Navigation – Plan du site
VII. Colonies et communautés grecques ‎en Orient

Les Grecs d’Extrême Orient : communautés grecques d’Asie Centrale et d’Iran

Greeks in outermost Orient : Greek communities of central Asia and Iran
Laurianne Martinez-Sève
p. 367-391

Résumés

Des Grecs ont vécu en Iran et en Asie Centrale avant l’époque hellénistique, soit qu’ils y aient été déportés soit qu’ils se soient installés dans les grandes capitales achéménides. Mais leur présence devint massive à partir de l’époque d’Alexandre le Grand. Ce dernier fonda un réseau hiérarchisé d’établissements, dans lequel il installa des vétérans et des mercenaires de son armée. Les Séleucides reprirent sa politique et firent venir dans les satrapies supérieures un grand nombre de Grecs et de Macédoniens. Les communautés qu’ils formèrent ne se distinguaient pas par leur organisation civique des cités méditerranéennes et s’efforcèrent de reproduire un environnement culturel et linguistique traditionnel. Les contacts restèrent constants avec le monde méditerranéen, même s’ils étaient limités par les distances et les difficultés du voyage. Mais ces communautés s’adaptèrent aussi à leur environnement local et vécurent en symbiose avec les populations indigènes ce qui favorisa le développement de nouveaux traits culturels.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La Susiane et l’Élymaïde seront prises en compte ici, bien que ces régions se localisent en contreb (...)
  • 2 Rougemont, 2012.
  • 3 On se concentrera dans ce qui suit sur les sources de la période hellénistique. Pour l’époque achém (...)
  • 4 Coloru, 2009, p. 65-102 fait la recension des textes consacrés à l’Asie Centrale et insiste sur leu (...)
  • 5 Par exemple celui que Néarque rédigea après avoir navigué le long des rives de l’Océan Indien et du (...)
  • 6 Strabon écrit notamment que pour les régions situées au Sud de l’Hindu Kush, il ne disposait pas de (...)

1Les communautés grecques d’Iran et d’Asie Centrale1 (fig. 1-2) sont relativement mal connues, en raison notamment de la rareté et du caractère dispersé des sources. Dans ces régions que les Grecs désignaient sous le terme de Satrapies Supérieures, presque entièrement occupées par des déserts et de puissants massifs montagneux, parcourues par des populations nomades insaisissables, les densités humaines étaient faibles et les concentrations humaines rarement assez développées pour produire des vestiges importants. Nous comptons surtout sur l’archéologie, mais rares sont les sites explorés à grande échelle et selon des méthodes scientifiques. Cette activité pâtit en outre d’une situation internationale compliquée. À l’exception des territoires de l’ancienne Union soviétique, où des missions internationales ont pris le relais des grandes expéditions russes puis soviétiques, cela fait maintenant plus de trente ans que ces régions sont fermées à une activité archéologique de grande ampleur, et des travaux, relativement anciens, sont toujours exploités sans avoir été réactualisés. L’Afghanistan est aussi livré aux ravages des pillages et du trafic des antiquités qui mettent sur le marché un grand nombre de découvertes, parfois sensationnelles, mais dépourvues de contexte de trouvaille. La documentation écrite est elle aussi peu abondante. Le corpus des inscriptions grecques d’Iran et d’Asie Centrale que G. Rougemont vient de publier ne comporte ainsi que 160 numéros2, chiffre que l’on peut comparer aux milliers d’inscriptions en provenance du bassin méditerranéen. Pour l’essentiel, ce sont des documents privés (dédicaces, actes d’affranchissement, inscriptions funéraires) ou des textes en relation avec l’administration royale (documents économiques et fiscaux, lettres). Les sources littéraires ne sont guère plus nombreuses3. Les auteurs gréco-romains passent d’ailleurs pour s’être peu intéressés à ces contrées lointaines et périphériques4. Un savoir important s’est accumulé pendant l’expédition d’Alexandre grâce aux spécialistes qui l’ont accompagné ou qui ont mené pour lui des missions d’exploration, consignées dans des rapports5. Ces textes ont formé le socle de toute la production littéraire ultérieure, et même si ces régions furent habitées plusieurs siècles après par des populations grecques, ils ne furent pas toujours mis à jour par les générations suivantes6.

Fig. 1. L’Iran occidental à l’époque hellénistique

Fig. 1. L’Iran occidental à l’époque hellénistique

Fig. 2. L’Asie Centrale à l’époque hellénistique

Fig. 2. L’Asie Centrale à l’époque hellénistique
  • 7 Diodore 17.66-74 pour les opérations menées en Susiane, en Perside et en Médie ; 17.75-83 pour cell (...)
  • 8 Quinte Curce 5.2.8-6.2.11 (Susiane, Perside et Médie) ; 6.2.12-8.8.23 (Asie Centrale) ; 8.9.1-10.4 (...)
  • 9 Plutarque, Vie d’Alex., 36-43 (Susiane, Perside et Médie) ; 44-56 (Asie Centrale) ; 57-70 (Inde et (...)
  • 10 Arrien, Anab., 3.16.6-3.22 (Susiane, Perside et Médie) ; 3.23-4.22.2 (Asie Centrale) ; 4.22.3-7.6 ( (...)
  • 11 Justin 11.14.1-11.15 (de l’entrée à Suse jusqu’à la mort de Darius III) ; 12.3-12.7.1 (Asie Central (...)
  • 12 Diodore, 19.12-15, 17-34, 37-48. Voir aussi Plutarque Vie d’Eum. (13.9-18). L’essentiel de ces réci (...)
  • 13 Diodore, 19.92 ; Appien, Syr., 278.
  • 14 Les sources sont ici rares et très fragmentaires ; notamment Justin, 15.4.12 et Appien, Syr., 281-2 (...)
  • 15 Strabon, 11.9.2-3 ; Justin, 41.4.
  • 16 Polybe 10.27-31 (arrivée d’Antiochos III à Ecbatane, puis opérations contre les Parthes) ; 10.48-49 (...)
  • 17 Diodore 28.3, 29.15 ; Strabon 16.1.18 ; Justin 32.2.1.
  • 18 Justin 41.6.
  • 19 Polybe 31.9 ; Flavius Josèphe, Ant. Jud. 12.354-359 ; Appien, Syr., 352 ; Porphyre, FGH n° 260, F53 (...)

2Une autre particularité est qu’ils sont peu diversifiés et ne renseignent que sur un nombre limité de faits historiques. L’expédition d’Alexandre a donné lieu aux récits les plus complets chez Diodore de Sicile7, Quinte Curce8, Plutarque9, Arrien10 et dans le résumé que Justin a donné des Histoires Philippiques de Trogue Pompée11. Ils sont essentiels, car ils indiquent comment et dans quel contexte s’est opérée l’installation des communautés gréco-macédoniennes dans les régions orientales. Les guerres entre les successeurs d’Alexandre sont également documentées, notamment les opérations de 317-316 qui opposèrent Antigone le Borgne à Eumène de Cardia en Iran. Victorieux, Antigone en profita pour réorganiser le gouvernement des Satrapies Supérieures, dont les satrapes s’étaient prononcés pour Eumène12. À partir de 311, ces territoires passèrent sous le contrôle de Séleucos, d’abord les satrapies d’Iran occidental (Susiane, Médie, Perside)13, puis les satrapies de l’Iran oriental et de l’Asie Centrale vers 30514. Après ces événements, nos documents ne permettent pas de reconstituer une trame historique continue. Ils donnent surtout quelques coups de projecteur sur des événements restés célèbres : fondation dans le troisième quart du iiie siècle des royaumes parthe et gréco-bactrien dont les dirigeants s’émancipèrent du pouvoir séleucide15 ; tentative de reconquête menée par le Séleucide Antiochos III entre 211 et 20516 ; opérations du même roi en Élymaïde17 ; résumé du règne d’Eucratide I, le dernier grand roi gréco-bactrien (170-145 av. J.-C.)18 ; opérations d’Antiochos IV en Iran occidental en 165-164 av. J.-C.19.

  • 20 À consulter dans l’édition récente de Humbach, Ziegler, 1998. Sur l’exploitation qu’on peut en fair (...)
  • 21 Cf. l’édition anglaise de 1976 : Isidore de Charax, Parthians Stations, an account of the overland (...)

3Ces sources historiques sont complétées par les travaux géographiques de Strabon, Pline l’Ancien et Claude Ptolémée, qui contiennent également beaucoup de notations d’ordre historique. Le premier a consacré le livre 11 de sa Géographie aux provinces situées au Nord de l’Hindu Kush, à la Médie et aux régions limitrophes de cette dernière (11.6-11 et 13) et le livre 15 à celles qui se trouvaient au Sud. Le second traite de ces mêmes régions dans le livre 6 de son Histoire Naturelle, mais juxtapose des renseignements tirés de sources différentes et n’est pas toujours facile à exploiter (6.17-31). Le troisième les décrit dans le livre 6 de sa Géographie en donnant la localisation de plusieurs établissements20. Mentionnons enfin l’œuvre d’Isidore de Charax, actif au ier siècle av. J.-C, qui a laissé la description d’un itinéraire emprunté par les caravanes entre Zeugma et l’Arachosie21.

4La documentation est donc pauvre et fragmentaire. En outre, elle ne comprend pas de documents écrits dans d’autres langues que le grec, si l’on excepte les textes de l’administration achéménide. Les populations iraniennes étaient fondamentalement de culture orale, ce qui limite notre connaissance des Satrapies Supérieures et influence assurément notre perception des communautés grecques qui y vivaient.

  • 22 Briant, 1996.
  • 23 Kuhrt, Sherwin-White, 1987 ; Sherwin-White, Kuhrt, 1993. Sur l’impact produit par ces travaux : Mar (...)
  • 24 Voir néanmoins les deux chapitres consacrés à ces régions dans Sherwin-White, Kuhrt, 1993, p. 72-11 (...)
  • 25 Notamment le livre fondateur de W. W. Tarn, publié pour la première fois en 1938 (Tarn, 1985 pour l (...)
  • 26 Deux parutions récentes : Widemann, 2009 et Coloru, 2009. Le premier est davantage un essai qu’un o (...)

5On comprend pourquoi l’histoire des Grecs d’Extrême Orient est restée un parent pauvre de la recherche. Les hellénistes s’en préoccupèrent assez peu et l’observèrent à partir de la seule documentation grecque, dans une perspective hellénocentrique. Les points de vue ont maintenant changé. Plusieurs spécialistes de l’époque achéménide, réunis au sein des Achaemenid History Workshops, ont publié dans les années 1980 et 1990 un ensemble d’études qui ont renouvelé les perspectives, parues dans la collection des Achaemenid Studies. La monumentale synthèse que P. Briant à consacrée à l’empire achéménide en témoigne aussi22. Ce dernier fut désormais considéré de l’intérieur, à partir des documents qu’il a lui-même produits, rédigés dans diverses langues orientales, et non plus à partir des seuls auteurs grecs qui en avaient une vision biaisée. De la même façon, S. Sherwin-White et A. Kuhrt proposèrent de recentrer le royaume séleucide sur le Croissant Fertile, d’en faire l’héritier des grands empires proche orientaux autant que celui du royaume de Macédoine23. On ne possède pas pour autant d’étude de synthèse sur l’ensemble des Satrapies Supérieures24, bien qu’elles aient été homogènes par leurs caractéristiques physiques et le substrat iranien des populations qui les peuplaient. Les ouvrages disponibles sont centrés sur l’Asie Centrale, mais sont vieillis25 ou très axés sur l’histoire politique des royaumes grecs, pourtant floue et très incertaine, et ne prennent pas suffisamment en compte la documentation matérielle26.

