Navigation – Plan du site
IV. Mines et métallurgies antiques

Les isotopes du plomb et l’identification des lingots de plomb romains des mines de Sierra Morena

Questions de méthode : l’exemple des lingots de l’épave Cabrera 4
Lead isotopes and the identification of the Roman lead ingots from the Sierra Morena mines. Questions of method: the ingots from the Cabrera 4 wreck
Claude Domergue, Piero Quarati, Antonio Nesta, Gobain Obejero et Piero Renato Trincherini
p. 243-256

Résumés

Cet article veut montrer comment la méthode des isotopes du plomb est appliquée aux lingots provenant des mines romaines de la deuxième grande région plombifère de la péninsule Ibérique : la Sierra Morena. L’exemple retenu est celui des lingots de l ‘épave Cabrera 4. Les graphiques sur lequel s’appuie le géochimiste pour effectuer son diagnostic sont présentés en détail, de façon à montrer au lecteur que cette méthode n’a rien de mystérieux ni de douteux, à condition de disposer d’analyses ad hoc des pièces à identifier et de banques de données d’analyses de référence, aussi pertinentes et abondantes que possible.

Haut de page

Texte intégral

À Jean-Marie Pailler,
ami de quarante ans,
qui, en abordant l’étude des métaux
par le vocabulaire des langues anciennes,
a jeté sur cette histoire un nouveau regard

  • 1 Les lingots de cuivre romains jouent, bien évidemment, le même rôle vis-à-vis des mines de cuivre; (...)

1Dans l’Espagne antique aussi bien que dans l’Espagne contemporaine, il y a eu deux grandes régions productrices de plomb : le district de Carthagène-Mazarrón d’une part, la Sierra Morena de l’autre. Pour apprécier l’importance qu’eurent les mines de chacune de ces régions à l’époque contemporaine, il suffit de consulter les statistiques minières : elles sont éloquentes, qui montrent par exemple que dans les années 1910, le district de Linares-la Carolina, dans la Sierra Morena, était le premier producteur mondial de plomb. Pour l’Antiquité romaine, pas de statistiques, bien sûr, mais quelques textes d’auteurs anciens, des vestiges d’installations, de travaux souterrains, de déchets superficiels (haldes minières, monceaux de scories) : des restes qui permettent de se faire quelque idée des mines de ces époques et de leur place dans le paysage, mais n’apprennent pas grand-chose sur l’impact économique de leur production. En fait, ce qui me paraît être le meilleur signe de l’importance des mines antiques, c’est leur capacité d’exportation, qui se marque par la diffusion de leurs produits par-delà les mers. Ainsi, les lingots de plomb produits par les mines d’Hispanie et découverts soit sur les lieux de consommation, soit sur les itinéraires maritimes qui y conduisaient, constituent aujourd’hui encore – et constitueront demain plus qu’hier, si, comme il est vraisemblable, l’archéologie sous-marine continue à se développer – les marqueurs les plus fiables de l’importance qu’eurent les mines de plomb d’Espagne dans l’économie du monde antique, principalement à l’époque romaine1. Ces lingots, surtout s’ils sont trouvés en grand nombre, montrent que les mines dont ils sont issus disposaient de réserves abondantes et de haute qualité minéralurgique, et que leur diffusion dépassait le cadre local et régional. Certes, il ne sera sans doute jamais possible de chiffrer ces productions, mais il est déjà satisfaisant de pouvoir dire de telle mine qu’elle « travaillait pour l’exportation », car c’est du coup la classer parmi les mines importantes.

  • 2 Un article, déjà ancien, donne les bases de ces identifications: Besnier, 1920, p. 213-215.
  • 3 On en trouvera une illustration dans Trincherini et al., 2009, à propos des lingots de Carthagène.
  • 4 Long et Domergue, 1995; Trincherini et al., 2001; Rothenhöfer, 2003a; Bode et al., 2010.

