Navigation – Plan du site

Les Romains en Égypte, de Ptolémée XII à Vespasien

Romans in Egypt, from Ptolemy XII to Vespasian
Bernard Legras
p. 271-284

Résumés

Cette réflexion a pour objet de présenter une typologie des citoyens romains présents en Égypte depuis le règne du roi Ptolémée XII (80-51 av. J.-C.) jusqu’à celui de l’Empereur Vespasien (69-79). L’intérêt des Romains pour le royaume des Ptolémées s’exprime de multiples manières : voyages culturels ou interventions militaires, activités diplomatiques ou affaires économiques. Cette présence multiforme prépare par bien des aspects la conquête, qui aboutit à la provincialisation du royaume. Les Romains d’Égypte appartiennent désormais à deux grandes catégories : l’administration et l’armée. La citoyenneté alexandrine devient «  l’antichambre  » de l’accès à la citoyenneté romaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Prosopographie des Romains en Égypte sous les Ptolémées : La’da, 2002 : ῾Ρωμαῑος : n° E 2376-2382 ( (...)
  • 2 Mélèze-Modrzejewski, 1998 ; Capponi, 2005 ; Legras, 2009, en particulier p. 27-36.

1L’étude s’articule autour de quelques grandes figures de Romains présents en Égypte1, en laissant cependant de côté l’action des imperatores républicains (Pompée, César, Marc Antoine ou Octavien), puis des principes romains, ce qui nous entraînerait à écrire une histoire politique d’un royaume entré dans la sphère d’influence et de conquête de Rome, puis une histoire des visites impériales dans la province impériale. Elle envisage tout d’abord les raisons de la présence des Romains dans l’Égypte tardo-ptolémaïque où l’emprise de Rome est de plus en plus forte, puis dans la nouvelle province impériale où le statut augustéen a pour objectif de la contrôler socialement et politiquement, mais où l’esprit de sédition et de résistance demeure vivant à Alexandrie et dans la vallée du Nil2.

  • 3 Heilporn, 2010; Foraboschi, 2014.
  • 4 Huss, 2001, p. 421.
  • 5 Heinen, 1978, p. 188-192.
  • 6 Huss, 2001, p. 571-575.
  • 7 Voir infra, 2.
  • 8 Heinen, 2009. Cf. Legras, 2012, p. 375-377.

2Les premiers contacts entre le royaume des Ptolémées et Rome se placent au IIIe siècle av. J.-C.3 Ptolémée II Philadelphe envoie en 273 av. J-.-C une ambassade à Rome immédiatement suivie d’une ambassade romaine à Alexandrie. Cet échange diplomatique débouche sur l’établissement de relations amicales entre les deux puissances. Il a des conséquences économiques car les premières émissions monétaires romaines en argent, en 269 av.-J.-C., sont directement inspirées de celles d’Arsinoé II Philadelphe. Le plus ancien papyrus documentaire mentionnant un Romain en Égypte, un document conservé à Londres, P. Lond. VII 1986, est un contrat de crédit rédigé à Alexandrie et daté de 252 av. J.-C. où apparaît un témoin nommé Dinnus, qui appartient à un corps de mercenaire de l’armée ptolémaïque commandé par Automédon. L’influence diplomatique romaine s’affirme à partir de la première moitié du IIe siècle av. J.-C. En juillet 168, une ambassade romaine conduite par Caius Popilius Laenas exige et obtient, dans le faubourg alexandrin d’Eleusis, le retrait d’Égypte des troupes d’invasions séleucides d’Antiochos IV. M. Aemilius Lepidus n’est cependant sans doute jamais devenu le tuteur du jeune roi Ptolémée V Épiphane comme l’affirment deux auteurs anciens (Valère-Maxime et Justin)4. Ptolémée VIII Évergète II cherche et obtient l’appui du sénat romain dans la guerre civile qui l’oppose à son frère Ptolémée VI Philomêtôr. Il lègue son royaume par testament au peuple Romain, en 156/155 av. J.-C., au cas où il mourrait sans héritiers (SEG IX 7). L’accueil fastueux qu’il réserve en 140/139 à l’ambassade romaine conduite par Scipion Émilien suscita critiques et incompréhensions des Romains face au luxe exhibé par le roi5. Sous son règne Rome devient le patronus du monarque ptolémaïque6. Ptolémée XII Aulète doit son maintien au pouvoir à Rome7. Mais les deux derniers Ptolémées bafouent aux yeux des Romains les valeurs d’amicitia et de fides8. Pompée est assassiné sous le règne de Ptolémée XIII, alors mineur, dès son arrivée sur les côtes égyptiennes en juillet 48. Selon la propagande octavienne, Cléopâtre VII fait de Marc Antoine un jouet velléitaire et soumis en inversant les liens de clientèle entre Alexandrie et Rome.

1. Diplomates, intellectuels et commerçants romains en Égypte tardo-ptolémaïque 

  • 9 Lippert, 2004, p. 23-24.

3Un événement que l’on peut fixer au début de la 180e olympiade, en 60/59 av. J.-C. quand Ptolémée XII Néos Dionysos « Aulète » n’a pas encore été reconnu officiellement par le sénat romain comme souverain légitime illustre les incompréhensions des Romains face au monde égyptien. Cette reconnaissance qu’il attendait depuis 80 n’a en effet été acquise qu’en 59 à la suite des efforts (largement rémunérés) de César et de Pompée. Il s’agit des conséquences désastreuses du meurtre d’un chat sacré par un visiteur romain. Diodore (1, 83, 8-9) rapporte en effet que le coupable fut mis à mort : « la foule (égyptienne) se précipita vers la demeure du coupable, et ni les magistrats envoyés par le roi pour le protéger ni la peur inspirée par Rome n’eurent assez de force pour empêcher le châtiment de l’homme, bien que son acte ait été involontaire ». Cette mise à mort est conforme à ce que disent d’autres sources gréco-romaines (Hérodote 2, 65 ; Cicéron, Tusculanes, disp. 5, 27), mais aussi les sources démotiques en particulier le Manuel de droit égyptien de Berlin provenant sans doute d’Akhmin et datable d’après 245 av. J.-C. (P. Berlin P 23757 recto, colonne 2, lignes 25-289). La peine prévue pour celui qui maltraite un animal sacré est la « prison ». On imagine que ce voyageur romain était totalement ignorant en droit égyptien, et qu’il ne mesurait pas le châtiment infligé envers les meurtriers d’animaux sacrés comme les chats ou les ibis.

  • 10 Sur le tourisme en Égypte : Milne, 1916 et Hohlwein, 1940.

4Les diplomates romains en visite à Alexandrie peuvent en profiter pour visiter le pays. C’est le cas en 112 av. J.-C. pour le sénateur Lucius Memmius dont le voyage « touristique » est connu par le P. Tebt. I 33, l. 3 ( =W. Chr. 3), une circulaire envoyée par un haut fonctionnaire alexandrin aux autorités du nome Arsinoïte, le Fayoum, pour qu’elles lui préparent une réception digne de l’illustre visiteur. Les autorités locales sont incitées à lui montrer le Labyrinthe et les crocodiles sacrés. Mais la grande période du tourisme romain date en fait de l’époque romaine en Égypte10.

