Navigation – Plan du site

Les Romains et la Grèce égéenne du ier s. av. J.-C. au ier s. apr. J.-C. : un monde en transition ?

The Romans and Aegean Greece from the 1st c. B.C. to the 1st c. A.D.: a changing world?
Christel Müller
p. 193-216

Résumés

On doit à Horace le célèbre vers sur la Grèce captive (Graecia capta) « qui fit prisonnier son sauvage vainqueur et apporta les arts dans le rustique Latium ». Bien des siècles après, en 1993, c’est également le titre adopté par Susan Alcock pour son livre sur les Landscapes of Roman Greece, l’un des rares ouvrages entièrement consacrés à la Grèce continentale et insulaire à l’époque romaine. Depuis vingt ans, les travaux sur ce domaine ont changé de perspective à plusieurs égards, l’accent étant mis désormais sur les réponses apportées localement par les Grecs à la présence romaine, à la fois dans le quotidien de leur existence et dans les représentations qu’ils avaient de Rome. Telle est ici la problématique adoptée pour une présentation en trois parties consacrées, pour la province d’Achaïe, aux territoires (destructions, remodelages territoriaux, colonies et cités), aux formes institutionnelles (formation de la province, administration provinciale, confédérations) et aux sociétés civiques (Italiens et élites grecques, présence statuaire et culte impérial).

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier Frédéric Hurlet de sa relecture attentive, qui a contribué en particulier à l’amélioration des passages consacrés aux res Romanae.

  • 2 Horace, Ep. 2.1. v. 156-157 : Graecia capta ferum victorem cepit et artes intulit agresti Latio.

1C’est à Horace que l’on doit le célèbre vers sur la Grèce captive (Graecia capta) « qui fit prisonnier son sauvage vainqueur et apporta les arts dans le rustique Latium »2. Bien des siècles après, en 1993, c’est également le titre adopté par Susan Alcock pour son livre sur les Landscapes of Roman Greece, l’un des rares ouvrages entièrement consacrés à la Grèce continentale et insulaire, la vieille Grèce, entre le iie s. av. J.-C. et le iiie s. apr. J.-C. Cette Grèce captive est celle d’un paradoxe, rappelé par Alcock : d’un côté, elle offre l’image, célébrée dès l’Antiquité, d’une supériorité culturelle incontestée, de l’autre, celle d’une terre en déclin.

  • 3 Picard, 2010, p. 189.
  • 4 Ce sont, par ex., les limites chronologiques de l’ouvrage d’Alcock, 1993, qui se fonde sur les résu (...)

2Le premier problème délicat rencontré par l’historien de cette Grèce tardive est celui de la chronologie. Les limites assignées à l’étude du monde romain pour ce nouveau programme ne sauraient être au mieux ici que des bornes arbitraires entre lesquelles se déroule une « tranche chronologique » permettant l’observation de tel ou tel phénomène spécifique. D’autres limites sont plus concevables et généralement retenues. En amont, le deuxième tiers du iie s. av. J.-C. constitue une rupture pour plusieurs raisons : c’est d’abord « la fin d’un monde multipolaire » et l’avènement d’un « nouvel ordre »3 ; c’est d’autre part le moment où émerge une forme de violence militaire inédite dans la manière dont les Grecs furent traités, en particulier après la bataille de Pydna en 168. En aval, le Haut-Empire est souvent englobé dans sa totalité jusqu’à la date de 212 apr. J.-C. et l’Édit de Caracalla, car les éléments de continuité ne sont pas rares dans le domaine de l’histoire sociale ou de la culture matérielle4. Pourtant, nous sommes aujourd’hui très loin de ce cadre de quatre siècles et il faut donc trouver d’autres repères, qui seront donc au ier s. av. J.-C., les lendemains de la première guerre mithridatique (88-85 av. J.-C.), et au ier s. apr. J.-C. le retour de l’Achaïe au statut provincial sous Vespasien après l’octroi de la liberté par Néron en 67 apr. J.-C. Mais je n’hésiterai pas à faire quelques rappels sur la situation antérieure à 88, car la basse époque hellénistique (ou époque tardo-républicaine) présente une unité politique particulière.

3Sur le plan historiographique, la Grèce romaine a largement été dédaignée, car elle aurait été, selon les historiens du xixe et d’une grande partie du xxe s., celle du déclin, au moins depuis le milieu du iie s. av. J.-C., si ce n’est depuis l’avènement d’Alexandre le Grand. Pendant longtemps, cette histoire n’a donc occupé qu’une place marginale, voire sommaire, dans de vastes sommes consacrées à l’empire et aux provinces de Rome. Autre spécificité de cette histoire : elle a souvent été écrite par des spécialistes de Rome, autrement dit avec une perspective qui ne pouvait qu’être celle du vainqueur. C’est encore le cas de l’excellent livre de Jean-Louis Ferrary, Philhellénisme et impérialisme en 1988, qui porte sur le iie s. av. J.-C. et est écrit du point de vue du centre, quoique avec une compréhension fine des deux mondes concernés dans leur interaction idéologique au sens large. La recherche des processus d’acculturation par lesquels les Romains auraient progressivement dominé et unifié leur empire a donné lieu, par ailleurs, à l’élaboration du concept de « romanisation » qui a fait florès, pour le monde grec, dans les années 1980/1990.

  • 5 Alcock, 1993, p. 5.
  • 6 Voir les réserves de Rousset, 2004.

4L’influence (indirecte ici) des études postcoloniales a permis, cependant, l’émergence progressive d’un autre regard sur les populations dominées par Rome et sur la complexité des identités forgées dans les sociétés soumises à un pouvoir impérial. Le corollaire de ce type d’études sur le plan de la culture matérielle a été l’attention portée à ce que Susan Alcock appelle, dans son ouvrage, « l’archéologie de l’impérialisme »5, perspective fondée sur l’analyse des périphéries par rapport au centre, mais aussi sur la place de chacune de ces périphéries, ici l’Achaïe, au sein d’un ensemble beaucoup plus vaste formant l’empire romain. On ne saurait sous-estimer, même s’il n’a pas fait l’unanimité en France6, l’importance de cet ouvrage qui a donné un visage à la Grèce romaine et a constitué une pierre angulaire de ces études.

  • 7 Kantirea, 2007 et Fournier, 2010.
  • 8 Müller, 2002 ; Fröhlich, Müller, 2005 ; Fröhlich, Hamon, 2013.

5Depuis vingt ans, les travaux sur ce domaine ont ainsi changé de perspective à plusieurs égards, l’accent étant mis désormais sur les réponses apportées localement par les Grecs à la présence romaine, à la fois dans le quotidien de leur existence et dans les représentations qu’ils avaient de Rome. C’est le cas de plusieurs thèses récentes, celle de Maria Kantirea sur le culte impérial ou de Julien Fournier sur le système judiciaire7, mais aussi des travaux menés à l’initiative d’Athanase Rizakis dans des domaines aussi variés que les territoires des colonies, l’onomastique latine ou la question de la mobilité sociale et statutaire dans le monde grec d’époque romaine. Il faut également mentionner les études menées en France depuis plus de vingt ans par les épigraphistes qui travaillent sur la basse époque hellénistique et le début de l’époque impériale et qui ont abouti à plusieurs volumes de synthèse sur les Italiens dans le monde égéen ou l’évolution des sociétés civiques8. Le plus frappant, dans ce type d’études, est le peu de place occupé aujourd’hui par la question de la romanisation, tant le sens accordé au terme s’est modifié au fil du temps et diffère selon les historiens : de toute évidence, ce concept implique une vision unitaire d’un phénomène accompagnant l’impérialisme romain et ne s’accorde donc que difficilement avec les perspectives locales ou régionales multiples désormais de mise. Il convient, à cet égard, de ne pas oublier que « la Grèce » n’existe pas, malgré le vers d’Horace, et que les Romains ont d’abord rencontré, outre les Confédérations, de multiples petites entités appelées poleis, parmi lesquelles Athènes et Sparte occupaient une place particulière dans la représentation qu’ils avaient de cet espace.

6La question qui est la mienne aujourd’hui, au terme de ce bref parcours historiographique, est ainsi celle de savoir comment les Grecs, dans le domaine politique et institutionnel au sens large, se sont accommodés (ou non) de la présence romaine. Je tâcherai de répondre à cette question en trois points consacrés aux territoires, aux institutions provinciales et aux sociétés civiques, tout en abordant la question de la transition entre République et Principat à propos de cette aire géographique.

1. Territoires

1. 1. Destructions, ponctions et redistributions territoriales de la première guerre mithridatique à la bataille d’Actium

  • 9 Plut., Syll., 14.
  • 10 C’est ce que permet de supposer la lex Gabinia Calpurnia de 58 av. J.-C.: Nicolet, 1980.

7Le demi-siècle qui s’étend de 88 à 31 av. J.-C. fut un moment particulièrement difficile pour le monde grec égéen, qui connut différents types d’agressions de la part des Romains et de leurs adversaires. L’un des épisodes les plus dramatiques fut, entre 88 et 86, la première guerre mithridatique, c’est-à-dire la guerre entre les Romains et le roi du Pont, Mithridate VI Eupator, qui se transporta alors d’Asie en Grèce. A cette occasion, les cités prirent des partis différents qui leur valurent des sorts dissemblables : la Béotie maintint sa tradition d’hostilité aux Romains et Athènes choisit elle aussi Mithridate, tandis que l’île de Délos, l’une de ses dépendances territoriales, resta fidèle à Rome. Un épisode particulièrement douloureux fut, en 87/6 av. J.-C., le siège d’Athènes par Sylla, qui se solda par un immense massacre9. Les conséquences en furent terribles, à cause du nombre de victimes, mais aussi de la perte de métal précieux et d’œuvres d’art emportées comme butin. Le pillage de la ville n’entraîna pas, cependant, la destruction générale des bâtiments ; les Athéniens ne furent pas non plus autrement châtiés et ne perdirent pas Délos, mais seulement les revenus que l’île leur procurait et qui furent désormais affectés au peuple romain10.

  • 11 IG IV2 1, 66.
  • 12 Migeotte, 1984, n°  24.

8Le passage permanent des légions sur le sol grec fut l’occasion de déprédations diverses que les sources relatent en abondance. Les cités faisaient ce qu’elles pouvaient, dans ces cas-là, pour éviter d’avoir à héberger des troupes, comme en témoigne une inscription d’Epidaure de 74 av. J.-C.11, où l’on voit l’agitation provoquée par ce genre de visite non désirée. La dégradation de la situation permit de véritables exactions financières menées par des prêteurs d’argent bien peu scrupuleux, tels les frères Cloatii à Gytheion en 71 av. J.-C., qui furent honorés par la cité pour avoir consenti un taux d’intérêt préférentiel de 24 % au lieu de 48 % !12 La Grèce fut également touchée par l’activité des pirates au ier s. av. J.-C. Elle fut, à ce titre, incluse dans le domaine de compétence de Pompée lorsqu’il obtint en 67 un imperium extraordinaire sur l’ensemble de la Méditerranée et de son littoral, qui permit sa victoire.

  • 13 Cic., Ad Att. 9.9.
  • 14 Plut., Brut. 8.
  • 15 Plut., Ant. 68. 7.