2Encore faut-il pouvoir identifier les lingots qui en proviennent. Les méthodes classiques de l’histoire et de l’archéologie (textes, typologie, épigraphie, contexte, etc.) permettent une première approche. S’agissant globalement des lingots hispaniques, le fait qu’au ier siècle a.C. et au ier siècle p.C., les mines d’Espagne ont dominé le marché a conduit à une identification somme toute assez exacte des lingots de cette époque d’origine hispanique, fondée qu’elle est sur des critères principalement typologiques pertinents2. Les méthodes classiques continuent d’ailleurs à jouer un rôle dans ces processus d’identification3. Mais il peut y avoir des identifications erronées, comme dans le cas des lingots de l’épave Saintes-Maries-de-la-Mer 1, d’abord attribués à l’Espagne, puis, malgré le recours aux analyses isotopiques du plomb, aux Cévennes, avant d’être plus justement rendus à leurs mines vraiment d’origine, celles de Germanie4. Dans cet exemple précis, les premières tentatives d’identification ont souffert de l’indigence de données de référence, à savoir l’absence d’analyses des minerais de Germanie (Eifel, Brilon, etc). En tout cas, dans les questions qui touchent aux origines des métaux, parmi les examens pratiqués en laboratoire, ces analyses isotopiques du plomb, après quelques tâtonnements comme celui qui vient d’être rappelé, paraissent désormais des plus fiables.

  • 5 Trincherini et al., 2009.

3Nous avons ainsi publié récemment un article sur les lingots de plomb attribuables aux mines de Carthagène, en montrant comment les analyses isotopiques jouent un rôle essentiel dans ce processus d’identification, où elles sont utilisées parallèlement aux méthodes classiques5. Une fois soustraits du stock de lingots hispaniques ceux qui sont attribuables aux mines de Carthagène, il reste à identifier parmi les autres ceux qui doivent provenir des mines de Sierra Morena. Mais cette région est vaste, et les districts miniers nombreux et géologiquement divers, depuis ceux de Linarès-La Carolina à l’est, jusqu’à ceux de la Serena à l’ouest. Ainsi l’étude épigraphique des estampilles de producteurs portées par les lingots issus de ces régions risque-t-elle d’être a priori moins assurée que dans le cas des lingots de Carthagène, où il suffit de comparer les estampilles des lingots à la seule épigraphie de Carthago Noua. En outre cette épigraphie-là est abondante, alors que celle de Sierra Morena (à quelques exceptions près, comme Castulo) est bien plus pauvre. Ainsi, en l’absence d’une étude épigraphique qui soit d’emblée fructueuse, le rôle des analyses isotopiques du plomb sera déterminant.

  • 6 Trincherini et al., 2009, p. 131.
  • 7 Voir, par exemple, Liou, 1990 et Liou et Domergue, 1990.
  • 8 Domergue, 1998.
  • 9 Domergue, 1987, p. 16-45 (Badajoz), 59-180 (Ciudad Real et Córdoba), 253-292 (Jaén), 471-481 (Sevil (...)
  • 10 Ces échantillons et ceux des lingots ont été analysés au LIMS (Laboratory for Isotopic Mass Spectro (...)
  • 11 Les raisons de ce choix seront expliquées en détail dans l’ouvrage collectif en cours de rédaction, (...)

4On trouvera ailleurs des informations sur les conditions dans lesquelles sont exécutées ces analyses6. Ce que nous cherchons à montrer aujourd’hui, c’est comment nous avons procédé pour tenter d’identifier, avec un stock d’analyses donné, des lingots qui avaient les plus grandes chances de provenir des mines romaines de Sierra Morena. Pour y parvenir, nous disposons de deux groupes d’analyses : celles de lingots qui, d’une part, pour des raisons d’ordre typologique et archéologique, paraissent bien être d’origine hispanique, mais ne proviennent pas des mines de Carthagène, d’autre part semblent bien avoir des rapports plus ou moins étroits avec la deuxième région plombifère d’Espagne, qu’il s’agisse de l’ensemble de la cargaison à laquelle ils appartenaient7 ou du trajet que supposent les marques et autres traces qu’ils portent8. 74 analyses correspondent à cette définition, elles représentent des ensembles, principalement des cargaisons retirées plus ou moins totalement d’épaves sous-marines (par exemple, Cabrera 4, Cabrera 5, Sud-Perduto 2), mais aussi des lingots trouvés isolément, soit en mer, soit sur des sites terrestres. Nous devons les comparer à celles qui représentent les gisements plombifères de Sierra Morena, en particulier ceux de ces derniers dont nous savons qu’ils ont été exploités à l’époque romaine9. Le corpus de ces analyses de référence s’élève à 186 : 63 d’entre elles sont des analyses d’échantillons de minerais, de scories anciennes, de litharge, de plomb métal et de déchets de fonderie recueillis pour la plupart sur les sites miniers et/ou métallurgiques antiques par l’un d’entre nous lors de ses prospections dans les années 1965 à 198510 ; les 123 autres proviennent de la littérature. Ces 186 analyses constituent donc globalement notre banque de données de référence « Sierra Morena ». En comparant à ce corpus « Sierra Morena » nos analyses de lingots, on doit pouvoir juger de l’appartenance de ces derniers à l’ensemble Sierra Morena. Mais dans la Sierra Morena, les gisements sont divers par leur origine et leur formation géologiques, par la nature de leurs minéralisations, par leur situation géographique : comment procéder pour constituer des sous-ensembles d’analyses qui représentent de la façon la plus pertinente cette diversité de gisements et auxquels on puisse comparer les analyses de lingots pour affiner la provenance de ces derniers ? Il nous a semblé que, compte tenu du nombre d’analyses disponibles et des gisements miniers qu’elles représentent, l’arrangement le plus satisfaisant était de grouper ces analyses selon leur appartenance aux champs filoniens plombifères des grandes zones structurales du nord de la Sierra Morena11. On obtient ainsi le tableau suivant, où l’on compte cinq grands sous-ensembles géologiquement cohérents et numériquement équilibrés :

