les environs d’une vingtaine de tumuli près du village d’Akandjievo et de quelques autres près de ceux de Vetren et de Malko Belovo (fig. 2)2. Ces tumuli peuvent être cités comme témoignages de l’existence d’une élite sociale thrace dans cette région.

4Le site archéologique a été révélé par des travaux agricoles qui ont dégagé les premiers orthostates en pierre d’un mur antique, fait exceptionnel dans des contextes archéologiques qui font connaître l’adobe et la brique crue comme mode de construction. Les fouilles bulgares ont commencé en 1988 sous la direction de Mieczysław Domaradzki (Institut archéologique de l’Académie des Sciences de Sofia) avec bientôt la collaboration d’une équipe tchèque sous la direction de Jan Bouzek (Université de Prague) et une équipe britannique sous la direction de Zofia Archibald (Université de Liverpool). La mission française, dont nous avons eu la responsabilité à l’initiative de l’École française d’Athènes et avec le soutien du Ministère des Affaires Étrangères, s’est développée de 1997 à 2003. Notre objectif n’était pas d’ouvrir une tranchée supplémentaire sur le site, mais au contraire de conserver une perspective plus large en nous intéressant au territoire et à l’implantation de ce site dans un espace régional. Notre travail a pris la forme de prospections, puis de sondages géomorphologiques et archéologiques, aux abords immédiats du site afin d’en déterminer les limites et également dans des sites périphériques.

2. Le site et le territoire : morphologie, chronologie, organisation

  • 3 Pistiros I, 1996 ; Pistiros II, 2002 ; Pistiros III, 2007 ; Pistiros IV, 2010.
  • 4 Voir par exemple Pistiros III, 2007, p. 254-260. On trouvera également dans le même volume un bilan (...)
  • 5 Archibald, 2002.

5Les résultats des fouilles menées par les équipes bulgare, tchèque et britannique ont été publiés dans 4 volumes de la collection Pistiros3, mais il faut dire que cette collection, organisée sous la forme de publications de séries d’objets, n’offrira guère de synthèse au lecteur cherchant à comprendre la nature du site exploré. Les différents auteurs des contributions dans ces volumes ont, de plus, présenté des interprétations parfois contradictoires entre elles, qui utilisent pour qualifier le site à la fois les termes de colonie, de cité grecque, d’emporion, de site portuaire, à côté de celui, plus neutre, d’établissement, sans dégager de cohérence institutionnelle entre ces différents éléments4. Saluons toutefois l’effort de l’équipe britannique pour tenter d’unifier les divers éléments d’interprétation apparus au fur et à mesure de la multiplication des sondages et des tranchées par des équipes aux méthodes archéologiques souvent très différentes5.

  • 6 Chankowski, Fouache et al., 2000 ; Chankowski, 2010, p. 242-244.

6Le site était établi sur une terrasse en bordure de la Maritza. Des carottages, que nous avons réalisés avec Eric Fouache en 1999, ont permis de déterminer l’ancien lit du fleuve et ont montré qu’une partie du site a été emportée par les dérivations de la Maritza, postérieurement à l’Antiquité (fig. 3)6.

Fig. 3. Croquis de localisation du site à partir de la carte au 1/5000 et délimitation de la zone érodée.

Fig. 3. Croquis de localisation du site à partir de la carte au 1/5000 et délimitation de la zone érodée.

© École française d’Athènes, Éric Fouache, BCH, 124, 2001, p. 648.

  • 7 Pistiros I, 1996, p. 35-42 ; Pistiros II, 2002, p. 98-108 ; Pistiros III, 2007, p. 35-61.
  • 8 Pistiros III, 2007, p. 62-80.

7Au visiteur, c’est avant tout le mur d’enceinte qui apparaît, dégagé tout du long par les fouilles bulgares sur 34 m. (fig. 4)7. Il s’agit de blocs de pierre qui servaient d’assise à une élévation qui devait être en briques crues, avec une couverture de tuiles. On saisit bien l’organisation de l’entrée, avec une tour intérieure formant un dispositif de porte qui se prolonge par une rue pavée de galets de rivière (fig. 5). L’extension des fouilles a permis aussi d’explorer plusieurs zones d’habitat. La morphologie de ces maisons est celle d’habitats enterrés dans une première phase, puis la partie enterrée devient un cellier et une élévation en briques crue est construite avec l’appui de piliers de bois et d’une rangée de pierres assurant la première assise8.

Fig. 4. Vue d’une section du mur d’enceinte, au niveau du dispositif d’entrée.

Fig. 4. Vue d’une section du mur d’enceinte, au niveau du dispositif d’entrée.

(cliché des auteurs)

Fig. 5. La voie dallée menant vers le dispositif d’entrée, vue de l’Est.

Fig. 5. La voie dallée menant vers le dispositif d’entrée, vue de l’Est.

(cliché des auteurs)

  • 9 A propos des marques de vases, voir en particulier les travaux de L. Domaradzka (Pistiros III, 2007 (...)