9Le point culminant de ces mauvais traitements fut atteint pendant les guerres civiles romaines, alors que les Grecs firent très souvent, une fois encore, des choix erronés entre les belligérants. Ces guerres se déroulèrent en grande partie sur le sol grec et opposèrent successivement Pompée à César avec la bataille de Pharsale en 48 ; puis les meurtriers de César, Brutus et Cassius, à Antoine et Octavien avec la bataille de Philippes en 42 ; et, enfin, Antoine à Octavien avec la bataille d’Actium au large de l’Épire en 31. Durant ces guerres, les Grecs furent largement ponctionnés par les imperatores romains, comme le souligne en 49 Cicéron dans une lettre à Atticus où il évoque les difficultés économiques de l’Épire résultant de ces conflits13. La situation fut la même en Thessalie, libre et alliée de Rome : la Thessalie du Sud refusa de nourrir les armées de César, mais celui-ci résolut son problème en prenant d’assaut et en pillant une cité qui lui résistait, celle de Gomphoi. La cité de Mégare connut le même sort, alors qu’elle tentait de s’opposer au vainqueur et lâcha sur les assaillants des lions appartenant à Cassius, futur meurtrier de César, qui s’attaquèrent aux Mégariens au lieu de s’en prendre à leurs adversaires14. Il fallut ensuite financer les campagnes d’Antoine entre 42 et 32, ce qui fut une véritable épreuve pour tous les Grecs. Plutarque évoque de manière saisissante les ponctions en argent, grain, esclaves ou bêtes de somme, que son aïeul Nicarchos avait eu à endurer juste avant que la victoire remportée par Octavien en 31 ne vînt libérer sa cité natale, Chéronée15.

  • 16 Sur cette pratique, voir Bertrand, 1987.
  • 17 Plut., Syll. 19.12 ; Paus. 9.7.

10Dernier type de mesure qui mit la Grèce à mal : la pratique de l’adtributio16, c’est-à-dire la confiscation de territoires, puis leur redistribution à des alliés fidèles. L’un des cas les plus célèbres avait été dès le iie s. av. J.-C. celui de l’île de Délos donnée en cadeau à Athènes en 167 à la demande de celle-ci. Mais la pratique se poursuivit au Ier s. av. J.-C. Après le siège et la prise d’Athènes ainsi que la destruction du Pirée, Sylla porta la guerre en Béotie et priva les Thébains, malgré leur revirement tardif en faveur de Rome, de la moitié de leur territoire au profit des sanctuaires d’Olympie et de Delphes17. De même, après la bataille de Philippes en 42, Antoine distribua plusieurs îles des Cyclades à Rhodes et à Athènes qui récupéra Egine, Ikos, Kéos, Skiathos et Péparéthos.

  • 18 Voir Alcock, 1993, p. 14.

11À la fin du ier s. av. J.-C., les cités grecques se trouvaient donc dans une situation de récession profonde en particulier sur le plan économique, même si la dévastation ne fut ni générale, ni nécessairement longue, comme l’ont montré les résultats des prospections archéologiques18. Les premières mesures destinées à rétablir la prospérité démographique et économique sont dues à César en 44 av. J.-C., mais c’est avec Octavien qu’elles se concrétisèrent réellement. La bataille d’Actium et la formation consécutive de la province d’Achaïe signalent donc, pour les Grecs, le début d’une ère nouvelle, marquée comme ailleurs par la pax Romana et une existence paisible sur le long terme aussi bien au sein de la province que dans les relations avec les voisins. C’est bien là une rupture majeure.

1. 2. Le remodelage des territoires : Corinthe, Patras et Nicopolis

  • 19 Aen., 3, v. 280 ; D.H., 1.50.4.

12L’une des actions les plus marquantes des nouveaux maîtres de la Grèce fut l’implantation de villes nouvelles ou résultant de refondations (Fig. 1). Trois colonies furent installées en terre grecque : Dymè, Corinthe et Patras, ainsi qu’une cité de type grec, Nicopolis. Ces fondations furent pour l’essentiel l’œuvre de César et d’Auguste, avec cependant des tonalités différentes. Avec Auguste, en effet, les fondations acquirent un contenu idéologique nouveau par le rappel de la parenté entre l’Occident latin et l’Orient grec. Le rivage d’Actium est ainsi considéré par Virgile et Denys d’Halicarnasse comme une escale dans les tribulations d’Enée19. Ces fondations entraînèrent un remodelage considérable à la fois des territoires et des hiérarchies sociales et méritent un examen en regard les unes des autres.

  • 20 Strabon, 8.6.23.
  • 21 Cic., Agr., 1. 5.

13Au chapitre des recréations les plus spectaculaires, on citera celle de Corinthe, refondée en 44 av. J.-C. Il faut ici rappeler que la destruction de la cité par L. Mummius Achaicus en 146 avait constitué l’un des épisodes les plus violents de la guerre d’Achaïe (147/6 av. J.-C.) et était restée dans les mémoires à cause de sa brutalité, mais aussi parce qu’il avait emporté de nombreuses œuvres d’art. Le territoire de Corinthe avait été confisqué et transformé en ager publicus et une partie de celui-ci ainsi que les propriétés des chefs ayant résisté aux Romains redistribuées à d’autres cités plus fidèles, comme celle de Sicyone20 ; en 111, une loi agraire divisa le territoire, semble-t-il en vue d’une vente par adjudication, mais en 63 av. J.-C., on constate qu’il existe encore un ager Corinthium avec le reste de ces terres conquises21. En tout état de cause, malgré le passage de Mummius, ce territoire ne cessa jamais véritablement d’être exploité d’une manière ou d’une autre entre 146 et 44. Mais c’est à César que l’on doit la première véritable colonie fondée sous le nom de Colonia Laus Julia Corinthiensis et peuplée d’affranchis. Plus tard, sous Vespasien dans les années 70 apr. J.-C., Corinthe fut refondée sous le nom de Colonia Julia Flavia Augusta Corinthiensis.

  • 22 Guerber, 2009, p. 67.
  • 23 Étienne et al., 20143, p. 312-313.
  • 24 Guerber, 2009, p. 194-197 (Amphictionie) et p. 217-218 (Aktia).
  • 25 Tac., Ann, 2.53.2.
  • 26 Hurlet, 1997, p. 507.

14Par contraste, Nicopolis d’Épire, fondée par Auguste en 30 av. J.-C., pour célébrer sa victoire à Actium, fut conçue d’emblée non comme une colonie, mais comme une civitas libera, liée à Rome par un traité22. Auguste y fit édifier l’année suivante le célèbre monument en forme de trophée naval connu à la fois par les sources littéraires et archéologiques23, réorganisa le concours des Aktia, désormais parmi les plus réputés du monde romain, et fit entrer la cité dans l’Amphictyonie delphique avec une place prépondérante24. Nicopolis fut peuplée par déplacement et synoecisme (c’est-à-dire agrégation) des populations avoisinantes, et comme Patras, elle bénéficia d’un très grand territoire, partageant avec elle une partie de la Grèce de l’Ouest. La seule véritable fondation augustéenne est donc une cité grecque, d’emblée installée comme objet commémoratif. On sait, du reste, que Germanicus, lors de sa tournée dynastique en Orient, visita en janvier 18 le site d’Actium25, qui « évoquait le souvenir à la fois de son grand-père maternel et de son grand-oncle et grand-père paternel »26.

  • 27 Par ex. une dédicace en l’honneur d’Agrippa trouvée dans un édifice probablement situé sur l’un des (...)
  • 28 Ibid., p. 8.
  • 29 Paus., 7.18.7.
  • 30 Rizakis, 1996, p. 272.

15La colonie de Patras (Colonia Augusta Achaïca Patrensis), quant à elle, peuplée avec des vétérans romains, fut proclamée en 16/15 av. J.-C. par Agrippa, au moment du séjour de celui-ci en Orient, ce qui montre clairement les liens personnels établis entre la famille d’Auguste et cette colonie, liens confirmés par les sources littéraires comme par les inscriptions27. Cette fondation eut d’importances répercussions politiques et géographiques de part et d’autre du golfe de Corinthe. Elle bénéficia, en effet, d’un territoire qui excédait largement celui d’une cité grecque ordinaire : il comprenait toute l’Achaïe occidentale, une partie de l’Étolie méridionale ainsi que les cités de la Locride de l’Ouest à l’exception d’Amphissa. Ce lien de dépendance s’exprimait sur le plan fiscal, puisque les cités situées au Nord du golfe de Corinthe et appelées civitates adtributae devaient une redevance annuelle (vectigalia) à la colonie28. Mais cela n’empêcha pas certaines d’entre elles de rester florissantes, comme Naupacte à l’époque de Strabon. En revanche, la population des bourgades situées tout près de Patras fut regroupée dans la nouvelle métropole29 et les petites cités placées dans la zone de centuriation perdirent toute espèce d’autonomie. Patras absorba également l’ancienne colonie de Dymè, fondée en 67 par Pompée avec d’anciens pirates sédentarisés, qui avaient été violemment expulsés par César30. La colonie de Patras, forte de ses revenus et de son importance en Grèce de l’Ouest, chercha à jouer un rôle d’intermédiaire entre Rome et les anciennes cités comme Athènes, avec laquelle elle signa un « pacte d’entente », ce qui pouvait menacer la prééminence de Corinthe, capitale provinciale.

  • 31 Romano, 2000.

16Ces fondations donnèrent lieu à des opérations de cadastration rurale, dont les mieux étudiées sont celles du territoire corinthien31. On a ainsi montré qu’il existait trois schémas de division du sol sur le territoire situé au nord de la zone urbaine, dont l’un est clairement en rapport avec la deductio de 44 av. J.-C. : les lignes orientées nord-sud respectent la direction de l’axe principal de la ville et forment un ensemble de centuries qui partent du nord du quadrillage urbain et s’étendent presque jusqu’au golfe de Corinthe. Pour autant, les limites du parcellaire rural ne se superposent pas à celles du schéma urbain. La refondation de la colonie sous Vespasien fut l’occasion d’une nouvelle division des terres.

  • 32 Rizakis, 1998.

17La fondation des deux colonies de Corinthe et de Patras amena donc des bouleversements dans la hiérarchie sociale, puisque de grands pans de territoire furent redistribués entre les colons. Par ailleurs, les anciens habitants de Patras, Pharai et Tritaia furent rétrogradés au statut d’incolae, « habitants du cru », c’est-à-dire un statut inférieur sur le plan politique, social et économique qui faisait d’eux des hommes libres sans droit de participation politique32.

1. 3. L’empreinte romaine sur les centres urbains

18L’empreinte romaine marqua également les centres urbains des colonies comme des anciennes cités. À Corinthe, le plan urbain fut divisé en quatre rectangles égaux, le centre topographique de la ville se situant à proximité des rostres sur le forum. L’axe principal était le cardo maximus (la voie du Léchaion), orienté nord-sud, et le second axe le decumanus maximus, assorti de onze autres voies d’orientation est-ouest. Il s’agit donc d’un plan per strigas, autrement dit en bandes, très classique de conception et qui rappelle les plans hippodaméens. Le parallèle le plus proche est celui du plan de Carthage, détruite et refondée aux mêmes dates et dans les mêmes conditions, au point que l’on a supposé un seul concepteur d’ensemble. La destruction de 146 ne fut pas totale en tout cas, malgré ce qu’en disent les sources littéraires, car on préserva dans le plan un certain nombre de « reliquats » des périodes antérieures, en particulier certaines portes de la ville ou des bâtiments comme la fontaine Pirène. Contrairement au cas de Patras, une activité édilitaire intense anima les premiers colons qui installèrent le forum non sur l’agora grecque, mais au Sud de la colline du temple d’Apollon.