1. La présence grecque avant Alexandre

  • 27 Briant, 1996, p. 521-522.
  • 28 Quinte Curce, 7.5.28-35 ; Strabon, 11.11.4.
  • 29 Briant, 1996, p. 755-756.
  • 30 Diodore, 17.69.3-9 ; Quinte Curce 5.5.5-24 ; Justin 11.14.11. Ils étaient entre 800 et 4000 selon l (...)
  • 31 Briant, 1996, p. 184-185, 447.
  • 32 Hofstetter, 1978, par exemple le sculpteur phocidien Téléphanès (n° 303, sous Darius et Xerxès), le (...)
  • 33 Lenfant, 2004 ; Lenfant, 2011, p. 96-107.
  • 34 Rougemont, 2012, n° 55-58. Cf. aussi le n° 54, inscription grecque sur une tablette d’argile du cor (...)
  • 35 Rougemont, 2012, n° 2. Les fouilles anciennes de Suse ont d’autre part fourni quelques tessons de c (...)

6Si l’expédition d’Alexandre a ouvert la voie à une forte émigration de populations gréco-macédoniennes, des Grecs vivaient dans l’empire achéménide aux périodes précédentes. Dans les Satrapies Supérieures, c’étaient surtout des déportés et des individus qui habitaient les grandes résidences royales pour des raisons diverses. Comme les Assyriens et les Néo-Babyloniens avant eux, les Achéménides punissaient les communautés en les déportant. La Bactriane et la Susiane furent ainsi des terres d’exil pour des populations grecques27. En 513, lors de leur expédition en Libye, les Perses prirent la ville grecque de Barcé et déportèrent sa population en Bactriane, dans un établissement qui prit le nom de Barcé (Hérodote 4.200-204). C’est aussi en Bactriane que vivaient les Branchides qui avaient formé le personnel sacerdotal du sanctuaire d’Apollon de Didymes. Ils avaient pris parti pour les Perses en 479, pendant la seconde guerre médique, et avaient préféré quitter Milet avec eux après la victoire grecque. Xerxès les installa dans cette région et Alexandre aurait retrouvé leurs descendants en 32928. Pour les punir de la trahison de leurs ancêtres, il les massacra. Quinte Curce nous apprend qu’ils étaient bilingues et même en passe de perdre l’usage de leur langue originelle, bien qu’ils aient conservé des usages grecs. En 490, ce sont les Érétriens fait prisonniers pendant la première guerre médique qui avaient été déportés en Susiane et installés par Darius Ier dans un domaine royal situé à une quarantaine de kilomètres de Suse (Hérodote 6.120). Ils vinrent grossir les rangs des dépendants qui travaillaient pour le compte des rois et sont connus sous le nom de kurtaš dans les archives achéménides29. En arrivant à Persépolis, Alexandre rencontra aussi des Grecs de cette catégorie dont certains travaillaient dans des ateliers royaux. Une troupe de pauvres hères fait prisonniers et déportés à Persépolis, présentant des mutilations et marqués au fer rouge, vint en effet le trouver30. Il proposa de les aider à rentrer, mais la majorité préféra rester sur place où ils avaient fondé des familles et noué entre eux des liens de solidarité. Des Grecs déportés participèrent sans doute aussi à la construction des palais royaux de Suse ou Persépolis. Dans leurs chartes de fondation, les rois insistent en effet sur la contribution de l’ensemble des peuples de l’empire, utilisés chacun pour leurs compétences. À Suse notamment, les Ioniens furent employés pour le travail de la pierre31. Mais des artisans libres sont sans doute intervenus aussi. Les grandes résidences impériales attiraient une population cosmopolite, venue de l’ensemble de l’empire voire d’au-delà. Les auteurs grecs ont gardé les noms de plusieurs artistes ou artisans grecs qui travaillaient à la cour impériale32. Ctésias, qui vécut à la cour d’Artaxerxès II et devint son médecin personnel, est aussi très bien connu33. Cette présence grecque est confirmée par la documentation archéologique et épigraphique. Des graffiti en grec, repérés dans des carrières de pierre situées à proximité de Persépolis, mentionnent des Grecs dont un certain Pytharchos qui s’était vu concéder l’exploitation de l’une d’entre elles34. Une épitaphe en grec de Suse a également gardé la trace d’un certain Nikoklès, fils de Nikoklès, originaire de Sinope et mort dans la première moitié du ive siècle35. Nous n’en savons pas assez néanmoins pour reconstituer les aspects concrets de la vie de ces Grecs expatriés.

2. La présence grecque à l’époque d’Alexandre le Grand

  • 36 Wiesehöfer, 1994, p. 23-49 ; Briant, 1996, p. 1073-1074 ; Briant, 2002, p. 86-93.
  • 37 Quinte Curce, 5.2.16 ; 5.6.9. En ce qui concerne Ecbatane, Arrien nous informe qu’Alexandre aurait (...)

7Alexandre s’empara de l’Iran et de l’Asie Centrale en un peu plus de trois ans (début 330-printemps 327). Mais il adopta des stratégies différentes dans les deux régions, ce qui eut ensuite des répercussions sur les modalités et la nature de l’occupation grecque. Il ne rencontra pas de réelles difficultés en Iran malgré les violents combats qu’il dut mener au franchissement des Monts du Zagros et malgré l’opposition d’une partie de l’aristocratie perse36. Il progressa vite et posta 4000 hommes à Suse, dont 1000 vétérans macédoniens, et 3000 Macédoniens à Persépolis37 ; leur présence n’a guère laissé de trace.

  • 38 Holt, 1989, p. 52-69 ; Bosworth, 1993, p. 104-119 ; Briant, 2002, p. 50-55 ; Martinez-Sève, 2012, p (...)
  • 39 Il adopta la même stratégie en Inde, où la densité des installations fut néanmoins moins élevée.
  • 40 Quinte Curce 7.10.15 ; 7.11.29. Il doit s’agir des mêmes établissements que ceux qui sont situés en (...)
  • 41 Cette question se greffe sur celle, plus générale et également très discutée, de l’itinéraire suivi (...)
  • 42 Sverchkov, 2008 ; Swertschkow, 2010.

8En Bactriane et en Sogdiane, Alexandre rencontra en revanche de très fortes résistances et dut combattre pendant près de deux ans38. Il chercha à contrôler les territoires et les populations en installant partout des forteresses et des garnisons et quadrilla la région avec son armée39. Ainsi, lors de la campagne du printemps 328, il créa un réseau de six forts autour de la ville de Marginia et y déporta ensuite des vaincus pour servir d’esclaves ou de dépendants à ceux qui y furent affectés40. Marginia n’est pas Alexandrie de Margiane comme on l’a parfois pensé. On a récemment proposé de la localiser dans la région montagneuse qui constituait l’extrémité Ouest des Monts du Hissar, par où passait la route qui mène de Bactriane en Sogdiane41. Deux forts, récemment découverts, pourraient avoir appartenu à cet ensemble, dont celui de Kurgansol42. Installé au sommet d’une falaise, il permettait de surveiller les alentours. Il était protégé par un mur rond de près de 30 m de diamètre, renforcé de tours semi-circulaires, qui abritait des structures légères construites en bois.

  • 43 Alexandre aurait aussi fondé une Alexandrie près de l’embouchure du Tigre après son retour à Suse ( (...)
  • 44 Plutarque, La Fortune ou la Vertu d’Alexandre, 5 (= Moralia, 328E).
  • 45 Fraser, 1996, p. 102-170.
  • 46 Fraser, 1996, p. 109-112 et 132-133. La première est citée par Pline (HN, 6.61), la seconde par plu (...)
  • 47 Bernard, 1996, p. 338-340.
  • 48 Fraser, 1996, p. 123-130. C’est là que se déroula l’épisode du complot de Philotas et Alexandre aur (...)
  • 49 Elle est mentionnée par Pline, HN, 6.46-47. Selon lui, cette fondation aurait périclité et fut rele (...)
  • 50 Bernard, Pinault et Rougemont, 2004, p. 277-279 pour un résumé du résultat de ces fouilles.

9Cette stratégie s’accompagna de la fondation d’établissements plus importants. Alexandre poursuivit là la politique qu’il avait engagée en Égypte, où se trouve la plus célèbre de ses Alexandrie. À cette exception près43, toutes les autres se situent en Asie Centrale et dans la vallée de l’Indus, là où il rencontra des résistances. Elles y jouaient un rôle stratégique et militaire, servaient de points d’appui au réseau secondaire des forteresses et des garnisons. Alexandre passe pour un héros fondateur si bien qu’il est difficile de distinguer les établissements qu’il a réellement fondés de ceux qui lui ont été attribués a postériori, 70 fondations selon Plutarque44. P. M. Fraser a retenu comme probables celles d’Alexandrie d’Arie (Hérat), Alexandrie d’Arachosie (Kandahar), Alexandrie du Caucase (près de Charikar), Alexandrie Eschatè (Khodjent), Alexandrie Bucéphale et Alexandrie Nicée installées de part et d’autre de l’Hydaspes (Jhelum) pour commémorer la victoire sur l’Indien Poros, et Alexandrie des Orites, située dans le Makran45. Ni Alexandrie d’Arie, ni Alexandrie d’Arachosie ne sont mentionnées par les historiens d’Alexandre, mais leur existence semble assurée46. Alexandre refonda aussi sous le nom grec de Maracanda la principale ville de Sogdiane, une ancienne résidence achéménide qui devint l’une de ses principales bases47, ainsi que Phrada, la capitale achéménide de Drangiane, nommée Prophthasia48. En revanche, la fondation d’Alexandrie de Margiane est plus douteuse49. Ces colonies vinrent le plus souvent doubler des établissements pré-existants, souvent des résidences royales achéménides, qui avaient déjà contribué à structurer et à organiser les territoires pour renforcer la domination achéménide. Elles étaient localisées dans des endroits fertiles et irrigués, déjà mis en valeur. Alexandrie d’Arie fut bâtie près de l’ancienne Artacoana, Alexandrie du Caucase près de l’ancienne Kapiçi, et les fouilles de Kandahar ont aussi mis en évidence une occupation achéménide du site d’Alexandrie d’Arachosie50.

  • 51 Bernard, 1996, p. 339, n. 14. Mais cette restauration est peut-être postérieure.
  • 52 La datation repose sur le format des briques utilisées ; elle est incertaine (Baratin et Martinez-S (...)
  • 53 Arrien 4.22.4-5 ; 4.1.3-4, 4.4.1.
  • 54 7000 vétérans macédoniens auraient été laissés à Alexandrie du Caucase selon Quinte Curce (7.3.23)  (...)
  • 55 C’est bien comme cela que les nomades ont considéré Alexandrie Eschatè, si l’on en croit Quinte Cur (...)
  • 56 Quinte Curce 7.6.27 ; Justin 12.5.12. Briant, 1982, p. 74-77.
  • 57 Justin 12.12.5. F. Holt considère que parmi les renforts envoyés en Asie Centrale par Antipatros, s (...)

