Navigation – Plan du site

Les transformations économiques de la péninsule Ibérique (70 av. J.-C.-73 apr. J.-C.) : productions et structures

The Economic Transformations of the Iberian Peninsula (70 B.C.-73 A.D.): Productions and Structures
Françoise Des Boscs
p. 167-192

Résumés

Entre le début du ie siècle av. J.-C. et l’année 73 apr. J.-C. qui marque pour la péninsule Ibérique la concession du droit latin, cette dernière connaît de profondes transformations de son économie. Celles-ci se caractérisent par une intensification considérable de la mise en valeur des différents types de ressources (minières, agricoles et piscicoles) qu’offrait la Péninsule. Ce développement s’est accompagné de changements progressifs dans les structures de production ainsi que de l’apparition d’une forme de spécialisation régionale.

Impulsées par l’existence de noyaux d’Italiens déjà installés ou attirés par ces potentialités, par l’adhésion progressive des élites locales aux façons de produire venues d’Italie, catalysées par la politique de prise en main du territoire mise en place par César puis Auguste, ces transformations n’ont cependant pas connu le même rythme de développement ni la même extension selon les espaces. Les découvertes archéologiques mettent en valeur, après une phase de frémissements (du début du ier s. jusque vers 40-30 av. J.-C.), l’importance de la période augustéenne dans la mise en place d’une économie d’exportation dynamique satisfaisant les besoins de l’État en métaux et participant de façon de plus en plus significative à l’approvisionnement de l’Occident et de Rome en sauces de poisson, en vin et en huile d’olive.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 5, 36, 3.
  • 2 Strabon, III, 2, 4. Texte établi et traduit par F. Lassère, Paris, CUF, 1966.
  • 3 Strabon, III, 2, 6.
  • 4 Strabon, III, 2, 7.
  • 5 Strabon, III, 2, 8.

1Entre la chute de Numance en 133 av. J.-C. et la guerre de Sertorius (81-75 av. J-C.) qui marque l’importance prise peu à peu par la Péninsule ibérique comme enjeu dans les luttes politiques romaines, cette dernière connut une période de paix relative qui fut favorable au développement d’activités économiques de toutes sortes dont les auteurs de la fin de la République livrent une description éloquente. Diodore de Sicile1 mentionne ainsi que quand les Romains se furent rendus maîtres de l’Ibérie, les mines pullulèrent d’une foule d’Italiens, qui par leur avidité, en tirèrent des richesses considérables. Strabon, quant à lui, dont l’ouvrage emprunte beaucoup, pour ce qui concerne l’Ibérie, à celui de Posidonius d’Apamée rédigé vers 67-60 av. J.-C., s’il se plaît à décrire l’âpreté de l’intérieur du pays, met en valeur avec enthousiasme l’abondance des ressources, la fertilité et le développement économique du sud de la Péninsule et du littoral méditerranéen. Pour lui, la Turdétanie est un pays étonnamment fortuné [...] qui produit de tout et en grande quantité 2. Non seulement, on en exporte du blé et du vin en grande quantité, une huile, dont l’excellence égale l’abondance, mais aussi du miel, de la poix, des laines, de la cire et diverses matières colorantes (cinabre et pourpre)3 ; mais encore, ce pays dispose d’incroyables ressources maritimes4 et on n’apprendra pas avec moins d’étonnement la richesse plus stupéfiante encore de ses exploitations minières5. Mais si les descriptions de ces auteurs donnent le ton général et laissent deviner le dynamisme économique de certaines régions de la Péninsule autour de 70 av. J.-C., les fouilles et prospections archéologiques entreprises dans les dernières décennies (fouilles de mines et fonderies, de villas, d’ateliers de fabrications d’amphores ou encore d’épaves sous-marines) permettent d’affiner le tableau. Bien que leurs résultats ne soient pas dénués de zones d’ombre, concernant particulièrement certains acteurs de ces productions et parfois le détail de l’organisation de celles-ci, elles mettent en évidence que ce dynamisme est allé de pair avec une intensification générale de la mise en valeur des ressources, avec l’implantation ou l’adoption progressive de structures de production inspirées de l’Italie et avec l’apparition progressive de formes de spécialisations régionales. Elles permettent également de discerner les différentes étapes d’un processus de transformations qui a abouti à faire de l’économie hispanique, au moment où, en 73 apr. J.-C., Vespasien décida de conférer le droit latin à toute l’Hispanie, une économie d’exportation particulièrement active, satisfaisant les besoins de l’État romain en métaux et participant de façon de plus en plus significative à l’approvisionnement de l’Occident et de Rome en sauces et conserves de poisson, en vin et en huile d’olive.

  • 6 À titre d’exemple, 9 colonies furent fondées par César ou Auguste dans la vallée du Baetis, grosso (...)

2Dans ce processus, qui apparaît indissociable du processus de transformation politique que connaît l’État romain à cette même période et plus particulièrement de l’entreprise de réelle prise en main du territoire hispanique, manifestée par le nombre de colonies implantées dans cet espace stratégique au moment des guerres civiles6, la politique de municipalisation, comme l’achèvement de la conquête, il nous semble pouvoir distinguer trois phases dont nous allons essayer de dégager les caractéristiques aussi bien en termes d’activités productives que de structures.

1. Du début du ier s. av. J.-C. à la fin de la République (vers 40/30 av. J-C) : les prémisses de l’essor

  • 7 Strabon, III, 4,9 (le sparte) et III, 2, 6 (les laines) et III, 4, 10 (les jambons).
  • 8 Strabon, III, 4, 16.

3S’il nous faut bien sûr tenir compte du fait que certaines productions célébrées par les Anciens, comme celle de plantes tinctoriales ou bien le sparte, utilisé pour les cordages, les laines de Bétique ou les excellents jambons des Cerrétans vantés par Strabon7, ou même encore les céréales ont laissé peu de traces archéologiques, l’ensemble des données dont nous disposons fait ressortir pour cette période l’essor de l’activité minière, particulièrement dans la Sierra Morena, ainsi que celle des produits dérivés du poisson dont les contenants restent toutefois largement inspirés par les traditions locales héritées de l’époque punique. Par ailleurs, si la mise en valeur agricole semble restée fondée sur la céréaliculture associée à l’olivier, la vigne et le figuier qui sont l’une des richesses du littoral ibérique non seulement sur notre mer, mais aussi bien au-delà des Colonnes d’Hercule8, et plus généralement sur une polyculture incluant aussi diverses traditions d’élevage, on perçoit çà et là des changements tant dans les productions favorisées que dans les structures d’exploitation.

1. 1. L’essor de l’activité minière de la Sierra Morena

  • 9 Polybe, 34, 8-11 et Strabon, III, 2, 10. Par ailleurs Domergue, 1990, p. 191, a relevé, pour la fin (...)
  • 10 Domergue, 1990, p. 182-193.
  • 11 Ibid., p. 185-187.
  • 12 Ibid., p. 190-191. On compte seulement deux sites mis en exploitation dans la ceinture pyriteuse du (...)
  • 13 Par exemple ceux d’El Centenillo, Diogenès et Valderrepisa. Sur ces sites, voir respectivement Dome (...)
  • 14 Domergue, 1990, p. 359-360.
  • 15 Blázquez Martínez et al., 2002, p. 393-394. Le mobilier archéologique (amphores D.1, céramique à ve (...)

4Au début du ier siècle av. J.-C., le paysage des mines exploitées dans la Péninsule semble être assez restreint et circonscrit essentiellement à deux secteurs : un secteur ancien, autour de Carthago Nova et de Mazarrón, et un secteur en expansion, celui de la Sierra Morena (fig. 1). Déjà mises en valeur par les Puniques, les mines d’argent de Carthago Nova continuèrent d’être exploitées par les Romains sans discontinuer. Étendues et employant un grand nombre d’ouvriers, elles étaient alors en pleine activité rapportant 25 000 drachmes de revenu journalier au Peuple Romain selon le témoignage de Polybe pour le milieu du iie s., repris par Strabon9. En revanche, les prospections de surface, comme les fouilles qui ont été entreprises en certains lieux comme à El Centenillo et à la Loba montrent que ce n’est que vers la fin du iie s, et dans la première moitié du ier siècle, que s’effectue la mise en exploitation de la plupart des mines de la Sierra Morena, ainsi que celle du Riotinto dans le sud-ouest10. Sans doute liée à l’insécurité relative de la zone consécutive au caractère récurrent des raids lusitaniens, même après la chute de Viriathe, comme au besoin d’argent accru des armées en guerre sur ce territoire lors de l’épisode de Sertorius11, cette « éclosion » minière tardive dans la Sierra Morena à partir du début du ier s. est mise en évidence par le nombre de crassiers et de restes de fonderies trouvés : au moins 54 sites produisant essentiellement du plomb argentifère, mais aussi du cuivre ont ainsi été mis en exploitation12 et les fouilles comme celles du site de La Loba semblent confirmer les dires de Diodore sur le caractère italique de ces entreprises. En effet, ayant fonctionné pour des raisons encore obscures sur une courte durée (entre 125 et 80-70 environ av. J.-C.) le village minier de La Loba, dont la naissance est contemporaine de celle d’autres sites voisins13, et participe de cette « impression de densité et de fiévreuse activité produite par l’éclosion quasi simultanée de tous ces hameaux miniers »14 a livré un matériel témoignant des étroites relations unissant ce village, du moins une partie de ses habitants, à l’Italie et particulièrement à la Campanie15. De même, l’inspiration italique du plan de certaines maisons laisse penser qu’il y eut là un noyau d’Italiens dont la présence a fortement marqué la culture matérielle du site. Cependant, l’étude des graffiti sur céramique comme celle des monnaies témoigne de ce qu’une grande partie de la main-d’œuvre, qui paraît ici avoir été libre et salariée, et vraisemblablement quelque peu romanisée, provenait d’autres régions de l’Hispanie et notamment du nord-est, ce que l’on retrouve aussi pour d’autres sites voisins.

  • 16 Domergue, 1990, p. 266-267.
  • 17 Ibid., p. 262-263. En se fondant sur le développement du S. mentionné sur les estampilles des lingo (...)
  • 18 Blázquez Martinez et al., 2002, p. 397.
  • 19 Orejas, Sastre, 1999. En s’appuyant sur plusieurs spécialistes du droit romain, ces auteurs considè (...)
  • 20 Ainsi Tacite évoque, pour l’époque de Tibère, les mines de Sextus Marius (Tacite, Annales, VI, 19) (...)
  • 21 Stylow, 2000.
  • 22 Strabon, III, 2, 9.