  • 33 Kantirea, 2007, p. 98-101; Rizakis, 2010, p. 132-133.

19À Patras, en effet, l’influence romaine sur l’aménagement urbain et architectural, difficile à percevoir sur le plan archéologique à cause de la ville moderne, ne fut que peu présente durant la première étape de l’implantation des colons. Il n’y eut pas de remodelage total des espaces publics, mais une adaptation de ceux-ci ainsi que des reconstructions, les nouveaux venus se contentant de transformer la vieille agora hellénistique en forum. Le maintien de la tradition grecque fut donc plus important dans un premier temps, malgré quelques modifications destinées à exprimer l’identité romaine. C’est seulement à partir des Flaviens, et plus précisément du règne de Domitien en 86 apr. J.-C., que les autorités coloniales entreprirent des projets édilitaires importants. Sous Auguste, selon un processus qu’il affectionnait, l’un des éléments-clés fut le transfert, depuis la cité déclassée de Kalydôn, des cultes de Dionysos Kalydônios et d’Artémis-Diane Laphria, cette dernière étant en quelque sorte revalorisée par son association avec le culte impérial33. Sur le plan monétaire, un écho de l’origine de la colonie se lit sur les bronzes frappés en 2 av. J.-C., qui portent une légende latine et représentent le rite même de la fondation. En 36 apr. J.-C., une nouvelle émission fut produite à la date-anniversaire de la colonie, tandis que la visite du philhellène Néron en Achaïe fut l’occasion de nouvelles frappes. Sur le plan architectural, les colonies jouèrent un rôle essentiel pour l’introduction progressive de formes et de techniques de construction romaines, avec l’apparition des amphithéâtres, des aqueducs et des bains, ainsi que des temples à podium et, sur un plan technique, de la construction en brique par opposition à la construction en pierre.

  • 34 Étienne et al., 20143, chap. XXV et XXVII.

20Dans les vieilles cités, comme Athènes, les Romains apposèrent également leur marque34. Après des relations parfois difficiles avec Rome au ier s. av. J.-C., puisque ils prirent systématiquement le parti du vaincu entre 88 et 31, les Athéniens acceptèrent une réconciliation avec le pouvoir impérial et érigèrent à Éleusis un grand monument en l’honneur d’Auguste et de Livie après la victoire contre les Parthes en 20 av. J.-C. La politique architecturale augustéenne fut particulièrement visible dans trois zones du centre urbain : l’Acropole et son flanc sud, la région au nord de la rivière Ilissos et l’Agora avec le secteur situé à l’est de celle-ci. Sur l’Acropole, dont l’espace était pourtant largement saturé, le Peuple fit construire devant le Parthénon, de manière hautement symbolique, le petit temple rond de Rome et d’Auguste, premier édifice du culte impérial dans la cité. À l’est de l’agora grecque, il s’agissait d’achever la nouvelle agora, dite agora romaine, qui vit la construction d’une cour portiquée dédiée à Athéna Archégètis, assortie de l’installation sur le propylon de deux statues de Caius et Lucius, les fils adoptifs d’Auguste, signe de la nouvelle politique dynastique. Mais avec Agrippa, qui visita la cité vers 16 ou 15, ce fut le cœur même de l’agora grecque qui fut désormais investi, alors qu’il avait été respecté jusque-là y compris par les rois hellénistiques : il y eut d’abord l’Odéon d’Agrippa, grosse construction classicisante dont la façade était décorée de statues des rois lagides rappelant la victoire d’Actium et donc le passage de la République au Principat. On modifia également, dans la dernière décennie du siècle, la stoa de Zeus Eleutherios pour y adjoindre un sanctuaire à deux chambres destiné au culte impérial. Enfin, à la fin du ier s. av. J.-C., on transplanta des monuments, en particulier le temple et l’autel classiques d’Arès, le pendant de Mars Ultor vénéré à Rome sur le forum d’Auguste, que l’on déplaça depuis le dème d’Acharnes en lui donnant une nouvelle signification sans doute liée à la dynastie impériale, ce dont témoignent deux inscriptions célébrant Caius et Drusus le Jeune comme de « nouveaux Arès ». En somme, les innovations augustéennes, qui ne constituent pas un véritable « programme », obéissent à deux principes : la célébration de l’empereur et de sa famille et le lien établi avec la politique architecturale menée à Rome à la fois en termes d’image du pouvoir et de conservation des édifices traditionnels.

2. La province d’Achaïe

2. 1. Formation et évolution de la province de 146 av. J.-C. à 72 apr. J.-C.

  • 35 Sur cette réorganisation, Hurlet, 2006, p. 25-35.

21La province d’Achaïe fut la deuxième province constituée sur le sol grec après celle de Macédoine. Elle ne devint permanente qu’à partir de 27 av. J.-C., lorsqu’un gouverneur y fut enfin attesté chaque année dans le cadre de la réorganisation du système des provinces par Auguste35. Jusque-là, l’Achaïe ne dépendit que partiellement et de manière épisodique de l’autorité d’un (pro) magistrat romain.

  • 36 Paus., 7.16.9-10.
  • 37 Comme l’a souligné Gruen, 1984, p. 524.
  • 38 Fournier, 2010, p. 8.
  • 39 C’est la thèse (radicale) de Kallet-Marx, 1995, p. 42-56.
  • 40 RDGE 18, l. 110-111 (SC de Stratonicensibus, 81 av. J.-C.).
  • 41 Cic., Pis. 37.
  • 42 Guerber, 2009, p. 110.

22Après la destruction de Corinthe en 146, Rome avait envoyé une commission de dix sénateurs pour aider Mummius. Ce n’est pas pour autant qu’un gouverneur fut présent en Achaïe tous les ans à partir de 145, contrairement à ce que Pausanias prétend dans un passage célèbre36, où son erreur est manifeste. Selon l’opinion la plus répandue parmi les historiens, seules les parties de la Grèce qui avaient été hostiles à Rome, comme Corinthe, la Béotie, l’Eubée, la Phocide, furent désormais dépendantes du gouverneur de Macédoine. Pourtant, un tel système paraît peu viable37 et il est préférable de supposer simplement un « contrôle informel de la Grèce »38 par le proconsul de Macédoine, voire une absence totale de contrôle au moins au iie s.39. Par la suite, durant le ier s. av. J.-C., un magistrat fut affecté à l’Achaïe à trois reprises, en 81 av. J.-C.40, en 58-55 et en 46-44, sans que l’on puisse dire avec précision quel type d’organisation était alors en jeu. En 58, des pouvoirs spéciaux furent conférés au consul L. Calpurnius Piso, par lesquels, selon Cicéron, il se vit assigner non seulement la Macédoine, mais aussi « l’Achaïe, la Thessalie, Athènes, toute la Grèce »41 : cet espace incluait également des cités libres dont Athènes et probablement aussi d’autres poleis comme Thespies ou Tanagra en Béotie. Mais la tentative la plus probante est assurément celle de César en 46-44, qui envoya successivement deux gouverneurs, Ser. Sulpicius Rufus, puis M. Acilius Caninus. Mais entre 42 et 31, la Grèce comme la Macédoine et l’Illyrie relevèrent d’Antoine42.

  • 43 Strab., 17.3.25.
  • 44 Ibid.

23Dans le cadre de sa réforme provinciale de 27, Auguste établit une province dite d’Achaïe, dont les contours ne sont pas complètement établis aujourd’hui encore43. Elle porte le nom de la région située au nord du Péloponnèse, sans toutefois n’inclure que celle-ci. Mais l’ambiguïté entre les deux a pu subsister, y compris dans la manière dont les provinciaux en jouèrent dans la dénomination par exemple du koinon achéen dont nous aurons à reparler. Cette province a dû comprendre à l’origine le Péloponnèse, l’Attique, la Grèce du centre et de l’Ouest (Béotie, Eubée, Locride, Phocide, Étolie, Thessalie et Épire), ainsi que les îles de la mer Ionienne et certaines îles de l’Egée44. La constitution de cette province vit donc, pour la première fois, une forme d’unification de la Grèce, désormais transformée en territoire périphérique au sein d’un vaste empire. La colonie romaine de Corinthe devint la capitale provinciale.

  • 45 Tac., Ann. 1, 76.
  • 46 IG VII 2713 (texte en annexe).
  • 47 Paus. 7.17.3-4.

24L’Achaïe faisait partie des provinces qui avaient été rendues au Sénat et au Peuple romain en janvier 27 et que l’on qualifie aujourd’hui de provinces publiques ou proconsulaires. Elle passa en 15 apr. J.-C., avec la Macédoine et la Mésie, sous le contrôle d’un légat impérial, à la suite des plaintes des provinciaux sur la lourdeur de la taxation, selon Tacite45. Cette situation dura jusqu’en 44, date à laquelle Claude rendit à la province son statut initial. Les Grecs durent ensuite à Néron leur liberté, geste qui nous est connu par le discours qu’il prononça à Corinthe à cette occasion et dont le texte gravé fut érigé dans une petite cité de Béotie, Akraiphia46. La Grèce y gagna la liberté et l’immunité, c’est-à-dire l’exemption de taxes pendant deux ans, jusqu’à ce que Vespasien révoquât ce privilège au motif, selon Pausanias, que les « Grecs avaient oublié comment être libres »47. En tout état de cause, on ne connaît plus de gouverneur d’Achaïe jusqu’en 72. La Thessalie fut alors probablement rattachée à la Macédoine, tandis que l’Épire était constituée en province autonome sans doute sous Vespasien ou Domitien, mais rien n’est moins sûr.

  • 48 Paus. 7.17.3.

25Le geste de Néron rendant la liberté aux Grecs a été diversement perçu, mais il répond sans doute à des visées stratégiques plus larges de la part de l’empereur dans la mesure où celui-ci compensa la perte de la Grèce par l’octroi de la Sardaigne-Corse au Peuple romain48. Néron fut, on le sait, l’objet d’une damnatio memoriae qui eut également une traduction provinciale : nombreuses sont les inscriptions où son nom fit l’objet d’une rasura, à commencer par celle qui porte son discours de 67 !

2. 2. L’administration de la province

  • 49 Voir Hurlet, 2006, p. 154 et n. 110.
  • 50 IG VII, 2711, l. 7.
  • 51 Haensch, 1997, p. 324-325; Fournier, 2010, p. 41-42.
  • 52 Ibid., p. 88-98.
  • 53 Cic., Fam., 4.12.1.
  • 54 Fournier, 2010, p. 293 et p. 364-365.