8La culture matérielle révélée par les témoignages archéologiques présente des signes très net de mixité : des graffitis de noms grecs, de la céramique thrace locale et des importations attiques et nord-égéennes, des cultes locaux et des divinités grecques reconnues en Thrace, comme Héraclès et Dionysos, etc.9.

9La période d’occupation du site s’étend grosso modo sur l’époque classique et le début de la période hellénistique (la césure est marquée par la destruction du site lors des invasions celtes), d’après le témoignage de la céramique et des monnaies. Toutefois, il reste difficile de préciser la date du début de l’occupation du site et il convient sur ce point d’être attentifs à quelques considérations de méthode.

  • 10 Voir en particulier le bilan dressé par Z. Archibald dans Pistiros II, 2002, p. 131-148.

10D’après les publications concernant le matériel découvert sur le site, la présence grecque y serait ancienne, au moins du milieu du ve s. Quelques fragments erratiques de céramique attique datent du début du ve s. En réalité, la majorité des fragments de céramique attique du ve s. proviennent de contextes secondaires : des fosses destinées à ramasser le matériel après les réaménagements qu’a connus le site10. Ce matériel, initialement daté du ve s., est lui-même sujet à caution : ainsi, les lampes avaient d’abord été datées du ve s. d’après la typologie attique, mais il apparaît que ce sont des exemplaires de fabrication régionale, pour lesquels la typologie attique ne prouve rien en matière de chronologie. Aucune lampe d’importation trouvée sur le site ne peut dater d’avant la fin du ve s.

11On peut appeler à la même prudence pour l’autre marqueur chronologique disponible, les monnaies. Les monnaies les plus anciennes ont été trouvées dans le pavement supérieur de la rue principale et dans la tour d’entrée. Elles sont aux effigies de rois thraces (Kotys [ca. 384/3 – 359] et Térès III [ca. 350/47 – 341], et plus anciennement Amatokos Ier [ca. 405 – 391]), mais en majorité il s’agit de monnaies de Philippe II et d’Alexandre (environ 300 monnaies), puis de Lysimaque. Or la présence de monnaies antérieures au milieu du ive s. ne doit pas être considérée comme un témoignage sur la circulation monétaire ni sur l’occupation du site, mais plus probablement comme une pratique de thésaurisation.

12On notera aussi que 52 timbres amphoriques ont été publiés dans Pistiros II, dont 30 sont thasiens et datés essentiellement entre 356 et 343. Il faut y ajouter une trentaine de fonds d’amphores thasiens datés des ive-iiie s.

13Bref, les traces d’une occupation au milieu du ve s., si elle a existé, sont bien ténues, tandis que les premiers témoignages d’activité sur le site ne peuvent guère dater avant la fin du ve s. ou le début du ive s. Surtout, la grande phase d’activité commence avec le milieu du ive s. : c’est durant cette période que l’on note le plus grand nombre d’importations, dont les amphores thasiennes, mais aussi le développement architectural du site, visible le long de la rue principale et dans les secteurs d’habitat.

14Cela signifie que nous avons affaire à un site qui se développe peu avant la conquête de la Thrace par Philippe II. Si des traces claires de destruction montrent les effets du passage des Celtes au iiie s., il est en revanche plus difficile d’avoir une idée précise de la situation des territoires conquis par Philippe II et des conséquences de cette conquête sur les relations entre la côte égéenne et l’arrière-pays.

  • 11 Chankowski et al., 1999 ; Chankowski, Fouache et al., 2000 ; Chankowski et al., 2001 ; Chankowski, (...)

15Que peut-on dire de l’implantation territoriale de ce site ? Les résultats de nos recherches ont été publiés dans des chroniques et dans des articles11. Ils peuvent être résumés brièvement comme suit : la prospection de la plaine, que nous avions initialement considérée comme le territoire potentiel du site (soit 20 km2 d’espace délimité naturellement par la Maritza et par des collines : fig. 2) n’a révélé aucune trace d’occupation, ni grecque ni indigène, aux époques contemporaines du site. Nous ne sommes pas dans le cas d’un territoire organisé à la grecque : pas de pratiques d’épandage agricole qui auraient dispersé de la céramique, pas de fermes ni d’habitat isolé dans la plaine, pas de parcellaire agricole ni de traces de subdivisions qui puissent correspondre à des klèroi. La situation est toute différente à l’époque romaine, avec une exploitation intensive de la plaine sur le plan agricole, appuyée sur des travaux préalables de terrassement, ainsi que la construction d’une route selon un axe Est-Ouest.

16Au contraire, le site d’époque classique et hellénistique est davantage en relation avec les zones de piémont et de moyenne montagne du fond de la plaine. Un seul site indigène pouvant lui être contemporain a été repéré en prospection, situé sur le piémont à proximité du village de Belovo (fig. 2, nos 2 et 3). C’est donc davantage en termes d’exploitation d’un réseau que d’occupation territoriale, qu’il conviendrait de définir le rôle de cet établissement. Si la fourniture de bois et d’esclaves thraces, que mentionnent les sources antiques, pouvaient être des éléments attractifs pour des Grecs, la région comptait également une autre richesse : des mines de cuivre à ciel ouvert, où le minerai affleure, sont encore visibles à l’Ouest et au Sud du village d’Akandjievo (fig. 2) et étaient encore exploitées au xixe s. (d’autres le sont aujourd’hui encore, plus au Nord, dans la région d’Elsitza).