  • 11 Pour le regard de Cicéron sur l’Égypte : Legras, 2014, p. 275-277.
  • 12 Yoyotte et al., 1997, p. 15-57. Cf. en particulier la comparaison entre les Œuvres de Diodore et de (...)

5Des intellectuels s’intéressent au pays. L’historien Diodore de Sicile y effectue un voyage d’études durant les années 60-56 av. J.-C. Parallèlement aux données recueillies dans ses déplacements, il travaille probablement dans la riche bibliothèque du Sarapieion d’Alexandrie (42.800 volumes à l’époque de Callimaque, au iiie siècle av J.-C.). Les matériaux recueillis lui servent pour l’écriture de la Bibliothèque historique. Dans une lettre de la première moitié d’avril 59 (Att. 2, 5), Cicéron exprime son désir de visiter « Alexandrie et le reste de l’Égypte », en usant d’une intéressante expression qui le place parmi ceux qui estiment qu’Alexandrie est « en Égypte » (in Aegypto) et non « à côté de l’Égypte » (ad Aegyptum). Cette envie est liée à l’espoir de voir aboutir sa nomination comme ambassadeur des triumvirs. Cette ambassade aurait pour but de faire reconnaître les droits au trône d’Égypte de Ptolémée XII qui venait d’être reconnu par César et Pompée comme « ami et allié du peuple romain » contre la somme de 6.000 talents. Mais il n’explicite pas cette envie d’Égypte. Il écrit vouloir renoncer à toute ambition politique et donne l’impression de vouloir faire un voyage d’études : « Faible caractère que le mien, n’est-ce pas ? Mais que m’importe cette ambition, quand je désire renoncer à toutes et me consacrer entièrement, de toute mon âme, à la philosophie (φιλοσοφεῑν) ? Oui, tel est mon dessein ; que ne l’ai-je formé dès le début ! »11. Le géographe grec Strabon d’Amasée, admirateur d’Octavien, séjourne au moins cinq années en Égypte sous la préfecture de son ami Aelius Gallus (27-25 av. J.-C.), le successeur de Caius Cornelius Gallus, et sous la préfecture de C. Petronius (25-20 av. J.-C.). Sa présence à Alexandrie et dans la chôra lui offre des sources exceptionnelles pour écrire sa description de l’Égypte incluse dans le livre XVII de sa Géographie historique12.

  • 13 Cf. Malaise, 1972, p. 319-320.
  • 14 Sur les lacunes de la papyrologique concernant Alexandrie cf. Lukaszewicz, 1998.
  • 15 L’incertitude règne sur l’identité familiale de Caius Iulius Papius, dans lequel Letronne voulait v (...)
  • 16 Malaise, 1972, p. 317-318.
  • 17 CIL VI 2246 =ILS 4404. Cf. Dessau, 1911, p. 618.
  • 18 Aegypta, apud Cic. Fam. 16, 15, 1-2 ; Att. 8, 15, 1 ; 12, 37, 1 ; 13, 3, 2 ; Isidorus, apud Cic. At (...)
  • 19 Cic., Orat. 70, 232.
  • 20 Suet., Caes. 39, 1.
  • 21 Plut., Ant. 33, 2.

6L’existence d’une communauté italienne à Alexandrie avant la conquête reste problématique13. Elle est cependant probable dans cet emporion que Strabon (17, 1, 13) définit comme « le plus grand de l’œcoumène ». Les noms latins que l’on voit apparaître dans les papyrus peuvent en fait concerner des negotiatores de passage, des soldats ou des vétérans14. Il est frappant de constater que dans sa défense de Rabirius Postumus Cicéron ne mentionne pas un seul negotiator d’Alexandrie. Dans la Guerre d’Alexandrie du pseudo-César les negotiatores sont totalement absents. Il semble qu’on avance sur un terrain plus assuré dans les domaines religieux et culturels. Le 28 mars de l’an 32 av. J.-C., le commandant Caius Iulius Papius accompagné de son fils, d’amis et de huit centurions, consacre un proscynème à Isis dans le temple de Philae (I. Philae 63)15. Selon Michel Malaise, des esclaves originaires d’Égypte auraient été ramenés par des voyageurs illustres après un séjour dans le pays, ce qui aurait contribué à la diffusion des cultes isiaques16. Rabirius Postumus serait revenu à Rome avec Hermodorus, un affranchi, dont la fille était prêtresse d’Isis17. Cicéron avait un esclave, qu’il jugeait cultivé, nommé Aegypta, Son entourage compte aussi un Isidorus et un Sérapion, qui ne sont cependant pas obligatoirement des Égyptiens adeptes de cultes isiaques18. Il mentionne également les multi eunnuchi ex Aegypto19. Des médecins égyptiens s’établirent probablement à Rome quand César leur fit donner la civitas romana pour les attirer dans la Ville20. Des artistes et des devins s’y établirent aussi. Marc Antoine est suivi en Italie, après sa réconciliation avec César, de son astrologue égyptien21.

2. Les prémices de l’exploitation de l’Égypte par Rome : Gabinius et Rabirius

  • 22 Cf. Huß, 2001, p. 693-695, qui souligne qu’elle ne fut pas une « promenade » militaire.
  • 23 Caes., Bell. Civ. 3, 4, 4 (qui donne leur nombre : 500) ; 103,5 ; 110, 2 et 6 ; D. C., 42, 38, 1 ; (...)
  • 24 Sur Rabirius : Guiraud, 1905, p. 204-240 ; Dessau, 1911 ; Boulanger, 1949, Introduction ; Klodt, 19 (...)
  • 25 Cf. Thomas, 1978.
  • 26 Cic., Pro C. Rab. Post. 10, 28 : « En fait dès son arrivée à Alexandrie (…) le roi lui proposa comm (...)
  • 27 Balconi, 1993 et 1994. De provenance inconnue, il est datable selon l’éditrice entre le milieu du p (...)
  • 28 L’identification du Postumus du papyrus reste débattue. Nous suivons les auteurs qui l’identifient, (...)
  • 29 Cic., Pro C. Rab. Post. 14, 39.
  • 30 Cic., Pro C. Rab. Post. 14, 40. Cette information semble en contradiction avec celle qui voit Rabir (...)
  • 31 Cic., Pro C. Rab. Post. 10, 28.
  • 32 Cic., Pro C. Rab. Post. 10, 27.