5À cette époque, la plupart de ces mines paraissent avoir été exploitées dans le cadre de la locatio censoria, cahiers des charges établi par les censeurs, à Rome. La mine, se trouvant sur le sol provincial faisant partie de l’ager publicus, appartenait à l’État qui l’affermait à différents types d’exploitants. À Carthagène les inscriptions sur les lingots de plomb ont mis en évidence de petites compagnies individuelles formées par des Italiens originaires pour beaucoup d’Italie centrale (Latium, Campanie et Picenum), comme les Atelli, Planii, Vtii, etc., organisés parfois en sociétés16. Dans le secteur oriental de la Sierra Morena, il semble qu’à cette époque d’émergence, l’activité minière et métallurgique fut d’abord aux mains de societates de publicains de plus grande envergure, qui disposaient des moyens pour d’importants travaux. On peut citer ainsi la societas Sisaponensis qui exploitait le cinabre de la région d’Almaden ou celle de Castulo autour les mines du secteur de Linares-La Carolina17. À La Loba, l’impression de rigueur que donnent les insulae tirées au cordeau, l’existence dans le voisinage d’autres sites mis en exploitation à la même époque, la présence d’indigènes étrangers à la région attirés par les perspectives de travail laissent penser que la mine était exploitée par une entreprise – bien qu’on ne puisse préciser sa nature juridique – dont la Loba n’était peut-être que l’un des sites18. En s’appuyant sur les réflexions d’A. Orejas et I. Sastre19, on pourrait aussi émettre l’hypothèse que cette mine, comme d’autres, a pu être la propriété d’un particulier. Cette hypothèse de l’existence d’une troisième forme de structure de production, la propriété privée de la mine par un particulier, moyennant le paiement d’un éventuel stipendium à l’État, pourrait se trouver renforcée, outre par des exemples un peu postérieurs évoqués par les sources littéraires20, par la découverte d’une inscription du ier s. av. J.-C. Provenant de la mine antique de Valdeinfierno, cette inscription nomme un certain T. Pasidius Sabinus, sans doute un Italien, et mentionne un opus (une mine ici) dont il serait le propriétaire21. Cela pourrait expliquer peut-être aussi la mention que fait Posidonius, à travers le récit de Strabon, de Turdétans qui tiraient un énorme profit de l’exploitation de mines de cuivre et d’argent22.

6Ainsi, le secteur minier se caractérise pour la première moitié du ier s. av. J.-C. par l’émergence, à côté de celui de Carthago Nova, du secteur de la Sierra Morena qui voit se multiplier les sites d’exploitation sous l’impulsion très souvent d’Italiens originaires du centre de la péninsule, dans le cadre d’entreprises individuelles ou de sociétés de publicains. Cette impulsion, qui a pu parfois être perturbée par les évènements militaires liés à la crise sertorienne (cause de la fermeture de La Loba par exemple ?), se constate aussi dans le domaine des conserves et sauces de poisson, dont la région de Gadès et du détroit de Gibraltar paraît alors le centre incontesté.

1. 2. L’essor des conserveries autour de Gadès et du Détroit

  • 23 Strabon, II, 3, 4.
  • 24 Strabon, III, 1,8.
  • 25 Id., III, 4, 2 et III, 4, 6

7Initiée par les Phéniciens à partir de Gadir, développée au iiie siècle par les Puniques, l’activité des salaisons de poissons paraît aussi avoir connu un certain développement au tournant des iie et ier siècles av. J.-C., qui peut être en partie le fruit du traité que Gadès sut négocier avec Rome au lendemain de la deuxième guerre punique, traité qui lui permit non seulement de préserver son indépendance, mais lui ouvrit également les marchés de l’Italie. Là encore, dans un premier temps, la description de Strabon permet de dresser une première géographie de ces activités dans les années soixante av. J.-C. Tandis qu’il mentionne à propos de Gadès que la plupart de ses habitants vivent sur la mer et que les riches arment de gros navires, sans nul doute de commerce, alors que les pauvres affrètent de petits bateaux dont ils se servent pour aller pêcher jusque vers le Lixos en Maurusie23, il énumère ensuite les principales places qui le long du Détroit, ont développé une activité de salaisons : Menlaria, Baelo24, puis de l’autre côté de Gibraltar sur le versant méditerranéen, Malaca, Sexi et plus au nord Carthago Nova et l’île d’Héraclès, située à 4 km de là et appelée aussi Scombroaria à cause des scombres qui s’y pêchent, avec lesquels on prépare le meilleur garum25. Cependant les données archéologiques permettent de préciser le tableau.

  • 26 Lowe, 2009, p. 80-81.
  • 27 Strabon, III, 5, 3.
  • 28 Lagóstena Barrios, 2001, p. 108.
  • 29 Árevalo González et Bernal Casasola, 2007, p. 86-87.
  • 30 Sillières, 1995 ; Lowe, 2009, p. 83.
  • 31 Lagóstena Barrios et al., 2004, p. 62-66 et p. 75 ; Bernal Casasola, 2004, p. 591-600.
  • 32 Etienne, Mayet, 1994, p. 132-135 et 2002, p. 116-118.
  • 33 Il s’agit principalement de l’épave Le Titan trouvée aux abords de Hyères (Var) et datée de 50-45 a (...)

8À Gadès même, si l’on observe que plusieurs conserveries antérieures, notamment de petits établissements à l’extérieur de la cité, ont continué à fonctionner, d’autres sont créés à l’intérieur même du territoire26 et cette croissance de l’activité peut sans doute trouver un écho dans la description de Strabon qui mentionne que l’augmentation de la population a déterminé L. Cornelius Balbus à agrandir la cité et à construire non seulement une ville neuve, mais un nouveau port27. Mais ce qui paraît plus nouveau est l’apparition de grandes installations que L. Lagóstena Barrios relie à celles que l’on voit se développer à la même époque le long du détroit de Gibraltar, notamment à Baelo28. L’une d’elles s’étendait sur une aire de 500 m2 et l’autre, mise à jour lors d’une fouille de sauvetage, comprenait un bassin recouvert d’opus signinum et a commencé à fonctionner au début du ier s. Les fouilles ont également permis de confirmer l’importance du site de Baelo avec six établissements de la fin du iie s. et de la première moitié du ier s. av. J.-C. et mis à jour aussi un petit établissement non loin de là, à Punta Camarinal29 ainsi qu’autour de Carteia30. Les travaux de L. Lagóstena Barrios et D. Bernal Casasola sur la production des amphores montrent également une augmentation du nombre de fours, notamment dans la baie de Cadiz31, ainsi que le glissement d’une production d’amphores traditionnelles d’inspiration punique, les Maña C2b, vers une production d’imitation locale d’amphores italiques Dr 1A et Dr. 1B/C, qui contenaient des sauces et salaisons de poisson. Les deux types coexistent en effet sur un certain nombre de sites, mais sur celui d’El Rinconcillo (Algeciras) dont l’activité débute dans le second tiers du ier s. av. J.-C., on a trouvé pour cette phase initiale uniquement des imitations d’amphores italiques. De même à Baelo, une trentaine d’exemplaires d’imitations locales de Dr 1C ont été trouvés dans les niveaux du milieu du ier s. Les timbres trouvés sur ces amphores mettent en évidence l’influence italique dans le développement de cette production, peut-être liée à la proximité de la colonie latine de Carteia, mais aussi le fait que certains de ces potiers devaient travailler pour le compte d’une societas de cetarii gaditains32. Parallèlement à l’apparition de ces amphores, l’influence italienne se reflète dans l’apparition de fours rectangulaires, trouvés notamment à El Rinconcillo et Mesas de Asta (antique Hasta Regia), qui remplacent par endroits les fours ovales avec pilier central qui caractérisaient la production punique. Ainsi, la fin de la République constitue-t-elle une étape importante dans l’évolution de la production des salaisons et sauces de poissons. À l’augmentation du nombre de sites de production, dont la diversité des tailles suggère celle des entreprises de fabrication, répond celle du nombre d’ateliers de potiers dont la production révèle l’influence croissante des canons italiens, miroir, si l’on peut dire, de l’importance croissante ce marché pour ces productions. De cela témoignent les rares épaves datées du milieu du ier s. av. J.-C. dont le matériel amphorique est presque exclusivement constitué d’amphores Dressel 12 anciennes (filiation des Dr. 1C) transportant des salaisons et des sauces, tandis que les marques repérées sur certaines de ces amphores (encore S. C. G.) trahissent le monopole des marchands gaditains sur ce commerce33.

9Mais si cette première phase se caractérise par une mise en valeur accrue des mines de la Sierra Morena, un accroissement des capacités de production des activités de salaisons dans lesquels les besoins de l’État Romain comme l’ouverture progressive de l’aire occidentale à ces produits et le désir des entrepreneurs et marchands locaux comme de nombreux Italiens de faire des affaires ont joué chacun leur rôle, on ne constate pas, globalement de tels changements dans le domaine de la mise en valeur agricole.

1. 3. Une mise en valeur traditionnelle, une amorce de changements dans le nord-est

  • 34 Haley, 2003, p. 20-21 ; Barrandon, 2011, p. 72-73.
  • 35 Selon Keay, 2003, p. 160, une inscription sur un sol de mosaïque de La Cabañeta (Burgo de Ebro), do (...)
  • 36 Plusieurs opérations menées dans la vallée de l’Èbre et en Catalogne ont suggéré que les schémas de (...)

10En de nombreuses régions, notamment en Bétique, celle-ci semble être restée fondée sur une polyculture traditionnelle, associant blé, élevage, oliviers et vigne parfois, dans les régions côtières qui furent les plus tôt ouvertes aux influences extérieures. Il est bien difficile de savoir comment étaient exploitées ces terres, mais le plus probable est que, le plus souvent, elles aient été exploitées par des collectivités indigènes qui ne vivaient pas sur le sol même qu’elles exploitaient, mais plutôt dans les habitats groupés représentés par les agglomérations voisines auxquelles le gouvernement romain, si l’on se fonde sur le bronze de Lascuta avait rétrocédé l’usage de la terre34. Cependant, en ce domaine aussi, et plus particulièrement dans le nord-est de la Péninsule, en Catalogne et dans la vallée de l’Èbre, à la faveur peut-être de la création de Narbo Martius en 118 et de la via Domitia qui put favoriser la circulation d’Italiens, voire l’implantation de petites communautés d’immigrants dans la région35, à la faveur peut-être aussi de l’épisode sertorien qui pût entraîner çà et là un remodelage de l’habitat avec le déplacement de population d’oppida vers des sites de plaine36, et aussi d’un processus de « romanisation » déjà bien en cours, attesté par exemple par la réception de la citoyenneté par les cavaliers de la turma Salluitana en 89 pour leur participation aux combats de la guerre sociale, des changements pointent.

  • 37 Hopkins, 1980, p. 101-102.

11Ces transformations se situent dans un contexte d’extension du peuplement rural, notamment sur la côte catalane, que certains chercheurs attribuent aussi à la fiscalité romaine, le paiement du tribut ayant contraint (et en même temps stimulé) les fermiers à produire davantage et à vendre leur surplus pour satisfaire aux exigences de Rome37. Elles se sont manifestées d’abord par l’apparition des premières villae. Forme d’exploitation du sol typiquement italienne où autour d’une demeure rurale, plus ou moins luxueuse, construite généralement selon les modèles italiens (pars urbana), s’étendait un domaine et s’ordonnaient des bâtiments agricoles (pars rustica) et de stockage (pars fructuaria), la villa représentait non seulement l’adoption de maisons rurales construites selon les canons italiens, mais aussi l’implantation de pratiques agricoles associées et fondées sur une certaine recherche de rentabilité et d’optimisation des terroirs dans laquelle on tâchait dès que possible de donner la préférence aux cultures spécialisées comme la vigne ou l’olivier.

  • 38 Lowe, 2009, p. 54-55.
  • 39 Fortó Gracia et al., 2005, p. 10-12.
  • 40 Revilla Calvo, 2004, p. 189-190.

