Navigation – Plan du site
VI. Les Grecs en Égypte

Les Grecs en Égypte au iiie siècle av. J.-C.

The Greeks in Egypt in the iii c. B.C.
Fabienne Burkhalter

Résumés

Principalement fondée sur la documentation papyrologique, l’étude traite de la population hellénophone, civile et militaire, établie en Égypte au iiie s. av. J.-C. en exploitant les données chiffrées contenues dans les registres de la taxe du sel publiés par W. Clarysse et D. Thompson en 2006 (réédités avec des corrections en 2009). Le statut juridique et fiscal de cette population témoigne de la volonté des premiers Ptolémées de faire de la culture grecque une marque distinctive de leur politique à Alexandrie et dans l’intérieur du royaume.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Clarysse, Thompson, 2006.
  • 2 Clarysse, Thompson, 2006.

1Dès la première moitié du iiie s. av. J.-C., le nom d’Hellènes apparaît dans les papyrus grecs d’Égypte pour désigner une catégorie de la population dont le statut fiscal n’était pas le même que celui de la population indigène. L’étude de ce groupe pose le problème de la composition de la population hellénophone immigrée en Égypte à l’époque hellénistique. Elle pose aussi la question de la politique mise en œuvre par les Ptolémées pour structurer, donner une cohésion culturelle et s’attacher cette communauté, qui servait de vivier à son armée et à son administration. Une publication récente de W. Clarysse et D. J. Thompson1 sur la « taxe du sel » (halikè), – une taxe de capitation qui fut imposée pendant toute l’époque ptolémaïque à l’ensemble des adultes, hommes et femmes, qui vivaient sur le territoire égyptien – permet d’étudier ces questions avec une documentation totalement renouvelée. Cette étude est constituée d’un volume de textes et d’un autre de commentaires historiques2. Elle concerne la documentation officielle émise par les services grecs et égyptiens de l’administration fiscale pour la perception et la tenue des comptes de l’halikè. Contrairement aux papyrus isolés qui offrent souvent des données qu’il est très difficile d’exploiter et d’interpréter, les documents publiés dans Counting the People livrent un reflet fidèle du découpage de la société ptolémaïque et des privilèges fiscaux appliqués par les premiers Lagides à la population grecque du pays. Les registres censitaires dressés pour permettre la perception de la taxe du sel et les relevés comptables des contributions acquittées permettent d’articuler des chiffres sur la taille de cette population grecque et son rapport quantitatif avec la population indigène, et permettent aussi d’apprécier les mesures politiques prises par les premiers souverains pour préserver et consolider la culture grecque au sein de la communauté hellénophone de leur royaume.

2Pour mieux comprendre la portée historique de ces textes, il ne sera pas inutile de rappeler brièvement les principales étapes de la conquête de l’Égypte par Alexandre et les débuts de l’organisation du royaume sous les premiers Ptolémées.

  • 3 Arrien, Anabase, III, 1-5.
  • 4 Bagnall, 1979, p. 46-49 pense que la fondation d’Alexandrie pourrait avoir eu lieu le 7 avril 331 a (...)
  • 5 Arrien, Anabase, III, 5. Pour les discussions sur ce passage, cf. Le Rider, 1997, p. 72-73, n. 10 ; (...)
  • 6 Arrien, Anabase, III, 5, 3 : à Memphis, Pantaléon de Pydna ; à Péluse, Polémon, fils de Mégaclès, d (...)
  • 7 Arrien, Anabase, III, 5, 2 : D’après Yoyotte, 1989, p. 82, Doloaspis était « un ci-devant fonctionn (...)

3Quand Alexandre pénétra en Égypte à la fin de l’année 332 av. J.-C., le satrape Mazacès, qui n’avait pas d’armée à lui opposer, lui livra le pays sans résistance3. Alexandre établit une garnison à Péluse et se dirigea sur Memphis avec son armée et sa flotte. Il descendit ensuite le bras canopique du Nil en bateau avec quelques troupes d’élite, fonda la cité d’Alexandrie4 entre le lac Mariout et la mer, puis consulta l’oracle d’Ammon dans le désert libyen avant de regagner Memphis, où il reçut de nombreuses ambassades venues de Grèce, ainsi que quatre cents mercenaires et cinq cents cavaliers thraces qui lui avaient été envoyés en renfort par Antipatros. Alexandre organisa des manifestations importantes dans la capitale égyptienne pour célébrer sa conquête : un sacrifice à Zeus Basileus, une procession où il fit défiler toute son armée en armes et des jeux sportifs et artistiques auxquels participèrent les artistes les plus renommés venus de Grèce. Il quitta l’Égypte au printemps 331 av. J.-C. en prenant soin de ne pas laisser le pouvoir civil et militaire entre les mains d’un seul dirigeant5. Arrien rapporte qu’il confia les garnisons de Memphis et de Péluse à deux Macédoniens du Corps des Compagnons6 et qu’il nomma deux stratèges et un navarque grecs à la tête de l’armée de terre et de la flotte qu’il laissait dans le pays. Il donna la responsabilité générale des finances à un Grec de Naucratis, Cléomène, et désigna deux nomarques, un Perse et un Égyptien, pour administrer le pays7.