7La restauration de Ptolémée XII Aulète sur son trône ne fut possible que par une intervention militaire romaine en Égypte22. En 55 av. J.-C., Aulus Gabinius, le proconsul de Syrie, entre à l’instigation de Pompée dans Alexandrie pour le rétablir dans son pouvoir royal. Un corps d’occupation romaine formé de Gaulois et de Germains reste à Alexandrie pour protéger Aulète23. Le publicain Caius Rabirius Postumus, qui avait prêté d’importantes sommes d’argent à Aulète afin qu’il puisse acheter des soutiens, est nommé diœcète, en 55 av. J.-C.24. Il s’agit de la charge de diœcète central à Alexandrie, dont la responsabilité s’étend à toute l’administration du royaume et à la direction de toute son économie. Il procède en particulier à la nomination des fonctionnaires de rang inférieur25. Cette charge, qu’il assuma jusqu’en octobre 54, devait permettre de récupérer les sommes qu’il avait prêtées à Aulète26. L’un et l’autre n’en tirèrent finalement pas profit : Gabinius fut jugé dans un procès, qui commence à l’automne 54, sur une triple accusation de maiestate, de repetundis et de ambitu. Il sort disculpé de l’accusation de maiestate ; mais est condamné pour l’accusation de repetundis à une amende de 10.000 talents. Insolvable il doit s’exiler. Rabirius dut, quant à lui, quitter l’Égypte sous la pression des Alexandrins, qui ne supportent plus ses exactions, Aulète l’ayant fait emprisonner peut-être pour le protéger de la vindicte et lui permettre de fuir le pays. La publication d’un papyrus de Florence, P. Med. inv. 68.53 ( =SB XXII 15203) recto27, par Carla Balconi, doit très probablement être considérée comme une source importante sur le regard que les Alexandrins portaient sur le diœcète Rabirius Postumus28. Le texte très fragmentaire conservé au recto précise les raisons qui ont poussé à un soulèvement alexandrin contre le diœcète, une hypothèse qui ne reposait jusqu’en 1992 que sur le seul témoignage de Cicéron. Rentré en Italie il est accusé et défendu par Cicéron dans le Pro C. Rabirio Postumo. Dans ce procès qui eut lieu vers 53-52, Rabirius devait faire face à une accusation principale celle de concussion, et à des accusations secondaires comme le port du costume grec ou une participation indirecte à la corruption du Sénat romain par Aulète. Cicéron se fait l’écho d’accusation de tyrannie à Alexandrie29, une accusation à laquelle pourrait faire écho le SB XXII 15203 recto Col. I, l. 1 et suiv., où l’on lit qu’il a reçu l’arkhè, un terme désignant un pouvoir autocratique. On est en droit de penser que leur position leur a offert une connaissance précise de l’armée, de l’administration, et l’économie et des finances ptolémaïques. Cicéron mentionne ainsi les exportations de rouleaux de papyrus, de lin et de verre réalisées sur des navires de Rabirius navigant vers Pouzzoles30. Il affirme de même que Rabirius, qui détestait porter le costume de diœcète, ne l’acceptait que pour en « conserver le titre (nomen) et la fonction (munus) »31. Porter ce costume « lui donnait l’espoir de récupérer un jour sa fortune32 ». Le papyrus SB XXII 15203 permet de se faire une idée des reproches que lui faisaient les Alexandrins : révocation arbitraire de fonctionnaires ayant reçu leur charge « de leurs pères et grands-pères » remplacés par des hommes « inaptes et désespérés » (lignes 3-7), et vente, probablement illicite, de « biens possédés depuis longtemps (lignes 7-8) ». Il aurait aussi obtenu que « l’on mette à l’écart les plus compétents et les plus utiles des administrateurs, accusés de vol ». Il aurait donc éliminé des fonctionnaires issus de familles d’agents de l’État pour les remplacer par des incompétents, vendus des biens publics, et fait condamner des administrateurs pour vol. On peut donc estimer que Rabirius avait une bonne connaissance de l’administration du pays, dont il a cherché à tirer le plus grand profit.

3. Un papyrus de 33 av. J.-C. sur les intérêts économiques romains en Égypte

  • 33 Sarischouli, 2000 ; Van Minnen, 2000 ; 2000-2001 ; 2001 ; Zimmermann, 2002. Nous renvoyons le lecte (...)
  • 34 Van Minnen, 2000, p. 32.

8La publication (en 2000) du papyrus dit de Cléopâtre, P. Bingen 45, qui est très certainement un prostagma royal accordant des privilèges économiques à un Romain, a fait connaître le dernier décret ptolémaïque. Ce papyrus d’Abousir el-Melek, conservé dans la Papyrussammlung des Musées d’État de Berlin (Staatliche Museen zu Berlin), est daté du 12 février 33, soit trois ans avant la mort de la reine le 12 août 30 av. J.-C. Cette publication a immédiatement déclenché un intense débat scientifique sur la nature de ce document et sur l’éventuelle « signature » manuscrite de la reine dans la souscription. Les arguments déployés par Peter van Minnen, qui republie le texte avec des propositions de corrections, identifiant ce document comme une ordonnance royale, nous paraissent infiniment plus convaincants que ceux de l’éditrice proposant l’hypothèse d’une synchôrèsis alexandrine, ou celle de Klaus Zimmermann proposant celle d’une lettre royale à Césarion33. L’éventuelle main de la reine inscrite sur le papyrus reste une hypothèse qui reste à prouver, l’énigmatique γιννέσθωι (ginnesthô , « Que ce soit fait ») de la dernière ligne du texte (deuxième main) pouvant plus certainement être celle d’un haut fonctionnaire alexandrin. Nous donnons ici une traduction fondée sur la nouvelle édition du papyrus par Peter van Minnen34 :

« [Note du bureau] Recu, an 19 =4, le 26 Mécheir
     [Destinataire] A […]
     [Texte de l’ordonnance] Nous avons accordé à Publius Canidius et à ses héritiers l’exportation annuelle de 10.000 artabes de blé et l’importation annuelle de 5.000 amphores de vin de Kos, sans que quiconque n’exige quoi que ce soit de taxe ou toute autre dépense de quelque sorte que ce soit. Nous avons aussi accordé l’exemption de taxe sur toute la terre qu’il possède en Égypte, étant entendu qu’il ne paiera pas de taxe ni au compte de l’État ni à notre compte spécial ni à celui d’autres, à tous égards à perpétuité. Nous avons aussi accordé que tous ses fermiers soient exemptés des obligations personnelles et des taxes sans que quiconque n’exige quelque chose d’eux, pas même de contribuer aux impositions occasionnelles dans les nomes ou de payer pour les dépenses des soldats et des officiers. Nous avons aussi accordé que les animaux utilisés pour les labours et les semailles, aussi bien que les bêtes de somme et les bateaux utilisés pour le transport de blé, soient de même exemptés des obligations personnelles et des taxes et ne puissent être réquisitionnés. Que ceci soit écrit à ceux qui sont concernés de sorte que, le connaissant, ils puissent agir en conséquence.
[Souscription] Que ce soit fait ».

  • 35 Les arguments paléographiques mis en avant par Kl. Zimmermann semblent convaincants.
  • 36 Sur la gestion de l’idios logos, cf. les propositions de Zimmermann, 2002, p. 135-137, qui restitue (...)