10La période d’Alexandre a duré trop peu de temps pour laisser des vestiges significatifs et il est difficile d’identifier en fouille des niveaux datés de son règne. Les plus anciens niveaux d’occupation de Kurgansol semblent néanmoins remonter à cette époque. Les soldats de la garnison qu’il posta à Samarcande ont peut-être aussi fait réparer les remparts achéménides51, sans doute endommagés lors du siège de la ville, et peut-être aussi construire un grenier public monumental qui abritait leurs réserves alimentaires, constituées d’orge et de millet52. Heureusement, les historiens d’Alexandre apportent quelques informations supplémentaires. L’exemple d’Alexandrie du Caucase ou celui d’Alexandrie Eschatè révèlent qu’il entendait construire de véritables villes, destinées à se développer53. De manière générale, lorsque les sources nous précisent le nombre des colons installés dans ces fondations, les effectifs sont de plusieurs milliers54. Alexandrie Eschatè fut placée à la limite de l’empire pour surveiller les nomades qui parcouraient les steppes situées sur l’autre rive du Iaxartes, l’actuel Syr Darya55. Elle remplaçait sept établissements achéménides fondés par Cyrus dans le même but, dont Cyropolis le principal d’entre eux. Alexandre y affecta des vétérans ou des blessés macédoniens, des mercenaires grecs ainsi que des indigènes dont Arrien précise qu’ils étaient volontaires (4.4.1). C’est en fait peu probable. Il s’agissait plutôt des indigènes qui avaient survécu aux attaques et qui furent mis à la disposition des colons, comme ceux qui avaient été répartis dans les forts des alentours de Marginia56. Dans les colonies comme dans les forteresses, il est probable que les indigènes assuraient le ravitaillement des colons et de l’armée d’occupation, servaient de main d’œuvre et beaucoup devaient avoir au moins le statut de dépendants. Il ne faut pas oublier que la colonisation procède dans ces régions de la conquête militaire, or l’asservissement constituait le sort habituel des vaincus. Comme à Alexandrie Eschatè, un grand nombre de mercenaires furent installés par Alexandre dans ses fondations, aux côtés des vétérans macédoniens ; ils furent souvent sollicités pour accomplir des missions de garde. Un grand nombre des colons et des soldats qui restèrent en Asie Centrale après le départ de l’armée étaient donc des Grecs et non des Macédoniens. Parmi eux se trouvaient sans doute des individus dont l’encadrement militaire se méfiait. Justin rapporte d’ailleurs qu’Alexandre avait fondé 12 établissements en Bactriane et en Sogdiane et qu’il les avait peuplés de tous les séditieux de son armée57.

  • 58 Diodore 17.99.5-6 ; Quinte Curce, 9.7.1-11.
  • 59 Diodore 18.7. Sur cet épisode cf. Bernard, 1985, p. 127-128 ; Holt, 1989, p. 82-86 ; Coloru, 2009, (...)

11Alexandre laissa des forces très importantes en Asie Centrale. Outre les colons, il faut aussi compter les nombreuses troupes mises à la disposition des stratèges : 4000 fantassins et 600 cavaliers en Arachosie (Quinte Curce 7.3.5), 10000 fantassins et 3500 cavaliers en Bactriane (Arrien 4.22.3). Colons comme militaires en service actif ont manifestement formé une population remuante, pas toujours digne de confiance. Les sources suggèrent qu’il n’était pas dans leur intention de rester établis si loin de leur patrie originelle. L’Asie Centrale, comme d’ailleurs l’Inde apparaissaient comme des régions répulsives où il ne fallait pas rester. Les soldats de l’armée d’Alexandre exprimèrent ainsi clairement leur désir de rentrer chez eux au moment où Alexandre voulait les entraîner au-delà de l’Hyphase en 326. À cette occasion, le Macédonien Coïnos fit un discours pour convaincre Alexandre de ne pas aller plus loin. Il évoque alors le sort des mercenaires grecs de l’armée, principalement mis à contribution pour peupler les diverses fondations et servir de garnisaires. Selon lui, ils y auraient été forcés et agissaient sous la contrainte. Cet argument n’apparaît que dans le discours retranscrit par Arrien et il est peut-être inventé (5.27.5-7). Il révèle néanmoins comment pouvait être perçue la colonisation de l’Asie Centrale à l’époque d’Alexandre ou a posteriori. L’épisode de la révolte des colons de Bactriane a sans doute contribué à forger cette perception. Il est raconté par Diodore et Quinte Curce. Une première révolte eut lieu en 325, lorsque les colons apprirent la fausse nouvelle de la mort d’Alexandre, très sérieusement blessé en attaquant une ville indienne58. Nos sources décrivent un climat tendu et conflictuel, opposant entre eux plusieurs groupes de colons dont certains cherchaient à partir. Ils se révoltèrent à nouveau en 323. Diodore précise qu’ils étaient alors plus de 23.000, chiffre reconnu comme raisonnable qui confirme l’ampleur des effectifs maintenus sur place par Alexandre59. Perdiccas envoya des troupes macédoniennes réprimer les mutins, dont beaucoup étaient des Grecs que les soldats n’hésitèrent pas à massacrer.

  • 60 Bernard, 1985, p. 30-31 ; Coloru, 2009, p. 137-138.
  • 61 Pour la liste de ces satrapes cf. Coloru, 2009, p. 137-138. O. Coloru considère, à la suite de Diod (...)

12La mort d’Alexandre et les événements qui l’ont suivie ont contribué à affaiblir les établissements qu’il avait fondés, d’autant plus que la répression exercée à l’encontre des colons entraîna sans doute de fortes pertes humaines. Mais au moins dans un premier temps, la structure de commandement mise en place par Alexandre a relativement bien résisté aux événements60 : les satrapies furent attribuées lors des partages de l’empire en 323 et en 321 et la plupart des satrapes en poste en 321 furent maintenus à leur place par Antigone en 316 après sa victoire sur Eumène, soit qu’il estimât pouvoir compter sur eux, soit qu’il ait eu peu de prise sur eux61. Mais après cette date, plus rien n’est connu de la situation de ces territoires jusque vers 305, date de la reconquête de Séleucos. Il est probable qu’à ce moment l’œuvre d’Alexandre était à reconstruire.

3. La présence grecque à l’époque hellénistique

  • 62 Voir l’article de L. Capdetrey dans ce volume, pour ce point et pour la colonisation séleucide de m (...)
  • 63 Capdetrey, 2007, p. 76-81.
  • 64 Tarn, 1985, p. 83, n. 3.
  • 65 Fraser, 1996, p. 34-37.
  • 66 Sverchkov, 2008 ; Swertschkow, 2010.
  • 67 Leriche, 2007, p. 130-134.
  • 68 Bernard, 1996. P. Bernard considère néanmoins qu’une ville grecque a dû exister sur ce site.
  • 69 Rapin, 2007, p. 42-44.
  • 70 Zavyalov, 2007.
  • 71 Bernard, Pinault et Rougemont, 2004, p. 277-279 ; Rougemont, 2012, p. 165-182.
  • 72 Houghton, Lorber, 2002, p. 4, 88-99, 167, 213-215, 232, 287-288.
  • 73 Rougemont, 2012, n° 76.
  • 74 Rougemont, 2012, n° 79-80bis.

13Des successeurs d’Alexandre, les Séleucides qui héritèrent de ses possessions orientales furent ceux qui fondèrent le plus d’établissements. Appien rapporte que l’on devait au seul Séleucos I neuf Séleucie, seize Antioche, cinq Laodicée, trois Apamée et une Stratonicée ainsi que d’autres villes aux noms macédoniens (Syr. 295-298). On en retient que la majorité des fondations séleucides remontent aux débuts du royaume, ce qui est à nuancer62. En Asie Centrale, Séleucos I s’efforça néanmoins de restaurer l’armature politique, administrative et militaire d’Alexandre. Il y délégua son fils Antiochos, nommé co-régent à partir de 294, qui s’installa en Bactriane63. Antiochos y avait des attaches familiales puisqu’il était né d’Apama, la fille du Bactrien Spitamène, épousée par Séleucos en 324 lors des noces de Suse. Il avait pour mission de renforcer les défenses contre les populations nomades et envoya le stratège milésien Démodamas opérer au-delà du Iaxartes (Pline, HN 6.49). Il aurait relevé d’anciennes colonies d’Alexandre qui avaient périclité. Pline signale la refondation d’Alexandrie de Margiane en une Antioche de Margiane et celle d’une autre colonie d’Alexandre sous le nom d’Achaïs (HN 6.47-48). Démodamas aurait aussi refondé Alexandrie Eschaté en une Antioche de Scythie, mentionnée par Stéphane de Byzance64. Mais ces refondations, douteuses, pourraient avoir été inventées pour renforcer la prétention de Séleucos à se présenter comme l’héritier d’Alexandre65. Il est assuré en revanche qu’un réseau hiérarchisé d’établissements fut recréé pour asseoir le contrôle des territoires et des populations. Certains d’entre eux existaient déjà, ainsi Bactres qui constituait la principale place politique de Bactriane depuis l’époque achéménide, ou la forteresse de Kurgansol, dont l’enceinte circulaire abritait désormais quelques constructions bâties en dur autour d’un espace central66. D’autres établissements furent fondés, notamment Aï Khanoum, dont le nom antique n’est pas connu, conçue dès le début comme une grande ville pour servir de tête de pont au contrôle de la Bactriane orientale. Installée en un point de resserrement de la vallée de l’Amou Darya, elle assurait la surveillance des routes qui remontaient le long des vallées affluentes. Ce réseau n’eut cependant pas la même densité partout. Les sites qui ont révélé une forte occupation séleucide sont plus nombreux en Bactriane qu’en Sogdiane67 : l’activité de Maracanda paraît se réduire assez vite, bien que de nouveaux remparts furent construits68, et le site voisin de Kok Tépé, très important sous les Achéménides, fut abandonné au début du iiie siècle69. Il faut cependant prendre en compte le risque de biais documentaires, car l’exploration archéologique a été inégale. La Margiane fut également tenue à partir d’Antioche de Margiane, pourvue de très impressionnants remparts à étage construits selon des normes grecques70. On a moins d’informations pour les autres satrapies d’Asie Centrale. L’Arachosie orientale fut abandonnée par Séleucos I au roi Maurya Chandragupta. Alexandrie d’Arachosie entra ainsi dans la zone d’influence des rois indiens mais une communauté grecque s’y maintint71. Quelques monnaies de Séleucos I ont été attribuées à des ateliers monétaires situés en Parthie/Hyrcanie, en Drangiane ou en Arachosie occidentale, et d’autres, frappées par Antiochos II et Séleucos II, l’auraient été à Alexandrie d’Arie72, mais on ne sait rien d’une éventuelle occupation grecque de ces sites. La découverte en Hyrcanie d’une lettre mentionnant l’affranchissement d’un esclave et impliquant des membres de l’administration royale73, comme celle en Drangiane de deux inscriptions à caractère économique et surtout d’une lettre royale de Séleucos II, peut-être destinée au satrape de cette région74, assurent que ces territoires étaient néanmoins sous contrôle séleucide.

  • 75 Kritt, 1997, p. 82-84, 134-137 ; Martinez-Sève, 2011b, p. 47-50.
  • 76 Martinez-Sève, 2011b.
  • 77 Rougemont, 2012, n° 68, ligne 31.

14La densité des fondations en Iran occidental et en Susiane était apparemment moins forte, bien qu’il faille encore tenir compte des biais documentaires. La Perside intérieure échappa sans doute aussi aux Séleucides vers 295, au moins momentanément75. On connaît surtout quelques fondations principales, par la documentation littéraire ou épigraphique, comme Laodicée de Médie (près de l’actuelle Néhavend), Antioche de Perside et Séleucie de l’Hédyphon, ou par une documentation plus variée comme Suse devenue Séleucie de l’Eulaios. Sa refondation est le plus souvent datée de l’époque de Séleucos I, mais plusieurs éléments incitent à en rabaisser la date, peut-être sous Séleucos II ou un peu plus tard76. Les Séleucides avaient sans doute aussi installé des garnisons dans les Monts du Zagros, sur les routes principales, pour assurer et sécuriser leurs relations avec les Satrapies Supérieures, car ces montagnes étaient habitées par des peuples dangereux et difficiles à dominer. Dans une version d’un édit d’Antiochos III trouvée près de Kermanshah apparaît d’ailleurs la mention d’un district militaire77.

  • 78 Pour une présentation d’ensemble des résultats de l’archéologie, cf. Mairs, 2011.
  • 79 Martinez-Sève, 2002b, p. 39-44.
  • 80 Rougemont, 2012, n° 1-50bis.
  • 81 Rougemont, 2012, n° 97-150.
  • 82 Bernard, 1985 notamment, mais voir Houghton, Lorber, 2002 pour l’ensemble de la bibliographie, reno (...)