Tableau I. Les grands districts plombifères de Sierra Morena. Répartition des analyses isotopiques du plomb de ces gisements. Entre parenthèses et en italique, les mines de plomb-argent emblématiques de chaque district plombifère.

Zones structurales et districts plombifères de Sierra Morena (Fig. 1)

Nombre d’analyses disponibles

Zone Centro-Ibérique (CIZ)

La Carolina (El Centenillo)

Linares (Arrayanes)

La Alcudia (Diógenes) + S. Quintín + La Serena (Lomo de Perro)

Los Pedroches (El Soldado-las Morras) + Andujar-Montoro

31

37

40

54

Zone Ossa-Morena (OMZ)

Azuaga (Triunfo) + Fuenteobejuna (Los Eneros) + Córdoba + Posadas (Santa Bárbara)

24

5Dans ces conditions, on essaiera de comparer à chacun de ces différents sous-ensembles (fig. 2) les signatures isotopiques de lingots de plomb dont on peut penser qu’ils risquent de provenir de mines de Sierra Morena.

  • 12 Veny et Cerda, 1972, p. 298-310 ; Veny, 1979, p. 471-473; Parker, 1992 n° 126 (= Cabrera D).

6Nous avons choisi de tester la méthode en l’appliquant aux lingots de l’épave Cabrera 4. Cette épave, située au nord-ouest de l’île de Cabrera12, sur un des itinéraires maritimes Espagne-Italie les plus fréquentés dans l’Antiquité, fut consciencieusement pillée entre 1965 et 1972 par des fouilleurs clandestins, touristes et plongeurs du pays. C. Veny réussit à récupérer plusieurs pièces, en particulier des casques en bronze, des amphores et des lingots de plomb. L’épave est datée des deux premières décennies du ier siècle de notre ère, une époque à laquelle les mines de Carthago Noua avaient fortement décliné. Le matériel amphorique d’accompagnement (amphores Dr 7/11) suggère que le bateau venait du sud de l’Espagne. Sa cargaison métallique se composait de lingots de plomb estampillés, dont plusieurs dizaines, semble-t-il, furent remontées à la surface. Certains passèrent dans le commerce, d’autres furent fondus. C. Veny en a publié 21. J’en ai vu 14. La plupart sont conservés au monastère de Lluc (Majorque) ; à la fin des années 1960, cinq se trouvaient dans des collections privées, à Ses Salines et à Palma de Majorque.

7Ces lingots (fig. 3) sont du type Domergue I. Ils portent les estampilles moulées suivantes : ANTEROS EROS (1 ex.), T. IVENT.T.L. DVSO (4 ex.), T.L. OSCA (2 ex.), SOC.VESC (2 ex.), [..]VA[…]C[.] (6 ex). Ils ont tous la même forme, des caractères techniques analogues (dimensions, poids) et ils portent les mêmes timbres de commerce imprimés à froid : M. LICIN, AVSVA, MF lyra ( ?). Quatre de ces lingots, tous conservés au musée du monastère de Lluc (Majorque), ont été échantillonnés et analysés.

Tableau II. Les quatre analyses isotopiques du plomb de l’épave Cabrera 4.

Echantillon

Estampille

Catalogue lingots

206Pb/204Pb

207Pb/204Pb

208Pb/204Pb

206Pb/207Pb

208Pb/206Pb

95-35

[..]VA[…]C[..]