9Le bénéficiaire est un Romain dont le nom partiellement lacunaire est, selon P. van Minnen, Publius Canidius Crassus et, selon Kl. Zimmermann, Quintus Cascellius. Il s’agit dans les deux cas de Romains de premier plan liés à l’Égypte. P. Canidius Crassus, légat en Gaule en 43 av. J.-C., consul suffect en 40 av. J.-C., est l’un des soutiens de Marc Antoine, d’où sa présence en Égypte. Q. Cascellius appartient à la gens Cascellia qui possède des terres dans la vallée du Nil35. Le grand intérêt de ce prostagma est de faire apparaître clairement la connaissance du système économique ptolémaïque qu’il apporte au bénéficiaire de ces privilèges fiscaux. Il renseigne sur certains points forts du commerce alexandrin, l’exportation de blé (ici env. 300 tonnes) et l’importation de vin grec de qualité (ici env. 1.300 litres). Mais le plus intéressant est sans doute le catalogue des privilèges fiscaux sur les terres, les animaux utilisés pour les travaux agricoles et les navires utilisés pour le transport du blé. Il renseigne également sur les différentes caisses ptolémaïques (comptes de l’État et compte privé, l’idios logos36) et sur le poids des prélèvements pour l’entretien de l’armée. Il apporte la preuve que des Romains de l’élite connaissaient le cadre du système fiscal d’exploitation des richesses agricoles du pays, non seulement par le récit de voyageurs, de géographes ou d’historiens, mais par leur intégration directe dans l’économie du pays. Ce type de document formait donc une source directe d’information par la pratique de l’économie du pays avant même la conquête augustéenne.

4. L’impact des garnisons romaines dans la chôra égyptienne sous Cléopâtre VII

  • 37 Bingen, 1982, p. 11.
  • 38 Miller, 1875, p. 111.
  • 39 Bingen, 1982, p. 16.

10Une inscription bilingue grec/latin, un décret d’asylie, datable du règne de Cléopâtre VII et de Césarion donne de précieuses informations sur la présence militaire romaine en Égypte avant la conquête augustéenne. Elle est connue depuis le dernier tiers du xixe siècle, et intégrée au corpus sur les asylies dans le monde hellénistique publié par Kent Rigsby, Asylia n° 228. Cette inscription conservant un décret d’asylie pour une synagogue occupe « une place particulière dans notre documentation épigraphique de Basse-Égypte » comme le faisait déjà remarquer Jean Bingen37. Gravée sur une stèle d’albâtre, acquise au Caire au xixe siècle, conservée au Bode Museum (Staatliche Museen zu Berlin), publiée en 187538, elle reste d’origine inconnue. Une origine de Basse-Égypte reste la plus plausible39. La lecture de l’inscription est bien établie :

« (Grec) Par ordre de la reine et du roi (Βασιλίσσης καὶ βασιλέως προσταξάντων), en remplacement de la stèle précédente portant dédicace de la maison de la prière ( = synagogue), que soit écrit ce qui suit : « Le roi Ptolémée Evergète (déclare) la maison de la prière lieu d’asile (ἄσυλον) » .
(Latin) La reine et le roi ont donné ordre (regina et rex iusser(unt) ».

  • 40 Mommsen, 1881. Cf. aussi CIL III Suppl. 6583.
  • 41 Le document ne figure ainsi pas dans le Corpus des Ordonnances des Ptolémées (C. Ord. Ptol.) de Mar (...)
  • 42 Bingen, 1982, p. 15.
  • 43 Cf. Rigsby, 1996, p. 576.
  • 44 Sur ce décret et les Juifs d’Égypte cf. la bibliographie réunie par Horbury, Noy 1992, n° 228, p. 2 (...)
  • 45 Bingen, 1982, p. 16.
  • 46 Sur l’asylie dans l’Égypte ptolémaïque, cf. Legras, 2011, en particulier p. 101-189.

11La question de l’identité du roi et de la reine ne fait plus de doute aujourd’hui. L’identification avec la reine Zénobie de Palmyre et son fils Vaballath et la datation en 270-272 apr. J.-C., proposées par Theodor Mommsen dès 188140, puis par Ulrich Wilcken (W. Chr. 54) et d’autres savants41, doivent être abandonnées pour des raisons paléographiques42. Une paléographie d’époque ptolémaïque tardive et le fait que seuls Cléopâtre VII et Césarion soient désignés « comme reine et roi » dans les acta de la chancellerie ptolémaïque désignent sans conteste la dernière reine lagide et son fils Césarion comme les auteurs du prostagma43. Cette lex sacra a été concédée à une synagogue par un roi Évergète44. Rien ne permet de trancher définitivement entre Ptolémée III et Ptolémée VIII, mais l’attribution du décret à Évergète II est plus probable en raison de la rareté des décrets d’asylie au iiie siècle av. n. è. Le bilinguisme du décret permet de comprendre le contexte de sa promulgation. Il s’explique par la présence sur le territoire égyptien des troupes romaines de Marc Antoine. Il s’agissait à la fois de protéger cet espace sacré contre d’éventuels débordements de soldats mal disciplinés, mais aussi par le fait que les Juifs se réunissant dans cette synagogue ont pu voir dans cette armée « le seul vrai garant » de cette asylie45. Leur rôle devait donc être double, respecter l’inviolabilité du lieu, mais aussi le faire respecter46. L’armée romaine apparaît donc avant même la conquête augustéenne comme garante de l’ordre et de la sécurité en assurant dans un espace, qui avoisine peut-être un camp romain, une pax Romana.

5. Rome et l’Égypte : une province « mise à part » (Tacite, Annales I, 59, 3)

  • 47 Mélèze-Modzejewski, 1997, p. 266.

12Le statut augustéen de l’Égypte a défini les rapports entre le conquérant et les conquis. L’Égypte est constituée en province impériale dotée d’une incontestable singularité. Le princeps reçoit une autorité exclusive sur l’Égypte, au nom du peuple romain. Il est représenté à Alexandrie par un chevalier, le préfet d’Égypte, qui est muni d’un imperium « à la manière d’un proconsul ». La politique augustéenne a fondamentalement pour but d’instaurer un isolement de la province et d’éviter toute sécession de l’Égypte. La pierre angulaire du statut augustéen de la province est une triple opération sénatoriale : interdiction pour les sénateurs romains de se rendre en Égypte, sauf autorisation explicite du princeps ; impossibilité pour les Romains d’Égypte de devenir sénateurs à Rome ; refus de l’existence d’un sénat (boulê) dans la cité d’Alexandrie. Dion Cassius, Histoire romaine 51, 17 explique très clairement les motivations d’Auguste ; pour les deux premiers interdits : le poids démographique du pays, « le caractère facile et léger de leurs mœurs » ; le rôle central du blé égyptien pour l’approvisionnement de Rome ; pour le troisième interdit : le « tempérament révolutionnaire » des Alexandrins. Ce triple interdit est au cœur du différent romano-alexandrin jusqu’aux réformes de Septime Sévère, qui rétablit cette boulê alexandrine. Les Alexandrins n’auront de cesse de demander le rétablissement de leur sénat (Cf. la Lettre de l’empereur Claude aux Alexandrins du 10 novembre 41, P. Lond. VI 1912 =CPJ II 153, lignes 66-72, et le Papyrus de la Boulê, PSI X 1160 =H. Musurillo, Acts of the Pagan Martyrs, Oxford, 1954, I- CPJ II 150). Ces ambassades comptent en général douze membres issus de l’élite citoyenne, dont un nombre significatif est toujours composé d’Alexandrins bénéficiant de la citoyenneté romaine. La lettre de Claude aux Alexandrins (Colonne II, lignes 16-20) conserve les noms des douze ambassadeurs : Tiberius Claudius Barbillus, Apollonis fils d’Artémidôros, Chairêmôn fils de Léonidas, Marcus Julius Asklépiadês, Gaius Julius Dionysios, Tiberius Claudius Phanias, Pasiôn fils de Potamôn, Dionysios fils de Sabbiôn, Tiberius Claudius Archibios, Apollonios fils d’Aristôn, Gaius Julius Apollonios et Hermaiskos fils d’Apollonios. Ces ambassadeurs appartiennent à de grandes familles actives dans la vie alexandrine sur plusieurs générations : ainsi pour Gaius Julius Dionysios, meneur antisémite et ambassadeur auprès de Claude en 41, dont le petit-fils, sans doute Dionysios fils de Glaukôn, élève du philosophe Chairémôn, titulaire de plusieurs postes administratifs à Rome dont celui de chef du bureau impérial des affaires grecques, est ambassadeur alexandrin sous Trajan (P. Oxy. X 1242 =CPJ II 157, col. I)47.