12Or, en Catalogne, c’est dès la fin du iie s. av. J.-C. qu’apparaissent les premières villae dans le Vallès oriental et aux alentours de Tarragone avec notamment les sites de Can Martí et El Moro et on en compte ensuite près d’une vingtaine à la fin de la République, essentiellement situées le long de la côte et de la voie entre Empuries et Tarraco, ou un peu en retrait en bordure de cours d’eau38 (fig. 2a). Par ailleurs, çà et là, cette évolution paraît s’être accompagnée d’une préférence donnée progressivement à la viticulture sur la céréaliculture, traditionnellement prédominante. En effet, sur une petite dizaine de sites, on note l’apparition de dolia servant au stockage du vin et de pressoirs à vin, parfois accompagnée de l’abandon de silos à blé, et/ou des premières formes d’amphores de production locale, imitations de Dr. 1 B, puis Léetanienne 1/Tarraconaise 1. On peut citer, par exemple, le site de Ca l’Estrada (Canovelles), situé dans l’arrière-pays de Mataró : une première phase d’occupation datée de la fin du iie s. av. J.-C. met en évidence une activité essentiellement céréalière. Puis le site est remodelé vers 75 av. J.-C. avec la construction d’un large bâtiment rectangulaire d’environ 600 m2 disposé autour d’une cour, et qui a livré un grand nombre d’amphores ainsi que des dolia suggérant une réorientation de la production de ce site vers la viticulture39. Bien que V. Revilla Calvo note des difficultés à déterminer l’extension de l’usage des dolia à cette époque ainsi que le moment précis où apparaissent les amphores de production locale, il pense néanmoins que des changements progressifs ont été mis en œuvre en faveur du développement de la viticulture, et qui ont trouvé ensuite leur plein aboutissement à l’époque d’Auguste40.

  • 41 César, Bellum civile, I, 86-87.
  • 42 Olesti i Vilà, 1997, p. 81-82.
  • 43 Il s’agit des villae de Mas Gusó, Can Marti, El Moro, Can Massot et Can Terres.

13Quels ont été les acteurs de ces nouvelles constructions et de ces transformations ? On a longtemps pensé que l’apparition de l’architecture italienne et l’établissement de villae signifiaient un afflux de colons italiens. Mais s’il n’est bien sûr pas exclu que des noyaux d’Italiens se soient installés dans la région, soit après leur service militaire41, comme le suggère la description que fait César de l’armée de Pompée à Ilerda en 49, composée pour partie de soldats qui habeant domicilium aut possessionem in Hispania, soit pour d’autres raisons, et qu’ils aient pu introduire ces nouvelles formes d’architecture et d’exploitation rurales, les fouilles montrent que le relais a sans doute bien vite été pris par des Ibères romanisés, dans le cadre de l’abandon d’un certain nombre d’oppida et de l’apparition d’une population rurale dispersée qui caractérise cette région entre la fin du iie s. et le milieu du ier. Les travaux d’O. Olesti i Vila42 montrent par exemple, qu’à l’exception de 5 sites particulièrement luxueux et très « italianisés » dans leur matériel et qu’elle qualifie de « Romains »43, dans nombre de ces nouvelles villae, en dépit d’éléments architecturaux romains caractéristiques ainsi que d’importations italiennes (Campanienne A et B, amphores Dr.1, etc.), l’ancrage local était très présent et se manifeste notamment par la prédominance des poteries ibères, qui constituent entre 60 et 80 % environ du matériel céramique trouvé ainsi que par le fait que, bien souvent, ces nouvelles constructions se situent à proximité ou au-dessus d’établissements ibères plus anciens.

14Au total, on peut dire que cette première phase caractérisée sur le plan politique par l’enjeu croissant que devient la Péninsule dans les ambitions des imperatores et les conflits qui les opposent, se caractérise sur le plan des structures économiques et des productions par une amorce de changements progressifs allant dans le sens d’une mise en valeur plus importante des ressources qui commencent pour certaines (métaux, poissons) à alimenter un courant d’exportation notable. Cela s’est exprimé, dans les espaces concernés, par une augmentation relative du nombre de sites de production (mines de la Sierra Morena, salaisons), par une dispersion de l’habitat rural d’abord dans le nord-est, et par l’implantation ou l’adoption de structures de production (entreprises minières, villae) ou de techniques inspirées de l’Italie (imitations amphoriques). Cette période revêt en quelque sorte un rôle précurseur, l’aspect d’une phase de latence, où se mettent en place les éléments d’un épanouissement ultérieur. Mais ces changements, réels, ne sont alors sensibles que sur des espaces assez restreints. De fait, il faut attendre la période augustéenne pour que se manifeste une accélération des transformations manifestée par un réel décollage des principales productions d’exportation.

2. Le « take-off » de la période augustéenne

  • 44 Il est hors de notre propos de mentionner tous ces travaux, dont une synthèse peut se trouver dans (...)

15Pour expliquer l’accroissement considérable des productions, notamment agricoles (vin et huile), mais aussi piscicoles et de lingots métalliques, qui a nourri un développement spectaculaire des exportations de la Péninsule à l’époque d’Auguste, bien perceptible au travers des nombreuses analyses de dépôts et de fouilles réalisées dans les dernières décennies, d’abord vers la Gaule (et particulièrement l’axe Rhône/Rhin), puis, quoiqu’encore secondairement à cette époque pour le vin et l’huile, vers Rome et l’Italie44 (fig. 5), les chercheurs ont formulé différentes hypothèses que l’on peut regrouper selon leur caractère externe et d’ordre général ou bien plus propre à la péninsule Ibérique et qui ont certainement pu agir en synergie.

Parmi les facteurs d’ordre externe, on peut mentionner :

  • la fin des guerres civiles, le retour à la paix et l’établissement d’un État fort sous la forme du Principat qui ont établi les conditions de stabilité nécessaire au développement de l’activité commerciale

    • 45 Chic Garcia, 1985, p. 277-299.

    la main-mise sur le trésor des Ptolémée qui aurait stimulé, selon G. Chic Garcia, la demande dans la Méditerranée centrale45.

  • la constitution d’une armée permanente alors assez massivement regroupée sur les bords du Rhin, dont les besoins d’approvisionnement en produits de base de la diététique méditerranéenne auraient constitué un puissant stimulant. Cette donnée pose la question plus générale et encore controversée de savoir jusqu’à quel point, dans le cadre de la mise en place et de la consolidation du Principat, les besoins de l’État sous forme de taxes ou de produits pour Rome et l’armée ont été responsables de la croissance généralisée qui caractérise cette période.

    • 46 Remesal, 1997, p. 12-21 et p. 64 et Haley, 2003, p. 43 et n. 41 sont favorables à cette vision des (...)

    peut-être la création de la Préfecture de l’annone dont le préfet aurait pu avoir, en plus de l’organisation de l’importation du grain, également le soin de veiller à ce que les importations d’huile et autres produits de base soient effectuées en quantité suffisante pour les besoins du marché romain46.

  • le ralentissement de l’économie italienne sans doute consécutif aux guerres civiles, qui se manifeste notamment par l’arrêt progressif des productions d’Arezzo et le renversement des courants d’échanges.

16Mais les transformations que connaît l’économie de la Péninsule s’expliquent aussi par des facteurs qui concernent plus spécifiquement son espace parmi lesquels deux paraissent avoir joué un rôle catalyseur :

    • 47 Haley, 2003, p. 2-3.
    • 48 Columelle, De re rustica, 3, 3, 3 ; 3, 9, 2 ; 12, 21, 4-5 ; 7, 2, 7. Columelle, originaire de la ré (...)

    la prise en main du territoire par Rome et son implication dans son organisation politico-juridique, manifestée par l’ampleur de la politique de colonisation et de municipalisation entreprise par César, poursuivie sous les triumvirs et par Auguste au début de son principat principalement dans deux zones : la vallée du Baetis et ses abords, la côte catalane, celle du Levant et la vallée de l’Ébre et secondairement dans la Lusitanie méridionale et dans la meseta. Cette politique a entraîné dans son sillage l’arrivée sur le sol ibérique de nouveaux immigrants, vétérans des légions dotés de lots de terre, mais aussi sans doute civils, l’extension d’un peuplement rural de style romain, dispersé, et une augmentation importante du nombre de villae. Par ailleurs il a été souligné que l’octroi de ces nouveaux statuts, par la demande financière extraordinaire imposée aux élites par la municipalisation (avec ses corollaires d’évergétisme et d’accès aux charges) aurait aussi constitué un puissant stimulant à la croissance en conduisant les membres de cette « middle stratum » à prendre soin de la gestion de leurs biens et de leurs entreprises47. Et de fait les rares témoignages littéraires dont nous disposons pour cette époque, particulièrement celui de Columelle à propos de lui-même et de son oncle, nous montrent des hommes très soucieux de tirer le meilleur parti des diverses potentialités de leurs terroirs et prêts à investir pour en tirer un meilleur profit48.

    • 49 Strabon, III, 2, 14 à propos des Turdétans entièrement convertis au genre de vie des Romains et qui (...)

    l’adhésion au « style de vie romain » et aux habitudes alimentaires ad hoc d’une partie croissante de la population dans certaines régions de la Péninsule49, mais aussi en Gaule, a pu aussi constituer aussi un facteur de stimulation de la demande susceptible d’expliquer l’intensification des trois productions sur lesquelles l’archéologie nous permet de porter un tant soit peu notre regard, mais aussi l’intensité des échanges commerciaux qui reliaient ces deux aires provinciales à l’époque augustéenne.

  • l’autre aspect qui a aussi joué un rôle dans l’intensification de la mise en valeur des ressources est bien sûr l’achèvement de la conquête qui a permis l’accès aux ressources minières du nord-ouest et entraîné leur mise en exploitation par la suite.

17Il est bien sûr fort difficile de démêler la part de ces différents facteurs dans la mise en place d’un contexte favorable à un développement économique sans précédent qui sur le plan des structures et des productions s’est manifesté principalement par trois tendances principales.

2. 1. L’intensification de la mise en valeur agricole et l’amorce d’une spécialisation régionale

18Cette évolution peut être approchée par plusieurs phénomènes :

  • l’augmentation du nombre de sites de villae, particulièrement en Catalogne et sur la côte du Levant, mais aussi en Bétique, d’abord principalement le long de la vallée du Guadalquivir, dénote clairement, par les investissements, une intention de rentabilité et d’optimisation des productions (fig. 2b).

  • l’augmentation du nombre de bâtiments à vocation agricole, fermes (aedificia) dans la campagne, qui sans forcément être associés à des villae, témoignent de la mise en valeur de zones jusque-là plus ou moins délaissées et en tout cas d’un processus d’accroissement de la production.

    • 50 Peña Cervantes, 2011, p. 275 note que le coût de ces installations allait de pair avec une producti (...)
    • 51 Remesal, 1998, p. 188, en se fondant sur le nombre important de municipalités dans cette zone, et l (...)

    en même temps, l’étude des implantations d’installations comme les pressoirs, pièces de stockage qui sont l’apanage d’une production importante, apte à dégager des surplus pour la commercialisation, laisse supposer qu’il y avait en sus toute une « production silencieuse » qui a laissé peu de traces, destinée à la consommation locale, qui était le fait de plus petits exploitants50 qui devaient, selon l’hypothèse émise par J. Remesal à propos de l’huile, vendre leurs olives à des domaines possédant moulins et presses ou bien payer pour les utiliser51.

  • 52 Lowe, 2009, p. 87-98.
  • 53 Brun, 2004, p. 272-273.
  • 54 Ibid., p. 270-271.
  • 55 Peña Cervantes, 2010, p. 279.
  • 56 Brun, 2004, p. 271-272 qui ne donne pas la référence complète de sa source.
  • 57 Une douzaine d’exemples a été relevée par Lowe, 2009, p. 91-92.