  • 8 Diodore, XVIII, 13, 14, 1 ; Le Rider, 1997, p. 82-83.

4À la mort d’Alexandre, Ptolémée fils de Lagos, qui avait participé à l’expédition égyptienne aux côtés du Conquérant, prit la tête de la satrapie. Il s’établit à Memphis, où Cléomène lui remit le trésor qui s’élevait à 8000 talents. Diodore rapporte que le nouveau satrape utilisa cet argent pour recruter des mercenaires et préparer des forces armées. Il ajoute qu’il fut rejoint par une foule d’amis parce qu’il était très apprécié pour son sens de la justice8.

  • 9 Diodore, XX, 74.
  • 10 Diodore, XX, 75.

5Ptolémée mena plusieurs expéditions hors d’Égypte dans le cadre des guerres que se livrèrent les successeurs d’Alexandre, mais eut à repousser deux assauts sur le territoire égyptien. En 321 av. J.-C., il affronta durement dans le Delta du Nil l’armée royale conduite par Perdiccas. Il en sortit vainqueur et accrut sa réputation de dirigeant généreux, juste et respectueux auprès des soldats et officiers macédoniens de l’armée adverse. Seize ans plus tard, en automne 306 av. J.-C., Antigone et Démétrios, encouragés par leurs récents succès contre la flotte militaire et marchande égyptienne qu’ils avaient affrontée à Salamine de Chypre, menacèrent à leur tour l’Égypte et s’avançèrent jusqu’à Péluse. Les défenses de Ptolémée, unies à des conditions atmosphériques défavorables, les obligèrent à battre en retraite sans livrer bataille. Après leur départ, dit Diodore, Ptolémée offrit aux dieux des sacrifices, traita ses amis splendidement et écrivit à Séleucos, Lysimaque et Cassandre pour leur annoncer ses succès et le grand nombre de transfuges dont il avait accru son armée. En effet, grâce à des émissaires et des hérauts qui s’étaient approchés de la flotte ennemie sur des petits bateaux, Ptolémée avait annoncé aux hommes d’Antigone qu’il verserait une prime de deux mines aux simples soldats et d’un talent aux officiers de commandement qui passeraient dans son camp9. « Ainsi, conclut Diodore, après avoir une seconde fois combattu pour la possession de l’Égypte, Ptolémée la regarda désormais comme sa conquête et revint à Alexandrie »10.

  • 11 Hölbl, 1994, p. 21, date la prise du titre de roi par Antigone et Démétrios de l’été 306 et celle d (...)
  • 12 Hérodote, III, 91 ; Descat, 1985, p. 97-112.
  • 13 Burkhalter, Picard, 2005.
  • 14 Bogaert, 1998.

6Ptolémée avait pris le titre de roi peu avant cet affrontement pour affirmer sa souveraineté sur l’Égypte et s’opposer aux prétentions d’Antigone qui espérait encore recueillir à lui seul tout l’Empire d’Alexandre11. Après avoir été satrape pendant dix-sept ans, Ptolémée Ier gouverna comme monarque pendant vingt-trois ans. Ptolémée II, qui fut associé à son père pendant ses deux dernières années de règne, resta au pouvoir trente neuf ans (285-246 av. J.-C.). Ces deux règnes, qui couvrent plus de trois quarts de siècle, furent déterminants pour le développement de l’Égypte ptolémaïque, pour ses institutions, son administration, son économie et son rayonnement culturel. L’Égypte était un pays riche, dont les revenus en nature et en argent non monnayé étaient à l’époque d’Hérodote parmi les plus élevés de l’Empire perse12. Les premiers Ptolémées réformèrent progressivement le système administratif et fiscal qui était en vigueur sous leurs prédécesseurs et prirent d’importantes mesures pour développer l’agriculture et la production en vue d’accroître leurs revenus fiscaux. Ils introduisirent l’usage du grec dans l’administration et celui de la monnaie, ou mieux, des pièces divisionnaires en bronze, dans l’économie13 et créèrent un réseau de banques dans l’intérieur du pays14. Quel fut le rôle de la population civile grecque dans cette entreprise ? Mais aussi, et surtout, qui étaient les Grecs, hommes et femmes, qui s’établirent dans l’Égypte des Lagides ? Quelle était parmi eux la proportion de militaires et de civils ? D’où venaient-ils et que sait-on d’eux ? Que firent les souverains pour se les attacher ? Quel est le statut qu’ils leur attribuèrent ? Comment vivaient-ils et quels étaient leurs rapports avec les Égyptiens ?

  • 15 Lesquier, 1911.
  • 16 Übel, 1968.
  • 17 Legras, 1999.
  • 18 Peremans, 1970a ; 1970b.
  • 19 Mélèze Modrzejewski, 1983.
  • 20 Bingen, 1973 ; 1991 ; 2007.
  • 21 Orrieux, 1985, p. 151-201.
  • 22 Lewis, 1986.