  • 48 Alston, 1995.
  • 49 Bussi, 2008, p. 69-109.
  • 50 Pline, Lettres, 5-7 et 10 (Lettres de Pline à l’empereur Trajan en faveur de son médecin Harpocras, (...)

13La présence romaine est désormais constituée par les procurateurs impériaux, au premier rang les préfets, les soldats et les vétérans restés dans la province après la fin du service (honesta missio)48, et une minorité de citoyens alexandrins ayant reçu le droit de cité romaine49. Les pérégrins d’Égypte peuvent en effet recevoir la citoyenneté romaine, mais ils doivent auparavant devenir citoyens alexandrins, la citoyenneté alexandrine devenant ainsi « l’antichambre de la citoyenneté romaine »50. Les citoyens romains installés en Égypte se distinguent donc peu socialement et culturellement des pérégrins hellénophones. Dans le village de Karanis, dans l’oasis du Fayoum, les vétérans romains représentent environ 14 % d’une population estimée à 2 ou 3 000 habitants.

  • 51 Zardo, 2007.
  • 52 Van Der Horst, 1984.
  • 53 Cizek, 1982, p. 122.
  • 54 Mélèze-Modzejewski, 1997, p. 255-262, en part. p. 258.
  • 55 Chalon, 1964.

14On sait la place que tient l’Égypte à Rome dans le domaine religieux avec la diffusion des cultes d’Isis et de Sarapis et dans le domaine architectural avec une véritable égyptomanie. La ville de Rome possède encore aujourd’hui dix-huit obélisques dont neuf viennent d’Égypte51. Sur le plan humain on retiendra, à titre d’exemples, les influences philosophiques et politiques de personnages liés à l’Égypte : l’Alexandrin Areios Didymos, maître d’Octavien ; l’Égyptien Chairêmôn, l’un des précepteurs de Néron ; les Romains Caius Cornelius Gallus, premier préfet d’Égypte, ou le préfet Tiberius Julius Alexander en place lors de la crise des années 68-69. Le philosophe stoïcien Areios, ami de Mécène, fut le précepteur grec du jeune Octavien. L’amitié qu’il lui conserve est l’une des causes du pardon accordé par Auguste dans le discours qu’il prononce en grec à Alexandrie, lors de son entrée triomphale dans la ville en août 30 av. J.-C. (Dion Cassius 51, 16). Son influence perdura après les années de formation. Areios est l’auteur de la fameuse formule qui condamnait à mort Ptolémée Césarion, le prétendu fils de César et de Cléopâtre VII : « Il n’est pas bon qu’il y ait plusieurs Césars ». Chairêmôn est à la fois un prêtre égyptien, un hiérogrammate et un philosophe stoïcien52. Cet intellectuel aux savoirs multiples devint peut-être bibliothécaire du Musée d’Alexandrie. Il est frappant de constater que son élève, le futur empereur Néron, a mené une politique notoirement égyptophile (cf. Suétone et Tacite). Les hommes venus d’Égypte jouissent d’une grande confiance à la cour de Néron, ainsi Norbanus Ptolémée qui est à la tête du trésor impérial à partir de 6353. La correspondance de Néron avec les élites grecques du Fayoum (SB XII 11012) atteste que son intérêt était tourné vers la double dimension égyptienne et grecque de la province. En 68, il songea à se retirer en Égypte, mais n’eut pas le temps de mettre ce projet à exécution (Plutarque, Vie de Galba 2). D’autres influences ont pu cependant jouer, en particulier, celle du philosophe Sénèque, son conseiller, qui écrit un ouvrage sur l’Égypte, aujourd’hui perdu. Les manœuvres du préfet Tiberius Julius Alexander, fils du directeur des douanes d’Alexandrie Alexander, et neveu de philosophe Philon, apportent une preuve du rôle de la province pour le contrôle du pouvoir à Rome54. L’ambitieux préfet d’Égypte a en effet pris contact secrètement avec Galba pour appuyer la rébellion contre Néron. C’est pourquoi il promulgue dès le 6 juillet 68, avant d’être confirmé par le nouvel empereur, un édit saluant son avènement et annonçant des mesures pour mettre fin aux abus de l’administration romaine55.

  • 56 Mélèze-Modzejewski, 1997, p. 223 sq.

15Tiberius Julius Alexander, préfet d’Égypte de 66 à 70, est de fait le type même du notable alexandrin intégré dans l’appareil d’État romain. Son père Alexander avait reçu la citoyenneté romaine de la part d’Auguste. En effet seuls les Alexandrins possédant la citoyenneté romaine pouvaient devenir préfets de la province (la plupart viennent de Rome et d’Italie). Ce notable juif bénéficiant à la fois du droit de cité alexandrine et romaine est accusé de manière calomnieuse par Tacite (Histoires I, 11) d’une « nationalité égyptienne ». Mais on sait le mépris de Tacite pour les Égyptiens et les Juifs : il estime que ces derniers vouent une haine farouche envers le reste de l’humanité (Histoires V, 5). L’obtention de la citoyenneté alexandrine par les Juifs d’Alexandrie reste un phénomène marginal, leur statut et leur condition s’étant détériorés avec la conquête romaine56. Cette détérioration trouve son épilogue dans le massacre de toute la population juive d’Égypte par l’armée de Trajan en 115-117.

  • 57 Harker, 2008.
  • 58 Blouin, 2005. Cf. aussi Rodriguez, 2010.

16Les relations entre les notables alexandrins et le pouvoir impérial romain sont éclairées par un corpus papyrologique nommé « Actes des Alexandrins ». (Acta Alexandrinorum)57. Cette collection de textes couvre les deux premiers siècles de l’Empire. Elle met en scène le nationalisme de l’élite alexandrine s’opposant au pouvoir romain défini comme une tyrannie influencée par la communauté juive d’Alexandrie. Les Acta Alexandrinorum se présentent pour la plupart comme les minutes de procès ou de rapports d’ambassades issus de documents officiels aujourd’hui perdu. Mais ces textes ont été ensuite réécrits par des lettrés alexandrins désireux de servir une idéologie hostile à Rome (et aux Juifs). Ils présentent donc un caractère mi-documentaire mi-littéraire qui les rend difficile à appréhender. Le fait que ces procès se terminent en général par la condamnation à mort des Alexandrins explique qu’ils aient été naguère improprement nommés « Actes des martyrs païens » (Acts of the Pagan Martyrs) par référence aux « martyrs chrétiens ». Le dossier papyrologique peut parfois être croisé avec des sources littéraires, ainsi avec le Contre Flaccus de Philon qui renseigne sur le conflit judéo-alexandrin des années 38-41 qui est marqué en 38 par un violent pogrom à Alexandrie58.