19Ainsi en Catalogne et dans le Levant, on note une croissance importante du nombre de villae dévolues à la viticulture. Une dizaine s’ajoute à celles de la période précédente52 et au sud de Tarraco, qui a fait l’objet de recherches moins nombreuses, les secteurs de Sagonte, Valence et Alicante ont livré également quelques installations de ce type, plus difficiles toutefois à situer chronologiquement de manière précise53. Par ailleurs, d’autres types d’installations apparaissent, dont le site d’El Morè à San Pol de Mar constitue un bon exemple54. Construite à la fin de l’époque augustéenne (entre 10 av. J.-C. et 20 apr. J.-C.), cette ferme était implantée sur une colline et divisée en quatre parties par des murs de terrasse. Elle couvrait une superficie de 2 200 m2. La première terrasse portait une tour quadrangulaire dominant le complexe. La deuxième, la plus vaste, comprenait trois corps de bâtiments disposés autour d’une cour. Ensuite, en dessous, les troisième et quatrième terrasses étaient dévolues au stockage du vin. L’habitation devait se trouver dans la partie occidentale de la terrasse 2, mais elle ne présente aucun caractère de confort et ne devait pas être très étendue étant donné la place prise par les installations de production. L’absence de pars urbana bien identifiée conduit ici à se demander si l’on a bien affaire à une villa et si l’on ne se trouverait pas plutôt en face de l’un de ces complexes uniquement destinés à la production « en quantité, de vin appartenant à un propriétaire absentéiste et exploités par des esclaves » que l’on voit également se développer à cette période en marge des villae55. Les fouilles de la terrasse 2 ont mis en évidence au nord différents ateliers dont une forge, un pressoir (salle VI et peut-être V) relié à une cuve accolée, des cuves (salle VII) et sans doute un fouloir à l’extérieur de la salle VI. Sur la terrasse 3, plusieurs ensembles de dolia ont été dégagés et on estime que la ferme comprenait au total 140 dolia, soit une capacité de stockage de 1950 hl, environ 7 000 amphores au minimum. En appliquant à cela la fourchette de rendement proposée par A. Tchernia56, l’exploitation aurait compris entre 32 et 55 ha de vignes sans préjudice des autres cultures. Le vin produit était essentiellement destiné à l’exportation comme en témoigne également la découverte de la même époque d’un atelier de potier qui a produit des amphores Pascual 1, puis Dressel 2-4. On aurait là un type de configuration assez fréquent à l’époque augustéenne, où le propriétaire, comme à Can Feu, possède à la fois les vignes, le chai et l’atelier d’amphores exploité avec des esclaves ou peut être loué à des travailleurs à la tâche57.

  • 58 Brun, 2004, p. 271.
  • 59 Lowe, 2009, p. 101-102.
  • 60 Ponsich, 1974, p. 217-227 et fig. 86 et 88.

20Mais si en Catalogne, et sans doute dans le Levant, l’augmentation du nombre de villae et de sites agricoles semble être allée de pair avec une spécialisation accrue dans une viticulture, plus ou moins de masse, plus ou moins de qualité selon les lieux, destinée à l’exportation, qui a donné naissance à des sortes de complexes viticoles « intégrés », à la campagne, mais aussi à des installations urbaines comme à Baetulo58, l’intensification de la mise en valeur se manifeste également à cette époque le long de la vallée du Guadalquivir, de la même façon, par l’apparition de villae plus nombreuses et de nouveaux établissements ruraux59. Ces nouvelles structures sont associées, notamment sur les terrasses fluviales aux sols médiocres, ou sur le plateau de l’Aljarafe au développement de l’oléiculture dont les produits commencent alors à être exportés en quantité le long de l’axe Rhône/Rhin et dans une moindre mesure vers Rome. Ainsi par exemple, les prospections de M. Ponsich ont permis de montrer qu’autour de Carmona, en lien avec un remodelage agraire indiqué par des traces de centuriations, on assistait à une intensification de la mise en valeur de la plaine, la Vega, consacrée essentiellement aux céréales, tandis que de l’autre côté de l’escarpement qui barre cette région, le plateau de l’Aljarafe, jusque-là peu exploité était progressivement planté d’oliviers et peuplé d’un semis de villae plus ou moins importantes, dotées de pressoirs à huile, et de petites fermes ou bâtiments agricoles disséminés60. Ailleurs ce sont des vignobles produisant notamment un vin cuit, le defrutum, qui sont développées autour de Nabrissa (Lebrija), de Jérez, mais aussi d’Orippo.

2. 2. Le développement de l’activité de salaisons de poissons

  • 61 Lagóstena Barrios, 1996, p. 39 ; et Lagóstena Barrios, Bernal Casasola, 2004, p. 62.
  • 62 Ibid., p. 57.
  • 63 Lowe, 2009, p. 112-113.

21Si quelques nouveaux sites sont mis en activité sur la côte portugaise, le développement de l’activité de salaisons peut surtout se lire à travers le nombre important de nouveaux sites de production d’amphores à salaisons qui débutèrent leur activité sous Auguste et dans l’apparition de nouvelles formes. En effet si plusieurs des fours repérés à Puerto de Santa Maria à la fin de la République ont continué à fonctionner61, L. Lagóstena Barrios a identifié plusieurs nouveaux fours dans cette région, dont certains sont parfois associés avec d’autres structures (villae ?)62. Le point le plus frappant est le développement et la concentration exceptionnelle de cette activité dans la baie de Cadíz (fig. 1) : plus de 18 fours ont ainsi été mis à jour dans le voisinage de Puerto Real63, produisant plusieurs sortes d’amphores, ce qui témoigne du rôle toujours prépondérant de Gadès dans le contrôle et le commerce de ces produits, mais aussi de la mise en place d’une production spécialisée, à la fois de salaisons répartie dans les différentes « usines » de la côte, mais aussi des contenants, et qui semble avoir fonctionné de manière intensive.

2. 3. Le développement d’une production amphorique locale

22En effet, ce qui caractérise aussi la période augustéenne est, dans les principaux domaines de production considérés, l’abandon d’anciennes formes de contenants traditionnels, comme les Manã C2b, le développement d’une production amphorique locale inspirée cette fois des modèles italiens et la mise en place par des glissements successifs d’une forme de production standardisée et caractéristique de tel ou tel produit dans le but d’en assurer par voie fluviale et maritime un transport et une commercialisation plus efficace.

  • 64 Voir Étienne, Mayet, 2000, p. 112 ; Lowe, 2009, p. 83. Il s’agit d’une amphore fusiforme, surmontée (...)
  • 65 Étienne, Mayet, 2000, p. 118-119. Cette importance des intérêts d’origine italique dans la producti (...)

23Pour ce qui concerne le vin de la Tarraconaise64, on voit succéder aux Dressel 1B de Tarraconaise et aux Tarraconaises/Léétaniennes 1, vers 50/40-30 av. J. -C. l’amphore Pascual 1, dont la production caractéristique de la période augustéenne s’arrête progressivement dès le règne de Tibère (fig. 3a). Ces amphores portent parfois des estampilles, comme celle de M. Porcius, constituées d’un, deux ou trois noms, qui renvoient souvent aux propriétaires de vignobles, confirmant ce que les fouilles ont parfois suggéré. Parmi ceux-ci se trouvent un certain nombre de colons originaires d’Italie, mais aussi de Narbonnaise, comme P. Usulenus Veiento et également de grands personnages proches ou liés à des proches d’Auguste, tel Cn. Lentulus Augur ou C. Mussidius Nepos65.

  • 66 Ces amphores Dr. 7-11, sont souvent réunies en un seul groupe parce que difficiles à distinguer les (...)

24Parallèlement, dans le même temps, se met en place dans les ateliers du sud de la Bétique la production d’une amphore spécifique pour transporter le vin de cette province. Il s’agit de l’Haltern 70 qui apparaît dans les années 60-50 av. J.-C., mais dont la diffusion s’intensifie fortement à l’époque augustéenne (fig. 4b). Cette amphore était souvent fabriquée dans les mêmes ateliers que ceux, qui à cette même époque, fabriquent de nouvelles amphores à sauce de poisson, les Dr. 7-8-9, qui sont les plus caractéristiques de cette période et ont laissé la place ensuite aux Dr.10-1166 (fig. 4c). La rareté des marques sur ces amphores et leur difficulté d’interprétation rend toutefois difficile toute analyse de l’organisation de la production.

  • 67 Étienne, Mayet, 2004, p. 63-65 préfèrent l’appellation Dr. 20 précoce. Voir aussi Lowe, 2009, p. 10 (...)
  • 68 Étienne, Mayet, 2004, II, n°  978.
  • 69 Lowe, 2009, p. 62.

25Pendant cette période qui correspond au début des exportations d’huile, celle-ci était transportée dans un prototype d’amphore Dr. 20, dérivé des amphores à huile tardo-républicaines de Brindes, appelées aussi Oberaden 83 ou Dr. 20 précoces. Ces amphores ont commencé à être produites vers 50 av. J.-C. et sont trouvées en relative abondance tout le long du Rhin, dans les camps d’Oberaden, Haltern, Essinlingen, Augst, vers 15 av. J.-C67 (fig. 3b). Ces premières amphores, sauf exception68, ne comportaient pas d’estampilles et il est plus difficile d’avoir une idée de l’organisation de leur production pour cette période. B. Lowe69, évoque toutefois la découverte d’un site de production dans la région de Huelva, à Pinguele, qui produisait également des H. 70, des Dr. 7-11 et des matériaux de construction.

26Mais si à l’époque augustéenne il semble se mettre en place et se développer par endroits de façon très active une économie d’exportation fondée sur un accroissement de la production de vin en Tarraconaise, d’huile autour de Cordoue, reposant elle-même sur la mise en place de nouveaux schémas d’organisation rurale, autour des villae et de complexes de production (leur étant plus ou moins liés ?), l’activité minière semble quant à elle avoir connu à ce moment une pause relative.

2. 4. Une pause dans l’activité minière ?

  • 70 Domergue, 1990, p. 199-200.
  • 71 Dion Cassius, LII, 28, 4.

27En effet, s’il est bien attesté que les mines de Carthagène ont cessé leur activité à la fin du ier s. av. J.-C., il semble aussi que plusieurs districts miniers de la Sierra Morena aient subi les conséquences des guerres civiles et aient été atteints dans leur activité. Pour C. Domergue70, en se fondant sur la stratigraphie d’un certain nombre de sites de la Sierra Morena, il apparaît que l’activité minière a connu alors un net ralentissement avant de connaître un redémarrage dans de nouvelles aires dès le règne de Tibère, ainsi que le montre le début de l’exploitation des mines d’or autour d’Astorga vers 15/20 apr. J.-C. Il interprète cette pause comme procédant d’une volonté de réflexion sur l’organisation à donner aux mines dans l’esprit du discours que Dion Cassius71 prête à Mécène, qui aurait insisté sur la nécessité désormais d’établir un budget, de recenser les sources de revenus publics au rang desquels il cite nommément les mines.

28Ainsi la période augustéenne apparaît-elle, dans le prolongement des expériences précédentes, comme une phase de mise en place, expérimentations de structures à la romaine, villae, complexes de production vinicoles, plus aptes à une augmentation des productions destinées à l’exportation. Parallèlement à la spécialisation régionale, de nouvelles formes d’amphores se sont développées, inspirées de modèles italiens et qualifiées pour transporter un certain type de produit. La période qui s’ouvre avec son successeur et court jusqu’à Vespasien voit dans une large mesure se consolider ces acquis. Cependant, sans doute, le souci de l’État de mieux contrôler des domaines essentiels comme les mines a conduit tout à la fois à l’émergence d’une nouvelle géographie minière comme à des modifications dans le mode d’exploitation. De même, corrélativement au développement croissant des exportations d’huile et de vin notamment, la production amphorique connaît des réorganisations qui tendent à la rendre plus indépendante du monde de la production agricole (villae et autres centres de production).