15De tous ces établissements, seul un petit nombre est relativement connu. En Iran, l’activité archéologique s’est portée en priorité sur quelques sites, Suse notamment, fouillée à partir de la fin du xixe siècle, souvent sans grand profit, car la méthode employée fut longtemps inadaptée. Des équipes iraniennes ont entrepris récemment des recherches à Ecbatane, Boushir (emplacement présumé d’Antioche de Perside) ou à Néhavend, mais les résultats ne sont pas encore très diffusés. L’activité archéologique s’est mieux répartie dans l’espace en Asie Centrale78, mais nous restons principalement informés sur Aï Khanoum, fouillée entre 1964 et 1978. La plupart des sites centrasiatiques ont vécu très longtemps et les niveaux archéologiques de l’époque hellénistique sont en général profondément enfouis et détruits par des constructions postérieures. Ce n’était pas le cas dans cette ville, définitivement abandonnée vers 145-130. Il n’est pas non plus assuré que les Grecs aient partout procédé à d’importantes constructions. Ils ont dû parfois se contenter de réoccuper les bâtiments du pouvoir achéménide. Pour cela, nos informations portent essentiellement sur les Grecs de Suse et plus encore d’Aï Khanoum. À Suse, elles proviennent surtout de la documentation épigraphique et numismatique, car de la ville elle-même, on ne connaît pratiquement rien à l’exception d’une résidence de plan et d’apparence grecs, construite dans le courant de la deuxième moitié du iiie siècle79. Elle s’organisait autour d’une cour à péristyle sur laquelle ouvraient plusieurs pièces dont certains murs étaient peints de panneaux polychromes. Les inscriptions, au nombre d’une cinquantaine80, sont en partie d’époque séleucide, en partie d’époque parthe. En effet, le changement de domination politique ne semble pas voir eu d’impact important sur le mode de vie des Susiens au moins jusque dans le ier siècle de notre ère. À Aï Khanoum, les campagnes de fouille successives ont exhumé un ensemble de monuments publics, quelques résidences privées, plusieurs sections des remparts (fig. 3), et les prospections ont fait connaître le réseau d’irrigation ainsi que plusieurs fermes du territoire. Ces informations sont complétées par le contenu des inscriptions81 – une cinquantaine également – et par les monnaies82.

Fig. 3. Plan d’Aï Khanoum

Fig. 3. Plan d’Aï Khanoum

(dessin G. Lecuyot)

  • 83 Le Rider, 1965, p. 281-287.
  • 84 Rougemont, 2012, n° 4 (Kratéros), n° 21 (Drakas), n° 10 (Nikolaos). Notons cependant que rien n’ass (...)
  • 85 Rougemont, 2012, n° 18.
  • 86 Grenet, 1983.
  • 87 Rougemont, 2012, n° 98.
  • 88 Robert, 1968, p. 419-420.
  • 89 Robert, 1968, p. 432-438 ; Rougemont, 2012, n° 97 (p. 205-206).
  • 90 Rougemont, 2012, n° 134.
  • 91 Il faut ajouter le Pantauchos, père du Hyakinthos qui consacra à Bisutun en Médie une statue à Héra (...)
  • 92 L’abeille et le cerf sont communs aux monnaies des deux cités. Tarn, 1985, p. 6 ; Le Rider, 1965, p (...)
  • 93 Rougemont, 2012, n° 53.
  • 94 L. Robert pensait aussi pouvoir démontrer que d’autres colons étaient originaires d’Éphèse et d’Ath (...)
  • 95 Polybe, 11.34.1. Bernard, 1987, p. 107 ; Coloru, 2009, p. 151 (voir aussi les pages précédentes sur (...)

16Le corpus épigraphique des deux villes livre les noms de plusieurs dizaines de Grecs. Malheureusement, l’onomastique permet rarement de déterminer leur origine ou celle de leurs ancêtres, car leurs noms étaient pour la plupart très répandus. À Suse, sur 61, trois seulement révèlent une origine macédonienne83 : Kratéros, père d’un certain Apollodoros qui fit une dédicace à la déesse Mâ, Drakas, qui apparaît dans une liste de témoins et Nikolaos, gymnasiarque qui vécut sous les Parthes84. Ces 61 noms sont gréco-macédoniens, à l’exception de deux, dont celui d’une babylonienne, Beltibanatis, qui affranchit une esclave dans la première moitié du iie siècle85. Cette dernière, Sozaia, porte un nom grec ou un nom iranien grécisé et l’affranchissement se fait selon une procédure grecque. Il est possible que cette dame ait épousé un Grec. Les noms connus par les inscriptions d’Aï Khanoum sont moins nombreux : un peu plus d’une dizaine, auxquels s’ajoutent ceux d’une quinzaine d’administrateurs de la trésorerie du palais. Ils sont moins systématiquement d’origine gréco-macédonienne puisque huit individus avaient des noms iraniens, dont six membres du personnel de la trésorerie.86. Un certain Triballos fut avec son frère Straton l’auteur d’une dédicace à Hermès et Héraclès87. Ce nom évoque les Triballes, originaires de Thrace septentrionale. Cette famille descendait peut-être d’un soldat thrace ou d’un officier macédonien qui avait eu des soldats triballes sous son commandement88. On sait par ailleurs que l’officier séleucide responsable de la fondation de la colonie, dont le tombeau, situé au centre de la ville recevait un culte héroïque, était un certain Kinéas, nom d’origine thessalienne89. Enfin Lysanias, inhumé avec sa femme dans la nécropole située au Nord de la ville, à l’extérieur des remparts, portait un nom macédonien90. Ces exemples confirment qu’une petite proportion au moins des colons étaient originaires de Macédoine ou des régions voisines, ce qui n’est pas étonnant91. D’autres arrivèrent d’Ionie et de la vallée du Méandre. On s’est appuyé sur l’iconographie de certains types monétaires pour supposer que certains colons susiens étaient d’Éphèse, hypothèse qui n’est pas à exclure mais qu’on aimerait pouvoir asseoir sur d’autres éléments92. Il est sûr en revanche que certains colons d’Antioche de Perside étaient originaires de Magnésie du Méandre. C’est ce que nous apprend le célèbre décret voté par Antioche de Perside en 205 pour accepter les Leukophryéna, concours institué par Magnésie du Méandre qui en demandait la reconnaissance93. Le début du texte rappelle les origines de la cité, fondée par Antiochos I qui, du fait des difficultés qu’elle rencontrait, l’avait renforcée en y envoyant de nouveaux colons. Il s’était adressé à Magnésie qui avait fourni un contingent. Les deux cités entretenaient donc des liens très étroits de parenté94. Magnésie avait également envoyé des colons à Antioche de Pisidie (Strabon 12.8.14.), et d’autres étaient peut-être partis en Asie Centrale. Ainsi, Euthydème, le roi gréco-bactrien qui résista à Antiochos III au cours du siège de Bactres en 208-206, était sans doute originaire lui aussi de Magnésie95.

  • 96 Rougemont, 2012, n° 6-7 ; Martinez-Sève, 2011b, p. 54. Il n’est pas certain néanmoins que ces deux (...)
  • 97 Rougemont, 2012, n° 7, 9, 13, 17, et sans doute aussi 4, 38 et 39.
  • 98 Rougemont, 2012, n° 12.
  • 99 Rougemont, 2012, n° 66.
  • 100 Rougemont, 2012, n° 3.
  • 101 Elles faisaient partie de la catégorie des cités intégrées de L. Capdetrey (Capdetrey, 2007, p. 217 (...)
  • 102 Pour l’exemple d’Aï Khanoum, cf. Martinez-Sève, 2012.
  • 103 Gardin, 1998, p. 38-47, 112-114.

17Partout où nous avons de la documentation, il apparaît que le pouvoir et l’administration séleucides étaient très présents dans la vie des colons. Certains individus connus à Suse détenaient des titres auliques comme le somatophylaque Pythagoras et le Maréchal de la Cour (épi tès aulès) Timon96. Plusieurs autres étaient des soldats qui faisaient partie du contingent stationné dans la ville97. Sur la base d’un texte de l’époque parthe, qui indique que les soldats de la garnison étaient propriétaires de lots de terre98, on pense que les Séleucides avaient doté de terres ces hommes en échange du service militaire, hypothèse plausible mais invérifiable. Mais cela n’empêchait pas ces communautés de constituer de véritables communautés civiques. Le décret mentionné précédemment prouve indubitablement qu’Antioche de Perside jouissait du statut civique. Comme la plupart des cités grecques d’époque hellénistique, ses institutions étaient démocratiques et organisées sur le modèle athénien. Le formulaire du texte est traditionnel. Des magistratures que l’on trouve partout ailleurs sont mentionnées (des prytanes, des trésoriers, un secrétaire du conseil et de l’assemblée) ; les procédures en vigueur sont habituelles (rôle probouleumatique du conseil, découpage des sessions de l’assemblée en assemblées ordinaires et principale, enregistrement dans les archives publiques des textes votés, élection des magistrats). Laodicée de Médie était une cité elle aussi, comme l’implique la lettre qu’elle reçut de Ménédémos, le satrape de Médie, qui accompagnait un édit royal d’Antiochos III99. Une lettre du roi parthe Artaban II à la cité de Suse montre enfin que celle-ci était toujours en 21 apr. J.-C. une cité où des règles publiques comme celle de la non-itération de certaines fonctions ou celle de la dokimasie restaient en vigueur100. Les autres colonies n’ont pas fourni la même documentation, mais toutes celles qui étaient de taille importante devaient être organisées de la même façon. Du fait de leur origine royale, ces cités étaient cependant très liées au pouvoir royal et à ses représentants101. Elles comptaient sur leur aide en cas de difficulté, ce que confirme d’ailleurs l’exemple d’Antioche de Perside. La plupart étaient localisées dans un environnement qui pouvait se révéler hostile, où les Grecs restaient minoritaires102. En tant que cités, ces communautés jouissaient aussi d’un territoire qui assurait les ressources nécessaires à leur ravitaillement, selon des conceptions typiquement grecques. Leur implantation fut choisie de manière à les doter de terres déjà mises en valeur. C’est du moins ce qu’on voit à Aï Khanoum, dont le territoire s’étendait sur une superficie de 200 km² environ au Nord de la ville103. Il était irrigué par un réseau de canaux dont les premiers éléments dataient de l’âge du Bronze et qui fut développé au début du ier millénaire. Les Grecs le développèrent à leur tour en creusant un nouveau canal qui permettait d’atteindre les dernières terres cultivables. Mais sur les 16600 ha de terres irriguées pendant l’époque hellénistique, 12400 l’étaient grâce à des canaux plus anciens.

  • 104 Darmezin, 1999 ; Rougemont, 2012, n° 13-27. Ces actes d’affranchissement sont relativement nombreux (...)
  • 105 Rougemont, 2012, n° 6-12.
  • 106 Bernard, Bopearachchi, 2002, p. 248-251.
  • 107 Rougemont, 2012, n° 32-33.
  • 108 Rougemont, 2012, n° 151.
  • 109 Rougemont, 2012, n° 3, 5, 7, 30.
  • 110 Rougemont, 2012, n° 70.
  • 111 Bernard, 1976, p. 314-322 ; Bernard, 1978, p. 449-441. La trésorerie du palais recélait aussi un te (...)
  • 112 Litvinskij, 2010, p. 424-453.
  • 113 Martinez-Sève, 2002a, n° 153-241, p. 706-707.
  • 114 Bernard, 2006, pour un bon aperçu et des références bibliographiques plus complètes.
  • 115 Veuve, 1987.
  • 116 Martinez-Sève, 2002b, p. 44.
  • 117 Lecuyot, à paraître.
  • 118 Veuve, 1987, p. 107-108 ; Bernard, 1971, p. 389-402.
  • 119 Sverchkov, 2008, p. 137 ; Swertschkow, 2010, p. 150.