7Ces questions ne sont pas nouvelles et de nombreuses études y ont été consacrées dans des perspectives très diverses. On citera à titre d’exemple les travaux de Lesquier sur l’armée ptolémaïque15, ceux d’Ulrich Übel sur les clérouques grecs16, ceux de Bernard Legras sur l’éducation des enfants grecs et l’éphébie ptolémaïque17, ceux de W. Peremans, auteur de la Prosopographie Ptolémaïque, sur les rapports entre les Égyptiens et les étrangers18 ou ceux de J. Modrzejewski sur le statut des Hellènes dans l’Égypte lagide19. On mentionnera également les études de Jean Bingen sur le rôle et l’enrichissement des Grecs dans le secteur de l’administration fiscale20, celles de Claude Orrieux sur l’influence des hauts fonctionnaires royaux dans la province à travers les archives de Zénon21, enfin, pour terminer, le livre de Naphtali Lewis, Greeks in Ptolemaic Egypt, qui étudie la présence grecque en Égypte à travers les archives d’un ingénieur, d’un banquier, d’un officier de cavalerie et d’autres personnages emblématiques de l’armée et de l’administration lagide22.

1. La taxe de l’halikè et la population hellénophone en Égypte ptolémaïque

  • 23 Cette grande réforme fiscale nous est particulièrement connue à travers les règlements fiscaux dési (...)
  • 24 O. Berlin P 6359.
  • 25 Pour une carte du nome Arsinoïte, consulter le « Fayum Project de la K.U.Leuven » à l’adresse : htt (...)
  • 26 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 1-28.

8La taxe du sel (l’halikè) est un des tout premiers impôts ptolémaïques en espèces, qui fut sans doute introduit par Ptolémée II dans le cadre de la grande réforme fiscale qui précéda la Deuxième Guerre de Syrie vers 260 av. J.-C.23. La première attestation de cette taxe est datée du 5 novembre 263 av. J.-C.24. Les registres qui la concernent sont en grec ou en démotique et appartiennent tous au iiie s. av. J.-C. Ils proviennent en grande majorité du nome Arsinoïte (Fayoum actuel), où les premiers Ptolémées entreprirent de grands travaux de mise en culture et fondèrent dans la première moitié du iiie s. av. J.-C. de nombreux villages où ils installèrent les premiers contingents de vétérans et réservistes de leur armée. Ces documents émanent des divers échelons de l’administration locale (villages, toparchies, mérides et capitale du nome)25. Ils varient fortement d’une circonscription du nome à l’autre et témoignent pendant une période prolongée d’un système bureaucratique expérimental encore en phase de formation. Les registres censitaires énumèrent les habitants foyer par foyer, en indiquant le nom du chef de famille, puis le nombre d’hommes et le nombre de femmes qui vivaient sous son toit. Certains registres énumèrent ces cellules familiales ou foyers dans un ordre géographique, maison par maison. D’autres les énumèrent par catégorie professionnelle (en grec kat’ethnos) et détaillent une à une la composition des foyers des individus qui exerçaient un même métier à l’intérieur d’une même circonscription fiscale26.

  • 27 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 44-52 avec le tableau 3 : 1.

9Le taux de la taxe, qui connut deux réductions au cours du iiie s. av. J.-C., n’était pas le même pour les hommes et les femmes. En 263 av. J.-C., le taux de l’halikè était fixé à 1 drachme et demi pour les hommes et 1 drachme pour les femmes ; en 254, il fut réduit à 1 drachme pour les hommes et 3 oboles pour les femmes ; en 243 av. J.-C. il fut encore réduit à 4 oboles pour les hommes et 1 obole et demi pour les femmes27. Pour le reste, la taxe frappait tous les individus, grecs et indigènes, indépendamment de leur classe sociale et de leur statut ethnique ou juridique.

2. Les Hellènes

  • 28 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 138-147.

10La majorité de la population hellénophone qui apparaît dans les registres de l’halikè est recensée sous la catégorie des Hellènes, toujours placée en tête des registres28.

  • 29 Mélèze-Modrzejewski, 1983, passim.

11Le problème du statut personnel et des identités ethniques qui se rangeaient sous la désignation générale d’Hellènes a donné lieu depuis longtemps à d’importantes discussions. J. Modrzejewski, qui s’est beaucoup occupé de cette question, a montré que les Grecs immigrants en Égypte, s’ils n’étaient pas intégrés dans le corps civique d’Alexandrie, de Naucratis ou de Ptolémaïs, continuaient à être les ressortissants des cités d’où ils étaient originaires29. Du point de vue juridique, ils avaient le statut d’apoikoi, c’est-à-dire de citoyens en séjour prolongé à l’étranger qui n’avaient pas rompu le lien avec leur cité d’origine. Contrairement aux Égyptiens, les Hellènes n’étaient pas les sujets du roi. Ils étaient sous ses ordres comme soldats, locataires de ses terres comme clérouques, partenaires contractuels comme fermiers d’impôts ou adjudicataires d’activités industrielles et commerciales couvertes par les monopoles royaux. Les Hellènes n’étaient pas soumis aux mêmes lois et aux mêmes tribunaux que les autochtones, ce qui ne signifie d’ailleurs pas forcément qu’il y avait une discrimination entre les deux groupes. Cette notion de citoyens fut élargie au profit de porteurs d’ethniques qui n’auraient pas été reconnus comme Grecs dans la Grèce classique, mais qui l’étaient par extension en tant qu’Hellénophones en Égypte ptolémaïque : les Macédoniens, les Thraces, les Galates et les Orientaux hellénisés comme les Syriens et les Juifs.