  • 12 L’editio princeps est due à V. Velkov et L. Domaradzka (Velkov, Domaradzka, 1994). Le texte a été r (...)

17Parallèlement aux informations tirées de l’observation archéologique, une inscription permet de préciser le contexte de la présence des Grecs dans la plaine thrace. La pierre a été trouvée à deux kilomètres du site, à proximité d’une mansio de l’époque romaine tardive située au nord du fleuve de la Maritza (fig. 2, no 7 ; fig. 6)12.

Fig. 6. L’inscription trouvée à proximité du site, dite aussi « stèle d’Asardere ».

Fig. 6. L’inscription trouvée à proximité du site, dite aussi « stèle d’Asardere ».

© École française d’Athènes, BCH, 123, 1999, p. 246.

3. La question de la présence grecque : le témoignage de l’inscription de Vetren

18Il s’agit d’un acte de chancellerie, le seul que nous connaissions à ce jour en Thrace, qui émane d’un successeur de Kotys (mort en 359) dont le nom n’est pas donné. Dans ce document, le souverain confirme une liste de privilèges qui avaient été autrefois accordés par Kotys aux Grecs entretenant des relations commerciales avec les Thraces et en ajoute d’autres. Le roi s’engage à ne pas utiliser la force militaire contre les Grecs (les individus ne pourront être tués ou pris en otages, leurs biens ne pourront être confisqués, les établissements ne pourront être occupés militairement). En outre, le roi accorde une exemption de taxes douanières aux commerçants qui vont circuler entre plusieurs établissements. Aussi cette inscription est-elle une source exceptionnelle d’informations au sujet, d’une part, du statut des commerçants grecs à l’intérieur du pays thrace, et, d’autre part, des liens commerciaux qui unissaient à cette époque-là des cités grecques du littoral égéen et la plaine thrace. L’établissement du texte a toutefois été rendu complexe par la multiplication des versions qu’en ont produites les premiers éditeurs et des hypothèses développées par les différents commentateurs. Aussi ne nous paraît-il pas inutile d’en fournir, ici, un état actualisé qui pourra servir de référence dans la réflexion.

19Dans l’établissement du texte, deux points méritent d’être précisés :

    • 13 Picard, 1999.

    l. 4 : O. Picard a proposé d’expliquer et a restitué les premières lignes du texte en y reconnaissant une procédure de « serment purgatoire » utilisé, en droit grec, par un défendeur poursuivi en justice pour une somme qu’il nie avoir reçue à titre de prêt et qui, en s’excusant par serment à Dionysos, se libère légalement de sa créance13.

  • l. 16 : il convient d’éliminer définitivement la restitution [κλ]ήρους qui n’est orientée que par une interprétation du texte qui veut voir dans l’implantation des Grecs en Thrace une installation coloniale avec des klèroi et un partage des terres. Avec le verbe λαμβάνειν à la ligne suivante, il faut retenir la restitution [ὁμ]ήρους (« prendre des otages »).

20Le texte de l’inscription peut être établi et traduit comme suit (pour plus de détails, on se reportera au commentaire de l’édition du BCH 123, 1999) :

1

[---- τάδε λέγει· ὅσα ἐπ]ικα[λῆι]
[τις ἐμπορίτης ?], ΔΕΝΝΥ..Η, εἰ δὲ [μὴ]
[εἴδηι, ὀμνύτ?]ω τὸν Διόνυσογ καὶ [τα]-

4

[῀οτα μὴ ?] ὀφειλέτω· ὅ τι ἂν δέ τις τῶν
[ἐμπ]οριτέων ἐπικαλῆι ὁ ἕτερος τ-
[ῶι ἑ]τέρωι κρίνεσθαι αὐτοὺς ἐπὶ τ-
[οῖς] συγγενέσι καὶ ὅσα ὀφείλετα[ι]

8

τοῖς ἐμπορίταις παρὰ τοῖς Θραιξ-
[ί]ν, τούτωγ χρεῶν ἀποκοπὰς μὴ
ποιεῖγ· γῆγ καὶ βοσκὴν ὅσην ἔχουσ-
ιν ἐμπορῖται, τα῀οτα μὴ ἀφαιρεῖ-

12

[σθ]αι· ἐπαυλιστὰς μὴ πέμπειν το-
[ῖς] ἐμπορίταις· φρουρὴμ μηδεμίαν
εἰς Πίστιρον καταστῆσαι μήτε α-
[ὐτ]ὸμ μήτε ἄλλωι ἐπιτρέπειν·

16

[ὁμ]ήρους Πιστιρηνῶμ μὴ λαμ-
[βάν]ειμ μηδὲ ἄλλωι ἐπιτρέπειν·
[τὰ vel γῆν] τῶν ἐμποριτέωμ μὴ [ἀ]φαιρεῖ-
[σθ]αι μήτε αὀτὸμ μήτ[ε το]ὺς ἑ-