3. De Tibère au début de l’ère flavienne : consolidations et réorganisations

3. 1. Consolidations

29En matière de production des trois types de denrées alimentaires qui constituent notre principale source de documentation, l’époque qui s’ouvre avec le règne de Tibère pourrait être qualifiée d’époque de consolidation des tendances précédemment observées.

  • 72 Pline, NH, XIV, 30.
  • 73 Martial, Ep., I, 49, 21-22.
  • 74 Pline, NH, XIV, 71 et sur la localisation, voir Étienne et Mayet, 2000, p. 105.
  • 75 Étienne, Mayet 2000, p. 226-236.

30En matière de production vinicole, le vignoble de Tarraconaise apparaît dès lors organisé autour de quatre pôles, d’après le témoignage de Pline72 au début de l’époque flavienne et celui de Martial73 : autour de Tarraco, on produisait un vin de qualité ; en Léétanie, en quantité un vin rude et grossier ; autour de Sagonte également et autour de Lauro, localisé aujourd’hui dans le Vallès oriental, le vin était apprécié en Italie74. Ces vignobles alimentaient alors un commerce méditerranéen qui avait mis le cap sur Rome et l’Italie, comme l’attestent les fouilles du dépôt de la Longarina et les épaves75.

  • 76 Lowe, 2009, p. 118-120.

31Par ailleurs, vers le milieu du ier s. la viticulture semble s’être étendue vers la Navarre où on été mises à jour plusieurs villae avec installations vinicoles (cellae, pressoirs)76, ce qui pourrait être relié au développement minier du Nord-Ouest.

  • 77 Keay, 2000, p. 123-124.

32En Bétique, le développement de l’oléiculture se poursuit pendant cette période associé au développement de villae et d’autres petits établissements ruraux. Ainsi à Celti, les analyses de flore menées par l’équipe de S. Keay mettent bien en évidence l’importance de cette période dans la transformation des paysages77 (fig. 2c). Tandis que les céréales (blé et orge), prédominent dans les niveaux ibères, les olives prennent une place croissante à partir de l’époque néronienne et par la suite.

  • 78 Peña Cervantes, 2010, p. 280. Pres d’Antequera, une huilerie bien préservée a également été mise à (...)

33Par ailleurs les recherches de Y. Peña Cervantes sur les torcularia ont montré que cette culture s’était développée également dans d’autres régions que la vallée du Guadalquivir, autour d’Antequera et Malaga, mais aussi dans la cordillère sub-bétique et les montagnes autour de Jaén78. La région de Jaén a notamment livré un grand complexe qualifié d’industriel, daté du second tiers du ier s. avec six presses à levier travaillant simultanément (site de Cerro Lucerio). Il semble d’ailleurs que les établissements de ces régions n’étaient pas associés à des habitats résidentiels.

  • 79 Ponsich I, 1974; II, 1979; IV, 1991; Étienne, Mayet, 2004, p. 42-50.
  • 80 Cela est également mis en évidence par les épaves comme celle de Port-Vendres II à l’époque claudie (...)
  • 81 Liou, Tchernia, 1994.
  • 82 CIL XV, 3687; Chic García, 1988, p. 110.
  • 83 Helly et al., 1986, p. 138, n°  9.

34Comme l’a bien mis en évidence M. Ponsich, largement repris par R. Étienne et F. Mayet79, ce développement s’est accompagné de la mise en place tout le long du Baetis et du Genil d’une importante de production de Dr. 20 dont le tableau général avec une soixantaine de sites répertoriés est aujourd’hui bien connu. Pendant cette période, l’huile de Bétique, dont le transport alimentait toute une activité de batellerie sur le Baetis met, elle aussi, de façon plus importante le cap sur Rome, où elle commence à alimenter de façon plus conséquente le dépotoir d’amphores du Mont Testaccio80. Cependant, il reste difficile pour cette période de savoir qui se cache derrière ces producteurs d’huile. Les tituli picti δ qui renvoient selon l’interprétation la plus commune aux propriétaires producteurs81 sont peu nombreux. Si certains comme celui de Sisenna, trouvé sur un titulus du Castro Praetorio82, renvoient clairement à une origine italienne, la plupart, comme Iulius, trouvé sur un titulus de Vienne et daté des années 50-7083, ou Annius, sont d’interprétation trop incertaine, même si le premier pourrait renvoyer à une famille d’indigènes romanisés ayant reçu la citoyenneté de César et qu’il pourrait être tentant de voir dans le second un membre de la familia des Annii Veri. On peut seulement présumer qu’à côté de producteurs capables de réaliser des investissements importants, ait existé une catégorie de petits et moyens exploitants et qu’à côté de propriétaires italiens, les Turdétans romanisés aient vite compris le bénéfice qu’ils pouvaient tirer de cet investissement.

  • 84 Aussi bien d’après les épaves (Port Vendres II) que les fouilles d’Ostie par exemple, Panella, 1981 (...)
  • 85 La zone du détroit semble connaître encore un renforcement de sa capacité productive avec l’implant (...)
  • 86 Voir sur ces sites Lagóstena Barrios, 2001, p. 65 ; Edmondson, 1987, p. 265 et Étienne, Mayet, 2002 (...)

35Du côté des salaisons de poissons, qui constituent la part la plus importante des cargaisons expédiées84, la carte des établissements apparaît elle aussi fixée au milieu du ier s. et montre une extension de cette activité, à partir de l’épicentre de la baie de Cadiz et de la zone du Détroit, vers la côte sud, autour de Huelva, en Lusitanie et également vers Almeria85. En Lusitanie, cette activité s’est implantée autour de Faro, à l’embouchure du Tage, autour de Setubal, et de celle du Sado, où furent construites vers le milieu du ier s. les importantes usines de Tróia86.

  • 87 Edmondson, 1987, p. 135 ; Lagóstena Barrios, 2001, p. 76-120.
  • 88 Ibid, 1987, p. 132-134. Selon cet auteur, p. 267-268, une villa aurait pu se trouver dans les envir (...)
  • 89 Voir Lowe, 2009, p. 159.

36Là encore, nous n’avons que peu d’indications sur les producteurs et la propriété des usines. J. Edmondson87, suivi par L. Lagóstena Barrios, ont suggéré que notamment en Algarve un certain nombre d’usines devaient être associées à des villae engagées aussi bien dans une production agricole que piscicole. Par ailleurs, la capacité importante de certaines usines comme celles de Tróia, laissent penser à des investissements importants et J. Edmondson88 attire l’attention sur l’importante proportion d’affranchis hommes et femmes attestés sur les inscriptions de ce site qui auraient pu constituer une partie de la main-d’œuvre. Il est sûr en tout cas, qu’aux mains de divers types de propriétaires, cette activité devait faire travailler de nombreux pêcheurs qui disposaient peut-être là d’un siège pour leur corporation89.

3. 2. La transformation de l’organisation de la production des amphores : vers une autonomisation ?

37La consolidation de la production des denrées agricoles ou piscicoles et le renforcement des capacités productives constatées pour cette époque paraissent être allées de pair avec la mise en place d’une nouvelle organisation de l’activité amphorique qui paraît, tout en s’appuyant sur de nouvelles formes, se rendre plus autonome des domaines producteurs.

  • 90 Ces estampilles ont été trouvées majoritairement sur les épaves Sud-Lavezzi 3 et la Chrétienne H, v (...)
  • 91 Étienne, Mayet, 2000, p. 129-130.

38Pour ce qui concerne le vin de Tarraconaise, dès les dernières années du règne d’Auguste, mais surtout à partir du règne de Tibère, est produit un nouveau type d’amphore, la Dr. 2-4 inspirée d’une imitation italienne d’une amphore de Cos, elle-même imitée dans de nombreuses provinces après le changement d’ère (fig. 4a). D’une hauteur comprise entre 0,80 et 1,05 m, et d’un diamètre autour de 0,30 m, ces amphores se caractérisent par leur rapport poids/contenance tout à fait favorable : elles pesaient de 14 à 18 kg pour une contenance de 26/36 l (contre 23-24 kg pour 26 l pour une Dr. 1B). Cela permet de comprendre pourquoi elles ont évincé les modèles précédents. Ces amphores sont par ailleurs fréquemment estampillées. Ces estampilles se divisent en deux groupes, l’un avec des noms serviles datés des années 15 à 20/25 apr. J.-C90 auquel succède un groupe nettement plus important de timbres constitués de deux ou trois initiales pouvant représenter des duo ou tria nomina, mais n’indiquant plus clairement les noms des propriétaires de vignobles comme à l’époque augustéenne. Ces changements ont été interprétés comme le signe d’une transformation de l’organisation de la production qui en devenant « industrielle » se serait rendue progressivement plus ou moins indépendante des domaines viticoles91.

  • 92 Voir Étienne, Mayet, 2000, p. 99-120.
  • 93 Liou, Tchernia, 1994, p. 133-153, et Étienne, Mayet, 2004, p. 99-105. Pour quelques exemples et que (...)

39De même pour transporter l’huile de Bétique, c’est à l’époque de Claude que disparaît progressivement l’amphore Dr. 20 précoce pour laisser place à cette amphore à la panse nettement sphérique d’un diamètre compris entre à à 0,53 à 0,56 m et d’un poids de 28 kg environ, pouvant contenir entre 65-70 l d’huile (fig. 4b). De plus contrairement aux précédentes, ces amphores sont fréquemment timbrées, toujours sur la partie supérieure de l’anse. Sur l’épave Port-Vendres II, datée de 42-50 apr. J.-C., 207 timbres ont été trouvés et les amphores provenaient d’au moins douze officines. L’analyse de ces estampilles qui se présentent le plus souvent sous la forme de tria nomina plus ou moins abrégés, de duo nomina ou d’un nom unique (55, 62 %), soit sous la forme de tria nomina accompagnés d’un nom abrégé d’un autre individu, du nom d’un atelier (figlina ou officina) a suscité bien des débats, d’abord quant à leur interprétation92. S’il paraît admis aujourd’hui que ces timbres renvoient aux propriétaires d’ateliers d’amphores, l’étude des timbres les plus complets, datés de la deuxième moitié du ier s. apr. J.-C. permet de déceler une organisation très proche de celle des fabriques romaines avec un propriétaire d’atelier portant les tria nomina, des chefs d’ateliers, les officinatores (avec des duo ou tria nomina) qui dirigeaient des ouvriers potiers dont le cognomen apparaît seul parfois suivi de la lettre s(ervus). Les propriétaires pouvaient posséder plusieurs ateliers parfois en des lieux différents. L’analyse de ces timbres du ier s. montre aussi le plus souvent un monde de propriétaires d’ateliers globalement indépendants des propriétaires terriens, ce qui s’expliquerait notamment par la grande échelle de la production. Les liens avec le monde des marchands sont peu nombreux également, ce qui n’exclut pas çà et là des points de contacts93.

40Ainsi la période julio-claudienne en même temps qu’elle voit l’élaboration de contenants d’un bon rapport poids/contenance propre à l’exportation de grandes quantités de vin ou d’huile voit de même la naissance d’une activité de production amphorique plus autonome par rapport à la propriété foncière, et dont le nombre d’estampilles révèle aussi le caractère intensif.

  • 94 Ces efforts s’expriment aussi bien dans la construction du port d’Ostie que dans les mesures prises (...)

41Cette évolution parallèle à la consolidation de la capacité productive, dont les acteurs restent trop souvent dans l’ombre, voire aussi à son extension géographique s’est réalisée dans le contexte de la conquête du marché romain. On peut se demander si l’ampleur de ce dernier tout comme les efforts de Claude pour assurer un bon ravitaillement de la capitale94 n’ont pas été à l’origine de ces transformations.