1713-1

18.184

15.586

38.265

1.16670

2.10430

98-49

[..]VA[…]C[..]

1713-5

18.210

15.612

38.353

1.16636

2.10623

98-46

T. IVENT.T.L.DVSO

1029-4

18.253

15.688

38.546

1.16360

2.11170

98-47

SOC.VESC

1061-1

18.199

15.611

38.366

1.16580

2.10810

8Un premier examen montre, d’une part, que, dans l’ensemble « Espagne » (fig. 4), les quatre analyses se perdent dans une zone de grande concentration et que la situation est confuse, d’autre part (fig. 5), que le plomb de ces lingots ne peut venir ni des mines du Sud-Est (district de Carthagène-Mazarrón), ni de celles du Sud-Ouest (ceinture pyriteuse et petits districts plombifères voisins), ni de celles de Cantabrie-Pays Basque, surtout si l’on fait l’hypothèse d’une origine unique pour les quatre exemplaires, ce qui paraît vraisemblable, car ils appartenaient à la même cargaison, et, comme on l’a vu, quoique portant des estampilles différentes, ils ont les mêmes cartactéristiques techniques et sont frappés des mêmes timbres imprimés. Par ailleurs, une comparaison avec l’ensemble « Sierra Morena » (fig. 6) se révèle à la fois intéressante et décevante : intéressante dans la mesure où les points qui représentent ces lingots se situent bien à l’intérieur de l’ensemble, mais décevante dans la mesure où les sous-groupes se superposent et où les quatre points représentant les lingots sont quelque peu éloignés les uns des autres. Peut-être une comparaison avec chacun des sous-groupes considérés isolément se révélera-t-elle plus fructueuse (fig. 7, 8, 9, 10, 11).

9Avec la Alcudia (fig. 7) et Los Pedroches (fig. 8), le résultat n’est pas mauvais, mais un lingot (98-46) est très isolé. S’agissant d’Azuaga-Fuenteobejuna (fig. 9), deux lingots (98-47 et 98-49) sont bien groupés dans le champ, mais un troisième (95-35) reste isolé. Pour Linares (fig. 10), les lingots sont bien dans le champ, surtout 98-47, 98-49 et 95-35. Pour la Carolina (fig. 11), le résultat est plus satisfaisant encore que pour Linares, dans la mesure où le champ est moins étendu.

  • 13 Les filons de Linares sont essentiellement encaissés dans des roches granitiques et sont plus pauvr (...)

10Nous pouvons donc conclure, semble-t-il, que, selon toute probabilité, les quatre lingots de Cabrera 4 – et vraisemblablement tous ceux qui constituaient la cargaison métallique du navire – proviennent des mines de plomb de Sierra Morena, avec une préférence pour Linares et surtout La Carolina13.

  • 14 Ce sera fait dans l’ouvrage mentionné à la note 11.

11Il n’est pas dans notre intention de nous livrer ici à l’étude des inscriptions portées par les lingots14. Néanmoins, on ne peut manquer de signaler le rapport qui doit exister entre le producteur T. Iuuentius Duso, T(iti) l(ibertus), nommé sur une des estampilles moulées, et le T. Iuuentius, producteur de plomb lui aussi, attesté par une estampille analogue présente sur un lingot autrefois trouvé à Castulo, la grande cité ibéro-romaine de la région et aujourd’hui perdu (CIL, II, 62472 = 3280a) ; le premier a dû être un affranchi du second. C’est là un argument de plus pour situer les mines à l’origine des lingots de Cabrera 4 dans la région de Linares-La Carolina.

  • 15 Trincherini et al., 2001, p. 398-301.
  • 16 Nous nous contentons ici de signaler ces épaves. Le détail de la démonstration sera donné dans l’ou (...)
  • 17 Nesta et al., 2011.

12Par ailleurs, c’est de là aussi que venaient, toujours d’après leur signature isotopique, les lingots de l’épave Cabrera 515. Enfin, en appliquant la méthode que nous venons d’exposer à d’autres cargaisons de lingots de plomb découvertes en Méditerranée, nous sommes également conduits à attribuer selon toute probabilité, celles des épaves Sud-Perduto 2 (fig. 12)16 et Chipiona17 aux mines de plomb de Sierra Morena orientale, et plus précisément à celles de Linares-La Carolina. On ajoutera à cette liste le lingot isolé du Grau Vell de Sagunto, qui porte l’estampille C. VACALICI // delphinus, déjà connue par la cargaison de Sud-Perduto 2.