20

[αυτ]οῦ· τέλεα κατὰ τὰς ὁδοὺς
μὴ πρήσσειν, ὅσα εἰς Μαρώνεια[ν]
[εἰσ]άγεται ἐκ Πιστίρου ἢ ἐκ τῶν ἐ-
[μ]πορίων ἢ ‘γ Μαρωνείης εἰς Πίστ-

24

[ιρ]ον ἢ τὰ ἐμπόρια Βελανα Πρασε-
[․ω]ν· τοὺς ἐμπορίτας τὰς ἀ‹μ›αξ-
[ας] καὶ ἀνοίγειγ καὶ κλείειν· ἅμα
[καθ]άπερ καὶ ἐπὶ Κότυος· ἄνδρα Μ-

28

[αρω]νίτην οὐ δήσω οὐδὲ ἀποκτ-
[ενέ]ω οὐδὲ ἀφαιρήσομαι χρήμα-
[τα] οὔτε ζῶντος οὔτε ἀποθανόν-
[τος] οὔτε αὐτὸς οὔτε τῶν ἐμῶν

32

[οὐ]δεὶς οὐδὲ Ἀπολλωνιητέων, οὐδ-
[ὲ] Θασίων, ὅσοι ἐμ Πιστίρωι εἰσί[ν],
[οὔ]τε ἀποκτενέω οὐδένα, οὔτε
[δήσω] οὔτε ἀφαιρήσομαι χρήμα-

36

[τα οὔτε] ζῶντος οὔτε ἀποθανό-
[ντος οὔτε] αὐτὸς οὔτε τῶν ἐμῶν
[οὐδεὶς εἴ τις] τῶν οἰκητόρων
[․․․․c.14-16․․․․] τῶν οὗ ὁ ἐμπορ-

40

[․․․․c.14-16․․․․]ον εἰσὶν ΑΙΜ-
[․․․․c.14-16․․․․]ν ἐὰμ μὴ ΑΜ-
[․․․․c.14-16․․․․ τ]ις ἀδικῆι τὸ-
[ν δεῖνα vel ὺς δεῖνας] τε ΕΥΩΑΛΛΑ

44

[ἀναδο- vel ἀποδο]χεὺς τὴν ΕΠ-
[․c.5-6․ δι’ ἑκάστ]ου ἐνιαυτοῦ
[— — — — — — — — —]Α. vacat

[Décisions (du dynaste) : pour les sommes qu’un emporitain réclame]… et s’[il ne les reconnaît pas], qu’il prête serment par Dionysos et qu’il [n’en] soit [pas] redevable ; et pour ce que l’un des emporitains réclame à un autre, qu’ils arrêtent la décision eux-mêmes entre parents ; de même que pour tout ce qui est dû aux emporitains par les Thraces, qu’il n’annule pas de créances. La terre et les troupeaux que possèdent les emporitains, qu’il ne les leur retire pas. Qu’il n’envoie pas de troupes en campement aux emporitains. Qu’il n’établisse aucune garnison à Pistiros, ni par lui-même, ni en le permettant à un autre. Qu’il ne prenne pas d’[ot] ages chez les Pistiréniens et qu’il ne le permette pas à un autre. Qu’il ne prive pas les emporitains de [leurs biens], ni lui-même ni l’un de ses gens. Qu’il ne perçoive pas de taxes sur les routes, pour tout ce qui est transporté à Maronée depuis Pistiros ou les emporia, ou depuis Maronée à Pistiros ou aux emporia Belana Prase [-]. Que les emporitains ouvrent et ferment [eux-mêmes] les chariots. Et en même temps comme au temps de Kotys, « je ne retiendrai ni ne tuerai un Maronitain et je ne le priverai pas de ses biens, qu’il soit vivant ou mort, ni moi ni aucun des miens. De même, des Apolloniates et des [Th] asiens qui sont à Pistiros, je n’en tuerai ni n’en [retiendrai] aucun et je ne le priverai pas de ses biens, qu’il soit vivant ou mort, ni moi ni aucun [des miens ». Si l’un] des habitants…

  • 14 Voir à titre de comparaison les remarques d’A. Bresson à propos de Naucratis (Bresson, 2000, p. 74- (...)