42De la même façon, tandis que l’on observe également dans toutes les régions intérieures la diffusion de villae, quoique de manière moins concentrée (fig. 2c), le paysage minier connaît lui aussi d’importantes transformations avec la mise en exploitation de nouveaux secteurs et le souci croissant manifesté par l’État d’un contrôle plus strict de l’activité minière.

4. Vers une nouvelle géographie minière

  • 95 Strabon, III, 2, 10.
  • 96 Domergue, 1990, p. 330-331.
  • 97 Tacite, Annales, VI, 19, 1.

43L’exploitation des mines de la Sierra Morena connaît à cette époque un regain d’activité comme en témoignent les lingots trouvés sur l’épave Port Vendres II et ceux mis au jour plus récemment sur celle de Chipiona datée des années 25 apr. J.-C. Cette reprise liée à une privatisation des puits de mines, ainsi que le mentionne Strabon95, réalisée là encore par des Italiens, comme ce Rutilius mis au jour à Chipiona, mais aussi par des habitants de la campiña de Cordoue96, put être à l’origine de considérables fortunes, comme celle de Sextus Marius97. Cependant les transformations les plus notables résident dans la mise en exploitation des mines d’or du nord-ouest et du sud-ouest, dans le secteur de Rio Tinto, autour d’Aljustrel et de Saõ Domingo (fig. 1).

  • 98 Pline, NH, 33, 21, 78.
  • 99 Lowe, 2009, p. 102.
  • 100 Pline NH, 33, 70-78.
  • 101 Sánchez Palencia, 2000, p. 178-184.

44Dans le nord-ouest l’effort principal a porté sur la mise en exploitation de quartz aurifère de l’ère primaire s’étendant des Tras os Montes, au Portugal, vers l’ouest des Asturies en passant par la Galice ainsi que sur les dépôts d’alluvions aurifères du quaternaire. Un bilan de cette mise en exploitation est donné par Pline98, qui au début de l’époque flavienne, mentionne que les mines de Galice et des Asturies fournissaient 20 000 livres d’or par an, ce qui aurait représenté entre 5,5 et 7 % du revenu total de l’État romain99. Pline, qui fut d’ailleurs procurateur de Tarraconaise (entre 72 et 74) décrit également les deux formes d’exploitation principales qui coexistaient : extraction de l’or par le biais de mines à ciel ouvert ou de galeries. Il compare les techniques d’extraction employées, celle de la ruina montium (effondrement des montagnes) aux travaux de Géants100. Ces techniques qui nécessitaient de grandes quantités d’eau ont engendré des paysages spectaculaires comme à Las Medulas (Ponferrada, Leon)101, où l’on décèle la trace de nombreux canaux.

  • 102 Ibid., p. 253.
  • 103 Lowe, 2009, p. 106.
  • 104 Florus, II, 33, 60.

45F. Sanchez Palencia102 a montré que ces travaux de mise en valeur avaient également suscité dans ce secteur l’augmentation notable du nombre de noyaux de peuplement, passés de deux avant la conquête à plus de cinquante, et leur évolution interne. Les sites romains apparaissent plus petits que les anciens castros et caractérisés par une population dispersée. Ils semblent avoir été associés à des fonctions spécifiques. Certains concentrés dans les aires fertiles ont pu avoir essentiellement une fonction agricole, tandis que d’autres paraissent avoir été surtout liés à la métallurgie103. D’une façon générale, l’étroite imbrication que l’on décèle entre l’habitat et les chantiers peut illustrer les propos de Florus pour lequel c’est alors que les Astures apprirent à connaître les richesses de leur terre en les cherchant pour d’autres104.

46Dans ce secteur, du fait de son importance stratégique, soulignée par l’installation à proximité de trois légions, comme de l’ampleur des travaux nécessaires, les mines furent cette fois administrées directement par l’État.

  • 105 Pérez Macías et Delgado Domínguez, 2007, p. 134-135.
  • 106 Domergue, 1983.
  • 107 Edmondson, 1987, p. 38-39.

47Un autre secteur fut également mis en exploitation pendant cette période, celui du Rio Tinto, notamment autour du site du Cerro del Moro. Ces mines produisaient du plomb, de l’argent, de l’étain et on a mis leur mise en exploitation, à partir d’Auguste, sous contrôle militaire au moins au départ, en lien avec le ralentissement momentané de l’activité de la Sierra Morena105. La découverte des Tables de Bronze de Vipasca (Aljustrel), datées de l’époque d’Hadrien a accrédité l’idée que dès le départ ces mines avaient été mises en exploitation sous un régime de régie indirecte106. Comme semblent le montrer plusieurs lingots d’étain de Port Vendres II et l’épave de Ses Salines, les mines auraient été d’emblées exploitées par des entrepreneurs privés, mais sous contrôle d’un procurateur affranchi qui devait acheter leur production pour le compte de l’Etat107.

48Ainsi, au début de l’époque flavienne, la géographie minière s’est-elle considérablement étendue, en même temps que progressivement, comme en témoigne l’épisode de la confiscation des mines de Sextus Marius par Tibère, l’État semble accroître son contrôle sur la production, soit en prenant en charge lui-même l’exploitation, soit en tendant à développer des systèmes de régie indirecte supervisés par des procurateurs.

  • 108 Haley, 2003, p. 135-170 ; Des Boscs, 2005a, p. 106-144 et p. 287-297.

49Pour conclure, nous voudrions souligner trois points. D’abord, il est évident que toute la Péninsule n’a pas été concernée de la même façon par ces transformations. Cependant, si l’impulsion est venue du nord-est et a concerné au premier chef la vallée du Baetis et ses abords, la région du Détroit de Gibraltar, ainsi que les côtes sud et ouest de la Lusitanie, on observe que dans le courant du ier s., le phénomène de la villa s’est répandu pratiquement sur tout le territoire. Ensuite, dans ce processus d’élaboration d’une économie d’exportation active, si l’inspiration venue de l’Italie et le rôle des Italiens apparaissent primordiaux, les fouilles comme l’analyse des noms sur les lingots ou les timbres, mettent en évidence une participation des populations locales à différents niveaux qui ont su prendre le relais et tirer les fruits de ce développement exceptionnel. D’ailleurs, et pour finir, on peut s’interroger sur les liens existant entre ce dynamisme, ces transformations structurelles et l’émergence, à partir d’Auguste, de ce qu’E. Haley appelle une « middle-stratum » gravitant autour des élites municipales, ainsi d’une élite équestre puis sénatoriale aux effectifs croissants et de plus en plus influente à laquelle la dynastie flavienne allait donner toute sa place108 (fig. 5).

Fig. 1- Les grands secteurs de production au début de l’époque flavienne (vers 70 apr. J.-C.)

Fig. 1- Les grands secteurs de production au début de l’époque flavienne (vers 70 apr. J.-C.)

Fig. 2.- Les villae (d’après Gorges, 1979)

Fig. 2.- Les villae (d’après Gorges, 1979)

a- Époque républicaine ; b- Époque augustéenne ; c- Fin du ie siècle

Fig. 3- Amphores augustéennes (d’après Étienne et Mayet, 2000 et 2004)

Fig. 3- Amphores augustéennes (d’après Étienne et Mayet, 2000 et 2004)

a- Pascual 1 (vin de Tarraconaise) ; b- Dressel 20 précoce ou Oberaden 83 (huile de Bétique)

Fig. 4- Amphores d’époque Julio-claudienne (d’après Étienne et Mayet, 2000 et www.atlaspalm.fr/glossaire.html)

Fig. 4- Amphores d’époque Julio-claudienne (d’après Étienne et Mayet, 2000 et www.atlaspalm.fr/glossaire.html)

a- Amphores Dr 2-4 de Tarraconaise (vin) ; b- Dr. 20 (huile de Bétique) ; c- Haltern 70 (vin de Bétique) ; d- Dr. 7-11 (salaisons et sauces de poissons)

Fig. 5a - Économie et promotion des élites hispaniques

Fig. 5a - Économie et promotion des élites hispaniques

Part des produits espagnols sur le marché d'Ostie, d'après les amphores (tiré de Des Boscs, 2005a, p. 113).

Fig. 5b - Économie et promotion des élites hispaniques

Fig. 5b - Économie et promotion des élites hispaniques

Évolution des effectifs équestres et sénatoriaux (tiré de Des Boscs, 2005a, p. 113).

Haut de page

Bibliographie

Arévalo González, A. et Bernal Casasola, D., 2007, Los orígenes de la indústria pesquero-conservera en Baelo Claudia (ss. II-I a. C.), dans L. Lagóstena Barrios et al. (éd.), Cetariae 2005. Salsa y Salazones de pescado en Occidente durante la Antigüedad. Actas del Congreso Internacional (Cádiz, 2005), Barcelone, 2007, p. 79-91.

Barrandon, N., 2011, De la pacification à l’intégration des Hispaniques (133-27 a.C.), Bordeaux.

Bernal Casasola D., 2004, El taller de El Rinconcillo en la Bahia de Algerciras. El factor itálico y la economía de exportación (ss. I a. C.-I d. C.), dans D. Bernal Casasola et L. Lagóstena Barrios (éd.), Figlinae Baeticae. Talleres alfareros y producciones cerámicas en la Bética romana (ss. II a. C- VII d. C.), Bar International Series, 1266, vol. 2, Oxford, p. 589-606.

Blázquez Martínez, J. M., Domergue, C. et Sillières, P. (éd.), 2002, La Loba (Fuenteobejuna, Cordoue, Espagne). La mine et le village minier antiques, Bordeaux.

Brun, J.-P., 2004, Archéologie du vin et de l’huile dans l’Empire romain, Paris.

Chic García, G., 1985, Epigrafía anfórica de la Bética, t. I : Las marcas impresas en el barro sobre ánforas olearias, Séville.

Chic García, G., 1988, Epigrafía anfórica de la Bética, t. II : Los rótulos pintados sobre ánforas olearias. Consideraciones sobre la Annona, Séville.

Colls, D., Étienne, R., Lequément, R., Liou, B. et Mayet, Fr., 1977, L’épave Port-Vendres II et le commerce de la Bétique à l’époque de Claude, Archaeonautica, 1, Paris.

Corsi-Sciallano, M. et Liou, B., 1985, Les épaves de Tarraconaise à chargement d’amphores Dressel 2-4, Archaeonautica, 5, Paris.

Des Boscs, Fr., 2005a, Un parti hispanique à Rome ? Ascension des élites hispaniques et pouvoir politique à Rome d’Auguste à Hadrien (27 av. J.-C. -138 apr. J.-C.), Madrid.

Domergue, Cl., 1971, El Cerro del Plomo. Mina “El Centenillo” (Jaén), Noticiario Arqueológico Hispánico, 16, Madrid, p. 265-380.

Des Boscs, Fr., 2005b, Les patrimoines des sénateurs hispaniques sous le Haut-Empire : l’apport de l’épigraphie des amphores, Cahiers du centre Gustave Glotz, 16, p. 165-211.

Domergue, Cl., 1983, La mine antique d’Aljustrel (Portugal) et les tables de bronze de Vipasca, Paris.

Domergue, Cl., 1990, Les mines de la Péninsule Ibérique dans l’Antiquité romaine, CEFR 127, Rome.

Domergue, Cl., 1994, Production et commerce des métaux dans le monde romain : l’exemple des métaux hispaniques d’après l’épigraphie, dans Epigrafia della produzione e della distribuzione, Actes de la VIIe Rencontre franco-italienne sur l’épigraphie du monde romain (Rome, 5-6 juin 1992), Collection de l’École française de Rome, 193, Rome, p. 61-91.