6. Le préfet C. Cornelius Gallus : un danger pour Auguste

  • 59 Alföldi, 1990.
  • 60 Traduction et commentaire en français dans Yoyotte et al. 1997, p. 262-264.
  • 61 Hoffmann et al., 2009.

17Le danger que pouvaient faire courir au pouvoir central les hommes mis en place par le princeps est apparu dès l’établissement du principat avec la figure de Caius Cornelius Gallus, lié par l’amicitia à Auguste. Né vers 70/69 av. J.-C. peut-être en Gaule Narbonnaise, à Fréjus, mais plus probablement en Gaule Cisalpine, à Voghera (à 60 km de Milan). Cet ancien partisan de Jules César, rallié à Octavien, est un officier de valeur, qui avait pris part à la bataille d’Actium, et qui résista à l’assaut de Marc Antoine à Paraitonion. Il s’agit aussi d’un homme cultivé, un poète qui fut l’ami de Virgile qui lui dédie, en 37 av. J.-C. la Xe Bucolique. Il jouit de toute la confiance d’Octavien dans les « négociations » avec Cléopâtre après la prise d’Alexandrie. Un obélisque dressé entre le 1er août 30 et le 15 avril 29 av. J.-C. à Alexandrie par Gallus, se trouve aujourd’hui au centre de la place Saint-Pierre au Vatican. L’inscription latine qui y figure mentionne la construction d’un Forum à Alexandrie, probablement devant le Césareum59. Le nouveau maître du pays le choisit, en 30 av. J.-C. comme premier préfet de la nouvelle province impériale. Gallus connaît en quatre ans la disgrâce. Soucieux de gloire, il fait graver dans l’île de Philae, en aval de la première cataracte une dédicace trilingue (égyptien hiéroglyphique, latin et grec) qui vante ses exploits60, mais qui suscite la jalousie et l’inquiétude d’Octavien devenu Auguste61. La stèle célèbre la répression de la révolte en Thébaïde (cf. Strabon, XVII 1, 53). Elle donne aussi le premier témoignage sur les contacts de Rome avec les Éthiopiens. Sur le texte hiéroglyphique Gallus s’affirme l’héritier de l’idéologie royale pharaonique (Königsideologie). Il se fait en effet représenter à cheval, animal royal dans l’iconographie égyptienne. Selon Dion Cassius, il aurait tenu des propos insolents à son encontre, aurait fait dresser ses propres images dans toute l’Égypte, et inscrire le catalogue de ses mérites sur les pyramides. Un papyrus d’Oxyrhynchos (P. Oxy. XXXVII 2820) rapporte sa volonté de frapper sa propre monnaie, en rompant ainsi le lien de sujétion avec le princeps et Rome. En préparant sans doute la sécession de l’Égypte soit pour y établir son propre gouvernement soit pour tenter ensuite une usurpation contre Auguste, Gallus rompait le lien d’amitié (amicitia) qui le liait à Octavien-Auguste. Le princeps lui retira sa charge de préfet d’Égypte et lui interdit de se trouver dans les provinces impériales. Il fut aussi probablement exclu de l’ordre équestre. Un procès lui fut ensuite intenté pour crime de majesté (crimen maiestatis) devant le Sénat, qui le condamne à l’exil et à la confiscation de ses biens. Gallus était désormais privé de son rang, de l’amitié du princeps, de sa fortune et condamné à l’exil. Il préféra se suicider par l’épée avant l’exécution des sentences. Selon Suétone (Auguste 56, 2) Auguste pleura cette mort et se plaignit de sa condition de Prince « lui seul ne pouvant à sa guise limiter les effets de sa colère contre ses amis ».

Conclusion

  • 62 Environ 650 volumes de papyrus grecs, de toute période et origine, sont publiés à ce jour, et envir (...)

18Les historiens et les papyrologues ont beaucoup débattu sur le fait de savoir s’il faut parler d’« Égypte grecque et romaine » ou d’« Égypte gréco-romaine ». Dans un cas on insiste plutôt sur la rupture que constitue la conquête romaine, dans le second sur les continuités qui relient la province impériale à l’État hellénistique. Le débat n’est pas clos. La présente étude tend cependant à montrer que la conquête militaire augustéenne fut précédée par une présence diplomatique, économique et militaire de plus en plus intense des Romains dans la vallée du Nil. Un autre débat, tout aussi vif, porte sur la singularité de l’Égypte, tant dans le monde hellénistique que dans l’Empire romain. Celle-ci ne peut être niée. Mais sa singularité la plus manifeste reste l’abondance exceptionnelle de sa documentation papyrologique62, qui la constitue comme la monarchie hellénistique et comme la province de l’Imperium romanum sur lesquelles les sources documentaires restent, à ce jour, les plus abondantes.

Haut de page

Bibliographie

Sources et sigles papyrologiques :

Checklist of Editions of Greek, Latin, Demotic, and Coptic Papyri, Ostraca and Tablets, J.F Oates et alii éd., 5e éd., BASP Suppl. 9, 2001 ; édition Internet : http://scriptorium.lib.duke.edu/papyrus/texts/clist.html

Alföldy, G., 1990, Der Obelisk auf dem Petersplatz in Rom. Ein historisches Monument des Antike, Heidelberg.

Alston, R., 1995, Soldier and Society in Roman Egypt, Londres-New York.

Balconi, C., 1993, Rabirio Postumo dioiketes d’Egitto in P. Med. Inv. 68.53?, Aegyptus, 73, p. 3-20.

Balconi, C., 1994, Rabirio Postumo dioiketes d’Egitto: prima testimonianza papiracea, dans A. Bülow-Jacobsen (dir.), Proceedings of the 20th International Congress of Papyrologists (Copenhague, 23-29 août 1992), Copenhague, p. 219-222.

Bingen, J., 1982, L’asylie pour une synagogue. CIL III Suppl. 6583 = CII 1449, dans J. Quaegebeur (dir.) Studia Paulo Naster Oblata II Orientalia Antiqua, Louvain, p. 11-16 ( = Pages d’épigraphie, p. 45-50).

Blouin, K., 2005, Le conflit judéo-alexandrin de 38-41, Paris.

Boulanger, A., 1949, Cicéron. Discours XVII. Pour C. Rabirius Postumus ; Pour T. Annius Milon, Paris, Les Belles Lettres, CUF.

Bussi, S., 2008, Les élites locali nella provincia d’Egitto di prima età impériale, Milan.

Capponi, L., 2005, Augustan Egypt: the Creation of a Roman Province, Londres-New-York.

Chalon, G., 1964, L’édit de Tiberius Julius Alexander. Etude historique et exégétique, Olten-Lausanne.

Cizek, E., 1982, Néron, Paris.

Delia, D., 1991, Alexandrian Citizenship during the Roman Principate, Atlanta.

Dessau, H., 1911, Gaius Rabirius Postumus, Hermes. Zeitschrift für classische Philologie, 46, p. 613-620.