  • 30 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 70-72.

12Les registres de l’halikè montrent que les Hellènes jouissaient d’un statut fiscal qui les distinguait du reste de la population égyptienne. Il est vrai qu’ils payaient la taxe de l’halikè, mais ils étaient exemptés d’une autre taxe en espèces d’un montant d’une obole qui fut ajoutée à la taxe du sel vers 254 av. J.-C.30. Cette taxe d’une obole frappait uniquement les individus de sexe masculin. Comme le remarquent justement les auteurs de Counting the People, l’exemption de cette taxe n’était sans doute pas très significative du point de vue économique, car le bénéfice qu’elle représentait était vraiment minime. Mais elle avait certainement une portée symbolique très importante dans la mesure où elle confirmait officiellement l’appartenance de ceux qui en bénéficiaient au groupe privilégié des Hellènes.

3. Les militaires : cavaliers en service actif et cavaliers clérouques

  • 31 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 141-154.
  • 32 P. Count. 1, 47 note (Clarysse, Thompson, 2006, vol. 1, p. 16-17 avec bibliographie).
  • 33 L’aroure est une mesure de superficie égyptienne correspondant à 100 coudées2 ou 1 schoene2 et repr (...)
  • 34 Lesquier, 1911, p. 175-176.

13Les militaires étaient également soumis à la taxe du sel, mais les opérations de recensement et de perception des contributions étaient réalisées par les services de l’armée et échappaient aux fonctionnaires de l’administration civile31. Les militaires qui résidaient dans le nome Arsinoïte étaient répartis en deux catégories. La première regroupait les cavaliers en service actif désignés comme misthophoroi hippeis. Ce sont des cavaliers, bien connus grâce aux travaux de Lesquier et Übel, qui montaient la garde dans des places fortes (phrouria) et percevaient une solde (misthos) du roi, tout en possédant un cléros qui leur avait été sans doute attribué comme prime lors de leur recrutement32. La seconde catégorie regroupait les cavaliers clérouques possesseurs de 100 aroures33, qui étaient des cavaliers réservistes qui restaient à la disposition du roi et pouvaient être rappelés dans l’armée en cas de crise ou de conflit. Les possesseurs de 100 aroures faisaient partie de l’élite et appartenaient, comme Lesquier l’a montré, à la cavalerie lourde de l’armée ptolémaïque34.

14En dépit de leur état fragmentaire, certains registres de l’halikè compilés dans les bureaux centraux de l’administration fiscale à Krokodilopolis ont conservé des totaux récapitulatifs qui nous permettent de connaître le nombre d’Hellènes et de cavaliers qui résidaient dans le Fayoum au milieu du iiie s. av. J.-C. et d’estimer leur proportion par rapport au reste de la population égyptienne de l’Arsinoïte. Les chiffres des registres, rappelons-le, incluaient le ou la responsable du foyer et les autres individus adultes, hommes et femmes, qui résidaient sous le même toit.

15Population globale du nome :

    • 35 P. Count. 1, 3 et 58, cf. Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 92-95 avec le tableau 4 : 2.

    La population civile adulte du nome s’élevait à cette date à 49584 habitants35.

    • 36 P. Count. 1, 58.

    Le nombre des adultes enregistrés dans la catégorie des cavaliers en service actif s’élevait à 1426 hommes et 1080 femmes, soit 2506 adultes en tout36.

    • 37 P. Count. 1, 40-45, cf. Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, tableau 4 : 1, p. 94.

    Le nombre des adultes enregistrés dans la catégorie des cavaliers clérouques possesseurs de 100 aroures s’élevait à 3472 hommes et 3147 femmes, soit au total 6619 individus37.

  • 38 Clarysse, Thompson, 2006, p. 94-95 avec explication des paramètres retenus.

16Si l’on ajoute la population militaire adulte à la population civile, on obtient un total de 58709 habitants adultes, ce qui permet d’évaluer la population globale du nome, compte tenus des enfants, des résidents absents et d’une certaine sous-évaluation des calculs, entre 85000 et 95000 habitants, au maximum 100000 habitants38.

17Population hellénophone adulte du nome :

    • 39 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 138-140 avec le tableau 5 : 2.

    Le nombre des Hellènes adultes (hommes et femmes) s’élevait à 791439.