Edmondson, J., 1987, Two industries in Roman Lusitania, Mining and Garum Production, BAR Int. Series 362, Oxford.

Étienne, R. et Mayet, Fr., 1994, À propos de l’amphore Dressel 1C de Belo, MCV, 30, 1, p. 131-138.

Étienne, R. et Mayet, Fr., 2000, Le vin hispanique, Trois clés de l’économie de l’Hispanie romaine, I, Paris.

Étienne, R. et Mayet, Fr., 2002, Salaisons et sauces de poisson hispaniques, Trois clés de l’économie de l’Hispanie romaine, II, Paris.

Étienne, R. et Mayet, Fr., 2004, L’huile hispanique, Trois clés de l’économie de l’Hispanie romaine, III, 2 vol. , Paris.

Fear, A. T., 1996, Rome and Baetica: Urbanization in Southern Spain, c. 50 BC-AD 150, Oxford.

Fernández Rodríguez, M. et García Bueno, C., 1993, La minería romana de época republicana en Sierra Morena : el poblado de Valderrepisa (Fuencaliente, Ciudad Real), MCV, 29, p. 25-50.

Fortó Gracia, A., Martínez Rodríguez, P. et Muñoz Rufo, V., 2005, El jaciment arqueològic de Ca l’Estrada (Canovelles), Lauro, 28, p. 5-16.

Gorges, J.-G., 1979, Les villas hispano-romaines. Inventaire et problématiques archéologiques, Paris.

Haley, E. W., 2003, Baetica Felix: People and Prosperity in Southern Spain from Caesar to Septimius Severus, Austin.

Helly, B., Le Bot-Helly, A. et Liou, B., 1986, Un dépôt d’amphores Dressel 20 à inscriptions peintes découvert à Sainte-Colombe (Rhône), Archaeonautica, 6, p. 121-145.

Hopkins, K., 1980, Taxes and Trade in the Roman Empire (200 BC-AD 400), JRS, 70, p. 101-125.

Keay, S., 2000, Celti-Peñaflor: The Archaeology of a Hispano-Roman Town in Baetica, survey and excavations 1987-1992, Oxford.

Keay, S., 2003, Recent archeological work in Roman Iberia (1990-2002), JRS, 93, p. 146‑211.

Lagóstena Barrios, L., 1996, La Alfarería romana en la bahía de Cádiz, Cadix.

Lagóstena Barrios, L., 2001, La producción de salsas y conservas de pescado en la Hispania Romana (II a.C-VI d.C), Colleció Instrumenta 11, Barcelone.

Lagóstena Barrios, L. et Bernal Casasola, D., 2004, Alfares y producciones cerámicas en la provincia de Cadíz. Balance y perspectivas, dans D. Bernal Casasola et L. Lagóstena Barrios (éd.), Figliane Baeticae. Talleres alfareros y producciones cerámicas en la Bética romana (ss. II a. C.-VII d. C.), BAR Int. Series 1266, Oxford.

Le Roux, P., 2010, La péninsule Ibérique aux époques romaines (fin du iiie s. av. n. è. - début du vie s. de n. è.), Paris.

Liou, B. et Tchernia, A., 1994, L’interprétation des inscriptions sur les amphores Dressel 20, dans Epigrafia della produzione e della distribuzione, Actes de la VIIe rencontre franco-italienne sur l’épigraphie du monde romain (Rome, 1992), Rome, p. 133-153.

Lowe, B., 2009, Roman Iberia. Economy, Society and Culture, Londres.

Olesti i Vilá, O., 1997, El origen de las villae romana en Cataluña (s. I a. C.), AEA, 70, p. 71-90.

Orejas, A. et Sastre, I., 1999, Fiscalité et organisation du territoire dans le Nord-Ouest de la péninsule Ibérique : civitates, tribut et ager mensura comprehensus, DHA, 25/1, p. 159-188.

Panella, C., 1981, La distribuzione e i mercati, dans A. Giardina et A. Schiavone (éd.), Società romana e produzione schiavistica, t. II, Merci, mercati e scambi nel Mediterraneo, Rome, p. 83-98.

Pascual Guasch, R., 1981, La evolución de las exportaciones béticas durante el Imperio, dans J.-M. Blázquez Martínez, Producción y comercio del aceite en la Antigüedad. I Congreso Internacional (Madrid, 1980), Madrid, p. 233-242.

Pavis d’Escurac, H., 1976, La préfecture de l’Annone : Service administratif impérial d’Auguste à Constantin, Rome.

Peña Cervantes, Y., 2010, Torcularia. La producción de vino y aceite en Hispania, Tarragone.

Pérez Macías, J. A. et Delgado Domínguez, A., 2007, Los metallas de Riotinto en época Julio-Claudia, dans J. A. Pérez Macías et A. Delgado Domínguez, Las minas de Riotinto en época Julio-Claudia, Huelva.

Ponsich, M., 1974, Implantation rurale antique sur le bas-Guadalquivir, t.I : Séville, Alcalá del Río, Lora del Río, Carmona, Madrid.

Ponsich, M., 1979, Implantation rurale antique sur le bas-Guadalquivir, t. II : La Campana, Palma del Río, Posadas, Madrid.

Ponsich, M., 1991, Implantation rurale antique sur le bas-Guadalquivir, t. IV : Ecija, Dos Hermanas, Los Palacios y Villafranca, Lebrija, Sanlucar de Barrameda, Madrid.

Remesal, J., 1997, Heeresversorgung und die wirtschaftlichen Beziehungen zwischen der Baetica und Germanien, Stuttgart.

Remesal, J., 1998, Baetican Olive Oil and the Roman Economy, dans S. Keay (éd.) The Archaeology of Early Roman Baetica, Portsmouth, p. 183-199.

Revilla Calvo, V., 1995, Producción cerámica, viticultura y propriedad rural en Hispania Tarraconensis (siglos I a.C. – III d.C.), Cuadernos de Arqueología, 8, Barcelone.

Revilla Calvo, V., 2004, Anforas y epigrafía anfórica en Hispania Tarraconensis, dans J. Remesal Rodríguez (éd.), Epigrafía anfórica, Coll. instrumenta 17, Barcelone, p. 159-196.

Rico, Chr. et Domergue, Cl., 2010, Nuevos documentos sobre el comercio de los metales hispánicos en la época romana. Los lingotes de Chipiona (Cádiz), Habis, 41, p. 143-184.

Sánchez Palencia, F. J., 2000, Las Médulas (León) : un paisaje cultural en la Asturia Augusta, Diputación de León, León.

Sillières, P., 1995, Baelo Claudia, une cité romaine de Bétique, Madrid.

Stylow, A. U., 2000, Epigraphische Miszellen aus der Provinz Jaén. V. Inschrift aus dem Bergbaubezirk von Castulo, dans Miscellanea Epigraphica in onore di Lidio Gasperini, II, Rome, p. 1021-1027.

Haut de page

Notes

1 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 5, 36, 3.

2 Strabon, III, 2, 4. Texte établi et traduit par F. Lassère, Paris, CUF, 1966.

3 Strabon, III, 2, 6.

4 Strabon, III, 2, 7.

5 Strabon, III, 2, 8.

6 À titre d’exemple, 9 colonies furent fondées par César ou Auguste dans la vallée du Baetis, grosso modo circonscrites dans le triangle Corduba-Astigi (Ecija)-Hispalis (Séville), formant ainsi un réseau qui quadrillait et contrôlait cette vallée fertile, dont les habitants avaient manifesté pendant les guerres civiles un assez fort sentiment pompéien. Voir Fear, 1996, p. 66-101. Par ailleurs, la Bétique comportait au début de l’époque flavienne, 10 municipes romains, 27 villes de droit latin ancien ; la Tarraconaise : 12 colonies, 13 villes de droit romain, 18 de droit latin ancien ; la Lusitanie : 5 colonies, un municipe romain et 3 villes de droit latin ancien, pour la plupart issus des promotions de la période césaro-augustéenne. Voir Le Roux, 2010, p. 76-77.

7 Strabon, III, 4,9 (le sparte) et III, 2, 6 (les laines) et III, 4, 10 (les jambons).

8 Strabon, III, 4, 16.

9 Polybe, 34, 8-11 et Strabon, III, 2, 10. Par ailleurs Domergue, 1990, p. 191, a relevé, pour la fin du iie s. jusqu’au milieu du ier s., 10 sites exploités dans cette zone.

10 Domergue, 1990, p. 182-193.

11 Ibid., p. 185-187.

12 Ibid., p. 190-191. On compte seulement deux sites mis en exploitation dans la ceinture pyriteuse du Sud-Ouest pour la même époque, celui de Riotinto et peut-être celui d’Aljustrel.

13 Par exemple ceux d’El Centenillo, Diogenès et Valderrepisa. Sur ces sites, voir respectivement Domergue, MCV, 3, 1967, p. 29-81 ; Id., Noticiario Arqueologico Hispánico, 16, 1971, p. 265-380 et Fernández Rodriguez M. et C. García Bueno, MCV, 29-1, 1993, p. 26-50.

14 Domergue, 1990, p. 359-360.

15 Blázquez Martínez et al., 2002, p. 393-394. Le mobilier archéologique (amphores D.1, céramique à vernis noir de Cales, lampes à huile du Latium, Campanie, etc.) montre qu’à La Loba les produits italiens se taillaient la part du lion.

16 Domergue, 1990, p. 266-267.

17 Ibid., p. 262-263. En se fondant sur le développement du S. mentionné sur les estampilles des lingots en S(ocietas), Cl. Domergue a mis en évidence que cinq societates opéraient ainsi à cette époque dans ce secteur. En leur sein, la S(ocietas) C(astulonensis) paraît avoir eu une importance particulière. Elle contrôlait la mine d’El Centenillo et la fonderie de Fuente Espí autour de Castulo, mais aussi des mines dispersées sur une aire plus vaste, autour de Posadas et de Sta Eufemia.

18 Blázquez Martinez et al., 2002, p. 397.

19 Orejas, Sastre, 1999. En s’appuyant sur plusieurs spécialistes du droit romain, ces auteurs considèrent que, si l’imperium du peuple romain s’exerce sur tout le sol provincial, ce dernier n’est pas entièrement ager publicus ; une partie échappait donc au dominium du populus romanus. Ceci expliquerait qu’à certaines périodes des territoires miniers d’Hispanie aient pu être la propriété de cités (Carthago Nova ou un peu plus tard, la colonia Augusta Firma Astigi) ou de particuliers.

20 Ainsi Tacite évoque, pour l’époque de Tibère, les mines de Sextus Marius (Tacite, Annales, VI, 19) et Pline, HN, 34, 165, le metallum Antonianum et le metallum Samariense.

21 Stylow, 2000.

22 Strabon, III, 2, 9.

23 Strabon, II, 3, 4.

24 Strabon, III, 1,8.

25 Id., III, 4, 2 et III, 4, 6

26 Lowe, 2009, p. 80-81.

27 Strabon, III, 5, 3.

28 Lagóstena Barrios, 2001, p. 108.

29 Árevalo González et Bernal Casasola, 2007, p. 86-87.