26L’Achaïe était une province inermis, c’est-à-dire « sans légion »49 : loin des frontières de l’Empire, elle ne joua aucun rôle militaire notoire durant le Principat et n’accueillit qu’un nombre restreint de troupes auxiliaires attachées au gouverneur et peut-être des troupes destinées à la surveillance des carrières impériales. Province publique, elle était administrée par un proconsul de rang prétorien, assisté d’un consilium, qui est peut-être mentionné dans une inscription de 37 apr. J.-C. évoquant l’évergète Épaminondas d’Akraiphia50, à moins que le synedrion de l’inscription ne soit le Conseil du koinon des Panhellènes. Le système connu ailleurs des conventus, terme qui désigne la réunion, en un lieu de la province, du gouverneur et de son conseil, qui viennent siéger durant leur tournée pour rendre la justice, mais aussi par extension un district régional à vocation administrative, a laissé moins de traces en Achaïe qu’en Asie par exemple51. On sait toutefois que le gouverneur pouvait se rendre dans les villes de sa province pour y rendre la justice52, comme Ser. Sulpicius Rufus en 45 av. J.-C.53 Quel qu’ait pu être le circuit du gouverneur, il ne pouvait pas assurer à lui seul l’ensemble des tâches judiciaires et partageait donc ses compétences avec les tribunaux civiques. À l’époque républicaine, le partage des tâches était effectué en fonction de l’origine du défendeur, qui était jugé selon les lois de sa communauté d’origine. Mais la gravité de l’affaire fut un élément progressivement pris en compte : les affaires capitales firent ainsi l’objet d’un traitement spécial dès la fin de la République et les affaires criminelles furent traitées de manière exclusive par le gouverneur sous l’Empire54. Le gouverneur, qui bénéficiait d’un pouvoir discrétionnaire, pouvait donc être amené, selon les cas et les pressions exercées, à juger d’affaires opposant un Romain à un défendeur pérégrin, voire même deux pérégrins.

  • 55 Paus., 3.26.7 et 4.1.1 ; 30.2 ; 31.1-2.
  • 56 Spawforth, 1994, p. 223.

27Les anciennes cités, qui entraient dans la catégorie des cités pérégrines, constituèrent les maillons administratifs principaux de la province, même si eurent lieu un certain nombre de restructurations territoriales déjà en partie évoquées. Au lieu de l’émiettement politique précédent, ce fut un modèle centralisé qui vit le jour avec plusieurs cités servant de pôles régionaux ou infra-régionaux, telles Athènes bien sûr, mais aussi dans le Péloponnèse Corinthe, Patras, Argos, Messène ou Sparte, ou encore Thespies et Tanagra en Béotie. En ce qui concerne Sparte, seule cité avec Mantinée à n’avoir pas pris le parti d’Antoine en 31 en Grèce continentale, elle fut largement récompensée par Auguste sur le plan territorial comme le rappelle Pausanias55. Ces cités, placées le long d’un réseau de routes commerciales maritimes et terrestres, assuraient aux Romains un contrôle administratif et économique plus efficace. Ces nouvelles métropoles étaient en compétition les unes avec les autres pour tenir le premier rang comme en témoigne la controverse entre Corinthe et Argos sur la manière de financer le culte impérial56. Ces cités se divisaient en cités stipendiaires et cités libres. La plupart d’entre elles ne jouissaient d’aucun privilège particulier, si ce n’est celui de s’auto-administrer, et payaient tribut, tout en étant soumises à la tutelle du gouverneur. Certaines furent déclarées libres, c’est-à-dire placées « en-dehors de la province », sans que l’on sache toujours à quand remonte leur statut : plusieurs l’avaient été dès le lendemain de la destruction de Corinthe, comme Sicyone, Sparte, Messène et Epidaure, alliées fidèles de Rome. D’autres avaient acquis ce statut au cours du ier s. av. J.-C., comme Thespies de Béotie qui avait reçu la liberté sans doute de Sylla. Par ailleurs, cette liberté pouvait toujours être retirée et l’Empereur continuait de toute façon d’intervenir à sa guise dans les affaires civiques : c’est ainsi qu’Auguste imposa à la cité libre de Sparte le gouvernement de C. Julius Euryclès, de même qu’il y eut un épimélète dans la cité libre d’Athènes à partir du règne de Claude. L’essentiel est de comprendre qu’il n’y eut jamais de conception unitaire de la libertas et qu’à celle-ci venaient (ou non) s’ajouter des privilèges variés, parmi lesquels figuraient l’autonomie en matière judiciaire pour les ressortissants, au moins de manière relative on l’a vu, ainsi que l’immunitas, c’est-à-dire l’exemption du tribut.

  • 57 Kallet-Marx, 1995, p. 59-65.
  • 58 RDGE 23.

28Le paiement de taxes est attesté dès avant l’établissement formel de la province en 27 av. J.-C.57 En témoigne un sénatus-consulte trouvé à Oropos58, à la frontière attico-béotienne, et daté de 73 av. J.-C. Ce document, découvert à côté de la base d’une statue consacrée à Sylla, atteste que ce dernier avait accordé au sanctuaire d’Amphiaraos une large portion de territoire inviolable ; par ailleurs, tous les revenus de la cité, du territoire et des ports devaient aller au dieu pour la célébration des concours en son honneur ainsi qu’en l’honneur de la victoire des Romains. Quelques années plus tard, malgré la confirmation de ce cadeau de Sylla par le Sénat romain, les publicains tentèrent d’extorquer des taxes (prosodos) aux Oropiens qui refusèrent de payer et portèrent l’affaire devant une commission sénatoriale : celle-ci donna raison aux Oropiens, alors que les publicains n’avaient trouvé d’autre argument que de prétendre qu’Amphiaraos n’était pas un dieu, ce qui le rendait taxable ! La nature exacte de la taxe versée aux publicains n’est pas clairement établie, mais il pourrait s’agir du tribut versé à Rome, dont Oropos avait visiblement été exemptée. En tout cas, si tribut il y eut en Achaïe avant 27 av. J.-C., il doit être cherché parmi les conséquences de la guerre mithridatique concernant les cités qui n’avaient pas fait le choix de Rome.

  • 59 Grandjean, 2007; Picard, 2010.

29Enfin, en ce qui concerne la frappe de la monnaie, contrairement à une idée ancienne, on sait aujourd’hui que les Romains n’intervinrent dans un premier temps que très peu dans la politique monétaire des cités, y compris par l’intermédiaire de leurs colonies que l’on voit s’adapter aux traditions locales59. Pendant le ier s. av. J.-C., alors que les ponctions étaient nombreuses comme on l’a vu, les Romains laissèrent les Grecs utiliser les techniques qui étaient les leurs, ce dont témoigne l’épanouissement de monnayages locaux tous différents. A l’époque de la guerre mithridatique, l’un des monnayages d’argent les plus importants, frappé pour les besoins de cette guerre, fut le tétradrachme attique dit stéphanéphore, apparu dans les années 175 et présent jusqu’après la crise de 86. Parallèlement, le stéphanéphore semble avoir servi de monnaie de référence aux transactions livrées par les marchands de toutes origines qui faisaient des affaires à Délos, alors dominée par Athènes. C’est seulement avec les guerres civiles que se diffusa progressivement en Méditerranée orientale le denier, traduit par « drachme » en grec.

2. 3. Les confédérations ou koina

  • 60 Zoumbaki, 2010, p. 117-118.
  • 61 IG VII, 2711. Voir Guerber, 2009, p. 110.

30Certains koina, comme la Confédération achéenne, semblent attestés de nouveau dès le début du ier s. av. J.-C.60, même si ce n’est pas le cas partout ; ainsi, en Béotie, le koinon dissous en 171 ne fut pas recréé avant le dernier tiers du ier s. av. J.-C. Mais il est peu douteux qu’une réorganisation complète ait eu lieu au début du Principat, peut-être dès Auguste. Les premiers documents épigraphiques attestant l’activité de ces koina restaurés datent en général du deuxième tiers du ier s. apr. J.-C., comme le montre le très important dossier relatif à l’évergète Épaminondas d’Akraiphia61 : cette inscription témoigne de ce qu’en 37 apr. J.-C., à la mort de Tibère, eut lieu à Argos une synodos, c’est-à-dire une « réunion » de plusieurs peuples, les Achéens, Béotiens, Locriens, Eubéens et Phocidiens ; son objectif était de prêter serment au nouvel Empereur, en présence du gouverneur ; ces différents koina apparaissent rassemblés en une « confédération des confédérations » à laquelle s’adresse Caligula dans sa réponse et qui porte des noms différents selon les pièces du document (koinon panachéen, Hellènes, voire Panhellènes). Même si la terminologie paraît un peu flottante, on voit clairement que ces koina existaient indépendamment les uns des autres, avec leurs institutions propres. Leur raison d’être est certes l’affirmation d’une identité régionale, mais surtout celle de la capacité à envoyer des ambassades à Rome et à participer avec d’autres à la célébration du pouvoir impérial. Cet ensemble confédéral semble ne pas avoir survécu à l’intervention de Vespasien qui recréa la province d’Achaïe après que Néron eut accordé la liberté, car il n’est plus attesté après cela.

31Parallèlement à ces entités, d’autres encore existaient comme l’ancienne amphictionie pyléo-delphique déjà évoquée, ou le koinon des Eleuthérolacones qui comprenait des cités du Péloponnèse méridional débarrassées par Auguste de la domination spartiate.

3. L’évolution des sociétés civiques

3. 1. Romains résidents et Romains de passage : les liens tissés avec les notables locaux

32Parmi les Romains qui se rencontrent en Grèce durant les deux siècles avant et après J.-C., on trouve non seulement des magistrats en mission ou bien sûr les empereurs et membres de la famille impériale en tournée, mais également des individus que leurs affaires ou leurs intérêts poussent vers l’Orient.

  • 62 Sur la circulation de ces Italiens entre la péninsule italique et l’Egée, voir Hasenohr, Müller, 20 (...)
  • 63 ID 1661 (vers 70 av. J.-C.).
  • 64 Voir Nicolet, 1980.

33La première et la plus importante communauté d’Italiens connue est celle de Délos qui connaît un pic d’affluence entre 130 et 70 av. J.-C., autrement dit au début de notre période. Les Italiens sont arrivés dans l’île déjà durant l’indépendance délienne (314-167 av. J.-C.), mais c’est surtout pendant la seconde domination athénienne qu’ils y sont très actifs. La destruction de Corinthe en 146, puis la création de la province d’Asie en 129, sont autant d’éléments qui expliquent la progression démographique de la population italienne du port franc de Délos. Ces Italiens, que les Grecs appellent tantôt des Rhômaioi, tantôt des Italikoi qu’ils soient Romains, Latins ou alliés italiens, sont des negotiatores, c’est-à-dire des marchands qui mènent des activités commerciales bien connues, grâce auxquelles ils entretiennent des liens étroits avec Rome et les ports de Campanie, comme Pouzzoles, Capoue et Pompéi62. Il y a parmi eux des ingénus, mais aussi beaucoup d’affranchis et un certain nombre d’esclaves qui trouvent là des occasions d’émancipation statutaire et d’élévation sociale. Ces Italiens ont, par ailleurs, pour caractéristique, à Délos même et en tant que communauté, de s’associer à d’autres groupes comme celui des Athéniens ou des étrangers résidents sur l’île pour ériger des statues en l’honneur d’évergètes locaux ou de personnages plus importants63. On ne peut donc s’étonner que, pendant la guerre mithridatique, Délos ait pris le parti des Romains, ce qui lui valut d’être saccagée une première fois en 88 par les troupes pontiques avec un grand massacre d’Italiens comme en Asie mineure, puis une seconde fois en 69 av. J.-C. par celles du pirate Athénodôros, allié de Mithridate. Il est probable qu’après 88, l’essentiel des Italiens et Romains de Délos ne sont en fait pas revenus, même s’il en est resté certains comme en témoigne un document capital, la lex Gabinia Calpurnia de 58 av. J.-C., inscription trouvée à Délos et dispensant de taxes les résidents insulaires64. Au milieu du ier s. av. J.-C., ils étaient désormais dispersés en Grèce égéenne, comme invite à le supposer l’étude de leurs gentilices.