  • Celui des militaires adultes (hommes et femmes) s’élevait à 9125.

18Ces deux chiffres permettent d’évaluer que la population hellénophone adulte s’élevait à 17039 habitants.

19Vers 250 av. J.-C., soit un peu plus de cinquante après l’instauration de la monarchie lagide, la population adulte grecque du nome Arsinoïte aurait donc représenté 29 % de la population adulte globale du nome.

  • 40 Clarysse, Thompson, 2006, p. 98-99.
  • 41 Rathbone, 2007, p. 187, qui critique l’estimation de 1500 km2 avancée par Clarysse, Thompson, 2006, (...)
  • 42 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 102-113 et partic. 111.

20À cette époque, d’après les registres de la taxe du sel, la métropole du nome, Krokodilopolis n’était encore qu’une petite bourgade de 4000 habitants40. D’après Dominic Rathbone, on pourrait mesurer qu’avec une densité de 90 habitants par km2, la superficie des terres occupées dans le Fayoum grâce aux travaux de mise en culture des deux premiers Ptolémées était désormais de 1100 km2, c’est-à-dire bien plus que le double de la situation préptolémaïque41. Le nombre des villages, quant à lui, devait s’élever à 145 environ42.

21Les chiffres des registres de l’halikè projettent des éclairages très importants sur l’histoire politique et culturelle de l’Égypte lagide. Même s’ils recensent les individus adultes qui résidaient sous un même toit, ils permettent en effet de calculer le nombre des cavaliers clérouques réservistes et des cavaliers en activité qui étaient en service dans le nome vers le milieu du iiie s. av. J.-C.

  • 43 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 152, où le nombre d’habitants moyen des foyers de clérouques e (...)

22Le total des individus adultes enregistrés dans la catégorie des cavaliers en service s’élevait à 2506. Si l’on divise ce total par le nombre moyen d’habitants adultes que comptaient les foyers de clérouques (coefficient estimé à 6,6), on peut déduire qu’il y avait environ 400 cavaliers en service dans le nome Arsinoïte entre 254 et 231 av. J.-C.43.

23Si l’on divise de même le total de 6619 individus adultes enregistrés dans la catégorie des cavaliers clérouques par le même coefficient de 6,6, on peut conclure qu’il y avait environ 1000 cavaliers clérouques appartenant à la cavalerie lourde dans le nome à cette même date.

  • 44 Pol. V, 2, 63-65.

24Il est intéressant de comparer ces chiffres à ceux donnés par Polybe à l’occasion des préparatifs de guerre de Ptolémée IV en vue de la ive Guerre de Syrie44. L’historien rapporte que la cavalerie ptolémaïque réunie à Alexandrie comptait 2000 cavaliers recrutés récemment en Grèce, 700 cavaliers de la garde royale, et 2300 cavaliers provenant de Libye et des troupes locales (enchôrioi). Comme l’ont bien relevé Thompson et Clarysse, ces troupes locales n’étaient pas les troupes indigènes, mais bien les cavaliers en service actif et les cavaliers clérouques qui étaient établis à l’intérieur du pays. Si les cavaliers provenant de Libye et des troupes locales se montaient à 2300, le chiffre de 1400 cavaliers qui ressort des registres de la taxe du sel, qui est fondé sur des estimations basses, montre que le nome Arsinoïte concentrait la majeure partie des forces réservistes de la cavalerie ptolémaïque à la fin du iiie s. av. J.-C.

25Mais l’aspect sans doute le plus intéressant des registres de la taxe du sel réside dans les indications qu’ils nous apportent sur les mesures concrètes prises par les premiers Ptolémées pour enraciner et transmettre la langue et la culture grecque au sein de la population hellénophone de leur royaume.

4. Les professionnels de la culture grecque

  • 45 P. Hal. 1, 260-265 et Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 52-53 ; 124-138.
  • 46 Pour les concours organisés par les Ptolémées à Alexandrie, cf. Buraselis, 1993, p. 254-257 et Perp (...)
  • 47 Cf. p. 310.

26On savait depuis longtemps, grâce à la publication en 1913 d’une lettre du diœcète Apollonios (ministre des finances) à l’économe du nome Arsinoïte45, que Ptolémée II avait exempté de la taxe du sel, par un décret daté de 256 av. J.-C., quatre catégories professionnelles emblématiques de la culture grecque : les maîtres d’école qui enseignaient les lettres (hoi didáskaloi tôn grammatôn), les pédotribes ou entraîneurs sportifs (paidotribai), les individus qui s’occupaient de ce qui touchait au domaine de Dionysos (hoi epitèdeuontes ta peri ton Dionyson) et enfin les vainqueurs qui avaient remporté une victoire aux Concours d’Alexandrie, aux Basileia et aux Ptolemaia46. Cette exemption, qui s’étendait à tous les membres du foyer du bénéficiaire, représentait un privilège appréciable si l’on tient compte des taux de l’halikè mentionnés plus haut47.