30 Sillières, 1995 ; Lowe, 2009, p. 83.

31 Lagóstena Barrios et al., 2004, p. 62-66 et p. 75 ; Bernal Casasola, 2004, p. 591-600.

32 Etienne, Mayet, 1994, p. 132-135 et 2002, p. 116-118.

33 Il s’agit principalement de l’épave Le Titan trouvée aux abords de Hyères (Var) et datée de 50-45 av. J.-C. et de celle du Grand Congloué 3 (Marseille), datée du milieu du ier s. av. J.-C. Sur la filiation des Dr. 12 avec les Dr 1C et les marques S. C. G., voir Etienne, Mayet, 2002, p. 113-120.

34 Haley, 2003, p. 20-21 ; Barrandon, 2011, p. 72-73.

35 Selon Keay, 2003, p. 160, une inscription sur un sol de mosaïque de La Cabañeta (Burgo de Ebro), donne les noms latins de deux magistri, ce qui suggère la présence d’un conventus civium romanorum ou d’un groupe informel de citoyens romains. Et c’est sans doute la présence de telles petites communautés qui a dû stimuler la demande de produits italiens (campanienne A notamment).

36 Plusieurs opérations menées dans la vallée de l’Èbre et en Catalogne ont suggéré que les schémas de peuplement s’étaient progressivement modifiés à partir de la fin du iie s. av. J.-C. Ainsi à Iluro (Mataro), Baetulo (Badalona), Iesso (Guissona), Aeso (Isona), et Olérdola, les populations se sont progressivement établies dans des sites ruraux de plaine plus favorables à l’agriculture et aux activités commerciales. Voir Lowe, 2009, p. 57-58.

37 Hopkins, 1980, p. 101-102.

38 Lowe, 2009, p. 54-55.

39 Fortó Gracia et al., 2005, p. 10-12.

40 Revilla Calvo, 2004, p. 189-190.

41 César, Bellum civile, I, 86-87.

42 Olesti i Vilà, 1997, p. 81-82.

43 Il s’agit des villae de Mas Gusó, Can Marti, El Moro, Can Massot et Can Terres.

44 Il est hors de notre propos de mentionner tous ces travaux, dont une synthèse peut se trouver dans Des Boscs, 2005a, p. 106-116. Citons pour mémoire Colls et al., 1977 ; Panella, 1981 ; Pascual Guasch, 1981.

45 Chic Garcia, 1985, p. 277-299.

46 Remesal, 1997, p. 12-21 et p. 64 et Haley, 2003, p. 43 et n. 41 sont favorables à cette vision des choses que rejetait Pavis d’Escurac, 1976, p. 166-188.

47 Haley, 2003, p. 2-3.

48 Columelle, De re rustica, 3, 3, 3 ; 3, 9, 2 ; 12, 21, 4-5 ; 7, 2, 7. Columelle, originaire de la région de Jeréz de la Frontera (municipium Ceretanum) nous informe ainsi que son domaine andalou de Caere était consacré essentiellement aux pâturages et aux forêts qui répondaient au mieux aux intérêts de leur propriétaire ave un revenu de cent sesterces par jugère. De même, son oncle produisait deux vins de qualité différente selon les potentialités des lieux et allait acheter en Tingitane des béliers au pelage magnifique pour faire couvrir ses brebis et en obtenir une meilleure laine.

49 Strabon, III, 2, 14 à propos des Turdétans entièrement convertis au genre de vie des Romains et qui ne se souviennent même pas de leur propre langue, chose qu’ont faite également une partie des Ibères et même les Celtibères qui étaient considérés autrefois comme les plus sauvages de tous ; et aussi III, 4, 20, à propos du troisième légat de Tarraconaise qui à l’époque d’Auguste surveille l’intérieur et protège les intérêts de ceux que l’on appelle déjà togati, comme pour signifier que leur caractère pacifique, ainsi que l’adoption de moeurs douces et d’un genre de vie modelé sur celui des Italiens, va de pair avec le port de la toge.

50 Peña Cervantes, 2011, p. 275 note que le coût de ces installations allait de pair avec une production importante.

51 Remesal, 1998, p. 188, en se fondant sur le nombre important de municipalités dans cette zone, et la nécessité consécutive d’un nombre important de propriétaires fonciers afin de constituer l’assise de l’ordo municipalis suggère l’existence d’une réalité sociale complexe autour de la production de l’huile, associant des propriétaires aux capacités différentes (avec et sans installations de presse), mais aussi peut-être des propriétaires de moulins indépendants et des intermédiaires de l’huile achetant les olives et les faisant presser par d’autres.

52 Lowe, 2009, p. 87-98.

53 Brun, 2004, p. 272-273.

54 Ibid., p. 270-271.

55 Peña Cervantes, 2010, p. 279.

56 Brun, 2004, p. 271-272 qui ne donne pas la référence complète de sa source.

57 Une douzaine d’exemples a été relevée par Lowe, 2009, p. 91-92.

58 Brun, 2004, p. 271.

59 Lowe, 2009, p. 101-102.

60 Ponsich, 1974, p. 217-227 et fig. 86 et 88.

61 Lagóstena Barrios, 1996, p. 39 ; et Lagóstena Barrios, Bernal Casasola, 2004, p. 62.

62 Ibid., p. 57.

63 Lowe, 2009, p. 112-113.

64 Voir Étienne, Mayet, 2000, p. 112 ; Lowe, 2009, p. 83. Il s’agit d’une amphore fusiforme, surmontée d’un col étroit dans sa partie centrale.

65 Étienne, Mayet, 2000, p. 118-119. Cette importance des intérêts d’origine italique dans la production des amphores et la propriété des vignobles se retrouve dans les amphores Oberaden 74, peu nombreuses, dont la production a également débuté sous Auguste.

66 Ces amphores Dr. 7-11, sont souvent réunies en un seul groupe parce que difficiles à distinguer les unes des autres quand on ne recueille que des fragments (Étienne, Mayet, 2002, p. 122-126).

67 Étienne, Mayet, 2004, p. 63-65 préfèrent l’appellation Dr. 20 précoce. Voir aussi Lowe, 2009, p. 101.

68 Étienne, Mayet, 2004, II, n°  978.

69 Lowe, 2009, p. 62.

70 Domergue, 1990, p. 199-200.

71 Dion Cassius, LII, 28, 4.

72 Pline, NH, XIV, 30.

73 Martial, Ep., I, 49, 21-22.

74 Pline, NH, XIV, 71 et sur la localisation, voir Étienne et Mayet, 2000, p. 105.

75 Étienne, Mayet 2000, p. 226-236.

76 Lowe, 2009, p. 118-120.

77 Keay, 2000, p. 123-124.

78 Peña Cervantes, 2010, p. 280. Pres d’Antequera, une huilerie bien préservée a également été mise à jour, qui a fonctionné entre le deuxième quart du ier s. et la fin du iie s, et dans laquelle les trois phases de préparation des olives sont bien visibles (Lowe, 2009, p. 125).

79 Ponsich I, 1974; II, 1979; IV, 1991; Étienne, Mayet, 2004, p. 42-50.

80 Cela est également mis en évidence par les épaves comme celle de Port-Vendres II à l’époque claudienne et celle de Culip IV, datée de 69-79 apr. J.-C.

81 Liou, Tchernia, 1994.

82 CIL XV, 3687; Chic García, 1988, p. 110.

83 Helly et al., 1986, p. 138, n°  9.

84 Aussi bien d’après les épaves (Port Vendres II) que les fouilles d’Ostie par exemple, Panella, 1981, pl. XV.)

85 La zone du détroit semble connaître encore un renforcement de sa capacité productive avec l’implantation de nouvelles usines dont certaines semblent associées à des villae (Lowe, 2009, p. 142-143) autour de Carteia. Autour de Huelva, Lagóstena Barrios, 2001, p. 95-121, a répertorié au moins six nouvelles unités.

86 Voir sur ces sites Lagóstena Barrios, 2001, p. 65 ; Edmondson, 1987, p. 265 et Étienne, Mayet, 2002, p. 75-84.

87 Edmondson, 1987, p. 135 ; Lagóstena Barrios, 2001, p. 76-120.

88 Ibid, 1987, p. 132-134. Selon cet auteur, p. 267-268, une villa aurait pu se trouver dans les environs (découverte de thermes avec des restes de stuc et de mosaïques à proximité).

89 Voir Lowe, 2009, p. 159.

90 Ces estampilles ont été trouvées majoritairement sur les épaves Sud-Lavezzi 3 et la Chrétienne H, voir Corsi- Sciallano, Liou, 1985, p. 165-167.

91 Étienne, Mayet, 2000, p. 129-130.

92 Voir Étienne, Mayet, 2000, p. 99-120.

93 Liou, Tchernia, 1994, p. 133-153, et Étienne, Mayet, 2004, p. 99-105. Pour quelques exemples et quelques tentatives d’identification avec des membres de l’élite sénatoriale en cours d’émergence, voir Des Boscs, 2005b, p. 181-192.

94 Ces efforts s’expriment aussi bien dans la construction du port d’Ostie que dans les mesures prises en faveur des naviculaires et négociants selon Suétone, Claud., 18.

95 Strabon, III, 2, 10.

96 Domergue, 1990, p. 330-331.

97 Tacite, Annales, VI, 19, 1.

98 Pline, NH, 33, 21, 78.

99 Lowe, 2009, p. 102.

100 Pline NH, 33, 70-78.

101 Sánchez Palencia, 2000, p. 178-184.

102 Ibid., p. 253.

103 Lowe, 2009, p. 106.

104 Florus, II, 33, 60.

105 Pérez Macías et Delgado Domínguez, 2007, p. 134-135.

106 Domergue, 1983.

107 Edmondson, 1987, p. 38-39.

108 Haley, 2003, p. 135-170 ; Des Boscs, 2005a, p. 106-144 et p. 287-297.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1- Les grands secteurs de production au début de l’époque flavienne (vers 70 apr. J.-C.)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 2.- Les villae (d’après Gorges, 1979)
Légende a- Époque républicaine ; b- Époque augustéenne ; c- Fin du ie siècle
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1234/img-2.png
Fichier image/png, 356k
Titre Fig. 3- Amphores augustéennes (d’après Étienne et Mayet, 2000 et 2004)
Légende a- Pascual 1 (vin de Tarraconaise) ; b- Dressel 20 précoce ou Oberaden 83 (huile de Bétique)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1234/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 4- Amphores d’époque Julio-claudienne (d’après Étienne et Mayet, 2000 et www.atlaspalm.fr/glossaire.html)
Légende a- Amphores Dr 2-4 de Tarraconaise (vin) ; b- Dr. 20 (huile de Bétique) ; c- Haltern 70 (vin de Bétique) ; d- Dr. 7-11 (salaisons et sauces de poissons)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1234/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 5a - Économie et promotion des élites hispaniques
Légende Part des produits espagnols sur le marché d'Ostie, d'après les amphores (tiré de Des Boscs, 2005a, p. 113).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1234/img-5.png
Fichier image/png, 118k
Titre Fig. 5b - Économie et promotion des élites hispaniques
Légende Évolution des effectifs équestres et sénatoriaux (tiré de Des Boscs, 2005a, p. 113).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1234/img-6.png
Fichier image/png, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Des Boscs, « Les transformations économiques de la péninsule Ibérique (70 av. J.-C.-73 apr. J.-C.) : productions et structures », Pallas, 96 | 2014, 167-192.

Référence électronique

Françoise Des Boscs, « Les transformations économiques de la péninsule Ibérique (70 av. J.-C.-73 apr. J.-C.) : productions et structures », Pallas [En ligne], 96 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://pallas.revues.org/1234 ; DOI : 10.4000/pallas.1234

Haut de page

Auteur

Françoise Des Boscs

Maître de Conférences d’histoire romaine
Université de Pau et des Pays de l’Adour
ITEM EA 302
francoise.desboscs@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org