Navigation – Plan du site
VII. Colonies et communautés grecques ‎en Orient

Conclusion. Les diasporas grecques du viiie à la fin du iiie siècle av. J.-C.

Laurianne Martinez-Sève
p. 393-396

Texte intégral

1Les mots ont un sens et une histoire. Ils nous imposent aussi des grilles interprétatives. Or cette question sur les diasporas est d’abord une question de mots. Le terme « colonisation » fut le facteur – et le vecteur – de l’anachronisme plus ou moins conscient qu’est l’assimilation avec les phénomènes qui ont affecté les relations entre l’Europe et le reste du monde du xvie au milieu du xxe siècle, avec en retour une perception biaisée des faits grecs. On l’a aussi employé pour désigner un ensemble de phénomènes qui se rapportent tous à l’expatriation et à l’installation des Grecs dans des régions situées de plus en plus loin du monde égéen, que ces Grecs aient été considérés individuellement ou collectivement. Un seul mot, mais pour désigner des situations en réalité très différentes, ce qui nous a parfois fait perdre de vue que ces phénomènes étaient bien plus complexes qu’il ne semblait. Nous les avons comparés alors qu’ils n’étaient pas comparables. Nous les avons simplifiés, généralisés, rationalisés aussi en considérant qu’ils devaient s’être produits partout selon un ordre qui nous semblait logique. On imaginait normal que la « colonisation » archaïque avait été précédée par des contacts préliminaires et que des échanges commerciaux avaient préparé la véritable installation des Grecs au-delà du bassin égéen. Notre conception est aussi celle d’un monde grec qui, entre le viiie et le iiie siècle av. J.-C. fut en constante expansion et s’est dilaté de manière progressive à partir d’un centre égéen. Rien ne justifie pourtant d’isoler cette période de l’ensemble de l’histoire des Grecs, si ce n’est des impératifs, réels, liés à la préparation des concours. Les Grecs se déplacèrent et s’expatrièrent bien avant le viiie siècle, pénétrèrent en Orient avant Alexandre – certes de manière moins massive – et continuèrent à migrer après la fin du iiie siècle et jusqu’à notre époque.

  • 1 Mais les sources ne sont peut-être pas suffisantes pour en avoir la certitude.

2Il n’est plus vraiment possible de continuer à raisonner ainsi et il semble préférable de renoncer à englober ces différents phénomènes sous le seul terme de « colonisation ». C’est principalement pour cette raison que son emploi est contestable, moins parce qu’il est historiquement connoté. Quoi de commun en définitive entre la politique de domination mise en œuvre par les rois séleucides et les rois lagides – qui ne se comportèrent d’ailleurs pas eux-mêmes de façon identique comme le révèle par exemple la volonté des seconds de promouvoir la culture grecque, préoccupation que les premiers ne semblent pas avoir eue1 –, les efforts de certaines cités, telles Mégare ou plus tard Athènes, pour prendre appui sur des escales qui jalonnaient les routes maritimes, pour d’autres de créer de véritables réseaux commerciaux ou d’en profiter telle Phocée, ou encore d’envoyer des colons s’installer dans de nouveaux établissements où ils faisaient souche et cherchaient à s’approprier des territoires de vaste superficie, sans hésiter à combattre les populations qu’ils trouvaient sur place. Les phénomènes qui se produisirent à la haute époque archaïque sont encore différents. Les cités étaient alors en gestation, les groupes humains étaient dominés par des clans aristocratiques qui formaient de vastes réseaux d’alliance mais aussi de clientèle, et dont les membres avaient un mode de vie qui incluait les échanges de prestige, la piraterie mais aussi le commerce. D’autres individus n’hésitaient pas à s’installer là où se trouvaient richesses et possibilités de développement, y compris au sein de communautés non-grecques et parfois très loin de chez eux. Les formes d’implantation furent donc très diverses et, même lorsqu’elles se produisirent à la même époque, on ne peut les réduire aux mêmes situations. La présence grecque en Égypte sous les Saïtes n’est ainsi pas vraiment comparable à la présence grecque en mer Noire pourtant contemporaine. On a aussi trop tendance à oublier que ces phénomènes qui nous paraissent ponctuels se déroulaient en fait sur plusieurs générations. L’installation de Grecs dans un établissement donné était à la fois un moment unique et fondateur d’une nouvelle histoire – quand, pour la première fois, les premiers colons foulaient de leurs pieds la nouvelle terre ‑, et un processus marqué par l’arrivée continue de populations nouvelles, originaires parfois d’endroits très divers. En définitive tout cela révèle la capacité qu’avaient les Grecs d’envisager la possibilité qu’un monde meilleur se trouvait dans un ailleurs plus ou moins lointain et à se lancer à l’aventure pour le trouver. Leurs mythes comme leur histoire furent continuellement et profondément marqués par ce trait qui leur est commun.