18Les colons grecs et leurs descendants s’efforcèrent aussi de maintenir un mode de vie et des comportements traditionnels. Le corpus des inscriptions susiennes comprend plusieurs actes d’affranchissement effectués en consacrant l’esclave à une divinité, procédure très fréquente dans le monde grec104. On y trouve les dispositions habituelles, par exemple la clause de sauvegarde destinée à protéger l’affranchi contre toute tentative ultérieure de saisie. Quand le nom des esclaves est conservé, il est de consonance grecque. Ce n’est pas une indication d’origine – le maître pouvait nommer son esclave comme il l’entendait –, mais le signe que ces Susiens maintenaient le caractère grec du milieu dans lequel ils vivaient. Ils restaient aussi attachés à la procédure du vote des honneurs : plusieurs inscriptions honorifiques furent érigées pour des particuliers importants, membres de la cour séleucide ou commandants militaires, en accompagnement de statues, désormais perdues, qui avaient été décernées pour services rendus105. Le vocabulaire des honneurs, la rhétorique qui faisait l’éloge de l’investissement personnel et financier des évergètes, tout cela apparaît aussi dans la lettre d’Artaban II évoquée ci-dessus, qui reprenait le contenu d’une missive que les Susiens avaient écrite au roi parthe dans un style caractéristique de la basse époque hellénistique. Le grec restait la langue maternelle des descendants des premiers colons et était parlé naturellement. Celui qui était employé dans les inscriptions ne se distingue d’ailleurs en rien du grec parlé dans le bassin méditerranéen et connut qui plus est les mêmes évolutions phonétiques. C’est ce que montre la signature qu’un orfèvre avait gravée sur un bracelet en or provenant du Pakistan : il adopta la graphie Μήστωρ ἐπόει (œuvre de Mestor) et non la graphie classique ἐποίει, progressivement remplacée106. Plusieurs textes poétiques, utilisant parfois des formes très élaborées et influencées par la poésie homérique, témoignent aussi du maintien d’une poésie savante et raffinée : un hymne au soleil composé par un certain Hérodoros en vers glyconiques et phérécratiens, ainsi qu’un poème évoquant des exploits guerriers, inscrit en hexamètres dactyliques sur une tablette de terre cuite, sont par exemple connus à Suse107, tandis que la dédicace d’un autel en tétramètres trochaïques, rédigée par un certain Héliodotos pour le salut du roi gréco-bactrien Euthydème et de son fils Démétrios, a récemment été découverte au Tadjikistan108. Ce goût pour l’érudition littéraire se marque également dans l’onomastique : les noms dérivés de la mythologie ou de la poésie homérique étaient relativement fréquents (Antigone et sa fille Clio, Arétè, Dryas, Asios à Suse109, Hyakinthos en Médie110, l’orfèvre Mestor mentionné ci-dessus). Le théâtre était pratiqué dans des formes grecques et l’on a découvert à Aï Khanoum le théâtre le plus oriental du monde hellénistique. Comparable dans ses dimensions au théâtre contemporain d’Épidaure, il se distinguait des modèles grecs traditionnels seulement par son architecture de briques crues et la présence de loges de proédrie surélevées, peut-être destinées aux rois gréco-bactriens et à leur cour111. Il en va de même de la musique comme en témoignent les 45 auloi d’ivoire consacrés à Takht-i Sangin dans le sanctuaire du dieu Oxus112, ou l’iconographie d’un grand nombre de terres cuites susiennes qui figurent des musiciens113. Les fouilles d’Aï Khanoum ont enfin révélé que ces individus vivaient dans un environnement urbain de type grec114 : outre le théâtre, il y avait un gymnase où s’effectuait l’entraînement militaire des jeunes et où se diffusaient les éléments de la traditionnelle paidéia. Il était construit sur un plan grec si l’on excepte le recours à de longs couloirs venus remplacer les habituels portiques115. La ville disposait aussi d’une fontaine et ses principaux édifices adoptaient les ordres dorique, ionique et corinthien. La monumentalité des bâtiments publics comme de certaines résidences privées est un indice probant de la prospérité des habitants qui n’hésitaient pas à afficher leur éclatante réussite. Ils restaient tout autant attachés que leurs compatriotes du monde méditerranéen à la pratique du bain et des soins corporels. Une des maisons parthes de Suse comportait une salle de bain pourvue d’une baignoire, plusieurs fois reconstruite116. La plupart des maisons d’Aï Khanoum comprenaient aussi un espace dévolu aux bains117, et des salles d’eau furent également trouvées dans les états profonds du gymnase et du palais118. Même les soldats en poste dans la citadelle de Kurgansol avaient une baignoire en céramique à leur disposition119.

  • 120 Martinez-Sève, 2010.
  • 121 Le Rider, 1965, p. 285-286.
  • 122 Rougemont, 2012, n° 84.

19Ces observations ne sont pourtant pas suffisantes pour conclure au maintien et à la transmission d’une culture grecque dans des formes inchangées, exclusives des formes locales. Il suffit de noter que le temple principal d’Aï Khanoum n’avait rien d’un temple grec120 pour se douter que la situation était plus complexe (fig. 4). On a pensé que ces communautés grecques constituaient des groupes relativement fermés. C’est ce que révèlerait à Suse la prédominance d’une onomastique gréco-macédonienne121. Les colons auraient cultivé et préservé leur exception grecque, synonyme de domination politique et sociale. Par bien des traits, cet hellénisme de l’Extrême Orient grec prend d’ailleurs des traits archaïsants, parfois artificiels. Les tétramètres trochaïques adoptés par Héliodote sont typiques de la tragédie d’époque classique, mais guère employés par la suite. Notre documentation n’est cependant pas nécessairement représentative. Son caractère grec accentue le caractère grec de ceux qui l’ont produite et gomme d’autres aspects de leur personnalité. Le groupe des colons susiens connus par l’épigraphie n’incluait pas toute la population de la ville, et n’englobait peut-être même pas toute la communauté grecque. Il rassemblait surtout des individus proches du pouvoir, membres de l’armée et de l’administration, dont la proportion est difficile à évaluer. En outre, ceux qui portaient des noms grecs n’étaient pas toujours issus du milieu colonial. L’exemple de Sophytos, un indien qui vivait à Alexandrie d’Arachosie vers le ier siècle avant notre ère et qui rédigea son épitaphe dans un grec raffiné, parfaitement maîtrisé122, assure que les élites locales adoptaient sans difficulté des modes d’expression et des usages caractéristiques de l’hellénisme. L’adhésion à la culture grecque donnait les clés des cercles de pouvoir. Elle permettait aussi de partager un ensemble de valeurs et de pratiques communes et facilitait la communication entre gens d’origine diverse.

Fig. 4. Plan du temple principal d’Aï Khanoum

Fig. 4. Plan du temple principal d’Aï Khanoum

(dessin J.-C. Liger)

  • 123 Robert, 1968, p. 421-457 ; Rougemont, 2012, n° 97. Il restait la fin du texte et six de ces maximes (...)
  • 124 L. Robert considérait que c’était Cléarque de Soloi, disciple d’Aristote.

20Le caractère parfois artificiel de cet hellénisme, partiellement reconstruit, pourrait laisser penser que les colons et leurs descendants sont restés coupés du monde méditerranéen. Ce ne fut pourtant pas le cas. Certains individus n’hésitaient pas à entreprendre de longs voyages à travers le Proche Orient. Une célèbre inscription d’Aï Khanoum, érigée dans l’hérôon du fondateur Kinéas à l’initiative d’un certain Cléarque, portait une série de maximes qui définissaient l’idéal de l’homme grec et qu’il avait copiées à Delphes123. Quelle qu’ait été l’identité de ce personnage124, il est assuré qu’il s’était rendu à Delphes et à Aï Khanoum. Ces déplacements se faisaient aussi dans le cadre de la participation aux concours panhelléniques. En reconnaissant les Leukophryéna de Magnésie du Méandre, Antioche de Perside s’engageait à envoyer une délégation pour la représenter et prit des dispositions en ce sens. Suse/Séleucie de l’Eulaios et Séleucie de l’Hédyphon reconnurent elles aussi les Leukophryéna, comme d’autres cités de Babylonie et des rivages du Golfe Persique, et firent sans doute de même. De son côté, Magnésie envoyait des théores annoncer les concours dans ces cités lointaines. Un passage abîmé du décret d’Antioche suggère que la cité participait en outre à des concours qui se déroulaient à Éphèse, dont elle recevait aussi des théores (l. 75). De cette façon, les cités des Satrapies Supérieures restaient en contact avec la koinè hellénistique et réaffirmaient leur appartenance à cette vaste communauté culturelle.

  • 125 Robert, 1958, p. 8-12 ; Robert, 1964, p. 135-136 (Rougemont, 2012 n° 82-83, voir aussi le commentai (...)
  • 126 Clarysse, Thompson, 2007, p. 273-274 ; Rougemont, 2012, n° 93.
  • 127 Gardin, 1985.
  • 128 Lyonnet, à paraître.
  • 129 Bernard, 1971, p. 411.
  • 130 Monsieur, Boucharlat et Haerinck, 2011.
  • 131 Rapin, 1992, p. 295-299, qui considère que les échanges commerciaux avec le monde méditerranéen éta (...)

21Une autre preuve de ces relations transorientales est fournie par la concomitance d’innovations ou d’évolutions techniques dans le bassin méditerranéen et dans les Satrapies Supérieures. L. Robert l’avait bien montré pour le style de la gravure des inscriptions, qui évolue en parallèle dans ces deux régions125. W. Clarysse et D. Thompson sont parvenus aux mêmes conclusions pour l’écriture sur parchemin126. C’est aussi très net dans le domaine de la céramique. J.-C. Gardin a consacré une étude aux évolutions des formes de vases d’Aï Khanoum et aux évolutions des techniques de fabrication en concluant que les innovations qui se produisaient dans le monde égéen étaient très vite connues et adoptées en Bactriane, ce qui supposait des relations fréquentes et le transport jusqu’en Asie Centrale de productions relativement communes comme les céramiques127. Les bols mégariens, dont la chronologie est maintenant mieux connue, firent leur apparition à Athènes à la fin du iiie siècle et à Aï Khanoum vers le début du iie siècle. Dans ces deux villes, ils furent ensuite marqués par une simplification et un appauvrissement des détails, sans doute vers le milieu du iie siècle. Des bols de type pergaménien, produits à Athènes dans la deuxième moitié du iiie siècle, sont également attestés à Aï Khanoum128. Quelques amphores importées du monde méditerranéen, notamment de Rhodes, jusqu’à Aï Khanoum129 ou jusqu’à Suse130 confirment la réalité de ces échanges. Ces vases ne sont pas nombreux néanmoins et il est peu probable que de gros volumes de marchandises aient été transportés. Il était certes possible d’opérer par voie maritime pour atteindre le Golfe Persique, mais pour rejoindre des sites localisés dans l’intérieur des terres il fallait procéder par caravanes et les amphores ne constituaient pas le meilleur des conteneurs pour cela. Ces marchandises consistaient sans doute en vin et surtout en huile d’olive, car l’olivier ne poussait ni en Iran ni en Asie Centrale. De l’huile d’olive était d’ailleurs conservée dans la trésorerie du palais d’Aï Khanoum131.

  • 132 Rougemont, 2012, n° 99-120.
  • 133 Rougemont, 2012, n° 139.
  • 134 Rougemont, 2012, n° 95 (Εὐχὴν ἀνέθηκεν Ἀτροσώκης Ὄξωι). L’objet et l’inscription ne sont pas précis (...)
  • 135 Grenet, 1983, p. 377-378 ; Coloru, 2009, p. 277.
  • 136 Litvinskii, 2010 ; Litviskij, 2010.
  • 137 Martinez-Sève, 2010.