21On reconnaît aisément à travers les clauses de ce texte un acte législatif par lequel un souverain local s’engage à respecter les droits de commerçants et de résidents grecs sur un territoire dont il a le contrôle et dans lequel des Grecs sont autorisés à circuler. Le terme d’emporitains apparaît à plusieurs reprises et cette situation dans laquelle un accord, bilatéral ou multipartite, avec le pouvoir local, garantit la sécurité de Grecs en territoire étranger est bien une caractéristique de la situation juridique d’un emporion14. Ici, le successeur du roi thrace Kotys a approuvé un certain nombre de privilèges qu’il garantit aux Grecs qui circuleront entre des points bien précis de son territoire. Les premières clauses donnent un cadre d’application clair au règlement de litiges financiers entre Grecs et Thraces et plus précisément dans le cas de prêts d’argent : si le conflit concerne deux Grecs dans les emporia, l’affaire devra être réglée entre Grecs ; au contraire s’il s’agit d’une affaire financière opposant Thraces et Grecs, le souverain s’interdit d’annuler les dettes des Thraces. Il assure ainsi un cadre juridique rassurant pour les Grecs, de nature à favoriser le développement des relations commerciales et financières avec les populations locales. La première clause, qui pourrait correspondre au serment purgatoire, devait en revanche accorder des facilités au souverain pour résoudre de manière pacifique des conflits d’affaires dans lesquels aucune preuve ne pouvait être apportée. En l’absence de tels accords, les relations avec les Thraces devaient prendre les formes plus contraignantes que connurent les Périnthiens avec Kotys, d’après l’anecdote rapportée dans l’Économique du Pseudo-Aristote (II2, 27) : emprunts forcés, prises d’otages.

22D’emblée, c’est bien la protection et le développement du commerce qui est en jeu. Il s’agit plus largement d’assurer la sécurité des personnes qui fréquentent les établissements concernés par l’accord, ainsi que de leurs biens, en interdisant toute forme de spoliation ou de violence physique. À la fois dans le serment final et dans les clauses qui constituent la première partie du texte, l’engagement de ne pas porter atteinte aux personnes physiques et aux biens des emporitains est répété à plusieurs reprises et s’étend non seulement au souverain mais aussi aux « siens », qu’il s’agisse de ses dignitaires, de ses subalternes ou de ses sujets.

23Un paragraphe porte explicitement sur des privilèges commerciaux qui définissent une forme d’ateleia : l’autorité locale ne percevra pas de taxes sur les routes empruntées par les emporitains, et les emporitains auront le privilège d’ouvrir et de fermer leurs chariots, ce qui doit signifier qu’ils ne seront pas soumis aux contrôles douaniers exercés par l’autorité locale (contrôles qui, dans certains cas, pouvaient peut-être aboutir à des formes de spoliation, également interdites par les autres clauses du texte).

24Pour évaluer l’extension de ce commerce, il faut encore identifier les établissements mentionnés dans le texte. Certains sont des cités grecques bien connues : Thasos et Maronée. Pour d’autres, l’identification demande discussion tant le nom est courant : dans le cas d’Apollonia, il peut s’agir de l’Apollonia Pontique (l’actuel Sozopol) ou bien d’une Apollonia moins connue sur la côté égéenne. Les autres ne sont pas identifiés sur le terrain : Pistiros et les emporia Belana Prase- dont le nom complet a malheureusement disparu dans la lacune de la pierre. On constatera tout d’abord que ces établissements ont des statuts bien différents dans les relations que décrit ce texte entre les Grecs et les Thraces.

25Les emporia dont il est question ici sont des lieux où résident des Grecs venus commercer (les emporitai). Leur installation sur place requiert de la terre et des troupeaux, sans qu’elle prenne pour autant la forme d’une véritable colonisation territoriale (s’il est question de terre, il n’est pas question de klèroi) : ce sont surtout les biens mobiles, ta chrèmata, qui doivent être protégés par la législation. L’accord précise que leurs établissements ne pourront cependant faire l’objet d’une occupation par des troupes militaires en campement : c’est probablement le sens qu’il convient de donner à epaulistai et cette clause rappelle le privilège obtenu par plusieurs cités grecques de la part des rois hellénistiques de ne pas devoir loger les troupes royales lors de campagnes militaires. Les emporia sont donc bien le lieu de résidence de commerçants grecs, ce qui n’exclut pas que des Thraces aient également été résidents de ces établissements. Mais on ignore quelles populations étaient désignées exactement par le terme d’oikètores employé dans les dernières lignes mutilées du texte : s’agit-il des habitants grecs des emporia ou des populations thraces qui pouvaient résider sur tout le territoire placé sous l’autorité du souverain local ?

  • 15 Demetriou, 2010. Dans cet article, l’auteur adopte toutefois une interprétation différente en consi (...)

26Le nom de Pistiros apparaît à plusieurs reprises dans le texte : à côté des privilèges accordés aux emporitains, il garantit les privilèges des Pistirènoi (manifestement les habitants de Pistiros). Le texte construit un parallèle entre les emporia et Pistiros : ainsi, à l’interdiction d’envoyer des campeurs dans les emporia fait écho l’interdiction d’installer une garnison à Pistiros ; à l’interdiction de spolier les emporitains fait écho l’interdiction de prendre des otages parmi les Pistirènoi. Pistiros et les emporia sont donc liés, mais on voit en même temps qu’il s’agit de deux établissements bien différents qu’il est impossible d’assimiler l’un à l’autre. Pourtant, s’appuyant, d’une part, sur ces données du texte, et d’autre part, sur le lieu de trouvaille de l’inscription (à proximité du site d’Adjijska Vodenitza/Vetren dont le caractère partiellement grec semble assuré par le matériel), Velizar Velkov et Lidia Domaradzka, auteurs de la première édition de l’inscription, ont identifié le site fouillé près de Vetren avec la Pistiros de l’inscription, et les Pistirènoi avec les emporitai de l’inscription. Cette interprétation a prévalu dans l’ensemble (à l’exception de l’article de D. Demetriou15) alors qu’il apparaît clairement qu’elle n’est pas conforme à la situation que décrit le texte.