3On s’accordera donc sur le fait que le terme de « diasporas » est plus adapté que celui de « colonisation ». Il est polysémique et ses différents usages laissent ouvertes de multiples possibilités. La plasticité du terme justifie d’ailleurs l’emploi de la forme plurielle : il existait plusieurs formes de diasporas, diverses diasporas professionnelles par exemple (celle des technites dionysiaques ou celle des mercenaires). Il recouvre surtout comme on l’a vu un ensemble de phénomènes et la richesse du terme se déploie tout entière lorsque l’on prend en compte des diasporas qui les mettaient en jeu tous ensemble, lorsqu’il y avait à la fois mobilité, migration, contacts avec d’autres populations, maintien et création de liens de solidarité avec la terre d’origine et avec les autres membres de la diaspora. Or ces phénomènes sont ceux qui ont façonné le monde méditerranéen comme ils ont façonné le monde grec, étendu jusqu’aux limites de l’oikoumène, version antique du monde globalisé actuel.

  • 2 II s’agit des cités les plus extrêmes qui sont attestées parmi celles qui ont répondu à Magnésie du (...)

4Mais ce monde grec fut continuellement en construction. Il s’étendait sur des espaces qui avaient été un temps étrangers, non maîtrisés et dangereux, mais que les Grecs s’étaient appropriés, qu’ils avaient intégrés à leur monde et qu’ils avaient transformés. C’était possible car il se définissait surtout par un ensemble de traits culturels, un ensemble de manières d’être et de modes de vie caractéristiques qui permettaient à tous les Grecs de se reconnaître partout où ils se trouvaient et de communiquer entre eux. On suivra volontiers Madalina Dana qui note dans sa contribution que « la culture grecque n’est pas facteur d’homogénéisation mais de compréhension ». Nulle part dans le monde grec, les populations n’étaient d’ailleurs culturellement homogènes. C’était vrai dans les régions où les Grecs s’installèrent à partir du viiie siècle, mais ça l’était également dans le bassin égéen. Partout, les communautés étaient en communication avec d’autres groupes humains, grecs ou non-grecs, qui avaient leurs propres spécificités culturelles. Il existait assurément une culture Spartiate comme une culture athénienne et il n’est pas certain que, pour les Athéniens, la première ait été plus proche que celle des Macédoniens, alors même que Démosthène qualifiait Philippe II de barbare. Cette diversité culturelle était sans doute accentuée par la mentalité propre aux Grecs qui les poussait à se distinguer et par l’absence d’unité politique qui renforçait les particularismes locaux. Le morcellement politique empêcha que se constitue un centre unique, référent identitaire pour tous ceux qui s’en seraient revendiqué. Et il n’existait pas davantage de périphérie unique. Chaque individu, chaque communauté se construisait son propre centre et sa propre périphérie, voire ses propres centres et ses propres périphéries qui variaient en fonction des contextes et des plans de référence. Chacun avait sa propre représentation de la « Grèce », de « l’Hellas ». Quand Antioche de Perside reconnut les Leukophryéna de Magnésie du Méandre, elle rappelle que cette cité envoya des théores dans toute la Grèce (Hellas) pour annoncer la création des nouveaux concours (ligne 24). Le mot désigne ici l’ensemble du monde grec s’étendant au moins de Syracuse à Antioche de Perside2, et dans une phrase où ne transparaît aucune revendication culturelle et identitaire. La Grèce se trouvait donc partout où les Grecs vivaient. Mais existait-il dans ce cas des diasporas grecques ? On pourrait en douter s’il n’a pas existé de centre d’où se dispersèrent des populations et si le monde grec s’étendait partout, sauf à considérer que partout où ils se trouvaient les Grecs ne constituèrent qu’une seule diaspora, comprise comme l’espace de relations qui les unissait, ce qui est possible. Car même si ces relations furent plus ou moins denses, elles se maintinrent partout, malgré les distances et les difficultés de communication.