  • 65 Follet, 2002.
  • 66 Müller, 2002.
  • 67 Spawforth, 1996.
  • 68 IG VII, 1862.
  • 69 CIL III, 7301 : Müller, 2002, p. 93-95.
  • 70 BCH 26 (1902), p. 297, n°  16.
  • 71 PIR1 S 615.

34Cette dispersion explique que les communautés italiennes présentes sur le continent, en Attique65, en Béotie66, en Argolide et à Corinthe, commencent véritablement à partir de la 2e moitié du ier s. av. J.-C., en dehors de la présence antérieure de personnages isolés. La création de la colonie césarienne de Corinthe en 44 av. J.-C. fut certainement un facteur supplémentaire d’ancrage des Italiens sur le continent. On constate, en effet, entre le règne d’Auguste et celui de Néron, que les negotiatores et leurs affranchis formèrent à Corinthe un sous-groupe important au sein de l’ordo decurionum, de même que les esclaves de familles bien connues durant la fin de la République, tandis que les vétérans n’y occupaient qu’une place restreinte. Quant aux notables grecs, ils ne s’engagèrent que fort peu au sein de la colonie avant le règne de Claude67. Pour en revenir aux Italiens, l’une des communautés les plus cohérentes est celle que l’on trouve à Thespies en Béotie entre les années 30 av. J.-C. et 30 apr. J.-C. Elle est organisée autour d’un groupe de « Romains qui font du commerce à Thespies », appelés pragmateuomenoi en grec68. Une partie de ces Romains se rassemble en 14 apr. J.-C. pour célébrer le nouveau dieu Auguste par la consécration d’un autel : dans cette inscription latine qui comporte 19 noms69, on perçoit les liens qui se tissent entre Romains et Grecs locaux, puisque cinq personnages associés à la dédicace portent des noms grecs. D’autres liens se nouent par le biais de notables du cru qui font œuvre d’évergétisme à l’égard de la communauté italienne, comme ce Polykratidès qui leur offre un gymnase dans le dernier tiers du ier s. av. J.-C.70. Ce Grec est également lié à un magistrat romain célèbre, T. Statilius Taurus, dont la présence en Grèce aux côtés du futur Auguste est bien attestée et qui fut consul pour la 2e fois en 26 av. J.-C.71. Taurus a visiblement été l’un des bienfaiteurs de la cité béotienne, qui consacre une statue à son épouse Cornelia et instaure un culte en son honneur. Polykratidès dédie aux dieux, en tant que « desservant » d’un culte qui doit être celui de Taurus, une statue de Titus Statilius, son patrôn.

  • 72 Eilers, 2002, p. 204, C 24.
  • 73 Ibid., C 26.
  • 74 Ibid., p. 176.

35Nous avons là l’attestation de liens de clientèle entre un Grec et un Romain, comme il y en a également entre des magistrats et telle ou telle cité : avant Taurus, Thespies elle-même avait eu pour patron L. Caninius Gallus, tribun de la plèbe en 56 av. J.-C. et présent à Athènes en 5172, peut-être en exil, ou encore M. Licinius Crassus, consul en 30 et proconsul de Macédoine en 29/8 av. J.-C.73 La pratique du patronat, qui fait écho dans l’esprit des Grecs à celles de l’évergétisme et de la proxénie, est attestée dans la province d’Achaïe, quoique avec plus de parcimonie que dans d’autres provinces orientales, particulièrement entre la fin de la République et le règne d’Auguste, après quoi l’institution décline : dans la partie hellénophone de l’Empire (au-delà de la seule Achaïe), 70 patrons de rang sénatorial sont ainsi connus entre 61 av. J.-C. et 14 apr. J.-C. et seulement 15 par la suite. Ce déclin est lié à l’avènement du Principat qui rendit inutile la protection donnée par les sénateurs : désormais les cités s’adressèrent directement à l’Empereur74. Ces liens de patronage sont essentiels pour comprendre les rapports complexes qui se tissèrent entre les Romains et Italiens résidents ou de passage et les notables locaux.

3. 2. Oligarchisation des institutions, aristocratisation des élites

  • 75 Müller, 2005, p. 114-117; Hamon, 2007, p. 87-88.
  • 76 Piérart, 2010, 24-25 (avec le texte du document).
  • 77 La mention de la boulè réapparaît sous le Principat, peut-être vers le milieu du ier s. apr. J.-C., (...)
  • 78 C’est, par ex., la position de Fournier, 2010, p. 105, qui résume les opinions de ses prédécesseurs
  • 79 Heller, 2009.
  • 80 Hamon, 2007, p. 98.

36Les cités, libres ou stipendiaires, conservèrent leurs anciennes institutions, qu’il s’agisse des charges, des cultes ou, plus largement, des traditions. Mais cela n’alla pas sans des changements notoires dans les pratiques politiques elles-mêmes. L’un des points les plus notables concernant les régimes civiques au ier, et certainement déjà au iie s. av. J.-C., est leur évolution vers l’oligarchie. Désormais des qualifications censitaires furent sans doute nécessaires et probablement perceptibles dans le nouveau nom des conseils locaux, rebaptisés synedrion (pluriel : synedria)75. Les synèdres apparaissent en Grèce continentale, en lieu et place des bouleutes, dans les décrets postérieurs à 167 puis durant tout le ier s. av. J.-C., comme en témoigne un décret d’Argos en l’honneur d’un notable nommé Augis, daté vers 100 av. J.-C.76. Le phénomène se poursuivit sous le Principat77, mais contrairement à une idée préconçue qui calque cette institution sur le modèle romain du Sénat78, il n’est pas certain que ces conseillers d’un nouveau genre aient été désormais nommés à vie parmi les anciens magistrats : on ne peut donc pas véritablement parler d’ordo79. Avec les magistrats, désignés globalement sous le titre d’archontes, les synèdres détenaient cependant l’essentiel du pouvoir politique dans les cités, bien que le peuple (dèmos) fût toujours présent pour entériner les décisions prises par le Conseil. Cette situation nouvelle, instaurée très progressivement depuis la basse époque hellénistique et de manière différenciée selon les cités, est à considérer d’abord comme le résultat d’une évolution propre à l’appareil institutionnel des cités, même si les Romains n’ont pu qu’appuyer ici et là la consolidation des régimes oligarchiques80.

37Parmi les charges désormais les plus importantes, on mentionnera celle de trésorier qui tendit à accaparer la gestion des finances publiques, et celles de gymnasiarque et d’agonothète (organisateur des concours), particulièrement onéreuses à cause de la fourniture de l’huile et connues surtout par des inscriptions honorifiques en l’honneur de leurs titulaires. Pour autant, les cités grecques n’instituèrent pas de hiérarchie précise dans les magistratures exercées, et il serait donc impropre de parler de cursus honorum, au sens où on l’entend pour Rome.

  • 81 Habicht, 2000², p. 348.
  • 82 Fournier, 2010, p. 162-164.
  • 83 Sur Sparte romaine, voir Cartledge, Spawforth, 1989.
  • 84 Ibid., p. 174.
  • 85 Ibid., p. 204.

38En ce qui concerne Athènes, celle-ci retrouva, après le sac de 86 av. J.-C., une organisation institutionnelle semblable à celle qui avait certainement été la sienne avant la guerre et qui perdura sous le Principat dans ses grands traits81. L’assemblée et la boulè existaient toujours, même s’il y eut peu de décrets après la fin du iie s. av. J.-C., ce que l’on constate également dans d’autres cités. Mais les organes les plus puissants, de nature oligarchique, furent les magistrats élus, en particulier le stratège des hoplites, et le Conseil de l’Aréopage, avec son président appelé héraut : l’Aréopage votait des décrets, disposait de pouvoirs judiciaires diversifiés qui lui venaient de l’affaiblissement des tribunaux populaires, les dikastèria82, et se trouvait destinataire des lettres impériales avec les deux autres instances. À Sparte83, la vie civique subit une nette réorganisation à la fin du ier s. av. J.-C., connue par les listes gravées de magistrats. Le système de la dyarchie avait disparu à l’époque hellénistique et l’organe principal était la synarchia, sorte de Conseil composite formé des principaux magistrats, en l’occurrence les cinq éphores et les cinq nomophylakes, les vingt-trois gérontes étant nommés à part84. Dans d’autres cités, cependant, la démocratie fut capable de survivre, comme à Rhodes où les tribunaux et autres institutions populaires surent se maintenir dans une cité qui apparaît comme un « conservatoire de la tradition hellénique »85.

  • 86 J’emprunte le terme à Hamon, 2007, p. 99.
  • 87 Voir, de manière générale, les articles inclus dans Rizakis, 1996. Pour une synthèse récente sur le (...)

39Dans ce cadre, les familles de notables en voie d’aristocratisation86 détenaient une forme de monopole, dans la mesure où elles étaient largement représentées au sein des Conseils locaux. Dans le Péloponnèse, ce n’est qu’à partir des Flaviens que l’on constate un certain renouvellement de ces Conseils. Les Romains s’appuyèrent dans les cités sur l’élite, ce qui accrut les écarts entre possédants et non-possédants. Ces notables assirent leur ascension sociale sur l’obtention de la citoyenneté romaine, même si le phénomène ne fut ni uniforme, ni systématique. On voit ainsi le célèbre notable Épaminondas d’Akraiphia porter un nom parfaitement grec au milieu du ier s. apr. J.-C. Le cas est le même dans certaines cités du Péloponnèse comme Argos, Nauplie, Gytheion et Mantinée, où certains bienfaiteurs honorés viennent de familles qui n’ont pas la civitas Romana. C’est surtout après le règne de Claude que la civitas Romana gagna du terrain chez les Grecs87. Leur richesse et leurs réseaux familiaux amenèrent, à partir du milieu du Ier s. apr. J.-C., les plus importants de ces notables à l’exercice de la charge prestigieuse de grand-prêtre du culte impérial et de fonctions dépassant progressivement leur cité d’origine.

  • 88 Müller, 1996, p. 163.
  • 89 Sur le personnage, voir en dernier lieu Steinhauer, 2010.
  • 90 Strab., 8.5.1.
  • 91 Strab., 8.5.5.
  • 92 Cartledge, Spawforth, 1989, p. 97-104; Steinhauer, 2010.