  • 16 Bravo, Chankowski, 1999.

27L’argument principal des partisans de l’identification de Pistiros avec le site fouillé est fondé sur le lieu de trouvaille de l’inscription. Il n’est pas contraignant. En effet, puisque le document contient des privilèges accordés, d’une part, aux emporitai et, d’autre part, aux Pistirènoi, il est logique d’admettre que plusieurs copies de ce document ont été érigées : à Pistiros certes, mais aussi dans les emporia (le pluriel pouvant désigner aussi bien un complexe que plusieurs établissements) mentionnés dans le texte. La logique du texte elle-même oblige à considérer que Pistiros et les emporia sont deux réalités et deux localités différentes. Le réseau routier mentionné à propos de l’exemption de taxes le montre bien. Il y est question de routes qui relient, d’une part, Maronée aux emporia, et, d’autre part, Maronée à Pistiros. L’organisation de ce réseau routier exclut donc l’identification de Pistiros avec l’un des emporia mentionnés dans le texte16.

  • 17 Chankowski, 2010, p. 245.

28Cette inscription n’est pas le premier témoignage sur le toponyme « Pistiros ». En effet, Hérodote (VII 109) connaît la cité de Pistiros (Pystiros ou Pistyros) et la situe au bord de la Mer Égée, près de l’embouchure du Nestos. Des archéologues grecs croient l’avoir localisée lors des fouilles menées près du village de Pontolivado, au Sud de la route Kavala-Xanthi, mais la découverte récente, par Maria Nikolaïdou, d’un site plus approprié par sa chronologie auprès de Karvali, à l’est de Kavala, est de nature à relancer ce débat (fig. 1)17. D’après l’inscription, Pistiros est, en tout cas, une cité qu’il faut chercher sur le littoral égéen. Contrairement à Maronée, Thasos et Apollonia qui sont des cités indépendantes et négocient des conditions commerciales pour leurs ressortissants avec les autorités thraces (Maronée semblant d’ailleurs avoir joué un rôle plus important ou plus central dans ces négociations, Thasos et Apollonia ne venant qu’en second lieu dans le serment), Pistiros est sous la dépendance du souverain thrace : ne serait-ce pas sa conquête récente, dans cette partie de la Thrace égéenne, qui aurait inquiété les Maronitains et les autres emporitains des cités grecques nord-égéennes, suscitant des négociations avec le souverain pour obtenir, malgré sa domination sur Pistiros, des conditions aussi favorables qu’auparavant pour les échanges avec l’arrière-pays ?

  • 18 Chankowski, Domaradzka, 1999, p. 254-256.

29Ce commerce avec l’arrière-pays thrace enrichissait assurément les Grecs de Maronée, Thasos et Apollonia (notons qu’Abdère, grande rivale commerciale de Maronée, est absente de ce réseau) grâce à un système de relations qu’ils ne pouvaient se permettre de voir disparaître18. Les circuits commerciaux s’appuyaient manifestement sur une cité intermédiaire, Pistiros, qui était en relation avec les emporia de l’arrière-pays. Dans cette partie de la Grèce nord-égéenne, plusieurs cités devenues grecques sont d’anciens établissements thraces, ce qui, dans le cas de Pistiros, pourrait expliquer le rôle privilégié qu’elle aurait joué dans les relations avec l’arrière-pays.

30Le site archéologique bulgare fouillé près de Vetren, dans la plaine thrace, a quant à lui, à l’époque classique, toutes les caractéristiques d’un comptoir commercial, mais en aucun cas celles d’une colonie grecque et encore moins d’une cité grecque qui, si l’on suit à la lettre le texte de l’inscription, sont celles qu’il faudrait attribuer au site qui y est dénommé Pistiros. Bien plutôt, le site est un de ces emporia qui devaient contribuer à acheminer vers la côte métaux, bois, esclaves tandis que des spécialités de la Grèce nord-égéenne pénétraient en retour en Thrace intérieure.

  • 19 Chankowski, Fouache et al., 2000, p. 653-654.