27L’échantillon des professions exemptées est très important pour comprendre la volonté des premiers Ptolémées d’encourager le développement et la transmission de la culture grecque dans la communauté hellénophone d’Égypte. L’intérêt des registres de la taxe du sel publiés récemment dans Counting the People est qu’ils permettent d’observer l’application concrète de ces mesures dans les territoires de l’Arsinoïte occupés par les colons immigrés. Les registres de l’halikè tiennent en effet un compte très précis des individus qui étaient exemptés du paiement de la taxe et nous renseignent sur le nombre d’enseignants, d’entraîneurs sportifs et d’acteurs qui vivaient dans le nome Arsinoïte au iiie s. av. J.-C.

  • 48 Legras, 1999 ; Thompson, 2007.
  • 49 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 125-133, partic. p. 131 et tableau 5 : 1.

28Le monde de l’éducation a été étudié de façon très vivante par B. Legras dans sa monographie sur les Jeunes Grecs dans l’Égypte ptolémaïque et romaine et par D. J. Thompson en complément de ses travaux sur les registres de l’Arsinoïte48. Les professeurs de lettres (didaskaloi grammatôn), dont on connaît les activités par des fragments de livres d’école et par d’autres papyrus isolés contemporains, ne se bornaient pas à enseigner l’écriture, la lecture et l’arithmétique aux enfants des Hellènes. Ils leur enseignaient aussi et surtout la culture grecque à travers des anthologies où voisinaient des morceaux choisis d’Homère et d’Euripide, de poètes anciens et contemporains, et des textes d’historiens. Les registres de la taxe du sel nous permettent de savoir qu’il y avait 244 enseignants dans le nome (ce chiffre, il ne faut pas l’oublier, incluait les individus hommes et femmes qui vivaient sous le toit des chefs de famille), qui étaient répartis de façon relativement irrégulière dans les trois mérides du nome : il y en avait 150 dans la méride d’Héracleidès, où se trouvait la capitale du nome, Crocodilôn polis, 60 dans la méride de Polémon et 34 seulement dans celle de Thémistos. Hors de la capitale, la diffusion des maîtres qui enseignaient le grec et la littérature aux enfants des clérouques et des autres Hellènes dépendait certainement de l’importance des villages et du nombre d’Hellénophones qui y étaient établis. Les auteurs de Counting the People calculent que les chiffres pourraient tout de même indiquer un rapport moyen d’un enseignant pour quarante trois enfants sur toute l’étendue du nome49.

  • 50 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 133-135.

29Pour les pédotribes, c’est-à-dire les entraîneurs sportifs des jeunes enfants et éphèbes, il y en avait 235 (incluant leur maisonnée), dont 186 dans la méride d’Héracleidès ; 39 dans la méride de Polémon, et 10 seulement dans la méride de Thémistos. Leur présence dépendait évidemment de l’emplacement des gymnases et à nouveau de la concentration des clérouques dans la zone où ils travaillaient50.

  • 51 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 135-137.

30Quant aux acteurs et autres régisseurs des spectacles de Dionysos, on constate qu’il y en avait 228 dans la même méride d’Héracleidès, 6 dans la méride de Polémon et 6 dans la méride de Thémistos51.

  • 52 Je renvoie pour ce sujet aux excellents articles de Buraselis, 1993 et Thompson, 2007.

31Même si ces chiffres incluent les individus qui habitaient sous le toit de ces professionnels, dont les familles n’étaient certainement pas aussi riches et nombreuses que celles des militaires, on reste surpris par leur importance. L’exemption de la taxe de l’halikè dont ces professionnels étaient seuls à bénéficier en Égypte ne laisse aucun doute sur la volonté programmée des premiers Ptolémées de faire de la culture grecque une marque distinctive de leur politique à Alexandrie et dans l’intérieur du royaume52.

  • 53 Diodore, I, 81, 7.

32Les valeurs grecques du gymnase n’avaient rien à voir avec les valeurs traditionnelles de l’éducation égyptienne. Diodore, qui se vantait de s’être entretenu avec beaucoup de prêtres au cours de son voyage en Égypte, rapporte à propos de l’éducation des jeunes égyptiens : « Il n’est pas permis d’apprendre la lutte et la musique ; car, selon la croyance égyptienne, les exercices de corps journaliers donnent aux jeunes gens, non pas la santé, mais une force passagère et tout à fait préjudiciable. Quant à la musique, elle passe non-seulement pour inutile, mais pour nuisible, en rendant l’esprit de l’homme efféminé »53.

  • 54 Pour la question en bien des points semblables des incompatibilités culturelles entre la culture ju (...)

33La culture grecque soutenue par les Ptolémées n’était pas destinée à helléniser les Égyptiens54. Il s’agissait au contraire d’un élément destiné à renforcer la différence qui distinguait les deux populations.

Haut de page

Bibliographie

Les papyrus sont cités suivant J. F. Oates et al., Checklist of Editions of Greek, Latin, Demotic and Coptic Papyri, Ostraca and Tablets, BASP Supplement 9, 2001 ou http://scriptorium.lib.duke.edu/papyrus/texts/clist_papyri.html.