22Les relations ont donc été constantes entre les Satrapies Supérieures et le monde méditerranéen. Mais les distances, la difficulté des déplacements empêchent que les flux aient été importants ; seule une minorité entreprenait de tels voyages. Le monde méditerranéen restait donc pour beaucoup d’individus un monde idéal et mentalement reconstruit, celui de leurs ancêtres et celui des poètes. Ils vivaient dans un monde différent, au contact d’autres populations dont ils n’étaient pas coupés. Ce phénomène est très perceptible en Asie Centrale où se développèrent une société et une culture nouvelles, gréco-bactriennes. Les fonctionnaires de la trésorerie d’Aï Khanoum qui portaient des noms iraniens y jouaient un rôle non négligeable et, même s’ils n’occupaient pas des fonctions situées au sommet de la hiérarchie administrative, ils détenaient des responsabilités – ils procédaient à l’enregistrement des versements de denrées ou d’argent et à des scellements132. Le développement de cette nouvelle culture gréco-bactrienne se marque aussi nettement dans le domaine religieux. Un pendentif inscrit en grec du nom iranien d’Aitatès, trouvé dans le sanctuaire principal d’Aï Khanoum, y avait peut-être été consacré comme offrande par ce personnage133. C’est un indice, certes fragile, non seulement de la diffusion du grec au sein des populations locales mais également de l’adoption de pratiques rituelles grecques. Un des objets que renfermait le riche trésor du temple de Takht-i Sangin, consacré au dieu Oxus, le confirme de manière éclatante. Il s’agit d’une statuette miniature qui représentait un silène jouant de l’aulos. La petite base sur lequel il se tenait portait une dédicace en grec : Ex-voto consacré par Atrosôkès à l’Oxus. Atrosôkès était un Iranien ou un Bactrien, dont le nom théophore était en rapport avec le culte iranien du feu (Le brandon du feu), mais qui avait consacré une offrande à un dieu bactrien selon des rites grecs et en rédigeant sa dédicace en grec134. L’Oxus était particulièrement vénéré en Bactriane et son nom entrait dans la composition de plusieurs noms théophores comme Oxubazos, Oxudatès, Mithroaxos, Oxuartès135. Son sanctuaire de Takht-i Sangin était néanmoins fréquenté par des populations de toutes origines, sans doute venues de toute la région, y compris par des Grecs. Le matériel qui composait son trésor, de près de 8000 objets, est tout à fait révélateur du développement d’un art dit « gréco-bactrien » qui mêlait des traditions artistiques diverses (grecques, achéménides, bactriennes)136. Des phénomènes similaires s’observent dans le sanctuaire principal d’Aï Khanoum. Son temple était construit selon un plan peut-être emprunté à la Mésopotamie, mais qui comportait aussi des éléments proprement bactriens, comme le podium sur lequel il était édifié. Il était consacré à un dieu masculin, certes représenté sous les traits d’un Zeus, mais dont la personnalité était plus complexe. En effet, comme les Iraniens étaient de tradition aniconique, à partir de l’époque hellénistique, les divinités furent systématiquement représentées en Asie Centrale à l’aide de modèles grecs. Mais pour les Grecs comme pour les Bactriens le dieu d’Aï Khanoum était sans doute Mithra ou l’Oxus et ils le célébraient selon des rites grecs mais aussi locaux137. Il y avait aussi sur l’Acropole de la ville un podium où l’on pratiquait en plein air des cultes iraniens, et un troisième temple à l’extérieur des murs de la ville, mal connu, mais qui n’avait pas non plus l’apparence d’un temple grec. Aï Khanoum passe pour la plus grecque des villes d’Asie Centrale, mais ses cultes étaient fortement marqués par des pratiques qui ne l’étaient pas. La Bactriane fut sans doute un terrain privilégié pour le développement d’interactions culturelles, mais il est probable qu’il en fut de même ailleurs. Nos documents ne le montrent pas toujours, mais ils sont rares et incomplets. La divinité principale de Suse était néanmoins Nanaia, déesse d’origine sémitique qui fut parfois assimilée à Artémis, mais que les Grecs désignaient sous son nom propre, comme le montrent les actes d’affranchissement par consécration, et qu’ils devaient honorer en tant que telle.

23Traiter des « communautés grecques » établies dans les Satrapies Supérieures est donc une entreprise difficile. Nous sommes très dépendants de notre documentation et sans doute aussi des traditions historiographiques, qui nous poussent à les envisager sous un angle grec. Mais les réalités étaient bien plus complexes. Ces communautés englobaient des populations d’origines diverses, issues du monde méditerranéen comme du monde iranien, riches de leur propre histoire et de leurs propres traditions, associées dans une rencontre créatrice de nouvelles identités. La culture grecque était un élément important de celles-ci, mais ce n’est pas parce qu’il était le plus visible qu’il était le seul.

Haut de page

Bibliographie

Balandier, Cl., 2007, Les fondations urbaines de l’époque hellénistique lieux de confrontation : négation ou assimilation des différences, dans G. Audisio et Fr. Pugnière (éd.), Vivre dans la différence hier et aujourd’hui, Avignon, p. 67-84.

Baratin, Ch. et Martinez-Sève, L., à paraître, Le grenier grec de Samarkand, Cahiers d’Asie Centrale.

Bernard, P., 1971, La campagne de fouille de 1970 à Aï Khanoum (Afghanistan), CRAI, p. 385-452.

Bernard, P., 1976, Campagne de fouilles 1975 à Aï Khanoum (Afghanistan), CRAI, p. 287-322.

Bernard, P., 1978, Campagne de fouilles 1976-1977 à Aï Khanoum (Afghanistan), CRAI, p. 421-463.

Bernard, P., 1985, Fouilles d’Aï Khanoum IV. Les monnaies hors trésors. Questions d’histoire gréco-bactrienne, Paris.

Bernard, P., 1987, Le Marsyas d’Apamée, l’Oxus et la colonisation séleucide en Bactriane, Studia Iranica, 16/1, p. 103-115.

Bernard, P., 1996, Maracanda-Afrasiab colonie grecque, dans La Persia e l’Asia Centrale da Alessandro al X secolo, Atti dei Convegni Lincei 127, Rome, p. 331-365.

Bernard, P., 2006, La colonie grecque d’Aï Khanoum et l’hellénisme en Asie Centrale, dans P. Cambon (éd.), Afghanistan, les trésors retrouvés, Paris, p. 55-67.

Bernard, P. et Bopearachchi, O., Deux bracelets grecs avec inscriptions grecques trouvés dans l’Asie Centrale hellénisée, Journal des Savants, p. 237-278.

Bernard, P., Pinault, G.-J., et Rougemont, G., 2004, Deux nouvelles inscriptions grecques de l’Asie Centrale, Journal des Savants, p. 227-356.

Bopearachchi, O., 1991, Monnaies gréco-bactriennes et indo-grecques. Catalogue raisonné, Paris.

Bosworth, A. B., 1993, Conquest and Empire, Cambridge.

Bosworth, A. B., 2002, The Legacy of Alexander. Politics, Warfare, and Propaganda under the Successors, Oxford.

Boucharlat, R., 2006, Le destin des résidences et sites perses d’Iran dans la seconde moitié du ive siècle avant J.-C., dans P. Briant et F. Joannès (éd.), La transition entre l’empire achéménide et les royaumes hellénistiques, Paris, p. 443-470.

Briant, P., 1982, Colonisation hellénistique et populations indigènes, dans P. Briant, Rois, tributs et paysans, Besançon, p. 227-279.

Briant, P., 1996, Histoire de l’Empire Perse, Paris.

Briant, P., 2002, Alexandre le Grand, Paris.

Capdetrey, L., 2007, Le pouvoir séleucide. Territoire, administration, finances d’un royaume hellénistique, Rennes.

Clarysse, W. et Thompson, D. J., 2007, Two Greek Texts on Skin from Hellenistic Bactria, ZPE, 159, p. 273-279.

Coloru, O., 2009, Da Alessandro a Menandre. Il regno greco di Battriana, Pise-Rome.

Darmezin, L., 1999, Les affranchissements par consécration en Béotie et dans le monde grec hellénistique, Nancy.

Fraser, P. M., 1996, Cities of Alexander the Great, Oxford.

Gardin, J.-C., 1985, Les relations entre la Méditerranée et la Bactriane dans l’Antiquité, d’après des données céramologiques inédites, dans J.-L. Huot, M. Yon et Y. Calvet (éd.), De l’Indus aux Balkans, Recueil à la mémoire de J. Deshayes, Paris, p. 447-460.

Gardin, J.-C., 1998, Prospections archéologiques en Bactriane orientale (1974-1978), vol. 3, Description des sites et notes de synthèse, Paris.

Grenet, F., 1983, L’onomastique iranienne à Aï Khanoum, BCH, 107, p. 373-381.

Grenet, F. et Rapin, Cl., 1998, Alexander, Aï Khanoum, Termez : remarks on the spring campaign of 328, dans O. Bopearachchi, C. A. Bromberg et F. Grenet (éd.), Alexander’s Legacy in the East, Studies in Honor of P. Bernard, Bulletin of the Asia Institute, 12 [2001], p. 79-89.

Hofstetter, J., 1978, Die Griechen in Persien. Prosopographie der Griechen im Persischen Reich vor Alexander (Arch. Mitteil. aus Iran, Supp. 5), Berlin.

Holt, F. L., 1989, Alexander the Great and Bactria, Leiden (2e édition).

Houghton, A. et Lorber, C., 2002, Seleucid Coins. A Comprehensive Catalogue. Part I. Seleucus I through Antiochos III, New York-Lancaster-Londres.

Humbach, H. et Ziegler, S., 1998, Geography, Book 6. Middle East, Central and North Asia, China, Wiesbaden.

Kritt, B., 1997, The Early Seleucid Mint of Susa, Oxford.

Kuhrt, A. et Sherwin-White, S. (éd.), 1987, Hellenism in the East, Londres.

Lecuyot, G., à paraître, Fouilles d’Aï Khanoum IX. L’habitat, Paris.

Lenfant, D., 2004, Ctésias. La Perse. L’Inde. Autres fragments, CUF, Paris.

Lenfant, D., 2011, Les Perses vus par les Grecs. Lire les sources classiques sur l’empire achéménide, Paris.

Le Rider, G., 1965, Suse sous les Séleucides et les Parthes, Paris.

Leriche, P., 2007, Bactria. Land of Thousand Cities, dans J. Cribb et G. Herrmann (éd.), After Alexander. Central Asia before Islam, Londres, p. 121-153.

Litvinskii, B. A., 2010, Problems of the History and Culture of Baktria in Light of Archaeological Excavations in Central Asia, Anabasis, 1, p. 23-48.

Litvinskij, B. A., 2010, Xram Okca v Baktrii (Južnyj Tadžikistan), 3. Isskusstvo, xudojestvennoe remeslo, musykalnye instrumenty, Moscou.

Lyonnet, B., à paraître, La céramique de la maison du quartier sud-ouest d’Aï Khanoum, dans G. Lecuyot, Fouilles d’Aï Khanoum IX. L’habitat.

Mairs, R., 2011, The Archaeology of the Hellenistic Far East : A Survey, Oxford.

Martinez-Sève, L., 2002a, Les figurines de Suse. De l’époque néo-élamite à l’époque sassanide. Musée du Louvre, département des Antiquités orientales, Paris.

Martinez-Sève, L., 2002b, La ville de Suse à l’époque hellénistique, Revue Archéologique, 1, p. 31-54.

Martinez-Sève, L., 2010, À propos du temple aux niches indentées d’Aï Khanoum : quelques observations, dans P. Carlier et Ch. Lerouge (dir.), Paysage et religion en Grèce antique, Paris, p. 195-207.