5Il n’en demeure pas moins que chaque communauté vivait dans un environnement qui lui était propre ; c’est un point qui transparaît dans l’ensemble des contributions du volume. Le développement de Marseille ou celui des établissements de Grande Grèce constituent les éléments d’une histoire locale ou régionale dont les populations locales étaient également partie prenante. La chute de Phocée influa sur le premier, mais pas plus que des facteurs qui ne concernent que la Méditerranée occidentale, comme 1’affaiblissement du royaume de Tartessos ou les conséquences de la bataille d’Alalia. De la même manière, la présence des communautés grecques d’Italie du Sud a pesé sur l’évolution des cultures italiques, et réciproquement. Les communautés grecques établies sur le pourtour de la Méditerranée ou au Proche Orient gardaient certes d’étroites relations avec les cités égéennes qui leur étaient apparentées, ou avec celles qui étaient situées dans le même espace régional qu’elles ; elles constituèrent de vastes réseaux de solidarités. Celles qui avaient une métropole pouvaient en importer des modèles divers, institutionnels, artistiques ou encore religieux. Mais elles s’étaient aussi fermement enracinées. Cela ne leur était pas propre. Tous les Grecs, y compris ceux du bassin égéen, étaient pris dans une tension permanente entre des références communes panhelléniques et des références proprement locales, entre une histoire grecque et une histoire particulière. Toutes les communautés grecques trouvaient leur origine dans un acte de fondation, et les Athéniens étaient bien les seuls à considérer qu’ils étaient des autochtones. Mais une fois fondées, toutes ces communautés devinrent à leur tour des communautés autochtones ; c’est le mythe de Cadmos qui en rend le mieux compte. Fils d’Agénor, roi de Tyr et de Sidon, Cadmos fonda Thèbes en Béotie après plusieurs pérégrinations ; il y tua un dragon, gardien d’une source et descendant d’Arès, et sema ses dents d’où naquirent les Spartes (Spartai / les semés) qui rendirent possible le développement de la nouvelle cité. Le mythe de l’autochtonie thébaine n’est donc pas séparable du mythe de la fondation thébaine. Le monde grec s’est construit dans un mouvement permanent entre mobilité et enracinement, enracinement qui révèle aussi la capacité des Grecs à communiquer avec des populations d’une autre origine. On considère souvent que c’était le propre des élites, qui se reconnaissaient et partageaient un même système de valeurs. Mais la présence d’artisans grecs au sein des communautés indigènes villageoises du haut archaïsme ou l’exemple d’Emporion suggèrent que cette capacité était plus répandue qu’on ne l’imaginait. La culture grecque est souvent décrite comme une culture ouverte et malléable, ce qui explique son succès et la facilité avec laquelle l’hellénisme s’est répandu. Elle fut adoptée partout et devint une composante des cultures indigènes. En Asie Centrale, les cultures matérielles furent ainsi très marquées par des techniques et des modèles iconographiques grecs longtemps après que les derniers états grecs eurent disparu de la région. Mais la culture grecque n’existait pas indépendamment des individus qui la portaient en eux. Ce sont eux qui lui donnèrent ces caractéristiques, car eux-mêmes étaient capables de s’ouvrir aux autres. En définitive, le monde grec se caractérise par une double opposition, entre mobilité et autochtonie d’une part et entre fermeture et ouverture d’autre part, fermeture des communautés qui excluaient ceux qui n’en étaient pas membres et ouverture aux autres, mais selon des modalités différentes. De cette double opposition naquit un monde en construction permanente, qui s’est nourri d’expériences multiples, ce qui explique sa capacité d’absorption et de perpétuelle recréation.

Haut de page

Notes

1 Mais les sources ne sont peut-être pas suffisantes pour en avoir la certitude.

2 II s’agit des cités les plus extrêmes qui sont attestées parmi celles qui ont répondu à Magnésie du Méandre (K. J. RIGSBY, Asylia, Berkeley-Los Angeles-London, 1996, p. 179-279).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurianne Martinez-Sève, « Conclusion. Les diasporas grecques du viiie à la fin du iiie siècle av. J.-C. », Pallas, 89 | 2012, 393-396.

Référence électronique

Laurianne Martinez-Sève, « Conclusion. Les diasporas grecques du viiie à la fin du iiie siècle av. J.-C. », Pallas [En ligne], 89 | 2012, mis en ligne le 10 mars 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://pallas.revues.org/988 ; DOI : 10.4000/pallas.988

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org