  • 18 Rico et al., 2005-2006; Klein et al., 2007; Nesta et al., 2011.
  • 19 Rothenhöfer, 2003a et 2033b; Bode et al., 2003; Bode et al., 2009.,
  • 20 Par exemple, pour les lingots de Germanie: Riccardi et Genovesi, 2002, p. 1319-1322; Hanel et al., (...)

13La méthode des analyses isotopiques du plomb continue donc à montrer son utilité concernant l’origine des lingots de métal antiques. Lingots de plomb et de cuivre d’Hispanie18, lingots de plomb de Germanie19 : au cours des dernières années, les publications se sont accumulées, se renforçant l’une l’autre et confirmant la fiabilité de la méthode, souvent corroborée d’ailleurs par les procédés classiques de l’archéologie et de l’épigraphie20.

  • 21 Lingots en forme de Pinna Nobilis L. des épaves Cabrera 2 et Îlot de Brescou (Agde): cf. Trincherin (...)
  • 22 Lingots plano-convexes de type rustique de Cala d’en Ferrer (Ibiza): cf. Hermann, 2010, p. 185-193 (...)
  • 23 D’après la signature isotopique du plomb de ce lingot (analyse P.R. Trincherini), ce dernier provie (...)

14De même, s’agissant du plomb de Sierra Morena, c’est encore grâce aux analyses isotopiques qu’on peut conjecturer qu’à l’instar du plomb de Carthagène21, il a été transporté à travers la Méditerranée dès le iiie siècle a.C.22. Pour l’époque romaine, le cas des lingots de Cabrera 4 étudié ci-dessus illustre clairement le relais pris par les mines de Sierra Morena à partir du début du ier siècle p.C., une fois celles de Carthagène devenues moins productives, ce que laissait déjà présumer le lingot estampillé SOC.PLVMB[…], seul rescapé d’une cargaison provenant d’une épave de Cap d’en Font (San Lluis, Minorque, Baléares) et daté de la fin du ier siècle a.C.23. De ce changement de source d’approvisionnement, les grosses cargaisons de lingots de plomb postérieures à l’époque augustéenne portent témoignage, comme désormais permettent de l’assurer les signatures isotopiques du plomb non seulement des lingots de Cabrera 4, mais aussi de ceux de Cabrera 5, Sud-Perduto 2, Chipiona, auxquels on ajoutera celui du Grau Vell de Sagunto et d’autres encore…

Haut de page

Bibliographie

Besnier, M., 1920, Le commerce du plomb à l’époque romaine d’après les lingots estampillés, Revue Archéologique, p. 211-244.

Bode, M., Baumann, A., Hauptmann, A., Mezger, Kl. et Prange, M., 2003, Geochemical and Lead Isotope Investigations for Lead Production in Roman Times in the Rhineland and in Westphalia (Germany), dans International Conference. Archaeometallurgy in Europe, 24-25-26 September 2003, Milan, Italy. Proceedings, Associazione Italiana di Metalurgia, Milan, vol. 2, p. 201-209.

Bode, M., Hauptmann, A. et Mezger, Kl., 2009, Tracing Roman lead dources using lead isotope analyses in conjunction with archaeological and epigraphic évidence – a case study from Augustan/Tiberian Germania, Archaeological and Anthropological Sciences, 3, p. 177-194.

Domergue, Cl., 1998, A view of Baetica’s external commerce in the 1st c. A.D. based on its trade in metals, dans S. Keay (éd.), The Archaeology of Early Roman Baetica. Journal of Roman Archaeology, Supplementary Series Number 29, Portsmouth, Rhode-Island, p. 201-215.

Domergue, Cl., Quarati, P., Nesta, A. et Trincherini, P.R., 2012, Retour sur les lingots de plomb de Comacchio (Ferrara, Italie) en passant pas l’archéométrie et l’épigraphie, dans A. Orejas et Chr. Rico (éd.), Minería y metalurgia antiguas. Visiones y revisiones. Homenaje a Claude Domergue, Collection de la Casa de Velázquez, 128, Madrid, p. 81-103.

Hermanns, M.H., 2010, Bleibarrenfund vor der Nordwestküste von Ibiza (Balearen). Überlegungen zum Bleihandel in vorrömischen Zeit, Madrider Mitteilungen, 51, p. 184-221.

Klein, S., Domergue, Cl., Rico, Chr. et Garnier, J.-F., 2009, Note sur la signature isotopique du plomb des lingots de cuivre romains découverts il y a trente ans dans le lit de la Garonne, à Golfech (Tarn-et-Garonne), Aquitania, 25, p. 345-352.