Martinez-Sève, L., 2011a, Le renouveau des études séleucides, DHA, Supplément 5, La notion d’empire dans les mondes antiques. Bilan historiographique, p. 89-106.

Martinez-Sève, L., 2011b, Suse et les Séleucides au iiie siècle avant J.-C., dans E. Dabrowa (éd.), New Studies on the Seleucids, Electrum, 18, p. 41-66.

Martinez-Sève, L., 2012, Rois et cités en Asie Centrale : Un roi indispensable ?, dans Ch. Feyel, J. Fournier, L. Graslin et F. Kirbihler (éd.), Communautés locales et pouvoir central dans l’Orient hellénistique et romain, Nancy, p. 211-233.

Monsieur, P., Boucharlat, R. et Haerinck, E., 2011, Amphores grecques timbrées découvertes à Suse (SO Iran), Iranica Antiqua, 46, p. 161-192.

Narain, A. K., 1957, The Indo-Greeks, Oxford.

Rapin, Cl., 1992, Fouilles d’Aï Khanoum VIII, La trésorerie du palais hellénistique d’Aï Khanoum, Paris.

Rapin, Cl., 1998, L’incompréhensible Asie Centrale de la carte de Ptolémée. Proposition pour un décodage, dans O. Bopearachchi, C. A. Bromberg et F. Grenet (éd.), Alexander’s Legacy in the East, Studies in Honor of P. Bernard, Bulletin of the Asia Institute, 12 [2001], p. 79-89.

Rapin, Cl., 2007, Nomads and the Shaping of Central Asia : from the Early Iron Age to the Kushan period, dans J. Cribb et G. Herrmann (éd.), After Alexander. Central Asia before Islam, Londres p. 29-72.

Rapin, Cl., Baud, A., Grenet, F. et Rakhmanov, Sh. A., 2005, Recherches sur la région des Portes de Fer de Sogdiane : bref état des questions en 2005, Istorija Material’noj Kul’tury Uzbekistana, 35, p. 102-112.

Robert, L., 1958, Une bilingue gréco-araméenne d’Asoka, II, Observations sur l’inscription grecque, Journal Asiatique, p. 7-18 (= OMS III, p. 1551-1562).

Robert, L., 1964, Une nouvelle inscription grecque d’Asoka, CRAI, p. 134-140 (= OMS III, p. 1563-1569).

Robert, L., 1968, De Delphes à l’Oxus, inscriptions grecques nouvelles de la Bactriane, CRAI, p. 416-457.

Rougemont, G., 2012, Inscriptions grecques d’Iran et d’Asie Centrale, Corpus Inscriptionum Iranicarum, Londres.

Sherwin-White, S. et Kuhrt, A., 1993, From Samarkhand to Sardis. A new approach to the Seleucid empire, Londres.

Sverchkov, L. M., 2008, The Kurganzol Fortress (on the History of Central Asia in the Hellenistic Era), Ancient Civilizations from Scythia to Siberia, 14, p. 123-191.

Swertschkow, L. M., 2010, Die Grabungen im Fort Kurgansol im Süden Usbekistans – neue Daten zur Geschichte Zentralasiens am Ende des 4. Jhs. v. Chr., dans S. Hansen, A. Wieczorek, et M. Tellenbach (éd.), Alexander und die Öffnung der Welt, Mannheim, p. 145-154.

Tarn, W. W., 1985, The Greeks in Bactria and India, Chicago (1ère éd. 1938).

Veuve, S., 1987, Fouilles d’Aï Khanoum VI. Le gymnase, Paris.

Widemann, F., 2009, Les successeurs d’Alexandre en Asie Centrale et leur héritage culturel, Paris.

Wiesehöfer, J., 1994, Die ‘dunklen Jahrhunderte’ der Persis, München.

Zavyalov, A. V., 2007, The Fortifications of the City of Gyaur Kala, Merv, dans J. Cribb et G. Herrmann (éd.), After Alexander. Central Asia before, Londres, p. 313-329

Haut de page

Notes

1 La Susiane et l’Élymaïde seront prises en compte ici, bien que ces régions se localisent en contrebas du plateau iranien et forment vers l’Est le prolongement naturel de la plaine mésopotamienne. Par ailleurs, la structure de la documentation impose de ne pas arrêter la chronologie à la fin du iiie siècle. Celle-ci ne constitue en rien une limite dans cette aire géographique ; une grosse masse de la documentation date du iie siècle.

2 Rougemont, 2012.

3 On se concentrera dans ce qui suit sur les sources de la période hellénistique. Pour l’époque achéménide, Hérodote est pratiquement le seul à nous donner quelques informations sur des communautés grecques installées dans la partie orientale de l’empire achéménide (voir ci-après).

4 Coloru, 2009, p. 65-102 fait la recension des textes consacrés à l’Asie Centrale et insiste sur leur nombre, signe pour lui que l’histoire de l’Extrême Orient grec, et plus particulièrement celle du royaume gréco-bactrien, occupa une place non négligeable dans les savoirs historiques anciens. Le fait même que ces travaux n’aient pas été jugés suffisamment intéressants pour être conservés incite à davantage de prudence.

5 Par exemple celui que Néarque rédigea après avoir navigué le long des rives de l’Océan Indien et du Golfe Persique, connu par Arrien (L’Inde).

6 Strabon écrit notamment que pour les régions situées au Sud de l’Hindu Kush, il ne disposait pas de documentation nouvelle, alors qu’il avait utilisé les travaux d’historiens parthes pour les régions situées au Nord, dont Apollodore d’Artémita, actif vers le début du ier siècle av. J.-C. (15.2.7 ; 11.6-11 et 15.2).

7 Diodore 17.66-74 pour les opérations menées en Susiane, en Perside et en Médie ; 17.75-83 pour celles qui le furent en Asie Centrale, mais une lacune a fait disparaître les passages relatifs à la conquête de la Bactriane, de la Sogdiane et du Nord-Ouest de l’Inde ; 17.84-112 pour les opérations en Inde, le retour à Suse puis l’arrivée à Babylone.

8 Quinte Curce 5.2.8-6.2.11 (Susiane, Perside et Médie) ; 6.2.12-8.8.23 (Asie Centrale) ; 8.9.1-10.4 (Inde et retour à Suse).

9 Plutarque, Vie d’Alex., 36-43 (Susiane, Perside et Médie) ; 44-56 (Asie Centrale) ; 57-70 (Inde et retour à Suse).

10 Arrien, Anab., 3.16.6-3.22 (Susiane, Perside et Médie) ; 3.23-4.22.2 (Asie Centrale) ; 4.22.3-7.6 (Inde et retour à Suse).

11 Justin 11.14.1-11.15 (de l’entrée à Suse jusqu’à la mort de Darius III) ; 12.3-12.7.1 (Asie Centrale) ; 12.7.2-12.12 (Inde et retour jusqu’à l’entrée à Babylone).

12 Diodore, 19.12-15, 17-34, 37-48. Voir aussi Plutarque Vie d’Eum. (13.9-18). L’essentiel de ces récits porte sur les opérations militaires. Sur ces événements, Bosworth, 2002, p. 98-168.

13 Diodore, 19.92 ; Appien, Syr., 278.

14 Les sources sont ici rares et très fragmentaires ; notamment Justin, 15.4.12 et Appien, Syr., 281-282.

15 Strabon, 11.9.2-3 ; Justin, 41.4.

16 Polybe 10.27-31 (arrivée d’Antiochos III à Ecbatane, puis opérations contre les Parthes) ; 10.48-49 (description de l’Oxus puis premiers combats contre le roi gréco-bactrien Euthydème I sur les rives du fleuve Arios) ; 11.34 (négociations entre Antiochos III et Euthydème au cours du siège de Bactres [208-206], accord, puis départ d’Antiochos III vers la vallée de l’Indus et fin de l’expédition). Également Justin 41.5.

17 Diodore 28.3, 29.15 ; Strabon 16.1.18 ; Justin 32.2.1.

18 Justin 41.6.

19 Polybe 31.9 ; Flavius Josèphe, Ant. Jud. 12.354-359 ; Appien, Syr., 352 ; Porphyre, FGH n° 260, F53 et 56 (d’après Hieronym., Comm. I Dan., 718 et 722) ; I Macc. 6.1-4 ; II Macc. 1.13-16 ; 9.1-2.

20 À consulter dans l’édition récente de Humbach, Ziegler, 1998. Sur l’exploitation qu’on peut en faire, cf. Rapin, 1998.

21 Cf. l’édition anglaise de 1976 : Isidore de Charax, Parthians Stations, an account of the overland trade route between the Levant and India in the first century B.C., texte établi, traduit et commenté par W. H. Schoff, Chicago, 1976.

22 Briant, 1996.

23 Kuhrt, Sherwin-White, 1987 ; Sherwin-White, Kuhrt, 1993. Sur l’impact produit par ces travaux : Martinez-Sève, 2011a. Les recherches postérieures prennent désormais pleinement en compte l’insertion orientale du royaume, par exemple Capdetrey, 2007, notamment p. 28-50.

24 Voir néanmoins les deux chapitres consacrés à ces régions dans Sherwin-White, Kuhrt, 1993, p. 72-113.

25 Notamment le livre fondateur de W. W. Tarn, publié pour la première fois en 1938 (Tarn, 1985 pour la 3e édition), ou celui de A. K. Narain (Narain, 1957). Ces deux ouvrages présentaient deux conceptions opposées du royaume gréco-bactrien et des royaumes indo-grecs qui lui succédèrent : le premier est très hellénocentré, le second très indocentré.

26 Deux parutions récentes : Widemann, 2009 et Coloru, 2009. Le premier est davantage un essai qu’un ouvrage historique solidement fondé, même s’il comporte de nombreuses remarques très intéressantes.

27 Briant, 1996, p. 521-522.

28 Quinte Curce, 7.5.28-35 ; Strabon, 11.11.4.

29 Briant, 1996, p. 755-756.

30 Diodore, 17.69.3-9 ; Quinte Curce 5.5.5-24 ; Justin 11.14.11. Ils étaient entre 800 et 4000 selon les versions.

31 Briant, 1996, p. 184-185, 447.

32 Hofstetter, 1978, par exemple le sculpteur phocidien Téléphanès (n° 303, sous Darius et Xerxès), le poète rhodien Timokréon de Ialysos (n° 327, exilé pour médisme à la cours de Xerxès I) ou le danseur crétois Zénon (n° 337, sous Artaxerxès II).

33 Lenfant, 2004 ; Lenfant, 2011, p. 96-107.

34 Rougemont, 2012, n° 55-58. Cf. aussi le n° 54, inscription grecque sur une tablette d’argile du corpus des Persepolis Fortification Texts, qui stipule la livraison d’environ 65 litres de vin.

35 Rougemont, 2012, n° 2. Les fouilles anciennes de Suse ont d’autre part fourni quelques tessons de céramique attique à figures rouges du ve siècle, ainsi que des tessons de céramique à vernis noir qui datent de 350-330, mais ils ont pu arriver à Suse à la suite de mouvements commerciaux indépendants d’une présence grecque dans la ville (Martinez-Sève, 2002b, p. 36 ; Boucharlat, 2006, p. 444-448).

36 Wiesehöfer, 1994, p. 23-49 ; Briant, 1996, p. 1073-1074 ; Briant, 2002, p. 86-93.

37 Quinte Curce, 5.2.16 ; 5.6.9. En ce qui concerne Ecbatane, Arrien nous informe qu’Alexandre aurait laissé 6000 Macédoniens à la garde du trésor perse, avec des cavaliers et quelques fantassins, mais que ces Macédoniens devaient ensuite le rejoindre en Parthyène (3.19.7-8). On ne sait donc pas combien restèrent à Ecbatane où il est impensable qu’Alexandre n’ait pas fait stationner des troupes.