40On se contentera de deux exemples, parmi d’autres, avec d’abord la famille des Flavii Phileinoi dans la cité libre de Thespies qui peut être suivie depuis le iie s. av. J.-C. jusqu’au iiie s. apr. J.-C. : ce sont ses « connexions » romaines qui valurent à l’un de ses membres l’acquisition de la civitas Romana à l’époque flavienne, puis, à une époque postérieure, l’entrée progressive des plus éminents d’entre eux dans une carrière de niveau provincial et enfin sénatorial88. Mais la famille achéenne la plus célèbre à partir de la fin du ier s. av. J.-C. est assurément celle de C. Julius Euryclès de Sparte89. Le personnage apparut pour la première fois à Actium en 31, aux côtés d’Octavien et devint par la suite, selon Strabon90, l’« ami d’Auguste », lequel visita Sparte en 21 av. J.-C. ; il est aussi appelé « l’hégémôn des Lacédémoniens » pour une charge de gouvernement qualifiée d’epistasia91. La fortune d’Euryclès lui venait à la fois de l’énorme butin fait à Actium, mais aussi de l’exploitation de ses domaines, en particulier à Cythère. Sa carrière fut marquée, à la fin du ier s. av. J.-C., par la crise qui agita Sparte et l’Achaïe. L’ambition d’Euryclès fit, en effet, que lui-même et ses descendants, Laco et Spartiaticus, se heurtèrent à une vive opposition dans les familles aristocratiques traditionnelles, comme celle des descendants de Brasidas, et connurent la disgrâce et l’exil92.

3. 3. Les Romains au cœur des sanctuaires : politique statuaire et culte impérial

  • 93 Spawforth, 1989.

41Parmi les lieux-clés permettant de comprendre la relation nouée entre Romains et Grecs de la province d’Achaïe figurent les sanctuaires. Certes, la vie religieuse des cités ne fut pas complètement bouleversée par la présence romaine. Les concours traditionnels, comme dans le Péloponnèse ceux de l’Isthme, de Némée et d’Olympie, dits concours de la période, furent préservés et encouragés par les Romains93, de même que les associations d’artistes appelés technites dionysiaques, en particulier l’association des « technites de l’Isthme et de Némée ». Parallèlement, de nombreux autres festivals, nouveaux ou anciens, étaient célébrés comme à Sparte qui devint un grand centre agonistique où l’on fêtait aussi bien les traditionnels Hyacinthia que les Euryclea en l’honneur du personnage déjà évoqué. Une innovation consista en l’introduction de combats de gladiateurs et de venationes, attestés cependant dans les seules colonies de Corinthe et de Patras.

  • 94 Verr., 2.4.4.
  • 95 Paus., 9.27.3.
  • 96 I. Oropos, 456.

42Pourtant, avec les sanctuaires des Grecs, les Romains, généraux ou empereurs, entretinrent des relations très ambivalentes. Ils en pillèrent un bon nombre de leurs œuvres d’art, comme l’Éros de Praxitèle déposé à Thespies. Il avait été laissé en place, écrit Cicéron94, par Mummius qui avait par ailleurs dérobé des statues des Muses et une statue de Philippe II réinscrite au nom de Zeus sans doute pour la rendre plus prestigieuse ! Caligula s’empara finalement de l’Éros laissé par Mummius, qui fut ensuite rendu par Claude puis repris par Néron95. Mais les Romains profitèrent aussi largement des sanctuaires pour installer leur propre image ou se faire offrir des statues par les Grecs sur des bases réutilisées. Un excellent exemple de ce procédé est, à Oropos, véritable musée à ciel ouvert et lieu privilégié du remploi statuaire, celui d’Agrippa (Fig. 2), honoré par le peuple probablement en 16/5 av. J.-C.96 : Agrippa, gendre d’Auguste, avait voyagé en Grèce à cette date, et il est très probable qu’il ait également visité le sanctuaire, même s’il n’y a pas toujours un lien direct entre l’érection d’une statue et un passage impérial. Mais la base d’Agrippa est intéressante en ce qu’elle comporte une multiplicité de documents gravés remontant pour certains au iiie s. av. J.-C. : seule la dédicace initiale a été érasée, les autres documents en particulier les décrets civiques subsistent en nombre. Certes on peut invoquer des arguments financiers pour ces remplois, mais on peut quand même s’interroger sur le fait que la cité n’a pas effacé ces documents, comme si elle rechignait à cela, alors que ce n’était pas une opération très difficile pour les artisans qui préparaient les blocs. La cité fait donc une place très symbolique au nom d’Agrippa au milieu du reste.

  • 97 IThesp [en ligne], 421.
  • 98 IThesp, 422-423.
  • 99 Hurlet, 1997, p. 440-441.

43La famille impériale fut également largement servie en matière de consécrations statuaires, avec des groupes dynastiques, comme celui que l’on connaît à Thespies en Béotie. Auguste avait une statue en bronze dans le sanctuaire des Muses97, mais la cité est également l’une des rares à avoir érigé entre 17 et 12 av. J.-C. une large base incurvée en l’honneur de la famille d’Auguste98. Cette base supportait six statues : celles de Livie, épouse du Princeps, d’Agrippa, de Julie, épouse d’Agrippa et fille d’Auguste, de leur fille Agrippine l’Ancienne et, enfin, de Caius et Lucius César, fils adoptifs d’Auguste. Ce monument était visiblement lié à l’image de la Domus Augusta99, ce qui m’amène à mon dernier point, l’introduction du culte impérial.

  • 100 Kantirea, 2007, p. 26.
  • 101 Galli, 2013, p. 26.
  • 102 Plut., Tit., 16.4-7.

44Celui-ci trouve, dans le monde grec, un ancrage ancien, qui remonte au moins à l’époque antérieure, avec le culte rendu aux souverains hellénistiques. A partir du iie s. av. J.-C., ce sont également la déesse Roma, puis les grands imperatores qui sont l’objet d’honneurs divins, en particulier Flamininus, et de manière beaucoup plus accessoire Sylla, Pompée et Antoine. Les Rhômaia continuèrent d’être célébrés jusqu’à la fin du ier s. av. J.-C. en Eubée100, après quoi ils furent remplacés par les concours en l’honneur de Livie et des grands Kaisareia Sebasteia, en l’honneur de l’empereur. L’un des dossiers épigraphiques les plus importants pour ces concours est celui des listes de vainqueurs aux Amphiaraia Rhômaia d’Oropos encore une fois, en l’honneur d’Amphiaraos et de Rome, qui datent du Ier s. av. J.-C. De même, dans le Péloponnèse, les Titeia (concours en l’honneur de Titus [Quinctius Flamininus]) « firent désormais partie de la mémoire religieuse de la future province d’Achaïe »101, et à Gytheion en 15 apr. J.-C., les fêtes inaugurées en l’honneur du divus Augustus comportaient le 6e jour une cérémonie en l’honneur de l’empereur vivant Tibère, mais dédiée à Flamininus, devenu un véritable modèle. De même, celui que les Grecs appelaient Titus est encore honoré dans la cité eubéenne de Chalcis à l’époque de Plutarque au iie s. apr. J.-C.102 avec un prêtre personnel et le versement de libations pendant lesquelles il était salué comme sauveur du peuple pour son action philhellène trois siècles auparavant ! Le passage au Principat simplifia cependant la situation pour les Grecs, car il leur permit d’identifier le nouveau maître de manière claire et définitive et de marquer attachement et loyalisme, en échange des manifestations de son évergétisme, à l’égard d’une personne unique, puis d’une dynastie avec l’épanouissement du culte dynastique. Le culte impérial apparaît donc d’abord comme une expression politique, située à la jonction des pratiques idéologiques grecques et romaines.

  • 103 IG VII, 2713 (voir Annexe).
  • 104 Kantirea, 2007, p. 188.
  • 105 Corinth, VIII.3, 156 (sous Claude).

45Les empereurs romains furent honorés par les Grecs, à l’initiative de ces derniers, dans une association systématique avec leurs divinités traditionnelles. Cette implantation du culte impérial au niveau civique fut générale et relativement homogène et aboutit à une prolifération de la présence impériale dans les espaces publics, sanctuaires, mais aussi agoras et acropoles. Cela rendit le pouvoir du Princeps plus intelligible pour les provinciaux, en même temps que les empereurs pouvaient exploiter leurs liens particuliers avec certains dieux, comme Auguste ou Claude avec Apollon, liens perceptibles à Athènes, Epidaure et dans les cités béotiennes, ou Néron avec Zeus, sous l’épiclèse Eleutherios (Libérateur) au moment de la proclamation de la liberté en 67 apr. J.-C.103 De tous les sanctuaires grecs, c’est celui de Poséidon à l’Isthme qui devint, sous la houlette de Corinthe, capitale provinciale, le plus couru du culte impérial en Achaïe. Le droit d’organiser les concours isthmiques avait été accordé à la colonie au début du règne d’Auguste. Par ailleurs, Corinthe comme Patras honoraient l’empereur d’une manière conforme à la religion officielle de Rome, avec un système complexe de sacerdoces104, tout en intégrant des éléments de la tradition grecque, comme la magistrature de « l’agonothésie des concours isthmiques et impériaux ».105

46Les honneurs cultuels étaient, aux yeux des Grecs, d’abord et avant tout l’expression ultime de leur reconnaissance et il n’y a pas lieu d’établir une coupure trop prononcée entre des honneurs rendus aux personnes humaines et ceux qui furent rendus à l’empereur qualifié de theos, terme qui traduit divus, mais n’en a pas nécessairement le sens strict : si à Rome le culte impérial n’était accordé qu’aux empereurs morts et apothéosés, donc divi, les Grecs octroyèrent ce type d’honneurs à des vivants, honneurs qu’il convient de qualifier d’isotheoi, « comme pour des dieux ». Les prêtres ainsi que les agonothètes des concours en rapport avec le culte se recrutaient parmi les membres des aristocraties civiques liées au pouvoir romain de manière privilégiée. C’était un moyen pour ces notables de servir d’intermédiaires entre le nouveau pouvoir et les sujets de celui-ci, mais aussi de progresser dans la hiérarchie sociale et d’accéder à des carrières dépassant largement le cadre de leur cité. À cet égard, ce n’est qu’au début du règne de Néron qu’est attesté un culte impérial provincial, avec pour la première fois, un grand-prêtre à vie des Augustes, désigné par le koinon achéen, dont le titulaire fut C. Julius Spartiaticus, d’illustre ascendance puisqu’il était le petit-fils d’Euryclès de Sparte.

Conclusion

47Je soulignerai trois points concernant la manière dont les Grecs de la vieille Grèce ont négocié le passage au Principat, et pour commencer l’importante différence qui existe dans cette partie de l’empire entre la fin de la République et le ier siècle du Principat. Les Grecs ont manifesté, pendant un bon demi-siècle entre 88 et 31, des comportements erratiques à l’égard des imperatores, à la fois pour des raisons locales et par manque de compréhension des détails de la politique romaine ; ils ont souvent fait les mauvais choix et ont été durement châtiés, même s’il ne faut pas toujours se laisser impressionner par le catastrophisme des sources littéraires. En regard de cela, l’avènement du Principat a été pour eux un soulagement à la fois parce qu’ils pouvaient enfin identifier un interlocuteur unique et parce que celui-ci, Auguste, leur apportait une paix sans précédent après des guerres civiles dont on oublie souvent qu’elles se sont déroulées pour l’essentiel sur le sol grec.