Klein, S., Rico, C., Lahaye, Y., von Kaenel, H.-M., Domergue, Cl. et Brey, G.P., 2007, Copper ingots from the western Mediterranean Sea : chemical characterization and provenance studies through lead- and copper isotope analyses, Journal of Roman Archaeology, 20, p. 202-221.

Liou, B., 1990, Le commerce de la Bétique au ier siècle de notre ère. Notes sur l’épave Lavezzi 1 (Bonifacio, Corse du Sud), Archaeonautica, 10, p. 125-155.

Liou, B. et Domergue, Cl., 1990, Le commerce de la Bétique au ier siècle de notre ère. L’épave Sud-Lavezzi 2 (Bonifacio, Corse du Sud), Archeonautica, 10, p. 56-94.

Long, L. et Domergue, Cl., 1995, Le « véritable plomb de L. Flavius Verucla » et autres lingots. L’épave 1 des Saintes-Maries-de-la-Mer, MEFRA, 197-2, p. 801-867.

Nesta, A., Klein, S., Quarati, P., Trincherini, P.R., Rico, Chr. et Domergue, Cl., 2011, Sobre el origen de los lingotes de Chipiona. Aportación del método de los isótopos del plomo, Habis, 42, p. 191-207.

Riccardi, E. et Genovesi, S., 2002, Un carrico di piombo da Rena Maiore (Aglientu), dans M. Khanoussi, P. Ruggieri et C. Vismara (éd.), L’Africa romana. Lo spazio maritime del Mediterraneo occidentale : geografia storica ed economia. Atti del XIV convegno di studio, Sassari, 7-10 dicembre 2000, Rome, p. 1311-1330

Rico, Chr. et Domergue, Cl., 2010, Nuevos documentos sobre el comercio de los metales hispánicos en la época romana. Los lingotes de Chipiona (Cádiz), Habis, 41, p. 163-184.

Rico, Chr., Domergue, Cl., Rauzier, M., Klein, S., Lahaye, Y., Brey, G. et von Kaenel, H. M, 2005-2006, La provenance des lingots de cuivre romains de Maguelone (Hérault, France). Étude archéologique et archéométrique, Revue Archéologique de Narbonnaise, 38-39,
p. 459-472.

Rodà, I., 2004, Agripa y el comercio del plomo, Mastia. Revista del Museo Municipal de Cartagena « Enrique Escudero de Castro », 2a Época, 3, p. 183-194.

Rothenhöfer, P., 2003a, Geschäfte in Germanien. Zur Ausbeutung von Erzlagerstätten unter Augustus in Germanien, ZPE, 143, p. 277-286.

Rothenhöfer, P., 2003b, Plumbum Germanicum. Germany Lead and the History of Augustean Germany, International Conference. Archaeometallurgy in Europe, 24-25-26 September 2003, Milan, Italy. Proceedings, Associazione Italiana di Metalurgia, Milan, vol. 2, p. 201-209.

Trincherini, P.R., Barbero, P., Quarati, P., Domergue, Cl. et Long, L., 2001, Where do the lead ingots of the Saintes-Maries-de-la-Mer wreck come from ? Archaelogy compared with physics, Archaeometry, 43, p. 393-406.

Trincherini, P.R., Domergue, Cl., Manteca, I., Nesta, A. et Quarati, P., 2009, The identification of lead ingots from the Roman mines of Cartagena (Murcia, Spain) : the role of lead isotope analysis, JRA, 22-1, p. 123-145.

Veny, C., 1979, Nuevos materiales de Moro Boti, Trabajos de Prehistoria, 36, p. 465-488.

Veny, C. et Cerdá, D., 1972, Materiales arqueológicos de dos pecios de la isla de Cabrera, Trabajos de Prehistoria, 29, p. 298-328.

Haut de page

Annexe

Fig. 1.

Fig. 1.

Les cinq grands districts métallogéniques plombifères de Sierra Morena (en gris, plomb-argent ; en noir : cuivre), et leur situation (en médaillon) dans les zones structurales CIZ (Zone Centro-Ibérique) et OMZ (Zone Ossa Morena).

Fig. 2.

Fig. 2.

Les cinq sous-ensembles correspondant aux grands districts plombifères de Sierra Morena ( = champ « Sierra Morena ») représentés sur le graphique 206Pb/207Pb vs 208Pb/206Pb.