Bagnall, R. S., 1979, The date of the founding of Alexandria, AJAH, 4, p. 46-49.

Bingen, J., 1973, Présence grecque et milieu rural ptolémaïque, dans M. I. Finley (éd.), Problèmes de la terre en Grèce ancienne, Paris et La Hague, p. 215-222.

Bingen, J., 1978, Le Papyrus Revenue Laws – Tradition grecque et Adaptation hellénistique, Opladen.

Bingen, J., 1991, Les papyrus ptolémaïques et la diaspora achaienne, Archaia Achaia kai Eleia : Anakoinoseis kata to Proto Diethnes Sumposio, Meletemata, 13, p. 61-65.

Bingen, J., 2007, Hellenistic Egypt. Monarchy, Society, Economy, Culture, Berkeley, Los Angeles.

Bogaert, R., 1998, Liste géographique des banques et des banquiers de l’Égypte ptolémaïque, ZPE, 120, p. 165-202.

Buraselis, K., 1993, Ambivalent Roles of Centre and Periphery. Remarks on the Relation of the Cities of Greece with the Ptolemies until the End of Philometor’s Age, dans P. Bilde et al. (éd.), Center and Periphery in the Hellenistic World, Studies in Hellenistic Civilization, IV, Aarhus, p. 251-270.

Burkhalter, F. et Picard, O., 2005, Le vocabulaire financier dans les papyrus et l’évolution des monnayages lagides en bronze, dans F. Duyrat et O. Picard (éd.), L’exception égyptienne ? Production et échanges monétaires en Égypte hellénistique et romaine. Colloque international (Alexandrie, 13-15 avril 2002), Études alexandrines, 10, Le Caire, p. 53-80.

Clarysse, W. et Thompson, D. J., 2006, Counting the People in Hellenistic Egypt. Vol. 1 : Population Registers (P. Count) ; vol. 2 : Historical Studies, Cambridge.

Descat, R., 1985, Mnésimachos, Hérodote et le système tributaire achéménide, REA, 87, p. 97-112.

Fraser, P. M., 1960, Ptolemaic Alexandria (vol. I-III), Oxford.

Gruen, E. S., 1997, Fact and Fiction : Jewish Legends in a Hellenistic Context, dans P. Cartledge et al. (éd.), Hellenistic Constructs. Essays in Culture, History and Historiography, Berkeley-Los Angeles-London, p. 72-88.

Hölbl, G., 1994, Geschichte des Ptolemäerreiches : Politik, Ideologie und religiöse Kultur von Alexander dem Grossen bis zur römischen Eroberung, Darmstadt.

Legras, B., 1999, Néotês. Recherches sur les jeunes Grecs dans l’Égypte ptolémaïque et romaine, Genève.

Le Rider, G., 1997, Cléomène de Naucratis, BCH, 121, p. 71-93.

Lesquier, J., 1911, Les institutions militaires de l’Égypte sous les Lagides, Paris (2ème éd. 1973).

Lewis, N., 1986, Greeks in Ptolemaic Egypt, Oxford.

Mélèze-Modrzejewski, J., 1983, Le statut des Hellènes dans l’Égypte lagide : bilan et perspectives de recherches, REG, 96, p. 241-268.

Mossé, C., 1992, Démétrios de Phalère : un philosophe au pouvoir ?, dans Chr. Jacob et F. de Polignac (dir.), Alexandrie iiie siècle av. J.-C., Paris, p. 83-92.

Orrieux, C., 1985, Zénon de Caunos, parépidèmos, et le destin grec, Paris.

Peremans, W., 1970a, Ethnies et classes dans l’Égypte ptolémaïque, dans C. Nicolet (dir.), Recherches sur les structures sociales dans l’Antiquité classique. Colloque national (Caen, 25-26 avril 1969), Paris, p. 213-223.

Peremans, W., 1970b, Sur l’identification des Égyptiens et des étrangers dans l’Égypte des Lagides, AncSoc 1, p. 25-38.

Perpillou-Thomas, F., 1993, Fêtes d’Égypte ptolémaïque et romaine d’après la documentation papyrologique grecque, Louvain.

Rathbone, D., 2007, c.r. de Clarysse, Thompson, 2006, dans JHS, 127, p. 186-187.

Thompson, D. J., 2007, Education and Culture in Hellenistic Egypt and beyond, dans J. A. Fernández Delgado et al. (éd.), Escuela y Literatura en Grecia Antigua. Simposio Internacional (Salamanca, 17-19 nov. 2004), p. 121-140.

Übel, U., 1968, Die Kleruchen Ägyptens unter den ersten sechs Ptolemäern, Berlin.

Will, E., 1966, Histoire politique du monde hellénistique (323-30 av. J.-C.), vol. 1, Nancy (3ème éd. 2003).

Will, E., 1967, Histoire politique du monde hellénistique (323-30 av. J.-C.), vol. 2, Nancy (3ème éd. 2003).