48Auguste, et c’est le deuxième point, a donc joué un rôle-clé dans le lent rétablissement de la Grèce, d’abord parce qu’il fut le premier à en faire une province au sens territorial du terme, c’est-à-dire dotée d’un magistrat régulièrement attesté à sa tête. La structure administrative de cette province présente la particularité, si on la compare avec l’Asie par exemple, d’être moins clairement documentée : la taxation y est difficile à comprendre ; il n’y a que peu d’implantations coloniales ; on n’a pas de trace ferme de conventus et la machine judiciaire romaine n’y est guère visible. Par ailleurs, c’est seulement sous Néron que le koinon achéen, institution inventée par les Grecs, se dote d’un grand-prêtre du culte impérial au niveau provincial.

  • 106 Spawforth, 2012.
  • 107 Spawforth, 2012, p. 56-58: «  the Greek past indeed became a ‘channel of communication’ between Gre (...)

49Le point le plus frappant de ce passage grec de la République au Principat est, en revanche, l’adhésion massive des notables locaux au nouvel ordre et à l’idéologie ambiante. Les régimes politiques sont désormais oligarchiques et, sur les institutions règne une véritable aristocratie dont les membres, en général dotés de la civitas Romana, formeront progressivement à partir du Principat, pour les plus mobiles d’entre eux, un véritable réseau à l’échelle de la province par le biais des intermariages. De manière plus générale, le comportement des élites locales est à interpréter, sur le plan idéologique, à l’aune de ce qu’Antony Spawforth appelle dans un ouvrage paru en 2012 « la révolution culturelle augustéenne »106 : à partir de cette Grèce devenue pour les Romains conservatoire de modèles culturels et passage obligé du « grand tour », Auguste façonna à l’usage de ses compatriotes un hellénisme d’un parfait classicisme mettant en valeur les deux grandes cités traditionnelles, Athènes et Sparte. Dans ce jeu de miroir des interactions réciproques, c’est cet hellénisme réinventé qui devint le lieu de la communication entre les élites grecques et leurs nouveaux maîtres, les uns et les autres partageant le même attachement à l’exemple des ancêtres107.

Fig. 1. Principaux centres urbains, avec l’indication des cités grecques et des fondations romaines en Achaïe, Epire et Macédoine

Fig. 1. Principaux centres urbains, avec l’indication des cités grecques et des fondations romaines en Achaïe, Epire et Macédoine

D’après A.D. Rizakis, Peloponnesian Cities under Roman Rule, dans A.D. Rizakis et Cl.E. Lepenioti (dir.), Roman Peloponnese III, Athènes, 2010, p. 7.

Fig. 2. Base d’Agrippa à Oropos, montrant la gravure de multiples inscriptions antérieures

Fig. 2. Base d’Agrippa à Oropos, montrant la gravure de multiples inscriptions antérieures

D’après I. Oropos, 456, fig. 65.

Haut de page

Bibliographie

Alcock, S. E., 1993, Graecia Capta. The Landscapes of Roman Greece, Cambridge.

Bertrand, J.-M., 1987, Le statut du territoire attribué dans le monde grec des Romains, dans Ed. Frézouls (dir.), Sociétés urbaines, sociétés rurales dans l’Asie mineure et la Syrie hellénistiques et romaines, Strasbourg, p. 95-106.

Cartledge, P. et Spawforth, A. J. S., 1989, Hellenistic and Roman Sparta. A Tale of two Cities, Londres.

Eilers, Cl., 2002, Roman Patrons of Greek Cities, Oxford.

Étienne, R., Müller, Chr. et Prost, Fr., 20143, Archéologie historique de la Grèce antique, Paris.

Ferrary, J.-L., 1988, Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, Rome.

Follet, S., 2002, Les Italiens à Athènes (iie siècle av. J.-C.-ier siècle apr. J.-C.), dans Chr. Müller et Cl. Hasenohr (dir.), Les Italiens dans le monde grec. iie siècle av. J.-C.-ier siècle apr. J.-C., Athènes, p. 79-88.

Fournier, J., 2010, Entre tutelle romaine et autonomie civique. L’administration judiciaire dans les provinces hellénophones de l’Empire romain (129 av. J.-C.-235 apr. J.-C.), Athènes.

Fröhlich, P. et Müller, Chr., (dir.), 2005, Citoyenneté et participation à la basse époque hellénistique, Genève.

Fröhlich, P. et Hamon, P., (dir.), 2013, Groupes et associations dans les cités grecques (iiie siècle av. J.-C.-iie siècle apr. J.-C.), Genève.

Galli, M., 2013, Ritual Dynamic in the Greek Sanctuaries under the Roman Domination, dans M. Galli (dir.), Roman Power and Greek Sanctuaries, Athènes, p. 9-43.

Grandjean, C., 2007, De la drachme au denier, Revue européenne des sciences sociales [En ligne], XLV-137, p. 19-30.

Gruen, E., 1984, The Hellenistic World and the Coming of Rome, Berkeley, 1984.

Guerber, É., 2009, Les cités grecques dans l’Empire romain, Rennes.

Habicht, Chr., 20002, Athènes hellénistique, Paris.

Haensch, R., 1997, Capita provinciarum. Statthaltersitze und Provinzialverwaltung in der römischen Kaiserzeit, Mayence.

Hamon, P., 2007, Élites dirigeantes et processus d’aristocratisation à l’époque hellénistique, dans H.-L. Fernoux et Chr. Stein (dir.), Aristocratie antique : modèles et exemplarité sociale, Dijon, p. 79-100.

Hasenohr, Cl. et Müller, Chr., 2002, Gentilices et circulation des Italiens : quelques réflexions méthodologiques, dans Chr. Müller et Cl. Hasenohr (dir.), Les Italiens dans le monde grec. iie siècle av. J.-C.-ier siècle apr. J.-C., Athènes, p. 11-20.

Heller, A., 2009, La cité grecque d’époque impériale : vers une société d’ordres ?, Annales HSS, 64/2, p. 341-373.

Hoët-van Cauwenberghe, Chr., 2010, Mécanismes d’acquisition et diffusion de la citoyenneté romaine dans le Péloponnèse sous le Haut-Empire, dans Ath. Rizakis et Cl. E. Lepenioti (dir.), Roman Peloponnese III, Athènes, p. 173-192.

Hurlet, Fr., 1997, Les collègues du Prince sous Auguste et Tibère, Rome.

Hurlet, Fr., 2006, Le proconsul et le Prince d’Auguste à Dioclétien, Bordeaux.

Kallet-Marx, R., 1995, Hegemony to Empire. The Development of the Roman Imperium in the East from 148 to 62 BC, Berkeley.

Kantirea, M., 2007, Les dieux et les dieux Augustes. Le culte impérial en Grèce sous les Julio-Claudiens et les Flaviens, Athènes.

Migeotte, L., 1984, L’emprunt public dans les cités grecques, Paris.

Müller, Chr., 1996, Les nomina Romana à Thespies du iie s. a.C. à l’Édit de Caracalla, dans A. Rizakis (dir.), Roman Onomastics in the Greek East, Social and Political Aspects, Athènes, p. 157-166.

Müller, Chr., 2002, Les Italiens en Béotie du iie s. av. J.-C. au ier s. apr. J.-C., dans Chr. Müller et Cl. Hasenohr (dir.), Les Italiens dans le monde grec. iie siècle av. J.-C.-ier siècle apr. J.-C., Athènes, p. 89-100.

Müller, Chr., 2005, La procédure d’adoption des décrets en Béotie de la fin du iiie s. av. J.-C. au ier s. apr. J.-C., dans P. Fröhlich et Chr. Müller (dir.), Citoyenneté et participation à la basse époque hellénistique, Genève, p. 95-119.

Nicolet, Cl. (dir.), 1980, Insula sacra. La loi Gabinia-Calpurnia de Délos (58 av. J.-C.), Rome.

Picard, O., 2010, Rome et la Grèce à la basse époque hellénistique : monnaies et impérialisme, JS, p. 161-192.

Piérart, M., 2010, Argos romaine : la cité des Perséides, dans A. Rizakis et Cl. E. Lepenioti (dir.), Roman Peloponnese III, Athènes, p. 19-41.

Rizakis, A., 1996, Les colonies romaines des côtes occidentales grecques. Populations et territoires, DHA, 22, p. 255-324.

Rizakis, A., 1998,Incolae-Paroikoi : populations et communautés dépendantes dans les cités et colonies romaines de l’Orient, REA, 100, p. 599-617.

Rizakis, A., 2010, Colonia Augusta Achaica Patrensis : réaménagements urbains, constructions édilitaires et la nouvelle identité patréenne, dans A. Rizakis et Cl. E. Lepenioti (dir.), Roman Peloponnese III, Athènes, p. 129-154.

Romano, D. G., 2000, A Tale of two Cities: Roman Colonies at Corinth, dans E. Fentress (dir.), Romanization and the City: Creation, Transformation and Failures, Portsmouth.

Rousset, D., 2004, La cité et son territoire dans la province d’Achaïe et la notion de « Grèce romaine », Annales 59/2, p. 363-383.

Spawforth, A. J. S., 1989, Agonistic Festivals in Roman Greece, dans S. Walker et A. Cameron (dir.), The Greek Renaissance in the Roman Empire, Londres, p. 193-197.

Spawforth, A. J. S., 1994, Corinth, Argos and the imperial cult: Pseudo-Julian, Letters 198, Hesperia, 63, p. 211-232.

Spawforth, A. J. S., 1996, Roman Corinth: the Formation of a Colonial Elite, dans A. Rizakis (dir.), Roman Onomastics in the Greek East, Social and Political Aspects, Athènes, p. 167-182.

Spawforth, A. J. S., 2012, Greece and the Augustan Cultural Revolution, Cambridge.

Steinhauer, G., 2010, C. Iulius Eurycles and the Spartan Dynasty of the Euryclids, dans Ath. Rizakis et Cl. E. Lepenioti (dir.), Roman Peloponnese III, Athènes, p. 75-87.

Zoumbaki, S. B., 2010, Elean Relations with Rome and the Achaean Koinon and the Role of Olympia, dans Ath. Rizakis et Cl. E. Lepenioti (dir.), Roman Peloponnese III, Athènes, p. 111-127.