Fig. 3.

Fig. 3.

Lingots de l’épave Cabrera 4. Estampilles moulées : ANTEROS/EROS (a), T. IVVENT.T.L.DVSO (b), T.L. OSCA (c), SOC. VESC (d) (clichés C. Domergue).

Fig. 4.

Fig. 4.

Les lingots de Cabrera 4 dans le champ isotopique « Espagne ».

Fig. 5.

Fig. 5.

Sur ce graphique 206Pb/207Pb vs 208Pb/206Pb., l’ensemble « Sierra Morena » est masqué. Les lingots de Cabrera 4 se situent par rapport aux autres régions plombifères d’Espagne.

Fig. 6.

Fig. 6.

L’ensemble des cinq districts métallogéniques de Sierra Morena et les lingots de Cabrera 4, sur un graphique 206Pb/207Pb vs 208Pb/206Pb.

Fig. 7.

Fig. 7.

Les lingots de Cabrera 4 par rapport au champ de La Alcudia.

Fig. 8.

Fig. 8.

Les lingots de Cabrera 4 par rapport au champ de Los Pedroches.

Fig. 9.

Fig. 9.

Les lingots de Cabrera 4 par rapport au champ de Azuaga-Fuenteobejuna.

Fig. 10.

Fig. 10.

Les lingots de Cabrera 4 par rapport au champ de Linares.

Fig. 11.

Fig. 11.

Les lingots de Cabrera 4 par rapport au champ de La Carolina.

Fig. 12.

Fig. 12.

Situation des épaves dont les cargaisons de lingots de plomb proviennent,
avec une grande probabilité, des mines de Sierra Morena.

Haut de page

Notes

1 Les lingots de cuivre romains jouent, bien évidemment, le même rôle vis-à-vis des mines de cuivre; Klein et al., 2008.

2 Un article, déjà ancien, donne les bases de ces identifications: Besnier, 1920, p. 213-215.

3 On en trouvera une illustration dans Trincherini et al., 2009, à propos des lingots de Carthagène.

4 Long et Domergue, 1995; Trincherini et al., 2001; Rothenhöfer, 2003a; Bode et al., 2010.

5 Trincherini et al., 2009.

6 Trincherini et al., 2009, p. 131.

7 Voir, par exemple, Liou, 1990 et Liou et Domergue, 1990.

8 Domergue, 1998.

9 Domergue, 1987, p. 16-45 (Badajoz), 59-180 (Ciudad Real et Córdoba), 253-292 (Jaén), 471-481 (Sevilla); Domergue, 1990, p. 189-190 et 202-203.

10 Ces échantillons et ceux des lingots ont été analysés au LIMS (Laboratory for Isotopic Mass Spectrometry) de Verbania (Varese), rattaché à l’Institut Polytechnique de Turin.

11 Les raisons de ce choix seront expliquées en détail dans l’ouvrage collectif en cours de rédaction, Massae plumbeae inscriptae Hispaniae. Production et commerce du plomb hispanique à l’époque romaine.

12 Veny et Cerda, 1972, p. 298-310 ; Veny, 1979, p. 471-473; Parker, 1992 n° 126 (= Cabrera D).

13 Les filons de Linares sont essentiellement encaissés dans des roches granitiques et sont plus pauvres en argent (250 à 300 g Ag/t Pb); les filons de la Carolina sont encaissés dans des roches détritiques métamorphiques et sont plus riches en argent (700 à 750 g Ag/t Pb) (précision due à GO).

14 Ce sera fait dans l’ouvrage mentionné à la note 11.

15 Trincherini et al., 2001, p. 398-301.

16 Nous nous contentons ici de signaler ces épaves. Le détail de la démonstration sera donné dans l’ouvrage indiqué à la note 11.

17 Nesta et al., 2011.

18 Rico et al., 2005-2006; Klein et al., 2007; Nesta et al., 2011.

19 Rothenhöfer, 2003a et 2033b; Bode et al., 2003; Bode et al., 2009.,

20 Par exemple, pour les lingots de Germanie: Riccardi et Genovesi, 2002, p. 1319-1322; Hanel et al., 2005, p. 58-59

21 Lingots en forme de Pinna Nobilis L. des épaves Cabrera 2 et Îlot de Brescou (Agde): cf. Trincherini et al., 2009, p. 132 (tableau 2) et 137-138

22 Lingots plano-convexes de type rustique de Cala d’en Ferrer (Ibiza): cf. Hermann, 2010, p. 185-193 (spécialement le tableau 2 et ses deux graphiques).