31L’établissement exploré est apparu, comme on l’a vu, en relation avec les zones de piémont, peut-être pour l’exploitation des mines de cuivre par l’intermédiaire d’autres établissements indigènes (comme celui qui a été repéré dans les environs du village de Belovo). Un site à vocation agricole aurait probablement privilégié une installation sur le piémont, de façon à assurer à l’exploitation des terroirs une irrigation par gravité tout en offrant une situation défensive. Ce n’est pas le cas de cet établissement : installé en plaine sur une terrasse en bordure de la Maritza, il bénéficie certes du potentiel défensif de son rempart mais suppose tout de même un territoire qui ne soit pas hostile. Or la sécurité des personnes et des biens des emporitains était précisément la garantie apportée par l’accord négocié entre les cités nord-égéennes et le souverain local. Il trouve sa cohérence en périphérie des terroirs agricoles traditionnels, dans une logique de carrefour de voies de communication : il apparaît bien comme un point de rupture de charge dans un réseau commercial19. En effet, cet établissement se trouve au point de rencontre de deux axes : un axe Est-Ouest formé par la vallée du fleuve, que l’instabilité de la Maritza peut rendre répulsif (comme le prouve l’installation de la voie romaine et de la Bona Mansio beaucoup plus au nord : fig. 2 n° 7) et un axe Nord-Sud constitué par des voies terrestres à travers le Rhodope.

Conclusion

32Dans le cas des cités grecques nord-égéennes, la pénétration dans l’arrière-pays thrace par le biais des emporia est finalement une alternative à la conquête territoriale. Elle entérine, par la négociation, des relations commerciales qui ont permis aux Grecs d’exploiter les ressources de la plaine thrace, mais aussi aux Thraces de profiter des « nouvelles technologies » apportées par les Grecs, à commencer par la monnaie. Si ce modèle peut s’avérer bien différent d’autres schémas de colonisation et d’occupation territoriale, il en partage pourtant plusieurs aspects, en particulier sur le plan des échanges culturels, comme en témoigne la mixité de la culture matérielle que révèle le site fouillé près de Vetren (que nous n’appellerons donc pas Pistiros). Mais il a pour caractéristique de donner la primauté aux enjeux économiques et financiers, qui font l’objet de la négociation : le commerce est bien aussi une forme de conquête.

Haut de page

Bibliographie

Archibald, Z. H., 1998, The Odrysian Kingdom of Thrace, Orpheus Unmasked, Oxford.

Archibald, Z. H., 2002, A river port and emporion in central Bulgaria : an interim report on the British project at Vetren, ABSA, 97, p. 309-351.

Archibald, Z. H., 2010, Greeks and Thracians. Geography and culture, dans H. Tréziny (éd.), Grecs et indigènes de la Catalogne à la Mer Noire, Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence, p. 203-211.

Bravo, B. et Chankowski, A., 1999, Cités et emporia dans le commerce avec les barbares à la lumière du document dit à tort « inscription de Pistiros », BCH, 123, p. 275-317.

Bresson, A., 2000, La cité marchande, Bordeaux.

Chankowski, V., 2010, Pistiros et les Grecs de la côte nord-égéenne : problèmes d’interprétation, dans H. Tréziny (éd.), Grecs et indigènes de la Catalogne à la Mer Noire, Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence, p. 241-246.

Chankowski, V. et al., 1999, Pistiros (Bulgarie), dans Rapport sur les travaux de l’École française d’Athènes en 1998, BCH, 123, p. 581-588.

Chankowski, V. et al., 2001, Pistiros (Bulgarie), dans Rapport sur les travaux de l’École française d’Athènes en 2000, BCH, 125, p. 731-736.

Chankowski, V. et Domaradzka, L., 1999, Réédition de l’inscription de Pistiros et problèmes d’interprétation, BCH, 123, p. 247-258.

Chankowski, V., Fouache, E. et al., 2000, Pistiros (Bulgarie), dans Rapport sur les travaux de l’École française d’Athènes en 1999, BCH, 124, p. 643-654.

Chankowski, V., Gotzev, A. et Nehrizov, G., 2004-2005, Pistiros (Bulgarie), dans Rapport sur les travaux de l’École française d’Athènes en 2003 et 2004, BCH, 128-129, p. 1226-1253.

Demetriou, D., 2010, Pistiros and a North Aegean trade network, Antiquité Classique, 79, p. 77-93.

Domaradzka, L., 1999, Monuments épigraphiques de Pistiros, BCH, 123, p. 347-358.

Picard, O., 1999, Le commerce de l’argent dans la charte de Pistiros, BCH, 123, p. 331-346.

Pistiros I : Domaradzki, M. †, Archibald, Z. H., Bouzek, J. et Domaradzka, L., 1996, Pistiros I. Excavations and Studies, Prague.

Pistiros II : Bouzek, J., Domaradzka, L. et Archibald, Z. H., 2002, Pistiros II. Excavations and Studies : Report of the Joint Project of Excavations and Studies by the Bulgarian Academy of Sciences, Charles University in Prague, University of Liverpool, École française d’Athènes and Archaeological Museum Septemvri, Prague.

Pistiros III : Bouzek, J., Domaradzka, L. et Archibald, Z. H., 2007, Pistiros III. Excavations and Studies : Report of the Joint Project of Excavations and Studies by the Bulgarian Academy of Sciences, Charles University in Prague, University of Liverpool and Archaeological Museum “Prof. M. Domaradzki”, Septemvri, Prague.

Pistiros IV : Bouzek, J., Domaradzka, L. et Archibald, Z. H., 2010, Pistiros IV. Excavations and Studies, Prague.