Haut de page

Annexe

Discours de Néron pour rendre aux Grecs la liberté, précédé d’une convocation à Corinthe et suivi du décret proposé par le grand-prêtre Épaminondas d’Akraiphia (M. Holleaux, « Discours de Néron prononcé à Corinthe pour rendre aux Grecs la liberté », BCH 12 [1888], p. 510-528 = IG VII, 2713 ; traduction modifiée). 28 novembre 67 apr. J.-C.108

« I. Déclaration de l’Empereur César : — « Comme j’entends récompenser la très noble Hellade de l’affection et de la piété qu’elle me témoigne, j’invite les habitants de cette province (eparcheia) à être présents, en aussi grand nombre que possible, à Corinthe, le quatrième jour avant les Kalendes de décembre. »

II. La foule s’étant réunie en assemblée, l’Empereur a fait cette proclamation : « C’est un don inattendu de vous, Hellènes, — encore que de ma bonté magnanime on doive tout espérer, — que je vous accorde, et si grand que vous ne pouviez même le solliciter. Vous tous, habitant l’Achaïe et la terre jusqu’ici nommée Péloponnèse, Hellènes, recevez, avec l’exemption de tous les tributs (aneisphoria), la liberté (eleutheria) que, même aux jours les plus fortunés de votre histoire, vous n’avez pas possédée tous ensemble, vous qui toujours fûtes esclaves ou de l’étranger ou les uns des autres. Ah ! Que n’ai-je pu, aux temps prospères de l’Hellade, donner ce cours à mes bontés, pour voir jouir de ma faveur un plus grand nombre d’hommes ! Et c’est pourquoi j’en veux au temps qui a amoindri d’avance la grandeur d’un tel bienfait. Aussi bien, en ce jour, ce n’est pas la pitié, c’est la piété seule qui me fait généreux envers vous. Et je rends grâces à vos dieux, ces dieux dont, sur terre et sur mer, toujours, j’éprouvai la protection, de m’avoir donné l’occasion d’être si grandement bienfaisant. Des villes ont pu recevoir d’autres princes leur liberté, Néron la rend à une province entière. »

III. Le grand-prêtre perpétuel (archiereus dia biou) des Augustes et de Néron Claudius Caesar Auguste, Épaminondas, fils d’Épaminondas, a dit que la proposition suivante était par lui soumise à l’approbation du Conseil (boulè) et du Peuple (dèmos). — Considérant que le maître du monde entier, Néron, Empereur très-grand (autokratôr megistos), déclaré tribun du peuple pour la treizième fois, père de la patrie, Soleil nouveau (neos Hélios) qui illumine les Hellènes, a résolu d’être le bienfaiteur (euergetein) de l’Hellade ; — qu’il rend grâces et pieux hommage à nos dieux, toujours présents à ses côtés pour le protéger et le conserver ; — que l’éternel privilège de notre pays et de notre sol, la liberté (eleutheria), ravie jadis aux Hellènes, lui, l’Empereur très-grand, entre tous les hommes de tous les temps, seul et unique philhellène, [[Néron]] Zeus Eleutherios nous l’a rendue, gracieusement octroyée, et nous a rétablis dans l’ancienne intégrité de notre autonomie et de notre liberté (autonomia kai eleutheria) ; — qu’à une faveur si grande et si imprévue il a joint encore par surcroît l’exemption des tributs (aneisphoria) qu’aucun Auguste, avant lui, n’avait pleinement accordée ; — à ces causes, plaise aux magistrats (archontes), aux synèdres et au Peuple de décider : en premier lieu, qu’on fera immédiatement la consécration de l’autel proche de (celui de) Zeus Sôter, avec cette dédicace : « À [[Néron]] Zeus Eleutherios, à toute éternité » ; et que l’on consacrera aussi, dans le sanctuaire d’Apollon Ptoios, près (les images) de nos dieux ancestraux, les statues (agalmata) de [[Néron]] Zeus Eleutherios et de la déesse Augusta [[Messalina ( ?)]], afin que, par ces cérémonies, notre cité (polis), elle aussi, donne des preuves manifestes de sa vénération et de sa piété envers la maison (oikos) de notre maître Auguste [[Néron]] ; en second lieu, qu’on placera sur l’agora, près de (l’autel de) Zeus Sôter, une copie de ce décret gravée sur une stèle ; et qu’on en déposera une autre dans le sanctuaire d’Apollon Ptoios ».

Haut de page

Notes

2 Horace, Ep. 2.1. v. 156-157 : Graecia capta ferum victorem cepit et artes intulit agresti Latio.

3 Picard, 2010, p. 189.

4 Ce sont, par ex., les limites chronologiques de l’ouvrage d’Alcock, 1993, qui se fonde sur les résultats des prospections archéologiques. Mais ces découpages ont été contestés par Rousset, 2004, qui préfère des chronologies fines en fonction des régions ou des cités.

5 Alcock, 1993, p. 5.

6 Voir les réserves de Rousset, 2004.

7 Kantirea, 2007 et Fournier, 2010.

8 Müller, 2002 ; Fröhlich, Müller, 2005 ; Fröhlich, Hamon, 2013.

9 Plut., Syll., 14.

10 C’est ce que permet de supposer la lex Gabinia Calpurnia de 58 av. J.-C.: Nicolet, 1980.

11 IG IV2 1, 66.

12 Migeotte, 1984, n°  24.

13 Cic., Ad Att. 9.9.

14 Plut., Brut. 8.

15 Plut., Ant. 68. 7.

16 Sur cette pratique, voir Bertrand, 1987.

17 Plut., Syll. 19.12 ; Paus. 9.7.

18 Voir Alcock, 1993, p. 14.

19 Aen., 3, v. 280 ; D.H., 1.50.4.

20 Strabon, 8.6.23.

21 Cic., Agr., 1. 5.

22 Guerber, 2009, p. 67.

23 Étienne et al., 20143, p. 312-313.

24 Guerber, 2009, p. 194-197 (Amphictionie) et p. 217-218 (Aktia).

25 Tac., Ann, 2.53.2.

26 Hurlet, 1997, p. 507.

27 Par ex. une dédicace en l’honneur d’Agrippa trouvée dans un édifice probablement situé sur l’un des côtés du forum : voir Rizakis, 2010, p. 146.

28 Ibid., p. 8.

29 Paus., 7.18.7.

30 Rizakis, 1996, p. 272.

31 Romano, 2000.

32 Rizakis, 1998.

33 Kantirea, 2007, p. 98-101; Rizakis, 2010, p. 132-133.

34 Étienne et al., 20143, chap. XXV et XXVII.

35 Sur cette réorganisation, Hurlet, 2006, p. 25-35.

36 Paus., 7.16.9-10.

37 Comme l’a souligné Gruen, 1984, p. 524.

38 Fournier, 2010, p. 8.

39 C’est la thèse (radicale) de Kallet-Marx, 1995, p. 42-56.

40 RDGE 18, l. 110-111 (SC de Stratonicensibus, 81 av. J.-C.).

41 Cic., Pis. 37.

42 Guerber, 2009, p. 110.

43 Strab., 17.3.25.

44 Ibid.

45 Tac., Ann. 1, 76.

46 IG VII 2713 (texte en annexe).

47 Paus. 7.17.3-4.

48 Paus. 7.17.3.

49 Voir Hurlet, 2006, p. 154 et n. 110.

50 IG VII, 2711, l. 7.

51 Haensch, 1997, p. 324-325; Fournier, 2010, p. 41-42.

52 Ibid., p. 88-98.

53 Cic., Fam., 4.12.1.

54 Fournier, 2010, p. 293 et p. 364-365.

55 Paus., 3.26.7 et 4.1.1 ; 30.2 ; 31.1-2.

56 Spawforth, 1994, p. 223.

57 Kallet-Marx, 1995, p. 59-65.

58 RDGE 23.

59 Grandjean, 2007; Picard, 2010.

60 Zoumbaki, 2010, p. 117-118.

61 IG VII, 2711. Voir Guerber, 2009, p. 110.

62 Sur la circulation de ces Italiens entre la péninsule italique et l’Egée, voir Hasenohr, Müller, 2002.

63 ID 1661 (vers 70 av. J.-C.).

64 Voir Nicolet, 1980.

65 Follet, 2002.

66 Müller, 2002.

67 Spawforth, 1996.

68 IG VII, 1862.

69 CIL III, 7301 : Müller, 2002, p. 93-95.

70 BCH 26 (1902), p. 297, n°  16.

71 PIR1 S 615.

72 Eilers, 2002, p. 204, C 24.

73 Ibid., C 26.

74 Ibid., p. 176.

75 Müller, 2005, p. 114-117; Hamon, 2007, p. 87-88.

76 Piérart, 2010, 24-25 (avec le texte du document).

77 La mention de la boulè réapparaît sous le Principat, peut-être vers le milieu du ier s. apr. J.-C., par ex., en Béotie, dans IG VII, 2713 (67 apr. J.-C. : cf. annexe).

78 C’est, par ex., la position de Fournier, 2010, p. 105, qui résume les opinions de ses prédécesseurs.

79 Heller, 2009.

80 Hamon, 2007, p. 98.

81 Habicht, 2000², p. 348.

82 Fournier, 2010, p. 162-164.

83 Sur Sparte romaine, voir Cartledge, Spawforth, 1989.

84 Ibid., p. 174.

85 Ibid., p. 204.

86 J’emprunte le terme à Hamon, 2007, p. 99.

87 Voir, de manière générale, les articles inclus dans Rizakis, 1996. Pour une synthèse récente sur le Péloponnèse, Hoët-van Cauwenberghe, 2010.

88 Müller, 1996, p. 163.

89 Sur le personnage, voir en dernier lieu Steinhauer, 2010.

90 Strab., 8.5.1.

91 Strab., 8.5.5.

92 Cartledge, Spawforth, 1989, p. 97-104; Steinhauer, 2010.

93 Spawforth, 1989.

94 Verr., 2.4.4.

95 Paus., 9.27.3.

96 I. Oropos, 456.

97 IThesp [en ligne], 421.

98 IThesp, 422-423.

99 Hurlet, 1997, p. 440-441.

100 Kantirea, 2007, p. 26.

101 Galli, 2013, p. 26.

102 Plut., Tit., 16.4-7.

103 IG VII, 2713 (voir Annexe).

104 Kantirea, 2007, p. 188.

105 Corinth, VIII.3, 156 (sous Claude).

106 Spawforth, 2012.

107 Spawforth, 2012, p. 56-58: «  the Greek past indeed became a ‘channel of communication’ between Greek subjects and Roman dunasteuontes, and […] it had the potential ‘actively to shape attitudes to the present’ by setting up ‘Classical’ Greece as a store of cultural excellence shared by Romans no less than by Greeks » (p. 57).

108 Le nom de Néron fait l’objet d’une damnatio memoriae, marquée par une érasure entre doubles crochets droits.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Principaux centres urbains, avec l’indication des cités grecques et des fondations romaines en Achaïe, Epire et Macédoine
Légende D’après A.D. Rizakis, Peloponnesian Cities under Roman Rule, dans A.D. Rizakis et Cl.E. Lepenioti (dir.), Roman Peloponnese III, Athènes, 2010, p. 7.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Fig. 2. Base d’Agrippa à Oropos, montrant la gravure de multiples inscriptions antérieures
Légende D’après I. Oropos, 456, fig. 65.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1251/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christel Müller, « Les Romains et la Grèce égéenne du ier s. av. J.-C. au ier s. apr. J.-C. : un monde en transition ? », Pallas, 96 | 2014, 193-216.

Référence électronique

Christel Müller, « Les Romains et la Grèce égéenne du ier s. av. J.-C. au ier s. apr. J.-C. : un monde en transition ? », Pallas [En ligne], 96 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://pallas.revues.org/1251 ; DOI : 10.4000/pallas.1251

Haut de page

Auteur

Christel Müller

Professeur d’histoire grecque
Université Paris-Ouest - Nanterre-La Défense
UMR 7041 ArScAn - Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, René-Ginouvès
christel.muller@mae.u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org