23 D’après la signature isotopique du plomb de ce lingot (analyse P.R. Trincherini), ce dernier provient, selon toute probabilité, des mines du district de Linares: cf. Rodà, 2004, p. 189-190 (où la restitution de la fin de l’estampille moulée est peu probable); Domergue et al., 2012, p. 103.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1.
Légende Les cinq grands districts métallogéniques plombifères de Sierra Morena (en gris, plomb-argent ; en noir : cuivre), et leur situation (en médaillon) dans les zones structurales CIZ (Zone Centro-Ibérique) et OMZ (Zone Ossa Morena).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/989/img-1.png
Fichier image/png, 62k
Titre Fig. 2.
Légende Les cinq sous-ensembles correspondant aux grands districts plombifères de Sierra Morena ( = champ « Sierra Morena ») représentés sur le graphique 206Pb/207Pb vs 208Pb/206Pb.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/989/img-2.png
Fichier image/png, 20k
Titre Fig. 3.
Légende Lingots de l’épave Cabrera 4. Estampilles moulées : ANTEROS/EROS (a), T. IVVENT.T.L.DVSO (b), T.L. OSCA (c), SOC. VESC (d) (clichés C. Domergue).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/989/img-3.png
Fichier image/png, 151k
Titre Fig. 4.
Légende Les lingots de Cabrera 4 dans le champ isotopique « Espagne ».
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/989/img-4.png
Fichier image/png, 20k
Titre Fig. 5.
Légende Sur ce graphique 206Pb/207Pb vs 208Pb/206Pb., l’ensemble « Sierra Morena » est masqué. Les lingots de Cabrera 4 se situent par rapport aux autres régions plombifères d’Espagne.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/989/img-5.png
Fichier image/png, 16k
Titre Fig. 6.
Légende L’ensemble des cinq districts métallogéniques de Sierra Morena et les lingots de Cabrera 4, sur un graphique 206Pb/207Pb vs 208Pb/206Pb.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/989/img-6.png
Fichier image/png, 16k
Titre Fig. 7.
Légende Les lingots de Cabrera 4 par rapport au champ de La Alcudia.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/989/img-7.png
Fichier image/png, 12k
Titre Fig. 8.
Légende Les lingots de Cabrera 4 par rapport au champ de Los Pedroches.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/989/img-8.png
Fichier image/png, 12k
Titre Fig. 9.
Légende Les lingots de Cabrera 4 par rapport au champ de Azuaga-Fuenteobejuna.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/989/img-9.png
Fichier image/png, 13k
Titre Fig. 10.
Légende Les lingots de Cabrera 4 par rapport au champ de Linares.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/989/img-10.png
Fichier image/png, 13k
Titre Fig. 11.
Légende Les lingots de Cabrera 4 par rapport au champ de La Carolina.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/989/img-11.png
Fichier image/png, 13k
Titre Fig. 12.
Légende Situation des épaves dont les cargaisons de lingots de plomb proviennent, avec une grande probabilité, des mines de Sierra Morena.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/989/img-12.png
Fichier image/png, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Domergue, Piero Quarati, Antonio Nesta, Gobain Obejero et Piero Renato Trincherini, « Les isotopes du plomb et l’identification des lingots de plomb romains des mines de Sierra Morena », Pallas, 90 | 2013, 243-256.

Référence électronique

Claude Domergue, Piero Quarati, Antonio Nesta, Gobain Obejero et Piero Renato Trincherini, « Les isotopes du plomb et l’identification des lingots de plomb romains des mines de Sierra Morena », Pallas [En ligne], 90 | 2013, mis en ligne le 03 janvier 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/989 ; DOI : 10.4000/pallas.989

Haut de page

Auteurs

Claude Domergue

Professeur émérite d’archéologie romaine
Université de Toulouse II-Le Mirail
TRACES UMR 5608
Claude.domergue@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Piero Quarati

Dipartamento di Fisica, Politecnico di Torino et INFN, Sezione di Cagliari (Italie)
piero.quarati@polito.it

Antonio Nesta

Dipartamento di Fisica, Politecnico di Torino (Italie)
a_nesta@libero.it

Gobain Obejero

Cobre Las Cruces, S.A., Sevilla

Piero Renato Trincherini

Joint Research Centre of European Commission, Environment Institute, Ispra (Italia)
galois23@libero.it

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org