Tréziny, H., (éd.), 2010, Grecs et indigènes de la Catalogne à la Mer Noire, Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence.

Velkov, V. et Domaradzka, L., 1994, Kotys I (383/2-359) et l’emporion de Pistiros en Thrace, BCH, 118, p. 1-15.

Haut de page

Notes

1 On trouve également dans les publications la localisation d’« Asar dere » pour le site.

2 L’ouvrage de Zofia Archibald constitue une synthèse commode sur les informations archéologiques disponibles concernant les sites thraces du royaume odryse dans la Bulgarie actuelle (Archibald, 1998, en particulier p. 226-231 et p. 343). Hormis cet ouvrage, l’essentiel de la bibliographie concernant les sites archéologiques est en bulgare. Sur les relations entre Thraces et Grecs, voir également Archibald, 2010, p. 203-211.

3 Pistiros I, 1996 ; Pistiros II, 2002 ; Pistiros III, 2007 ; Pistiros IV, 2010.

4 Voir par exemple Pistiros III, 2007, p. 254-260. On trouvera également dans le même volume un bilan des opérations archéologiques menées sur le site (p. 5-19).

5 Archibald, 2002.

6 Chankowski, Fouache et al., 2000 ; Chankowski, 2010, p. 242-244.

7 Pistiros I, 1996, p. 35-42 ; Pistiros II, 2002, p. 98-108 ; Pistiros III, 2007, p. 35-61.

8 Pistiros III, 2007, p. 62-80.

9 A propos des marques de vases, voir en particulier les travaux de L. Domaradzka (Pistiros III, 2007, p. 221-235 et p. 283-285 ; Domaradzka 1999).

10 Voir en particulier le bilan dressé par Z. Archibald dans Pistiros II, 2002, p. 131-148.

11 Chankowski et al., 1999 ; Chankowski, Fouache et al., 2000 ; Chankowski et al., 2001 ; Chankowski, Gotzev et Nehrizov, 2004-2005 ; Chankowski, 2010.

12 L’editio princeps est due à V. Velkov et L. Domaradzka (Velkov, Domaradzka, 1994). Le texte a été repris avec des révisions (Chankowski, Domaradzka, 1999) et accompagné d’une série d’études de l’inscription et de ses différentes thématiques, dues à plusieurs auteurs (F. Salviat, B. Bravo, A. Chankowski, K. Bosnakov, O. Picard, L. Domaradzka, L. Loukopoulou) dans un dossier du Bulletin de Correspondance hellénique (BCH, 123, 1999).

13 Picard, 1999.

14 Voir à titre de comparaison les remarques d’A. Bresson à propos de Naucratis (Bresson, 2000, p. 74-84).

15 Demetriou, 2010. Dans cet article, l’auteur adopte toutefois une interprétation différente en considérant que le site fouillé près de Vetren est un siège dynastique thrace, tandis que Pistiros et les emporia se trouveraient sur la côte égéenne. Cette hypothèse ne parvient pas à expliquer la raison de la présence de la stèle en Thrace intérieure et l’exposition des garanties offertes aux commerçants grecs.

16 Bravo, Chankowski, 1999.

17 Chankowski, 2010, p. 245.

18 Chankowski, Domaradzka, 1999, p. 254-256.

19 Chankowski, Fouache et al., 2000, p. 653-654.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. La côte nord-égéenne et les accès vers les emporia de Thrace intérieure.
Crédits © École française d’Athènes, M. Wurch-Kozelj, 2010 d’après Guide de Thasos, 2000, p. 14.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/900/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 2. Localisation des sites archéologiques autour de l’emporion.
Crédits © École française d’Athènes, Lionel Fadin, BCH, 128-129, 2004-2005, p. 1227.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/900/img-2.png
Fichier image/png, 162k
Titre Fig. 3. Croquis de localisation du site à partir de la carte au 1/5000 et délimitation de la zone érodée.
Crédits © École française d’Athènes, Éric Fouache, BCH, 124, 2001, p. 648.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/900/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 4. Vue d’une section du mur d’enceinte, au niveau du dispositif d’entrée.
Crédits (cliché des auteurs)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/900/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 5. La voie dallée menant vers le dispositif d’entrée, vue de l’Est.
Crédits (cliché des auteurs)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/900/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 6. L’inscription trouvée à proximité du site, dite aussi « stèle d’Asardere ».
Crédits © École française d’Athènes, BCH, 123, 1999, p. 246.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/900/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrzej Chankowski et Véronique Chankowski, « La présence grecque en Thrace intérieure : l’exemple de « Pistiros » », Pallas, 89 | 2012, 275-290.

Référence électronique

Andrzej Chankowski et Véronique Chankowski, « La présence grecque en Thrace intérieure : l’exemple de « Pistiros » », Pallas [En ligne], 89 | 2012, mis en ligne le 10 mars 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://pallas.revues.org/900 ; DOI : 10.4000/pallas.900

Haut de page

Auteurs

Andrzej Chankowski

Université de Lille 3

Véronique Chankowski

Université de Lille 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org