Foraboschi, D., 2014, I primi Romani sul Nilo, dans M. Chiabà (dir.) Hoc quoque laboris praemium : scritti in onore di Gino Bandelli, Trieste, p. 163-171.

Guiraud, P., 1905, Études économiques sur l’Antiquité, Paris.

Harker, A., 2008, Loyalty and Dissidence in Roman Egypt, the Case of the Acta Alexandrinorum, Cambridge.

Heilporn, P., 2010, Présence romaine en Égypte ptolémaïque, dans N. Barrandon et Fr. Kirbihler (dir.), Administrer les provinces de la République romaine (Nancy II, 4-5 juin 2009), Rennes, p. 99-111.

Heinen, H., 1978, Aspects et problèmes de la monarchie ptolémaïque, Ktema 3, p. 176-195.

Heinen, H., 2009, Gefährliche Freundschaften : Verrat und Inversion des Klientelverhältnisses im spätptolemäischen Ägypten, dans Id., Kleopatra-Studien. Gesammelte Schriften zur ausgehenden Ptolemäerzeit, Constance, p. 299-333.

Hoffmann, Fr., Minas-Nerpel, M., et Pfeiffer, S., 2009, Die dreisprachige Stele des C. Cornelius Gallus. Übersetzung und Kommentar, Berlin-New-York.

Hohlwein, N., 1940, Déplacements et tourisme dans l’Égypte romaine, CE 15, p. 253-278.

Horbury, W., et Noy, D., 1992, Jewish Inscriptions of Graeco-Roman Egypt, Cambridge.

Huß, W., 2001, Ägypten in hellenistischer Zeit 332-30 v. Chr., Munich.

Jördens, A., 2005, TUAT, NF 2, p. 382.

Klodt, C., 1992, Ciceros Rede Pro Rabirio Postumo: Einleitung und Kommentar, Stuttgart.

La’da, Cs., 2002, Foreign Ethnics in Hellenistic Egypt, Louvain-Paris-Dudley.

Legras, B., 2009, L’Égypte grecque et romaine, Paris.

Legras, B., 2011, Les reclus grecs du Sarapieion de Memphis. Une enquête sur l’hellénisme égyptien, Louvain.

Legras, B., 2012, Traître à un maître : apostasis et basileia dans l’Égypte hellénistique, dans A. Queyrel-Bottineau, J.-Chr. Couvenhes et A. Vigourt (dir.), Trahison et traîtres dans l’Antiquité (Paris, 22-23 septembre 2011), p. 369-378.

Legras, B., 2014, Expériences romaines dans le royaume lagide sous Ptolémée XII et Cléopâtre VIII, dans J. Dubouloz, S. Pittia et G. Sabatttini, L’Imperium romanum en perspective. Les savoirs d’empire dans la République romaine et leur héritage dans l’Europe médiévale et moderne, Besançon, p. 269-282.

Lippert, S., 2004, Ein demotisches juristisches Lehrbuch. Untersuchungen zu Papyrus Berlin P233757 rto, Wiesbaden.

Lukaszewicz, A., 1998, Les activités commerciales et artisanales dans Alexandrie romaine à la lumière des papyrus, dans J.-Y. Empereur (dir.) Commerce et artisanat dans l’Alexandrie hellénistique et romaine (actes du colloque d’Athènes, 11-12 décembre 1988), Athènes, Paris, p. 107-113.

Malaise, M., 1972, Les conditions de pénétration et de diffusion des cultes égyptiens en Italie, Leyde.

Mélèze Modzejewski, J., 1997, Les Juifs d’Égypte de Ramsès II à Hadrien, éd. revue et complétée, Paris.

Mélèze-Modrzejewski, J., 1998, L’Égypte, dans Cl. Lepelley (dir.), Rome et l’intégration de l’Empire 44 av. J.-C.-260 ap. J.-C., Tome 2. Approches régionales du Haut-Empire romain, Paris, 1998, p. 435-493.

Miller, E., 1875, RA, 10, p. 111-112.

Milne, J.G., 1916, Greek and Roman Tourists in Egypt, JEA, 3, p. 76-80.

Mommsen, Th., 1881, EphEp., 4, p. 25-26.

Ricci, C., 1993, Egiziani a Roma nelle fonti epigrafiche di età imperiale, Aegyptus, 7, p. 71‑91.

Rigsby, K. J., 1996, Asylia. Territorial Inviolability in the Hellenistic World, Berkeley-Los Angeles-Londres.

Rodriguez, Chr., 2010, Les Acta Isidori : Un procès pénal devant l’Empereur Claude, RHD, 88, p. 1-41.

Sarischouli, P, 2000, P. Bingen 45. ΣΥΓΧΩΡΗΣΙΣ-Vertrag, dans H. Melaerts (dir.), Papyri in honorem Johannis Bingen octogenarii (P. Bingen), p. 214-222.

Siani-Davies, M., 1997, Ptolemy XII Auletes and the Romans, Historia, 46, p. 334-335.

Siani-Davies, 2001, M., Marcus Tullius Cicero: Pro Rabirio Postumo, Oxford.

Thomas, J. D., 1978, Aspects of the Ptolemaic Civil Service: the Dioiketes and the Nomarch, dans H. Maehler et V. M. Strocka (dir.), Das Ptolemäische Ägypten. Akten des internationalen Symposions 27.-29 September 1976 in Berlin, Mayence, p. 189-191.

Van Der Horst, P.W., 1984, Chaeremon, Egyptian Priest and Stoic Philosopher: The Fragment Collected and Transleted, Leyde.

Van Minnen, P., 2000, An Official Act of Cleopatra (with a Subscription in her own Hand), AncSoc., 30, p. 29-34.

Van Minnen, P., 2000-2001, De papyrus van Berlijn, Kleio, 30, p. 92-93.

Van Minnen, P., 2001, Further Thoughts on the on the Cleopatra Papyrus, APF, 47, p. 74‑80.

Yoyotte, J., Charvet, P. et Gompertz, S., 1997, Strabon. Le Voyage en Égypte, Paris.

Zardo, C., 2007, Gli obelischi di Roma, Milan.

Zimmermann, Kl., 2002, P. Bingen 45 : eine Steuerbefreiung für Q. Cascellius, adressiert an Kaisarion, ZPE, 138, p. 133-139 et Pl. IV.

Haut de page

Notes

1 Prosopographie des Romains en Égypte sous les Ptolémées : La’da, 2002 : ῾Ρωμαῑος : n° E 2376-2382 (p. 278-279). Sur la présence des Égyptiens à Rome durant l’époque impériale, cf. Ricci, 1993.

2 Mélèze-Modrzejewski, 1998 ; Capponi, 2005 ; Legras, 2009, en particulier p. 27-36.

3 Heilporn, 2010; Foraboschi, 2014.

4 Huss, 2001, p. 421.

5 Heinen, 1978, p. 188-192.

6 Huss, 2001, p. 571-575.

7 Voir infra, 2.

8 Heinen, 2009. Cf. Legras, 2012, p. 375-377.

9 Lippert, 2004, p. 23-24.

10 Sur le tourisme en Égypte : Milne, 1916 et Hohlwein, 1940.

11 Pour le regard de Cicéron sur l’Égypte : Legras, 2014, p. 275-277.

12 Yoyotte et al., 1997, p. 15-57. Cf. en particulier la comparaison entre les Œuvres de Diodore et de Strabon, p. 27-29.