Yoyotte, J., 1989, Le nom égyptien de « ministre de l’économie » – de Saïs à Méroé, CRAI, 133, p. 81-82.

Haut de page

Notes

1 Clarysse, Thompson, 2006.

2 Clarysse, Thompson, 2006.

3 Arrien, Anabase, III, 1-5.

4 Bagnall, 1979, p. 46-49 pense que la fondation d’Alexandrie pourrait avoir eu lieu le 7 avril 331 av. J.-C.

5 Arrien, Anabase, III, 5. Pour les discussions sur ce passage, cf. Le Rider, 1997, p. 72-73, n. 10 ; Yoyotte, 1989, p. 81-82.

6 Arrien, Anabase, III, 5, 3 : à Memphis, Pantaléon de Pydna ; à Péluse, Polémon, fils de Mégaclès, de Pella.

7 Arrien, Anabase, III, 5, 2 : D’après Yoyotte, 1989, p. 82, Doloaspis était « un ci-devant fonctionnaire perse » et Pétéèsis un « Égyptien de souche » ; ce dernier se retira au bout d’un certain temps.

8 Diodore, XVIII, 13, 14, 1 ; Le Rider, 1997, p. 82-83.

9 Diodore, XX, 74.

10 Diodore, XX, 75.

11 Hölbl, 1994, p. 21, date la prise du titre de roi par Antigone et Démétrios de l’été 306 et celle de Ptolémée de la fin de l’été ou de l’automne de la même année. Will, 1966, p. 64-65, retient pour la proclamation de Ptolémée la date de 305/4 av. J.-C.

12 Hérodote, III, 91 ; Descat, 1985, p. 97-112.

13 Burkhalter, Picard, 2005.

14 Bogaert, 1998.

15 Lesquier, 1911.

16 Übel, 1968.

17 Legras, 1999.

18 Peremans, 1970a ; 1970b.

19 Mélèze Modrzejewski, 1983.

20 Bingen, 1973 ; 1991 ; 2007.

21 Orrieux, 1985, p. 151-201.

22 Lewis, 1986.

23 Cette grande réforme fiscale nous est particulièrement connue à travers les règlements fiscaux désignés conventionnellement sous le nom de Revenue Laws (P. Rev.), cf. Bingen, 1978. Pour l’origine et la signification de cette taxe, qui est peut-être antérieure à Ptolémée II, cf. Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 38-39.

24 O. Berlin P 6359.

25 Pour une carte du nome Arsinoïte, consulter le « Fayum Project de la K.U.Leuven » à l’adresse : http://www.trismegistos.org/fayum/fayum2/map.php.

26 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 1-28.

27 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 44-52 avec le tableau 3 : 1.

28 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 138-147.

29 Mélèze-Modrzejewski, 1983, passim.

30 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 70-72.

31 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 141-154.

32 P. Count. 1, 47 note (Clarysse, Thompson, 2006, vol. 1, p. 16-17 avec bibliographie).

33 L’aroure est une mesure de superficie égyptienne correspondant à 100 coudées2 ou 1 schoene2 et représentant ca 2756 m2.

34 Lesquier, 1911, p. 175-176.

35 P. Count. 1, 3 et 58, cf. Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 92-95 avec le tableau 4 : 2.

36 P. Count. 1, 58.

37 P. Count. 1, 40-45, cf. Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, tableau 4 : 1, p. 94.

38 Clarysse, Thompson, 2006, p. 94-95 avec explication des paramètres retenus.

39 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 138-140 avec le tableau 5 : 2.

40 Clarysse, Thompson, 2006, p. 98-99.

41 Rathbone, 2007, p. 187, qui critique l’estimation de 1500 km2 avancée par Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 90-91.

42 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 102-113 et partic. 111.

43 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 152, où le nombre d’habitants moyen des foyers de clérouques est estimé à 6,6.

44 Pol. V, 2, 63-65.

45 P. Hal. 1, 260-265 et Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 52-53 ; 124-138.

46 Pour les concours organisés par les Ptolémées à Alexandrie, cf. Buraselis, 1993, p. 254-257 et Perpillou-Thomas, 1993, p. 151-162.

47 Cf. p. 310.

48 Legras, 1999 ; Thompson, 2007.

49 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 125-133, partic. p. 131 et tableau 5 : 1.

50 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 133-135.

51 Clarysse, Thompson, 2006, vol. 2, p. 135-137.

52 Je renvoie pour ce sujet aux excellents articles de Buraselis, 1993 et Thompson, 2007.

53 Diodore, I, 81, 7.

54 Pour la question en bien des points semblables des incompatibilités culturelles entre la culture juive et la culture grecque du gymnase, cf. Gruen, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Burkhalter, « Les Grecs en Égypte au iiie siècle av. J.-C. », Pallas [En ligne], 89 | 2012, mis en ligne le 12 mars 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://pallas.revues.org/930 ; DOI : 10.4000/pallas.930

Haut de page

Auteur

Fabienne Burkhalter

Université de Lille 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org