38 Holt, 1989, p. 52-69 ; Bosworth, 1993, p. 104-119 ; Briant, 2002, p. 50-55 ; Martinez-Sève, 2012, p. 211-212.

39 Il adopta la même stratégie en Inde, où la densité des installations fut néanmoins moins élevée.

40 Quinte Curce 7.10.15 ; 7.11.29. Il doit s’agir des mêmes établissements que ceux qui sont situés en Sogdiane par Arrien (4.16.3).

41 Cette question se greffe sur celle, plus générale et également très discutée, de l’itinéraire suivi par Alexandre durant sa campagne de 328 : Grenet, Rapin, 1998 ; Rapin, Baud, Grenet et Rakhmanov, 2005 ; Sverchkov, 2008.

42 Sverchkov, 2008 ; Swertschkow, 2010.

43 Alexandre aurait aussi fondé une Alexandrie près de l’embouchure du Tigre après son retour à Suse (Pline, HN, 6.138-140).

44 Plutarque, La Fortune ou la Vertu d’Alexandre, 5 (= Moralia, 328E).

45 Fraser, 1996, p. 102-170.

46 Fraser, 1996, p. 109-112 et 132-133. La première est citée par Pline (HN, 6.61), la seconde par plusieurs auteurs dont Isidore de Charax (19) et Claude Ptolémée (6.20.4).

47 Bernard, 1996, p. 338-340.

48 Fraser, 1996, p. 123-130. C’est là que se déroula l’épisode du complot de Philotas et Alexandre aurait ensuite renommé Phrada pour commémorer la découverte de cette tentative et les mesures prises pour dénouer la conspiration. Prophthasia signifie en effet « anticipation ».

49 Elle est mentionnée par Pline, HN, 6.46-47. Selon lui, cette fondation aurait périclité et fut relevée par Antiochos, fils de Séleucos I, qui lui aurait donné le nom d’Antioche.

50 Bernard, Pinault et Rougemont, 2004, p. 277-279 pour un résumé du résultat de ces fouilles.

51 Bernard, 1996, p. 339, n. 14. Mais cette restauration est peut-être postérieure.

52 La datation repose sur le format des briques utilisées ; elle est incertaine (Baratin et Martinez-Sève, à paraître).

53 Arrien 4.22.4-5 ; 4.1.3-4, 4.4.1.

54 7000 vétérans macédoniens auraient été laissés à Alexandrie du Caucase selon Quinte Curce (7.3.23) ; ils furent renforcés par de nouveaux colons (des indigènes et des soldats inaptes) lorsque Alexandre repassa par là avant de continuer vers l’Inde (Arrien, 4.22.4-5). Selon Diodore, Alexandre aurait fondé une autre ville à une journée de marche d’Alexandrie du Caucase et la peupla de 7000 indigènes, 3000 civils et des mercenaires volontaires (17.83.2). Il y a peut-être eu une confusion entre ces deux fondations.

55 C’est bien comme cela que les nomades ont considéré Alexandrie Eschatè, si l’on en croit Quinte Curce 7.7.1.

56 Quinte Curce 7.6.27 ; Justin 12.5.12. Briant, 1982, p. 74-77.

57 Justin 12.12.5. F. Holt considère que parmi les renforts envoyés en Asie Centrale par Antipatros, se trouvaient des mercenaires qui avaient combattu les forces macédoniennes lors de la guerre contre le roi de Sparte Agis III et qui étaient ensuite passés au service d’Alexandre (Arrien, 4.7.2. ; Quinte Curce 7.10.11-12 ; Holt, 1989, p. 79-80). Peu fiables, ils avaient été installés sur les marges de l’empire.

58 Diodore 17.99.5-6 ; Quinte Curce, 9.7.1-11.

59 Diodore 18.7. Sur cet épisode cf. Bernard, 1985, p. 127-128 ; Holt, 1989, p. 82-86 ; Coloru, 2009, p. 130-134.

60 Bernard, 1985, p. 30-31 ; Coloru, 2009, p. 137-138.

61 Pour la liste de ces satrapes cf. Coloru, 2009, p. 137-138. O. Coloru considère, à la suite de Diodore (19.48.1), qu’Antigone les maintint dans leur poste car ils avaient réussi dans leur administration.

62 Voir l’article de L. Capdetrey dans ce volume, pour ce point et pour la colonisation séleucide de manière générale. Pour les fondations séleucides en général, cf. aussi Balandier, 2007.

63 Capdetrey, 2007, p. 76-81.

64 Tarn, 1985, p. 83, n. 3.

65 Fraser, 1996, p. 34-37.

66 Sverchkov, 2008 ; Swertschkow, 2010.

67 Leriche, 2007, p. 130-134.

68 Bernard, 1996. P. Bernard considère néanmoins qu’une ville grecque a dû exister sur ce site.

69 Rapin, 2007, p. 42-44.

70 Zavyalov, 2007.

71 Bernard, Pinault et Rougemont, 2004, p. 277-279 ; Rougemont, 2012, p. 165-182.

72 Houghton, Lorber, 2002, p. 4, 88-99, 167, 213-215, 232, 287-288.

73 Rougemont, 2012, n° 76.

74 Rougemont, 2012, n° 79-80bis.

75 Kritt, 1997, p. 82-84, 134-137 ; Martinez-Sève, 2011b, p. 47-50.

76 Martinez-Sève, 2011b.

77 Rougemont, 2012, n° 68, ligne 31.

78 Pour une présentation d’ensemble des résultats de l’archéologie, cf. Mairs, 2011.

79 Martinez-Sève, 2002b, p. 39-44.

80 Rougemont, 2012, n° 1-50bis.

81 Rougemont, 2012, n° 97-150.

82 Bernard, 1985 notamment, mais voir Houghton, Lorber, 2002 pour l’ensemble de la bibliographie, renouvelée depuis.

83 Le Rider, 1965, p. 281-287.

84 Rougemont, 2012, n° 4 (Kratéros), n° 21 (Drakas), n° 10 (Nikolaos). Notons cependant que rien n’assure que Kratéros ait vécu à Suse.

85 Rougemont, 2012, n° 18.

86 Grenet, 1983.

87 Rougemont, 2012, n° 98.

88 Robert, 1968, p. 419-420.

89 Robert, 1968, p. 432-438 ; Rougemont, 2012, n° 97 (p. 205-206).

90 Rougemont, 2012, n° 134.

91 Il faut ajouter le Pantauchos, père du Hyakinthos qui consacra à Bisutun en Médie une statue à Héraklès Kallinikos (Rougemont, 2012, n° 70).

92 L’abeille et le cerf sont communs aux monnaies des deux cités. Tarn, 1985, p. 6 ; Le Rider, 1965, p. 281-282.

93 Rougemont, 2012, n° 53.

94 L. Robert pensait aussi pouvoir démontrer que d’autres colons étaient originaires d’Éphèse et d’Athènes (Rougemont, 2012, p. 114, n. 333).

95 Polybe, 11.34.1. Bernard, 1987, p. 107 ; Coloru, 2009, p. 151 (voir aussi les pages précédentes sur l’origine des colons d’Asie Centrale en général).

96 Rougemont, 2012, n° 6-7 ; Martinez-Sève, 2011b, p. 54. Il n’est pas certain néanmoins que ces deux personnes aient vécu à Suse.

97 Rougemont, 2012, n° 7, 9, 13, 17, et sans doute aussi 4, 38 et 39.

98 Rougemont, 2012, n° 12.

99 Rougemont, 2012, n° 66.

100 Rougemont, 2012, n° 3.

101 Elles faisaient partie de la catégorie des cités intégrées de L. Capdetrey (Capdetrey, 2007, p. 217-218).

102 Pour l’exemple d’Aï Khanoum, cf. Martinez-Sève, 2012.

103 Gardin, 1998, p. 38-47, 112-114.

104 Darmezin, 1999 ; Rougemont, 2012, n° 13-27. Ces actes d’affranchissement sont relativement nombreux proportionnellement au nombre total des inscriptions (15 sur 50) et datent d’une période comprise entre 180 et 130 av. J.-C. environ.

105 Rougemont, 2012, n° 6-12.

106 Bernard, Bopearachchi, 2002, p. 248-251.

107 Rougemont, 2012, n° 32-33.

108 Rougemont, 2012, n° 151.

109 Rougemont, 2012, n° 3, 5, 7, 30.

110 Rougemont, 2012, n° 70.

111 Bernard, 1976, p. 314-322 ; Bernard, 1978, p. 449-441. La trésorerie du palais recélait aussi un texte philosophique et une œuvre dramatique, respectivement écrits sur un papyrus et sur un parchemin (Rougemont, 2012, n° 131-132).

112 Litvinskij, 2010, p. 424-453.

113 Martinez-Sève, 2002a, n° 153-241, p. 706-707.

114 Bernard, 2006, pour un bon aperçu et des références bibliographiques plus complètes.

115 Veuve, 1987.

116 Martinez-Sève, 2002b, p. 44.

117 Lecuyot, à paraître.

118 Veuve, 1987, p. 107-108 ; Bernard, 1971, p. 389-402.

119 Sverchkov, 2008, p. 137 ; Swertschkow, 2010, p. 150.

120 Martinez-Sève, 2010.

121 Le Rider, 1965, p. 285-286.

122 Rougemont, 2012, n° 84.

123 Robert, 1968, p. 421-457 ; Rougemont, 2012, n° 97. Il restait la fin du texte et six de ces maximes : « pratique la sagesse », « Sois un enfant bien élevé/un jeune homme maître de soi/un homme mûr juste/un vieillard de bon conseil/Meurs sans affliction ».

124 L. Robert considérait que c’était Cléarque de Soloi, disciple d’Aristote.

125 Robert, 1958, p. 8-12 ; Robert, 1964, p. 135-136 (Rougemont, 2012 n° 82-83, voir aussi le commentaire). Il s’agit en l’occurrence des inscriptions du roi indien Asoka. La date donnée par le contenu des textes est identique à celle qui est donnée par l’aspect de la graphie. Voir aussi Rougemont, 2012, p. 206-207 pour les inscriptions d’Aï Khanoum.

126 Clarysse, Thompson, 2007, p. 273-274 ; Rougemont, 2012, n° 93.

127 Gardin, 1985.

128 Lyonnet, à paraître.

129 Bernard, 1971, p. 411.

130 Monsieur, Boucharlat et Haerinck, 2011.

131 Rapin, 1992, p. 295-299, qui considère que les échanges commerciaux avec le monde méditerranéen étaient limités. Pour l’huile cf. p. 96-97, 107-108 et Rougemont, 2012, n° 117-120.

132 Rougemont, 2012, n° 99-120.

133 Rougemont, 2012, n° 139.

134 Rougemont, 2012, n° 95 (Εὐχὴν ἀνέθηκεν Ἀτροσώκης Ὄξωι). L’objet et l’inscription ne sont pas précisément datés.

135 Grenet, 1983, p. 377-378 ; Coloru, 2009, p. 277.

136 Litvinskii, 2010 ; Litviskij, 2010.

137 Martinez-Sève, 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. L’Iran occidental à l’époque hellénistique
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/975/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 2. L’Asie Centrale à l’époque hellénistique
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/975/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 3. Plan d’Aï Khanoum
Crédits (dessin G. Lecuyot)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/975/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 4. Plan du temple principal d’Aï Khanoum
Crédits (dessin J.-C. Liger)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/975/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurianne Martinez-Sève, « Les Grecs d’Extrême Orient : communautés grecques d’Asie Centrale et d’Iran », Pallas, 89 | 2012, 367-391.

Référence électronique

Laurianne Martinez-Sève, « Les Grecs d’Extrême Orient : communautés grecques d’Asie Centrale et d’Iran », Pallas [En ligne], 89 | 2012, mis en ligne le 10 mars 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://pallas.revues.org/975 ; DOI : 10.4000/pallas.975

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org