13 Cf. Malaise, 1972, p. 319-320.

14 Sur les lacunes de la papyrologique concernant Alexandrie cf. Lukaszewicz, 1998.

15 L’incertitude règne sur l’identité familiale de Caius Iulius Papius, dans lequel Letronne voulait voir le fils de Caius Papius, tribun de la plèbe, auteur de la Lex Papia. Son titre d’ἕπαρχος fait aussi débat : André Bernand, I. Philae, p. 337 juge « hasardeux » de voir en lui le préfet d’une légion de Marc Antoine, car il pourrait « tout aussi bien laisser penser que le personnage était préfet de cohorte ou préfet d’une aile de cavalerie ».

16 Malaise, 1972, p. 317-318.

17 CIL VI 2246 =ILS 4404. Cf. Dessau, 1911, p. 618.

18 Aegypta, apud Cic. Fam. 16, 15, 1-2 ; Att. 8, 15, 1 ; 12, 37, 1 ; 13, 3, 2 ; Isidorus, apud Cic. Att. 11, 4a et 4 ; Sérapion, apud Cic. Att. 10, 17, 1.

19 Cic., Orat. 70, 232.

20 Suet., Caes. 39, 1.

21 Plut., Ant. 33, 2.

22 Cf. Huß, 2001, p. 693-695, qui souligne qu’elle ne fut pas une « promenade » militaire.

23 Caes., Bell. Civ. 3, 4, 4 (qui donne leur nombre : 500) ; 103,5 ; 110, 2 et 6 ; D. C., 42, 38, 1 ; Luc., 5, 402-406

24 Sur Rabirius : Guiraud, 1905, p. 204-240 ; Dessau, 1911 ; Boulanger, 1949, Introduction ; Klodt, 1992 ; Siani-Davies, 2001, p. 38-65 ; Huß, 2001, p. 696-697.

25 Cf. Thomas, 1978.

26 Cic., Pro C. Rab. Post. 10, 28 : « En fait dès son arrivée à Alexandrie (…) le roi lui proposa comme unique moyen de sauver son argent l’administration et comme le maniement des finances royales », Trad. André Boulanger, CUF).

27 Balconi, 1993 et 1994. De provenance inconnue, il est datable selon l’éditrice entre le milieu du premier siècle av. J.-C. et le milieu du premier siècle apr. J.-C. Traduction française : Heilporn, 2010, p. 106.

28 L’identification du Postumus du papyrus reste débattue. Nous suivons les auteurs qui l’identifient, à la suite de Carla Balconi, avec C. Rabirius Postumus : Siani-Davies, 1997, Jördens, 2005, et Harker, 2008, p. 74 (122) défendent l’hypothèse d’une identification avec le préfet Gaius Julius Postumus (règne de Claude) et d’une intégration du papyrus aux Acta Alexandrinorum. Sur ce point Carla Balconi, 1993, p. 18 concluait prudemment que les « caratteristiche comuni al nostro frammento e alle copie degli ‘Atti’ possono essere indice di un medesimo livello sociale e culturale ». Sans trancher, Capponi, 2005, p. 188 (8) se demande s’il ne s’agit pas plutôt de M. Claudius Postumus, épistratège de Thébaïde en l’an 1 apr. J.-C. (OGIS II 659).

29 Cic., Pro C. Rab. Post. 14, 39.

30 Cic., Pro C. Rab. Post. 14, 40. Cette information semble en contradiction avec celle qui voit Rabirius, Ibid. 39, revenir d’Égypte « nu et indigent ».

31 Cic., Pro C. Rab. Post. 10, 28.

32 Cic., Pro C. Rab. Post. 10, 27.

33 Sarischouli, 2000 ; Van Minnen, 2000 ; 2000-2001 ; 2001 ; Zimmermann, 2002. Nous renvoyons le lecteur à la démonstration de P. van Minnen. Sur l’hypothèse de Kl. Zimmermann, voir ci-dessous note 38.

34 Van Minnen, 2000, p. 32.

35 Les arguments paléographiques mis en avant par Kl. Zimmermann semblent convaincants.

36 Sur la gestion de l’idios logos, cf. les propositions de Zimmermann, 2002, p. 135-137, qui restitue la ligne 8 en lisant « étant entendu qu’il ne paiera de taxes ni à notre compte ni au vôtre = Césarion » (οὔτε εἰς τὸν ἴδιον ᾑμῶν καὶ ὑμῶν λόγον) ». Cette mention de la gestion du compte privé royal par les deux co-régents, et l’adresse à Césarion, sont le fondement de l’hypothèse postulant dans ce document une lettre de la reine à son fils alors âgé de 14 ans. Le nom du destinataire serait alors Πτολεμαίωι. Nous sommes réservés quant à l’idée d’une lettre de la reine au roi prenant la forme d’un prostagma.

37 Bingen, 1982, p. 11.

38 Miller, 1875, p. 111.

39 Bingen, 1982, p. 16.

40 Mommsen, 1881. Cf. aussi CIL III Suppl. 6583.

41 Le document ne figure ainsi pas dans le Corpus des Ordonnances des Ptolémées (C. Ord. Ptol.) de Marie-Thérèse Lenger,

42 Bingen, 1982, p. 15.

43 Cf. Rigsby, 1996, p. 576.

44 Sur ce décret et les Juifs d’Égypte cf. la bibliographie réunie par Horbury, Noy 1992, n° 228, p. 212-213.

45 Bingen, 1982, p. 16.

46 Sur l’asylie dans l’Égypte ptolémaïque, cf. Legras, 2011, en particulier p. 101-189.

47 Mélèze-Modzejewski, 1997, p. 266.

48 Alston, 1995.

49 Bussi, 2008, p. 69-109.

50 Pline, Lettres, 5-7 et 10 (Lettres de Pline à l’empereur Trajan en faveur de son médecin Harpocras, 98-99 apr. J.-C.). Cf. Delia, 1991.

51 Zardo, 2007.

52 Van Der Horst, 1984.

53 Cizek, 1982, p. 122.

54 Mélèze-Modzejewski, 1997, p. 255-262, en part. p. 258.

55 Chalon, 1964.

56 Mélèze-Modzejewski, 1997, p. 223 sq.

57 Harker, 2008.

58 Blouin, 2005. Cf. aussi Rodriguez, 2010.

59 Alföldi, 1990.

60 Traduction et commentaire en français dans Yoyotte et al. 1997, p. 262-264.

61 Hoffmann et al., 2009.

62 Environ 650 volumes de papyrus grecs, de toute période et origine, sont publiés à ce jour, et environ 4000 textes en égyptien démotique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Legras, « Les Romains en Égypte, de Ptolémée XII à Vespasien », Pallas, 96 | 2014, 271-284.

Référence électronique

Bernard Legras, « Les Romains en Égypte, de Ptolémée XII à Vespasien », Pallas [En ligne], 96 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://pallas.revues.org/1294 ; DOI : 10.4000/pallas.1294

Haut de page

Auteur

Bernard Legras

Professeur d’histoire grecque
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8210 ANHIMA
belegras@sfr.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org